Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 17:24

Le col des Essérieux fait partie de ces cols dont on ne sait pas trop pourquoi ils sont là...

Il se situe dans le département de la Haute Savoie (74) sur la montée du col du Marais au départ de Saint Ferreol. Il se situe à environ 3 km du sommet du col du Marais et culmine à 755 m d'altitude. Il s'agit d'un col de passage qui ne présente pas d'intérêt. Il permet de relier la vallée entre Ugine et Annecy et Thônes dans les Aravis. Pour ma part je l'ai passé dans le sens de la descente. Mais dans le sens de la montée c'est la même route que celle du col du Marais qui n'est pas très raide.

Il n'y a pas grand chose de plus à dire. D'ailleurs on ne s'en rend même pas compte qu'on passe à un col sur cette route, ce n'est qu'après ma sortie que par hasard j'ai vu qu'il était là. Dans les environs, c'est le col de l'Epine qui présente vraiment un peu d'intérêt pour le profil.

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 15:15

Le col du Marais est un petit col du massif des Aravis dans le département de la Haute Savoie (74). Il n'est pas très connu car c'est plus un col de passage permettant de rejoindre des routes plus jolies au départ de Thônes notamment. En effet, à partir de là on peut accéder au col des Aravis, de la Croix Fry, de la Colombière et d'autres encore.

Le col du Marais culmine à 833 m d'altitude et permet donc de relier Saint Ferreol (situé dans la vallée entre Ugine et Annecy) à Thônes qui se trouve dans le massif des Aravis.

Il s'agit d'un col roulant qui offre un pourcentage moyen de 3,8% sur 10 km.

Pour ma part j'ai accédé au col du Marais en arrivant du col de l'Epine (947m) puis en rejoignant la montée du col du Marais à Serraval à 3 km du sommet.

A partir de Serraval, la route est vraiment roulante et le pourcentage est effectivement aux alentours de 4%, rien de bien méchant donc. En revanche il est situé sur une route passante et il y a donc beaucoup de voitures...

 

Le col du Marais a été franchi quelques fois par le Tour de France, pas plus tard que cette année lorsque les coureurs avaient grimpé le col de l'Epine puis avait rejoint comme je l'ai fait, le col du Marais par Serraval. Bien entendu, ce final du col du Marais n'était pas répertorié, faut dire que comparé aux pourcentages élevés du col de l'Epine, il ne fait pas très peur.

En venant de Thônes, le col du Marais grimpe encore moins, cependant je n'ai pas eu l'occasion de voir ce côté là.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 18:44

Le col de l'Epine est un col du département de la Haute Savoie (74) qui n'est pas un gros monstre mais qu'il ne faut pas prendre à la légère.

Il culmine à 947m d'altitude mais offre des pourcentages qui en imposent. Il fait 7 km de long à plus de 7% de moyenne et si on enlève le premier kilomètre pas très raide on atteint même les 6 derniers kilomètres à presque 7,7% de moyenne.

Le col se situe dans le massif des Aravis et relie la vallée reliant Albertville à Annecy en passant par Ugine (vallée de la Chaise) à la vallée allant à Thônes (capitale du reblochon) qui est la vallée de Serraval.

Depuis la vallée entre Albertville et Annecy, l'ascension débute à Marlens un petit village situé à 5 km d'Ugine en direction d'Annecy. Pour les cyclistes cette vallée est agréable puisqu'il y a une voie verte reliant Ugine à Annecy. A Marlens il est possible de quitter la piste cyclable pile au rond point où est indiqué la direction du col de l'Epine vers le nord.

A partir de là ça va grimper jusqu'au sommet. Le premier kilomètre est roulant et nous fait traverser Marlens en pssant devant l'école, sur une route étroite.

Cependant, très vite on arrive à la sortie du village et la pente se cabre directement sur du 8 à 9%. La pente va rester sur ces pourcentages sur environ 5 km. La route s'élève en lacets tantôt au milieu des arbres tantôt à découvert. Ces quelques points de vues permettent de voir la rapide élévation par rapport à la vallée.

La route est en bon état et est agréable car il y a très peu de circulation voire pas du tout. Le cycliste est tranquille et peut profiter de cette belle ascension. Il est à noter que des panneaux indiquent le pourcentage à venir à chaque kilomètre comme dans les grands cols. Il faut dire que le Tour de France y est passé cette année et le peloton a pu goûter ces pentes raides.

 

Pour continuer sur le Tour de France, cette année c'était la première fois que le parcours empruntait ce versant du col de l'Epine, l'autre versant en venant de Thônes ne grimpe presque pas.

 

Après cette rampe de 5 km sur des forts pourcentages avec un pic à plus de 10,5% sur une bonne portion (si mes souvenirs sont bons il y a 1 kilomètre à 10% mais je n'en suis pas sûr), le dernier kilomètre à moins de 6% offre un répit et permet de déboucher sur le col de l'Epine.

Au sommet il n'y a rien à voir, on est entre les arbres. Il est à noter que le panneau indique 1012m alors qu'en réalité l'altitude est à 947m.

La route continue de grimper un peu après le col et ne redescend qu'environ 1 km plus loin. Et encore ça ne descend pas énormément et il y a même une remontée à repasser pour rejoindre Serraval et la route allant à Thônes via le col du Marais.

