Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 21:15

Après une nouvelle série de 4 semaines sans faire de vélo, j'ai enfin pu repédaler. Après la coupure plutôt nécessaire en octobre pendant 4 semaines, j'ai pu faire 3 belles sorties en vélo début novembre mais entre la météo capricieuse, les semaines chargées au travail et les week end où il y a aussi beaucoup de choses à faire, 4 semaines se sont écoulées. Et j'étais pas loin de voir une 5e semaine sans vélo se profiler à l'horizon...

Pour ce week end, je suis rentré dans les Pyrénées. J'étais tenté de pédaler un peu au milieu de toutes les choses que j'avais à faire mais le samedi a été pluvieux et très froid pour ne pas dire glacial (forcément avec l'humidité). Et pour le coup ça ne donnait pas envie de sortir dehors. En plus en montagne c'est la neige qui a commencé à tomber pas mal... Il y a eu quelques flocons à 500m d'altitude samedi après midi.

Quant à la météo de ce dimanche 7 décembre, les prévisions faisaient état de belles éclaircies (comme pour le samedi). Si c'était pour se retrouver avec la même météo de samedi et le même froid, c'était clair que je ne sortirai pas en vélo ! Du coup j'ai décidé de faire une bonne grasse mat car j'ai plutôt du mal à récupérer de la fatigue ces dernières semaines.

Et alors que tout allait bien (je dormais bien quoi^^), mon père passe pour me dire qu'il faisait beau. Je me suis donc levé pour voir ça de plus près. Et effectivement, il faisait grand beau, ciel bleu sans nuage ! Et au niveau de la température, il faisait froid mais moins que la veille. Forcément, j'ai changé mes plans et j'ai décidé d'aller faire du vélo un peu. Pédaler dans le froid il n'y a rien de tel pour se réveiller^^ Vu l'heure tardive, j'ai décidé de ne pas faire une grande sortie. Je me suis dit que faire un petit tour à Bagnères suffirait à mon bonheur après 4 semaines sans vélo, et surtout que vu le froid, pas sûr que je me motive pour rester longtemps dehors.

Le temps de manger un peu, de dire bonjour aux vélos, de préparer le vélo de route et de le briefer, il était 11h quand je suis parti. L'heure de l'apéro déjà !

6°C au départ, ça réveille bien. A ma grande surprise, j'étais en jambes.

Sur tout le trajet jusqu'à Bagnères j'ai pu profiter de la vue sur les montagnes complètement enneigées. J'ai dépassé pas mal de cyclistes. Il y avait aussi beaucoup de marcheurs. Je pense que personne ne s'attendait vraiment à avoir une telle journée !

 

Les nuages sur le Pic du Midi vont s'estomper très vite :

 

Photos col des Palomières le 7 décembre 2014 003

 

Je me suis arrêté après 4,5 km pour caresser les ânes. Ils avaient l'air d'apprécier, sur le front, derrière les oreilles, sur le menton^^Après plusieurs minutes je suis tout de même reparti.

Il y avait très peu de voitures sur la route, un régal !! Et vu que les jambes tournaient bien, j'avançais plutôt vite. En approchant de Bagnères je me suis dit que j'allais aller au col des Palomières, ça va être sympa pour la reprise hivernale en attendant que le col d'Aspin soit de nouveau accessible de temps à autres pendant l'hiver.

 

Je repasserai te voir pendant l'hiver :

 

Photos col des Palomières le 7 décembre 2014 006

 

En passant Bagnères, j'ai attaqué directement l'ascension du col des Palomières. J'étais vraiment bien et j'avais un peu l'impression de voltiger (toutes proportions gardées quand même). Je n'avais pas de difficulté à passer les portions à 10%.

J'ai voulu prendre des photos tout en grimpant et là je me suis rendu compte que mon apapreil photo était dans la poche gauche alors que d'habitude je le mets à droite. Je ne comprends pas comment j'ai pu me planter^^ Du coup j'étais en galère pour prendre les photos en roulant car avce la main gauche je ne suis pas habitué. Et du coup ce sont mes pâtes de fruit qui étaient à droite. En plus j'en ai même pas mangé pendant la sortie^^

La vue sur le Pic du Midi était superbe ! Plus je grimpais et plus le froid se faisait sentir. La neige commençait à apparaître très très légèrement sur le bord de la route à 680m d'altitude.

 

Photos col des Palomières le 7 décembre 2014 011

 

Photos col des Palomières le 7 décembre 2014 014

 

Photos col des Palomières le 7 décembre 2014 017

 

Je suis arrivé au sommet, il faisait 2°C. J'ai profité de la vue dégagée sur la plaine et les Baronnies. C'est toujours agréable.

Il y avait beaucoup de monde au sommet, sûrement des gens qui sont montés pour manger à l'auberge du sommet.

Après quelques minutes, le vent de nord s'est levé et là j'ai rvaiment commencé à avoir froid ! J'ai donc décidé de repartir.

 

Photos col des Palomières le 7 décembre 2014 020

 

Au sommet :

 

Photos col des Palomières le 7 décembre 2014 021

 

Vue sur la plaine et les Baronnies :

 

Photos col des Palomières le 7 décembre 2014 024

 

Photos col des Palomières le 7 décembre 2014 029

 

Photos col des Palomières le 7 décembre 2014 033

 

Photos col des Palomières le 7 décembre 2014 031

 

Je n'avais pas pris de sac à dos. J'avais fait toute la montée avec la veste thermique fermée et mon écharpe. Je n'avais rien d'autre à me mettre pour la descente mais finalement je n'ai pas eu trop froid. Une bonne descente rapide sur Bagnères. Avant de rentrer dans la vallée, j'ai eu envie de faire un petit tour dans Bagnères. J'aime toujours y pédaler et en faire le tour comme je le faisais quand j'étais petit.

Après quelques kilomètres, je suis revenu sur la route du retour pour rentrer. Je commençais à avoir un petit creux.

Par contre, le vent de nord s'étant levé au moment où j'étais au sommet du col, il soufflait de face pour le retour. Plus que l'handicap du vent de face, ce qui me gênait surtout c'est que la température baissait de plus en plus ! Il faisait 8°C en bas de la descente du col des Palomières et plus j'avançais sur le retour et plus ça baissait si bien qu'il faisait moins de 7°C quand je suis rentré...

Une fois rentré, j'ai pris une bonne douche bien chaude !

 

Petit regard en arrière dans le final de cette sortie sous un ciel sans nuages :

 

Photos col des Palomières le 7 décembre 2014 036

 

Décidément cette journée radieuse était vraiment inespérée ! La bonne surprise du week end ! Et du coup, moi qui n'avais pas prévu de sortie en vélo, j'ai tout de même pu en faire une petite en plus de la grasse mat^^

Pendant l'hiver pour els prochaines sorties je compte sur une possible accessibilité du col d'Aspin de temps à autre comme j'ai pu en profiter en hiver ces dernières années. Je table aussi sur des sorties au col du Soulor et à Hautacam qui est en général la première grosse ascension en plein hiver ces denrières années.

On verra ce que nous réserve la météo.

 

Pour ce qui est de cette sortie, je me suis réveillé sur 50 km et 700m de D+.

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 17:10

En cette période sans trop de sorties en vélo, je vais continuer la série sur les petites montées du Cantal par lesquelles je suis passé cette année.

Ce coup-ci je vais parler du col de la Croix de Cheules qui se situe dans le Cantal (15) à 907 mètres d'altitude. Ce col se situe à un croisement de 3 routes et se trouve pas trop loin à l'Est d'Aurillac. J'y suis allé en arrivant par la vallée de la Jordanne. La route est en faux plat montant et traverse les villages de Saint Simon, Lascelles et Saint Cirgues de Jordanne. Dans ce dernier village il faut prendre à gauche la D59 et à partir de là il reste environ 2 km de replat avant d'attaquer des pourcentage à 12% sur environ 1 km à travers la forêt. Sur la fin la pente diminue aux alentours de 8% et débouche toujours en forêt, sur le croisement de la Croix de Cheules à 907m.

Bien évidemment il s'agit d'un col de passage pour rejoindre plusieurs vallée. Il ne présente pas de difficulté particulière car la partie raide bien qu'à 12%, ne s'éternise pas. Ce qui peut influer sur la fatigue c'est si on a eu du vent de face dans toute la vallée de la Jordanne.

