Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 18:50

Voici la liste de tous les cols que j'ai montés, pour voir les articles correspondants aux différentes sorties et aux descriptions des cols il suffit de cliquer sur les différents liens.

15 juillet 2009 (120 kms) : 1ere sortie : col du Tourmalet (2115m) et col d'Aspin (1490m)

19 juillet 2009 (130 kms) : 2eme sortie : col du Soulor (1474m) et col d'Aubisque (1709m)

23 juillet 2009 (115 kms) : 3eme sortie : col d'Aspin (1490m) et Pla d'Adet (1680m)

28 juillet 2009 (115 kms) : 4eme sortie : col d'Aspin (1490m), col de Beyrède (1417m) et col des Palomières (810m)

12 août 2009 (100 kms) : 5eme sortie : col d'Aspin (1490m) et Hourquette d'Ancizan (1564m)

19 août 2009 (60 kms) : 6eme sortie : col du Couret (1199m) et col des Palomières (810m)

27 août 2009 (120 kms) : 7eme sortie : col de Tramassel (1635m)

11 octobre 2009 (70 kms) : 8eme sortie : col de Peyresourde (1569m)

17 octobre 2009 (100 kms) : 9eme sortie : col de la Pierre Saint Martin (1802m)

26 octobre 2009 (150 kms) : 10eme sortie : Luz Ardiden (1715m) et col du Tourmalet (2115m)

30 octobre 2009 (130 kms) : 11eme sortie : col de Couraduque (1367m) et col de Spandelles (1378m)

19 novembre 2009 (90 kms) : 12eme sortie : col de Marie Blanque (1035m)

Au total cela fait 1280 kilomètres en 12 sorties c'est à dire presque 110 kilomètres de moyenne à chaque sortie.

Partager cet article
Repost0
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 15:07

Le col de Marie Blanque est un col de moyenne montagne culminant à 1035m d'altitude et permettant le passage de la vallée d'Aspe et d'Ossau. Etant donné sa faible altitude, le col est ouvert toute l'année sauf en cas de fort enneigement. Le nom de Marie Blanque désigne le vautour percnoptère au plumage blanc et noir qui vient d'Afrique et qui est visible aux alentours du col. Le sommet du col domine le plateau du Bénou qui est une grande zone pastorale. De ce fait, il y a beaucoup d'animaux sur la route.

Lorsque je suis allé monter le col de Marie Blanque, je l'ai monté par le versant Est au départ de Bielle. Je décrierai donc ce versant uniquement.


Profil depuis Bielle :

 

L'ascension longue de 11 kilomètres peut se diviser en plusieurs parties.

La première s'étalant sur les 5 premiers kilomètres, est la plus raide. Le pourcentage moyen de la pente de ces 5 premiers kilomètres varie entre 8 et 10%. La route monte en lacets au-dessus de Bielle. La route n'est pas forcément en bon état et il convient d'éviter des ornières.

La deuxième partie s'étale sur les 3 kilomètres suivants. C'est la traversée du plateau du Bénou. Sur cette portion la route est pratiquement plate et est très étroite. A cet instant, ce ne sont plus des lacets mais plutôt des lignes droites et des courbes qui forment la route.

La troisième partie de l'ascension s'étale sur les 3 derniers kilomètres de l'ascension. Le premier de ces kilomètres remonte brusquement après le plateau du Bénou sur des pentes aux alentours de 8% en lacets. Ensuite les 2 derniers kilomètres sont en légère montée et ne présentent pas de difficulté majeure.

Voici le profil que j'ai tracé : profil Marie Blanque

 

Au sommet, la présence de nombreux arbres empêche d'avoir une vue sur les montagnes et la plaine...c'est dommage.

Partager cet article
Repost0
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 15:00
Le col de Spandelles est un col des Hautes Pyrénées (65) qui culmine à 1378m d'altitude. Il se trouve aux abords du col de Couraduque (1367m) au sud d'Argelès Gazost. C'est un col peu connu mais qui offr une ascension assez difficile et raide, notamment au départ de Etchartes, village à partir duquel l'ascension est longue de 12,5 kilomètres à 8% de moyenne.
L'autre versant est celui d'Argelès Gazost. Il est également possible d'y accéder en passant par le col de Couraduque comme je l'ai fait.


