Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 18:14

Le week end long se poursuit et la météo se maintient péniblement pour ce vendredi 9 mai. Mais je ne pouvais pas laisser passer une occasion d'aller pédaler et au final je ne le regretterai pas.

Après la belle sortie de la veille au col de Tramassel au dessus de la station d'Hautacam, je souhaitais aller dans la vallée de Campan.

A l'origine j'avais envie de faire un enchainement en allant grimper le col d'Aspin par Sainte Marie de Campan, puis de descendre sur Arreau et revenir dans la vallée en grimpant la Hourquette d'Ancizan par Ancizan car....je ne connais pas ce versant là de la Hourquette...

Cependant, je devais être à 16h à Tarbes pour aller chercher ma sœur à la gare ce qui fait que je devais avoir pris la douche et mangé avant 16h.

Et étant donné que je n'allais pas arriver à me lever super tôt, c'était trop juste de vouloir faire l'enchainement car je risquais de ne pas rentrer à l'heure.

J'ai donc décidé d'aller grimper la Hourquette d'Ancizan par Sainte Marie de Campan.

Cependant en me levant péniblement le matin, j'ai vu que le ciel était nuageux et contrairement à la veille, très menaçant en plus ! Pas de quoi encourager à partir pédaler en montagne. Etant donné que la météo parlait de possible amélioration pour l'après midi, j'ai décidé de me recoucher et de me lever un peu plus tard pour retarder la sortie et profiter de « la possible amélioration » plus tard^^

 

Je me suis péniblement relevé 45min plus tard, c'était toujours pareil pour la météo mais fallait y aller.

Les jambes tiraient un peu de la sortie de la veille mais c'était des bonnes douleurs^^

2 tranches de pain avec du miel pour le eptit dej, le temps de préparer mon sac à dos et zou c'est parti.

Alors que j'étais encore en train de mettre mon casque, j'ai senti les premières gouttes de pluie... Je suis quand même parti et très vite je me suis retrouvé dans une petite bruine bien froide. Là d'un coup je commençais à me poser des questions si c'était raisonnable de partir comme ça en montagne avec le risque de prendre la pluie.

Mais très vite, ça a diminué et ce n'était plus très gênant. J'ai donc continué. J'étais content de repédaler de nouveau. D'ailleurs quand je me mettais en roue libre je sentais les douleurs aux jambes de la sortie de la veille mais pas quand je tournais les jambes. Cependant, je m'attendais à galérer un peu dans la montée car la grande forme n'étant pas là et la fatigue accumulée depuis plusieurs jours risquaient de se faire sentir...

 

Petite bruine en partant et montagnes masquées dans les nuages :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 001

 

J'ai apprécié le fait qu'il y avait moins de monde sur la route allant vers Bagnères de Bigorre. Par ailleurs il n'y avait pas de vent du tout, c'était assez agréable (mais c'est toujours à la mi journée que le vent de nord se lève).

Le plafond nuageux était toujours très bas et je m'attendais à devoir traverser le brouillard tôt ou tard...

Dans les deux petites bosses avant Bagnères, j'étais content de voir que je n'avais pas plus mal aux jambes dans les montées. Une fois Bagnères passé, j'ai continué sur les faux plats plus prononcés jusqu'à Campan puis ensuite Sainte Marie de Campan où dans les montées ça allait bien.

 

Toujours très menaçant au fil de la remontée de la vallée :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 004

 

Petit regard vers la forge d'Eugène Christophe, et me voilà à Sainte Marie de Campan, je me suis arrêté devant le début de l'ascension du Tourmalet pour juste voir le panneau. Pas de surprise, le col est encore fermé et ce n'est sûrement pas le meilleur moment pour aller voir de plus près si ça passe en vélo...

 

Toujours fermé :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 005

 

J'étais étonné de voir que je n'avais pas faim et que je ne ressentais pas de fatigue particulière malgré le fait de sentir que la vallée de Campan est bien plus usante que la vallée des Gaves quand il faut la remonter...

Je me suis donc forcé à manger une pâte de fruit car j'aurais bien continué comme ça^^ Et puis je suis donc allé en direction du col de Payolle sur le début de l'ascension du col d'Aspin.

Le ciel toujours menaçant et de plus en plus près au dessus de ma tête au fur et à mesure que je grimpais.

Contrairement à la veille, il faisait plus frais et j'ai gardé ma veste thermique pour faire l'ascension. Les 7 premiers kilomètres menant à Payolle ne sont pas très raides hormis trois passages à 10% dans un kilomètre à 3 km de Payolle.

 

Dans le début de l'ascension à La Séoube :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 006

 

J'étais content de ne pas avoir trop de mal à grimper. Puis je suis entré dans Payolle et là le contraste était saisissant car au moment où je suis passé devant le panneau indiquant Payolle (plusieurs centaines de mètres avant les premiers bâtiments), le ciel était toujours menaçant et lorsque j'ai quitté la route du col d'Aspin pour celle de la Hourquette d'Ancizan, d'un seul coup le ciel s'est dégagé laissant apparaître un magnifique temps ! Quelle chance !!

La route est en léger faux plat pendant la traversée du plateau de Payolle. Juste après être passé devant un troupeau de chevaux, je suis arrivé au pied de la suite de l'ascension à 8,6 km du sommet sous un ciel bleu. Et c'est donc parti pour cette sublime ascension qui est une des plus belles de toutes dans le coin pour les paysages !

 

A Payolle juste avant de tourner à droite en direction de la Hourquette :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 008

 

Vue sur la carrière de marbre et la route du col d'Aspin, le ciel commence à se dégager :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 009

 

Traversée du plateau de Payolle :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 011

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 012

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 013

 

C'est parti ça commence à remonter !!

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 016

 

Le début se fait sur une pente supérieure à 7% assez irrégulière avec des passages à 10% et d'autres plus faibles. Il commençait à faire sacrément chaud d'un seul coup mais je n'avais pas envie d'enlever ma veste thermique car à 4 km du sommet il y a un kilomètre de descente et il risque d'y faire frais.

J'ai donc continué comme ça et à ma grande surprise j'arrivais à rester sur mon 39-25 sans trop de soucis. Je m'attendais à flancher et à devoir me mettre à mouliner tôt ou tard mais les kilomètres passant, j'étais de mieux en mieux sur ce braquet. J'avais en point de mire un groupe de cyclo plusieurs centaines de mètres devant moi.

Je prenais des photos tout en grimpant tellement c'était magnifique et inespéré d'être sous ce ciel bleu pour la montée alors que j'étais sous un ciel menaçant jusque là.

C'est un vrai coin de paradis qui subjugue toujours autant à chaque fois que j'y vais.

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 017

 

A un moment la route est en ligne droite et ne donne pas l'impression de grimper alors que les pourcentages montent jusqu'à 12%. Là je me suis bien employer pour tirer mon 39-25 mais juste après il y a le fameux virage à gauche qui donne l'impression d'être plus raide alors que la rampe qui suit est plus facile et ensuite on débouche sur le kilomètre de descente à 6,5% qui va mener dans la dernière partie, la plus belle !

 

Juste sublime le paysage, la partie devant moi se cabre progressivement pour être jusqu'à 12% (on dirait pas) juste avant le virage à gauche que l'on devine :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 021

 

Dans la descente, je suis descendu en roue libre à 55 km/h jusqu'aux différents virages serrés qui obligent à freiner et de ne pas profiter de l'élan pour reprendre l'ascension. Mais il y a tellement à voir qu'on ne sent plus la pente. Après un bon passage à 9% on se retrouve en vue du sommet à 2,5 km. On traverse un plateau sur un replat de 500m là où se trouvent les habituels ânes et ensuite la pente reprend pour les deux derniers kilomètres dans lesquels il y a plus de lacets. C'est là que j'ai commencé à dépasser un à un les cyclistes du groupe que je voyais loin devant moi en quittant Payolle (ils m'avaient repris du temps dans le kilomètre en descente^^).

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 023

 

Dans la vallée ils sont sous les nuages :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 024

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 025

 

A moins de 2 km du sommet :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 029

 

Plus l'ascension défilait et plus je me sentais bien. Le soleil était superbe et j'avais la vue sur la mer de nuages car en bas dans la vallée ils étaient toujours sous les nuages !

C'était juste un moment de pur plaisir cette ascension. Le dernier kilomètre est indiqué à 8% mais les 700 premiers mètres de ce kilomètre sont raides avec un pic à 11% tandis que les 300 derniers sont presque plats. Ces 700m sont le moment le plus difficile de l'ascension car on voit le sommet juste là et ça fait encore travailler les jambes^^ Sur tout le dernier kilomètre j'ai continué de rattraper et de dépasser quelques cyclos.

