Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 21:14

Durant ce Tour de France 1964, le public a droit au due le plus serré entre Anquetil et Poulidor, peut être un des plus beaux Tours de France en terme d'intensité! Le paroxysme aura été l'ascension du Puy de Dôme épaule contre épaule! Durant ce Tour, deux grimpeurs espagnols, Bahamontes vainqueur du Tour en 1959 et Jimenez découvrant la course, tentèrent de s'échapper. Bahamontes avait bien sûr le général en tête tandis que Jimenez qui se savait déjà grimpeur se montrait en montagne. Le 8 juillet dans la 16e étape reliant Luchon à Pau, ils se sont échappés tous les deux. Bahamontes a décidé de laisser passer Jimenez en tête de tous les cols afin que ce dernier, en échange, l'aide à creuser les écarts sur le peloton. Malheureusement pour Bahamontes, ce dernier ne l'aida point et c'est donc Bahamontes qui faisait tout le boulot pour tenter de creuser un maximum d'écart. Au sommet du col du Tourmalet, alors que Jimenez est passé en tête, en hommage à l'effort accompli par Bahamontes, les commissaires de course ont décidé de mettre les deux coureurs ex-aequo. C'est pourquoi, dans les archives, Jimenez et Bahamontes sont indiqués avoir passé le col du Tourmalet en tête en 1964.

Suite à cette étape, une grande rivalité opposa les deux espagnols. Jimenez disant que Bahamontes l'avait quelque peu humilié dans cette étape Luchon-Pau de 1964 en le laissant passer en tête de tous les cols sans sprinter. Jimenez aura a coeur de toujours vouloir prouver qu'il peut faire aussi bien que Bahamontes...

Jimenez a remporté 3 fois le maillot de meilleur grimpeur sur le Tour tout comme sur la Vuelta. Bahamontes quant à lui, a remporté le Tour de France 1959 et 6 fois le classement de la montagne ainsi que 2 fois sur la Vuelta.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 22:43

Ce jour là, en 1950, l'étape reliait Pau à Saint Gaudens en passant par les cols d'Aubisque, du Tourmalet et d'Aspin. Gino Bartali, vainqueur du Tour en 1938 et 1948, se fait attaquer par Jean Robic (vainqueur en 1947) dans le col d'Aspin. Robic étant français, le public le supportait...tandis que les italiens se faisaient insulter et huer.

Cependant au sommet, Bartali et Robic se sont accrochés et sont tombés. Des spectateurs sont venus les aider à se relever tout les deux. Mais en voyant ces gens arriver vers lui en courant, Bartali pris peur. Il se releva très rapidement et repartit. Au final, il gagna l'étape tandis que son jeune compatriote Magni pris le maillot jaune.

Cependant, s'étant senti agressé au sommet du col d'Aspin, par des soi disant spectateurs armés de couteaux, Bartali et toute l'équipe italienne (il y avait 2 équipes italiennes, Magni appartenait à l'autre équipe) quitta le Tour alors même qu'ils venaient de remporter l'étape et de prendre le maillot jaune!!

Certains disent que Bartali, jaloux de voir son compatriote en jaune et n'étant pas sûr de pouvoir refaire son retard, a pris cette excuse du col d'Aspin pour pousser toute son équipe à l'abandon...

Magni est probablement passé à côté de la plus belle victoire de sa carrière tandis que Bartali a laissé filer un podium presque assuré.

Au final c'est Ferdi Kubler, le suisse qui remporta ce Tour de France.

Cet incident et ce retrait des équipes italiennes font maintenant partis de la légende du Tour.

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 19:29

René Vietto aurait du gagner le Tour mais il n'y est pas arrivé... Malheureusement la Seconde Guerre Mondiale a brisé sa carrière. Il aurait pu gagner le Tour 1934 et le Tour 1939...

