Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 20:35

Bonjour,

 

Petite brève aujourd'hui, pour dire que la météo n'est pas superbe en ce moment sur les Pyrénées et malheureusement cela devrait continuer la semaine prochaine avec des orages. Le passage du Tour de France devrait donc être pluvieux en fin de semaine prochaine...

 

Idris

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 19:18

Le Port de Lers est indissociable du col d'Agnes (1570m). En effet sur le versant au départ de Massat les deux cols possèdent environ 13 kilomètres de pente commune.

Le Port de Lers culmine à 1517m et se situe en Ariège (09). C'est superbe endroit avec notamment l'Etang de Lers qui se situe à la bifurcation avec le col d'Agnes. Il vaut vraiment le détour pour son paysage! Pour ma part j'ai adoré ce col. Je l'ai monté le 28 mai 2011 par Massat. L'autre versant est au départ de Vicdessos mais je ne le décrierai pas car je ne l'ai pas monté par là. Afin de ne pas retaper toute la description, je remets la description des 13 premiers kilomètres de l'article sur le col d'Agnes. J'ai complété la fin :

 

Le début de l'ascension, pendant 2 bons kilomètres est en faux plat montant à 1%. La route serpente à travers de petits villages (Le Port notamment) et une petite forêt. Pendant les 4 kilomètres suivant, la pente n'excèdera pas les 4%. Sur cette portion la pente alternera replats et raidillons un peu plus raides. Puis brusquement, la route va se mettre à grimper plus fort, toujours sur une chaussée en bon état. La pente va passer à 7% avant de rester aux alentours de 6 et 7% pendant 2 autres kilomètres. Puis, la pente va augmenter encore un peu et entrer dans une série de lacets avec un superbe paysage! La pente va donc passer à 8,5% pendant 3 kilomètres environ avant de baisser à 6,5% le kilomètre suivant. Là, le cycliste va arriver à l'Etang de Lers à 1274m d'altitude. A gauche c'est la route du Port de Lers et à droite c'est l'Etang de Lers puis le col d'Agnes. A partir de cet instant, il reste un peu plus de 3 kilomètres à monter encore. Un petit replat permet de souffler à l'endroit d ela bifurcation avant que la pente ne reparte dans une grande courbe sur des des pourcentages aux alentours de 8% Là, la vue est superbe sur l'Etang de Lers et la route qui monte au col d'Agnes derrière. Le point de vue est vraiment somptueux! Les deux derniers kilomètres sont sur des petites courbes et sont plus faciles aux alentours de 6% environ. Le sommet est visible environ 1 kilomètre avant si mes souvenirs sont bons. Une fois au sommet, à 1517m d'altitude, la vue n'est pas extraordinaire par rapport à celle de la montée mais on ne eput qu'être heureux d'avoir roulé dans un si bel endroit!

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 09:49

Cette fois ce fut une randonnée pédestre en montagne. Très belle journée!

Au programme : lac de Cadérolles (2040m) puis le lac de Gréziolles (2115m) puis le lac de Campana (2225m).

Nous étions trois: Arnaud (avec qui j'ai déjà fait d'autres randonnées et le week end à Carcassonne notamment), Paul (qui a plus d'habitude que nous dans la randonnée en montagne, on se connait depuis le collège) et moi.

Nous nous sommes donnés rendez-vous à 9h chez Arnaud qui habite en ville à Tarbes. Paul avait la voiture et moi je suis donc allé chez Arnaud en vélo. Avec les chaussures de marche c'était pas pratique sur le vélo et ça m'a bien confirmé que pour la sortie au Pic du Midi je n'aurais pas pu faire tout le trajet avec les chaussures de marche...

Nous sommes donc partis direction le col du Tourmalet. Nous avons laissé la voiture au lacet du Garet à environ 8 kilomètres du sommet à 1390m d'altitude. Il y avait déjà beaucoup de cyclistes sur les pentes! Le temps que Paul troque sa tenue de touriste pour celle de randonneur, et nous voilà partis!

L'entrée en matière est assez raide! Les 100 premiers mètres de dénivelé se font très rapidement. L'essoufflement arrive assez vite sur cette portion très raide.

Après c'est plutôt plat pendant plusieurs centaines de mètres. Des troupeaux de vaches et de brebis sont sur les bords du sentier.

Après avoir traversé un torrent avec un pont, ça se remet à monter, assez raide par endroit. Pas de chance pour Arnaud qui fait une crise d'asthme. Il n'est pas asthmatique mais de temps en temps ça lui prend et pas de chance ça tombe là. Il est donc essoufflé. Le soleil brille et la journée est vraiment belle, nous marchons tranquillement.

Il y a pas mal de marcheurs déjà dans ce coin là. La montée est agréable et nous arrivons au premier lac juste après avoir passé les 2000m d'altitude. A 2040m exactement, le lac de Cadérolles, premier lac du programme. Nous y sommes montés en 1h30 soit 30min de moins que ce qu'indiquait le panneau. Beau lac avec son barrage. Petite halte avant de continuer. On longe le lac sur des rochers avant de rejoindre le sentier derrière le lac pour continuer vers le lac de Gréziolles.

La vue est superbe quand regarde derrière nous avec le lac de Cadérolles et la plaine ensuite! Sur cette portion la montée n'est pas très raide et rapidement nous arrivons au pied du barrage du lac de Gréziolles, nous montons sur le sentier et au détour d'une courbe, derrière quelques pins, le lac de Gréziolles! Superbe! Un magnifique plan pour un film! Le lac avec son extension fine en bas de ce sentier plein de rochers avec des pins éparses! Nous sommes donc descendu et avons traversé tout un éboulis de gros rochers pour aller au bord de l'eau. Paul a l'habitude et il était très à l'aise sur les rochers. Dommage, il n'y avait pas de marmotte pour nous montrer comment faire...

