Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 19:11

Le col du Saraillé est un tout petit col des Pyrénées ariégeoises culminant à 942m d'altitude. La description sera rapide. Je l'ai monté par le versant de Biert, village situé à 3 kilomètres de Massat pied du col de Port (1249m).

A partir de Biert donc, l'ascension est longue de 5,6 kilomètres pour une pente moyenne avoisinant les 8%, je en sais pas exactement.

A partir de Biert, la route passe sur un petit pont et la montée commence de suite, sur une route très étroite et plutôt sinueuse avec parfois quelques courbes. Tout le long de la montée se trouvent des hameaux et de ce fait on est continuellement devant des maisons sur toute la première moitié de l'ascension. L'étroitesse de la route est assez dangereuse car bePhotos col de Port, col des Caougnous et col de Sa-copie-13aucoup de virages sont en aveugle et de ce fait il faut faire attention quand une voiture arrive... J'ajoute que la route est plutôt en mauvais état et de ce fait la progression est plus difficile. La deuxième partie de l'ascension se fait dans une forêt sur une pente un peu plus roulante. Dans une courbe le cycliste peut bénéficier du seul panorama visible de toute l'ascension, sur les collines avoisinant Massat.

Le sommet se trouve en forêt à l'intersection de petits chemins. Il n'y a donc rien à voir. Pour tout dire ce n'est pas un col qui mérite le détour. Il est sur une route plutôt moche pour tout dire, très dangereuse, sans panorama (ce qui est le plus important pour le cyclotouriste des montagnes). Et surtout c'est un col qui est à faire en aller retour à moins que l'on veuille aller dans des petits villages de l'autre côté...

Je précise que c'est mon point de vue et que peut être d'autres cyclistes ont apprécié cette ascension.

 

Photos col de Port, col des Caougnous et col de Sa-copie-27

 

Photos col de Port, col des Caougnous et col de Sa-copie-12

Partager cet article
Repost0
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 18:05

Bonjour,

 

Maintenant que 3 jours sont passés, je peux tirer un premier bilan de cette grosse sortie.

 

Première chose, contrairement à d'autres sorties, là je me rends compte que c'était une grosse sortie, peut être parce que je n'ai pas fait de boucle mais bien une étape entre Montréjeau et chez moi. En tout cas je réalise mieux la difficulté du parcours sur cette sortie que sur d'autres enchainements.

Une chose est sûre, je ne referai pas un tel enchaînement souvent. En effet, j'ai profité du Port de Balès qui a été un plaisir à monter mais dès le 2e col, le col de Peyresourde, ce fut plus dur. Il est possible que même en première ascension, je n'aurais pas aimé le col de Peyresourde mais plus l'enchainement est grand et moins en profite des dernières ascensions car ça devient de plus en plus dur...

Je sais que je peux enchainer deux grands cols en profitant au maximum des deux ascensions, maintenant je sais que je peux en enchainer 3 mais sans en profiter au maximum. De fait, je pense plus me consacrer à des enchainements de deux cols que 3 pour l'instant. Mais peut être que rapidement je voudrais réessayer...

Bizarrement, avant de partir faire cette sortie, j'en avais plus parlé que d'habitude...  En effet, habituellement, avant une sortie, je suis discret, je n'affiche pas haut et fort l'objectif de ma sortie car il y a toujours l'éventualité de ne pas réussir à atteindre l'objectif, et le fait de ne pas l'annoncer permet de ne pas se mettre de pression. Là, j'en ai parlé, alors que c'était un gros morceau que j'allais faire. Je n'ai pas hésité à en parler, ça ne m'a pas mis de pression particulière (heureusement ).

Pour ce qui est de la préparation, là aussi c'est assez curieux. En effet, ne serait-ce que l'an dernier encore, pour un si gros parcours, j'aurais pris soin de préparer la sortie une bonne semaine au moins à l'avance. Là, j'ai décidé d'y aller mardi soir... De plus, le vendredi soir, veille de la sortie, je suis sorti, ce qui n'est pas forcément ce qu'il y a de mieux à faire en temps normal. Mais le fait de se préparer avec autant de légèreté permet de partir avec moins d epression et d'appréhension que si on fait tout pour être fin prêt pour le jour J. Cela est mon point de vue en tout cas. J'appréhendais le Port de Balès qui était le col le plus dur de la sortie mais le matin de la sortie j'étais plutôt tranquille contrairement à d'autres sorties où je sens que je doute pas mal.