Pour ma part j'y suis passé pour accéder un peu plus haut à la route des crêtes d'où le paysage se découvre.

 

Quelques photos des villages de la vallée de la Jordanne, j'ai très peu de photo du col en lui même car il présente peu de paysage.

 

Saint Simon :

 

Photos col du Bruel le 1er juillet 2014 024

 

Photos col du Bruel le 1er juillet 2014 026

 

Photos col du Bruel le 1er juillet 2014 027

 

 

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 10:12

Petit tour en Auvergne dans le Cantal (15) pour parler du col du Croizet où j'ai eu l'occasion de passer cette année. Il s'agit d'un col qui culmine à 769m d'altitude sur les hauteurs d'Aurillac. Sa faible altitude nedoit pas faire oublier ses pourcentages !

En effet étant donné qu'il se situe juste à la sortie d'Aurillac, à froid il peut faire mal aux jambes. Et pour cause, pendant presque 2 kilomètres, la pente est à 12%.

En partant de la partie basse d'Aurillac, il faut remonter sur la partie haute et quitter la ville par la rue de la Libération. Là ça pique bien les jambes, on est déjà sur du 12%. Après un court replat tout relatif, la pente repart de plus belle et on s'élève très vite au dessus de la ville si bien qu'on arrive au col du Croizet après seulement 6 km.

 

Le col du Croizet se situe à un embranchement en pleine montée. Si on prend à gauche (on rebouffe du 12% même plus^^) on rejoint une petite crête qui permet de redescendre un peu plus loin dans la vallée de la Jordanne qui mène à d'autres crêtes et au Pas de Peyrol qui est encore un peu plus loin.

 

La montée du col du Croizet se fait d'abord dans Aurillac même avant de quitter la ville et d'alterner entre passages dans la forêt et points de vue sur la ville. Quant à la route elle n'est pas particulièrement en très bon état mais en même temps vu le peu de circulation sur cette route ce n'est pas étonnant.

 

Au final il s'agit plus d'un col de passage qu'autre chose, il évite de rejoindre la vallée de la Jordanne par la grande route à la sortie d'Aurillac.

 

Dans la montée :

 

Photos col du Bruel le 1er juillet 2014 001

 

Au col du Croizet à la bifurcation (on voit la route qui part à droite) :

 

Photos col du Bruel le 1er juillet 2014 004

 

Et si on va à gauche on se retrouve là sur du 12% encore :

 

Photos col du Bruel le 1er juillet 2014 006

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 17:25

Après la sortie sympa dans les Baronnies du 8 novembre, deux jours auparavant, ce lundi 10 novembre était une occasion pour faire une deuxième sortie en vélo dans le week end. J'avais en effet pris la journée du 10 pour pouvoir avoir le week end long.

La météo du lundi s'annonçait pas trop mauvaise et finalement elle sera ensoleillée. La veille, le dimanche il a énormément plu sur les Pyrénées et les températures ont fortement chuté si bien que le matin du 10, ça n'a pas été simple du tout...

Je me suis levé et j'ai vu le beau temps qui s'annonçait, mais qu'est ce qu'il faisait froid ! J'avais envie de me recoucher et de continuer à dormir car je m'étais couché à 2h30 du matin...

J'ai un peu trainé au moment de partir, en espérant que la température augmenterait, mais vers 9h15 je ne pouvais pas attendre plus longtemps. Il faisait 6°C au moment de partir. 2 jours avant lors de la sortie avec Seb dans les Baronnies, nous avions eu 11°C en température minimale.

Je souhaitais rentrer assez tôt dans l'après midi car le soir j'avais une soirée bowling à Tarbes. Et si je pouvais ne pas avoir mal aux jambes ce serait mieux^^

Pour le programme de la sortie, j'avais toujours sous le coude l'enchainement col d'Aspin par Sainte Marie de Campan et Hourquette d'Ancizan par Ancizan. De quoi faire une belle boucle.

Mais j'allais voir en fonction des jambes et de la température au fur et à mesure de la sortie. Et tout ce que je peux dire c'est que j'allais être très vite fixé !

 

Photos col d'Aspin le 10 novembre 2014 001

 

Autant 2 jours avant dans les Baronnies, les jambes n'étaient pas trop mauvaises, autant là ça n'a pas été vraiment top... J'espérais voir ma forme progresser mais je crois que le froid m'a un peu tétanisé.

En plus là il y avait du vent de face lorsque je suis parti en direction de Bagnères. Dès le début j'ai senti que je n'avais pas de bonnes jambes si bien que très vite j'ai su que je ne ferai probablement que le col d'Aspin dans la sortie sans en rajouter plus.

Alors que j'avançais vers Bagnères, malgré le vent de face, je profitais pleinement de la vue superbe sur la chaine des Pyrénées.

Juste après les deux petites bosses qui précèdent Bagnères, alors que j'étais dans la ligne droite de 2 km, une voiture m'a dépassé sans s'écarter si bien que j'ai senti l'extrémité de son rétro droit qui a touché mon coude gauche, à plus de 90 km/h pour la voiture, mon rythme cardiaque s'est un peu accéléré... J'ai gueulé, mais qu'est ce qu'un cycliste peut faire de plus...

Juste après Bagnères, je me demandais sincèrement si j'arriverai à faire une ascension car la température était toujours de 6°C, j'étais toujours frigorifié, et les jambes ne tournaient pas bien du tout.

Mais très vite quand la pente s'est faite plus prononcée en approchant de Campan, j'ai senti que dans les montées j'étais mieux que sur les faux plats.

 

En remontant la vallée, le Pic du Midi est à droite :

 

Photos col d'Aspin le 10 novembre 2014 008

 

Photos col d'Aspin le 10 novembre 2014 010

 

En voilà un qui peut profiter d'une superbe vue sur le Pic du Midi :

 

Photos col d'Aspin le 10 novembre 2014 013

 

Le Montaigu toujours aussi majestueux :

 

Photos col d'Aspin le 10 novembre 2014 019

 

En direction de Campan :

 

Photos col d'Aspin le 10 novembre 2014 020

 

Finalement en approchant de Sainte Marie de Campan, le vent s'est atténué et ne me gênait plus. Ouf, c'est déjà ça. J'ai mangé une pâte de fruit à Sainte Marie de Campan et je me suis élancé dans l'ascension du col d'Aspin en espérant que je n'allais pas être trop en galère.

Il faisait toujours froid si bien que j'ai gardé ma veste thermique fermée comme depuis le départ.

 

C'est parti :

 

Photos col d'Aspin le 10 novembre 2014 022

 

Au fur et à mesure de l'ascension, les doutes sur les jambes s'estompaient. J'étais quand même bien loin d'vaoir une forme convenable mais je n'étais pas à la rue non plus et le 39x25 allait bien. J'appréciais d'effectuer l'ascension sans trop de voitures. J'ai dépassé 3 cyclistes dans l'ascension.

J'oubliais de préciser que depuis la sortie dans les Baronnies j'avais mes chaussures avec les cales et les pédales semi-auto. Tout fonctionne bien et c'est bien sympa!^^

Lorsque j'ai entamé les 5 derniers kilomètres plus raides, j'ai apprécié la vue sur le Pic du Midi au dessus de la station de Payolle. Finalement l'ascension se passait bien et j'appréciais le calme du col d'Aspin. A 2 km du sommet il y avait deux vaches sur la route, les seules qui restaient encore dans le coin^^

 

A l'entame des 5 derniers kilomètres après avoir passé Payolle :

 

Photos col d'Aspin le 10 novembre 2014 026

 

Sur les derniers kilomètres j'ai bien senti que les jambes commençaient à se faire sentir, y avait pas de place pour faire la Hourquette d'Ancizan après^^ Mais heureusement ça tournait quand même bien sur 39x25.

Toujours le même plaisir d'être au sommet du col d'Aspin ! Il s'agissait de ma 35e ascension du col ! 30 fois par Sainte Marie de Campan et 5 fois par Arreau.

Au sommet j'ai profité de la vue puis j'ai discuté pendant un bon quart d'heure avec un cycliste qui est en vacances à Saint Lary et qui venait de faire l'ascension par Arreau.

