Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 16:27

A voir ce beau soleil pendant que l'on va au travail, ce n'est pas très réjouissant. J'ai décidé d'essayer d'en profiter un tout petit peu en allant faire une sortie en vélo après le travail.

Ce mardi 24 septembre était annoncé comme la journée la plus chaude de la semaine, j'ai donc décidé de faire cette sortie ce jour là.

Le latin je suis parti au travail en vélo comme à chaque journée ensoleillée. Il ne faisait vraiment pas très chaud (8°C). En revanche à la mi journée ça chauffe déjà un peu plus (25°C).

Le soir en quittant le travail à 17h, c'était parti pour la sortie! Bien entendu, je n'avais pas prévu une très grande sortie. Pour le vélo, j'avais le Ridgeback ce coup-ci! En quittant le travail donc, je suis allé rejoindre la piste cyclable qui relie Annecy à Ugine et Albertville. Pour rappel, je travaille sur Ugine. Et en arrivant sur la piste cyclable au lieu d'aller à gauche comme d'habitude, je suis allé à droite vers Annecy. J'ai pédalé 5 km là, le temps d'arriver à Marlens au pied du col de l'Epine dans le massif des Aravis. Il s'agit d'un petit col pas très haut (947m) mais plutôt raide puisqu'il offre une ascension de 6 km à 7,7% de moyenne environ. Il était d'ailleurs classé en 1ère catégorie sur le dernier Tour de France.

Alors qu'il faisait frais en quittant le travail car la zone industrielle est déjà à l'ombre (la faute au massif des Bauges qui masque le soleil), il faisait bien plus chaud à Marlens qui est plus exposé. Je me suis arrêté pour enlever mon sweat. En effet, inutile de préciser que j'étais en tenue de ville puisque je sortais du travail. Et dans mon sac, j'avais ma veste de mi-saison, écharpe et gants nécessaires le matin ainsi que tout ce qu'il me faut pour mon pique nique de la mi-journée, bref une mini-caravane^^

C'est au moment d'attaquer l'ascension en T-shirt que je me susi rendu compte que je n'avais pas d'appareil photo, forcément je ne le prends pas pour aller au travail... Dommage, j'avais bien mon téléphone protable mais ce n'est pas de la grande qualité et n'ayant pas de câble pour charger les photos, els deux seules que j'ai prises sur la sortie, j'ai du les envoyer à ma soeur qui me les a renvoyées par mail, toute une organisation! Et je remercie ma soeur pour sa contribution :D

Pour en revenir à notre col de l'Epine, je l'ai donc attaqué gaiement. La route se met à grimper dès le centre de Marlens sur du 7%. C'est assez agréable car c'est un billard. J'étais plutôt en jambes et je pédalais bien sur le VTC. J'étais sur un bon rythme. Les kilomètres vont s'enchainer sur du 7 et 8% tout le long. A noter que des pancartes annoncent le kilométrage à chaque kilomètre comme dans les grands cols, c'est plutôt sympa.

La route s'élève rapidement sur une route en balcon qui suit en grande partie les courbes du massif avant d'aller plus vers l'intérieur. C'est assez sympa car on peut voir régulièrement l'élévation rapide par rapport à la vallée qui va vers Annecy en bas. Pour ma part je pédalais vraiment bien et sans chercher à m'économiser sur la première moitié. J'enroulais très bien le 38 dents à l'avant et j'avais encore 2 pignons de marge à l'arrière. J'appréciais vraiment cette ambiance de fin de journée avec certaine sportions ensoleillées et d'autres à l'ombre et aussi des moments avec le soleil couchant dans les yeux. La route est surtout en courbes et lignes droites avec quelques lacets tout de même dont un à plus de 10% que je me suis fait plaisir à prendre à l'intérieur.

Cependant, je commençais à sentir mes jambes à partir de la moitié de l'ascension et sans changer de braquet, j'ai juste réduit ma fréquence de pédalage pour me reposer et me laisser porter jusqu'au sommet.

Faut dire que je commençais à avoir faim car je n'ai pas mangé en quittant le travail et j'en restais donc sur mon pique nique du midi. Faut avouer qu'une sortie en fin de journée après le boulot ça change de l'organisation des sorties habituelles^^

Je suis arrivé au sommet du col de l'Epine d'où il n'y a aucun panorama car on est dans les arbres. C'est dommage car du coup je n'ai pas pu prendre de photos de paysage (car pendant que je pédale mon téléphone est dans le sac à dos). Le panneau du sommet du col de l'Epine indique 1012m d'altitude mais je pense que c'est exagéré, on est plus aux alentours de 950m.

 

Photos-0024

 

Une fois au sommet j'avais prévu d'aller de l'autre côté et de rejoindre Serraval d'où j'aviserai pour aller au col du Marais en aller retour.

Je me suis donc élancé de l'autre côté. La route continue de grimper pendant plusieurs mètres jusqu'à un point haut avant de descendre légèrement. Il y a même une autre remontée un peu plus loin avant de descendre plus franchement sur Serraval. J'ai noté que je 'navais plus du tout d'appréhension dans les descentes suite à la chute du 15 août, c'est vraiment agréable!

Après environ 7 ou 8 km je suis arrivé à Serraval qui est à un peu plus de 600m d'altitude. Là, à l'intersection, la route pour redescendre dans la vallée est à gauche et le col du Marais est indiqué à 3 km à droite, j'y suis donc allé. Il s'agit de la direction de Thones qui est 7 km après le col du Marais et qui est le pied du col de la Croix Fry et des Aravis.

La route ne grimpe pas très raide ppur rejoindre le col du Marais et c'est donc assez aisément que j'y suis parvenu malgré la faim qui se faisait ressentir, je commençais à rêver de tartines de nutella^^ Ce qui est moins agréable c'est le fort trafic sur cette route... Au col du Marais je me suis arrêté pour manger une pâte de fruit qui trainait dans mon sac à dos et mettre mon sweat afin d'attaquer la descente cat il commençait à faire frais avec la tombée du jour.

 

Photos-0025

 

Je me suis donc élancé. J'ai rejoint de nouveau Serraval et j'ai continué tout droit pour descendre vers Saint Ferreol. Après quelques kilomètres la route devient plate et se remet même à grimper sur quelques mètres. C'est après coup que j'ai su que c'était le col des Esserieux qui se trouvait là sur la route. Ensuite j'ai continué la descente rapide et j'ai croisé le seul cycliste que j'ai vu dans les cols.

J'ai déboulé en bas à Saint Ferreol (à 2 km de Faverges qui se trouve sur la route d'Annecy). Là je souhaitais rejoindre la piste cyclable, je savais qu'elle était de l'autre côté de la grande route un peu plus loin. Il fallait juste que je continue tout droit de façon perpendiculaire à la direction d'Annecy. Or tout droit, c'est un chemin sans issu qui était indiqué, j'y suis quand même allé et après avoir traversé un hameau, la route est devenu chemin de caillasse et après 500m j'ai rejoint la grande route. De l'autre côté il y avait un petit talus couvert d'herbe et la piste était derrière encore. Heureusement sur la droite à seulement 200m il y avait un rond point qui permettait de rejoindre un chemin qui permettait lui même de rejoindre la piste. C'est donc c que j'ai fait et j'ai rejoint la piste cyclable. J'imagine qu'il doit y avoir tout près un autre chemin plus aisé pour rejoindre la piste car là où je suis passé, c'est un peu risqué de s'aventurer en vélo de route. J'étais content d'avoir le Ridgeback. Une fois là je suis allé à gaiche (diretcion opposé à Annecy) et je 'navais plus qu'à rejoindre Ugine et continuer sur Albertville pour rentrer. Saint Ferreol se trouve à seulement 2,5 km de Marlens, pied du col de l'Epine. Je commençais à avoir une bonne fringale, les jambes me faisaient un peu mal et je ressentais la fatigue de la journée de travail. La luminosité commençait à baisser et je me suis hâter de rentrer (surtout pour manger en fait^^).

J'étais tout de même content de rentrer.

 

En tout cas il n'y a pas à dire ça fait vraiment du bien cette sortie!! Cela permet de se déconnecter du travail et d'avoir l'impression de profiter un peu du soleil!

Au final j'ai fait 71 km au total sur la journée et 1000m de D+, c'est à dire pratiquement pareil (et même un peu plus de km) que la sortie de....samedi dernier... C'était une sorte de revanche sur la frustration de ce week end.

Maintenant place à la fin de la semaine et surtout à samedi qui devrait me permettre de rouler un peu à nouveau!

