Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 19:33

Lorsqu'on pense Hautacam, on pense de suite dopage et Bjarne Riis. C'est la triste vérité. Bjarne Riis a sali le nom de Hautacam...

1996...au coeur des années 90 dites les années EPO...c'est dire... Alors que Indurain quintuple vainqueur du Tour est en difficulté cette année là, Riis, maillot jaune, domine ce Tour de France. A l'époque il était déjà surnommé "Monsieur 60%" en référence à son taux d'hématocrite dans le sang (maintenant, un coureur dont le taux est supérieur à 50%, est disqualifié).

Durant cette ascension vers la station de Hautacam, il dominera tellement et paraîtra si insolent de domination qu'il va carrément créer un malaise... Dans la montée, alors qu'ils en sont plus que quelques favoris à être encore ensemble, Riis va se laisser descendre en queue de groupe pour les regarder un à un avant d'attaquer sur le grand plateau avec une insolente facilité. Deux ou trois fois, il se laissera de nouveau rattraper et réattaquera, donnant l'air de s'amuser. Ensuite, il réattaquera pour de bon et va aller gagner cette étape, prenant un peu plus d'avance au classement général. Sur cette montée, Riis aura développée une puissance record sur un col de plus de 30 minutes d'effort, à savoir 480 watt de moyenne avec un pic à 536! Même Indurain, Pantani, Armstrong ou encore Contador, tous si sulfureux, n'ont développé une telle puissance moyenne sur une grande ascension!!

Riis ne donnait pas l'impression d'avoir de limite et en est devenu écoeurant quand on sait qu'il n'était absolument pas destiné à des victoires après ses débuts poussifs dans le peloton en tant que porteur d'eau de Laurent Fignon.

En 2007, Riis a avoué s'être dopé cette année là et à partir de 1993 (année où il a commencé à faire des bons résultats). Un temps déchu de sa victoire sur le Tour 1996, il a été réintégré...mais il l'a dit lui même il "ne mérite pas sa victoire"...

Depuis cette année là, Hautacam, dont c'était la 2e ascension dans le Tour (après 1994 et la victoire de Luc Leblanc sur un 42-14 qui semble démesuré), porte une mauvaise image et c'est bien dommage pour cette station. Comme quoi, il n'y a pas que els sponsors des équipes qui font les frais du dopage mais aussi les lieux et là en l'occurrence, la station de Hautacam...

Partager cet article

Repost0

commentaires

seb 03/03/2011 22:59


Je vais bientôt attaquer le bouquin sur Lapize de Jean Bobet...


Idris 03/03/2011 23:00



Ah oui!! Je ne 'lai pas encore lu celui là. Moi je lorgne sur le livre sur le Tour 1914 (remporté par Thys), j'aimerais bien l'acheter.



seb 03/03/2011 21:43


A partir de 1990, je suivais vraiment le cyclisme enfin le Tour... puis à partir de 1992/93 là c'était la saison complète que je suivais, allant même chercher les infos dans les journaux espagnols
qui sont bien moins avares en renseignements/résultats sur toutes les épreuves de l'année et pas seulement les Coupe du monde ou grand Tour... à partir de 1997 là j'ai commencé à lâcher... et là je
m'y remets, j'ai compris qu'on pouvait regarder le Tour ou les autres épreuves autrement... en se focalisant plus sur les vélos et les paysages... mais bon je préfère encore être carrément dans les
cols avec mon vélo et à la rigueur me remémorer des exploits passés mais genre les années 1910/20/30 ;) ...


Idris 03/03/2011 21:54



Ah ça les années 10 j'aurai adoré les voir (même si niveau médiatisation c'était quasi zéro avec seulement le journal).


Pour ma part je me souviens de certaines étapes du Tour que j'ai vues dans les années 90, comme en 1996 ou en 1998. Après je me souviens du Tour 2001 que j'étais allé voir passé sur le bord de la
route  à Bagnères (l'étape se terminant à Luz Ardiden avec la poignée de main entre Ullrich et Armstrong qui finissaient 3e et 4e). Ensuite en 2002 je me souviens très bien de Gonzalez de
Galdeano en jaune...et j'étais allé voir passer le Tour à 100m de chez moi à côté de Bagnères, c'était l'étape se finissant à La Mongie et à ce moment c'était Jaja qui comptait 3min d'avance sur
le peloton (il s'était fait reprendre à 3 kilomètres du sommet...).