Le bilan final que je tire, c'est que maintenant j'ai des repères sur une grande sortie comme ça et surtout la preuve que je peux en faire, car qu'on le veuille ou non, mentalement c'est très important d'être conscient de ses capacités. Cette journée va rester parmi mes plus grands souvenirs sur un vélo mais pas forcément comme le meilleur souvenir.

Le tout maintenant est d'arriver à trouver le compromis entre beauté d'un grand parcours et difficulté. Car si c'est trop dur on ne profite pas....

Maintenant, à l'instar de ma sortie du 21août 2010 qui reste une des plus dures que j'ai faite, lorsque j'étais allé au Port de Boucharo, je ne me programme pas de grosse sortie prochainement. Probablement car j'ai eu ma dose de difficulté. Et j'ai donc probablement besoin de refaire une petite balade simple au col d'Aspin par exemple pour récupérer de nouveau la motivation pour d'autres parcours. C'est ce que j'avais fait après le Port de Boucharo, je n'avais monté que des petits cols pendant les deux sorties suivantes avant d me refaire bien plaisir dans la difficulté et dans les enchainements de grands cols.

 

J'ai un peu mis mes impressions à l'état brut, j'espère que ce n'est pas trop fastidieux à lire

Partager cet article
Repost0
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 12:37

Cela faisait pas mal de temps que j'avais envie d'aller monter le Port de Balès (1760m). Vu sa position à la limite des Hautes Pyrénées et de la Haute Garonne, pour y aller je devais obligatoirement prendre le train jusqu'à Montréjeau (31) afin de pouvoir ensuite remonter en vélo, la vallée jusqu'à Mauléon Barousse, pied du Port de Balès.

Etant donné le soleil qu'il a fait pendant tout le mois d'avril, j'ai voulu en profiter. Et je me suis dit, pourquoi ne pas faire une étape entière, à savoir Montréjeau à chez moi en vélo en passant par le Port de Balès (1760m), le col de Peyresourde (1569m) et le col d'Aspin (1490m). Cela fait un sacré programme, que je n'avais jamais fait mais je me suis dit que j'avais l'occasion de tenter un tel enchaînement alors pourquoi ne pas en profiter...

Le petit inconvénient c'est que le vendredi soir, la veille donc, j'étais de sortie... De fait je suis rentré assez tard et le temps de faire les derniers préparatifs, il était 1h du matin quand je suis allé dormir... Mon réveil a sonné à 5h30 du matin ensuite. Le plus dur aura été de s'arracher du lit... Je me suis préparé, je remercie mon père de m'avoir préparé mes sandwich si tôt le matin. A 6h15 je suis parti avec le VTC en direction de la gare de Tarbes à 10 kilomètres de chez moi.

Je ne savais pas trop comment m'habiller pour ne pas avoir trop froid le matin et pas trop chaud dans la journée... Au final je suis parti en manche courte avec les jambières et le K-Way.

A 6h15 du matin en allant à la gare, j'ai trouvé qu'il ne faisait pas si froid que ça. En revanche quand je suis arrivé à Montréjeau à 7h30, il faisait pourtant jour, j'ai eu froid... Dès la sortie sud de Montréjeau, d'un seul coup, un fort vent de face s'est mis à soufflé. Il était du sud et de ce fait il était chaud. La température a augmenté d'un seul coup mais par contre je me retrouvais presque arrêté sur la route tellement ça soufflait. Là je me suis dit quand me^me que si ça soufflait comme ça toute la journée ça allait être difficile... Heureusement, 4 kilomètres plus loin, la route allant à Mauléon Barousse bifurque un peu et étant plus abritée, le vent ne se faisait pas trop sentir. J'ai donc roulé pendant presque 20 kilomètres sur cette route globalement plate avec alternance de petit faux plat montant et descendant.

Sur cette route, on entre dans le département des Hautes Pyrénées. Je suis arrivé tranquillement à Mauléon Barousse qui est un bien joli village.

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avril 2011 0

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-1

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-2

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-3

 

Là, la montée officielle du Port de Balès commence pour 19 kilomètres. Le début est globalement facile mais ça se corse pour les 12 derniers kilomètres.