Quel plaisir d'arriver au sommet pas fatigué, sans fringale sur 39-25 alors que je ne suis pas très en forme ! En plus j'ai eu droit au soleil et la superbe vue au sommet sur la mer de nuages des deux côtés^^

Des ascensions comme ça j'en veux tous les jours si possible:D

 

J'ai demandé à un autre cyclo de me prendre en photo puis je l'ai également pris en photo. J'ai profité du paysage avec la belle vue sur le Pic du Midi.

 

Au sommet, vue sur le Pic du Midi plein centre :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 032

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 035

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 037

 

Mer de nuages côté Arreau :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 040

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 042

 

Alors que j'étais au sommet, d'un seul coup un fort vent de nord s'est mis à souffler, la température a chuté très rapidement alors qu'il faisait 21°C.

Je suis vite reparti et après 500m de descente je me suis arrêté pour prendre d'autres photos (hé oui c'était très beau^^). Et là je vois tous els nuages de la vallée qui remontent et le sommet de la Hourquette qui se retrouve dans les nuages alors que 1 minute avant j'étais encore au soleil au pied du panneau. Me voilà donc parti pour la suite de la descente.

 

Le sommet qui disparait dans les nuages alors que je viens de partir :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 046

 

Juste avant le kilomètre à remonter à 6,5%, je me suis arrêté pour caresser les ânes qui étaient juste là. Puis j'ai attaqué la remontée, pas de soucis pour les jambes. Et ensuite j'ai continué la suite de la descente.

Et là en fait les nuages qui revenaient par dessus les sommets alentours étaient en train de baisser en même temps que je descendais, ce qui faisait que j'étais seulement quelques mètres sous le plafond nuageux qui baissait mais vu que je perdais aussi de l'altitude, je n'étais donc pas dans le brouillard. C'était vraiment une sensation étrange.

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 047

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 048

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 049

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 052

 

Dans le kilomètre de remontée, photo prise en vol sur ma droite légèrement derrière moi :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 055

 

Juste après la remontée, c'est reparti pour la suite de la descente (avec la partie à 12% qu'on voit sur le lacet en bas), je vais éviter de rouler dans le brouillard de justesse :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 056

 

J'ai fait une belle descente. Quand je voyais tous les cyclistes que je croisais et qui grimpaient sous les nuages et allaient dans le brouillard, j'étais bien content d'avoir eu le soleil !

Quand je suis arrivé sur Payolle, j'ai fait le détour sur les quelques centaines de mètres de caillasse pour aller voir le lac de Payolle. D'ailleurs sur la photo du lac on voit bien à quel point les nuages sont bas.

 

Le lac de Payolle :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 058

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 061

 

Alors que j'étais gelé sur le début de la descente en quittant la Hourquette, là ça allait mieux une fois Payolle passé.

A ma grande surprise et satisfaction, à Payolle le vent ne soufflait plus et j'ai pu continuer de descendre tranquillement jusqu'à Sainte Marie de Campan.

Là, l'absence de vent s'est confirmée et j'ai apprécié. Me voilà en train de pédaler dans la vallée pour rentrer.

Vu qu'au sommet je ne m'étais pas ravitaillé, je m'attendais à commencer à avoir faim tôt ou tard. Et pourtant tout va aller pour le mieux. Une fois Bagnères passé, le vent s'est de nouveau levé, un vent de nord donc de face mais qui restait modéré, ouf !

 

Deux sorties en montagnes en deux jours avec des ascensions au soleil mais sans avoir pu voir une seule fois les montagnes depuis la plaine :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 062

 

Alors que j'approchais de la maison, je me suis dit que ce serait cool de passer les 100 km pour cette sortie. Or l'aller retour de chez mes parents à la Hourquette d'Ancizan fait 95 km. Du coup je cherchais à faire un détour pour faire les 5 km supplémentaires. Et c'est donc à même pas 500m de la maison que j'ai pris un chemin très étroit et que je savais très raide pour monter sur les côteaux de Barbazan-Debat avant de rouler sur la crête et redescendre de l'autre côté, ce détour fait pile 5 km.

Et me voilà donc parti pour monter sur les coteaux. Une côte super raide !! 1 km à 13% de moyenne avec un pic à 16% puis 500m à 9% pour déboucher en haut.

Le chemin est couvert de gravillons. Sur les forts pourcentages (que je connaissais) je me demandais ce qui m'avait pris alors que j'aurais gentimment pu faire un détour de 5 km sur du plat^^ Les jambes ont bien tiré dans la partie raide mais sitôt revenu sur du 9% ça allait de suite mieux. J'ai continué sur la crête pendant 1,5 km de montées et descentes successives puis ensuite une belle descente de 1 km et 1 km avec une petite côte et une descente pour rejoindre la maison avec 100 km au compteur.

 

Voilà une excellente sortie qui fait du bien au moral ! 100 km et 1650 m de D+ avec les paysages sublimes de la Hourquette d'Ancizan et surtout la chance d'avoir pu faire l'ascension au soleil sur les 9 derniers kilomètres !! Par ailleurs j'ai pu tenir sans trop de problème le 39-25 et les 110 km de la veille avec l'ascension du col de Tramassel n'ont pas du tout pesé dans les jambes.

A noter aussi que sur les 100 km je n'ai mangé qu'une seule pâte de fruit juste avant l'ascension. La veille j'avais bu mon bidon de grenadine ainsi qu'une petite bouteille d'eau, là je n'avais même pas fini mon bidon de grenadine.

 

Cette sortie n'a fait qu'amplifier ma motivation pour enchainer le lendemain sur une 3e sortie mais le week end passant, j'avais aussi beaucoup d'autres choses à faire, j'ai donc annulé l'enchainement d'une 3e sortie d'affilé...

 

Vivement la prochaine sortie pyrénéenne !!

Partager cet article
Repost0
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 12:45

J'ai eu la très bonne idée de prendre une journée de congé le vendredi 9 mai pour avoir le week end de 4 jours. Je l'attendais et je le guettais. Je surveillais la météo chaque jour. Pour faire revenir la forme c'est maintenant ou jamais car depuis le début de l'année on ne peut pas dire que les sorties furent nombreuses... Et la forme ne venant pas, ça commence à faire long...

 

C'est pour ça que quand j'ai vu que la météo du week end devrait être plutôt pas trop moche, j'étais plutôt content. Faire des grandes sorties en vélo me démangeait de plus en plus.

4 jours de week end ça me laissait raisonnablement 3 possibilités de sorties en vélo (le dernier jour étant pris par le voyage du retour car vous l'aurez deviné j'avais prévu de venir dans les Hautes Pyrénées^^).

J'avais envie d'aller au col de Tramassel (1635m) au dessus d'Hautacam, voilà longtemps que je n'y suis plus allé (depuis janvier 2013), je voulais aussi aller au col du Soulor (1474m) où je ne suis plus allé depuis février 2013. Et j'avais aussi envie de faire un enchainement col d'Aspin et Hourquette d'Ancizan.

 

Cependant, tout cela allait dépendre de la forme et de ce que diront les jambes et aussi du temps qu'il me restera car y a aussi plein d'autres choses à faire pendant le week end qui ne concerne pas le vélo...

 

Je suis arrivé mercredi soir à Tarbes après 23h, le temps de manger et tout ça, je suis allé dormir il était presque 1h du matin...

Le lendemain, jeudi 8 mai, j'ai essayé de me lever le plus tôt possible sans réveil, ça a été 7h30... Le temps de me préparer tranquillement, de prendre mon petit dej', de sortir le vélo, me voilà parti après 9h.

 

Objectif du jour : col de Tramassel au dessus d'Hautacam. Une montée difficile qu'il me tardait de faire. 14,5 km à 8% de moyenne. Ceci dit, vue la petite forme que j'ai, je partais dans l'idée que j'allais bien galérer dans la montée.

En partant, impossible de voir les montagnes à cause des nuages. Cependant, les nuages n'étaient pas menaçant et ça se voyait qu'ils allaient se dissiper facilement.

 

Les montagnes sont là dans les nuages :

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 001

 

Je suis donc parti en direction de Lourdes pour aller dans la vallée des Gaves. Plus d'un an que je ne suis pas allé dans cette vallée.

Il faisait bien frais en quittant la maison. Très vite j'ai vu que les jambes étaient mieux que ce que je pensais. Par ailleurs il n'y avait pas de vent et du coup la longue ligne droite menant à Lourdes n'a pas été trop pénible. Par contre, il y a toujours beaucoup de voitures et ce n'est pas super agréable. Dans les différents montées avant Lourdes, j'ai apprécié de sentir que la forme était meilleure que lors du week end de Pâques.