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 15:13

Sans autre préambule, je tiens juste à préciser que le col de la Madeleine en question n'est pas celui bien connu qui m'a vu passer quelques fois cet été mais celui qui se trouve au fin fond de la Maurienne en direction du col de l'Iseran.

Pour en revenir à la sortie, je souhaitais profiter des derniers jours de grand soleil et d'ouverture de certains grands cols pour y retourner. Il y a eu une première alerte cette semaine lorsque la neige a occasionné la fermeture du col de l'Iseran pour deux jours... La chute des températures a été brutales il faut bien le dire... J'ai donc décidé de retourner au col de l'Iseran et de le grimper par le côté Maurienne au départ de Modane.

Ce que je peux dire c'est que les années se suivent et se ressemblent... En effet, le hasard fait parfois drôlement les choses, pourtant j'aurais préféré que ça change cette année.

Il y a pratiquement 1 an jour pour jour, le 20 septembre 2012, je descendais déjà en gare de Modane avec mon vélo, j'avais déjà dans la tête de grimper le col de l'Iseran côté Maurienne, il faisait déjà froid ce jour là, j'avais déjà de mauvaises jambes, je manquais déjà de sommeil et j'étais revenu avec après avoir grimpé un autre col que l'Iseran.

L'an passé j'en étais à la 3e sortie consécutive d'un séjour de 4 sorties d'affilées qui m'a permis d'aller à l'Alpe d'Huez, de faire la traversée de la Chartreuse, d'aller au col du Mont Cenis en lieu et place du col de l'Iseran et de grimper dans le Vercors. Les jambes n'étaient pas au rendez vous...

Cette année, les jambes n'étaient pas vraiment bonnes non plus en raison de la coupure que j'ai été forcé de faire afin de ménager mon genou dont la plaie n'a pas encore entièrement cicatrisé après 5 semaines et demie...

 

L'an passé cétait la première fois que je remontais la Maurienne en train et je voyais enfin en vrai tous ces noms de villes bien connues du Tour de France et je rêvais d'un jour peut être, pouvoir venir pédaler sur tous ces grands cols connus. 1 an plus tard, m'y revoici et on peut dire que ça a un peu changé, je commence dorénavant à connaitre de plus en plus de routes de la Maurienne et j'ai déjà eu l'occasion de grimper au col de l'Iseran par Bourg Saint Maurice.

Enfin contrairement à l'an passé, c'est à cause d'un problème extérieur que je n'ai pas pu aller au sommet et non pas à cause des jambes. Ce problème a pour nom : la SNCF...

 

Ce matin, malgré le gros manque de sommeil accumulé, j'ai fait un gros effort pour me lever à 6h. Le train était à 7h20. Je suis donc arrivé à la gare à l'heure et le train était à l'heure! C'est ensuite que ça a commencé à changer, lorsque je suis descendu à Saint Pierre d'Albigny, la correspondance pour Modane était annoncée avec 25min de retard. Au final ça a fini avec 1h de retard... 1h qui me manquera...

 

Pour ce qui est de la météo, elle était sublime, ciel bleu!! Il y avait juste un gros brouillard matinal à Saint Pierre d'Albigny qui m'a bien refroidi... Il faisait assez froid (9°C à Saint Pierre d'Albigny et 8°C sur la route en quittant Modane).

 

A Modane, j'ai mangé une pâte de fruit et je suis parti en direction du col de l'Iseran (2770m), enfin!! Car au final j'ai quelques heures pour arriver à Modane...

Il faisait froid mais j'arrivais à supporter, j'ai même baissé mes jambières dès le départ. La route se met à monter avant même la sortie de Modane. Les premières rampes sont à 7%, puis ensuite la pente passe à 6 et 5%. La route monte pendant 6 km jusqu'au fort Marie Thérèse qui est toujours aussi beau à voir. Sur cette première partie, la route n'est pas en très bon état et ce n'est pas agréable... Ensuite, après le fort, ça descend un peu sur 2 ou 3 km. La route continue essentiellement en faux plat montant en remontant le cours de l'Arc. C'est vraiment très beau! Et contrairement à l'an passé, malgré des jambes qui ne sont pas bonnes, je prenais tout de même beaucoup de plaisir à rouler et grimper sur cette route.

 

Photos col de la Madeleine 21 septembre 2013 001

 

Fait pas chaud dans les premiers kilomètres de montée après Modane

 

Photos col de la Madeleine 21 septembre 2013 002

 

Fort Marie Thérèse

 

Photos col de la Madeleine 21 septembre 2013 004

 

La vallée est vraiment très belle avec tous ces massifs autour et notamment certains glaciers enneigés.

Et je suis repassé dans tous ces villages que j'avais traversé il y a un an. A Termignon, il y a une montée à 7% sur 1,5 km qui permet de s'élever rapidement au dessus du village. La route redescend ensuite pour atteindre Lanslebourg quelques kilomètres plus loin. C'est au centre du village que se trouve la fameuse intersection avec le col du Mont Cenis (2083m) où j'étais allé l'an passé. Cette fois-ci, j'étais toujours très motivé et j'ai continué tout droit vers le col de l'Iseran indiqué à 33 kilomètres encore.

 

Les premières neiges sont visibles

 

Photos col de la Madeleine 21 septembre 2013 006

 

Photos col de la Madeleine 21 septembre 2013 008

Termignon et la route qui grimpe juste après

 

Photos col de la Madeleine 21 septembre 2013 010

 

Termigon en bas

 

Photos col de la Madeleine 21 septembre 2013 011

 

Photos col de la Madeleine 21 septembre 2013 012

 

Le vrai pied du col est à Bonneval sur Arc à 14 km du sommet où commencera la montée à 7,4% de moyenne. En attendant, il y a toute l'approche bien casse patte.

Juste après Lanslebourg j'ai traversé Lanslevillard. A la sortie commence une montée plus raide de 4 km à 8%. Les deux premiers kilomètres sont à 9 et 10%. J'étais content de voir que j'ai pu me caler sur un rythme efficace et que malgré la méforme, je pouvais tout de même être à l'aise sur ces pourcentages.

La route monte sur des grandes courbes exposées au soleil et je commençais à avoir chaud avec la veste thermique. Ce que je n'ai aps aimé c'est la multitude de motos qui me dépassaient et je dois bien dire que peu d'entre elles faisaient l'effort de s'écarter convenablement...

A ce propos, je tiens à signaler que j'ai été agréablement surpris dans cette vallée car sur toute la longueur de la sortie, aucune voiture ne m'a frôlé! Toutes se sont écartées suffisamment, ça change de certaines vallées et notamment celle de Beaufort! Cela a bien contribué au plaisir de rouler sur cette route.

Une fois au sommet de la côte j'ai débouché devant le panneau...col de la Madeleine à 1746m. Il s'agit d'un col intermédiaire situé sur la route du col de l'Iseran. Encore une Madeleine mais celle-ci est un peu plus fade que l'autre^^

 

Photos col de la Madeleine 21 septembre 2013 014

 

Au sommet je me suis arrêté pour manger une pâte de fruit et là j'ai commencé à refaire mes estimations d'arrivée à Bourg Saint Maurice de l'autre côté et je commençais à sentir que ce serait juste. J'ai appelé mes parents afin qu'ils puissent regarder sur internet les horaires des trains pour Albertville au départ de Bourg Saint Maurice et de Modane. Et après calculs, je me suis rendu compte que ça allait être juste. Je pouvais prendre le train prévu à ourg Saint Maurice mais à condition de ne pas perdre de temps à prendre des photos et à condition de ne pas avoir de problème mécanique.

C'est là que je me suis rendu compte que ça ne serait sûrement pas jouable. Comment me demander de grimper l'Iseran sans prendre de belles photos au sommet^^ Le soucis aussi c'est qu'après il y avait 50 km de descente sur Bourg Saint Maurice, une descente longue avec une petite remontée aux alentours du lac du Chevril. Bref trop de kilomètres pour une faible marge de temps et surtout dans l'hypothèse où je n'ai pas de soucis mécanique. C'était un peu trop risqué, il me manquait 30min de marge supplémentaire... Elles se trouvent dans cette heure de retard qu'a eu le train...

Le retard du train de l'aller ne me permettait plus de faire la sortie prévu avant le train du retour... J'ai donc décidé de faire demi tour et de rentrer à Modane... Je suis reparti déçu car j'avais plutôt bien géré la sortie jusque là et j'avais fait le plus difficile de l'approche... C'est vraiment décevant d'autant plus que les sorties à haute altitude sont comptés... Une occasion de ratée...