Le début donc, ne dépasse pas les 5% pendant les 6 premiers kilomètres. La route remonte le cours d'eau : l'Ourse de Ferrère. Une maison du village de Ferrère porte une plaque disant que le Port de Balès est le plus beau col du monde, un habitant fier de sa région sans nul doute!

La route serpente donc le long du cours d'eau. A un moment on passe devant le chalet Saint Nérée, qui est un lieu de vacances. Après 7 kilomètres de montée, dans un virage à gauche juste après un pont, les choses sérieuses commencent avec la route qui se cabre d'emblée à 8%. Là un panneau indique route barrée mais rien ne barrant la route, il était possible de passer. En fait, quelques mètres plus loin il y avait d'énormes rochers tombés sur la route et cela ce sera tout le long de l'ascension qu'il y en aura. Sur le coup je me suis dit "j'espère que ça ne va pas me tomber sur la tête pendant la montée". J'étais bien content d'avoir le VTC plutôt que le vélo de route car pas mal de fois j'ai du rouler sur de la caillasse. C'était assez pénible car la pente était assez forte. La route passe dans une forêt et c'est assez incroyable mais il y avait une énorme quantité de feuilles mortes par terre, j'avais réellement l'impression d'être en automne... Pour les jambes, sur le début de cette portion raide, j'avais un peu de mal et je en comprenais pas trop pourquoi... 2 kilomètres plus loin, la température montant, j'ai baissé mes jambières et là ça allait beaucoup mieux. Les jambes tournaient bien et j'ai pu profiter. La pente est raide mais c'est surtout l'irrégularité qui rend les choses difficiles en plus de l'étroitesse de la route et des cailloux. A plusieurs reprises, la pente passe de 4 à 14%. Il ya plusieurs kilomètres indiqués à 8 ou 9% de moyenne dont les 300 ou 400 premiers mètres sont presque plats, ça donne une idée du pourcentage du reste... Je trouvais cette route très agréable. Je ne sentais pas trop la fatigue arriver ce qui était rassurant pour la suite... A environ 9 kilomètres du sommet j'ai reconnu l'endroit où Voeckler avait attaqué du groupe d'échappé sur le dernier Tour de France pour aller gagner à Luchon. J'ai également reconnu l'endroit où Andy Schleck avait déraillé et peut être perdu le Tour à environ 3 kilomètres du sommet. Justement à partir de cet endroit, la route sort d la forêt et le paysage est impressionnant d'immensité en contre bas. C'est vraiment beau de voir tous ces pâturages! A partir de là, quelques plaques de neiges se trouvent encore un peu sur le bord de la route. Les derniers kilomètres sont plus réguliers à environ 8% de moyenne. Dans le dernier kilomètre, à un moment la droite de la chaussée s'est effondrée... Etant donné qu'il n'y a pas de village dans la montée sur ce versant, la route n'est pas entretenue... Sur la fin de la montée, le vent s'est levé et a rendu le dernier kilomètre un peu difficile et pénible. Au sommet j'étais content d'avoir monter ce col et surtout de voir que je n'étais pas trop fatigué! J'ai été un peu déçu du paysage au sommet mais on ne va pas se plaindre car la fin de la montée a été magnifique!!

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-4

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-5

 

Au fond, c'est le virage juste avant lequel Andy Schleck avait déraillé sur le dernier Tour de France :

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-6

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-7

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-8

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-9

 

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-10

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-11

 

Descente du Port de Balès sur une route en bon état mais très étroite :

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-12

 

 

 