 

Il s'agit donc d'un petit col idéal pour se frotter aux forts pourcentages. Il sert de bon tremplin pour faire une sortie vers Thônes. Sa faible longueur permet de ne pas être épuisé (si le col est en début de sortie) à son sommet.

 

Malheureusement, le jour où j'y suis allé, j'avais oublié mon appareil photo, je ne peux donc pas mettre de photos de cette ascension.

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 17:12

Décidément, les sorties se suivent et se ressemblent...

Ce mois de novembre est bien glacial d'un seul coup et entrave les sorties en vélo.

Ce coup-ci, afin d'éviter la mésaventure du premier jour de gelées, pas plus tard que ce lundi 11 novembre, j'ai décidé de partir plus tard pour aujourd'ui. Après plusieurs jours de pluie et de neige en montagne, le soleil était prévu pour aujourd'hui, il fallait en profiter !

Il y a toujours cette ascension à Courchevel (2000m) dans la Tarentaise qui me trottait dans la tête, difficile de laisser tomber car cela fait quelques années que cette ascension me fait envie.

J'ai décidé de la tenter.

Malheureusement pour moi, je n'ai pas toruvé d'infos fiables sur sa praticabilité car la neige est tombée très bas et je ne savais pas si la route avait été bien dégagée. J'ai donc décidé d'aviser sur le moment présent. Une chose était sûre : ne prendre aucun risque pour ma sécurité, si ça me semble dangereux de rouler sur cette route en raison du gel ou des voitures, je ne me forcerai pas.

 

Afin de gagner du temps, j'avais prévu de prendre le train entre Albertville et Moûtiers, pied de l'ascension, espacées de 25 km environ.

 

Maintenant que je suis à Ugine j'ai une bonne douzaine de kilomètres à faire pour aller à la gare. J'ai décidé de prendre le train de 9h47, ce la n'était pas trop tôt pour le verglas et pas trop tard pour le soleil.

Je me suis donc préparé et j'ai mis les voiles à 9h15. J'avais prévu de partir plus tôt mais j'ai eu du mal à me lever^^

Tout était givré en partant. La première descente de 2 km pour aller en bas d'Ugine était glaciale. Il faisait 1°C, pas super chaud...

Une fois en bas j'ai rejoint la vieille route longeant la voie expresse reliant Ugine à Albertville. C'était le trajet que je faisais quotidiennement pendant l'été quand j'habitais à Albertville et que j'allais au travail à Ugine.

 

Au début entre Ugine et Albertville

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 002

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 004

 

J'ai été très prudent sur les portions au bord du ruisseau afin de ne pas glisser sur les plaques de verglas que je voyais. A mi-chemin, je suis arrivé à une intersection en haut d'une petite montée. Tout droit ça redescendait pour rejoindre la voie expresse 200m plus loin et à gauche, la vieille route continuait. Cependant, à gauche la route passait immédiament sur un long pont qui permettait d'aller de l'autre côté de la voie rapide et de l'Arly ensuite.

J'ai joué la prudence à fond, je me suis douté que ça devait être encore plus verglacé sur le pont, je me suis donc dit que j'allais le passer à pied. Seulement, depuis ma ligne de stop je devais rejoindre le trottoir à droite de la voie de droite sur le pont. J'avais 10m à faire et dans le virage en allant rejoindre le trottoir...je me suis retrouvé au sol... Le pont était effectivement entièrement verglacé et il ne m'a même pas laissé le temps de rejoindre le trottoir. Je me suis relevé directement bien que j'étais pas content, 2 chutes comme ça en une semaine et en plus là, je faisais attention ! Je suis tombé sur le côté gauche et c'est l'épaule qui a tout prix. Etant donné que j'avais le train à prendre je suis vite reparti.

J'avais un peu mal à l'épaule mais rien de bien inquiétant.

 

Le Mont Charvin, splendide, depuis l'endroit où j'ai chuté

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 006

 

Le fameux pont...

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 007

 

Je suis arrivé à la gare, j'ai pris mon billet et même pas eu à attendre, le train est arrivé. Me voilà parti pour 15min de train. J'appréciais le chauffage^^

En arrivant à Moûtiers, au moment de décrocher mon vélo, je me suis rendu compte que je n'arrivais pas à lever très haut mon bras gauche... Rien de bien handicapant cependant.

 

Une fois à Moûtiers, pas facile de se retrouver dans le froid de nouveau...

J'ai facilement trouvé al route de Courchevel qui est indiquée (suivre vallée de Bozel). Cependant, très vite je me suis retrouvé dans une circulation de malade (c'est bien le mot!), un flux continu de voitures dans els deux sens de circulation sur une route pas très large et sans bandes cyclables... Je n'en revenais pas. Une chose était sûre, je n'allais pas faire l'ascension si j'avais des voitures comme ça longtemps...

A la sortie de Moûtiers, petite partie de rigolade avec 3 personnes qui faisaient du stop et qui m'ont demandé si ils pouvaient pas monter avec moi sur le vélo^^

Puis après seulement 2 kilomètres de faux plat, je vois un panneau indiquant « accès aux stations avec les équipements spéciaux obligatoires », au moins j'étais fixé. Je me suis arrêté sur le parking qui devait faire office d'aire de chainage juste après ce panneau et j'ai fait demi tour à ce niveau. Pas facile de trouver un moment pour faire demi tour au milieu de cette circulation...