Là, au bord du lac, nous avons décidé de manger. Pique nique avec tout ce qu'il faut y compris le vin rouge, au soleil, vraiment très agréable. Nous sommes restés environ 1h45 au bord du lac à nous prélasser!

Ensuite nous avons continué pour la suite. Tout d'abord les gros rochers pas si simples à passer selon leur position... Cela nous a valu quelques égratinures sur les mollets et les mains. Nous avons rejoint le sentier avant de monter une portion raide, très raide même qui ne ressemblait plus au sentier. Un peu fatiguant mais c'était sympa. Une fois en haut de ce "mur" c'était un peu plus plat et nous voici à côté du refuge de Campana et juste en contre bas derrière, le lac du Campana. Superbe lac, magnifique! le bout du chemin? Que neni!!! Alors que nous étions à 2240m d'altitude environ, nous voulions avoir un meilleur point de vue et la crête ne nous semblait pas si longue. Nous voici en train de monter de nouveau sur des parties raides, les mains nous ont bien aidé pour passer. Une fois en haut, un superbe point de vue sur ce lac. Un lac de 41m de profondeur d'après wikipedia. Petite halte. Nous profitons de la vue. En regardant sur notre gauche alors que nous étions face au lac, nous voyions la crête. Raide mais pas si lointaine à vue d'oeil. La question que nous nous sommes posée est "que-y-a-t-il derrière". Alors nous voilà en train de grimper sur ce raidar. Après avoir signeusement essayé de repérer le meilleur passage là dedans. Là haut, pas grand chose à voir si ce n'est une autre petite crête un peu plus loin. têtu comme nous sommes, nous voilà partis vers cette crête. Nouvelle grosse grimpette et nous voilà à 2380m d'altitude, point haut de notre balade. Il n'y avait pas grand chose à voir si ce n'est vers l'Est (d'où nous venions), avec légèrement vers le sud, un lac dont on ne connaissait pas le nom (il s'avèrera que c'est le lac de la Hourquette) ainsi qu'un autre lac inconnu plein Est de l'autre côté du lac de Gréziolles (sachant que nous étions à l'ouest du lac de Gréziolles). le lac de Gréziolles étant caché à nos yeux au fond d'une crête. Lac inconnu (la Hourquette) ne semblait pas si inaccessible. Un éboulis pas raide permettait de s'en approcher. Alors nous voilà partis vers ce lac. Nous progressons ensuite rapidement et nous voici au bord de ce lac de la Horquette. Beau lac. le dernier de la journée. Nous ne nous attardons pas car il faut quand même penser au retour. Il faut donc retourner au lac de Campana mais plutôt que d efaire demi tour on décide de repasser la crête au nord du lac de la Hourquette pour descendre de l'autre côté. Mais l'autre côté pour descendre de nouveau sur l'éboulis qui mène au lac de Campana, c'est très raide, trop peut être. paul n'a pas de soucis, il saute partout. Arnaud et moi, avons plutôt cherché une autre façon de passer et finalement nous avons pris 3 chemins différents pour rejoindre le sentier. Il fallait quand même s'aider des mains, glisser un peu et tout ça pour descendre mais nous sommes tous arrivés sur l'éboulis et nous voilà de nouveau à faire les marmottes sur les rochers pour rejoindre de nouveau le lac puis le refuge de Campana. Remplissage des bouteilles d'eau au refuge avec le câble qui amène directement l'eau du lac. Puis c'est parti pour le retour, descente sur le lac de Gréziolles, de nouveau tout les rochers à passer, Paul toujours aussi à l'aise. Ensuite nous sommes remontées sur le sentier qui monte jusqu'à surplomber le lac. Et là c'est reparti pour la descente à côté du barrage, puis retour vers le lac de Cadérolles avant de descendre encore. Dans toute la descente le gabarit joue beaucoup, Paul, petit et bien habitué descendait bien, moi un peu moins habitué aux descentes raides mais léger et mince je n'avais pas de soucis, Arnaud plus massif était un peu plus loin derrière. Chacun à son rythme, Paul s'arrêtait régulièrement et nous le rejoignions un par un. Quelques endroits étaient raides mais c'était assez sympa. les pieds commençaient à faire souffrir un peu tout le monde. Et dans toute la descente depuis le lac de Gréziolles, tout le monde y est allait de sa glissade avec à chaque fois la chuté évitée de justesse. Retour tranquille, nous avons retraversé les troupeaux de vaches et de brebis, puis de nouveau nous avons aperçu la route du Tourmalet avec les voitures garées. Il ne restait plus que la descente raide du tout début à faire. Et nous voici de retour sur la montée du Tourmalet. Au total 8h de randonnée (de 10h20 à 18h20) y compris les pauses. Très belle journée, somptueuse, pas trop chaud, super quoi. Voici les photos, elles parlent d'elles mêmes :

 

Départ depuis le lacet du Garet (à 8km du sommet du Tourmalet), c'est Paul que l'on voit marcher devant les voitures :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 003

 

Allons-y :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 004

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 005

 

Après les premiers mètres très raides, vue sur la montée du Tourmalet avec le Pic du Midi juste derrière :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 015

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 021

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 027

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 029

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 031

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 034

 

Les yeux fixés sur l'objectif :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 037

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 038

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 042

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 043

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 044

 

Un hélicoptère de la gendarmerie a fait du rase motte :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 050

 

Lac de Cadérolles (2040m) :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 054

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 055

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 056

 

Pas très engageant le pont, nous sommes passés à côté :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 057

 

Lac de Cadérolels toujours alors que nous allions vers le lac de Gréziolles :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 058

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 062

 

Derrière ce barrage : le lac de Gréziolles :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 067

 

Le voici le lac de Gréziolles (2115m au bord de l'eau, comme le Tourmalet) dans un superbe décor :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 082