Sur le retour j'ai plutôt bien roulé de façon à arriver à Modane dans les temps. Le point positif c'est que je n'ai plus aucune appréhension dans les descentes suite à la chute, j'ai pu me faire vraiment plaisir car lors de la sortie de la première reprise, le 31 août, j'étais encore un peu tendu dans les descentes.

Je suis revenu à Modane environ 20min avant le départ du train (que j'ai pu prendre plus tôt du coup).

 

Photos col de la Madeleine 21 septembre 2013 015

 

Au final sur cette sortie j'ai parcouru 68 km pour 1000m de D+ seulement. C'est dommage d'avoir payé les billets de train jusqu'au fin fond de la Maurienne pour voir la sortie tomber à l'eau à cause de ces mêmes trains. Et se lever à 6h pour ça... Je me suis dit que j'aurais mieux fait d'aller ailleurs.

Cependant je ne peux pas regretter de ne pas être allé à Bourg Saint Maurice en train pour aller au col du Petit Saint Bernard (2188m) car à la gare ce matin, le train pour Bourg Saint Maurice était annoncé avec 1h de retard! Il part à 6h40 normalement, si je m'étais levé 45 min plus tôt pour me rendre compte qu'il y avait 1h de retard je n'aurais sûrement pas attendu et je serai allé dans la Tarentaise grimper sûrement au...col de la Madeleine (1993m) que j'ai encore très envie de regrimper.

Bref, dans tous les cas je serai revenu avec une Madeleine dans les jambes en fait^^ Mais ça n'a pas été celle que j'aurais préféré^^

 

Maintenant place au week end prochain qui ne s'annonc epas des meilleurs malgré un grand soleil prévu jusqu'à vendredi avant que ça ne se dégrade...espérons que ça change...

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 09:29

Voilà une sortie que j'attendais avec impatience depuis la chute du 15 août dernier.

Au niveau des blessures, pour le menton c'est en bonne voie après les points de suture, je ne peux pas encore me raser mais j'espère que ça ne tardera pas trop^^

Pour la main gauche, c'est assez moche mais en cours de cicatrisation, je n'ai plus de douleur à ce niveau, pareil pour les doigts des deux mains. Pour le bras droit, j'ai plein de marques qui partiront au fur et à mesure, en tout cas plus de douleur. La plaie de la hanche droite, cicatrise petit à petit, elle démange un peu mais ne fait pas trop mal.

Pour la plaie du genou, elle a un peu cicatrisé sur les bords mais la grande partie de la plaie n'est pas encore cicatrisée. Heureusement ce n'est pas très douloureux même quand je marche et c'est la raison pour laquelle j'ai décidé de tenter une sortie en montagne.

Pour le genou j'ai fait comme d'habitude, j'ai mis de la pommade cicatrisante, un pansement par dessus et pour couvrir le surplus de pommade qui déborde j'ai fait du bricolage en mettant un mouchoir plié par dessus, tenu avec du sparadrap. Pour éviter les frotetments, j'ai remonté la jambe gauche de mon short et j'ai pris avec moi le rouleau de sparadrap au cas où. Avec ça j'étais paré.

Bien entendu, je m'étais dit qu'à la moindre douleur sur les plaies, j'allais m'arrêter et rentrer en train. Il était hors de question de prendre quelque risque que ce soit.

Pour le programme de la sortie, j'avais envie de refaire cette descente du col du Glandon où j'ai chuté afin de ne pas rester là dessus et de casser la peur qui était peut être en train de s'installer.

Bien entendu, je n'avais aucune envie de refaire la même sortie, d'une part je ne pensais sincèrement pas avoir les jambes et je ne voyais pas l'intérêt de refaire exactement cet enchainement col de la Madeleine et col du Glandon alors qu'il y a d'autres routes à découvrir.

C'est donc ainsi que j'ai décidé de grimper le col de la Croix de Fer (dont le sommet est tout proche du col du Glandon) par le versant que je ne connais pas encore, à savoir celui de Saint Jean de Maurienne. De là-haut je rejoindrai le col du Glandon et je pourrai redescendre à La Chambre où je pensais prendre le train pour rentrer même si l'enchainement avec le col de la Madeleine par La Chambre me trottait dans la tête car j'avais bien envie de faire ce versant de la Madeleine que je ne connaissais pas.

Mais j'en restais à l'objectif premier : le col de la Croix de Fer.

 

Je me suis levé à 6h pour aller prendre le train pour aller à Saint Jean de Maurienne. Je craignais d'avoir froid si tôt le matin, mais à ma grande surprise, quand je suis parti à la gare, j'ai pu y aller en manches courtes. C'était agréable. J'ai tout de même pris mes manchettes avec moi dans le sac.

J'avais un changement de train à Saint Pierre d'Albigny. Une fois là, j'ai vu que le train avait 30min de retard... J'ai donc attendu au total 1h de temps en regardant le soleil se lever et en me posant plein de questions sur mes jambes et si j'avais la capacité d'aller au col de la Croix de Fer.

Le train est arrivé et me voici embarqué direction la Maurienne! Je suis descendu une demie heure plus tard à Saint Jean de Maurienne. C'est une petite ville dans laquelle je n'étais encore jamais allé, une ville bien connu car c'est un lieu de passage privilégié du Tour de France avec toutes les grandes ascensions qui se trouvent dans la vallée.

C'était sympa d'y poser mes roues. J'ai quitté la gare et je suis monté vers le centre ville. Rien que là ça grimpe déjà sur du 8%! J'ai trouvé sur ma gauche une direction « Vallée de l'Arvan » et j'y suis donc allé. C'est parti pour plus de 28 kilomètres d'ascension!

Là, pour sortir de Saint Jean de Maurienne c'est une longue ligne droite sur du 8% avec quelques ronds points. A un de ces ronds points il y avait une sculpture représentant un Opinel avec marqué Saint Jean de Maurienne dessus, je me suis arrêté pour prendre une photo avant de repartir.

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-1

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 août 2013

 

J'ai été raisonnable et j'ai mouliné dès le départ. J'étais un peu dans le dur pour cette mise en jambes. Je me disais qu'au fil des kilomètres je prendrai le rythme.

Il y avait énormément de voitures qui passaient, c'était vraiment pénible... Du coup je n'ai pas pu prendre la photo du panneau de sortie de Saint Jean de Maurienne car il était masqué par les voitures qui venaient d'en face (le panneau était sur la gauche de la route).

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-2

 

J'alternais la position assise et la position en danseuse et j'étais content de voir que le genou ne me faisait pas mal quelque soit la position. C'était pas très classe mon pansement mais ça faisait l'affaire pour protéger la plaie.

Les 4 premiers kilomètres sont entre 8 et 9%. Ils m'ont paru interminables à cause des voitures. En effet, ces 4 kilomètres sont communs avec la montée à la station de La Toussuire et le trafic était énorme, avec énormément de voitures qui descendaient et aussi des voitures qui montaient. Des fous du volant car quand une voiture arrivait de derrière elle n'attendait pas que la dizaine de voitures en face soit passée pour dépasser... Je me faisais constamment frôlé par les voitures. Il y en a même une qui m'a dépassé en plein virage alors qu'une voiture arrivait en face et qui s'est rabattu sur moi... J'ai pilé en pleine montée pour l'éviter... Un peu plus tard c'est un camion de dépannage qui m'a frôlé à pleine vitesse en ligne droite alors qu'en face c'était une file ininterrompue de voitures... Sur ces 4 kilomètres j'ai bien dû gueuler une dizaine de fois, j'étais très énervé...

Heureusement après cette première rampe, la route bifurque, pour aller à la Croix de Fer il faut prendre à gauche. Là intervient le premier replat avec 1,5 km de descente.

On passe sur un pont et juste après c'est partie pour 5 km à plus de 9% de moyenne. Les deux kilomètres qui suivent la descente sont à 10%. Je grimpais tranquillement de façon à ne pas forcer pour ménager le genou. J'étais plutôt bien et c'était agréable. Le paysage était sympa avec les Aiguilles d'Arves qu'on pouvait voir.