 

La sorte de parking / aire de chainage où j'ai fait demi tour au bout sur la route

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 009

 

Pour le fun je suis passé sur une petite passerelle piétonne amenant de l'autre côté de la rivière, au chef lieu. Je suis retourné au centre ville de Moûtiers et j'ai donc décidé de rentrer sur Albertville puis Ugine par la petite route. J'avais cherché cette petite route dans une sortie où j'avais seulement roulé dans la Tarentaise il y a quelques mois et je ne l'avais pas trouvé pour accéder à Moûtiers. Je voulais donc la trouver dans ce sens en partant de Moûtiers. Tout ce que je peux dire c'est que c'est pas bien indiqué pour les cyclistes, même pas du tout. J'ai demandé la direction à quelqu'un qui me l'a indiquée puis j'ai enfin trouvé un panneau indiquant Aigueblanche pour les cyclistes . Pas trop tôt ! Après quelques kilomètres agréables car aux rayons de soleil il faisait doux (4°C) et surtout j'étais sur une piste interdite aux voitures et seulement autorisée aux véhicules non autorisés sur la voie rapide (scooter, vélos, bâteaux, brouettes...), je suis arrivé à Aigueblanche, où j'avais perdu ma route la dernière fois.

 

La passerelle

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 010

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 012

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 013

 

Sur la piste en direction d'Aigueblanche

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 014

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 016

 

En traversant Aigueblanche, je suis arrivé à un rond point où Albertville était indiqué à droite et la station de Valmorel à gauche à 12 km. Je me suis dit que ça valait le coup de tenter le début de cette montée que je savais à 7-8% de moyenne.

Par ailleurs, je me suis dit que je ferai demi tour si il y a du verglas et que dans tous les cas lorsque je serai de nouveau à 0°C je m'arrêterai.

J'ai commencé l'ascension qui débute dès le rond point. Le début est à 6% puis très vite la pente passe à 7% puis 8%. Très vite on se retrouve à flanc de montagne à l'ombre... La route était très humide et je restais vigilant. J'avais mis mon compteur sur l'affichage de la température. Je grimpais plutôt bien et j'en étais content car ces derniers temps j'ai très peu roulé et je craignais que ma forme ne soit précaire. Mais j'étais vraiment très bien sur du 8% avec mon 39-25. Une vraie balade de santé !

La vue sur la vallée était sympa par endroits. Par ailleurs les fréquents lacets permettent de donner du rythme. J'aimais bien cette montée. Plus je grimpais et plus je me disais que peut être j'arriverai jusqu'en haut. Mais bon je voyais aussi la température qui chutait sur mon compteur...

J'ai traversé Le Bois (si si c'est vrai, trop facile!!^^).

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 018

 

Puis après un court replat, s'est dressée devant moi, une longue portion à 10%. Quelle plaisir de la passer sans trop de soucis sur le 39-25.

Puis après, je suis arrivé dans uen zone plus froide, le givre a fait son retour sur les bords de la chaussée. J'étais à presque 800m. Là j'ai commencé à me dire que j'allais faire demi tour. J'ai vu 3 lacets qui s'enchainaient devant moi, je me suis dit que je ferai demi tour au 3e. Cependant, après le 2e, alros que j'étais en danseuse, ma roue arrière a patiné sur la route entièrement gelée. Je me suis arrêté et j'ai décidé de faire demi tour. J'étais à 800m d'altitude et à 7 km de la station (j'avais donc grimpé 5 km).

Je peinais à marcher sur ce verglas. Heureusement l'autre voie de circulation était moins gelée et j'ai pu réenfourcher le vélo pour attaquer la descente. Le premier virage à 8%, je 'lai descendu à seulement 12 km/h, moins vite que dans le sens de la montée !

 

A l'endroit où j'ai fait demi tour, entièrement gelé

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 019

 

Derrière moi

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 021

 

La vue sur la vallée prise quelque part dans la descente

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 022

 

Je suis resté très prudent jusqu'à revenir à Aigueblanche. J'ai retrouvé le soleil et ça faisait du bien. Là j'ai suivi la direction d'Albertville et seulement quelques mètres plus loin j'ai retrouvé la route où j'avais fait demi tour la dernière fois. Au moins cette sortie m'aura permis de repérer cette route ! Dommage que ce soit avant l'hiver...

Je suis ensuite repassé à Petit Coeur, La Léchère, Notre Dame de Briançon. Puis après avoir fait les premières centaines de mètres à 8% du col de la Madeleine, j'ai rejoint la route passant non loin de Feissons sur Isère. A cet instant, je commençais à avoir faim. Faut dire que depuis le début de la sortie, je n'avais ni mangé ni même bu (pas glop l'eau froide).

Je n'avais que de la vallée qui me restait donc c'était pas trop grave.

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 023

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 025

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 028

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 029

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 030

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 031

 

Le viaduc de la voie rapide

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 033

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 035

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 036

 

J'ai eu un peu de vent de face sur la suite du trajet jusqu'à Albertville. Une fois là, j'ai bifurqué pour aller à Ugine. Ça change d'avant quand à Albertville 'cétait la fin de la sortie pour moi...