 

Dans le final :

 

Photos col d'Aspin le 10 novembre 2014 029

 

Vue sur le sommet du col :

 

Photos col d'Aspin le 10 novembre 2014 030

Au sommet, vue côté Arreau et notamment sur le massif de l'Aneto :

 

Photos col d'Aspin le 10 novembre 2014 035

 

Le panneau est de nouveau lisible :

 

Photos col d'Aspin le 10 novembre 2014 041

 

Vue sur le Pic du Midi :

 

Photos col d'Aspin le 10 novembre 2014 045

 

Après de longues minutes passées au sommet, je me suis préparé pour la descente. Il ne faisait que 7°C au sommet en plein soleil et j'avais fait toute l'ascension avec la veste thermique fermée. Il y a juste mes jambières que j'ai baissées dans le dernier kilomètre.

J'ai mis mon K-Way et me voilà parti pour la descente. J'ai juste oublié de remonter mes jambières si bien que le froid me piquait énormément les jambes^^

J'ai fait une descente rapide et sans soucis, sans voiture. Une fois en bas dans la vallée, la température était de 9°C mais j'étais toujours frigorifié... Je commençais à avoir faim, du coup j'ai roulé à bloc sur tout le retour.

 

Vue sur Payolle dominée par le Pic du Midi :

 

Photos col d'Aspin le 10 novembre 2014 051

 

Sur les 10 derniers kilomètres le vent de face s'est levé, un vent de nord qui soufflait fort, la sensation de froid était encore plus prenante et ça ralentissait pas mal. Je n'avais presque pas bu de toute la sortie car avec le froid et tout ça, ça ne donnait pas envie. Mais sur les 5 derniers kilomètres je santais la faim de plus en plus forte, du coup j'ai fini un bidon entier^^

Je n'étais pas fâché de rentrer, de prendre une bonne douche bien chaude et de manger !

 

Les paysages étaient superbes mais la brusque chute des températures a été difficile à encaisser quand même. J'avais les jambes un peu tétanisées, et le soir j'ai vu que j'avais des engelures sur les orteils...

J'étais tout de même bien content d'avoir pu grimper le col d'Aspin sur 39x25. C'était une belle 35e ascension.

Pour la sortie ça fait 90 km et 1500m de D+ et du coup j'ai pu être à l'heure sans soucis pour la fin de journée.

 

Espérons que par la suite il y aura des journées un peu plus chaudes^^

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 20:42

Le week end long du 11 novembre tombe à pic. Cette dernière semaine au travail m'a vu faire beaucoup de route en voiture pour les déplacements. J'étais bien content d'en arriver aux 4 jours de week end.

Je suis donc rentré dans les Pyrénées avec l'espoir de pouvoir pédaler un peu. Les prévisions météo prévoyaient une alternance entre journée pas trop moche et journée pluvieuse.

Pour ce samedi 8 novembre, il était prévu plutôt des belles éclaircies. Avec Seb de Keepthewave nous avons décidé de programmer une sortie en vélo dans le coin. Il pouvait venir le matin pour passer la journée. Il avait envie de découvrir les Baronnies. Pas de soucis !

Nous avions prévu de faire le tour des Baronnies avec l'entrée par le col des Palomières et la sortie par la côte du Haut de la Côte qui surplombe Bagnères sur la crête de Cieutat. Et entre les deux côtes, un parcours typique des Baronnies avec une alternance de côtes raides et de descentes sur des routes étroites et sinueuses.

En automne c'est un régal à voir avec toutes ces couleurs et on allait bien en profiter là. Il s'agit d'un coin dans lequel je suis passé plusieurs fois et notamment quand j'étais au collège ou au lycée, j'y ai déjà fait plusieurs traversées par plusieurs routes différentes lorsque je devais me rendre dans la vallée de la Neste ou la vallée d'Aure.

C'est un endroit sympa et très sauvage mais parfois on peut se sentir un peu seul là dedans, c'est ce que Seb allait remarquer lui aussi. Il allait voir aussi ce dédalle de routes dans lequel on peut facilement louper une bifurcation.

Le parcours que nous avions tracé faisait à peu près 85 km.

Seb est arrivé en milieu de matinée. Le temps de préparer les vélos et de discuter, nous sommes partis vers 10h45.

Nous avons pris la route que je prends habituellement pour aller à Bagnères de Bigorre. Seb a pu apprécier les points de vues sur les Pyrénées car je ne l'ai pas précisé, mais le ciel était bien dégagé à ce moment là ! Nous n'avions pas de vent de face non plus ce qui nous a permis d'avancer pas mal lorsque nous avons rejoint la route un peu plus passante. Les deux mini côtes de Pouzac puis la ligne droite de 2 km et nous sommes arrivés à Bagnères à l'intersection au pied du col des Palomières.

 

Un peu de neige sur les sommets :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 004

 

A Bagnères, au pied de l'ascension du col des Palomières :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 009

 

La température grimpait assez vite, il faisait aux alentours de 18°C à cet instant, et nous commençions à avoir chaud. Nous nous sommes arrêtés pour ajuster nos vêtements en fonction de la température, une pâte de fruit et nous sommes partis dans l'ascension du col des Palomières (810m), le point culminant de notre sortie. L'ascension est longue de 4,5 km sur des pentes aux alentours de 6% en moyenne sauf au milieu où il y a une longue portion à 9% et même 10%. Nous avons apprécié le calme de l'ascension et la vue sur le Pic du Midi. Pour ce qui est des jambes je sentais qu'elles étaient meilleures que lors de l'ascension du col du Tourmalet une semaine avant mais ce n'était pas encore la grande forme. Cependant dans la partie la plus raide je n'ai pas non plus ressenti de difficulté. L'ascension s'est faite rapidement et au sommet nous avons passé quelques minutes à admirer la vue dégagée sur la plaine et les Baronnies. C'était la première fois que Seb venait ici. Nous voyions toutes les Baronnies et notamment le château de Mauvezin en plein centre devant lequel nous allions passer plus tard dans la sortie ainsi que la crête de Cieutat et le quartier du Haut de la Côte par lequel nous allions finir la boucle.

 

Dans l'ascension du col des Palomières :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 010

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 012

 

Vue sur le Pic du Midi depuis la montée :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 014

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 016

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 021

 

Panorama sur la plaine et les Baronnies depuis le sommet :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 022

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 024

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 026

 

Photo 2

 

Après quelques minutes nous nous sommes élancés dans la descente. Une descente bien sympa sans voiture, avec un décor agréable. La route est rapidement devenue très étroite au moment d'entrer dans le village de Banios. Puis la descente a continué, de plus en plus étroite, de plus en plus sinueuse, de plus en plus raide, bref une vraie route des Baronnies. Quelques poulets qui picoraient sur le bord de la route ont eu peur en nous voyant débouler et on failli entreprendre de fuir en traversant la route juste devant nous, ils ont eu chaud^^

Un peu plus tard c'est un chien qui était couché au milieu de la route à la sortie d'un virage, qui nous a surpris.

Une fois en bas de la descente, alors que le ciel est soudainement devenu menaçant, nous avons profité de quelques mètres de faux plat descendant avant d'attaquer l'ascension du Couret d'Asque (620m). Une ascension assez roulante à 5/6% environ. A un moment nous avons pu voir des ânes bien tranquilles dans un pré. Toujours aussi sympa à voir ! Une fois au sommet, nouvelle descente rapide sur Bulan que nous avons traversé à grande vitesse pour aller à l'Est des Baronnies vers Esparros.

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 027

 

Seb de l'autre côté du pont en traind e changer les verres de ses lunettes car la luminosité a changé avec les nuages :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 032

 

Et comme je me suis malencontreusement aligné derrière les panneaux, il en profite pour s'amuser parce qu'ici c'est un blog sans fromage :

 

Photo 8

 

Atroce, n'est-il pas ?