Au sommet du Port de Balès, il y a la possibilité d'aller au Port de Pierrefitte, 100m plus haut (1855m) en 3 kilomètres. Cependant, étant donné qu'il y avait du vent et que la route était exposée, je 'nai pas voulu y aller et me fatiguer sur ces 3 kilomètres. J'ai donc préféré descendre de l'autre côté pour rejoindre la route du col de Peyresourde. Sur l'autre versant que j'ai descendu, la route est en bien meilleure état du fait des villages parsemant la montée. Par contre elle est très étroite et surtout dangereuse car il n'y a rien qui borde la route. En gros on rate un virage, on tombe 50m plus bas sur le lacet du dessous... J'ai donc fait une descente tranquille agrémentée d'un arrêt pour cause troupeau de brebis. Là j'ai d'ailleurs enlevé mon K-Way que j'avais mis au sommet pour la descente car j'avais chaud. J'ai ensuite fini la descente et j'ai rejoins la route du col de Peyresourde à 11 kilomètres du sommet (4 kilomètres après Bagnères de Luchon). Là, la route était très large, sur un excellent revêtement et très passante. Le revêtement et la largeur faisait qu'elle rayonnait beaucoup. Et il faisait de fait très très chaud. Vraiment des températures d'été!!! Là ce fut difficile en raison de la chaleur, du grand nombre de voitures roulant vite, des portions de ligne droite assez longues et de la pente. D'ailleurs vu que c'est en Haute Garonne, ce n'est pas comme dans els Hautes Pyrénées où des panneaux indiquent le pourcentage à chaque kilomètre... De fait, mentalement c'était assez difficile. Là je sentais que les jambes ne répondaient plus... Je suis arrivé à Garin, village portant le même nom que le premier vainqueur du Tour de France en 1903, et j'ai décidé de m'arrêter un peu pour manger mon sandwich.

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-13

 

Je suis rapidement reparti pour les 5 derniers kilomètres qu'il restait... Que ce fut dur et long!! Je n'avais plus de jambes là, je en comprenais pas car je m'étais pas mal alimenté et au sommet du Port de Balès je n'étais pas si fatigué que ça. Mentalement c'était assez inquiétant car je n'osais même pas imaginer l'état dans lequel je serai pour le col d'Aspin... La dernière courbe avant les derniers virages en lacets m'a paru interminable!! Dans la dernière rampe assez raide avec les derniers lacets, les jambes allaient un peu mieux. Au dernier virage à quelques centaines de mètres du sommet j'ai pris une photo sur la vallée. Perso je n'ai pas trouvé le paysage sensationnel mais bon on ne peut pas tout avoir. c'était déjà pas mal. J'étais soulagé d'arriver au sommet car je n'ai pas vraiment aimé monter le col de Peyresourde je dois dire. Le col d'Aspin allait arriver mais au moins c'est un col que je connais et que j'aime bien. Là c'était la première fois que je montais le col de Peyresourde par ce versant et c'était pas génial. Au sommet le vent commençait à se lever... Là un autre cycliste venait de monter par Arreau. Quelqu'un de très sympa avec qui j'ai discuté entre 15 et 20 minutes. Il habite à Saint Lary Soulan et c'est donc un habitué du col d'Azet et du col de Peyresourde entre autre. D'ailleurs il m'a gentiment proposer de monter avec lui jusqu'à la station de Peyragudes mais je ne voulais pas me rajouter de la difficulté surtout après cette 2e ascension dans laquelle j'ai eu du mal...

 

Photo prise dans le dernier virage :

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-14

 

Sommet du col :

 

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-15

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-16

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-17

 

J'ai ensuite commencé la descente vers Arreau en profitant du paysage car la fois où j'avais monté le col de Peyresourde par Arreau en 2009, il pleuvait et je n'ai rien vu du paysage! Effectivement il est assez sympa notamment avec la vue sur le lac de Loudenvielle je crois et la vue sur les lacets allant au col d'Azet.

Sur les 10 derniers kilomètres de descente jusqu'à Arreau, là où la pente est plus faible, le vent soufflait pas mal et de c'était assez pénible car ça ralentissait la progression... Dans cette portion dès qu'il y avait un petit faux plat montant, j'avais bien mal aux jambes... Et je me demandais quand même comment j'allais faire dans le col d'Aspin qui est assez difficile par ce versant en plus...

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-18

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-19

 

Une fois à Arreau, je suis directement allé au col d'Aspin, j'ai fait les 2 premiers kilomètres qui sont faciles avant de m'arrêter avant le panneau annonçant le sommet à 10 kilomètres afin de manger un peu. Ensuite je suis reparti pour les 10 derniers kilomètres, les plus durs. J'y suis allé à ma main, mais c'était bien dur, les jambes faisaient assez mal quand même... Mais j'ai pu gérer les 5 premiers kilomètres de cette portion. Par contre à partir du panneau annonçant le sommet à 5 kilomètres, j'ai eu beaucoup plus de mal et là c'est avec la tête que j'ai continué à pédaler. Que ce fut long et dur!!! Surtout dans les deux portions de 1 kilomètre de ligne droite presque, sur du 10% pratiquement... Là j'ai bien galéré. Je me suis arrêté 30 secondes pour détendre mes jambes à 3 kilomètres du sommet puis une autre fois à 1,5 kilomètre du sommet...