 

Les Aiguilles d'Arves au fond

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-3

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-4

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-5

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-6

 

Après cette rampe raide, on arrive à nouveau sur un long replat de 3 km. Il commence par la traversée de 3 tunnels. Le premier est très court, 96m, mais avec un virage à gauche en angle droit ce qui fait qu'en entrant on ne voit pas la sortie. Il est très bien éclairé et se passe assez vite. La route étant plate, on peut mettre du braquet pour passer le moins de temps dans le tunnel. Le suivant, juste après fait 178m de long et est lui aussi en courbe à gauche, on ne voit donc pas la sortie en y entrant. Là non plus, aucun soucis d'éclairage! Dans la 2e partie de ce tunnel on voit la sortie et on voit l'entrée du suivant ainsi que sa sortie. En effet, le dernier tunnel est en ligne droite. Il fait 500m de long et est un peu sombre au milieu mais on distingue en permanence où on met les roues.

Juste après, une courte descente qui amène à la bifurcation avec le col du Mollard qui est indiqué à gauche à 6 km. Pas question de me disperser en faisant le détour et j'ai continué tout droit. Là il reste 14 km à grimper. Les 7 kilomètres qui suivent sont en faux plat montant avec des pentes inférieures à 6% jusqu'à Saint Sorlin d'Arves après avoir traversé Saint Jean d'Arves. Cette portion est agréable car ça grimpe tranquille et la vue sur les alpages est vraiment reposante. Pour ma part j'étais encore en très bonne forme.

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-7

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-8

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-9

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-10

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-11

 

A partir de Saint Sorlin d'Arves, c'est parti pour le final de 7 kilomètres à plus de 8,5% de moyenne. Pour faire simple sur ces 7 derniers kilomètres il y en a 4 qui sont à 9% de moyenne et 3 qui sont à 8%. La sortie de Saint Sorlin est un peu ardue car c'est une ligne droite à 11%...

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-12

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-13

 

Le final est très beau car il se fait dans un paysage très minéral de haute montagne avec le glacier de Saint Sorlin qui nous domine. Les 5 derniers kilomètres se font en lacets.

Pour ma part je ne m'étais pas mis dans le rouge, du coup j'ai très bien passé cette dernière partie. C'était agréable de grimper sans difficulté sur un tel col!

J'ai pu le grimper d'une traite sans avoir besoin de me ravitailler pendant l'ascension et j'ai pu prendre plein de photos tout en roulant. Evidemment j'étais content d'arriver en haut car 28 km d'ascension on les sent passer un peu. Il faisait 24°C à plus de 2000m d'altitude, c'était cool.

En arrivant au sommet à 2067m, j'étais satisfait et une partie des doutes que j'avais se sont estompés. Cependant, je n'ai pas ressenti l'arrivée au sommet comme l'aboutissement, j'étais sûrement un peu tendu à l'idée d'aller refaire la descente du col du Glandon et je pense qu'à cet instant, je pensais de plus en plus au col de la Madeleine pour le dessert...

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-14

 

Saint Sorlin d'Arves avec les Aiguilles d'Arves

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-15

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-16

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-17

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-18

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-19

 

Au sommet, j'ai pris quelques photos (le paysage est toujours aussi sublime), j'ai mangé une pâte de fruit et j'ai voulu remettre un peu de sparadrap sur mon pansement car il commençait à se décoller un peu. Avec la descente qui arrivait, il risquait de se décrocher. J'avais bien fait de prendre le rouleau avec moi! Sauf qu'en voulant en prendre, je me suis rendu compte que j'étais à la fin du rouleau^^ ça m'a fit sourire c'est le genre de truc qui dure super longtemps et là il se termine au sommet du col de la Croix de Fer quand j'en ai besoin. Tant pis j'ai laissé comme ça du coup. Au total je n'ai pas passé plus de 5min au sommet du col de la Croix de Fer.

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-20

 

La Croix de Fer :

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-21

 

Panorama sublime

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-24

 

Je me suis élancé de l'autre côté pour faire les 3 premiers kilomètres de la descente pour ensuite regrimper sur 200m à 8% et atteindre le col du Glandon. Dans la descente je me suis arrêté pour prendre une photo du lac de Grand Maison que l'on voit au loin. De quoi rappeler des souvenirs de la sortie du 3 août.

 

Le lac de Grand Maison au fond et la bifurcation avec le col du Glandon qui se situe au niveau de l'auberge qu'on aperçoit :

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-25

 

Le sommet du col de la Croix de Fer d'où j'arrive :

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-26

 

Une fois au col du Glandon, c'était une sensation particulière car je sentais que ça y est c'était la fameuse descente ensuite. Je suis allé marcher vers la stèle en amont du col pour la voir de plus près mais il n'y avait rien de marqué de particulier. J'ai pris une photo du paysage et notamment du Mont Blanc qui dépassait des nuages au loin avec le col de la Madeleine juste devant. Puis je suis redescendu au col pour reprendre le vélo.

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-27

 

La stèle avec le Mont Blanc au fond qui émerge des nuages

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-28

 

Avec le zoom

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-29

 

C'est parti pour la descente! Pour la 3e fois du mois, je m'élance sur cette route. Ces premiers kilomètres de descente font toujours le même effet, c'est raide et vertigineux....et étroit bien sûr. J'étais sur les freins... Je me suis arrêté 2 fois pour prendre des photos.

Après un peu plus de 2,5 km de descente je suis arrivé sur les lieux de la chute. Et là j'ai vu qu'en fait à l'endroit où j'ai chuté, la route se rétrécit brusquement par la droite. C'est donc pour ça... Lorsque la voiture m'avait frôlé le 15 août, j'ai tourné la tête vers elle une fraction de seconde et avec la vitesse, je n'ai pas vu venir le rétrécissement et ma roue avant est passé dans l'herbe qui avait pris la place de la route...

J'ai fait la suite de la descente toujours un peu sur les freins. Il ne faisait pas chaud dans cette descente et ce n'était pas très agréable...

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-30

 

La chute s'était produite peu après le virage serré qu'on voit au centre :

 

Photos-col-de-la-Croix-de-Fer-et-Madeleine-le-31-a-copie-7.jpg

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-32

 

Je suis arrivé à Saint Etienne de Cuines, le pied de la descente et j'ai poursuivi jusqu'à La Chambre qui est collé à Saint Etienne de Cuines. Là j'ai pris la direction du col de la Madeleine et j'ai fait les 800 premiers mètres de montée jusqu'à la place du marché de la Chambre où je me suis arrêté. J'ai enlevé mon K-Way et j'ai mangé, une fois n'est pas coutume, un MacAmande. Je me sentais un peu entamé mais j'avais 1h devant moi pour me décider si je faisais demi tour et aller prendre le train à La Chambre. Je me suis dit que je verrai bien. Il faut dire que le col de la Madeleine par ce versant c'est 20 km à 8% de moyenne, un point c'est tout. J'avais vraiment envie de grimper ce versant que je ne connaissais pas encore mais en même temps je savais que j'allais en baver sur la fin car je n'aurais pas les jambes pour bien encaisser toute l'ascension...

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-34

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-35

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-36

 

Je me suis élancé pour cette ascension... Le premier kilomètre à 6% est le plus facile de toute la montée... La suite c'est tout le temps du 8%, 9%, 10% et même un kilomètre à 11%. Il y a juste 2 kilomètres à 7% qui sont quelques part au milieu de tout ça.

Il faisait chaud, plus de 32°C... Heureusement j'avais encore pas mal de grenadine dans mes bidons. Sur les premiers kilomètres, j'essayais de me concentrer à garder un rythme de pédalage régulier. Je relançais dans les virages, je n'étais pas trop mal. La route est large et les voitures s'écartaient bien. On passe de temps en temps dans de la forêt, le reste du temps on voit La Chambre en contrebas et le col du Glandon en face.

 

La Chambre :

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-37

 

Je sentais que ça devenait dur notamment dans les kilomètres à 10% et je me motivais à chaque kilomètre fait en me disant que c'était ça en moins à faire. Mais quand on voit sur les bornes qu'il reste 18, 17, 16 puis 15 km encore à gravir, ça paraît très long... Du coup je me suis d'abord raccroché à l'idée d'atteindre les 10 derniers kilomètres de façon à être dans la 2e moitié de l'ascension. Je buvais régulièrement. Ça devenait vraiment très dur. A 12 km du sommet, la pente indiquée est 11%. Ce kilomètre est terrible, il fait très mal aux jambes. Je sentais que j'étais à l'énergie. En passant la borne indiquant le sommet à 10 km contrairement à ce qu'on peut penser, je ne me suis pas réjouit d'être dans la 2e moitié de l'ascension, au contraire quand j'ai vu l'énergie qu'il m'a fallu pour arriver là, je me suis demandé comment je ferai pour arriver en haut... Il restait plus de 830m d'altitude à gravir encore...