La traversée de Lourdes est toujours pénible à cause du grand nombre de voitures, de piétons et des feux rouges en côte. Une fois le centre traversé, j'ai pu rejoindre la piste cyclable qui mène à Argelès Gazost 13 km plus loin au pied de la montée d'Hautacam.

A cet instant, les nuages s'étaient dissipés pour la plupart et il y avait de très belles éclaircies. Il commençait même à faire chaud avec la température qui dépassait les 20°C.

 

ça commence à se découvrir :

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 003

 

Sur la piste cyclable après avoir passé Lourdes :

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 005

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 006

 

Ce que je savourais le plus c'est de pédaler sans vent de face! Par ailleurs cette vallée est quand même bien moins usante à remonter que la vallée de Campan qui est constamment en montée.

La piste cyclable a débouché dans Argelès. Juste avant de prendre la route allant en direction du pied de l'ascension, je me suis arrêté pour manger une pâte de fruit et enlever ma veste thermique car il commençait vraiment à faire chaud. Un petit air d'été commençait à s'installer!!!

Et à cet instant c'est parti, j'avais fait jusque là 38 km depuis la maison. En quittant Argelès il y a environ 2 km de faible montée pour arriver au pied de l'ascension à Ayros Arbouix. Là il reste donc 13 km à 8% de moyenne pour arriver à la station et 1,5 km à 8% en plus pour accéder au col de Tramassel.

A cet instant, au moment de commencer l'ascension, je me suis retrouvé à côté d'un autre cycliste, Armel, qui me rattrapait et nous avons donc commencé à discuter. Il est basé à Luz Saint Sauveur pour la semaine en vue de pédaler et surtout de repérer l'ascension d'Hautacam en vue de l'Etape du Tour du mois de juillet à laquelle il va participer.

Pour ma part, étant en petite forme depuis le début de l'année, j'ai rapidement mis tout à gauche sur 30-25 afin de mouliner le plus possible. Cependant dès les premiers kilomètres à 9%, j'ai quand même senti que les jambes étaient moins pires que ce que je craignais mais sans être formidables.

Nous grimpions côte à côte et la montée se passait plutôt bien. Il faisait très  doux et le soleil était là avec quelques nuages. Par ailleurs, la montée à Hautacam est une ascension que j'ai toujours apprécié.

Dans les replats et les relances, Armel était plus efficace que moi et il ralentissait un peu quand les forts pourcentages revenaient de façon à ce que nous grimpions côte à côte. Moi j'étais content de mes jambes même si je sentais dès le début que sur la fin j'allais me retrouver un peu plus dans le dur.

Les premiers kilomètres sont à 9% puis 10% sur 2 km avant d'avoir un kilomètre de "repos" à 6%. Puis ensuite ça repart sur de forts pourcentages sur du 9% puis 10% et 11% sur une longue portion. Dans la montée je n'ai pas pu m'empêcher de penser au Tour de France en espérant que cette année le vainqueur soit un peu plus crédible que les andouilles qui y ont gagné jusque là...

Dans la première partie de l'ascension, je prenais des photos tout en grimpant puis petit à petit, l'effort se faisant de plus en plus intense j'ai arrêté^^

Sur les pourcentages raides c'était dur mais j'aimais bien^^

 

Sur le début de l'ascension :

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 008

 

Argelès et Pierrefitte en bas dans la vallée qui seront en point de mire durant toute la montée :

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 010

 

A environ 4 km du sommet, j'ai commencé à lâcher quelques mètres et Armel s'est détaché petit à petit. Je commençais à être dans le dur mais sans vraiment m'effondrer non plus. C'est pour cette difficulté qu'on aime Hautacam!! :D

A 2,5 km du sommet il y a une longue portion à 12%, là ça a fait mal aux jambes! La suite continue sur du 8 et 9% avant un dernier kilomètre à 7% (mais qui est facile sur la fin). C'était un peu laborieux et je me demandais si j'allais aller jusqu'au col de Tramassel.

Une fois arrivé à Hautacam, je me suis arrêté sur le parking pour profiter du panorama et manger une pâte de fruit. Puis j'ai traversé le parking et j'ai décidé d'aller au col de Tramassel car finalement ça allait encore pas trop mal. Juste avant que la pente ne reparte sur du 8% j'ai recroisé Armel et du coup nous voilà parti vers le col de Tramassel. Les jambes tournaient bien de nouveau, il suffisait juste d'une pâte de fruit et voilà^^

nous sommes allés jusqu'en haut au refuge de Tramassel à 1650m d'altitude, un peu plus haut que l'emplacement du panneau.

Nous avons profité de la vue puis nous nous sommes quittés.

Au sommet, il faisait vraiment chaud, 28°C au soleil sans un souffle de vent. Plus chaud qu'en bas! J'ai profité de la vue, puis je suis descendu au niveau du panneau et enfin à Hautacam où j'ai discuté quelques minutes avec un autre cycliste qui venait de grimper, lui aussi en reco de l'Etape du Tour.

Tout au long de la montée nous avons croisé pas mal de cyclistes qui redescendaient et dans la descente, je vais en croiser pas mal qui vont grimper. Jusqu'à l'EDT ça ne va pas arrêter dans le coin je pense!

 

Au sommet :

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 012

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 013

 

Vue sur la vallée :

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 014

 

L'auberge de Tramassel au sommet de la route :

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 015

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 017

 

Petit souvenir :

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 021

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 023

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 025

 

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 027

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 028

 

J'ai remis ma veste thermique et bien content d'avoir pris du plaisir à faire cette ascension, me voilà parti pour la descente. Une descente dans laquelle je m'arrêterai une fois pour prendre des photos.

Pour ce qui est de la descente, ce fut un régal, une superbe descente dans laquelle j'étais en totale confiance. ça ne m'était plus arrivé depuis la chute dans le col du Glandon l'an passé!

ça fait plaisir! Et il y a ce virage à gauche assez serré que je rate toujours dans la descente (heureusement qu'il y a un chemin de caillasse qui part tout droit pour éviter d'aller dans le ravin^^), ben là je ne l'ai pas raté, ouf!!^^

 

Une fois en bas, je me suis arrêté pour enlever ma veste thermique et me voilà parti dans la vallée pour rentrer. Et là....le vent s'est levé, un fort vent de nord qui s'est mis à souffler (de face...). J'étais sur la piste cyclable dans les lignes droites en train de forcer comme un dingue... Quel dommage. Mais ceci dit je préère avoir le vent de face là plutôt qu'au début avant l'ascension...

Ce retour m'a paru interminable, les côtes dans Lourdes puis après ont bien fait mal aux jambes. Et évidemment avec tout ça, j'ai senti la fringale arriver... Que ce fut dur les derniers kilomètres. J'étais bien content de rentrer!

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 036

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 042

 

Dans la vallée au retour :

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 043

 

En longeant la zone de l'aéroport :

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 045

 

A 1 km de la maison (presque au même endroit que la première photo prise en partant), les montagnes apparaissent un peu au milieu des nuages :

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 047

 

Photos col de Tramassel le 8 mai 2014 049

 

Au final ça aura quand même été une très belle sortie qui m'a redonné le moral car l'ascension s'est mieux passée que ce que je craignais même si les derniers kilomètres avant Hautacam ont été durs.

Il s'agissait de ma 6e ascension à Hautacam et le hasard fait que j'y vais une fois par an depuis 6 ans^^ C'était donc la version 2014! Et tout ce que je peux dire c'est que c'est une belle montée difficile mais que je prends toujours autant de plaisir à grimper!

Cette sortie permet de lancer le week end! 110 km et 1700 m de D+. Les jambes ont bien travaillé mais vivement la prochaine sortie dès le lendemain!

Et si Armel passe sur le blog, je lui souhaite de faire une belle EDT!

Partager cet article
Repost0
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 12:12

Le département de la Savoie, regorge de routes de montagne attrayantes passant par le col de la Madeleine, du Glandon, du Galibier ou encore de l'Iseran, mais il regorge également de petites routes moins connues, plus calmes offrant quelques alternatives en hors saison et des points de vues différents sur les massifs montagneux.

Parmi ces routes, il y a celle qui mène au col du Vorger non loin d'Albertville. Il s'agit d'un petit col culminant à 707m d'altitude dans le massif des Bauges. Il se situe sur le versant Est du massif. On y accède depuis l'ancienne route reliant Albertville à Ugine.