En 1934 il était dans l'équipe de France et à l'amorce des Pyrénées pointait à la 4e place du général tandis que son équipier et leader Antonin Magne était en jaune. Vietto comptait sur ses exceptionnelles qualités de grimpeur pour faire la différence en montagne... Malheureusement, dans la 15e étape, Perpignan-Ax-les-Thermes, alors que Vietto passe en tête du col de Puymorens avec quelques secondes d'avance, dès le début de la descente, Magne tombe et casse sa roue avant. Alors Vietto s'arrête et lui donne sa roue afin de sauver le maillot jaune de Magne. La légende dit qu'il a été Magne à repartir et il lui aurait glissé à l'oreille "allez Tonin!!" avec des sanglots dans la voix... Et là, Vietto a attendu qu'on vienne le dépanner, c'est là qu'a été prise la célèbre photo où on peut le voir assis sur un muret attendant les dépannages...

J'ai eu l'occasion de monter le col de Puymorens mais je ne savais pas où exactement se trouvait le muret en question...dommage.

Malheureusement pour Vietto, le sort s'acharne car le lendemain dans l'étape Ax-les-Thermes-Luchon, alors qu'après le Portet d'Aspet, il est en train de revenir sur la tête de course, il ne se donne pas à fond et bien lui en pris car alors qu'il vient de commencer la descente du col des Ares, il apprend que Magne a de nouveaux des soucis, ce coup-ci c'est un bris de chaîne. Alors que fais Vietto, il rebrousse chemin (il remonte le col en fait) pour retrouver Magne et cette fois-ci il lui donne son vélo entier. Le geste était tellement beau que Magne en a pleuré. Le soir de cette étape, à Luchon, Vietto n'est plus que 6e du général... Cela a forgé sa légende et sa renommée mais il n'a jamais vraiment digéré cela car plusieurs années après il en parlait avec un peu d'amertume mais sans trop se plaindre tout de même... Ainsi née la légende du Roi René.

Au final, Magne réussi à remporter ce Tour de France. Vietto ne s'est donc pas sacrifié pour rien.

Partager cet article
Repost0
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 08:42

En 1969, alors âgé de 24 ans, Eddy Merckx dispute son premier Tour de France. C'est déjà une terreur dans le monde du cyclisme. Quelques mois plus tôt il a été déclassé du Giro qu'il s'apprêtait à gagner à cause d'un contrôle positif qui n'a jamais été prouvé. Etant donné qu'il n' y a pas de preuve, Merckx obtient une remise de suspension et peut disputer ce qui sera son premier Tour de France. A l'époque, il est dans l'équipe Faema qui est entièrement dévoué à son leader.

Cependant, la veille de l'étape Luchon-Mourenx, Eddy Merckx déjà porteur du maillot jaune, apprend que un de ses équipiers les plus dévoués, Martin Van Den Bossche, a signé pour la saison suivante avec l'équipe rivale, Molteni. Cela a mis Eddy Merckx en colère.

Alors que le peloton escalade le col du Tourmalet dans cette fameuse étape Luchon-Mourenx, Van Den Bossche prend une centaine de mètres d'avance à un kilomètre du sommet et s'apprête donc à passer en tête au sommet du col. Voulant lui faire payer ce changement d'équipe pour la saison suivante, Eddy Merckx ne veut pas lui laisser la joie de passer en tête du prestigieux col et accélère pour le rattraper et passer en tête du col. Même Poulidor n'a pas pu suivre. Eddy Merckx bascule au sommet seul en tête et effectue la descente. Dans la vallée il se demande si il ne vaut mieux pas qu'il attende le reste du peloton car l'arrivée à Mourenx est encore à plus de 100 kilomètres. Il ralentit donc quelque peu mais ne voit personne revenir de l'arrière, il décide alors de continuer. A ce moment là au classement général il a déjà à peu près 8 minutes d'avance sur son dauphin. Il continue donc son effort et ne cesse d'accroître son avance à coup de minutes pour finalement passer le col d'Aubisque seul devant et gagner à Mourenx avec 7min56 d'avance sur Dancelli et son coéquipier Van Den Bossche. Un exploit, il a fait un raid solitaire de 140 kilomètres. Le lendemain, le journal l'Equipe titre "Merckx surpasse Merckx". A ce moment là il vient d'atomiser tout le peloton. Au final, ce Tour de France 1969 sera écrasé par Merckx qui fera carton plein : 6 victoires d'étape, victoire au classement général, classement par points, classement de la montagne, classement par équipe, vainqueur du combiné, vainqueur du prix de la combativité et si le classement du meilleur jeune existait il l'aurait également gané puisqu'il avait moins de 25 ans. Son dauphin, Roger Pingeon, est relégué à pratiquement 18 minutes au classement général!!