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 083

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 085

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 086

 

On distingue Paul sur la droite, ça donne une idée de l'échelle :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 089

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 097

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 102

 

Pique nique avec tout ce qu'il faut :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 103

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 108

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 126

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 130

 

C'est reparti pour la suite :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 132

 

On s'éloigne du lac de Gréziolles :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 135

 

Bout du lac de Gréziolles à gauche, mini lac (flaque d'eau presque) à droite :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 143

 

ça grimpe :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 154

 

Lac de Campana, point de vue à 2350m d'altitude (c'est la plaine au fond) :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 155

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 156

 

Qu'est-ce qu'il y a derrière?? Nous voici en train de grimper entre ces deux petits sommets :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 159

 

Tiens un lac au fond (juste en dessous de la plaque de neige, le fameux lac de la Hourquette), on a qu'à y aller :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 164

 

Lac de la Hourquette :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 170

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 171

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 172

 

Retour vers le lac de Campana, ce fut raide pour rejoindre cet éboulis que nous allons suivre, le Pic du Midi au fond :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 174

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 175

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 176

 

Lac de Campana :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 178

 

On continue le retour, voici le lac de Gréziolles avec les rochers à traverser :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 185

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 190

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 197

 

On est déjà biend escendu, en haut de l'autre côté c'est le lac de Cadérolles :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 207

 

Attention aux animaux qui surgissent de derrière les rochers :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 208

 

On descend toujours sur des portions raides parfois (on voit Arnaud en plein milieu de la photo)

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 211

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 213

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 216

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 217

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 219

 

ça y est on aperçoit la route du Tourmalet, plus que la dernière grosse descente et c'est bon :

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 222

 

Petit rafraichissement au dernier torrent, ça fait du bien, hein Paul?

 

Photos Lac de Campana 5 juillet Paul Arnaud Idris 224

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 20:19

Bonjour,

 

Aujourd'hui je ne suis pas passé sur le blog car j'ai fait une randonnée en montagne bien sympa avec des copains. Nous étions trois et nous sommes allés aux lacs de Caderolles, de Gréziolles, de Campana et on s'en est rajouté un peu avec une montée pour arriver à 2390m d'altitude avant de rejoindre un autre lac qu'on a vu de là haut et dont je vais chercher le nom de ce pas.

Je mettraid es photos demain, ce fut une splendide journée!!

 

Idris

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 19:46

Voici une petite. J'étais en train de faire des recherches sur les routes de l'Ariège et de l'Aude et en regardant en détail la route entre Luzenac et le sommet du col du Chioula j'ai vu que samedi dernier, en plus d'être passé par le col du Chioula, le col de Marmare et le col des Sept Frères, j'étais passé par le col d'En Ferret qui se trouve en fait sur la courte portion entre le col du Chioula et le col de Marmare à 1421m d'altitude (soit 10m de moins que le col du Chioula). Effectivement il y a bien des chemins qui se rejoignent juste après le col du Chioula. http://www.climbbybike.com/fr/profil.asp?Climbprofile=Col-du-Chioula&MountainID=6585

Sinon pour les prochaines sorties je pense que je vais essayer de sortir des "sentiers battus". En effet, en allant au Pic du Midi en vélo récemment, dès que j'ai passé le col du Tourmalet, la vue sur Luz Saint Sauveur n'était plus sous l'angle habituel que l'on a au sommet du col du Tourmalet et j'ai bien aimé ce changement. Je voudrais donc prendre ce genre de petits chemins non loin des sommets des cols (en restant dans la limite du praticable bien sûr) afin d'avoir d'autres points de vues sur les mêmes paysages. Je pense notamment au sommet du col du Soulor ou de l'Aubisque où il y a des sentiers qui partent me semble t-il. Au col d'Aspin aussi il y en a un mais je en sais pas si il est vraiment bien car il va dans la forêt. Enfin ça vaut le coup d'essayer et voilà donc une nouvelle motivation d'aller voir de nouveaux petits chemins. Du côté de La Mongie je vais aussi regarder les chemins qu'il y a par là bas mais ça doit beaucoup grimper dans ce coin...

 

Idris

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 09:43

Voilà la description de ce petit week end qui aurait dû s'intituler "Toulouse-Carcassonne en vélo". Mais ça n'a pas pu se faire.

Le projet date depuis l'an passé lorsque Arnaud (nous avions fait ensemble les randonnées au Lac Bleu l'an passé et au Lac d'Ourrec cette année) m'avait proposé de faire le voyage à Carcassonne en vélo le long du Canal du Midi. J'étais tout de suite d'accord. Cependant étant donné que nous voulions le faire à plusieurs cela a été difficile l'an passé de le caser dans le programme. C'est donc cette année que cela s'est fait.

Le programme du week end était le suivant : le premier jour, le trajet en vélo entre Toulouse et Carcassonne (110km environ), le deuxième jour, visite de Carcassonne et le troisième jour, trajet du retour.

Les protagonistes : nous sommes partis à 3 : Arnaud, Clément une de ses connaissances sur Toulouse et moi.

Pour les vélos, nous avions chacun un vélo différent, Arnaud avait un VTT, Clément un vélo citadin Peugeot à l'ancienne avec changement de vitesses sur le cadre, en très bon état et plutôt beau à regarder. pour ma part j'avais mon vieux VTC.

Pour le logement, Clément s'était occupé de réserver l'hôtel Formule 1 à Carcassonne.