Profil par le col de Couraduque :

L'ascension du col de Couraduque au départ de Aucun est décrite sur la page suivante : Col de Couraduque : informations et profil. Une fois au sommet du col de Couraduque, il faut descendre de l'autre côté sur 4 kilomètres. Cette descente se fait sur une route forestière en mauvais état et de ce fait, cette portion s'apparente plus à un chemin pour les VTT qu'à un chemin pour faire du vélo avec un VTC. Il est nécessaire d'avoir de bons freins!!!!
au bout de ces 4 kilomètres, on rejoint la route qui monte au col de Spandelles à 4 kilomètres du sommet de celui-ci. Ces derniers 4 kilomètres de l'ascension du col de Spandelles sont les plus difficiles de la montée. Le pourcentage de la pente est entre 8 et 10%. De plus, la route est étroite et traverse une forêt, ce qui ne permet pas de voir de paysages depuis la montée.
En revanche, une fois au sommet, la vue est un peu plus dégagée et il est possible d'apercevoir le Pic du Midi au loin côté Est comme il est possible de le voir sur la photo ci-dessous où le Pic du Midi est au centre à l'arrière plan.
photos col de Couraduque et col de Spandelles le 3-copie-3
Voici le profil que j'ai tracé :

profil Spandelles


Partager cet article
Repost0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 09:42
Le col de Couraduque est un col des Hautes Pyrénées (65) se situant au sud d'Argelès Gazost. Le col de Couraduque culmine à 1367m d'altitude. Ce col possède un versant au départ de Aucun et un autre versant au départ de Etchartes qui passe par le col de Spandelles. En ce qui me concerne, j'ai monté le col de Couraduque par Aucun, je décrirai donc ce profil.

Profil depuis Aucun :

Le village de Aucun se trouve à une dizaine de kilomètres au sud d'Argelès Gazost.photos col de Couraduque et col de Spandelles le 3-copie-1 La route qui permet d'y accéder n'est pas très agréable du fait de la forte circulation et de la pente qui est parfois aux alentours de 7%. De plus, il n'y a pas de paysage de haute montagne à voir sur cette portion. Une fois à Aucun, il faut prendre à droite la route du col de Couraduque. A cet instant, il reste 6,5 kilomètres de montée à 8% de moyenne. La route se met à monter dès le virage et s'élève en lacets au-dessus de Aucun sur les premiers kilomètres. Les 4 premiers kilomètres de l'ascension montent à 9/10% tandis que les derniers kilomètres sont aux alentours de 6/7%. Après quelques kilomètres de lacets, la route change de massif montagneux et ce sont donc plutôt des lignes droites et des courbes qui jalonnent la route.

Au sommet du col se trouve un espace de restauration. Un grand parking permet aux randonneurs de laisser leur voiture. En effet, de nombreux départs de randonnées pédestres sont possibles depuis le sommet du col de Couraduque.
Voici le profil que j'ai tracé, les pourcentages sont à peu près les bons mais je ne me souviens plus exactement des pourcentages, j'ai donc tracé ce profil d'après mes souvenirs.profil Couraduque

Pour ce versant, la route est plutôt en bon état.


Partager cet article
Repost0
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 18:31
Le profil du parcours de ma sortie du 15 juillet 2009 est visible sur la page suivante : 15 juillet 2009 : col du Tourmalet et col d'Aspin

Idris
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 11:27

Les week end suivant les vacances de la Toussaint sont plutôt pluvieux et ne me permettent pas d'aller monter le col de Marie Blanque (1035m) qui est le col que je voulais absolument monter avant l'arrivée de l'hiver. C'est un col qui n'est pas très haut mais plutôt difficile et connu grâce au Tour de France. Ce jeudi 19 novembre, j'ai fini mes cours à midi à Pau. Il me restait donc l'après midi de libre et il faisait un grand Soleil. De plus, les températures étaient plutôt clémentes. J'ai donc décidé d'en profiter pour aller monter le col de marie Blanque au départ de Bielle (64). Bielle est un petit village se trouvant au pied du col à 38 kilomètres au sud de Pau. Je suis donc parti de Pau vers 13h. En sortant au sud de Pau par Jurançon, il faut prendre la nationale en direction de Gan (à une dizaine de kilomètres de Pau) puis en direction de Louvie Juzon se trouvant à 3 kilomètres de Bielle. Toute la route est très passante et est vallonée. Il est nécessaire de ne pas rouler trop vite car les côtes qui se trouvent sur la route sont parfois longues et assez raides. A partir de Louvie Juzon, la route est en faut plat montant jusqu'à Bielle. La route du col de Marie Blanque est sur la droite juste avant l'entrée de Bielle. Là il reste donc 11 kilomètres de montée pour arriver au sommet.