En 2003 j'ai suivi tout le tour à la télé mais j'étais à Paris en juillet et je suis revenu le soir de l'étape qui avait commencé à Bagnères. En tout cas je me souviens être revenu de la gare et
être rentré à 3 kilomètres de l'arrivée au somemt de Luz Ardiden, j'étais déçu car Armstrong avait gagné et repris du temps à ses rivaux alors qu'il n'y avait que 18 secondes je crois entre les 3
premiers... Ensuite els autres Tours je m'en souviens très bien.


Et je suis déçu d'avoir assisté à la victoire de Ricco à Bagnères en 2008


Par contre ce que j'ai adoré en 2010, c'est de revoir tous els paysages de montagnes et els rouets des cols des Pyrénées que j'avais monté avec mon vélo.


Et effectivement comme toi je préfère y être avec mon vélo et me souvenir des exploits et des défaillances qu'il y a eu sur ces routes. Aaaaaah Garrigou, le seul à ne pas avoir mis pied à terre
en 1910 dans le Tourmalet!!



seb 02/03/2011 13:55


Tu as manqué l'étape de 1994 à Hautacam première grande arrivée de montagne du Tour cette année là, du moins t'étais encore plus jeune si on peut dire (je suis pas vieux non plus lol! 76)...
Hautacam est dans le brouillard, je peste déjà contre ce foutu Antenne2 qui est même pas capable de retransmettre une arrivée dès qu'il y a du brouillard (à l'époque où on vit...), c'est pourtant
tellement beau la montagne même avec ce temps... il y a une échappée si je me souviens bien (tu retrouveras la vidéo sur le site de l'INA aussi), mais ça attaque derrière... tout le monde attend
l'attaque de Rominger, second l'année d'avant et capable selon tous de détroné Indurain.
Le rythme s'accélère, Pantani notamment attaque (ses grands débuts sur le Tour) et la sélection se fait par l'arrière, Chiappucci (sur la fin de sa carrière dans le tour) ne suit plus, Rominger
finit par être laché. Ils se retrouvent à 3: Pantani, Leblanc et Indurain.
Luc Leblanc porte une attaque très dure, seul Indurain résiste et le suit... sprint pour la victoire mais Indurain n'accélère pas et laisse gagner Leblanc qui revient après des années sombres. Le
français rend alors hommage à Indurain au micro des journalistes. Une superbe ascension finale que finalement on aura pu suivre tant bien que mal, ça urait été dommage... je retiens surtout celle
là pour Hautacam même si les années la font oublier...


Idris 02/03/2011 21:54



Héhé oui en 1994 pendant le Tour j'avais 4 ans et demi...ça fait un poil jeune... J'avais effectivement vu des videos (je vais aller voir le site de l'INA qui est effectivement un beau site
d'archives que je n'ai pas beaucoup exploité) de Leblanc qui sprintait pour la victoire devançant Indurain de quelques mètres sur la ligne. Leblanc était monté sur un 42-14 qui semble assez
énorme aujourd'hui (je ne sais plus dans quel article j'avais vu cette info). Effectivement cette année là, c'était la première d'Hautacam dans le Tour! Après il y a donc eu 1996, puis ensuite
c'était en 2000 avec la victoire de Javier Otxoa (qui est devenu handicapé en 2001 après avoir été percuté par un chauffard, son frère jumeau est mort dans cette accident) devant Armstrong qui
aura fait une montée de folie (mais cette année là je n'ai pas regardé le Tour je pense parce que je n'en ai aucun souvenir). La dernière de Hautacam dans le Tour aura été 2008 avec la aussi
l'écoeurante domination des Saunier Duval (victoire de Piepoli devant Cobo et Ricco pas très loin dans le classement) dont les coureurs se sont fait prendre pour dopage (aveux de Piepoli,
contrôle de Ricco) le lendemain. La veille j'étais allé à Bagnères de Bigorre pour 'larrivée de l'étape...Ricco avait gagné, il n'était pas encore positif mais il été tellement arrogant que j'en
avais été dégouté...


J'aime bien tes anecdotes et la description des ambiances et des situations des Tours que tu fais (notamment 1994 et 1996 entre autre)