 

Photo 9

 

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 033

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 038

 

Photo Seb :

 

Photo 4

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 042

 

En approchant du Couret d'Asque (620m) :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 043

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 044

 

Au Couret d'Asque ceci... (photo Seb) :

 

Photo 6

 

...donne cela :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 046

 

En direction d'Esparros :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 048

 

A proximité d'Esparros nous avons marqué notre première hésitation de la sortie car Esparros était indiqué à gauche (itinéraire pour les gros véhicules) et à droite. Rapide regard sur la carte et le GPS et nous avons décidé de modifier légèrement le parcours que nous avions tracé afin de rejoindre Bourg de Bigorre plus rapidement afin d'éviter de faire une côte complètement à l'Est des Baronnies car on sentait bien que ça allait peser dans les jambes.

Nous avons pris la montée à gauche puis encore à gauche pour traverser des villages que je connais bien, Lomné, Espèche où nous avons marqué quelques minutes d'arrêt pour admirer des superbes vaches écossaises de la race Highland. Des grosses vaches bien poilues avec des grandes cornes, qui ridiculiseraient les copines de Michel de Veloblan^^

 

Petite hésitation, droite ou gauche? :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 052

 

On vérifie la route :

 

Photo 7

 

En direction d'Espèche :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 053

 

Les fameuses vaches poilues de race Highland :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 054

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 055

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 058

 

Les veaux tout aussi poilus :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 061

 

Tu veux aller chez le coiffeur??

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 063

 

Après quelques kilomètres de faux plat descendants que nous avons apprécié, nous sommes arrivés à Bourg de Bigorre d'où nous avons pu avoir une belle vue sur le château de Mauvezin en direction de Bonnemazon.

 

Le château de Mauvezin :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 069

 

Avec le zoom :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 070

 

C'est à la sortie de ce village qu'allait se jouer la suite de notre sortie, droite ou gauche?^^ Quelques secondes ppur regarder la carte, il fallait aller à gauche sur la route qui grimpait pas mal en direction de Castillon. Là les passages à 8% paraitront bien plats face aux longs passages à 12, 13 et même 15% qui nous attendaient sur les kilomètres suivants. Petite satisfaction pour moi, tout est passé sur le 39x25 y compris dans les 15%. Avec Seb nous nous attendions aux différents replats d'où nous profitions de la vue sur les Pyrénées, Pic du Midi et Montaigu aux avants postes !

Seb commençait à se demander qui était celui qui avait eu l'idée de construire des routes droites et raides comme ça :D

 

Les Pyrénées en arrière plan :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 071

 

Petit mur à 12% devant nous, ce n'était que le hors d'oeuvre celui là (la photo a été prise sur une pente à 9%) :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 075

 

Superbe vue depuis la montée :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 078

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 079

 

A la fin du mur suivant  avec des passages à 13% :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 082

 

Et après le mur d'après toujours avec des passages à 13% :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 091

 

Les passages à 8% paraissent plats :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 092

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 094

 

Faudra aller sur la crête d'en face :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 097

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 111

 

Juste en haut du mur à 15% :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 115

 

Grenadine et biscuits en guise de ravito et c'est reparti !

Heureusement la fin était en vue car après la côte raide nous sommes arrivés au sommet sur a colline, en face de la crête de Cieutat, il ne nous restait plus qu'une descente suivie d'une montée de quelques kilomètres à 5% pour déboucher sur le quartier du Haut de la Côte, synonyme de fin de la dernière côte. Il ne nous restait plus qu'à profiter à fond de la descente sur Bagnères pour attaquer le retour dans la plaine.

Un retour qui s'est fait assez rapidement avec des gros relais. Les derniers kilomètres sur la route tranquille ont été bien sympas sous le soleil radieux de retour et les derniers regards sur les montagnes avant de rentrer.

 

Dans la dernière montée à 5% qui mène au Haut de la Côte :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 117

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 120

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 123

 

Fin de la dernière difficulté du jour :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 126

 

Sur la fin dans la plaine :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 127

 

Photo Seb :

 

Photo 1

 

Petit regard en arrière sur les Pyrénées :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 128

 

Plus vite que notre ombre :

 

Photos Baronnies 8 novembre 2014 135

 

Un bon repas nous attendait sans oublier la traditionnelle bière de fin de sortie soigneusement choisie par Seb !

 

Seb a pu découvrir les Baronnies, bel endroit, sauvage, mais quelque peu pentu, ses jambes s'en souviendront sûrement^^ Ce fut une sortie sympa que nous avons bien apprécié tous les deux. Le 39x25 est passé partout et bien que la grande forme n'était pas là, au moins c'était encourageant pour la suite du week end !

 

Nous avons parcourus 85 km pour 1500m de D+.

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 16:58

Après 4 semaines sans vélo, c'était la sortie de reprise pour ce 1er novembre. Il faut bien avouer que ça commençait à faire long et ça me démangeait de repédaler.

Il se trouvait que je revenais dans les Pyrénées pour ce week end et la météo s'annonçait on ne peut mieux pour un 1er novembre !!

La douceur du mois d'octobre a fait que les sommets ne sont pas encore enneigés et donc.....le col du Tourmalet est toujours ouvert !! Ce n'est pas tous les ans que ça arrive.

Bref, pour la sortie de reprise j'avais le col du Tourmalet en tête. Je craignais de me retrouver en galère totale car les sorties du mois de septembre jusqu'à début octobre ont été difficiles en raison de la mauvaise forme. Mais d'un autre côté en voyant cette météo je savais bien que c'était la dernière occasion de l'année d'aller au Tourmalet.

J'ai donc pris le risque.

La grosse difficulté a été de se lever samedi matin. J'étais rentré tard la veille au soir et du coup mon réveil a bien sonné à 6h50 mais ce n'est qu'à 7h20 que je me suis péniblement arraché du lit... J'avais l'impression de revenir quelques années en arrière quand il fallait se lever pour aller en cours au lycée^^

Heureusement, je suis allé me réveiller sur le balcon de ma chambre, et quand j'ai vu le lever du jour sur les montagnes, je me suis réveillé direct !

 

La vue depuis le balcon de ma chambre, ça réveille :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 001

 

Il faisait par ailleurs moins froid que ce que je craignais. J'ai pu partir avec les gants courts. Le temps de préparer le vélo qui s'était reposé pendant 4 semaines et tout ça, je suis parti à 8h passé.

Quel plaisir d'être de nouveau sur le vélo au début d'une si belle journée ! La vue sur les montagnes était superbe. Il y avait un faible vent de face qui soufflait mais par moment c'était des grosses rafales qui ralentissaient pas mal.

Dès le début de la sortie j'ai bien senti que je n'avais pas de bonnes jambes... Cependant j'avais le col du Tourmalet en tête et je voulais absolument y aller ! Du coup je me suis bien concentré pour gérer ma remontée de la vallée sur une cadence de pédalage régulière sans dépenser de l'énergie pour rien face au vent.

Et ça a plutôt bien fonctionné car au fur et à mesure que j'avançais et que les côtes se faisaient plus prononcées, bien que je n'vaais pas de bonnes sensations, je continuais de pédaler sur un rythme régulier qui était le bon car je sentais que je ne me fatiguais pas trop. Et plus j'avançais et plus j'avais espoir de faire une ascension pas trop mauvaise.

A un moment, une buse a décollé d'un arbre sur la gauche de la route et est passée devant moi avant de planer à hauteur de mes yeux sur ma droite à seulement 1 mètre de moi pendant quelques secondes. Bien sympa ! (et pas de serpent à l'horizon^^).

 

Début d'une journée splendide :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 004

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 008

 

Le Pic du Midi :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 011

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 014

 

Le Montaigu, superbe :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 017

 

Une fois que j'ai rejoint la grande route, j'ai été agréablement surpris de voir qu'il y avait vraiment une très faible circulation. Que demander de plus !

Dans les dernières côtes à 8 et 9% qui permettent d'arriver à Sainte Marie de Campan, je commençais à avoir chaud, il faisait 21°C.

Au pied de l'ascension, devant la statue d'Eugène Christophe, j'ai mangé une pâte de fruit, enlevé ma veste thermique et c'était parti pour le col du Tourmalet !

Il y avait peu de voitures qui allaient au Tourmalet et c'était bien agréable comme ça.

 

Au pied de l'ascension du col du Tourmalet à Sainte Marie de Campan, avec la statue d'Eugène Christophe :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 022

 

Dans le début de l'ascension :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 023

 

Sur les 4,5 premiers kilomètres pas trop difficiles, j'ai fait en sorte de trouver un rythme qui allait me convenir pour la suite de l'ascension. A partir du hameau de Gripp c'était parti pour les 12,5 derniers kilomètres à 9% !