Après avoir quitté l'ancienne départementale, c'est parti pour 4,5 kilomètres à environ 8% de moyenne. Le début est relativement plat mais après 500m on se retrouve vite dns le vif du sujet sur des pentes à 9 et 10%. La route s'élève dans les Bauges en lacets et offre une vue différente et agréable sur la vallée entre Ugine et Albertville sous l'oeil bienveillant du Mont Charvin qui sert de point de repère.

La route (la D63) traverse le village de Thénésol. La route continue de serpenter au milieu des alpages et débouche sur le col du Vorger quelques mètres avant l'entrée dans le village d'Allondaz.

 

L'ascension est courte mais robuste et permet de changer de la route habituelle. La route permet ensuite de redescendre sur Albertville directement.

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 012

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 013

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 014

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 015

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 016

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 017

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 018

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 019

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 020

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 021

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 024

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 025

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 028

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 030

 

Le Mont Charvin :

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 032

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 034

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 035

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 036

 

Photos col du Vorger le 7 décembre 2013 041

Partager cet article
Repost0
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 18:13

C'est avec un peu de retard que je mets l'article à propos de ma 2e sortie en vélo du week end de Pâques.

Après la sortie de la veille au col d'Aspin, ce samedi 19 avril devait être LA grande journée vélo du week end avant le retour de la pluie pour la suite...

J'ai la chance d'être tout seul à la maison pour ce week end et donc de ne pas avoir de contraintes de repas et tout ça à respecter.

La journée de samedi était prévue ensoleillée et j'avais envie d'aller dans la vallée des gaves au col du Soulor ou plutôt à Hautacam. Ce sont des ascensions que j'aime beaucoup et qui commencent à me manquer...

Malheureusement ce week end vélo n'ira jamais dans le bons ens, entre la crevaison avant de partir la veille, puis la chute du vélo dans le vent au sommet du col d'Aspin, je me suis levé très tôt ce samedi 19 avril pour régler le fameux problème du bruit qui est apparu dans la roue avant. Au final il s'agissait d'un morceau de la valve d'une chambre à air qui s'était coincé dans la jante et qui s'est décoincé dans la chute du vélo et du coup quand je roulais il tournait à l'intérieur de la jante d'où le bruit... Fausse alerte donc mais qui a fait perdre beaucoup de temps.

Autre gros travers, la météo qui finalement était très menaçante.... La température a fortement chuté par rapport à la veille et le vent était toujours là... Comment se motiver pour aller pédaler...

Il était 11h30 quand j'ai pu partir. Sachant que je devais être à Tarbes pour 16h, je n'avais plus le temps d'aller vers Hautacam. De toute façon je n'en avais plus la motivation...

Je suis donc allé en direction de Bagnères de Bigorre juste pour faire des kilomètres en me demandant même si j'allais grimper quelque chose ou pas...

 

Ciel pas très engageant, montagnes pas visibles....

 

Photos col des Palomières le 19 avril 2014 001

 

Il faisait vraiment frais sur le vélo, le vent soufflait par rafales de face. Il était presque midi et je m'attendais à ce qu'il tourne et donc de le prendre de face au retour aussi...

Cependant étant donné que je savais que ça allait être une petite sortie, je roulais sans me poser de questions de façon à rentrer le plus vite possible...

Dans les deux petites bosses avant Bagnères, j'ai bien senti que les jambes tournaient plutôt pas trop mal par rapport aux sorties du début d'année, même si j'étais loin de la grande forme. Et du coup, en déboulant à Bagnères, sans trop réfléchir je me suis envoyé dans le col des Palomières.

L'ascension ne fait que 4,5 km, mais ce sera toujours ça à se mettre sous la dent.... J'ai attaqué le début de la montée assez fort, j'étais plutôt à l'aise mais dans la partie à 10% au milieu du col, j'ai bien senti que la forme n'était pas encore là pour faire des grandes sorties et enchainements... 

Je n'ai pas pris de photo dans la montée car avec le ciel très menaçant ce n'était ni très beau ni très agréable.

D'ailleurs au sommet je ne me suis pas trop attardé et j'ai vite repris le vélo pour rentrer. Dans la descente, j'avais les mains gelées...

 

Photos col des Palomières le 19 avril 2014 005

 

 

Photos col des Palomières le 19 avril 2014 011

 

Photos col des Palomières le 19 avril 2014 013

 

Comme je le pressentais, le vent soufflait très fort de face pour le retour. Le vélo était dur à contrôler par moments dans certains virages. Que c'est pénible ce vent... Heureusement là c'était une petite sortie et j'avais les jambes pour rouler à bloc face au vent.

Je me suis juste arrêté pour caresser les ânes qui viennent me voir dès que je m'arrête devant leur enclos. Faut dire que ça fait 5 ans qu'ils me voient passer et les prendre en photos :D

 

Photos col des Palomières le 19 avril 2014 016

 

Et c'est donc bien déçu et frustré que je suis rentré. Finalement ce week end de Pâques ne m'aura pas permis de faire beaucoup de vélo...

Pour cette sortie j'ai fait 50 km et 700m de D+ seulement...

La pluie est effectivement revenu pour la suite du week end.

Et depuis....je n'ai pas repédalé, en raison d'un week end qui m'a vu vadrouiller (en train) et ça risque de durer si la pluie s'éternise dans le coin...

Partager cet article
Repost0
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 07:19

J'ai eu la chance de pouvoir avoir une journée de RTT pour le vendredi 18 avril ce qui me faisait un week end de Pâques de 4 jours. J'en ai donc profité pour rentrer dans les Hautes Pyrénées.

Voilà 2 semaines qu'il fait grand soleil et chaud du côté du Poitou Charente et le sud-ouest et j'espérais que le beau temps perdure pour ce week end dans les Pyrénées.

D'après la météo ça allait être à peu près le cas avec du soleil vendredi et samedi aussi avant que la pluie ne revienne à partir de dimanche.

 

J'avais beaucoup de choses à faire au niveau de l'administratif, sur Tarbes, j'ai donc réservé le vendredi matin pour faire tout ça. Je suis également allé chercher le nouveau casque à vélo que j'avais commandé ainsi que des nouvelles pédales semi-automatique qui seront bien pratiques pour la suite. Je n'ai pas encore pris le temps de mettre les cales sur les nouvelles chaussures, c'est pourquoi pour ce week end j'ai gardé les baskets normales.

Pour le programme vélo, j'avais prévu d'aller au col d'Aspin le vendredi après midi avant de prévoir une plus grande sortie samedi en allant du côté de Hautacam ou du col du Soulor.

 

C'est donc ce que j'ai fait vendredi après midi même si ça commençait à faire un peu tard, je ne pouvais pas laisser passer une si belle journée. J'ai enfourché le vélo à presque 14h45.

Il faisait soleil avec un très léger voile de nuages. Il faisait aux alentours de 30°C en quittant la maison.

 

ça faisait du bien de partir en manches courtes. Il faisait chaud mais régulièrement des grosses rafales de vent soufflaient et rafraichissaient.

Les jambes tournaient bien et j'avançais sur un bon rythme en direction de Bagnères. Dans les deux petites bosses avant Bagnères j'ai bien senti que les jambes étaient meilleures que lors de la sortie de la fin du mois de mars, cependant, ce n'est toujours pas la grande forme...

 

Léger voile de nuages mais 30°C en plaine

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 002

 

Vu l'heure tardive de la sortie j'étais moins gêné par les voitures que si j'étais parti le matin. Cependant il y a toujours quelques cinglés qui ne savent pas s'écarter...

J'avançait toujours pas mal dans les montées. cependant à partir de Campan là où ça monte de plus en plus, je commençais à sentir une grande fatigue et les jambes commençaient à piquer un peu. En arrivant à Sainte Marie de Campan, je m'attendais à galérer dans le col d'Aspin... Je me suis arrêté au pied du col le temps de manger quelques biscuits (je n'ai pas refait la même erreur que la dernière fois pour le ravito^^). Et me voilà reparti pour l'ascension. Les 7 premiers kilomètres ne sont pas les plus durs mais je n'arrivais pas à trouver le bon rythme et je sentais l'acide lactique dans les jambes...

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 005

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 007

 

Heureusement pour moi, en arrivant sur le plateau de Payolle, un léger vent favorable m'a aidé sur les deux kilomètres presque plats. En revanche je l'avais de côté au moment où j'ai attaqué les 5 derniers kilomètres plus raides. Le premier kilomètre de ce final est à 9% et là d'un seul coup j'ai senti que j'étais quand même plus à l'aise que sur la première partie du col d'Aspin. Voilà qui était rassurant! C'était agréable de pouvoir grimper par cette température. J'ai pu prendre pas mal de photos tout en grimpant. Plus les kilomètres défilaient et plus j'étais à l'aise. J'arrivais toujours à appuyer les pédales sur un bon rythme et à relancer quand il le fallait même si je sentais le mal de jambes s'accentuer quand même. J'ai vraiment apprécié ce final.