En arrivant au sommet, j'étais certes content, mais bizarrement je ne ressentais pas de soulagement mais presque de l'appréhension à l'idée de faire encore 45 kilomètres pour rentrer chez moi avec le vent de face car ça soufflait beaucoup au sommet...

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-20

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-21

 

Photos Port de Balès, Peyresourde, Aspin le 9 avr-copie-22

 

Au sommet je commençais à avoir froid, j'ai donc mis le K-Way, j'ai manger un peu et je suis parti. Après 5 kilomètres de descente, je suis arrivé à Payolle et là...le vent soufflait tellement fort que sur la descente à 5%, je n'étais plus qu'à 12 km/h!!!! Une horreur! J'ai avancé à cette vitesse pendant 500m avant que ça n'aille un peu mieux que le vent diminue quelque peu... Mais à cet instant je m'inquiétais sérieusement...

Heureusement dans la vallée après Sainte Marie de Campan, j'arrivais à rouler à environ 20km/h de moyenne avec ce vent... Ouf! Les derniers kilomètres m'ont paru longs car ça faisait toute la journée que je pédalais et j'étais bien fatigué...

J'étais bien content de rentrer chez moi à la fin!!

Ce n'est pas dans mes habitudes de dire ça mais pour faire ce parcours il m'a fallu une bonne dose de motivation mais aussi une bonne dose de courage. c'est après en prenant du recul que je me suis rendu compte que je venais de faire l'étape entière avec un enchaînement d'un col hors catégorie et de deux cols de premières catégorie, tous trois montés par leur versant le plus dur. J'ai adoré la montée du Port de Balès, col que je n'avais jamais monté jusque là, je n'ai absolument pas aimé la montée du col de Peyresourde dont je gardais déjà un mauvais souvenir par le versant de Arreau en 2009. C'est assez curieux car le col d'Azet, frère jumeau du col de Peyresourde, est un col que j'adore!! Enfin le col d'Aspin par Arreau est une ascension que je n'aime pas particulièrement de ce côté mais que je connais et le col d'Aspin étant globalement un de mes cols préférés, j'aime bien le monter.

Une chose est sûre, j'étais bien motivé car j'ai réussi à me lever à 5h30 un samedi matin en ne dormant que 4h30 de temps... Le soir en rentrant, j'ai bien dormi je dois dire!!

Au total donc j'ai relié Montréjeau à Barbazan-Debat. Au compteur du vélo j'avais pratiquement 150 kilomètres de parcourus (147 exactement) en comptant les 10 kilomètres du matin pour aller à la gare de Tarbes. Le GPS en a enregistré 137 vu que je l'ai déclenché à partir de Montréjeau. Et comme d'habitude le profil de Google Earth indique moins de kilomètres. Là il en manque pas mal avant le Port de Balès sur le profil...

 

9 avril 2011

 

Au total donc 150 kilomètres, 3 gros cols et 3400m de dénivelée. C'est actuellement ma plus grosse sortie que j'ai faite et il est clair qu'un tel enchaînement je ne suis pas prêt de l'oublier. ça restera longtemps dans ma mémoire! Cependant je ne suis pas sûr de refaire un aussi gros enchainement car le col de Peyresourde fut dur quand même. J'arrive sans trop de soucis à enchainer deux gros cols en profitant bien mais là avec les 3 cols, je n'ai pas vraiment profité de la dernière ascension car elle m'a paru très dure... Enfin je dis ça mais si ça se trouve je referai d'autres parcours de ce genre...

Partager cet article
Repost0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 17:57

Bonjour,

 

Comme j'en avais envi, j'ai fait un très gros enchainement aujourd'hui. Je suis parti tôt ce matin à la gare de Tarbes en vélo pour prendre le train pour Montréjeau (31). Et de là je suis rentré chez moi par la route des cols. J'ai donc aprcouru presque 150 kilomètres en enchaînant le Port de Balès (1760m), le col de Peyresourde (1569m) et le col d'Aspin (1490m).

Grosse sortie bien fatiguante. Je mettrai le détail et les photos demain.