 

Les Bauges dans les nuages

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 037

 

La suite se fait globalement en faux plat jusqu'à l'entrée d'Ugine. Rien à signaler à part un cycliste qui était dans ma roue et qui n'est pas passé une seule fois, il n'a même pas dit un bonjour... Vraiment pénible...

La fin est en montée pour moi. Pour rejoindre l'appart il faut grimper sur 2 km avec un final à 8% (et un pic à 9%). Je l'ai grimpé à fond histoire de me terminer^^

C'était le bon timing pour rentrer car les nuages se faisaient de plus en plus nombreux.

 

Le Mont Charvin depuis le pont de la chute du matin

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 038

 

Photos Tarentaise le 16 novembre 2013 042

 

Au final j'ai parcouru 67 kilomètres pour 730m de D+ avec le début de Courchevel, le début de Valmorel et le début de la Madeleine. Beaucoup de début pour aucune fin^^

 

Mais bon ça me va comme ça. J'espère juste qu'à la prochaine sortie je ne tomberai pas de nouveau sur le verglas...

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 16:35

Voilà un autre homonyme ! Le col de la Madeleine. Celui-ci c'est le 3e différent que je décris sur le blog.

Il y avait eu le col de la Madeleine (448) dans le Vaucluse à l'ombre du Mont Ventoux. Puis il y avait eu le plus connu, le col de la Madeleine (1993m) reliant la vallée de la Maurienne à la vallée de la Tarentaise.

Enfin, il y a ce col de la Madeleine (1752m) qui est en réalité un col d epassage pour aller se frotter aux pentes d'un autre grand nom, le col de l'Iseran (2770m), plus haut col routier des Alpes.

 

Le col de la Madeleine en question se situe donc en Savoie (73) en Haute Maurienne. Le pied du col à proprement parler débute à Lanslebourg-Mont Cenis. Cependant si on arrive de Modane, 25 km plus en avant dans la vallée, on grimpe déjà pas mal aussi.

 

A Lanslebourg, il faut laisser la route allant au col du Mont Cenis (2083m) à droite et continuer tout droit.

A partir de là on en a pour 7 km de montée.

Les trois premiers kilomètres sont raisonnables à 4% et permettent de rejoindre et traverser Lanslevillard.

C'est à partir de là que ça se corse un peu. En effet, les 4 km suivants sont à 8% de moyenne. Ce sont surtout les 3 suivants qui sont très raides avec un long passage à plus de 10%. Le final étant un peu plus abordable à 6%.

La route grimpe sur des lacets serrés et des grandes courbes bien exposées au soleil. La vue est dégagée.

C'est assez agréable d'être sur cette route au milieu des alpages. On a vraiment l'impression de se diriger vers le fond de la vallée.

 

Photos col de la Madeleine 21 septembre 2013 012

 

Photos col de la Madeleine 21 septembre 2013 014

 

Le jour où j'y étais allé, je n'avais pas continué de l'autre côté vers le col de l'Iseran en raison d'un manque de temps. Du coup, je ne connais pas la suite de la route, cependant d'après ce que j'en ai lu, il semblerait que la descente de l'autre côté ne dure que 2 km sur des faibles pourcnetages. En effet, le col de la Madeleine permet de rejoindre un petit plateau menant jusqu'à Bessans puis Bonneval sur Arc qui est le véritable pied du col de l'Iseran (2770m). Bonneval se situe environ 12 à 13 km après le col de la Madeleine.

 

Je n'ai malheureusement pas pris beaucoup de photos entre Lanslebourg et le sommet du col...

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 09:49

Dans le genre week end pourri, celui là est pas mal...

Samedi les prévisions étaient un peu contradictoires mais normalement la journée devait être pas trop moche entre deux perturbations.

J'avais envie d'aller grimper l'épouvantail du Jura, à savoir le col du Grand Colombier par la voie la plus difficile et ses longs passages à 19%. Cependant ce n'est pas la sortie la plus simple à organiser maintenant que je suis à plus de 12 km de la gare d'Albertville. D'autant plus, que rejoindre le pied du Grand Colombier nécessite 3h de voyage en train avec 2 changements...

Pourtant samedi je m'étais motivé pour me lever tôt et affronter la nuit (le départ du train est à 7h10). Je m'étais ainsi levé à 5h30 (ça n'avait pas été facile). Je suis allé voir dehors, il ne pleuvait pas et je pensais que comme prévu les nuages allaient s'estomper petit à petit. Le temps de me préparer, j'avais mis mon sac à dos sur le dos, le gilet jaune, ma lampe frontale, je suis sorti à 6h15 et...il pleuvait...

Du coup à 6h25 j'étais déjà recouché^^

 

Après une journée pourrie dimanche, sous la pluie et avec de la neige pas très haut, aujourd'hui il était prévu grand soleil. J'avais prévu de rattraper le week end en allant faire une belle petite sortie avec l'ascension du col d ela Forclaz de Montmin (1150m) et ses très forts pourcentages, puis de descendre de l'autre côté (que j'ai déjà grimpé il y a 2 ans) pour faire le tour du lac d'Annecy dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Cependant, ne voulant pas empiéter sur tout la journée car j'ai pas mal de choses à faire, j'ai décidé de faire cette sortie (de 80 km environ) le matin et de partir entre 8h et 8h30.