Cette année là c'était donc la première des 5 victoires pour Eddy Merckx.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 20:12

Jean Robic dit "Biquet" ou "Tête de cuir" en raison de son casque qu'il portait tout le temps. Il est bien évidemment très connu notamment pour sa victoire dans le Tour de France 1947 dans lequel il n'aura pas porté le maillot jaune!!! Il a le gabarit d'un pur grimpeur c'est à dire petit, mince et un poids plume.


L'anecdote de son bidon lesté, j'en avais déjà entendu parlé mais elle m'a été remise en mémoire par Jean-Paul Ollivier qui a donné une conférence le 10 juin à Tarbes.

C'était en 1953 lors de l'étape Cauterêts-Luchon passant entre autre par le col du Tourmalet. Son poids léger l'handicapant fortement dans les descentes, il a mis au point un stratagème avec son mécano. Il allait simulé une panne mécanique au sommet afin de permettre à son mécano d'approcher et de lui glisser un bidon lesté de plomb sur le vélo. Ainsi, il pourrait descendre plus vite. Afin de bien simuler un problème mécanique, il était prévu qu'il bouge constamment son guidon durant la montée du col afin de faire croire à un problème. Cependant il a oublié de faire cette simulation dans la montée... Au sommet juste après avoir basculé de l'autre côté, il s'arrêta là où il n'y avait pas de spectateur. Là le stratagème fonctionna et son mécano lui a mis un bidon lesté sur le vélo. Un bidon lesté de 9 kilo!!!!! Cependant ce que n'avait pas prévu Robic, c'est que le centre de gravité de son vélo allait être modifié et de ce fait un peu plus incontrôlable...il est tombé quelques virages plus loin et s'est plus préoccupé de récupérer son bidon avant qu'il ne bascule dans le vide plutôt que son vélo... Au final il a tout récupéré. A la fin de la descente pour ne pas perdre de temps à s'arrêter pour redonner le bidon à son directeur sportif, il le lança à un spectateur en lui criant de le donner à sa voiture derrière...bien évidemment vous imaginez la tête du spectateur qui ne s'attendait pas à attraper un bidon pesant aussi lourd... Au final tout s'est bien passé, personne ne s'est rendu compte de ce stratagème. Et contrairement à ce que l'on peut penser, c'est la seule fois qu'il utilisa un bidon lesté pour ne pas perdre trop de temps dans une descente.


Jean Robic est malheureusement décédé dans un accident de voiture en 1980 alors qu'il revenait d'une fête donnée par Joop Zoetemelk qui fêtait sa victoire dans le Tour de France...

Jean Robic est assimilé à sa victoire en 1947 sans avoir porté le maillot jaune et à ce stratagème pour gagner du temps dans la descente du Tourmalet en 1953. Cette anecdote fait maintenant partie de l'Histoire du Tour de France...

Partager cet article
Repost0
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 17:59

Le col du Portet d'Aspet est attaché à la chute de Fabio Casartelli pour toujours, dans une moindre mesure, le col de Menté (31) est attaché à celle de Luis Ocana. Cela s'est passé dans le Tour de France 1971. A cette époque, le grand favori s'appelait Eddy Merckx. Il était dans ses plus belles années. Il avait déjà gagner 2 Tour de France (1969, 1970) et était la référence absolue.