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-38

 

En passant la borne à 9 km du sommet, c'était du 10%, aie aie aie... Je commençais à me demander ce que j'étais venu faire ici... J'ai commencé à traverser quelques hameaux. Puis à 8 km du sommet, c'est un répit avec un kilomètre moins dur en passant devant le panneau d'entrée de Saint François Longchamp 1400 qui est sur la droite. Il y a quelques dizaines de mètres de plat avant que la pente ne reparte de plus belle vers Saint François Longchamp 1650. Là à 7 km du sommet, j'ai explosé en plein vol. D'un coup c'était la défaillance, je continuais d'appuyer les pédales mais chaque coup de pédale était difficile, je me motivais pour ne pas m'arrêter en me disant de faire encore un kilomètre puis encore un et ainsi de suite. En entrant dans Saint François Longchamp, un cycliste qui descendait et qui s'était arrêté m'a encouragé, c'est toujours sympa.

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-39

 

En quittant la station à environ 5 km du sommet, je n'en pouvais plus. Je n'arrivais même pas à me dire que j'avais fait les 3 quarts de la montée, je voyais juste que j'avais encore 5 km interminables à grimper... La fin se fait à découvert au milieu des alpages. Il faisait encore 28°C, ça chauffait malgré les nuages qui passaient.

Les motos se succédaient depuis le début de la montée, c'était vraiment pénible à force surtout que certains ne s'écartent pas.

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-40

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-41

 

A 3,5 km du sommet, je n'en pouvais plus et j'ai fait une pause. La première depuis le début de l'ascension. Je n'avais pas faim. Je buvais régulièrement et du coup je ne ressentait pas le besoin de manger. Je suis resté 2 minutes là, à regarder le paysage qui n'était pas si exceptionnel que ça. Je suis reparti, ça allait un peu mieux. Mais le répit était de courte durée car après 1 km de nouveau j'étais en difficulté. La borne à 2 km du sommet indique 9%. Je continuais de pédaler comme je pouvais. La route était surtout en ligne droite avec 1 seul lacet sur les 3 derniers kilomètres si je me souviens bien.

Devant la borne du dernier kilomètre je me suis arrêté de nouveau. Elle indiquait 8%. Je n'avais ni besoin de boire ni besoin de manger, j'avais juste besoin de m'arrêter. Après 1 minute de pause, je suis reparti pour ce dernier kilomètre. Les derniers 200m à 8% sont en ligne droite et permette de voir le sommet...

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-42

 

Saint François Longchamp :

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-31

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-6

 

En haut, à 1993m d'altitude, je me suis arrêté, j'étais au bout du rouleau comme mon sparadrap... Je ne ressentais même pas de joie à être au sommet tellement j'étais fatigué. Et puis la tension était toujours là à l'idée d'avoir maintenant 26 kmd e descente pour descendre de l'autre côté... J'ai demandé à un motard de me prendre en photo car il n'y avait pas de cycliste. D'ailleurs, je n'ai rattrapé que 3 cyclistes dans le col de la Croix de Fer et un seul m'a dépassé et dans le col de la Madeleine je n'ai vu personne qui grimpait...c'est assez incroyable quand même...

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-5

 

Le Mont Blanc au milieu des nuages :

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-1

 

Au sommet je suis allé faire remplir un de mes deux bidons à l'auberge, j'ai pris une photo vers le Mont Blanc qu'on distinguait derrière les nuages et je ne me suis pas attardé car j'avais hâte de rentrer. J'étais engourdi au niveau des jambes et je me concentrais pour faire attention à chaque virage. J'étais un peu sur les freins au début avant de lâcher sur les lignes droites et d'atteindre les 65 km/h. J'ai fait une descente très prudente en m'arrêtant seulement une fois pour prendre une photo. La descente m'a paru longue quand même... A Bonneval, il y a une partie à remonter, je me suis surpris à la repasser sur le grand plateau... Les jambes faisaient mal mais c'est passé. J'ai eu une grosse frayeur dans la descente à un moment. Une moto qui montait en dépassait une autre et était complètement à contresens. Elles roulaient très vite et moi je descendais aux alentours de 45 km/h. Le motard n'avait plus le temps de se rabattre, du coup il s'est serré à sa gauche et moi je me suis mis au milieu de la route pour passer entre les deux motos...quel imbécile alors!!

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-2

 

Une fois la descente terminée sur Feissons sur Isère, il me restait un peu plus de 18 km pour rentrer à Albertville. Et là, mauvaise surprise, il y avait un vent de face énorme...

Me voici donc face au vent pour rentrer comme je pouvais. La satisfaction c'était de repasser les faux plat sur la plaque. Je continuer de pédaler avec en tête la seule idée de m'asseoir sur une chaise à l'appart... Le panneau d'entrée d'Albertville est encore à 3 km de l'appart, ça paraît long. Mais quel soulagement d'être arrivé!

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-3

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 a-copie-4

 

Photos col de la Croix de Fer et Madeleine le 31 août 2013

 

Pfiou! Quel soulagement quand je suis rentré. C'était difficile de trouver matière à satisfaction sur le moment car j'étais vraiment fatigué. C'est petit à petit que je me suis rendu compte que j'avais fait la sortie en entier. Je ne pensais vraiment pas pouvoir la faire.

Je n'avais pas imaginé pouvoir grimpé le col de la Croix de Fer si facilement. Mais au final, il y a cette satisfaction d'avoir découvert deux nouveaux versants sur des cols mythiques et notamment ce versant du col de la Madeleine qui est bien difficile. L'avoir fait en 2e ascension c'est vraiment cool. Par contre il est clair que ce n'est le genre de sortie que je ferai à chaque fois car quand on est en pleine difficulté comme ça c'est dur de prendre plaisir à grimper. Déjà le 15 août le final du col du Glandon après le col de la Madeleine avait été très difficile mais ce jour là, j'avais de meilleures jambes que là. Déjà le 15 août je trouvais que mes jambes n'étaient pas au top mais alors là, c'était encore moins bien et pourtant...

Pour une sortie de reprise en pleine convalescence je ne pouvais pas rêver mieux. Au final ça a fait 123 km pour plus de 3500m de D+. C'est sympa de pouvoir refaire une vraie belle sortie car il y a une semaine, je peinais à faire du plat...

J'ai pu refaire la descente de la chute et ainsi tourner la page et j'ai pu gommer en partie la grande frustration d'avoir été stoppé dans une grande sortie où j'étais en marche pour faire encore plus que les 3300m de D+ que j'avais fait au moment de la chute.

En un mois, j'ai grimpé et atteint le col du Glandon par toutes les routes possibles (par Rochetaillée, par Saint Etienne de Cuines et par Saint Jean de Maurienne), voilà une belle façon d'en finir avec cette chute et de penser à faire des sorties sur d'autres routes.

Au niveau des paysages j'ai trouvé ce versant du col de la Croix de Fer moins beau que le versant par Rochetaillée. Pour la difficulté, je l'ai trouvé à peu près similaire. Quant au col de la Madeleine par ce versant, je ne l'ai pas vraiment aimé. La défaillance doit y être pour quelque chose, mais j'ai trouvé ce versant pas très beau avec peu de grand paysage à voir. Il ne fait que rendre encore plus beau le côté Tarentaise. Le profil par La Chambre est très difficile et mérite le détour, cependant, difficile d'imaginer aller le grimper souvent.

Le fait d'avoir été un peu saturé de vélo sur la fin de la sortie va sûrement me permettre de mieux ronger mon frein le week end prochain où il est prévu de la pluie et le week end suivant où je ne pourrai pas faire de vélo.

Pour le genou, le pansement a bien tenu, et il a même commencé à cicatriser pendant la sortie! Que demander de plus?!

Et sinon tout va bien avec le nouveau casque, les nouveaux gants, le nouveau K-Way, le nouveau T-shirt.

 

Voici le profil de la sortie :

 

31 août 2013

Partager cet article
Repost0
17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 11:06

Voilà une sortie qui restera sans doute inoubliable, autant pour le début du parcours que pour le final catastrophique...

Depuis l'ascension du col de la Croix de Fer (2067m) faite avec Joris le 3 août dernier, et la descente que j'avais faite du col du Glandon pour aller à La Chambre, je n'avais qu'une envie : grimper le col du Glandon (1924m) par La Chambre. Le final est redoutable (les 7 derniers km à plus de 9% de moyenne) et le paysage sublissime comme j'avais pu le voir!