Le départ était prévu à 9h dimanche 26. Je suis arrivé à Toulouse jeudi soir en montant le vélo avec moi dans le train. J'ai eu un entretien de motivation à Auch vendredi, je pensais rentrer pour pédaler samedi (avec le vélo de route) mais j'étais très fatigué et j'ai préféré me reposer à Toulouse. Samedi soir afin de ne pas déranger ma soeur en me levant tôt dimanche matin, j'ai dormi chez Arnaud. Nous avons préparé les sacs, Arnaud s'était occupé des courses pour le pique nique, Clément s'était occupé de l'hôtel et pour ma part, j'avais acheté le livre sur le Canal du Midi, les cartes routières, le matériel de réparation. Nous avions aussi en plus chacun nos vêtements.

Nous nous sommes donc levé vers 7h dimanche matin et nous avons décollé vers 8h30 pour rejoindre Clément à 9h à l'endroit où le Canal passe sur le périphérique de Toulouse. Nous avions bien regardé sur internet la veille où il y avait les changement de rives au début. Nous avons donc trouvé la bonne rive et nous avons attendu Clément à l'endroit prévu. Il est arrivé.

Nous sommes donc partis tranquillement pour ce trajet. Jusqu'à la sortie de Toulouse il y avait pas mal de monde à pied ou en vélo mais après ça allait mieux avec régulièrement des cyclistes qui nous dépassaient.

Après chaque écluse, ça montait sur quelques dizaines de mètres (logique). Le trajet se déroulait tranquillement à l'ombre des platanes. C'était vraiment agréable car nous n'avons pas souffert de la chaleur le long du Canal du Midi. Le début est en très bon état et praticable sans soucis, par contre dès que l'on passe le panneau nous indiquant que nous sortons de la Haute Garonne (pour entrer dans l'Aude), l'état de la piste devient plutôt déplorable.... Par moment Arnaud coinçait un peu dans les montées et nous l'attendions, il était de toute façon clair qu'on allait au rythme de chacun.

Durant le trajet, Clément prenait les relais en général tandis que moi, juste derrière je prenais pas mal de photos, la plupart en roulant (sur la plupart des photos on les voit sur les vélos). Régulièrement nous étions exposé au vent de face qui soufflait très fort et il n'y a pas à dire, ça coupait les jambes ce vent! Au niveau de l'écluse d'Emborrel, nous nous sommes arrêtés pour manger. L'arrêt a duré une bonne quarantaine de minutes avant de repartir. Quelques kilomètres plus loin nous sommes arrivés au seuil de Naurouze, un coin magnifique avec une somptueuse allée de platanes menant à l'obélisque. Cela valait bien le détour. Nous avons ensuite fait demi tour depuis l'obélisque pour revenir à l'écluse de Naurouze afin de changer de rive. Là c'est devenu un sentier avec pas mal de caillasse mais roulant quand même. C'était très agréable.

Cependant, Arnaud commençait à avoir du mal, nous l'attendions régulièrement et lorsque nous sommes arrivés à Castelnaudary quelques kilomètres plus loin, il a hésité à prendre le train. Une fois devant la gare, il s'est remotivé en disant "on a décidé de le faire en vélo donc on va le faire" mais lorsque nous nous sommes arrêtés à une table de pique nique le long du Canal toujours à Castelnaudary, ce fut plus dur de décider si on finissait en train ou pas. Nous avions fait les deux tiers du parcours et il était 14h30. Le train était à 16h. Pour ma part n'étant pas fatigué et étant motivé je me suis abstenu de voter. Clément nous disant qu'il commençait un peu à avoir mal aux jambes, il a été décidé de prendre le train finalement. C'est un peu dommage de ne pas avoir pu faire tout le trajet.

Nous avons donc monté nos vélo dans le train et après 20 minutes de trajet nous sommes arrivés à Carcassonne. Là, il nous fallait rejoindre l'hôtel. Un kiosque d'informations juste devant la gare nous a bien servi pour savoir de quel côté aller. C'est là que c'est devenu pénible car pour rejoindre l'hôtel, il nous fallait quitter Carcassonne vers l'Est par la nationale, une deux fois deux voies séparées par un terre plein central infranchissable, prendre la direction de l'autoroute et quelques centaines de mètres avant le péage, il fallait bifurquer, monter sur le pont passant au dessus de la nationale pour la reprendre dans l'autre sens afin d'être du bon côté car le terre plein central nous empêchaient de traverser... Alors que nous avions commencé à rouler sur cette deux fois deux voies, au fur et à mesure que nous avancions, nous nous posions de plus en plus de questions pour savoir si on continuait vraiment vers l'autoroute sur cette route qui était extrêmement passante... On ne se voyait pas faire ce trajet tous les matins et soirs pour aller en ville. Finalement nous avons continué, nous sommes montés sur le pont et avons rejoint l'hôtel de l'autre côté. Là nous avons décidé finalement de n'y rester qu'une nuit au lieu des deux prévues afin de prendre un hôtel en ville le lendemain. Cependant à la réception, la personne n'a pas été surprise de nous voir arriver en vélo à leur hôtel. Il était 17h30 à peu près quand nous sommes arrivés à l'hôtel. Nous avons laissé nos vélos dans un local fermé à clé. Nous avons décidé de ne pas sortir en ville pour aller manger afin de ne pas devoir refaire le trajet... Nous sommes donc restés toute la soirée à l'hôtel, nous avons mangé les restes du pique nique de midi. Le réceptionniste, très sympa nous a offert le café. Après une bonne douche et une émission sur la création de la Terre à la télé, nous avons décidé de dormir pour nous lever tôt le lendemain pour partir en direction de la cité médiévale.

La nuit fut assez mauvaise d'une part en raison de la chaleur, d'autre part en raison du bruit ambiant, la nationale pas loin, les portes qui claquent dans le couloir et peut aussi à cause du café... Bref grosse fatigue quand même.

Le lundi matin donc, nous avons pris le petit déjeuner à l'hôtel. Puis une fois les bagages repliés, nous avons récupéré nos vélos pour repartir. Nous avons repris la nationale qui descend légèrement en direction de Carcassonne. Une fois en ville nous avons pris la direction de la cité médiévale et nous sommes montés là haut.