Cependant, cette année là, le coureur belge n'est pas aussi dominateur que les années précédentes. Luis Ocana réussi à gagner l'étape du Puy de Dôme, quelques jours plus tard, il récidive en gagnant l'étape Grenoble-Orcières Merlette et en reléguant Merckx à pratiquement 9 minutes!!! Bien évidemment, Ocana s'empare du maillot jaune. Il le portera 3 jours, c'est à dire jusqu'à la première étape pyrénéenne. En effet, le 12 juillet dans l'étape reliant Revel à Luchon (passant par les cols du Portet d'Aspet, de Menté et du Portillon), alors que c'est un véritable déluge qui s'abat sur le peloton, dans la descente du col de Menté, c'est la chute. A ce moment là, Eddy Merckx a accéléré, Ocana le suit dans sa roue. Malheureusement, sous l'orage, dans une épingle à cheveux que Eddy Merckx négocie dans une glissade, Luis Ocana glisse et chute... Il se relève...mais il se fait percuter par d'autres coureurs, notamment Joop Zoetemelk. Plusieurs coureurs sont à terre. Tous repartiront...sauf un : Luis Ocana sévèrement blessé devra se résoudre à l'abandon avec le maillot jaune sur les épaules. Il fut évacué dans un état grave vers Saint Gaudens, la ville la plus proche. Le lendemain Eddy Merckx, qui avait ainsi hérité du maillot jaune, décida de ne pas le porter en guise d'hommage à son rival.


Une plaque a été apposée à l'endroit où s'est déroulée cette mémorable chute pour rendre hommage à ce grand moment qui est entré dans l'Histoire du Tour de France. Ce que l'histoire retiendra c'est que cette année là, le Cannibale n'était pas invincible...

Partager cet article
Repost0
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 11:10

Le col du Portet d'Aspet est un petit col situé dans le département de la Haute Garonne (31) dans les Pyrénées françaises et culminant à 1069m d'altitude. Ce col n'avait rien pour devenir une légende du Tour de France et c'est bien malheureusement que depuis le 18 juillet 1995 il est soudain devenu tristement célèbre dans le monde entier pour tout les fans de la Grande Boucle.

En effet, ce jour là, un des plus grands espoirs du cyclisme italien de cette époque trouve la mort dans une chute. En effet Fabio Casartelli, qui avait remporter les Jeux Olympiques en 1992 à l'âge de 22 ans et coéquipier de Lance Armstrong pouvait espérer une belle et grande carrière...


Le Tour de France 1995 est le 5e et dernier Tour remporté par Miguel Indurain qui entre ainsi dans la légende en devenant le 4e coureur à gagner 5 Tours de France et le 1er à les gagner consécutivement.

Lors de cette 15e étape reliant Saint Girons à Cauterets, dans la descente du col du Portet d'Aspet une grosse chute se produit puisque ce sont plusieurs coureurs qui tombent et certains tombent carrément dans le ravin. Fabio Casartelli, lui, a glissé et a percuté le parapet bordant la route. A cette époque, le port du casque n'était pas encore obligatoire en course...

Il a été transporté inconscient à l'hôpital de Tarbes où il décèdera peu après.

Depuis le mois d'octobre 1995, une stèle en sa mémoire a été érigée sur le lieu du drame et le Tour de France a pris l'habitude à chaque passage devant cette stèle, de s'arrêter et de respecter une minute de silence. Elle représente une aile d'ange, une roue de vélo et 5 anneaux olympiques.

Depuis, une cyclosportive portant son nom se dispute en sa mémoire.

 

Ce col est de ce fait entré dans la légende du Tour de France...