 

Traversée de Payolle

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 009

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 010

 

Début du final à 9%

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 011

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 012

 

Dans les 2 derniers kilomètres

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 013

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 019

 

Je suis arrivé au sommet plutôt satisfait. Il faisait 22°C là haut au moment où j'y suis arrivé mais c'était sans compter le fort vent qui s'est levé d'un seul coup.... Un très gros vent de nord qui a refroidit toute l'ambiance d'un seul coup... A un moment le vent s'est calmé et j'en ai profité pour laisser le vélo contre le panneau et aller prendre des photos du paysage. Et pendant que je prenais les photos le vent a redoublé d'un seul coup, je suis revenu en courant sur le talus en espérant que le vélo n'était pas tombé... Et manque de chance, il était tombé à cause du vent. Je me suis surtout inquiété pour le nouveau casque qui était accroché au guidon^^ Je l'ai relevé. Ouf le casque n'avait rien, je l'ai nettoyé et il n'avait aucune égratignure.

 

Magnifique vue

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 020

 

Nouveau casque

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 021

 

Côté Arreau

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 025

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 027

 

Le Pic du Midi

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 028

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 030

 

Le vent était très désagréable et je ne me suis pas attardé au sommet. Par ailleurs il était 17h, ça commençait à faire un peu tard et il fallait songer à rentrer.

Alors que j'ai commencé la descente il y avait un drôle de bruit sur la roue avant du vélo. Je me suis donc arrêté après 200m de descente pour regarder ce qu'il se passait. J'ai constaté que la roue avant frottait légèrement contre le patin de frein... ça m'a surpris que la chute à cause du vent suffise à voiler un peu la roue. Je n'avais pas la clé pour écarter le patin du coup j'ai laissé comme ça. Mais il y avait un autre bruit très bizarre sur l'avant qui me faisait penser à un problème sur la roue libre...

Là où j'étais je ne pouvais pas faire grand chose, j'ai donc décidé de repartir et de rentrer comme ça et de voir plus tard.

Le retour a été très pénible à cause du vent qui s'est levé. Il soufflait de trois quarts face et rendait le vélo assez difficile à contrôler par moments. Heureusement j'avais encore un peu les jambes pour pédaler à bloc sans être à la rupture. Je me suis arrêté à la sortie de Bagnères pour manger quelques biscuits à nouveau et je suis reparti. Le retour a paru un peu long à la fin. Je me suis de nouveau arrêter à 4,5 km pour caresser les ânes et je suis reparti.

 

Payolle

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 031

 

Le Montaigu majestueux

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 033

 

Les deux compères qui me voient passer à chaque sortie depuis quelques années :

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 036

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 037

 

Photos col d'Aspin le 18 avril 2014 039

 

Le vent est assez pénible, il avait déjà pas mal soufflé fin mars quand j'étais revenu pour pédaler dans les Pyrénées et il ne semble pas vouloir s'arrêter...

 

Mais au final, j'ai quand même bien aimé cette sortie et l'ascension. même si ce n'est toujours pas la grande forme, c'est déjà un peu mieux que lors de la sortie au col d'Aspin de fin mars.

Au final ça a été une sortie de 90 km pour 1500m de D+.

Et c'est surtout la 30e fois que je grimpe le col d'Aspin. Un bien beau chiffre. Je l'ai grimpé 26 fois par Sainte Marie de Campan et 4 fois par Arreau, ça fait un petit déséquilibre^^ ça méritera peut être un petit flash back.

 

En tout cas à ce moment, j'espérais que le soucis de la roue avant n'était pas trop grave et que je pourrai faire une belle sortie le lendemain. Etant donné qu'il commençait à faire tard, j'avais prévu de regarder la roue avant le lendemain matin.

 

(la suite dans le prochain épisode :D )

Partager cet article
Repost0
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 07:18

Voici quelques photos du nouveau casque à vélo que je vais avoir pour mes sorties pyrénéennes. Il vient remplacer celui qui a terminé sa vie en me protégeant la tête lors de la chute au col du Glandon au mois d'août l'an passé. Il a les couleurs qui vont bien avec le vélo, ce que n'a pas vraiment le casque  blanc que j'avais acheté un peu en catastrophe après la chute. Dorénavant j'ai donc deux bons casques, le blanc que j'ai avec moi sur Angoulême et celui-ci qui restera dans les Hautes Pyrénées.

 

Nouveau casque 001

 

Nouveau casque 002

 

Nouveau casque 003

 

Nouveau casque 004

Partager cet article
Repost0
13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 12:41

Petit week end ensoleillé signifie sortie en vélo.

Pour changer un peu de la monotnie des routes charentaises et des mauvaises routes pour quitter Angoulême, j'ai décidé d'aller voir du côté de l'océan. J'ai donc pris le train en direction de Royan pour aller pédaler un peu par là bas. J'avais déjà eu l'occasion de rouler dans le secteur de Royan en 2006 lorsqu'avec mon père nous avions relié La Tremblade à Bayonne en cyclocamping.

Les horaires de train ne sont pas très pratique pour relier Angoulême à Royan, plus de 2h et entre le premier horaire me permettant d'arriver et le dernier train quittant Royan, je n'avais que 4h sur place...

 

A cela s'ajoute le temps passé dans les retards de train ou à chercher les routes ou encore à prendre les photos, bref toute petite sortie en perspective...

 

Une fois sur place, j'ai un peu tourné pour trouver la piste cyclable en bord de mer. Et une fois sur la piste qui alterne entre caillasse et trottoir à la sortie de Royan, j'ai pu rouler le long de l'océan vers Saint Palais sur Mer. En approchant de La Palmyre, la piste s'éloigne de quelques mètres de l'océan pour rouler dans une petite forêt de pins. J'ai retrouvé avec plaisir ces pistes sur lesquelles j'avais pédalé un peu en 2006. Ceci dit, ça devient vite monotone là aussi. Heureusement qu'il n'y avait pas beaucoup de touristes encore...

 

La piste cyclable en passant à La Palmyre offre quelques faux plats avec même un passage à 10%. A certains moments c'est vraiment les montagnes russes. Le vent soufflait pas mal et je cherchais un endroit sympa en bord de mer pour m'asseoir et manger car le matin j'avais eu tellement de mal à me lever que je n'ai pas eu le temps de prendre de petit déjeuner^^

 

J'ai pris le dédalle de pistes cyclables pour faire une sorte de boucle pour faire demi tour. J'ai vu quelques girafes en passant devant le zoo de La Palmyre puis j'ai trouvé un banc face à l'océan où je me suis arrêté pas mal de temps pour manger et profiter de la vue. J'ai dû m'arrêter pas loin de 45min^^

 

Au final je n'ai fait que 50 km pour 300m de D+ mais ça a permis de s'oxygéner un peu en attendant de retourner dans les montagnes. Entre 20 et 25°C mais avec un vent rafraichissant pour cette sortie.

 

Photos Royan le 12 avril 2014 002

 

Photos Royan le 12 avril 2014 004

 

Photos Royan le 12 avril 2014 005

 

Photos Royan le 12 avril 2014 007

 

Photos Royan le 12 avril 2014 008

 

Photos Royan le 12 avril 2014 009

 

Photos Royan le 12 avril 2014 012

 

Photos Royan le 12 avril 2014 013

 

Photos Royan le 12 avril 2014 015

 

Photos Royan le 12 avril 2014 017

 

Photos Royan le 12 avril 2014 019

 

Photos Royan le 12 avril 2014 020

 

Photos Royan le 12 avril 2014 022

Partager cet article
Repost0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 18:39

Le colle delle Finestre ou col des Fenêtres en français, est une des plus belles et plus difficiles ascensions d'Europe.

Comme son nom l'indique il se situe en Italie dans la région du Piémont au nord-ouest de l'Italie tout proche de la frontière savoyarde et culmine à 2176m d'altitude..

Il relie le val de Suse au départ de Susa (Suse) au val de Cluson à Fenestrelle.

Le col du Finestre a très vite fait partie des ascensions mythiques du Giro et a endossé une renommée internationale grâce à son versant au départ de Susa.

Jugez plutôt, ce versant est long de 19 km à 9,2% de moyenne sans aucun répit et avec les 8 derniers kilomètres sur une piste non goudronnée pleine de caillasse.