C'est chose faite, je suis parti à 8h20. Première surprise le froid glacial, alors que samedi matin à 6h il faisait encore 5°C, là à 8h15 il faisait 0°C et plus tard c'est même descendu à -1°C dans certains endroits.

La descente du début pour aller en bas sur la piste cyclable a été glaciale et terrible pour le visage... Je me suis engagé sur la piste, le début n'a pas été agréable sous les arbres car suite aux énormes coups de vent de hier, la piste était jonchée de branches et de brindilles. Cependant quand on pense au désastre des Philippines, on ne va pas se plaindre.

 

Au départ devant l'appart, le Mont Charvin a pris un bon coup de neige hier

 

Photos 11 novembre 2013 002

 

Photos 11 novembre 2013 003

 

Sur la piste

 

Photos 11 novembre 2013 004

 

Photos 11 novembre 2013 005

 

Photos 11 novembre 2013 008

 

Puis alors que je commençais à réfléchir à la praticabilité et au froid (et donc du verglas) que je risquais de trouver dans le col de la Forclaz de Montmin, je suis arrivé à Marlens (pied du col de l'Epine). Et là je suis arrivé à une intersection de la piste avec un chemin. Et comme à chaque intersection qu'il y a sur la piste, il y a une chicane serrée qui empêche les motos d'entrer sur la piste mais qui oblige les cyclistes à freiner et faire un droite-gauche très serré. J'ajoute qu'avant la chicane sur plusieurs mètres il y a, au sol, un grand dessin de cycliste sur fond vert fait à la peinture...

Bref quand j'y suis arrivé, c'était juste une patinoire, aucune adhérence... La roue arrière a chassé et je me suis retrouvé au sol.

Petite chute sans gravité, je me suis relevé de suite. Il n'y a aucun dégât, j'ai juste eu mal aux deux genoux et aux deux poignets sur le moment mais rien de cassé. Même mes bidons ne sont pas tombés des portes-bidons.

En me relevant, j'ai bien senti que c'était une patinoire et j'ai manqué de reglisser en marchant dessus pour sortir de la plaque.

Ce truc là, peinture+chicane c'est vraiment dangereux par temps d'hiver. La chute m'a bien aidé dans ma réflexion et j'ai décidé de ne pas risquer d'aller au col de la Forclaz qui risque d'être verglassé...

Puis alors que je remontais sur le vélo, un cycliste est arrivé derrière moi, j'ai juste eu le temps de lancer "attention!" qu'il s'est retrouvé au sol lui aussi au même endroit. Il n'était pas content lui non plus, je l'ai aidé à relever son vélo. Pour ma part à cet instant j'ai décidé de faire demi tour car il y en a beaucoup encore de ces chicanes.

Alors que j'ai fait demi tour depuis quelques secondes, je croise un cycliste, je lui dis "attention au verglas ça glisse là!", il m'a remercié. Puis quelques secondes plus tard je me retourne et je vois qu'il est tombé lui aussi, décidément!

 

La chicane où je n'ai pas atteint l'autre côté... c'est une vraie patinoire là...

 

Photos 11 novembre 2013 009

 

Je suis donc rentré à l'appart à 9h, très déçu car il faut bien le dire, le temps est splendide!

15,7 km pour 130m de D+

 

J'ai juste une petite égratignure au genou gauche, pile sur le reste de la blessure de la chute du mois d'août, mais rien de bien méchant. ça m'a même plus fait sourire qu'autre chose cette chute^^

 

Au moins ça y est je suis au courant que l'hiver est bel et bien là et que pour les prochaines sorties j'attendrai un jour de soleil qui vient après plusieurs jours ensoleillés, autant dire que ça va être compliqué à avoir...

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 11:54

Le collet du Plan Nicolas se situe en Savoie (73) et culmine à 2406m d'altitude. Il n'est pas très connu car il se situe dans l'ascension du col du Galibier (2642m) par le versant de Saint Michel de Maurienne. De fait, on le passe sans trop le savoir.

Le collet du Plan Nicolas se trouve à environ 3 km du sommet du col du Galibier un peu après les Granges du Galibier au moment où la route prend une courbe qui nous amène face au final et au sommet du col du Galibier.

On peut difficilement dire plus de choses sur ce col car il ne représente pas un objectif en soit (je ne pense pas que des cyclos s'arrêtent là à 3 km du sommet du col du Galibier^^

Pour le profil, je vous invite à consulter l'article sur le col du Galibier.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 19:24

Bonjour,

 

Juste une brève pour dire que je viens de mettre à jour l'article consacré au col du Galibier. J'y ai ajouté la description de l'ascension par le versant nord au départ de Saint Michel de Maurienne suite à la sortie du 10 août dernier.

 

Bonne soirée.

 

Idris

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 12:25

Le col du Télégraphe est un col bien connu du département de la Savoie (73) et qui culmine à 1566m d'altitude. Cependant, il est bien connu pour être le marche pied du col du Galibier (2642m) par son versant nord que pour être un grand col à part entière.