 

Photos col du Portet d'Aspet, col de Menté le 5 o-copie-8

 

Photos col du Portet d'Aspet, col de Menté le 5 o-copie-9

 

Voici le virage dans lequel il est tombé avec sur le muret à droite une photo et un bouquet de fleurs placés juste devant l'endroit où il est décédé.

 

Photos col du Portet d'Aspet, col de Menté le 5 o-copie-10

 

Photos col du Portet d'Aspet, col de Menté le 5 o-copie-11

 

Photos col du Portet d'Aspet, col de Menté le 5 o-copie-29

Partager cet article
Repost0
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 15:42

Voici le résumé d'une étape de légende du Tour de France. C'est tout simplement la première grande étape de montagne de l'histoire du Tour de France qui s'est déroulée le 21 juillet 1910 voilà bientôt un siècle. Cette étape a été surnommée le cercle de la mort... Le parcours est d'ailleurs devenu maintenant un classique. Les quatre grands cols pyrénéens regroupés dans la même étape. A l'époque c'était l'étape qui reliait Luchon (31) à Bayonne (64), maintenant c'est Luchon (31) à Pau (64) mais les cols sont les mêmes avec dans l'ordre le col de Peyresourde (1569m), le col d'Aspin (1490m), le col du Tourmalet (2115m) et le col d'Aubisque (1709m) via le col du Soulor (1474m). Pour les étapes Bayonne - Luchon ou pau -Luchon, c'est bien entendu dans l'autre sens que sont abordées les difficultés.

Ce 21 juillet 1910, c'est donc 326 kilomètres et quatre cols encore inconnus en compétition qui se dressent devant les coureurs.

Octave Lapize s'échappe dès le début de l'ascension du col de Peyresourde et passe en tête au sommet. Il est clairement le meilleur grimpeur mais ce n'est que le début... Dans la descente, il est rejoint par Gustave Garrigou qui, lui, est meilleur rouleur que grimpeur. Ensuite, dès le début du col d'Aspin, une nouvelle fois Octave Lapize s'échappe seul en tête et franchi le sommet avant d'être une nouvelle fois rejoint par Gustave Garrigou dans la descente. C'est là que se profile l'ascension du Géant...le col du Tourmalet... Durant cette terrible ascension les coureurs sont pratiquement tous arrêtés et doivent tous mettre pied à terre sauf un...Gustave Garrigou va entrer dans la légende en étant le premier et seul coureur de ce Tour de France 1910 à ne pas mettre pied à terre et à réaliser toute l'ascension sur son vélo. Cependant c'est Octave Lapize qui passe en tête au sommet devant le régional de l'étape François Lafourcade, qui réalise là un véritable festival car il reprend énormément de temps aux deux leaders dans cette ascension et va donc passer en deuxième position devant Gustave Garrigou au sommet du Tourmalet. Lafourcade ne s'arrête pas là, il continu de reprendre du temps dans la descente sur Lapize qui est victime d'une défaillance, heureusement pour lui elle ne sera que passagère. Au pied du col d'Aubisque, Octave Lapize lâche son célèbre "Vous êtes des assassins!!!" à l'encontre des organisateurs. Durant cette ascension Lafourcade va rattraper et dépasser Lapize pour passer en tête au sommet 15 minutes devant ses poursuivants!!!!! Malheureusement pour lui, Octave Lapize qui voulait abandonner dans la vallée se sent mieux et va continuer tandis que Lafourcade a besoin de s'arrêter un peu à la fin de la descente de l'Aubisque. Au final, dans la vallée jusqu'à Bayonne, Octave Lapize va rattraper François Lafourcade pour aller gagner l'étape après plus de 14h de chevauchée!!!! Lafourcade finira à la 5e place de cette étape exténué.

Je rappelle qu'à l'époque les vélos ne possédaient pas de dérailleurs...