C'est la première fois que je grimpe le col du Tourmalet si tard dans l'année par ce versant (je l'avais grimpé par l'autre versant le 26 octobre 2009) et la luminosité n'était pas du tout la même que pendant l'été. Le soleil étant plus bas, il était par endroit, masqué par les sommets bordant l'ascension, ce qui fait que de nombreuses portions de l'ascension se retrouvaient à l'ombre alors qu'en été c'est entièrement ensoleillé.

Dès le début de la partie raide j'ai senti que j'allais pouvoir mieux grimper que ce que je craignais. J'ai pu adopter un rythme régulier.

 

Dans le tout premier paravalanche à plus de 11 km du sommet :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 026

 

Les parties ensoleillées et celles à l'ombre, alternaient tout au long de l'ascension avec de gros écarts de température. Il faisait plus de 20°C au soleil et seulement 11°C à l'ombre.

Mais que c'était beau ces couleurs d'automne !! Les arbres avaient une palette de couleurs très diversifiée. Sur toute l'ascension, j'ai mitraillé de photos tout en grimpant.

 

Les couleurs sont vraiment superbes ! :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 027

 

J'ai bien passé le lacet du Garet, très raide, ainsi que la portion qui suivait. La stèle à l'endroit où Eugène Christophe a cassé sa fourche en 1913, a été enlevée, sûrement pour la saison hivernale. L'ascension est longue mais là je ne voyais pas le temps passer tellement c'était bien.

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 037

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 040

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 046

 

En passant sous les paravalanches qui précèdent La Mongie, j'ai constaté qu'ils ont été nettoyés de tous les tags qu'il y avait et qui dataient des Tours de France du début des années 2000 !!

 

Dans les paravalanches nettoyés :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 047

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 050

 

Vue sur Artigues et une partie du début de l'ascension :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 053

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 057

 

La Mongie en vue :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 061

 

Un peu avant La Mongie un cycliste m'a rattrapé, nous avons échangé quelques mots, bien sympa. Puis un peu plus tard c'est un autre cycliste avec qui j'ai discuté plus longuement tout en grimpant. Très sympa le gars, et très en jambes aussi après plusieurs jours à pédaler dans les Pyrénées, il grimpait vite mais a fait demi tour à La Mongie pour retrouver sa femme qui montait aussi en vélo mais qui était un peu plus en galère, il aura fait ça sur toute la montée.

En traversant La Mongie j'étais bien fatigué et à la sortie de la station j'ai vraiment commencé à être en galère. Je relançais comme je pouvais, en danseuse, assis. J'étais dans cette interminable ligne droite de 2 km à 9% après la station. Cette partie m'a paru bien longue. Je regardais l'avancement des travaux qui gâchaient le paysage de ce final, ça énerve de voir ça et par la même occasion ça fait une distraction vu que je pensais moins à la pente.

 

Pas très beau :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 063

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 065

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 066

 

Bizarrement j'ai mieux passé les virages dans les 2 derniers kilomètres qui sont jusqu'à 12%. C'est à 2 km du sommet que j'ai aperçu les lamas en contrebas de la route.

 

Les lamas :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 068

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 069

 

J'ai passé le dernier virage à 500m du sommet, complètement à l'énergie, mains en bas du guidon, en danseuse, comme je pouvais^^

Quel plaisir d'arriver au sommet !!!

Les 4 derniers kilomètres ont été durs mais les 13 premiers ont été bien gérés. Avec les mauvaises jambes que j'avais, j'ai évité le pire^^

La vue depuis le sommet était entièrement dégagée, un régal pour les yeux !!

J'ai passé de longues minutes à admirer la vue.

Il faisait 20°C au sommet c'était bien agréable en manches courtes.

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 072

 

Vue depuis le sommet sur le versant de Luz Saint Sauveur, superbe :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 073

 

La piste qui va vers le Pic du Midi où il n'y a plus le portail à cause des travaux de ce projet Tourmalet 360... :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 077

 

Vue sur La Mongie depuis le premier virage de la descente (ou le fameux dernier de l'ascension^^) :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 085

 

Le fameux dernier virage très raide :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 090

 

Après avoir bien profité de la vue, j'ai mis ma veste thermique et je me suis élancé dans la descente. Ce coup-ci, pas de voiture ni de camping car pour me ralentir. J'ai pu me laisser aller comme je voulais. Le top ! J'ai dévalé la pente et notamment la longue ligne droite avant La Mongie à presque 70 km/h.

Par contre une fois redescendu en bas, au moment d'attaquer la vallée, j'ai bien senti que j'avais très mal aux jambes^^ Ce n'était pas vraiment des douleurs dûes à l'ascension mais plus des douleurs de fatigue musculaire accumulée depuis plusieurs semaines.

J'avais vraiment pas envie de faire tout le retour dans la vallée mis bon il fallait bien... Le vent avait tourné comme habituellement, du coup je l'avais de face mais contrairement à l'aller, là il soufflait énormément et dans les faux plats descendants, là où je suis à 40 km/h habituellement, je peinais à être à 25 km/h... Que c'était pénible...

J'ai fait un arrêt à 4,5 km de la maison pour caresser les ânes avant de terminer.

 

Juste après avoir passé Campan au retour :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 097

 

Les potes aux grandes oreilles, toujours là :

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 103

 

Photos col du Tourmalet le 1er novembre 2014 104

 

Un retour pénible mais que la sortie fut belle malgré le coup de moins bien des 4 derniers kilomètres de l'ascension. Grimper le col du Tourmalet, un 1er novembre, en manches courtes, avec un ciel sans nuage, sans touristes, avec les couleurs d'automne, que c'est bon !! Et ce n'est pas tous les ans que ce sera possible en plus. Je suis vraiment content d'en avoir profité, en plus la neige est tombée aujourd'hui au sommet...

En tout cas comme reprise après 4 semaines sans vélo je ne pouvais pas rêver mieux comme cadre. Au final ça fait 95 km et 2000m de D+.

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 17:43

La cime de la Bonette est un sommet entre les Alpes de Haute Provence et les Alpes Maritimes dans le massif du Mercantour.

Elle culmine à 2860m d'altitude mais la route qui en fait le tour culmine à 2802m. Ce qui en fait le point goudronné le plus haut de France.

Contrairement à ce qui est indiqué sur les panneaux au pied et dans l'ascension, il ne s'agit pas de la route goudronnée la plus haute d'Europe ni des Alpes. Il y a au moins 2 endroits qui sont plus hauts en Europe, à commencer par le Pico Veleta dans la Sierra Nevada au sud de l'Espagne qui culmine à 3392m. Il y a aussi la route de la crête de Tiefenbach au dessus de Solden en Autriche qui culmine à 2829m d'altitude.

 

Il convient de préciser aussi que la route qui fait le tour de la cime de la Bonette et qui passe à 2802m d'altitude, n'est pas un col. Le col de la Bonette se situe juste au début du tour de la cime à 2715m d'altitude. Ça en fait le 3e plus haut col français après le col de l'Iseran (2770m) et le col Agnel (2744m). A partir du col de la Bonette, le tour de la cime se fait en 2 km.

 

A l'origine il s'agissait juste d'un chemin muletier qui a été élargié en 1832 et nommé Route Impériale par Napoléon III le 18 août 1860. La route actuelle a été faite en 1960.

 

Bizarrement le Tour de France n'y est pas passé tant de fois que ça. Le premier passage de 1962 quand Bahamontès était passé en tête, il avait récidivé 2 ans plus tard en 1964. Il a ensuite fallu attendre 1993 pour revoir le passage du Tour de France là haut avec Robert Millar en tête. Cette année là est marqué par la fin de la carrière de Laurent Fignon qui a grimpé la cime de la Bonette en savourant ses derniers instants de Tour de France. Il a ainsi fait toute l'ascension à l'arrière, seul, en profitant.

Le dernier passage en date est celui de 2008 lors d'une étape remportée en bas de la descente à Jausiers par Cyril Dessel. Mais c'est Augustyn qui y était passé en tête au sommet avant de faire une chute spectaculaire au début de la descente. Il s'est raccroché à flanc de montagne tandis que son vélo est tombé assez loin en contrebas et n'a pu être récupéré (le vélo pas lui^^).