Nous avons décidé de garder nos vélos avec nous dans la cité médiévale (en les poussant). Nous sommes allés faire un petit tour des remparts avec une vue sur la ville moderne puis nous sommes rentrés à l'intérieur. En passant nous avons tenté de repérer un bon restaurant pour le midi mais il y en avait tellement que faire un choix était plutôt compliqué. Nous avons marché du Petit Puits au Grand Puits en passant devant le Château et la Cathédrale dans laquelle nous sommes rentrés. Puis nous avons de nouveau marché, nous sommes passés devant le musée des instruments de torture que nous voulions visiter. il était fermé dans un premier temps mais lorsque nous y sommes retournés après 10h du matin, il était ouvert. Nous l'avons donc visité. Cependant, nous avons rapidement fait le tour de la vieille ville et il n'y avait pas grand chose d'autre à faire. Faire le retour en vélo le long du Canal du midi le lendemain n'était absolument pas envisageable du fait de l'aller qui n'avait pas pu se faire en entier. De ce fait, étant donné que nous n'avions plus grand chose à faire, nous avons décidé de rentrer sur Toulouse en train dès l'après midi. Nous sommes retournés dans la ville moderne en descendant de la cité médiévale sur un chemin en pierre bien pentu. Il a été décidé de laisser les vélos à la gare pour ensuite chercher un restaurant. Nous avons mangé non loin de la gare puis en attendant le train, nous avons décidé de suivre notre plan touristique et de faire le tour de la Bastide en passant devant les différentes églises et cathédrales ainsi que les bâtiments à voir. Nous avons également fait une halte au musée des Beaux Arts qui est gratuit. Il faisait chaud en ville. Après avoir marché, visité et s'être arrêté dans un petit parc, nous sommes retournés à la gare pour prendre le train avec nos vélos. Le trajet s'est déroulé sans encombre et nous sommes revenus à Toulouse sur les coups de 17h. Nous avons terminé l'après midi puis la soirée avec du ping pong puis un cinéma.

Ce fut deux jours bien sympa tout les trois. C'est dommage que nous n'ayons pas pu faire le programme initial. Mais il était clair que tout le monde devait prendre du plaisir à rouler et ne pas se mettre dans le rouge. Pour ma part je n'étais pas du tout fatigué, je ne sentais absolument rien après les kilomètres faits lors de l'aller.

Sinon bien que le Canal du midi soit très joli et agréable, j'ai été déçu de voir le peu d'informations disponibles. Il aurait été intéressant de mettre régulièrement des panneaux d'informations à lire sur telle ou telle écluse, ou sur un lavoir ou un village à proximité ou plus simple sur la vie de Pierre Paul Riquet. Mais il n'y a rien de tout cela si ce n'est un panneau à proximité d'une écluse qui dit juste qu'une écluse sert à changer de niveau...

Pareil, pour Carcassonne, cette ville qui possède deux sites inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO n'a pas mis en place beaucoup d'informations dans la cité médiévale... C'est bien dommage...car une fois fait le tour de la cité, il n'y a plus grand chose à faire...

Au final nous avons parcourus 77 kilomètres le dimanche (en comptant les kilomètres pour rejoindre l'hôtel à Carcassonne) et 12 le lundi (dont 3 de poussage dans la cité médiévale avant d'aller laisser les vélos à la gare pour l'après midi).

 

Voici les photos :

 

Départ de chez Arnaud dimanche matin :

 

DSCN5565

 

Lieu de rendez vous sur le Pont Canal :

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Clément 26-06-

 

DSCN5567

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-1

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-2

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-3

 

Lavoir de Montgiscard (km25) :

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-4

 

Petite pause :

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-5

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-6

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-7

 

 

L'autoroute juste à côté :

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-8

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-9

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-10

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-11

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-12

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-13

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-14

 

Pause déjeuner :

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-15

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-16

 

DSCN5576

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-17

 

Allée de platanes menant à l'obélisque au seuil de Naurouze (km 55) :

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-18

 

Obélisque :

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-19

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-20

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-21

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-22

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-23

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-24

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-25

 

DSCN5585

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-26

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-27

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-28

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-29

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-30

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-31

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-32

 

Grand Bassin de Castelnaudary (km 70) :

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-33

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-34

 

Vue sur la Montagne Noire depuis l'hôtel :

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-35

 

Photos du lundi :

 

En route pour la cité médiévale :

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-36

 

DSCN5593

 

DSCN5595

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-37

 

Beaucoup de photos ont été prises :

 

DSCN5600

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-38

 

DSCN5602

 

DSCN5607

 

DSCN5614

 

DSCN5622

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-39

 

DSCN5627

 

DSCN5632

 

DSCN5634

 

DSCN5644

 

DSCN5646

 

Place centrale :

 

DSCN5651

 

Repérage sur le plan :

 

DSCN5664

 

DSCN5666

 

DSCN5667

 

Entrée du château :

 

DSCN5668

 

Le Grand Puits :

 

DSCN5670

 

DSCN5674

 

La cathédrale :

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-40

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-41

 

DSCN5692

 

DSCN5703

 

Porte de Rodez (pensée à la ville où j'ai passé 2 ans) :

 

DSCN5704

 

Musée de la torture :

 

DSCN5709

 

DSCN5712

 

Ouch :

 

DSCN5726

 

DSCN5724

 

DSCN5728

 

DSCN5733

 

Retour vers le centre ville de Carcassonne :

 

DSCN5736

 

DSCN5738

 

DSCN5739

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-42

 

Les vélos à la gare, ils vont nous attendre sagement jusqu'au départ du train :

 

Photos week end à Carcassonne Idris-Arnaud-Cléme-copie-43

 

DSCN5740

 

