Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 09:42

Alors voilà, j'avais rencontré sur un forum de vélo, Jérémie qui habite Bordeaux. Il avait envie de faire une grande sortie ainsi que de découvrir les ascensions de cols.

Il n'y a rien de mieux que le col d'Aspin pour commencer. Il est donc venu de Bordeaux en train hier matin. Et nous sommes partis vers midi et demi environ après avoir mangé. Nous avons pris les deux VTC que j'ai et qui sont quasi identiques.

Au moment où nous sommes partis, il faisait chaud et ensoleillé. C'était très agréable. Jérémie, n'étant pas très habitué à faire de grandes sorties en vélo, nous y sommes allés tranquillement et nous avons fait en sorte de faire des pauses régulières. A Bagnères, après 17 kilomètres, nous nous sommes arrêtés un peu et bizarrement j'avais déjà faim... J'ai mangé une pâte de fruit mais j'étais étonné car d'habitude ce n'est qu'à Sainte Marie de Campan que j'en mange une mais là déjà juste après le repas, j'avais faim...

Nous avons continué ensuite vers Campan. Puis ensuite nous sommes allés à Sainte Marie de Campan. Sur cette portion il y avait de gros travaux sur la moitié de la chaussée, ce qui nous a obligé à rouler doucement. Il y avait deux autres cyclistes qui roulaient sur un rythme tranquille avec leurs vélos de route. Là j'ai senti que j'étais en bonne forme finalement. En effet dès que ça montait je revenais assez rapidement dans les roues des deux autres cyclistes (qui roulaient très tranquillement je précise). Et dès que ça devenait un peu plat je ralentissais afin d'attendre Jérémie. D'ailleurs il a très bien fait, n'étant pas habitué, il a préféré mouliner et rouler à son rythme et faire les pauses dont il avait besoin, exactement ce qu'il faut faire.

Juste avant Sainte Marie de Campan, nous nous sommes arrêtés devant la forge dans laquelle Eugène Christophe a passé 4h à réparer sa fourche en 1913, il a ainsi perdu toutes chances de remporter le Tour.

Ensuite à Sainte Marie de Campan, nous nous sommes arrêtés afin de reremplir ses bidons car il avait bu pas mal d'eau. Heureusement il y avait la fontaine. Là nous avons discuté avec les deux autres cyclistes qui étaient justes devant nous. Très sympas, ils ont fait Tarbes-Sainte Marie de Campan et ils ont fait demi tour là pour rentrer.

Nous, nous avons donc continué vers le col d'Aspin. Les 7 premiers kilomètres faciles et les 5 derniers plus durs. Dès le début j'ai eu la confirmation que j'avais de bonnes jambes, j'étais sur le 39*20 dans les montées et c'était un réel plaisir avec le VTC! Je m'arrêtais régulièrement afin de l'attendre afin qu'il ne soit pas tout seul sur de longues distances, car ce n'est pas très drôle après. Nous avons fait une ou deux pauses avant d'arriver à Payolle. Là, à Payolle, il souhaitait faire une pause plus longue. Nous avons donc pris un coca (ce n'est pas très conseillé c'est sûr). Et au même moment la pluie s'est mise à tomber, l'orage a éclaté et de nombreux coups de tonnerre ont retenti. Les températures ont chuté et j'ai mis ma veste thermique tandis que Jérémie a mis le K-Way. J'ai aussi remonté mes jambières, heureusement que je les avais prises! Nous sommes ensuite repartis pour attaquer les 5 derniers kilomètres de montée sous la pluie.

Dès le début sur le 9%, j'étais vraiment  à l'aise, toujours sur le 39*20, un régal. Je n'affectionne pas particulièrement la pluie mais là elle ne me dérangeait pas trop. Je me suis arrêté plusieurs fois afin d'attendre. Puis ensuite, nous avons du nous arrêter car il y avait des bûcherons qui traînaient des troncs d'arbres sur la route avec leur tracteur, ce qui nous empêchait de passer. Cela a permis de faire une autre pause qui a sûrement permis à Jérémie de souffler un peu à nouveau. La pluie s'est arrêtée à environ 2 kilomètres du sommet, d'ailleurs sur ce kilomètre à 7,5%, je me suis fait plaisir et j'ai atteins 22km/h sur ce kilomètre, un régal, je tournais vraiment bien les pédales! En plus cette ambiance donnée par la pluie à cette ascension était plutôt agréable j'ai trouvé. C'est particulier d'être en plein col sous la pluie, j'ai bien aimé.