 

Idris

Partager cet article
Repost0
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 19:35

Bonjour,

 

Nous bénéficions d'un temps quasi estival cette semaine!! Aujourd'hui il a fait environ 30°C. C'est assez impressionnant de voir ça d'autant plus que cela fait bientôt 3 semaines que nous avons du soleil avec à peine une journée d'averses de temps en temps!

Alors comment résister à la tentation d'aller en montagne les week end??!! Samedi, je prévois donc une grosse sortie. Je souhaite aller du côté du Port de Balès. je prendrai donc le train jusqu'à Montréjeau tôt le matin et j'irai monter le Port de Balès. Ensuite, en fonction des jambes je continuerai vers le col de Peyresourde puis éventuellement le col d'Aspin pour rentrer chez moi. Mais tout cela dépendra de mes jambes et de ma forme générale car demain soir je devrai veiller normalement...

 

Idris

Partager cet article
Repost0
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 18:19

Bonjour,

 

Dans la Dépêche du jour, un article est consacré au Centre Laurent Fignon et à sa possible fermeture... En effet, le Centre n'a jamais été rentable et actuellement il a des soucis d'argent. Les chiffres d'affaire annoncés ne sont pas les mêmes que ce qui étaient annoncés avant le décès de Laurent Fignon vraisemblablement. Une chose est sûre, les élus du département et plus précisément de la commune de Campan, n'étaient pas au courant que le Centre avait de telles difficultés... une réunion avec ces élus tend à reconvertir le Centre Laurent Fignon dans un autre domaine que le cyclisme...

Je trouve que ce serait dommage car c'était déjà une bonne base pour promouvoir le cyclisme dans les Hautes Pyrénées. Certes il n'était pas rentable mais avec le soutien des communes, il aurait pu se développer. Il est placé dans un endroit rêvé, à Bagnères de Bigorre, ville thermale, pas loin des cols mythiques dont le Tourmalet, sur une route empruntée par le Tour extrêmement souvent!

Attendons de voir comment ça va évoluer, mais il y a peu d'espoir que ça reste tourné vers le cyclisme...

 

Idris

Partager cet article
Repost0
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 10:21

Ce samedi 2 avril 2011, lorsque je me suis levé le main, j'ai vu qu'il faisait un grand soleil et surtout très chaud!! Je me suis dit que ce serait dommage de ne pas en profiter. J'ai donc pris un gros petit déjeuner et je suis parti sur les coups de midi. J'ai pris mon vieux VTC car ça faisait longtemps que je n'avais pas roulé avec et je voulais le tester car je l'avais fait réviser la semaine dernière.

Vu les températures, j'ai pu partir en manche courte. Je suis donc parti avec le VTC en direction de Sainte Marie de Campan. J'hésitais entre le col d'Aspin et la Hourquette d'Ancizan. Finalement j'ai décidé de monter le col d'Aspin et si j'avais le temps j'avais prévu de descendre de l'autre côté sur Arreau afin de revenir par la Hourquette d'Ancizan.

Au moment où je suis parti, c'était agréable car il y avait un faible vent de côté. J'avais plutôt de bonnes jambes et j'ai bien apprécié le trajet. A chaque côte j'étais très à l'aise. A partir de Campan (5,5 km avant Sainte Marie de Campan), le vent était plus fort. Mais je suis quand même passé très à l'aise dans chacune des côtes sur le grand plateau.

Une fois à Sainte Marie de Campan, j'ai attaqué la montée du col d'Aspin. 13 kilomètres d'ascension avec les 7,5 premiers très faciles (pas plus de 6%) et les 5 derniers plus difficiles (7 à 8% de moyenne). A partir de Sainte Marie de Campan, le vent soufflait beaucoup plus fort mais était toujours de côté, c'était moins dérangeant que si il avait été de face.

A ma grande surprise j'avais vraiment de très bonnes jambes et comme les fois précédentes, j'ai pu monter jusqu'au sommet sur le 39 dents mais là comme le 23 juillet 2009, j'étais vraiment facile! Un vrai bonheur. Au sommet quand je suis arrivé je n'avais pas mal aux jambes mais je commençais à puiser un peu dans les réserves. Là haut j'ai donc mangé quelques pâtes de fruit. Au sommet il y avait un vent un peu plus fort mais pas aussi fort que la dernière fois (le 24 mars 2011). Par contre j'ai vu que les nuages étaient en train d'arriver et j'ai donc choisi de rentrer à la maison sans aller à la Hourquette d'Ancizan.