Portail des Jacobins :

 

DSCN5743

 

DSCN5745

 

Retour en train :

 

DSCN5748

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 15:59

Journée difficile. Voilà plusieurs jours, voire même plus de 2 semaines que j'avais prévu une grande sortie pour ce samedi juillet. En effet, ayant vu qu'il y avait un unique train par jour permettant d'arriver à Luchon au départ de Toulouse, je me suis dit que c'était l'occasion de tenter de faire l'enchainement mythique des Pyrénées : col de Peyresourde, col d'Aspin, col du Tourmalet et col d'Aubisque via le col du Soulor. Tous ces cols je les ai déjà monté, j'en ai déjà enchainé mais jamais les quatre. Il y a un an, le 26 juin 2010, j'avais tenté de le faire dans l'autre sens au départ de Pau, ça avait été un fiasco total malgré de superbes jambes. Là, on peut parler de fiasco aussi...

Le train fait arriver à 10h seulement à Luchon, je m'étais donc préparé à passer une très longue journée et à rentrer tard.

J'ai donc pris le train vendredi soir pour Toulouse avec le vélo de route. J'attendais le train à l'endroit où la tête s'est arrêté et j'ai longé tout le train sans trouver de compartiment vélo alors qu'il était censé en prendre. Me voilà dans la dernière voiture et quelle galère pour caler le vélo! Nous étions 3 avec des vélos. Mais je n'avais pas envie de caler le mien verticalement comme les autres personnes l'avaient fait avec leur VTT, beaucoup trop risqué en cas de chute, les dégâts auraient pu être importants. J'ai tenté de caler tant bien que mal mon vélo. Il sera tombé deux fois durant le trajet et sur la fin il y avait bien 5 vélos au total dans ce coin. Un peu stressant ce trajet!!

J'ai donc dormi chez ma soeur et samedi matin me voilà en route pour la gare. Je me sens bien et plutôt en forme, j'ai vraiment confiance à cet instant. J'arrive à la gare, et avec ma carte (qui ne passe que dans les bornes automatiques et non les guichets), je me rends compte qu'elle ne me permet pas de prendre de billet de train pour Luchon. Mais que se passe t-il?? Je vais au guichet où la personne ne sait pas quoi faire et n'a pas vraiment envie de chercher. N'ayant pas beaucoup de temps avant les départs des trains, je décide de changer mes plans pour ne pas rater la journée, car le coût du billet de train pour Luchon sans réduction est assez élevé. D'un seul coup, j'ai eu l'impression que tout s'effondrait, un parcours que je préparais depuis plusieurs semaines qui tombe à l'eau juste à cause de la SNCF. Mais j'ai de suite réfléchis à la suite, j'ai pensé à un moment à prendre le train pour Tarbes et rentrer, cela m'aurait permis de regarder l'étape du Tour de France. Mais en regardant le tableau des départs, mon regard s'est porté sur la ligne Ax-les-Thrmes où visiblement les travaux sont finis et donc les trains vont jusque là bas! J'ai beaucoup hésité à prendre le billet de train pour aller là bas mais j'ai finalement fait ce choix. Pourquoi pas le Port de Pailhères?

Me voilà donc dans le train. Malheureusement je n'avais pas avec moi les cartes routières de l'Ariège pour préparer un itinéraire et j'accusais un peu le coup de devoir changer de programme. Car mine de rien c'est assez fatiguant tout ces voyages (j'étais rentré de Toulouse mercredi seulement, sachant qu'il y a eu le week end à Carcassonne, mon entretien à Auch juste avant...) et après m'être levé si tôt devoir changer c'est pénible. Après 2h de train, me voilà à Ax-les-Thermes où j'étais venu il y a 11 mois lors de mes 3 jours que j'avais prévu pour rouler l'an passé. Je n'étais pas encore sûr de vouloir aller au Port de Pailhères car l'an passé le 5 août, il avait été très difficile...

J'ai décidé de commencer la montée et d'aviser ensuite car les 4 premiers kilomètres sont communs avec le col du Chioula (1431m). Sachant aussi que sur la route du Port de Pailhères on peut bifurquer avant la partie difficile vers le col de Pradel (1673m) qui reste quand même un gros morceau aussi. Sur les 4 premiers kilomètres entre 6 et 7%, j'avais le coup de pédale un peu lourd, j'ai rapidement mis les grands pignons, et pendant que je roulais, je ne ressentais tout simplement aucune motivation à vouloir me faire mal aux jambes pour monter. C'est la première fois en presque deux ans que je ressens cela...bien mauvaise sensation ça... Du coup, alors qu'après 3 kilomètres j'espérais encore me sentir mieux pour aller vers le Port de Pailhères, à la bifurcation j'ai décidé d'aller dans un premier temps vers le col du Chioula. A cet endroit il restait presque 6 kilomètres de montée encore jusqu'au sommet du col. C'est un col que j'ai monté l'an passé sous la pluie et j'avais été déçu de ne pas pouvoir profiter du paysage. C'était l'occasion là de voir ce que je n'avais pas vu. Je garde tout de même des bons souvenirs de ce col. Les 5 derniers kilomètres sont constitués de 4 kilomètres consécutifs à 7,5% et d'un dernier kilomètre à 8,5%. C'est quand même un col qu'il faut grimper et qui n'est pas non plus des plus simples. Cependant alors que d'habitude quand je ne suis pas très bien sur du 7%, je me rends compte que je suis plus à l'aise sur du 9% et plus, là lorsqu'un raidillon raide s'est présenté, j'ai vu que les jambes ne répondaient pas... Je n'étais pas non plus à l'agonie mais je ne ressentais vraiment pas l'envie de me faire mal,chose absolument nécessaire pour faire de grands parcours. Le paysage était agréable ce qui permettait de profiter quand même de la montée. Une fois au sommet, j'ai décidé de faire le parcours que je n'avais pas fait l'an passé à cause de la pluie, à savoir, continuer de l'autre côté, descendre sur le col de Marmare (1361m) puis remonter légèrement vers le col des Sept Frères ensuite (1253m).

