Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 11:27

Les week end suivant les vacances de la Toussaint sont plutôt pluvieux et ne me permettent pas d'aller monter le col de Marie Blanque (1035m) qui est le col que je voulais absolument monter avant l'arrivée de l'hiver. C'est un col qui n'est pas très haut mais plutôt difficile et connu grâce au Tour de France. Ce jeudi 19 novembre, j'ai fini mes cours à midi à Pau. Il me restait donc l'après midi de libre et il faisait un grand Soleil. De plus, les températures étaient plutôt clémentes. J'ai donc décidé d'en profiter pour aller monter le col de marie Blanque au départ de Bielle (64). Bielle est un petit village se trouvant au pied du col à 38 kilomètres au sud de Pau. Je suis donc parti de Pau vers 13h. En sortant au sud de Pau par Jurançon, il faut prendre la nationale en direction de Gan (à une dizaine de kilomètres de Pau) puis en direction de Louvie Juzon se trouvant à 3 kilomètres de Bielle. Toute la route est très passante et est vallonée. Il est nécessaire de ne pas rouler trop vite car les côtes qui se trouvent sur la route sont parfois longues et assez raides. A partir de Louvie Juzon, la route est en faut plat montant jusqu'à Bielle. La route du col de Marie Blanque est sur la droite juste avant l'entrée de Bielle. Là il reste donc 11 kilomètres de montée pour arriver au sommet.

La montée du col de Marie Blanque peut se diviser en plusieurs parties.
La première s'étendant sur les 5 premiers kilomètres qui monte de façon plutôt raide. En effet, la route s'élève directement sur des pentes entre 7 et 10%. Sur ces premiers kilomètres, la route est en lacets surplombant Bielle. Ces kilomètres sont raides et la route comporte quelques nids de poule.
La deuxième partie de l'ascension est la traversée du plateau du Bénou. C'est une zone pratiquement plate sur 3 kilomètres. A ce niveau là se trouvent énormément de bétails. La route est plutôt étroite à cet endroit.
La troisième partie de l'ascension s'étale sur les 3 derniers kilomètres suivant le plateau du bénou. Le premier de ces kilomètres remonte brusquement aux alentours de 8% avant les deux derniers kilomètres qui sont en légère montée. Au sommet du col, la présence de beaucoup d'arbres empêchent d'avoir une vue sur les montagne ou la plaine. C'est un peu dommage.photos col de Marie Blanque le 19 novembre 2009 024
Cette ascension n'est donc pas très dure mais il faut bien gérer les 5 premiers kilomètres et le kilomètre suivant le plateau du Bénou, surtout lorsqu'on ne connaît pas exactement le profil du col comme c'était le cas pour moi. Une fois au sommet, je ne me suis pas attardé car je voulais rentrer à Pau avant la nuit.
Dans la descente, je me suis fait la plus grande frayeur de ma vie. En effet, à la sortie d'un virage juste avant d'arriver au plateau du Bénou, alors que je roulais à 60km/h, une camionnette qui arrivait en face et qui roulait à grande vitesse (au moins aussi vite que moi) s'est mise à rouler à contre sens en sortant d'une courbe. J'ai serré à droite de la route autant que j'ai pu mais un fil barbelé m'empêchait d'aller dans le bas côté. la camionnette m'a frôlé alors que je roulais à 60km/h, j'ai senti son rétroviseur gauche effleurer la manche gauche de ma veste...
Ensuite, en arrivant dans Pau, à 2 kilomètres de mon appart, j'ai crevé à l'arrière. En arrivant à mon appart j'ai regardé en détail et je me suis rendu compte que c'est l'usure du pneu qui a fait qu'il a éclaté et de ce fait la chambre à air a été perçée...
C'est le premier incident que j'ai eu en 12 sorties en montagne cette année. Celle du 19 novembre 2009 a été la dernière de l'année, car l'hiver et le froid sont arrivés quelques jours après et les cols se sont trouvés fermés pour les plus hauts.

Au final, ce jour là, j'ai parcouru 90 kilomètres dans l'après midi et j'ai pu monter un col que je voulais absolument monter.

Partager cet article

Repost0

commentaires

toine 02/02/2010 20:00


Belle esprit de compétition contre la nature. Mais que cela serve de leçon au personne lisant l'article : VERIFIER toujours l'état de votre matériel avant de partir en expédition surtout quand on
par trop loin, avertisement valable aussi pour les amateurs de rando. Et cette fois il manque une description dela vue. Pas trés vendeur tout ça.


Idris 03/02/2010 09:25



Ma foi, j'avoue que j'ai oublié de parler de la vue que l'on a depuis le sommet du col. Je vais y remédier.

Et pour ce qui est de la sécurité j'en parlerai dans un prochain article.



Mon Blog

  • : Ascensions de grands cols en vélo - cyclotourisme en montagne
  • : Dans ce blog je décris mes ascensions de grands cols en vélo, je mets les profils des cols et je fais part de ma passion du vélo en montagne et de mon expérience.
  • Contact

Qui-Suis-Je?

  • Idris Raossanaly
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!

Compteur kilométrique 2015

 

Au 20 janvier 2015
Kilométrage total   260 km
Vélo urbain   20 km
Vélo en montagne

  209 km

Sorties plates   31 km
Dénivelé positif   3200 m
Mois en cours   260 km

 

Visiteurs uniques

Rechercher

 

photos col de la Pierre Saint Martin le 17 octobre 2009 013

 

 

P1010407

 

 

photos col du Soulor et col des Bordères le 26 av-copie-1

 

 

P1010361.jpg

 

 

photos col du Tourmalet le 12 juin 2010 021

 

 

P1010327

Divers liens

Si vous aimez la littérature et l'écriture, je vous encourage à visiter régulièrement ce site, très bien fait par une personne très sympathique (passionnée de vélo aussi), qui rédige régulièrement des nouvelles :

 

http://richardpatrosso.typepad.com/dndr/