 

Photos col d'Aspin le 2 avril 2011 001

 

Photos col d'Aspin le 2 avril 2011 003

 

Photos col d'Aspin le 2 avril 2011 006

 

Bien m'en pris!!

Alors que j'ai commencé la descente en me faisant bien plaisir à 68 km/h, j'ai rattrapé des voitures qui m'ont obligé à ralentir un peu car les lacets empêchaient de dépasser. J'étais donc juste derrière les voitures qui me précédaient et visiblement je mettais la pression au conducteur de devant car il avit une tendance à prendre les virages très vite, limite en dérapage...

Une fois à Payolle, le vent était très fort et de face!!

Et ce vent vent de face m'a accompagné sur els 40 kilomètres restant jusqu'à la maison. Souvent j'ai du vent de face dans la vallée mai là il était particulièrement fort! J'allais moins vite qu'à l'aller alors que là j'étais sur le faux plat descendant tandis qu'à l'aller c'était un faux plat montant pendant tout ces kilomètres!! c'était vraiment pénible...

Juste après avoir passé Campan, une vipère aspic a traversé la route, j'ai manqué de rouler dessus, j'ai eu un petit coup de stresse car on ne s'y attend pas et ça impressionne toujours un peu...

J'étais bien content d'arriver à la fin car le temps était devenu menaçant et le vent soufflait toujours autant! Cela fait 3 semaines qu'il y a beaucoup de vent dans les vallées pyrénéennes, plus qu'avant je trouve...

Au total j'ai parcouru presque 90 kilomètres. Le profil Google Earth indique toujours moins de kilomètres...

 

profil Aspin 2 avril 2011

Partager cet article
Repost0
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 19:46

Bonjour,

 

Ce matin en me levant, j'ai vu qu'il faisait très beau et très chaud. j'ai donc décidé un peu sur un coup de tête d'aller faire du vélo. Je suis donc allé monter le col d'Aspin avec mon vieux VTC. Si j'avais le temps j'avais prévu d'aller monter la Hourquette d'Ancizan par Ancizan en suivant. Mais il y avait pas mal de vent qui ramenait des nuages au sommet de l'Aspin. J'ai donc décidé de ne pas poursuivre plus loin et de rentrer. Ce fut une bien belle sortie avec de très bonnes températures. Mais beaucoup de vent de face au retour. Je ferai un article détaillé demain.

 

Idris

Partager cet article
Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 19:00

Bonjour,

 

Cela faisait un petit bout de temps que je n'avais pas pris de photo de la chaîne des Pyrénées, elle est magnifique en ce moment. Ce matin je suis allé prendre une photo au lever du jour (comme d'habitude je ne peux prendre qu'un bout de la chaîne). Je précise qu'aujourd'hui il a fait des températures supérieures à 25 degrés dignes d'un été!!! Dimanche et lundi devraient être pluvieux mais la suite de la semaine prochaine sera ensoleillée et les températures devraient permettre une fonte des neiges très très rapide!!!

 

Photos chaîne des Pyrénées le 1er avril 2011 002

Partager cet article
Repost0
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 19:28

Bonjour,

 

Voici, une photo de famille de mes vélos que j'ai prise la semaine dernière après être allé chercher mes 2 vieux VTC qui étaient en révision chez le vélociste.

 

Photos 4 vélos (2011) 074

 

Je n'avais pas eu l'occasion de les présenter tout les quatre encore...

 

Alors voici l'histoire de ces vélos :

 

- complètement à gauche, celui que j'appelle mon "vieux VTC" car il a maintenant 10 ans, le bel âge!! J'ai eu ce vélo lorsque j'étais en 4e et j'ai beaucoup roulé avec pour me déplacer ou faire de grandes balades avec les parents. Avec ce vélo, j'ai également fait Royan (17) à Bayonne en 2006 avec mon père, nous étions notamment passé par la dune du Pyla. Depuis 2009, j'ai commencé à monter des cols avec ce vélo jusqu'à l'user complètement... J'ai notamment du lui changer plusieurs fois les pneus car je les avais usés jusqu'à la couture et crevé avec...les plaquettes de frein ont également souffert... Avec ce vélo j'ai donc monté quelques beaux cols : Tourmalet, Aspin, Soulor, Aubisque, Pla d'Adet, Peyresourde, Tramassel, Pierre Saint Martin, Marie Blanque, Portet d'Aspet, Menté entre autres. Au niveau technique, il pèse une bonne quinzaine de kilo tout en acier, très solide, 3 plateaux à l'avant et 5 pignons à l'arrière (je ne sais plus le nombre de dents).