Ce col relie la vallée de la Maurienne au départ de Saint Michel de Maurienne à la vallée de la Valoirette, à Valloire. Son nom vient d'une tour de télégraphe à bras articulés qui se trouvait à son sommet.

Au sommet du col du Télégraphe se trouve encore le fort du Télégraphe (un peu plus haut que le sommet) qui domine complètement la vallée de la Maurienne. Il faut dire que c'est vraiment un endroit stratégique car il offre une vision qui porte loin. Depuis le bas de l'ascension au cnetre même de Saint Michel de Maurienne on peut l'apercevoir.

 

En ce qui concerne le cyclisme, comme je l'ai mentionné, il est souvent emprunté par le Tour de France mais soit en allant vers le col du Galibier soit en venant du col du Galibier.

Le Giro l'a également emprunté en 2013 pour une étape devant se finir initalement au sommet du col du Galibier.

 

Au départ de Saint Michel de Maurienne son ascension n'est pas excessivement difficile, cependant si on pourquit ver sle col du Galibier, ce marche pied peut se faire sentir sur la suite. Pour en venir au profil de ce versant du col du Télégraphe, il est long de 12 kilomètres à 7,3% de moyenne.

Son ascension commence dès le centre de Saint Michel de Maurienne après le passage sur le pont. Au détour d'un virage à droite on aperçoit le fort du Télégraphe tout en haut. Et à partir de là, c'est parti pour une ascension régulière avec des kilomètres essentiellement à 7 et 8%. Il y a juste un ou deux kilomètres à 6% et je ne me souviens plus si il y a du 9%.

La route est en bon état et rvaiment régulière.  La première partie se fait sur pas mal de lacets, en forêt. Sur la 2e partie, les lacets se font plus éloignés et dans certaines courbes la vue se dévoile avec Saint Michel de Maurienne que l'on voit tout en bas, c'est vraiment sympa à voir.

Le sommet du col se trouve dans un virage à gauche.

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 001

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 002

 

Le fort du Télégraphe tout en haut

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 003

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 006

La Maurienne

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 009

 

La route est en bon état mais la circulation y est importante en raison de la proximité de Valloire et du col du Galibier...

 

Par Valloire justement, le col ne présente qu'une difficulté mineure et d'ailleurs lorsqu'il est franchi dans ce sens par les courses cyclistes, il n'est pas répertorié pour le classement de la montagne.

Il est long de 5 km entre 4 et 5% assez régulier et surtout en ligne droite. Il est à noter que de ce côté la route franchit un col intermédiaire qui s'appelle.... Le Col et qui est à 1522m d'altitude.

La seule chose un peu pénible ce sont les pavés très inconfortables au centre de Valloire....(qu'on passe surtout en allant vers le col du Galibier sur la route à sens unique dans le centre).

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 17:01

Je ne sais pas trop si on peut appeler ça une sortie en montagne, mais elle n'a pas été plate non plus.

Pour ce week end long (bien appréciable), la météo n'était pas trop de la partie, nuages vendredi et pluie le reste du week end. Etant donné que j'ai terminé de déménager jeudi soir, j'avais une bonne excuse pour ne pas sortir le vélo du week end. J'étais bien fatigué en tout cas.

J'ai parlé de déménagement, en effet, j'ai quitté Albertville pour aller à Ugine à 10 km de là. Mon appart est très exactement à 12 ou 13 km de celui d'Albertville. D'une part j'ai un appart plus grand et je serai plus proche du travail pour cet hiver, ce qui va me permettre de rentrer à la pause déjeuner et de ne pas rester dehors.

Bien que je n'ai pas déménagé vraiment très loin, il faut reconnaitre que la programmation des sorties a quelques peu changée. Je suis plus loin de la gare d'Albertville, ce qui fait que pour les sorties où je prendrai le train il faudra que je me lève vraiment très tôt (les trains sont entre 6h40 et 7h20 selon la direction que je prends). Cela signifie aussi que pour les sorties que je ferai dans la Tarentaise et la Maurienne ou même la Combe de Savoie, j'aurais plus de kilomètres à faire au début et à la fin. En revanche pour les sorties que je voudrais faire vers Annecy ou le Val d'Arly, je serai plus proche.

J'avais envie d'aller de nouveau du côté du lac du Bourget pour pédaler comme je l'avais fait le 19 octobre. Cependant, j'étais bien trop fatigué et surtout comme c'est un jour férié aujourd'hui, ben il n'y avait pas le train que je voulais prendre.

J'ai hésité à aller dans la Tarentaise pour grimper à Courchevel qui est une station où j'aimerais bien aller (en vélo uniquement pas pour le ski^^) mais j'avais un peu la flemme car ça fait une petite trotte pour arriver au pied^^

Mais c'est surtout que je sentais que j'allais avoir du mal à me lever tôt. Et effectivement en me levant ce matin, il était 8h30. Le temps d'aviser pour la sortie ça a tourné^^

Il faisait très nuageux, j'ai décidé d'aller plutôt en direction de la Haute Savoie vers le lac d'Annecy. J'avais en tête soit le col de la Forclaz de Montmin (1156m) pour le très beau point de vue sur le lac d'Annecy mais finalement j'ai opté pour le col de Chérel (1495m) au départ de Doussard au bout du lac d'Annecy. Il s'git d'un col d'une quinzaine de kilomètres de long qui présente une pente assez raide et qui se fait sur une route forestière. J'espérais pouvoir avoir une belle vue sur le lac car d'après ma carte routière il était pile dans l'axe au sud du lac.