 

L'ascension côté Alpes de Haute Provence débute à Jausiers tandis que côté Alpes Maritime, le pied de l'ascension est à Saint Etienne de Tinée.

 

Pour ma part je l'ai grimpé par le versant de Jausiers. Par ce versant l'ascension est longue de 24 kilomètres à 6,7% de moyenne. Il s'agit d'une ascension plutôt longue qui n'offre pas de portions trop raides mais par contre elle nécessite une montée sans temps mort.

On quitte la ville sur du plat avant que la route ne commence à monter sur une pente de 6% environ en épingles. Après quelques kilomètres à 6,5%, la pente passe plus aux alentours des 8% et nous amène après lusieurs kilomètres, aux 2000m d'altitude à 12 km du sommet où le chalet Halte 2000 se trouve. Pendant 2 km après le chalet, la pente flirte avec les 9%.

Au détour d'une courbe le paysage change et une petite partie facile à 5% permet de souffler. Cependant très vite la pente repars de plus belle de façon irrégulière avec des portions allant jusqu'à 12% sur de courtes distances. La route nous fait passer à côté du lac des Essaupres à 2300m d'altitude. Là pendant quelques dizaines de mètres il y a un très court replat qui annonce ensuite une pente à 8% pendant 2 kilomètres sur des épingles avec une longue portion à 11% sur plusieurs centaines de mètres qui permettent de passer devant les casernes de Restefond à environ 4 kilomètres du sommet. A partir de là on aperçoit la cime.

La pente av finir pas s'aplanir pour n'être plus que de 3,5% sur les deux derniers kilomètres jusqu'au col de la Bonette à 2715m d'altitude. Sur ce final on peut voir la route qui fait le tour de la cime et voir à quel point elle est raide. Tout cycliste arrivant là pour la première fois se demandera par quel côté il va faire le tour de la cime^^

Au niveau du col de la Bonette, soit on fait le tour de la cime par la gauche et là c'est un peu moins d'un kilomètre à......14% (et on les sent bien), soit par la droite où il y a 1,2 km un peu moins raide que l'autre côté.

Une chose est sûre rouler sur cette route qui fait le tour de la cime et qui culmine à 2802m d'altitude, c'est quelque chose ! Avec le ravin à côté et ce panorama grandiose !

 

Pour ce qui est de la route en elle même elle est en bon état. Au début elle est plutôt en lacets avant des portions plus en courbes et lignes droites puis de revenir en lacets juste avant le lac. Quant aux derniers kilomètres la route serpente et s'enroule parfois un peu n'importe comment mais c'est grandiose. D'ailleurs cette partie est un peu plus compliquée dans la descente car justement les courbes et virages sont un peu bizarres comparés à la plupart des ascensions.

Les deux derniers kilomètres avant le col de la Bonette sont en courbes et permettent de voir la cime au loin.

Pour ce qui est du paysage il est magnifique tout du long et vraiment très varié ! Tantôt des grands alpages, tantôt des barrières rocheuses puis le final qui se fait dans un paysage très minéral sans végétation, quasi lunaire.

 

En résumé l'ascension de la cime de la Bonette est juste grandiose en vélo. On en prend plein les yeux. Elle est aussi idéale dans un enchainement.

Pour l'article de la sortie complète, c'est ici.

 

Photos Guillestre 08-2014 453

 

Photos Guillestre 08-2014 454

 

Photos Guillestre 08-2014 457

 

Photos Guillestre 08-2014 463

 

La cime est en vue :

 

Photos Guillestre 08-2014 465

 

Dans les 14% en faisant le tour de la cime par la gauche :

 

Photos Guillestre 08-2014 466

 

Panorama depuis le point haut de la route à 2802m d'altitude :

 

Photos Guillestre 08-2014 468

 

Photos Guillestre 08-2014 470

 

Photos Guillestre 08-2014 471

 

Photos Guillestre 08-2014 472

 

Photos Guillestre 08-2014 478

 

Au col de la Bonette :

 

Photos Guillestre 08-2014 479

 

Photos Guillestre 08-2014 480

 

Photos Guillestre 08-2014 481

 

Photos Guillestre 08-2014 483

 

Photos Guillestre 08-2014 484

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 15:33

Après le Tour de France, le mois d'ocotbre est attendu pour la présentation du parcours du Tour de France suivant. C'est chose faite pour le Tour de France 2015. Et le moins que l'on puisse dire c'est que les non grimpeurs risquent une indigestion^^

Pour ma part je le trouve plutôt beau ce parcours.

 

Tour 2015

 

 

Et le détail des étapes :

 

1 Contre la montre Samedi 4 juillet Utrecht / Utrecht 14 km  
2 En ligne Dimanche 5 juillet Utrecht / Zélande 166 km  
3 En ligne Lundi 6 juillet Anvers / Huy 154 km  
4 En ligne Mardi 7 juillet Seraing / Cambrai 221 km  
5 En ligne Mercredi 8 juillet Arras / Amiens Métropole 189 km  
6 En ligne Jeudi 9 juillet Abbeville / Le Havre 191 km  
7 En ligne Vendredi 10 juillet Livarot / Fougères 190 km  
8 En ligne Samedi 11 juillet Rennes / Mûr de Bretagne 179 km  
9 Contre la montre Dimanche 12 juillet Vannes / Plumelec 28 km  
- Repos Lundi 13 juillet Pau    
10 En ligne Mardi 14 juillet Tarbes / La Pierre-Saint-Martin 167 km  
11 En ligne Mercredi 15 juillet Pau / Cauterets - Vallée de Saint-Savin 188 km  
12 En ligne Jeudi 16 juillet Lannemezan / Plateau de Beille 195 km  
13 En ligne Vendredi 17 juillet Muret / Rodez 200 km  
14 En ligne Samedi 18 juillet Rodez / Mende 178 km  
15 En ligne Dimanche 19 juillet Mende / Valence 182 km  
16 En ligne Lundi 20 juillet Bourg-de-Péage / Gap 201 km  
- Repos Mardi 21 juillet Gap    
17 En ligne Mercredi 22 juillet Digne-les-Bains / Pra-Loup 161 km  
18 En ligne Jeudi 23 juillet Gap / Saint-Jean-de-Maurienne 185 km  
19 En ligne Vendredi 24 juillet Saint-Jean-de-Maurienne / La Toussuire - Les Sybelles 138 km  
20 En ligne Samedi 25 juillet Modane Valfréjus / Alpe-d’Huez 110 km  
21 En ligne Dimanche 26 juillet Sèvres - Grand Paris Seine Ouest / Paris Champs-Élysées 107 km

 

 

Le Tour va commencer avec le seul CLM individuel sur 14 km soit le plus faible total depuis 1947!

Ensuite des étapes piégeuses aux Pays Bas. Puis passage par la Belgique avec le mur de Huy au programme pour la première fois, de quoi dynamiter un peu le final. Puis ensuite des pavés de nouveaux. Quelques étapes de plat pour rejoindre la Bretagne avec une arrivée au Mur de Bretagne qui revient après 2011.

 

Pour terminer la Bretagne ce sera un CLM par équipes avant le transfert vers les Pyrénées. Journée de repos à Pau avant le tryptique pyrénéen.

 

Une première étape au départ de..... Tarbes, le 14 juillet, il y a de très fortes chances pour que j'y aille^^ Ceci dit c'est une étape hyper décevante car c'est tout plat avant l'ascension finale inédite jusqu'à la Pierre Saint Martin (1610m). Cette ascension est très difficile, parmis les plus dures des Pyrénées mais il y avait largement moyen de faire un enchainement sympa sans que ça ne devienne trop dur. Et c'est dommage que les organisateurs aient tracé une étape plate comme ça sur tout le début. Elle va donc se résumer à une course de côte alors qu'un Aubisque (1709m) ou Marie Blanque (1035m) aurait eu toute leur place....