 

- le VTC se trouvant au milieu, c'est le frère jumeau de mon "vieux VTC". En effet, lui aussi a 10 ans d'âge et appartenait à ma soeur. Il est un peu en meilleur état que le mien car ma soeur a été beaucoup moins agressive avec le vélo lorsqu'elle roulait, et globalement elle a certainement fait un peu moins de kilomètres avec le vélo. Je l'ai réquisitionné en 2009 quand le mien commençait à s'user et que j'étais encore étudiant. J'avais donc mon VTC à mon appart et quand je rentrais à la maison, je prenais celui de ma soeur. Avec ce vélo, j'ai monté entre autres le Tourmalet, Luz Ardiden, Tramassel, Azet, Aspin...

 

- Le VTC se trouvant à droite est celui que j'appelle mon "nouveau VTC". En effet, c'est une belle machine qui date de 2007 et que je suis fier d'avoir. Un beau VTC qui est fait pour les grands trajets et les voyages, suspension, plateaux dans le moyeu, dynamo dans le moyeu. C'est un vélo qui est donc très confortable mais absolument pas fait pour rouler vite et encore moins pour monter des cols à tout va. Cependant, c'est avec ce vélo que j'ai monté pour la première fois un grand col...c'était le col d'Aspin le 3 septembre 2008, pour la première de ma vie en haute montagne...j'étais parti un peu en touriste (pas beaucoup mangé notamment, le temps était presque à la pluie et il était déjà 14h passé je crois). Au final ce fut très dur car le vélo est lourd et pas fait pour la montagne. Mais au moins j'y suis arrivé... C'est donc avec ce vélo que je vais la plupart du temps au travail et en ville pour me déplacer. Les vieux VTC ne me servent plus que pour la montagne. Ce vélo possède 8 pignons à l'arrière et 3 plateaux à l'avant (dans le moyeu). Au niveau du poids je ne sais pas exactement combien il fait mais il est plus lourd que les vieux VTC...

 

- Derrière, vous l'avez sans doute reconnu, c'est le vélo de route. Il n'a pas encore 1 an. Je m'y habitue petit à petit. J'ai déjà fait pas mal d'ascensions mine de rien avec ce vélo. Et j'ai notamment monté l'intégralité de mes ascensions en Ariège avec ce vélo! Avec celui là j'ai monté le Port de Pailhères, le Port d'Envalira, le Plateau de Beille, le col de Port, le col d'Aspin, le col d'Azet, le col de Tramassel entre autres... Ce vélo possède 3 plateaux (50*39*30) et 10 pignons (12-25). Pour ce quie st du poids il fait 10 kilo.

Partager cet article
Repost0

Mon Blog

  • : Ascensions de grands cols en vélo - cyclotourisme en montagne
  • : Dans ce blog je décris mes ascensions de grands cols en vélo, je mets les profils des cols et je fais part de ma passion du vélo en montagne et de mon expérience.
  • Contact

Qui-Suis-Je?

  • Idris Raossanaly
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!

Compteur kilométrique 2015

 

Au 20 janvier 2015
Kilométrage total   260 km
Vélo urbain   20 km
Vélo en montagne

  209 km

Sorties plates   31 km
Dénivelé positif   3200 m
Mois en cours   260 km

 

Visiteurs uniques

Rechercher

 

photos col de la Pierre Saint Martin le 17 octobre 2009 013

 

 

P1010407

 

 

photos col du Soulor et col des Bordères le 26 av-copie-1

 

 

P1010361.jpg

 

 

photos col du Tourmalet le 12 juin 2010 021

 

 

P1010327

Divers liens

Si vous aimez la littérature et l'écriture, je vous encourage à visiter régulièrement ce site, très bien fait par une personne très sympathique (passionnée de vélo aussi), qui rédige régulièrement des nouvelles :

 

http://richardpatrosso.typepad.com/dndr/