J'ai donc opté pour le Ridgeback. J'ai facilement réglé le problème de frotetment sur la roue avant dont je m'étais rendu comtpe à la fin de la sortie au col du Finestre samedi dernier. Il ne s'agissait pas d'un soucis de frein mais juste de la partie souple en bas du garde boue avant qui s'était replié vers le pneu et s'était donc coincée entre le pneu et le garde boue. De fait, même si je n'en ai pas la certitude, je pense que c'est pendant le transport que le problème est survenu, peut être à cause d'un tendeur ou quelque chose comme ça, en tout cas je pense que je n'ai pas grimpé le col du Mont Cenis avec ce soucis, d'ailleurs ça me parait impossible car ça faisait du bruit et des vibrations dans le guidon.

 

Le soucis réglé, je pouvais partir. J'ai rejoint la piste cyclable et suis allé en direction du lac d'Annecy. Après une vingtaine de kilomètres sans rien à signaler (il faisat 12°C et nuageux),  je suis arrivé à Doussard où j'ai quitté la piste. Je me suis dirigé vers le centre de Doussard puis j'ai pris la direction de Chevaline tout proche qui est sur la montée du col de Chérel. Chevaline est tristement connue pour la tuerie qu'il y a eu il y a un peu plus d'un an sur la commune. Une famille de touristes anglais avait été tuée (leurs deux enfants miraculeusement sortis vivants au final) ainsi qu'un cycliste uginois qui, pense t-on se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment (bien que l'enquête depuis quelques semaines cherchent pour savoir si ce n'était pas lui la cible initiale).

 

Le Mont Charvin en quittant Ugine (la neige qui y était tombée mardi a déjà fondu)

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 002

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 006

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 010

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 012

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 016

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 018

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 020

 

Je suis sur la bonne route

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 021

 

Un nom bien connu...

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 023

 

La route grimpe sur un chemin très étroit où on sent bien qu'il y a plus de vaches qui y passent que de voitures. J'ai ensuite traversé Chevaline. ça fait bizarre d epasser dans le village après en avoir tant entendu parlé. Il est vraiment petit ce village. Je l'ai traversé sur une pente raisonnable. A la sortie du village, un panneau indique la suite de la route dangereuse et une circulation interdite à 3 km de là. J'y suis allé. La route devient dans un état très mauvais avec pas mal de gravillons. La pente se raidit fortement aux alentours de 8 à 9% pendant pas mal de temps avant d'avoir un kilomètre à 10%. Les jambes n'étaient pas très bonnes mais elles étaient moins pire que samedi dernier (où je me demande encore comment j'ai pu faire une grosse sortie avec de si mauvaises jambes). Je grimpais en danseuse mais aussi souvent assis car la roue arrière avait tendance à patiner sur les gravillons...

La route était vraiment étroite et traversait une forêt (la forêt domaniale de la Combe d'Ire). Je n'étais pas tout à fait sûr de la route car à aucun moment je n'ai vu de direction du col, mais il n'y a que 2 routes qui quittent Chevaline dans cette direction, je devais être sur la bonne. Après 3 km je suis arrivé au parking final pour les voitures qui était rempli (4 voitures) il s'agissait de chasseurs. C'est là qu'a eu lieu la tuerie en septembre 2012, très reculé et étroit comme coin...

La route continue de grimper sur du 8 et 9% pendant 1 km avant d'attaquer un kilomètre à plus de 12%. La route très étroite, très raide (avec une pointe de plusieurs dizaines de mètres à 14%) et en très mauvais état. ça devenait épique... J'arrivais toujours à pédaler, surtout assis à cause de sgravillons et des trous dans la route mais j'étais déçu d'être en forêt et de ne pas avoir de belle vue derrière moi, il n'y a que dans un virage que j'ai entraperçu la partie sud du lac d'Annecy au loin.

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 043

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 025

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 028

 

Je continuais de grimper sur cette pente raide qui continue (après ce km à 12%) sur du 9 à 10%. Cependant, la route devenait dans un état de plus en plus mauvais. Je commençais à me demander si c'était une bonne idée de continuer surtout que je venais de penser que j'avais oublié ma pompe à vélo en cas de soucis... Cependant, je me disais que j'avais sûrement fait la partie la plus raide et plus de la moitié du dénivelé du col, ça valait le coup de continuer. Mais au bout que quelques centaines mètres supplémentaires la route est devenu digne d'un chemin de VTT... Même avec le VTC c'était vraiment galère, il y avait plus de trous que de partie intactes (qui étaient couvertes de gravillons). Je me suis arrêté pour réfléchir. J'étais à 1062m d'altitude d'après mon compteur (j'étais même à 1100m car après coup je me suis rendu compte que j'avais sous estimé l'altitude de départ), j'avais donc fait le plus gros de l'ascension (le départ de la montée était à 450m) mais je ne prenais aucun plaisir dans cette montée. Ce n'était pas un problème de jambes car je pouvais continuer mais il n'y avait aucun paysage et je ne suis pas un grand fan des routes dans des états si lamentables. Il n'y a que pour le col du Finestre que c'était suffisamment motivant^^ Par ailleurs il y avait aussi le soucis que si j'avais un problème, je n'avais ni réseau téléphonique ni pompe à vélo avec moi (avec le déménagement je l'ai rangée dans un carton et j'ai tout pris en partant sauf la pompe).