Le seul soucis c'était d'y aller car avant d'arriver à La Chambre il y a le col de la Madeleine. A l'origine cette sortie était prévu pour le samedi 17 août où je pensais aller en train jusqu'à La Chambre, grimper le col du Glandon et éventuellement rentrer par le col de la Madeleine (1993m). Ce parcours me paraissait plus abordable que de faire la Madeleine en premier.

Cependant, mardi soir, j'ai décidé de changer mes plans. J'ai reporté la sortie que je comptais faire ce jeudi au col du Petit Saint Bernard, et j'ai décidé de faire la sortie avec le col du Glandon. Mais là, en ce jour férié, il n'y avait pas de train tôt le matin pour aller à La Chambre.

J'ai donc opté pour le col de la Madeleine en premier et d'aviser au fur et à mesure.

Je suis donc parti très tôt d'Albertville. Dur dur de se lever si tôt un jour férié mais la passion du vélo n'a pas de prix!

Je suis donc parti d'Albertville, direction le col de la Madeleine (1993m). Je l'avais déjà monté une fois début juillet. Cependant là, ce n'était que le marche-pied de la prochaine ascension, un gros marche-pied c'est vrai^^

Je suis parti alors que le jour commençait à peine à se lever. Les lampadaires étaient encore allumés et j'ai pris mon feu (depuis la sortie au col de l'Iseran il ne me reste plus que le feu avant que j'ai mis à l'arrière^^). J'ai beaucoup hésité à mettre ma veste thermique car il ne fait pas super chaud tôt le matin. Mais afin de ne pas m'encombrer pour la suite de la sortie, j'ai juste mis mes manchettes et je suis parti. Qu'est ce qu'il faisait froid!!!!!

Aie aie aie, terrible ce froid! Il ne faisait que 10,5°C sur mon compteur, j'étais frigorifié. J'avais les jambes tétanisées. Il ya 18,5 km entre mon appart et le pied du col de la Madeleine mais là ça m'a paru une éternité... Et pourtant c'est presque plat cette partie.

 

Le Mont Charvin derrière moi en quittant Albertville au lever du jour :

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15 août 20

 

Le lever du soleil sur la Tarentaise :

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-1

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-2

 

Le lever du soleil sur la Tarentaise était sympa à voir. Cependant, vu comment j'étais tétanisé par le froid, je me posais pleind e questions avant même d'être au pied du col de la Madeleine...

Quand je suis arrivé à Feissons sur Isère au pied du col de la Madeleine, j'ai mangé une pâte de fruit et c'était parti. 26 km d'ascension avec 3 rampes raides entrecoupées par deux petites portions de replat.

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-3

 

La première rampe à 9% ne m'a pas mis dans de bonnes conditions... Il faisait toujours froid et j'étais toujours tétanisé. Je me posais vraiment des questions sur la suite de la sortie. A cet instant j'avais vraiment de mauvaises sensations, j'étais moins bien là sur le début de la Madeleine que sur la fin du Galibier samedi dernier...

Mais une Madeleine ça se déguste en entier! Et la suite peut s'avérer meilleure!

Cependant sur le moment je n'en menais pas large... Après 9 km je suis arrivé au premier replat. Les rayons matinaux du soleil étaient agréables et c'était agréable de sentir l'air se réchauffer. Le replat m'a fait du bien, j'ai pu commencer à avoir quelques sensations. Cependant lorsque la pente est repassée sur des forts pourcentages ce n'était pas encore tout à fait ça.

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-4

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-5

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-6

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-7

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-8

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-9

 

J'ai passé la borne indiquant le sommet à 13 km, je me suis dit que je n'en avais pas fini car je n'en étais qu'à la moitié de l'ascension... La borne suivante indiquant le sommet à 12 kilomètres, indique un pourcentage de 10%, aie aie aie... J'étais en train de grimper en danseuse et d'admirer le paysage. Au détour d'un virage, j'étais archi facile, je baisse la tête pour regarder mon compteur et je vois qu'il indique une pente à 10%! Là je me suis rassis et j'ai poussé un énorme soupir de soulagement. J'avais enfin les sensations que je voulais avoir depuis le début! Il m'a tout de même fallut une demie Madeleine pour y arriver. J'ai eu le temps de bien m'épuiser sur la première partie...

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-10

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-11

 

Le stress qui était monté lors du début de l'ascension, commençait à diminuer et je me concentrais sur arriver dans le même état de fraicheur au sommet. Mais bon 12 kilomètres c'est assez long quand même.

Plus ça grimpait et plus je gérais bien. Le paysage devenait sublime. Comme de puis le début je mitraillais de photos tout en grimpant.

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-12

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-13

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-14

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-15

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-16

 

Les kilomètres à 9% s'enchainent assez vite et je me retrouve face au final avec les 4 derniers kilomètres. Un kilomètre à 9% en ligne droite qui arrive perpendiculaire aux 3 kilomètres suivants qui s'élèvent en lacets jusqu'au sommet. Superbe à voir! En voyant le sommet là haut, j'ai repensé à mes toutes premières ascensions en 2009 quand voir le sommet si haut à seulement 2 ou 3 km ça donnait un coup au moral. Maintenant depuis 3 ans ça ne fait plus peur de voir ça. Et voir qu'on est encore assez tôt dans la journée, que c'est agréable!! Etre parmi les premiers cyclistes de la journée à atteindre un col c'est toujours agréable.

 

Le final qui s'élève en lacets :

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-17

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-18

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-19

 

Le final offre une superbe vue sur le Mont Blanc.

Après en avoir bien bavé dans la vallée et sur la première moitié de l'ascension, j'étais comme sur un nuage de finir une ascension mythique avec de si bonnes sensations! Et une Madeleine en guise de petit déjeuner! La température a augmenté assez vite car au sommet il faisait 23°C!

 

Le Mont Blanc :

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-20

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-21

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-22

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-23

 

Le col du Glandon est de l'autre côté tout droit, à droite du Pic de l'Etendard qui est plein centre, à gauche les Aiguilles d'Arves :

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-24

 

Au sommet, j'étais vraiment concentré sur la suite de la sortie. Une petite pause photo, pâte de fruit et je ne me suis pas attardé. Sans me poser plus de question, je suis parti de l'autre côté direction La Chambre et le col du Glandon (1924m). Pour le retour je me laissais le choix au sommet du col du Glandon soit pour rentrer en train depuis La Chambre soit rentrer...par le col de la Madeleine bien sûr!^^

Je me suis donc élancé dans la descente. Une belle route en bon état et une vue superbe sur Saint François Longchamps. Un peu plus bas c'est une très belle vue sur La Chambre que l'on a.

Pour ma part j'ai fait une descente tranquille en restant derrière la voiture qui me précédait.

Une fois à La Chambre, 30 secondes d'arrêt pour enlever le K-Way et je ne me suis pas plus attardé, direction le col du Glandon!

J'ai rejoint Saint Etienne de Cuines qui est collé à La Chambre. Je n'ai pas pris de photo du panneau de La Chambre car je l'ai passé en descente et je me suis dit que de toute façon en revenant du col du Glandon j'aurais le temps de prendre cette photo...mais c'était sans compter le bouquet final...

L'ascension du col du Glandon commence au centre de Saint Etienne de Cuines. Le profil n'est pas très compliqué, 20 kilomètres au total pour 9 km entre 7 et 8% de moyenne. Puis un replat en passant le village de Saint Colomban des Villards avant la 2e moitié de l'ascension avec 3 km entre 7 et 8% puis les 7 derniers kilomètres à plus de 9% de moyenne (2 km à 9 et 10% puis 2 km qui permettent de souffler à 7% puis les 3 derniers kilomètres à plus de 10% de moyenne).

Un bon petit morceau. D'après tout ce que j'ai pu en lire, c'est une ascension réputée comme une des plus difficiles et qui fait très peur.

Pour ma part je me suis concentré à trouver un rythme régulier. La longue ligne droite pour quitter Saint Etienne de Cuines est interminable mais très vite on prend le rythme. J'étais content de voir que sur les kilomètres à 7 et 8% qui s'enchainent pendant 9 km, j'arrivais à bien gérer. Bien sûr je sentais que j'étais fatigué. Après avoir dégusté la Madeleine, il faut la digérer^^ Cependant ce qui était bien c'est que là malgré la fatigue, je savais que j'arriverais en haut du col du Glandon, même si j'allais sûrement souffrir. C'est comme si je faisais la première ascension de la journée en n'ayant pas les jambes.

 

La ligne droite pour sortir de Saint Etienne de Cuines :

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-25

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-26

 

Toute la première partie traverse une petite forêt, c'est assez sympa. Cela permettait d'atténuer la chaleur car il faisait tout de même 32°C.