 

Col du Chioula :

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7 Frères

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-1

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-2

 

J'ai donc commencé la petite descente de presque deux kilomètres jusqu'à arriver au col de Marmare (1361m). C'était joli l'endroit j'ai trouvé. J'ai ensuite continué la descente, j'ai traversé Prades quelques kilomètres plus loin, puis j'ai quitté l'Ariège pour entrer dans l'Aude. C'est à partir de là que la route se remet à monter légèrement. Mais c'était tranquille puisque je suis monté assez vite sur le 39 dents malgré mes mauvaises jambes. Juste après la traversée de Camurac, le cycliste débouche sur le col des Sept Frères (1253m). D'ailleurs si quelqu'un sait pourquoi ce col s'appelle ainsi, je veux bien connaitre l'histoire!

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-3

 

J'ai apprécié la beauté de la route entre le col du Chioula et le col des Sept Frères, il y a 11 kilomètres de distance mais c'est vraiment très beau et j'ai envie d'y rouler de nouveau! Une fois là, afin de ne pas rentrer trop tard sur Toulouse puis sur Tarbes, j'ai décidé de faire demi tour afin de rentrer à la gare d'Ax-les-Thermes. De plus n'ayant pas de carte routière avec moi, je ne savais pas trop quelle boucle était possible.

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-5

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-6

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-7

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-8

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-9

 

 

Vue depuis le sommet du col des Sept Frères

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-10

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-11

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-12

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-13

 

Vue sur Prades :

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-14

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-15

 

Vue depuis le sommet du col du Chioula puis de la descente lors du retour :

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-16

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-17

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-18

 

Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-19

 

J'ai donc fait le retour, je suis redescendu. je trouve l'endroit où on change de département vraiment très beau avec cette grande courbe. J'aimais bien cette ambiance de campagne. Ensuite c'est reparti pour la montée vers le col de Marmare qui n'est pas très raide. Montée sympa avec ce beau paysage qui permet de ne pas penser aux mauvaises sensations. Juste après le col de Marmare, il reste environ 2 kilomètres jusqu'au col du Chioula. mais ça monte un peu plus. Un peu pénible mais ça passe. Juste après le sommet je prends des photos Photos col du Chioula, col de Marmare et col des 7-copie-4du paysage qui est très beau avant de me lancer pleinement dans la descente. Malgré les lacets, je fais une descente très rapide avec ensuite sur les grandes courbes roulantes pas mal de temps à 70km/h, plutôt sympa. Je fais un retour rapide jusqu'à la gare d'Ax-les-Thermes où je me rends compte que les horaires ont changé et que j'ai 1h45 d'attente avant le train pour Toulouse...

Je suis rentré sur Toulouse et finalement je suis arrivé tard à Tarbes, à 22h. Je suis rentré en vélo chez moi et là les jambes allaient bien puisque je suis rentré vite et je me suis amusé à sprinter et même assis j'étais facilement à 37km/h. Et là, j'ai de nouveau envie d'aller faire un beau parcours comme quoi...

Avec le recul, je me dis que évidemment c'est une mauvaise journée que j'ai eu mais il en faut de toutes façons et comme l'a dit David dans un commentaire, cela permet de mieux apprécier les bonnes journées ensuite. C'est une déception car je préparais le grand parcours depuis pas mal de temps et je ne saurai jamais si je n'avais réellement pas les jambes ou si c'est le fait de devoir changer de programme qui m'a coupé les jambes. Il est possible effectivement qu'avec les grosses sorties récentes, je ne me sois pas bien reposé car entre le vélo, la recherche d'emploi, la recherche de formations, les entretiens et les amis ça fait peut être beaucoup. J'ai quand même pu faire le parcours jusqu'au col des Sept Frères que je n'avais pas pu faire l'an passé. J'ai bien aimé le paysage et pour tout dire, maintenant j'ai vraiment envie de retourner pédaler dans l'Aude! Je vais donc regarder si je peux passer quelques jours du côté de Axat un peu comme j'avais fait l'an passé à Ax-les-Thermes. Je vais donc me renseigner sur les logements là bas et étudier tous les parcours possibles à faire. Il est possible de prendre le train jusqu'à Quillan puis finir en vélo ou alors prendre le train jusqu'à Ax-les-Thermes et comme j'ai fait monter le col du Chioula, aller au col des Sept Frères et continuer ensuite avec le col des Coudons pour rejoindre Quillan et ensuite Axat. C'est un peu plus casse patte.

Au final donc pour ce 2 juillet j'ai parcouru 44 kilomètres (sans compter le trajet du soir entre la gare de Tarbes et chez moi).

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 16:20

Bonjour,

 