Il rivalise en difficulté avec beaucoup d'autres ascensions ayant des pourcentages bien plus raides mais sur des distances plus courtes. De plus par rapport à ces ascensions, le paysage du col du Finestre est vraiment grandiose sur le final.

 

Pour en revenir à l'histoire du cyclisme sur ces pentes, ça va être assez rapide. Le Giro l'a découvert en 2005. Et cette ascension à elle seule a suffit à le faire rentrer dans la légende. Un suspense énorme, une ascension endiablée avec du mouvement dans la montée et la descente et une impression de remonter le temps (à tel point que des images en noir et blanc de cette ascension ont été diffusées) ont fait de cette journée du Giro 2005 une journée remarquable.

La seule chose que l'on peut regretter c'est le nom des acteurs de cette étape : Savoldelli, Simoni, Rujano, Di Luca, une belle brochette pharmaceutique ! C'est d'ailleurs assez triste de voir que Di Luca qui y est passé en tête au sommet a droit à deux stèles au sommet lui rendant hommage pour cette étape. Où est la logique ? Pourquoi rendre hommage à des dopés ?? Pourquoi mettre Di Luca au même niveau que ce cher Octave Lapize premier vainqueur du col du Tourmalet dans le Tour de France et qui a eu bien plus de mérite que Di Luca.

Enfin bon, je en vais pas basculer sur le sujet du dopage car ça risque de durer longtemps.

Pour continuer et finir la suite de l'histoire du col du Finestre avec le Giro, il a été de nouveau emprunté en 2011 dans ce qui reste aujourd'hui le Giro le plus difficile de l'histoire (en terme d'ascensions difficiles). Et au milieu des autres monstres du parcours de ce Giro 2011, il arrivait à s'imposer.

 

Pour ma part, j'ai eu l'occasion (la chance) de pouvoir grimper ce colle delle Finestre par le versant de Susa, c'est donc celui là que je vais décrire.

Comme dit plus haut, ce versant fait 19 kilomètres de long pour une moyenne de 9,2%.

A Susa, en arrivant du col du Mont Cenis, il faut aller vers le centre (centro sur les panneaux^^) et passer sur un pont. On continue tout droit et à l'intersection qui suit il faut tourner à gauche et prendre la direction de Meana di Susa qui est indiquée à 2 km. C'est à environ 1 km avant le village au moment où la route bifurque vers la droite de la route principale qu'on voit le panneau indiquant le sommet à 19 kilomètres et qu'on voit la route qui commence à monter devant soi.

C'est parti !

Les premières centaines de mètres sont abordables sur du 6% mais très vite la pente passe sur du 12% pendant 1,5 km avec un pic à 14%. Sur cette portion la route devient étroite et traverse le village de Meana di Susa en serpentant. Cette mise en bouche n'est pas des plus agréable...

Heureusement à la sortie du village il y a un court replat, le premier et le dernier, un virage à gauche et c'est reparti sur du 9% pour tout le reste. La pente restera entre 7,5% et 11% avec la grande majorité de la distance restante entre 9 et 10%.

Quelques panneaux (en italien) indiquent les restrictions de circulation et l'état du col (ouvert ou pas). A partir de là, la route devient encore plus étroite (moins de 2m de large par endroit) et entre dans une forêt assez dense.La route va grimper avec de nombreux lacets et de nombreuses courbes sous ces arbres jusqu'au kilomètre 11. Cette partie peut devenir monotone car on ne peut voir aucun panorama...

Les seuls véhicules que l'on peut y voir ce sont les chasseurs, les bûcherons et les motards. Le 8e kilomètre est très impressionnant car il comporte environ 11 ou 12 lacets en un seul kilomètre. Certains de ces virages sont très serrés d'ailleurs.

A la fin du 10e kilomètre à peu près on a enfin un point de vue sympa sur la droite avec Susa tout en bas dominée par le Rocciamelone (3538m) qu'on verra sur le final. Ce point de vue redonne du moral et on aperçoit même le sommet du col à un moment. Cette partie nous fait arriver environ 1 km plus loin au final tant attendu !

En effet, on arrive au début de la partie non goudronnée, la strada del colle delle Finestre.

A cet instant il reste 8 kilomètres à grimper toujours sur une pente comprise entre 9 et 10%. On se trouve à 1460m d'altitude et il nous reste donc un peu plus de 700m à prendre en 8 km.

 

Cette partie non goudronnée est cyclable et plus large que la route goudronnée juste avant. C'est faisable en vélo de route (la preuve le Giro) mais quand il a plu les jours précédents, on a tendance à s'enfoncer dedans et avec toute la caillasse, j'ai apprécié d'avoir mon VTC.

Les deux premiers kilomètres de cette strada sont les plus cyclables. Ils se font en forêt toujours.

Très vite on sort de la forêt et on a un paysage qui se dégage avec toujours le Rocciamelone en point de mire. On voit très bien la suite à grimper et ce qu'on a déjà grimpé, c'est vraiment très beau.

La piste s'enroule sur des virages compacts. En raison de la consistance meuble de la piste, certains virages sont difficiles à prendre.

Sur le final, la longueur de l'ascension et la difficulté se fait sentir dans les jambes mais l'approche du sommet à un goût tout particulier.

Le final est absolument génial. On aperçoit aussi la forteresse de Fenestrelle juste à côté du sommet.

 

Une fois au sommet on peut vraiment savourer le panorama avec tous les derniers kilomètres que l'on a grimpé.

De l'autre côté on voit la vallée menant à Sestrières.

 

L'autre versant venant de Fenestrelle est entièrement goudronné et présente un profil plus commun avec des kilomètres à plus de 9% et 10% et est difficile mais dans une moindre mesure et avec des replats. Il est également moins long (16 km à 7% de moyenne).

 

Pour la descente vers Susa, il convient de bien vérifier les freins ! La partie non goudronnée est assez dangereuse. La suite goudronnée l'est aussi car c'est étroit et sinueux.

 

Il s'agit d'un col sur lequel on ressent une atmosphère de grand col. Son ascension reste un moment unique. Plus encore dans une grande sortie avec enchainement.

 

Un mythe quoi...

 

Pour ma part j'ai eu l'occasion de le grimper le 26 octobre 2013.

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 015

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 016

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 018

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 019

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 020

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 026

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 027

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 028

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 030

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 032

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 033

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 034

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 036

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 037

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 038

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 040

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 042

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 043

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 044

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 046

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 048

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 051

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 053

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 056

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 058

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 059

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 060

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 062

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 064

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 065

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 066

 

Au sommet :

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 070

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 073

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 074

 

Une honte :

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 075

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 077

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 078

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 079

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 080

 

L'autre côté

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 081

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 082

 

Photos col du Finestre et Mont Cenis le 26 octobre 2013 085

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 20:16

Après la petite sortie de la veille, le week end continue au pied des Pyrénées pour moi. Malgré la neige du début de semaine, le col d'Aspin (1490m) a réouvert depuis 2 jours. Inutile de dire que c'est lui que j'avais en ligne de mire!! La veille je n'avais pas pu y aller car je suis parti assez tard dans l'après midi, là je n'avais pas envie de laisser passer l'occasion surtout après la sortie avortée de fin février.

 

Pour ce qui est de l'organisation de la journée, j'avais prévu de ne pas partir trop tôt le matin pour ne pas rouler dans le froid et j'ai donc prévu de mettre les voiles vers 10h du matin. Pour ce qui est de la météo, il était prévu grand soleil mais force est de constatée que le matin avant de partir il faisait très nuageux et même menaçant. Heureusement le plafond nuageux était haut et les montagnes visibles malgré tout.

 

En revanche en me levant le matin, le vent soufflait tellement fort que quelques minutes avant de partir, je ne pensais plus aller au col d'Aspin et je me suis mis à chercher un autre parcours possible dans les Baronnies du côté du col des Palomières... La déception commençait déjà à m'envahir...

 

Au moment de quitter la maison, je me suis rendu compte qu'il n'y avait plus de pâtes de fruit chez mes parents, j'ai pris un truc qui y ressemblait et que je pensais sucré. Manque de chance, je m'en apercevrai au col d'Aspin, il s'agissait d'une pâte de haricot rouge ressemblant à une pâte de fruit mais sans être sucrée (et au goût un peu bizarre^^).

 

Je suis donc parti en milieu de matinée (après 10h) dans une douceur ambiante très agréable, que ça fait du bien de ne plus pédaler dans le froid!! A ce moment, j'avais en tête de faire une petite boucle dans les Baronnies. Le vent soufflait bien fort de face, comme la veille... J'étais un peu déçu, j'avais encore la mauvaise impression que j'allais rater une fois de plus le col d'Aspin... Voilà 9 mois que je ne n'y suis plus allé (depuis le 25 juin 2013)...