Octave Lapize a construit une grande partie de savictoire dans le Tour de France 1910 lors de cette étape. La statue du Géant du Tourmalet de Jean-Bernard Métais rend hommage à Octave Lapize qui restera dans la légende comme étant le premier coureur à avoir franchi en tête le Tourmalet lors d'une compétition.

P1010327

P1010326.JPG


Pour la petite histoire, Gustave Garrigou remportera le Tour de France suivant en 1911. Il est le seul coureur de l'histoire à avoir fini chacun de ses Tours de France dans les 5 premiers. En effet, il s'est classé 2e en 1907, 1909 et 1913. Il a fini 3e en 1910 et 1912, 4e en 1908 et 5e en 1914 pour son dernier Tour. Il aura gagner en tout 8 étapes sur le Tour de France.

En revanche, Octave Lapize, n'aura fini que le Tour 1910 qu'il a gagné...il a abandonné lors de ses 5 autres Tour de France (en 1909, 1911, 1912, 1913 et 1914).

François Lafourcade quant à lui n'aura pas connu de grand succès...

Octave Lapize et François Lafourcade mourront durant la guerre en 1917...triste fin...

Partager cet article
Repost0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 10:43

Je commence donc cette catégorie sur les histoires et les anecdotes concernant les cols par la malchance d'Eugène Christophe et la très belle démonstration de courage et de persévérance qu'il a faite en 1913 durant le Tour de France.

Ce jour là, alors qu'il était virtuel leader du Tour de France et qu'il venait de franchir le col du Tourmalet par Luz Saint Sauveur, Eugène Christophe cassa sa fourche dès le début de la descente. Il n'a pas eu le choix, il a parcouru à pieds avec son vélo sur le dos les 14 kilomètres de descente le séparant du village de Sainte Marie de Campan et il ne faut pas oublié qu'à l'époque les vélos n'étaient pas légers loin de là... Une fois à Sainte Marie de Campan, il trouva une forge et se mit à réparer sa fourche. A l'époque le règlement du Tour de France était très strict et ne tolérait aucune aide extérieure pour le coureur. Eugène Christophe répara donc seul sa fourche pendant près de 4h!!! A un moment le juge du Tour de France qui le surveillait voulu aller manger mais Eugène Christophe l'en empêcha en le sommant de faire son travail jusqu'au bout et donc de le surveiller jusqu'au bout. Après ces 4h et ses espoirs de victoire envolés, Eugène Christophe écopa quand même de 10 minutes supplémentaires de pénalités parce que le fils du forgeron l'a aidé à actionner le soufflet pendant qu'il réparait, une action qu'il était impossible de faire tout seul...

Ce jour là, Eugène Christophe a écrit une partie de son histoire et une très belle page de la légende du Tour de France. Depuis de nombreuses années, une plaque a été apposée sur le mur de cette ancienne forge à Sainte Marie de Campan pour commémorer la mémoire d'Eugène Christophe.

Ci-dessous, voici une photo de la plaque aposée sur le mur de l'ancienne forge à Sainte Marie de Campan. J'ai pris cette photo le 15 juillet 2009...c'était à la mi-journée et la clarté est trop forte bien que le bas de la plaque est encore lisible sur la photo.

P1010378.jpg

Pour la petite histoire, j'ajoute également qu'il lui est arrivé la même mésaventure en 1922. Là-aussi, alors qu'il était en passe de prendre la première place du classement général, Eugène Christophe cassa sa fourche dans la descente du col du Galibier... Quelle Malchance!!!!


Plus glorieusement, il a été le premier porteur du maillot jaune. Celui-ci a été intronisé en 1919. Cependant d'autres écrits moins connus mettent en doute cela car ce serait un belge (Marcel Buysse je crois) qui serait en fait le premier maillot jaune...toujours est-il que l'histoire retiendra surtout le nom de Christophe pour cela.