La montée du col de Marie Blanque peut se diviser en plusieurs parties.
La première s'étendant sur les 5 premiers kilomètres qui monte de façon plutôt raide. En effet, la route s'élève directement sur des pentes entre 7 et 10%. Sur ces premiers kilomètres, la route est en lacets surplombant Bielle. Ces kilomètres sont raides et la route comporte quelques nids de poule.
La deuxième partie de l'ascension est la traversée du plateau du Bénou. C'est une zone pratiquement plate sur 3 kilomètres. A ce niveau là se trouvent énormément de bétails. La route est plutôt étroite à cet endroit.
La troisième partie de l'ascension s'étale sur les 3 derniers kilomètres suivant le plateau du bénou. Le premier de ces kilomètres remonte brusquement aux alentours de 8% avant les deux derniers kilomètres qui sont en légère montée. Au sommet du col, la présence de beaucoup d'arbres empêchent d'avoir une vue sur les montagne ou la plaine. C'est un peu dommage.photos col de Marie Blanque le 19 novembre 2009 024
Cette ascension n'est donc pas très dure mais il faut bien gérer les 5 premiers kilomètres et le kilomètre suivant le plateau du Bénou, surtout lorsqu'on ne connaît pas exactement le profil du col comme c'était le cas pour moi. Une fois au sommet, je ne me suis pas attardé car je voulais rentrer à Pau avant la nuit.
Dans la descente, je me suis fait la plus grande frayeur de ma vie. En effet, à la sortie d'un virage juste avant d'arriver au plateau du Bénou, alors que je roulais à 60km/h, une camionnette qui arrivait en face et qui roulait à grande vitesse (au moins aussi vite que moi) s'est mise à rouler à contre sens en sortant d'une courbe. J'ai serré à droite de la route autant que j'ai pu mais un fil barbelé m'empêchait d'aller dans le bas côté. la camionnette m'a frôlé alors que je roulais à 60km/h, j'ai senti son rétroviseur gauche effleurer la manche gauche de ma veste...
Ensuite, en arrivant dans Pau, à 2 kilomètres de mon appart, j'ai crevé à l'arrière. En arrivant à mon appart j'ai regardé en détail et je me suis rendu compte que c'est l'usure du pneu qui a fait qu'il a éclaté et de ce fait la chambre à air a été perçée...
C'est le premier incident que j'ai eu en 12 sorties en montagne cette année. Celle du 19 novembre 2009 a été la dernière de l'année, car l'hiver et le froid sont arrivés quelques jours après et les cols se sont trouvés fermés pour les plus hauts.

Au final, ce jour là, j'ai parcouru 90 kilomètres dans l'après midi et j'ai pu monter un col que je voulais absolument monter.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 15:49
J'ai tracé le profil du col de Peyresourde au départ de Arreau. Il est visible sur la page suivante : Col de Peyresourde : informations et profil
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 20:25

Le vendredi 30 octobre 2009, était un des derniers jours de vacances. Je voulais en profiter pour faire une deuxième sortie dans la semaine après celle du lundi 26 octobre où j'avais monté Luz Ardiden et le col du Tourmalet. De plus, ce jour là il faisait beau et pas excessivement froid. Un des derniers cols assez connus que je n'avais pas monté dans les Hautes Pyrénées était le col de Couraduque (1367m). Le col de Spandelles (1378m) se trouvant juste après, cela offrait une belle sortie. Ce jour là, j'ai pris le VTC de mon père car comme pour ma sortie du 26 octobre, je n'avais pas mon vélo qui est resté à Pau pendant les vacances. Le col de Couraduque est au départ de Aucun. C'est à dire à 3 kilomètres de Arrens, pied du col du Soulor. Il faut donc aller en direction d'Argelès Gazost. Ensuite, il faut aller vers Aucun qui se trouve 10 kilomètres au sud d'Argelès. Le matin vers 7h, il fait encore froid et le trajet vers Argelès fut plutôt pénible. Ensuite, à partir d'Argelès Gazost, il faut parcourir 10 kilomètres de montée ou de faut plat montant jusqu'au village de Aucun. Une fois à Aucun, il faut tourner vers la droite en direction du col de Couraduque. La route commence à monter dès la bifurcation. A partir de ce moment, il reste 6,5 kilomètres jusqu'au sommet, à une moyenne de 8%. Les 3 premiers kilomètres de l'ascension sont aux alentours de 9/10% tandis que les derniers kilomètres sont plutôt aux alentours de 6/7%.
La route s'élève en lacets au-dessus du village de Aucun avant que des portions de ligne droite ne contourne le massif pour aller de l'autre côté de la montagne. Cependant, le paysage est plus de la moyenne montagne et du vallon que de la haute montagne.
Au sommet, se trouve un grand espace pour permettre aux véhicules de se garer car depuis le sommet, de nombreux départs de randonnées pédestres sont possibles.photos col de Couraduque et col de Spandelles le 30 octobre