seb 02/03/2011 09:10


Quelle année! cette année 1996... bon j'avoue je suis et resterai probablement un inconditionnel de Miguel Indurain, alors je vais un peu en parler. Je ne peux pas affirmer qu'il n'était pas "dopé"
même si personnellement je ne peux pas le penser mais bon.. surtout ce que je retiendrai de son règne, c'est son énorme classe sur un vélo et également son énorme classe en tant qu'homme et sportif
dans son attitude envers ces rivaux même si nombreux journalistes ne l'ont jamais compris.
Pour en revenir à 1996, le Tour s'annonce bizarrement cette année là: on part de l'étranger comme d'habitude je serais tenté de dire (ça je m'y ferai jamais) et le temps est excécrable jusque dans
les Alpes.
Alors qu'il termine un Dauphiné Libéré de rêve, Indurain semble être capable de faire la différence en montagne comme il l'a montré l'année d'avant dans le Tour et l'étape de La Plagne. La video de
l'étape de Briançon au Dauphiné (http://www.ina.fr/sport/cyclisme/video/CAB96023756/velo-le-dauphine-libere.fr.html) est toujours visionable et on y voit un Indurain comme jamais, à l'attaque et
écrasant tout le monde là où personne ne l'attend. Pour avoir fait quelques recherches, il s'était longuement entrainé dans ses montagnes basques cette année là, à travers routes et chemins limite
carrossable.
Quand je vois le temps à l'arrivée dans les Alpes, je me dis que finalement ça risque d'être compliqué tant Indurain apprécie la chaleur. A l'assaut de la dernière ascencion du jour vers les Arcs,
tous les favoris sont groupés, Miguel Echavarri le directeur sportif de la Banesto annonce "il va y avoir de la viande sur le grill!!!" (oui j'ai retenu ça parce que je repensais à ce moment à
l'étape du Dauphiné et à ce qui pouvait se passer si Indurain "embrayait" là)... hélàs il n'a pas bien évalué la forme de son champion ou peut être il bleuffait (surement même) ...il fait mauvais,
Indurain n'est pas dans un grand jour.. c'est le début de la fin...
Alors Hautacam quelques jours après... écoeuré de ce que j'ai vu ce jour là... et malheureusement la grande fête annoncée dans les Pyrénées est comme tu dis entachée par le prétentieux Riis (que
j'ai jamais pu encadré j'avoue)... ce fut du grand n'importe quoi, les journalistes (surtout télé) étaient tout le temps à "s'extasier" (oui c'est un peu fort mais bon... c'est comme ça que je l'ai
resenti) quand Indurain ne pouvait pas suivre les attaques et finalement quelques parts faisait le jeu du Danois... on parlera pas de l'arrivée à Pampelune...
un bien triste moment... ça ne m'étonne même pas qu'il ait été réintégré, un peu trop de cas bizarre dans le palmares depuis ça ferait tache à force...


Idris 02/03/2011 09:41



Génial toutes tes précisions!!


Moi j'étais encore un peu jeune lors de ce Tour, et je ne le suivais pas encore en entier. Je suis déçu de voir que le seul souvenir que j'ai et peut être une des seules étapes que j'ai
regardées, c'est cette fichue montée d'Hautacam... En tout cas j'étais trop jeune lorsque Indurain a régné sur le Tour et je ne connais pas l'ambiance de ses victoires. Même si il est soupçonné,
il fait parti des vainqueurs de l'ère moderne, les moins sulfureux. Effectivement d'après ce que j'en ai entendu, c'était un grand chmapion qui avait de la classe. Riis à côté a été
écoeurant...


Effectivement il a été réintégré comme vainqueur 1996 car quand on regarde, depuis l'après guerre, il n'y a que 3 ou 4 vainqueurs qui n'ont pas trempés dans des affaires. Je m'étais amusé à
vérifier tout cela en retraçant les carrières des vainqueurs... c'est bien triste...mais c'est presque obligé, dès qu'il y a de la compétition, la triche est tentante...



Mon Blog

  • : Ascensions de grands cols en vélo - cyclotourisme en montagne
  • : Dans ce blog je décris mes ascensions de grands cols en vélo, je mets les profils des cols et je fais part de ma passion du vélo en montagne et de mon expérience.
  • Contact

Qui-Suis-Je?

  • Idris Raossanaly
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!

Compteur kilométrique 2015

 

Au 20 janvier 2015
Kilométrage total   260 km
Vélo urbain   20 km
Vélo en montagne

  209 km

Sorties plates   31 km
Dénivelé positif   3200 m
Mois en cours   260 km

 

Visiteurs uniques

Rechercher

 

photos col de la Pierre Saint Martin le 17 octobre 2009 013

 

 

P1010407

 

 

photos col du Soulor et col des Bordères le 26 av-copie-1

 

 

P1010361.jpg

 

 

photos col du Tourmalet le 12 juin 2010 021

 

 

P1010327

Divers liens

Si vous aimez la littérature et l'écriture, je vous encourage à visiter régulièrement ce site, très bien fait par une personne très sympathique (passionnée de vélo aussi), qui rédige régulièrement des nouvelles :

 

http://richardpatrosso.typepad.com/dndr/