Partager cet article
Repost0
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 16:16
Les pyrénées sont entrés dans le Tour de France dès 1910 pour "pimenter" un peu la course. En effet, Henri Desgrange alors directeur de l'Auto le journal organisateur du Tour, trouvait que les premières éditions étaient dominées par un seul coureur notamment François Faber vainqueur en 1909. Le Ballon d'Alsace a bien été le premier grand col escaladé par le Tour en 1906 (le premier col escaladé fut celui du Pin Bouchain en 1903) mais il n'y avait pas eu de succession d'étapes de montagne.
L'idée d'aborder les Pyrénées fut évoquée par Alphonse Steines qui a été chargé par Desgrange d'aller vérifier que les routes étaient praticables en juillet. Il partit donc en voiture pour passer au sommet des cols et après avoir failli mourir en traversant à pied (la voiture ne pouvant plus avancer) le Tourmalet dans une tempête de neige, il informa Desgrange que "la route est en très bon état et praticable en juillet". Et donc ainsi les Pyrénées ont été mises à l'honneur avant les Alpes dans le Tour de France.
La première étape pyrénéenne fut celle reliant Perpignan (66) à Luchon (31), la suivante, l'étape reine du Tour et encore redoutée aujourd'hui est celle reliant Luchon (31) à Bayonne (64) (Luchon-Pau pour les Tours récents) qui passe par les cols de Peyresourde, d'Aspin, du Tourmalet et d'Aubisque. Depuis, les Pyrénées sont présentes à chaque Tour de France sauf en 1992 car le grand départ étant donné à Saint Sébastien, les organisateurs ne voulant pas mettre des étapes de montagne dès le début ont préféré escamoter les cols pyrénéens. Les Alpes, elles, firent leur entrée dans le Tour en 1911 après le test concluant des Pyrénées en 1910.

Il est à noter que le Tourmalet et l'Aubisque sont les deux cols les plus fréquentés par le Tour de France tout massifs montagneux confondus. Le col du Tourmalet a été franchi à 74 reprises et a même servi d'arrivée au sommet en 1974. l'étape avait alors été remportée par Jean-Pierre Danguillaume qui avait également remporté celle du lendemain passant à nouveau par le Tourmalet. Le col d'Aubisque quant à lui a été emprunté à 70 reprises par le Tour et a servi d'arrivée d'étape en 1985 (victoire de Stephen Roche) et en 2007 (victoire de Rasmussen).
Pour fêter le centenaire des Pyrénées dans le Tour de France, le parcours du Tour 2010 va faire la part belle aux Pyrénées avec pas moins de 4 étapes de montagne et deux ascensions du Tourmalet dont une arrivée au sommet le jeudi 22 juillet. La grande étape Luchon-Pau aura lieu le 20 juillet.

Soyez au rendez vous en juillet...
Partager cet article
Repost0

Mon Blog

  • : Ascensions de grands cols en vélo - cyclotourisme en montagne
  • : Dans ce blog je décris mes ascensions de grands cols en vélo, je mets les profils des cols et je fais part de ma passion du vélo en montagne et de mon expérience.
  • Contact

Qui-Suis-Je?

  • Idris Raossanaly
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!

Compteur kilométrique 2015

 

Au 20 janvier 2015
Kilométrage total   260 km
Vélo urbain   20 km
Vélo en montagne

  209 km

Sorties plates   31 km
Dénivelé positif   3200 m
Mois en cours   260 km

 

Visiteurs uniques

Rechercher

 

photos col de la Pierre Saint Martin le 17 octobre 2009 013

 

 

P1010407

 

 

photos col du Soulor et col des Bordères le 26 av-copie-1

 

 

P1010361.jpg

 

 

photos col du Tourmalet le 12 juin 2010 021

 

 

P1010327

Divers liens

Si vous aimez la littérature et l'écriture, je vous encourage à visiter régulièrement ce site, très bien fait par une personne très sympathique (passionnée de vélo aussi), qui rédige régulièrement des nouvelles :

 

http://richardpatrosso.typepad.com/dndr/