Une fois au sommet, la vue sur le Pic du Midi n'était pas très dégagée en raison des nuages. Au moins là haut il ne pleuvait pas. Nous avons un peu discuté, de l'histoire du Tour sur le col d'Aspin notamment. Là haut il n'y avait presque pas de vent et c'était vraiment agréable car depuis le début de l'année, ça n'arrêtait pas de souffler!! Entre la pluie ou le vent, je choisis la pluie je crois! Ensuite nous avons entrepris la descente. La route était déjà mouillée et dès le début de la descente, la pluie s'est remise à tomber. Là c'était un peu gênant avec les lunettes quand même. Au début je me suis dit que j'irai sans risque dans la descente et finalement j'ai eu envie d'y aller en me faisant bien plaisir. Et c'était incroyable mais hormis le premier kilomètre de descente, je suis allé plus vite là, sous la pluie sur route mouillée que sur le sec habituellement! Je suis arrivé plus vite à chaque virage, j'ai freiné plus tard que sur le sec à chaque freinage, j'avais des trajectoires harmonieuses sans à coups, je relançais en danseuse à chaque sortie. C'était un régal avec la pluie!! Il faudra que j'aille de nouveau tester le col d'Aspin sur le sec...pour comparer de nouveau la descente... A partir de Payolle on va vers le nord dans la vallée et je dois dire que j'avais oublié à quel point c'était agréable de ne pas avoir de vent de face dans la vallée!!! Un régal, il ne faisait pas chaud mais sans soucis nous roulions bien vite. Entre Campan et Sainte Marie de Campan, j'ai pu rouler très vite aussi, c'est là que j'ai fait ma vitesse max d'ailleurs. Le seul inconvénient c'est qu'avec la pluie et l'eau évacuée par les pneus, les chaussures se sont bien mouillées, et j'avais les pieds trempés.

A partir de Bagnères, de nouveau il faisait beau, ils n'ont même pas eu de nuages là, alors que nous avons eu un orage dans le col. Bref, de nouveau les températures sont remontées et j'avais chaud tout en ayant froid aux pieds vu qu'ils étaient mouillés. Jérémie souhaitait faire une dernière pause à Bagnères avant de continuer à rentrer. ET là, nous avons même eu un peu de vent favorable, nous sommes donc rentrés dans la plaine à plus de 30km/h très facilement sans forcer!

Une bonne bière en rentrant et c'était bon.

Pour ma part, c'était ma 14e ascension du col d'Aspin (11 fois par Sainte Marie de Campan et 3 fois par Arreau) et c'était déjà ma 5e ascension du col d'Aspin cette année! J'ajoute aussi que c'était ma 8e sortie en montagne de l'année (sans compter la randonnée pédestre de dimanche) alors que l'an passé à cette même date je venais tout juste de faire ma 3e sortie.

Sur cette ascension j'ai été très facile et vraiment en forme je dois dire alors que je ne le pensais pas au début. Je suis monté entièrement sur le 39*20, c'était un plaisir. Jérémie a eu un peu plus de mal, mais c'est normal vu que c'était la première fois qu'il montait un col. Peut être laissera-t-il un commentaire...

Maintenant je voudrais retourner monter le col d'Aspin sur le sec pour comparer les vitesses de descente et je voudrais aussi y retourner par temps de pluie pour refaire l'ascension dans cette ambiance orageuse que j'ai bien aimé.

Pour ce qui est de la météo capricieuse, j'ai envi de dire, vive les Pyrénées!!