Une fois au sommet, je suis donc descendu de l'autre côté pour me diriger vers le col de Spandelles. La descente pour rejoindre la montée du col de Spandelles est longue de 4 kilomètres mais est sur un petit sentier de randonnées. Il y avait tellement de cailloux, de nids de poules et de gravillons qu'il fallait être sur les freins en permanence. j'étais presque plus rapide dans la montée du col de Couraduque que dans la descente. J'ai rejoint la route du col de Spandelles avec soulagement. Là il reste à peu près 4 kilomètres de montée entre 8 et 10% de moyenne pour rejoindre le col de Spandelles. Cette route en lacets traverse une forêt de conifères et est très étroite. L'état de la route est beaucoup moins bon que celui du col de Couraduque. Depuis le sommet du col, la vue sur l'est de la chaîne des Pyrénées est pas mal. Le Pic du Midi paraît lointain depuis le col.
Evidemment pour les photos je me suis pris tout seul puisqu'il n'y avait personne d'autre au sommet.photos col de Couraduque et col de Spandelles le 3-copie-2

Dans la descente du col de Spandelles vers Argelès Gazost j'ai frôlé l'accident. En effet, une voiture se trouvant arrêtée sur le bord de la route quelques mètres devant moi s'est mise à faire un demi-tour sur la route sans clignotant et sans regarder. J'arrivais à 50km/h sur cette portion de la descente, j'ai réussi à m'arrêter à une dizaine de centimètres seulement de la voiture...plus de peur que de mal...

Au final, j'ai parcouru environ 130 kilomètres ce jour là, et j'ai monté un nouveau col et j'en ai profité pour passer au sommet d'un deuxième col également.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 18:03
Bonjour,

Je viens de tracer et de scanner le profil de l'ascension du col de Tramassel (Hautacam). Il est visible sur la page suivante :
Col de Tramassel (Hautacam) : informations et profil

Idris
Partager cet article
Repost0
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 15:54
Le col du couret est un petit col forestier se trouvant dans les Hautes Pyrénées (65) et culminant à 1199m d'altitude. Ce col est au départ de Bagnères de Bigorre. L'autre versant est au départ d'un carrefour se situant non loin de beaudéan (petit village au Sud de Bagnères). Moi je ne l'ai monté que par le versant de Bagnères de Bigorre je ne parlerai donc pas de l'autre versant.

Profil depuis Bagnères de Bigorre :


De ce côté, l'ascension est longue de 11 kilomètres. A partir de Bagnères de Bigorre, il est nécessaire de prendre la direction du sud-ouest, vers l'Arbizon. La route commence à monter de façon très raide dès le début. La pente est entre 10 et 12% pendant les 3 premiers kilomètres. C'est à dire jusqu'au lieu appelé La Croix de Manse qui se trouve juste après un cours raidillon extrêment raide. Au niveau de La Croix de Manse, la route devient plate puis descend légèrement pendant environ 1 kilomètre. Ensuite, la route remonte de façon plutôt régulière entre 6 et 8% sur les derniers kilomètres jusqu'au sommet du col.

Ce n'est pas un col que je recommande de monter pour le plaisir. En effet, d'une part, le paysage n'est pas intéressant à voir du fait de la forêt. Même au sommet, il n'y a pas de vue car ce sont des talus qui permettent des randonnées qui se trouvent au sommet. D'autre part, la présence de canivaux métalliques tout les 50m en travers de la route rendent la descente très pénible car il n'est pas possible de rouler sur ces canivaux à grande vitesse sans porter atteinte à l'intégrité du vélo. Il faut donc avoir de bons freins.

Le panneau du sommet du col ne se situe pas au point le plus haut de la route mais 500m avant. De plus, ce panneau est très petit, il faut donc faire attention pour le voir si on ne veut pas monter 500m de plus comme cela m'est arrivé.

Voici le profil que j'ai tracé :
profil Couret

Les photos suivantes représentent les seules choses à voir au sommet : photos col du Couret et col des palomières le 19 -copie-1

photos col du Couret et col des palomières le 19 -copie-3

Partager cet article
Repost0

Mon Blog

  • : Ascensions de grands cols en vélo - cyclotourisme en montagne
  • : Dans ce blog je décris mes ascensions de grands cols en vélo, je mets les profils des cols et je fais part de ma passion du vélo en montagne et de mon expérience.
  • Contact

Qui-Suis-Je?

  • Idris Raossanaly
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!

Compteur kilométrique 2015

 

Au 20 janvier 2015
Kilométrage total   260 km
Vélo urbain   20 km
Vélo en montagne

  209 km

Sorties plates   31 km
Dénivelé positif   3200 m
Mois en cours   260 km

 

Visiteurs uniques

Rechercher

 

photos col de la Pierre Saint Martin le 17 octobre 2009 013

 

 

P1010407

 

 

photos col du Soulor et col des Bordères le 26 av-copie-1

 

 

P1010361.jpg

 

 

photos col du Tourmalet le 12 juin 2010 021

 

 

P1010327

Divers liens

Si vous aimez la littérature et l'écriture, je vous encourage à visiter régulièrement ce site, très bien fait par une personne très sympathique (passionnée de vélo aussi), qui rédige régulièrement des nouvelles :

 

http://richardpatrosso.typepad.com/dndr/