 

J'avançais tranquillement dans l'optique de voir où en était la forme. J'ai pris des photos de la chaine des Pyrénées depuis le point de vue traditionnel. Plus j'avançais vers Bagnères de Bigorre et plus j'étais cotnent d'être parti relativement tard car il y avait peu de voitures sur la route, les personnes allant aux stations de ski le font tôt le matin en général.

 

Très nuageux mais lumineux quand même

 

Photos col d'Aspin le 29 mars 2014 003

 

Dans les deux bosses avant Bagnères, je n'ai pas fait le fou furieux comme la veille^^ J'étais plutôt en forme car je montais sur un bon rythme sans forcer, ça fait plaisir. Puis après l'interminable ligne droite avec vent de face précédant Bagnères, j'ai débouché dans Bagnères. L'intersection avec le col des Palomières se situe juste à l'entrée de la ville. A cet endroit je n'étais plutôt pas trop fatigué malgré le vent de face et j'ai donc décidé en une seconde, d'aller au col d'Aspin et donc de continuer à remonter la vallée vent de face.

Progressivement la pente s'accentue et 6 km plus loin je suis arrivé à Campan où j'ai rejoint la grande route menant à Sainte Marie de Campan et aux cols.

Et plus j'avançais et plus je me sentais en forme. Juste avant la dernière montée à 9% menant à Sainte Marie de Campan, j'ai lancé un petit regard motivant sur la forge où Eugène Christophe avait réparé sa fourche en 1913.

 

Photos col d'Aspin le 29 mars 2014 005

 

Petit arrêt d'une minute au pied du col pour enlever mes sous-gants et mon écharpe. Et c'est là, que j'ai senti que le vent redoublait.... Moi qui étais content d'arriver dans la montée en me disant que le vent serait moins handicapant, ben c'était encore pire...

J'ai commencé à grimper le col d'Aspin. Les 7 premiers kilomètres ne sont pas trop raides mais sont à découverts et offrent peu de virages, ce qui fait qu'on a le vent de face en permanence sur ce secteur...

 

Dès le pied de l'ascension il y avait de la neige sur les bords de la route. Voilà qui va donner un petit plus au paysage!!

Le vent soufflait vraiment très fort et il fallait lutter... En traversant le village de La Séoube, les feuilles et brindilles au sol volaient face à moi et me fouettaient les jambes. Le point positif c'était de voir (un peu comme d'habitude) que j'étais mieux sur les forts pourcentages que sur les portions roulantes. J'arrivais à prendre des photos tout en roulant sans soucis malgré le vent un peu déstabilisant et la pente. En arrivant sur le replat traversant la station de Payolle, ça soufflait tellement fort que c'est de la terre qui était sur le bord gauche de la route dans la courbe devant moi qui s'est envolée et m'a fouetté le visage.

 

Photos col d'Aspin le 29 mars 2014 007

 

L'entrée à Payolle

 

Photos col d'Aspin le 29 mars 2014 009

 

Payolle

 

Photos col d'Aspin le 29 mars 2014 032

 

Photos col d'Aspin le 29 mars 2014 012

 

En arrivant devant les 5 derniers kilomètres à 8% de moyenne je me disais que ça allait êttre mieux vis à vis du vent car il y aura des lacets et la route va traverser la forêt. Cependant le premier lacet de 500m est à découvert et c'est donc de côté que j'ai eu le vent. Je commençais à sentir la fatigue arriver et surtout je commençais à avoir faim^^

 

Vu où j'en étais, j'ai continué en me disant que je mangerai au sommet du col d'Aspin. J'ai donc continué en savourant d'être de nouveau sur le col d'Aspin. Les deux premiers kilomètres de ce final après Payolle, m'ont paru courts et sont passés assez vite j'ai trouvé. Par contre en passant à peu près à 3 km du sommet, là j'ai commencé à avoir un coup de moins bien.

 

Photos col d'Aspin le 29 mars 2014 015

 

Là j'étais à l'énergie et à environ 1,8 km du sommet, j'ai profité d'un joli point de vue sur le sommet enneigé pour m'arrêter 30 secondes et prendre une photo.

 

Le sommet du col d'Aspin là bas :

 

Photos col d'Aspin le 29 mars 2014 017

 

Photos col d'Aspin le 29 mars 2014 020

 

Photos col d'Aspin le 29 mars 2014 021

 

En repartant ça allait beaucoup mieux, même si j'étais pressé d'arriver en haut pour manger un peu.

Quel plaisir d'arriver au sommet de nouveau.

J'ai un peu pataugé dans la neige et la gadoue pour poser le vélo. Un promeneur qui était au sommet m'a pris en photo. Par contre le vent soufflait vraiment très très fort... J'ai pris quelques photos du paysage, du Pic du Midi d'un côté de l'Aneto de l'autre. 9 mois que je n'avais plus vu ce paysage, ça me manquait.

 

Photos col d'Aspin le 29 mars 2014 025

 

Côté Arreau avec le zoom sur le Pic d'Aneto :

 

Photos col d'Aspin le 29 mars 2014 027

 

Photos col d'Aspin le 29 mars 2014 028

 

La montée du col d'Aspin côté Arreau

 

Photos col d'Aspin le 29 mars 2014 029

 

L'autre côté avec le Pic du Midi :

 

Photos col d'Aspin le 29 mars 2014 030

 

Photos col d'Aspin le 29 mars 2014 031

 

J'ai mangé ce que je pensais être une pâte de fruit et en fait ça n'en était pas une, c'était une pâte de haricot rouge, j'ai pas trop aimé et j'ai douté de son efficacité à me retaper^^

 

ça soufflait tellement que je ne me suis pas attardé, j'ai juste remis mon écharpe et j'ai entrepris le retour. Je n'avais pas pris mon sac à dos avec moi et j'avais décidé d eme passer de K-Way, il faut dire que malgré le fort vent, la température était agréable.

 

J'ai commencé la descente avec vent de côté sur les lacets puis vent de dos en traversant Payolle. Au début je voulais m'arrêter pour prendre un coca au bar à Payolle car je sentais bien que j'allais me prendre une belle fringale. Mais j'étais lancé et j'ai continué car j'étais déjà pressé de manger le bon repas que ma mère avait préparé^^

J'ai donc continué ma descente du col d'Aspin, toujours vent de dos, j'ai bien tracé dans les replats^^ Mais seulement jusqu'à Sainte Marie de Campan...

 

En effet, le vent a tourné en plaine comme chaque jour et c'est donc un fort vent de face qui m'a accueilli à la sortie de Sainte Marie de Campan... Comme quoi, sur le col c'était toujours ce même vent de sud qui soufflait et plus bas en plaine c'est un vent de Nord qui s'est mis à souffler...

 

J'avais franchement faim et je buvais pas mal d'eau. Mais je sentais bien que je commençais à manquer d'énergie dans les jambes...

En quittant Bagnères, ça commençait à être dur, j'avais faim, j'aurais pu manger n'importe quoi mais j'avais plus rien (tellement j'étais persuadé d'avoir une pâte de fruit avec moi^^). Les 20 derniers kilomètres m'ont paru interminables... Dans les petites côtes je galérais complètement...

 

Photos col d'Aspin le 29 mars 2014 034

 

Photos col d'Aspin le 29 mars 2014 036

 

Quel soulagement d'arriver à la maison. Je me suis précipité pour ranger le vélo au garage et je me suis rué dans la cuisine pour manger. J'ai bien dû manger pour 3 personnes^^

 

J'aurais appris une chose c'est que le truc que j'ai pris ben c'était pas une pâte de fruit^^

 

En tout cas à la fin j'étais bien content, il s'agissait de ma première vraie sortie en montagne depuis la fin du mois d'ocotbre et un certain...col du Finestre! Depuis j'avais bien fait des sorties avec des petits cols mais ça restait des petits cols (col du Vorger, col des Palomières et les sorties charentaises).

90 km pour 1500m de D+, ça fait du bien dans les jambes et je sens que la forme revient lentement mais sûrement. Vivement la suite! Sinon c'est la 29e fois que je grimpe au col d'Aspin (25 fois par Sainte Marie de Campan et 4 fois par Arreau). Et pourtant c'est juste la première fois que je le grimpe avec de la neige sur les bords et au sommet. Je l'ai déjà grimpé par tous les temps mais je 'navais jamais pu arriver au sommet avec de la neige sur les bords, soit il n'y en avait pas en plein hiver soit il y en avait trop et je me retrouvais bloqué sur la montée.