A 16 km du sommet j'avais faim, j'ai mangé une pâte de fruit tout en roulant, je n'avais absolument pas envie de m'arrêter et de risquer de perdre le rythme.

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-27

 

Je voyais les bornes défiler. A environ 11 km du sommet, je suis arrivé à Saint Colomban les Villards. Et là je vois une foule monstrueuse devnt moi sur toute la route. C'est le replat la pente n'est plus que de 2 dans le village. Alors que je m'approche de la foule, une dame qui était là pour veiller à la circulation des voitures me lance "Attention Monsieur c'est la sortie de la messe!", j'ai juste le temps en passant de lui demander "Et on ne peut pas passer?" mais je n'ai pas entendu sa réponse. Je me suis frayé tant bien que mal un chemin au milieu de la foule, des tas de gens qui en s'écartent même pas pour laisser passer un cycliste comme si la route était à eux. J'ai du donner un ou deux coups d'épaule pour passer... Il était effectivement 11h20 à peu près, l'heure de la sortie de la messe...

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-28

 

Une fois le village traversé, c'est parti pour la 2e moitié de l'ascension. En passant la borne indiquant le sommet à 10 km, il restait encore presque 900m de dénivelé à gravir!

D'un seul coup après le village, la route devient plus étroite. Régulièrement sur la chaussée on peut lire "Vallée des Villards - Col du Glandon", impossible de se tromper de route^^

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-29

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-30

 

La pente devient raide, plus proche des 9%. Le paysage se dévoile petit à petit. Je commençais à sentir que j'allais flancher très bientôt. Mais je n'arrêtais pas de me dire que ça y est j'y étais dans cette ascension que je voulais faire! Car c'était bien le col du Glandon l'objectif pour moi et non pas le col de la Madeleine. Je l'avais descendu le 3 août dernier et j'avais trouvé ce versant tellement beau et raide que je voulais le faire dans le sens de la montée.

Le plaisir d'y être dans ce col et au milieu de ce paysage faisait (en partie) oublier la fatigue des jambes!

En passant la borne indiquant le sommet à 6 kilomètres (et une pente à 10% si je e souviens bien), j'ai vraiment basculé dans la difficulté. Là ça devenait dur. Je relançais à l'énergie comme je pouvais. J'arrivais encore à prendre des photos en roulant et ça permettait de faire un peu passer la pente. Heureusement que le paysage était magnifique. Par ailleurs j'étais en train de rattraper 2 cyclistes! Les 2 premiers que je voyais de ma sortie (j'en avais vu 2 au col de la Madeleine qui sont arrivés par La Chambre quand j'étais au sommet). C'est quand même incroyable qu'un jour férié, sur deux ascensions mythiques je ne vois au total que 2 cyclistes!

Le fait de rattraper 2 cyclistes malgré mon coup de mmoins bien ça redonne un peu le moral. Après ce kilomètre à 10% il y a deux kilomètres à 7%. Je ne vais pas dire que j'ai pu récupérer mais ça permet de souffler quelque peu avant ces 3 terribles derniers kilomètres. On aperçoit le sommet et la route très raide au dessus. On passe la borne qui indique la pente à 10% et là on se dit que c'est bientôt la fin... J'arrivais toujours à prendre des photos. D'ailleurs j'ai réussi à prendre en passant les photos des bornes à 3 km et à 2 km du sommet. Pour la dernière je ne pouvais plus en prendre^^

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-31

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-32

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-33

 

La route serpente agrémentée de quelques lacets et s'élève vraiment très très vite tant c'est raide. Mais le paysage est grandiose. Et là je me dis que quand même je suis allé le chercher depuis Albertville ce paysage.

Bien entendu fallait que je songe à la suite d ela sortie car j'étais en train d'agoniser dans la montée du col du Glandon mais après il faut bien revenir à Albertville^^ Et donc j'ai décidé qu'une fois au sommet, je redescendrai à La Chambre et je ne remonterai pas le col de la Madeleine (je n'en avais absolument plus les moyens) et que je prendrai le train à 14h à La Chambre pour rentrer à Albertville. Mais une fois à Albertville j'envisageais de continuer la sortie en allant grimper le col de Tamié et pourquoi pas le col de l'Epine très raide. Cela me permettrait de boucler ma plus grande sortie de l'année. Je savais que j'avais encore les moyens d'aller au col de Tamié après.

Mais en attendant j'étais encore à 2 kilomètres du sommet du col du Glandon. Je n'en pouvais plus, j'avais envie de m'arrêter et de faire une pause mais au fond de ma tête je me disais non, ne t'arrêtes pas continue sinon tu vas avoir du mal à repartir. Le Glandon c'est comme la Madeleine, faut le manger d'une traite avec les miettes!

La borne indiquant le sommet à 2 km indique une pente de 11%...

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-34

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-35

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-36

 

En passant un virage à gauche, je vois devant moi un mur, je regarde mon compteur, le virage est à 9%...la portion suivante est à 12%. Là dans le virage il y avait des voitures et des gens qui étaient là et un monsieur me lance "allez c'est le dernier kilomètre", c'est sympa mais il n'aurait jamais du dire ça car j'étais encore à 1,4 km du sommet et ces 400m avant la dernière borne ont duré une éternité... Sur cette partie, je relançais en danseuse avec les mains en bas du guidon en donnant tout ce que j'avais et en même temps je regardais le Mont Blanc et le sommet du col de la Madeleine juste devant que je voyais sur ma gauche. Un grand moment quand j'ai eu cette vue et que je me suis dit que je venais de là bas, de derrière.

En passant la borne du dernier kilomètre, plus la force de prendre la photo en passant, la pente indiquée était 10%. L'air du sommet redonnait le moral mais les derniers 400m en ligne droite vers le sommet sont terribles, mon compteur oscillait entre 10 et 11%. Quelle joie de voir le panneau du sommet! On était passé là avec Joris il y a 12 jours seulement, mais ce 3 août il avait été gratuit le col du Glandon comme nous venions du col de la Croix de Fer (2067m), 2,5 km plus loin. Là ce coup-ci je l'ai mérité!

J'ai demandé à un motard de me prendre en photo. J'ai discuté un peu avec un cycliste qui était là au sommet depuis plusieurs minute, puis j'ai enfilé mon K-Way, j'ai vu que je n'avais pas le temps d'aller jusqu'au col de la Croix de Fer que je voyais depuis le sommet mais bon ce n'était pas trop grave car j'avais fait l'essentiel.

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-37

 

Le col de la Croix de Fer est là bas à 2,5 km :

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-38

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-39

 

J'ai donc commencé la descente du col du Glandon, une descente que je connaissais et que j'avais déjà trouvé raide et étroite. Je l'avais faite en contre la montre la dernière fois car j'allais prendre le même train à La Chambre mais j'étais plus en retard.

Le paysage étant sublime, je me suis arrêté plusieurs fois sur le début de la descente pour prendre des photos. C'est vraiment vertigineux de voir ça.

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-40

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-41

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-42

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-43

 

Le Mont Blanc (très pâle) plein centre et le col de la Madeleine pile devant :

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-44

 

Avec le zoom :

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-45

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-46

 

Etroit quand même :

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-47

 

Photos col de la Madeleine et col du Glandon le 15-copie-48

 

A un moment, je repartais après m'être arrêté pour prendre une photo, ça descendait très raide, j'ai rapidement pris de la vitesse, c'était une portion de ligne droite et là, une voiture roulant très vite (sûrement à 80 km/h) me dépasse. La route étant très étroite elle m'a frôlé. J'ai dévié un peu mon vélo vers la droite instinctivement. Mais à 65 km/h, ma roue avant est passé dans l'herbe à droite du goudron. Or le très gros soucis à cet endroit c'est que le goudron est 5 à 10cm plus haut que le niveau de l'herbe, résultat ma roue avant une fois dans l'herbe, a buté contre le goudron sans pouvoir repasser sur le goudron. Bien sûr tout s'est passé très très vite. ça a été la chute à 65 km/h... Le choc a été violent, vu la vitesse j'ai aussi bien glissé sur le goudron le temps que je m'arrête. Tout s'est passé très vite, j'ai vu ma roue avant dans l'herbe puis je n'ai même pas eu le temps de me rendre compte que je tombais que j'étais au sol.