 

E10

 

Le lendemain c'est une étape que j'aime bien au départ de Pau et pour cause, le col d'Aspin (1490m) et le col du Tourmalet (2115m) sont au programme avant l'arrivée à Cauterets (915m)!! Une étape longue mais qui offre un excellent final qui peut pousser à l'offensive dès le col d'Aspin. Quant à Cauterets, la station revient au programme en guise de souvenir 20 ans après l'étape de 1995 remportée par Virenque et durant laquelle Casartelli a perdu la vie. Un hommage qui continuera le lendemain justement.

 

E11

 

Pour la 3e étape pyrénénne, ce sera un nouveau départ des Hautes Pyrénées, à Lannemezan. Il s'agit d'un enchainement presque classique maintenant pour mener jusqu'au Plateau de Beille (1780m) en Ariège. Le col du Portet d'Aspet (1069m) au début sera sûrement netralisé pour rnedre hommage à Casartelli puis ensuite les cols vont s'enchainer avec le col de la Core (1389m) et le Port de Lers (1517m). Cependant il y a à chaque fois quelques kilomètres roulants entre les cols ce qui fait que je pense que ça va se résumer probablement à une course de côte cette étape.

 

E12

 

Après les Pyrénées ce sera la transition jusqu'aux Alpes avec deux étapes qui pourraient permettre aux puncheurs baroudeurs de s'exprimer avec des arrivées à Rodez et à Mende là aussi en guise d'anniversaire de la victoire à l'EPO de Jalabert le 14 juillet 1995.

Les deux étapes suivantes avec des arrivées à Valence et à Gap vont permettre d'arriver aux Alpes où le Tour va passer 4 jours dans la dernière semaine.

 

ça va commencer avec une étape anniversaire entre Digne les Bains et la station de Pra Loup (1620m) avec le col d'Allos (2250m). En effet c'est sur cet enchainement qu'en 1975, Bernard Thévenet est entré dans l'Histoire en étant le tombeur d'Eddy Merckx sur le Tour de France. Ce 13 juillet 1975, Merckx a subit une terrible défaillance dans la montée finale et a porté le maillot jaune pour la dernière fois. Le col d'Allos n'a été qu'une fois au programme du Tour sur les 30 dernières années, c'était en 2000. Sa descente est réputée dangereuse et très compliquée à négocier. De quoi faire peur à Pinot peut être^^

 

E17

 

L'étape suivante entre Gap et Saint Jean de Maurienne s'apparente plus à une étape pour des baroudeurs-grimpeurs que pour les favoris. La grosse difficulté sera l'ascension du col du Glandon (1924m) depuis Rochetaillée et une descente sur Saint Etiennes de Cuines, une descente qui va me rappeler des souvenirs un peu douloureux^^ Et pour terminer l'étape, les Lacets de Montverniers seront au programme pour al première fois avec les 18 lacets en moins de 4 km.

 

E18

 

La 2e moitié des Alpes s'annoncent assez pentue^^ Tout d'abord une étape entre Saint Jean de Maurienne et La Toussuire (1705m) avec un enchainement qui diffère un peu de celui de 2012 car ce sera le col du Chaussy (1533m) en ouverture d'étape qui fera ses débuts sur le Tour avant 28 kilomètres de plat que je ne comprends pas car c'est pour relier La Chambre à Saint Etiennes de Cuines qui sont espacé de...2 km... La suite se fera avec le col du Glandon de nouveau par le versant descendu la veille, une ascension bien difficile qui va se poursuivre jusqu'à la Croix de Fer (2067m), puis le col du Mollard  (1638m) et la montée finale. Et en plus ce sera l'Etape du Tour!

 

E19

 

La dernière étape des Alpes sera un remake du tracé de l'étape de 2011 entre Modane et l'Alpe d'Huez (1850m) via le col du Galibier (2645m). Une étape courte de 110 km mais qui avait été magnifique en 2011. Et cette année elle sera la veille de l'arrivée finale à Paris.

 

E20

 

En résumé c'est un Tour pour grimpeur avec énorément de grands cols. Il y a beaucoup d'enchainements avec des étapes de montagne qui seront longues et d'autres très courtes et dynamiques. Le petit regret c'est l'étape de la Pierre Saint Martin condamnée à être une course de côte.

Auparavant les passages au Mur de Huy et au Mur de Bretagne offriront des belles bagarres en vue de l'arrivée sans oublier les pavés qui ont proposé une étape spectaculaire cette année. Le CLM par équipes sera corsé avec l'ascension de la côte de Cadoudale. Bref, vivement le Tour de France 2015!!

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 10:52

La station de Risoul 1850 est une station de ski des Hautes Alpes (05) membre de la Forêt Blanche comme la station de Vars.

Je n'aime pas le ski donc je ne vais pas m'étaler sur la description de la station^^

La station de Risoul culmine à 1850m d'altitude et accueille des courses professionnelles depuis 2010. C'est le Dauphiné Libéré qui y a d'abord fait étape en 2010 avec une victoire de Nicolas Vogondy devant Romain Sicard. Puis la même année Quintana y a gagné deux étapes du Tour de l'Avenir (en ligne puis CLM). Le Dauphiné y est repassé en 2013 avec une victoire de De Marchi avant que le Tour de Fra,ce n'y passe en 2014 avec une victoire de Majka.

Pas encore un très gros passé historique dans le cyclisme et pourtant la station veut se donner une image d'ascension historique en nommant ses 4 derniers virages aux noms de Quintana, Adam&Jalabert, Vogondy et Pescheux. Bref pas très glorieux à première vue surtout pour le duo Adam&Jalabert qui n'est pas forcément le meilleur duo de commentateurs quant à Pescheux, donner un nom de virage à un organisateur, c'est une idée bizarre...

 

Outre cela, depuis 2009, la station de Risoul accueille l'arrivée de la cyclo la Risoul-Queyras.

 

L'ascension se fait au départ de Guillestre. Elle est longue de 14 km à 6,2% (les 13 derniers kilomètres à partir de la sortie de Guillestre sont à 7%) de moyenne.

A la sortie de Guillestre, la pente se met à grimper fortement sur quelques centaines de mètres à plus de 10%. Ensuite la route s'élève de façon régulière sur une pente aux alentours de 5% pendant plusieurs kilomètres. Il y a quelques épingles dans cette partie. Rapidement on domine Guilestre et le point de vue est vraiment sympa sur la ville et le fort de Montdauphin.

A partir de la moitié de l'ascension on sent un petit changement de pente avec le pourcentage qui passe plus entre 7 et 8% de moyenne. A partir de 5 km du sommet on passe les fameux virages cités plus hauts qui s'étalent sur plusieurs kilomètres. A environ 2 km du sommet il y a un kilomètre plus raide avec un long passage à plus de 9% avant que le dernier kilomètre ne soit plus roulant.

On peut traverser le début de la station pour arriver sur un parking dégagé qui offre une belle vue à environ 1860m.

La vue c'est la même sur Guillestre en bas avec tous les sommets autour. C'est assez agréable.

 

L'ascension en elle même n'est pas à proprement parlé difficile bien qu'en fin d'enchainement ça peut peser dans les jambes. L'état de la route est vraiment excellent ce qui rend l'ascension plus agréable. La seule chose qui gâche la fête c'est ce virage Adam&Jalabert et le virage Pescheux^^

 

Début de l'ascension à la sortie de Guillestre :

 

Photos Guillestre 08-2014 395

 

Photos Guillestre 08-2014 399

 

Photos Guillestre 08-2014 400

 

Photos Guillestre 08-2014 402

 

Photos Guillestre 08-2014 403

 

Photos Guillestre 08-2014 407

 

Photos Guillestre 08-2014 409

 

Photos Guillestre 08-2014 410

 

Photos Guillestre 08-2014 411

 

Photos Guillestre 08-2014 412

 

Photos Guillestre 08-2014 415

 

Photos Guillestre 08-2014 416

 

Photos Guillestre 08-2014 417

 

Photos Guillestre 08-2014 418

 

Photos Guillestre 08-2014 419

 

Photos Guillestre 08-2014 420

 

Photos Guillestre 08-2014 422

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 16:27

Parmi les plus belles et grandes ascensions en France, le col Agnel occupe une place de choix de part son profil, son altitude et son paysage.

Il se situe sur la frontière entre la France et l'Italie et culmine à l'altitude de 2744m.. Côté français on y accède depuis Guillestre dans le département des Hautes Alpes.