Je pensais aussi à la descente qui allait suivre qui allait être périlleuse. J'ai levé la tête et j'ai vu aussi que le ciel s'était vraiment bien chargé en nuages... Et avec tout ça je me suis rappelé mon principe : toujours prendre du plaisir à pédaler et à grimper. J'ai donc décidé de faire demi tour alors que je devais être à 5 km du sommet. Peut être que la vue depuis le sommet est sympa mais en attendant pour moi ça ne valait pas le coup de continuer.

 

Au moment de faire demi tour (le pourcentage instantané est à 0 car j'étais arrêté^^)

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 031

 

Devant moi la route devient vraiment déplorable (ça ne ressort pas bien sur la photo)

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 032

 

Derrière moi (les arbres empêchent d'avoir la moindre vue)

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 037

 

La descente a été périlleuse avec tous ces trous et ces gravillons. J'ai dû m'arrêter une fois pour faire reposer mes mains car j'avais mal aux paumes des mains à cause des chocs et des vibrations (en moins pire que celle du col du Finestre quand même). Cette descente m'a paru longue (11,5km). J'y ai aussi fait quelques arrêts photos. C'est un endroit où règne une ambiance assez froide et particulière. Ce n'est pas super agréable d'être dans ce coin. J'étais content de revenir sur Chevaline où j'avais l'impression de revenir dans un coin plus viable sur des routes en bon état (c'est déjà pas mal). Bon ok à Chevaline il y a sûrement plus de vaches que de personnes mais bon^^

 

Le lac d'Annecy (photo prise dans la descente), fallait pas le rater entre les arbres

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 039

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 040

 

C'est raide (14% à cet endroit) mais ça ne se voit pas très bien

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 041

Chevaline

 

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 044

 

Ne vous méprenez pas, ce n'est pas le cimetière de Chevaline que je prends en photo mais bien le lac d'Annecy^^

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 046

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 048

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 050

 

J'ai ensuite rejoint la piste cyclable et j'ai entrepris de rentrer sur Ugine. Il me restait 20 km. J'ai tracé et me suis fait plaisir. J'ai également remarqué qu'à un endroit on voit le Mont Blanc pile devant nous entre le Mont Charvin et les Bauges. Malheureusement j'ai oublié la photo car j'étais en train de l'admirer et le temps que je m'en rende compte, on ne voyait plus le Mont Blanc.

 

Photos début col de Chérel le 1er novembre 2013 052

 

Une fois dans Ugine, je n'avais plus qu'à...grimper jusqu'à l'appart. J'habite au chef lieu d'Ugine qui se trouve 70m plus haut que le cnetre ville. Le final à 8% a fait un peu mal aux jambes, mais c'est parce que je roulais à fond (j'avais faim^^).

Au final j'ai parcouru 62 km pour 950m de D+. Pour le col de Chérel je n'ai absolument aucun regret, c'est pas le genre de route que j'aime, cependant, je n'imaginais pas que l'état de la route était aussi désastreux... J'aurais mieux fait d'aller grimper les pourcentages très raides du col de la Forclaz de Montmin.

Sur cette sortie, je n'ai finalement rien mangé, aucune pâte de fruit et seulement une gorgée d'eau et aucun soucis à signaler!

La suite du week end sera pluvieuse, j'espère juste que le week end de la semaine prochaine aura au moins une journée ensoleillée pour que je puisse faire une vraie belle sortie. Maintenant pour moi, place à l'installation et au rangement dans le nouvel appart!

 

Partager cet article
Repost0

Mon Blog

  • : Ascensions de grands cols en vélo - cyclotourisme en montagne
  • : Dans ce blog je décris mes ascensions de grands cols en vélo, je mets les profils des cols et je fais part de ma passion du vélo en montagne et de mon expérience.
  • Contact

Qui-Suis-Je?

  • Idris Raossanaly
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!

Compteur kilométrique 2015

 

Au 20 janvier 2015
Kilométrage total   260 km
Vélo urbain   20 km
Vélo en montagne

  209 km

Sorties plates   31 km
Dénivelé positif   3200 m
Mois en cours   260 km

 

Visiteurs uniques

Rechercher

 

photos col de la Pierre Saint Martin le 17 octobre 2009 013

 

 

P1010407

 

 

photos col du Soulor et col des Bordères le 26 av-copie-1

 

 

P1010361.jpg

 

 

photos col du Tourmalet le 12 juin 2010 021

 

 

P1010327

Divers liens

Si vous aimez la littérature et l'écriture, je vous encourage à visiter régulièrement ce site, très bien fait par une personne très sympathique (passionnée de vélo aussi), qui rédige régulièrement des nouvelles :

 

http://richardpatrosso.typepad.com/dndr/