 

Voilà de quoi bien remplir ce week end long que j'ai pu passer dans les Pyrénées. 2 sorties en montagne avec une bonne température. Retour en Charente maintenant...

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 17:56

 

Voilà un week end qui s'annonce plutôt bien puisque grâce au RTT que j'avais ce vendredi, j'ai pu en profiter pour rentrer dans les Hautes Pyrénées.

Par ailleurs, je guettais la météo pour le week end et il s'est avéré que sans être des super prévisions, ce n'était pas non plus de la pluie qui était prévue.

L'inconnu restait la neige car elle est tombée en abondance seulement quelques jours avant assez bas et beaucoup de routes ont été fermées.

 

Ce vendredi 28 mars a été ensoleillé le matin mais malheureusement je n'ai pas pu profiter de cette matinée car je devais passer à l'hôpital de Tarbes pour faire examiner les cicatrices de ma chute dans le col du Glandon du mois d'août dernier... Et oui je n'en n'ai toujours pas terminé... Rien de grave mais ça gêne quotidiennement.

 

C'est donc l'après midi que j'ai pu sortir le vélo. Les nuages sont revenus mais le plafond nuageux est assez haut et les montagnes bien visibles. Il n'y a pas à dire, revoir les Pyrénées ça fait du bien !!

 

Pour la sortie de l'après midi j'avais juste prévu le col des Palomières et éventuellement une petite boucle dans les Baronnies mais sans grande conviction car dans ces multiples côtes j'ai moins de plaisir à rouler que dans la montagne.

 

Pour ce qui est de la température, c'est un régal pluisqu'il fait plus de 20°C !

 

Le seul véritable (et pas négligeable) inconvénient, c'est le vent de sud qui souffle fort. En effet je vais l'avoir de face dans le sens de la montée en direction de Bagnères.

 

Me voilà donc parti sur mon vélo de route, plein sud en direction de Bagnères. La route n'a pas changé, c'est toujours cet interminable faux plat montant. Je me sentais plutôt bien, en tout cas mieux que lors de mon dernier passage dans les Pyrénées fin février. Il faut dire que pédaler par 20°C c'est juste un plaisir, j'en avais marre de pédaler dans le froid !

 

Photos col des Palomières le 28 mars 2014 001

 

Je luttais face au vent. J'étais content de me rendre compte que j'avais une forme ascendante mais c'était frustrant de ne pas en profiter à cause de ce vent.

Ce qui était plaisant c'est qu'étant donné que c'était l'après midi, il y avait beaucoup moins de voitures sur la route qui montaient aux stations (bien que ça n'enlève pas les quelques cinglés qui circulent...).

 

Alors que j'étais seul face au vent en pleine galère, j'approchais des deux petites bosses qui précèdent la dernière ligne droite de 2 kilomètres qui mène à Bagnères de Bigorre. Là, un tracteur tirant une grosse remorque pleine de ballots de paille, me dépasse à une vitesse de 40 km/h environ, un cycliste était bien calé à l'abri derrière lui puis suivait une longue file de voitures. Alors que 2 voitures m'avaient dépassé, on est arrivé au pied de la première petite bosse, là je n'ai pas réfléchi et j'y suis allé à fond en mettant du braquet. J'ai rebouché les 10m qui me séparaient de la voiture devant moi, alors que celle de devant avait dépassé le tracteur. J'ai avalé la bosse à 38 km/h, j'ai fait un énorme effort dans le replat suivant pour ne pas me faire lâcher et j'ai avalé la 2e bosse presque aussi vite pour revenir derrière le tracteur qui roulait toujours à presque 40 km/h. Et dans la ligne droite précédant Bagnères, je discutais donc avec l'autre cycliste, nous étions abrités derrière le tracteur mais on ne pouvait pas se reposer car ça roulait et fallait tenir la roue du tracteur, nous étions obligés de nous décaler un peu et de prendre le vent pour voir ce qu'il se passait devant.

J'ai lâché la roue du tracteur en arrivant à Bagnères à l'intersection avec la route du col des Palomières, je me suis directement retrouvé dans la montée, j'avais les poumons en feu, incapable de reprendre mon souffle.

Moi qui voulais m'amuser à grimper le col des Palomières à bloc, c'était raté, j'ai presque cru que j'allais claquer^^

Du coup j'ai adopté un rythme tranquille en moulinant de façon à reprendre mon souffle. C'est dommage car au niveau des jambes il n'y avait rien à signaler et ça tournait très bien.

L'ascension n'est pas très longue, un peu moins de 5 km mais qui présente un profil acceptable avec un enchainement de lacets à plus de 9% au milieu.

 

En dehors de l'essouflement dû à l'effort précédent, c'était quand même plaisant de pouvoir grimper de nouveau sans être à cours de forme. La température était toujours bonne. J'ai pu profiter de la vue sur le Pic du Midi. La neige a fait son apparition dans les dernières centaines de mètres de l'ascension. J'ai débouché tranquillement sur le sommet à 810m d'altitude.

 

Le Pic du Midi depuis l'ascension :

 

Photos col des Palomières le 28 mars 2014 008

 

Les nouveaux pneus claquent bien sur le vélo :)

 

Photos col des Palomières le 28 mars 2014 011

 

J'ai largement profité de respirer de nouveau l'air des Pyrénées. J'ai discuté aussi avec un bûcheron puis après quelques photos et avoir fini de reprendre mon souffle, je suis reparti pour la descente.

Là il était clair que je n'avais pas envie de faire une boucle dans les Baronnies. Cependant me sentant plutôt bien au niveau des jambes, j'ai décidé qu'une fois fini la descente je continuerai de remonter la vallée jusqu'à Campan avant de faire demi tour là bas.

 

Au sommet :

 

Photos col des Palomières le 28 mars 2014 014

 

Photos col des Palomières le 28 mars 2014 015

 

Photos col des Palomières le 28 mars 2014 016

 

Photos col des Palomières le 28 mars 2014 019

 

Et c'est ainsi que je me suis remis à affronter le vent au bas de la descente en direction de Campan. Les faux plats se faisaient plus prononcés mais les jambes suivaient.

Après 6 km et une belle côte de plus d'un kilomètre je suis arrivé à Campan, là où j'ai fait du vélo pour la première fois de ma vie. J'en ai profité pour prendre quelques photos des montagnes tout au long du chemin.

 

Vues dans la vallée, le Pic du Midi :

 

Photos col des Palomières le 28 mars 2014 021

 

Photos col des Palomières le 28 mars 2014 022

 

Le Montaigu toujours aussi majestueux sur son piédestal :

 

Photos col des Palomières le 28 mars 2014 027

 

Photos col des Palomières le 28 mars 2014 032

 

Campan :

 

Photos col des Palomières le 28 mars 2014 033

 

C'est là que j'ai approis à faire du vélo quand j'étais petit :

 

Photos col des Palomières le 28 mars 2014 034

 

Là j'ai fait demi tour et me voilà donc parti dans la descente de la vallée avec vent de dos, le régal quoi^^

 

J'ai plutôt bien roulé tout au long du retour et j'ai fini la sortie avec 63 km et 800m de D+ au compteur.

Ce genre de sortie ça fait du bien, surtout en début de week end. La forme commence enfin à revenir et il n'y a plus qu'à dire, vivement l'été !!

Partager cet article
Repost0

Mon Blog

  • : Ascensions de grands cols en vélo - cyclotourisme en montagne
  • : Dans ce blog je décris mes ascensions de grands cols en vélo, je mets les profils des cols et je fais part de ma passion du vélo en montagne et de mon expérience.
  • Contact

Qui-Suis-Je?

  • Idris Raossanaly
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!

Compteur kilométrique 2015

 

Au 20 janvier 2015
Kilométrage total   260 km
Vélo urbain   20 km
Vélo en montagne

  209 km

Sorties plates   31 km
Dénivelé positif   3200 m
Mois en cours   260 km

 

Visiteurs uniques

Rechercher

 

photos col de la Pierre Saint Martin le 17 octobre 2009 013

 

 

P1010407

 

 

photos col du Soulor et col des Bordères le 26 av-copie-1

 

 

P1010361.jpg

 

 

photos col du Tourmalet le 12 juin 2010 021

 

 

P1010327

Divers liens

Si vous aimez la littérature et l'écriture, je vous encourage à visiter régulièrement ce site, très bien fait par une personne très sympathique (passionnée de vélo aussi), qui rédige régulièrement des nouvelles :

 

http://richardpatrosso.typepad.com/dndr/