Voici une petite brève sur la sortie d'aujourd'hui. A l'origine je devais faire le superbe enchainement des 4 cols mythiques, je me sentais vraiment prêt dans la tête et physiquement. malheureusement ce matin à la gare de Toulouse, alors que 'jallais prendre le train pour Luchon, ma carte Midi Pyrénées ne marche pas pour Luchn, le guichettier ne sacahnt pas et n'essayant pas beaucoup d'aider, je n'avais pas de temps à perdre à dicuter aujourd'hui et j'ai réfléchi à ce que j'allais faire car je n'avais guère envie de payer plus de 20 euros là. Pourtant j'ai déjà fait ça mais là je ne voulais pas. Du coup j'ai réfléchis, soit je rentrais chez moi et je pouvais voir l'étape du Tour de France soit je changeais de destination pour aller pédaler. En voyant le tableau de départ, je vois que les trains sont rétablis en Ariège. me voilà donc parti en train pour Ax-les-Thermes avec en tête le Port de Pailhères. Une fois arrivé là bas...la galère. Je ne sais pas si le fait de voir le parcours prévu depuis plusieurs jours ne pas pouvoir se faire, mais les jambes n'étauent pas là et surtout en montant vers le Port de Pailhères, je n'avais aucune envie de me faire mal à monter un grand col. Démotivation?? Toujours est-il que je n'avais pas envie de serrer les dents pour aller au Port de Pailhères, du coup je suis allé au col du Chioula (1431m) que j'avais déjà monté il y a 11 mois (le même jour que le Port de Pailhères). J'ai ensuite finit le parcours que je n'avais pas fait l'an passéà cause de la pluie à savoir aller au col de Marmare (1361m) puis au col des sept Frères (1253m) de l'autre côté avant de faire le retour. Je ferai un résumé détaillé demain avec les photos sur la difficile journée quand même...

 

Idris

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 13:14

Bonjour,

 

Décidément je n'ai toujours pas eu le temps de finir l'article sur le week end à Carcassonne! Là je ne peux pas le terminer car je pars à Toulouse en train...avec le vélo de route. En effet, demain il fera beau et j'ai décidé de rater la première étape du Tour de France pour aller pédaler. En effet, la semaine dernière j'ai vu qu'il y avait un train par jour seulement qui faisait la liaison entre Toulouse et Luchon. Je vais donc le prendre demain matin. Il fait arriver un peu tard, à 10h, à Luchon mais je vais quand même tenter de faire une grande sortie. Une fois à Luchon, j'aurais les cols devant moi et je vais tenter de faire un enchainement. Ce sera d'abord le col de Peyresourde, col que je redoute quand même car j'y ai toujours du mal, ensuite le col d'Aspin, col que j'aime bien mais qui est très fatiguant par ce côté puis le col du Tourmalet qui me fait peur en 3e ascension puis enfin le col d'Aubisque via le col du Soulor qui fera très mal aux jambes je pense...

Cependant si jamais je vois que je n'ai pas les jambes, je rentrerai soit après le col d'Aspin soit après le col du Tourmalet... Après avoir tenté de faire l'enchainement dans l'autre sens il y a un an (le 26 juin 2010), ce serait un beau clin d'oeil que d'y arriver un an plus tard.

 

Idris

Partager cet article
Repost0
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 17:55

A défaut d'avoir terminé l'article sur le week end à Carcassonne (avec les vélos, que je finirai demain, voici un petit article sur le dernier livre de Jean Paul Rey qui vient de sortir.

Pour un rappel des faits, il y a un an, le 12 juin 2010, Marc Lebreton et Jean Paul Rey ont accompli la grande performance de faire l'étape Luchon-Bayonne dans les mêmes conditions que les premiers coureurs du Tour de France qui se sont attaqués à la montagne, c'était en 1910, voilà un siècle. Cette étape longue de 326 kilomètres comprend le mythique enchainement col de Peyresourde, col d'Aspin, col du Tourmalet et col d'Aubisque via le col du Soulor. Ce jour là, le samedi 12 juin 2010, j'étais parti avec mon VTC pour aller les voir passer sur leur vélo d'époque au sommet du col du Tourmalet. C'est là que j'avais pu discuter avec Marc Lebreton. C'est une journée que je n'ai pas oublié.

Dans son livre intitulé "La Folle Epopée, Luchon-Bayonne comme en 1910", Jean Paul Rey retrace tout leur parcours, depuis le départ de Luchon jusqu'à l'arrivée plus de 23h plus tard à Bayonne en passant par l'obscurité du col de Peyresourde gravit dans la nuit, la tige de selle qui se casse, le Tourmalet, le mythe, la descente de l'Aubisque sous la pluie sans frein puis la longue route jusqu'à Bayonne. C'est un petit livre de 67 pages très rapide à lire et plutôt sympa.

A la fin du livre il y a tout l'album photo et sur la photo où ils sont au sommet du col du Tourmalet que distingue-t-on derrière contre le panneau??...............Mon vélo! Etant donné qu'il y a d'autres personnes devant mon vélo on ne le voit pas très bien mais c'est bien lui qui est sur la photo.

 

Voici les scans de la couverture du livre, de la page avec la photo (la première flèche que j'ai mise montre la roue avant de mon vélo et la deuxième flèche montre mon sac à dos fixé sur le porte bagage). Le récit de ma journée du 12 juin est ici.

 

 

La folle épopée couverture

 

 

La folle épopée photo tourmalet (2)

 

Partager cet article
Repost0

Mon Blog

  • : Ascensions de grands cols en vélo - cyclotourisme en montagne
  • : Dans ce blog je décris mes ascensions de grands cols en vélo, je mets les profils des cols et je fais part de ma passion du vélo en montagne et de mon expérience.
  • Contact

Qui-Suis-Je?

  • Idris Raossanaly
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!

Compteur kilométrique 2015

 

Au 20 janvier 2015
Kilométrage total   260 km
Vélo urbain   20 km
Vélo en montagne

  209 km

Sorties plates   31 km
Dénivelé positif   3200 m
Mois en cours   260 km

 

Visiteurs uniques

Rechercher

 

photos col de la Pierre Saint Martin le 17 octobre 2009 013

 

 

P1010407

 

 

photos col du Soulor et col des Bordères le 26 av-copie-1

 

 

P1010361.jpg

 

 

photos col du Tourmalet le 12 juin 2010 021

 

 

P1010327

Divers liens

Si vous aimez la littérature et l'écriture, je vous encourage à visiter régulièrement ce site, très bien fait par une personne très sympathique (passionnée de vélo aussi), qui rédige régulièrement des nouvelles :

 

http://richardpatrosso.typepad.com/dndr/