 

Sommet du col vue depuis la fin de la montée :

 

Photos col d'Aspin le 19 avril 2011 002

 

Pic du Midi vu depuis le sommet du col, pas mal de nuages... :

 

Photos col d'Aspin le 19 avril 2011 007

 

Vue côté Arreau depuis le sommet :

 

Photos col d'Aspin le 19 avril 2011 009

 

Photos col d'Aspin le 19 avril 2011 011

Partager cet article

Repost0

commentaires

seb 20/04/2011 13:30


Dommage, un pas de plus pour ta photo côté Arreau, et t'avais le fameux virage en fer à cheval entier! la lumière était pas mal en plus on voit bien la route ressortir. T'es donc obligé d'y
revenir! ;-) Tu vas finir par connaître chaque mètre de l'ascension et de la descente! (peut être pour ça aussi que tu te laches plus dans la descente...).
ça a dû te faire bizarre d'être à deux cette fois non?
Je roule la plupart du temps seul et c'est vrai qu'on se met dans notre cocon un peu dès qu'on part, et j'ai l'impression d'être dans un autre monde des fois, en arriver à m'encourager et me parler
tout seul voire à parler au vélo...


Idris 20/04/2011 13:38



Oui effectivement, pour la photo, j'ai pas plus avancé parce que l'herbe était bien mouillée mais vu comment je me suis mouillé les pieds dans la descente j'aurais pu avancer plus.


Oui effectivement j'avais pas trop regardé les photos mais oui avce les effets de lumières la route ressort bien c'est assez joli. Oui l'ascension maintenan tje la connais plutôt pas mal, c'est
assez sympa de voir maintenant que je connais très bien le col d'Aspin alors qu'il y a 3 ans je ne l'avais encore jamais monté.... Oui là à deux c'est un peu plus différent, là je ne cherchais
pas à être à mon rythme mais plus à attendre Jérémie histoire qu'il ne soit pas tout seul sur une trop grande distance dans la montée, sous la pluie en plus, car ce n'est pas très agréable
surtout si on est dans le dur. Mais après oui quand on est tout seul, on est plus concentré sur son effort, et quand on est dans le dur et qu'on avance pas, effectivement il faut chercher à se
motiver comme on peut, à s'encourager... Mais sans toutes ces difficultés, le cyclotourisme en montagne ne serait pas aussi plaisant! Mais après avec des ascensions comme celle d'hier où j'étais
vraiment à l'aise et en jambes, ça fait plaisir aussi et mentalement c'est important mine de rien pour se fixer de nouveaux objectifs... Car après l'enchainement du 9 avril avec le Port de Balès,
col de Peyresourde et col d'Aspin, je ne dirai pas que j'ai eu une démotivation mais le fait d'avoir fait une telle sortie fait que sur le coup je 'navais plus d'objectifs ou de projets de
sorties conséquent devant moi.



Mon Blog

  • : Ascensions de grands cols en vélo - cyclotourisme en montagne
  • : Dans ce blog je décris mes ascensions de grands cols en vélo, je mets les profils des cols et je fais part de ma passion du vélo en montagne et de mon expérience.
  • Contact

Qui-Suis-Je?

  • Idris Raossanaly
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!

Compteur kilométrique 2015

 

Au 20 janvier 2015
Kilométrage total   260 km
Vélo urbain   20 km
Vélo en montagne

  209 km

Sorties plates   31 km
Dénivelé positif   3200 m
Mois en cours   260 km

 

Visiteurs uniques

Rechercher

 

photos col de la Pierre Saint Martin le 17 octobre 2009 013

 

 

P1010407

 

 

photos col du Soulor et col des Bordères le 26 av-copie-1

 

 

P1010361.jpg

 

 

photos col du Tourmalet le 12 juin 2010 021

 

 

P1010327

Divers liens

Si vous aimez la littérature et l'écriture, je vous encourage à visiter régulièrement ce site, très bien fait par une personne très sympathique (passionnée de vélo aussi), qui rédige régulièrement des nouvelles :

 

http://richardpatrosso.typepad.com/dndr/