Il s'agit du 2e plus haut col routier de France derrière le col de l'Iseran (2770m) et le 3e plus haut col des Alpes derrière le Stelvio (2758m).

 

Ce col est un peu méconnu, dépassé en notoriété par son voisin, le col de l'Izoard (2360m). Et pour cause, le Tour de France y est passé pour la première fois en 2008 (versant français) avant un nouveau passage en 2011 (versant italien).

 

Le Giro quant à lui y est passé pour la première fois en 1994 et ne compte que 3 passages au total.

 

Cette faible notoriété permet de garder ce lieu encore assez sauvage, ce qui n'est pas plus mal car il offre un somptueux paysage tout au long de l'ascension par Guillestre avec des marmottes que l'on peut entendre et voir tout en pédalant.

 

D'un point de vue pmus historique, la légende voudrait que Hannibal soit passé par là en éléphant lors de sa traversée des Alpes en 218 avant J.C. Cependant, les historiens ne sont pas d'accord sur ce lieu de passage et selon d'autres personnes il serait passé par d'autres cols (Petit Saint Bernard, Mont Cenis...).

Attila le chef des Huns y serait lui aussi passé.

 

Si tel est le cas, ils ont dû bien apprécier la vue depuis le sommet avec le Mont Viso qui culmine à 3841m et qui est un des somets les plus isolés des Alpes (d'après ce que j'en ai lu).

 

Le col Agnel présente la particularité d'avoir des versants très longs sans oublier des pourcentages élevés.

Le versant le plus dur est le côté italien. Depuis Piasco c'est 51 km d'ascension. Mais le vrai plat de résistance c'est à partir de Chianale à 10 km du sommet. En effet les 10 derniers kilomètres sont à plus de 9,5% de moyenne.

 

Pour ma part je l'ai grimpé par le versant français. Au départ de Guillestre c'est 42 kilomètres d'ascension.

Les 16 premiers kilomètres sont communs avec le col d'Izoard. La pente est modérée aux alentours de 5%. En approchant de la bifurcation entre les deux cols la route s'enroule sur quelques lacets à 7% avant de redevenir rectiligne et presque plate jusqu'à la bifurcation.

Sur cette portion la circulation peut rapidement être pénible car la route n'est pas tout le temps très large. En revanche elle remonte les gorges du Guil et c'est vraiment agréable pour les yeux. A noter sur cette portion, la traversée de quelques tunnels, dont le premier est assez dangereux car en courbe, étroit et sans éclairage. Heureusement il n'est pas excessivement long mais il reste dangereux.

 

En remontant la valéle du Guil :

 

Photos Guillestre 08-2014 251

 

Photos Guillestre 08-2014 254

 

Photos Guillestre 08-2014 258

 

Photos Guillestre 08-2014 272

 

Une fois à la bifurcation entre les deux cols, on laisse la route de l'Izoard qui va vers la gauche et on continue tout droit vers Château-Queyras. Sur environ 2 à 3 kilomètres, al route est plate et même descendante jusqu'au village (qui est très beau d'ailleurs) et même après. L'ambiance qui se dégage à partir de cet endroit, est une ambiance de lieu de plus en plus sauvage et ce n'est que le début. On sent vraiment qu'on approche du fond de la vallée.

La portion roulante et quasi plate se poursuit jusqu'au village de Ville Vieille.

 

A la bifurcation entre le col d'Izoard et le col Agnel :

 

Photos Guillestre 08-2014 275

 

Photos Guillestre 08-2014 277

 

Photos Guillestre 08-2014 279

 

C'est à partir de là que la deuxième moitié de l'ascension commence, après la traversée d'un pont. En effet, la route se cabre de nouveau et un pannonce nous annonce qu'il reste 21 kilomètres d'ascension pour accéder au col Agnel. La pente est aux alentours de 7% en quittant le village avant d'avoir une portion à 9%. Sur cette partie on roule sur une route en corniche avec une très belle vue sur une Demoiselle Coiffée sur la droite.

Le village suivant que l'on traverse c'est Molines en Queyras dans lequel il y a des passages étroits à 13%, attention aux voitures !

 

A Ville Vieille c'est parti pour la 2e moitié de l'ascension :

 

Photos Guillestre 08-2014 284

 

 

Photos Guillestre 08-2014 285

 

La Demoiselle Coiffée :

 

Photos Guillestre 08-2014 287

 

Photos Guillestre 08-2014 288

 

Molines en Queyras :

 

Photos Guillestre 08-2014 290

 

Les 2 kilomètres à la sortie du village sont à 8% avec quelques lacets. Inutile de dire qu'on en prend toujours plein les yeux !

 

Après ces 2 kilomètres à 8%, on peut se reposer sur les 5 kilomètres qui suivent qui sont à 5%. C'est une alternance de replats, raidars voire même une mini descente. La route serpente au milieu des alpages avec une vue dégagée sur le fond de la vallée et le sommet du col que l'on aperçoit très longtemps avant le sommet.

 

La sortie de Molines en Queyras :

 

Photos Guillestre 08-2014 297

 

Photos Guillestre 08-2014 301

 

Photos Guillestre 08-2014 302

 

Photos Guillestre 08-2014 308

 

L'entrée dans les 10 derniers kilomètres de l'ascension coïncïde à peu près avec le passage des 2000m d'altitude. C'est à partir de là que les marmottes font le plus de bruit et qu'elles sont facilement visibles.

A 8 kilomètres du sommet la pente repart sur du 8% pendant 3 kilomètres. Et après, une fois à 5 kilomètres du sommet, c'est la partie la plus raide qui nous attend ! En effet ces 5 derniers kilomètres sont à plus de 9% de moyenne avec notamment le début qui offre une longue portion à 12% dans une épingle à gauche. La route continue de serpenter et de s'enrouler sur de drôles de lacets par moment. Le col est toujours au dessus de nous mais sa vision est plutôt motivante.

Bien que raide, ce final est génial en vélo, dans ce paysage à 2700m !!

 

La satisfaction d'arriver au sommet est normalement à la hauteur de sa beauté et de sa longueur.

 

Photos Guillestre 08-2014 310

 

Photos Guillestre 08-2014 314

 

Photos Guillestre 08-2014 317

 

Dans les 5 derniers kilomètres :

 

Photos Guillestre 08-2014 320

 

Au sommet le panorama est superbe avec bien sûr le Mont Viso parmis les sommets visibles.

 

Vue depuis le sommet, versant italien :

 

Photos Guillestre 08-2014 321

 

Le Mont Viso (3841m) :

 

Photos Guillestre 08-2014 322

 

Photos Guillestre 08-2014 328

 

Vue d'ensemble du sommet du col :

 

Photos Guillestre 08-2014 333

 

Photos Guillestre 08-2014 335

 

Vue versant français :

 

Photos Guillestre 08-2014 336

 

Selon moi, ce col est un petit bijou des Alpes et j'y retournerai volontiers si l'occasion se représente car je l'ai apprécié du début à la fin.

Il est idéal dans un enchainement avec le col d'Izoard.

Partager cet article
Repost0

Mon Blog

  • : Ascensions de grands cols en vélo - cyclotourisme en montagne
  • : Dans ce blog je décris mes ascensions de grands cols en vélo, je mets les profils des cols et je fais part de ma passion du vélo en montagne et de mon expérience.
  • Contact

Qui-Suis-Je?

  • Idris Raossanaly
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!

Compteur kilométrique 2015

 

Au 20 janvier 2015
Kilométrage total   260 km
Vélo urbain   20 km
Vélo en montagne

  209 km

Sorties plates   31 km
Dénivelé positif   3200 m
Mois en cours   260 km

 

Visiteurs uniques

Rechercher

 

photos col de la Pierre Saint Martin le 17 octobre 2009 013

 

 

P1010407

 

 

photos col du Soulor et col des Bordères le 26 av-copie-1

 

 

P1010361.jpg

 

 

photos col du Tourmalet le 12 juin 2010 021

 

 

P1010327

Divers liens

Si vous aimez la littérature et l'écriture, je vous encourage à visiter régulièrement ce site, très bien fait par une personne très sympathique (passionnée de vélo aussi), qui rédige régulièrement des nouvelles :

 

http://richardpatrosso.typepad.com/dndr/