Le temps de dégager ma jambe gauche du guidon et je me suis relevé presque de suite. Un cycliste grimpant en face et qui m'a vu tombé s'est arreté pour m'aider et relever mon vélo et remettre la chaine. J'étais debout, bien conscient, aucun trou de mémoire, mais un peu hébété quand même. J'ai enlevé mon casque et j'ai vu que j'avais du sang qui coulait du visage. Le cycliste m'a dit que c'était le menton qui était touché rien de plus. Ouf c'était déjà ça. Bien sûr j'avais mal partout mais au moins riend e cassé à première vue. Une voiture qui montait également s'est arrêtée. le couple très sympa, m'a aidé et m' proposé de me ramener en bas à la gare pour que je ne fasse pas la suite de la descente sur le vélo. La dame m'a donné des mouchoirs et un pansements pour le menton. Sur le moment on ne sent pas trop où on a le plus mal. Je voyais mon genou gauche qui saignait beaucoup aussi.

Ce qui m'a le plus impressionné c'était de voir mon K-Way entièrement déchiré et couvert de filets de sang. J'avais mal à la main gauche et quand j'ai vu l'état de mes mitaines avec notamment 3 doigts entièrement déchirés, je me suis rendu compte que ça a bien servi.

Le monsieur m'a déposé à la gare de La Chambre où j'ai pu prendre mon billet de train. Après 5min d'attente le train est arrivé. Après un changement à Saint Pierre d'Albigny, je suis arrivé à Albertville. 1h de train au total mais qui a paru bien longue... La dame m'avait suggéré d'aller aux urgences mais n'ayant pas très envie je suis d'abord rentré à l'appart...en vélo bien sûr... 1,5 km entre la gare et l'appart. J'ai rangé le vélo dans le local à vélo, j'ai juste eu le temps de voir que mon casque était fendu sur le devant au niveau du côté droit du front, je ne me suis pas attardé et je suis allé à l'appart. Quand j'ai vu mon visage dans le miroir, j'ai vu que le menton avait vraiment une sale gueule et j'ai décidé d'aller aux urgences.

Etant donné mon état, je préférais y aller en vélo plutôt qu'en voiture car au moins je sais que je pouvais tout de même un peu pédaler et puis ça m'évitait de marcher 10min jusqu'à la voiture. L'avantage du vélo c'est que j'ai pu aller complètement devant l'entrée des urgences. J'y suis allé avec le vieux VTC. Après quelques kilomètres j'étais donc aux urgences où j'ai été pris en charge presque de suite. C'est bien la première fois que ça m'arrive!

Au final j'ai donc eu 2 points de suture au menton, le bras droit entièrement écorché couvert de bandages, le genou gauche que le médecin voulait suturer mais n'a pas voulu car le risque d'infection était grand vu la taille de la plaie, bien amoché, la main gauche sur le côté gauche entièrement épluchée et à vif. L'annulaire gauche épluché aussi et à vif. Une très grosse plaie ) la hanche droite, quelques doigts de la main droite un peu épluchés et douloureux, quelques écorchures sur le bras gauche, la cheville gauche ainsi qu'un saignement au niveau du gros orteil gauche. Et j'ai également une grosse marque sur le côté droit du front là où le casque a touché le sol.

J'ai donc eu beaucoup de chances de ne rien n'avoir de cassé. En revanche je ne me suis pas raté et je n'ai que la jambe droite qui a été épargnée...une chance car mon appareil photo je le met dans la poche droite et il n'a rien eu...

Pour le matériel, le casque est fendu, ma montre est cassée, mes lunettes de soleil correctrices sont entièrement rayées, le K-Way et les mitaines en loques, mon T-shirt entièrement déchiré et mo short imbibé de sang sur la jambe gauche.

Le vélo avait le guidon gauche tordu. Je l'ai amené en révision totale hier soir et je le récupère mardi. J'ai aussi demandé un changement de guidoline tant qu'à faire puisque là elle était tâchée de sang.

Au début je pensais que la chute s'était produite après 4 ou 5 km de descente mais en réfléchissant j'ai sûrement chuté dans le 3e kilomètre de la descente car il s'agissait d'une portion très raide et avec encore un paysage très vertigineux caractéristique du final de l'ascension.

Il s'agit de ma première chute lors d'une sortie en montagne, c'était la 121e sortie que je faisais en montagne... Jusque là mes grosses chutes c'était plutôt en ville que je les avais.

C'est la 4e année d'affilé que je chute. 1 chute par an mais à chaque fois je termine aux urgences ou en radiologie. L'an passé je m'étais fait renversé par une voiture à Tarbes et je m'étais retrouvé avec le bras gauche en vrac, en 2011, ça avait été une grosse chute avec le vieux VTC en ville qui m'avait fait aller aux urgences pour me retrouver avec des fêlures au niveau du bras gauche et en 2010 c'était à Pau que j'avais chuté sur la neige en rentrant de cours et qui m'avait là aussi conduit à avoir le bras gauche en écharpe. Si on rajoute les urgences à Rodez en 2007 (pour autre chose que du vélo là^^), je commence à avoir uen drôle de collection^^

 

Pour en revenir à la sortie c'est d'autant plus rageant qu'elle tombe en plein mois d'août alors qu'il fait grand beau et que je suis dans une très bonne dynamique. Cela aurait moins contraignant si ça s'était produit en novembre ou en décembre.

En plus, j'étais en marche pour faire une de mes plus grandes sorties car si j'avais pu continuer au col de Tamié j'aurais pu atteindre les 4000m de D+ et les dépasser avec le col de l'Epine...

Au final, cette sortie s'est arrêtée à 96 km (en comptant le trajet à l'hôpital) et 3300m de D+. Ce qui restera c'est la chute mais avant j'avais quand même enchainé deux grands cols des Alpes. Maintenant à chaque fois que le col du Glandon sera évoqué cest à ça que je repenserai...

A plusieurs reprises cet été il y a eu des moments où des voitures ne sont pas passées loin... Là là voiture est passée tout près, si je n'avais pas dévié à droite ce serait passé quand même, mais instinctivement j'ai eu tendance à aller vers la droite sans pourtant faire un gros écart et malheureusement je suis allé 2cm trop à droite...

Au moins je n'ai absolument pas eu de mal de jambes suite aux ascensions xD

 

Aujourd'hui, samedi 17 août, j'avais prévu d'aller à Bourg Saint Maurice en train et de grimper le col du Petit Saint Bernard (2188m) et d'enchainer avec le Cormet de Roselend (1968m) pour rentrer mais bien entendu là je panse mes plaies. Les nuits sont difficiles...

Cependant, j'espère pouvoir remonter sur le vélo très vite et ainsi ne pas perdre trop de temps! Mais je vais attendre que les points de suture au menton soient enlevés tout de même...

 

Voici le profil de la sortie, il manque juste les 3 km du début de la descente du col du Glandon et les quelques kilomètres faits à Albertville ensuite pour aller à l'hôpital :

 

15 août 2013

Partager cet article
Repost0
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 16:18

Les week end ensoleillés continuent de s'enchainer. Malgré la grosse fatigue de la semaine, j'avais prévu d'aller pédaler ce samedi. Au début de l'été, je n'avais absolument pas le col du Galibier (2642m) en tête et puis depuis 10 jours, j'ai décidé qu'aujourd'hui ce serait le col du Galibier par le col du Télégraphe (1566m)! Je guettais la météo et elle s'annonçait plutôt bonne!

Il y a deux ans j'avais grimpé le col du Galibier par Bourg d'Oisans en venant de Grenoble, j'avais eu du mal sur la fin et je n'avais absolument pas aimé la montée à cause des voitures.

Là je m'attendais à avoir autant de voitures mais je tenais à prendre ma revanche.

Pour cela donc j'avais prévu de prendre le train pour aller à Saint Michel de Maurienne. Pour le retour je m'étais laissé le choix, soit de rejoindre La Chambre et de grimper la Madeleine pour rentrer soit de rentrer en train ou alors de rentrer en vélo par la plaine (71 km de vallée). Cette décision je la prendrai au sommet du Galibier ou même après la descente.

Je me suis donc levé à 6h du matin après une très mauvaise nuit. Cela accumulé à la semaine qui a été particulièrement fatiguante, je me posais pas mal de questions...

Au réveil j'avais un bon mal de ventre, ça a été laborieux pour avaler le petit déjeuner. Il faisait très frais ce matin, j'ai pris ma veste thermique dans le sac ainsi que les manchettes et j'ai tenté de partir en manches courtes. J'ai tenu, mais fallait pas un degrès de moins^^ J'ai pris le train peu après 7h du matin, puis 40 minutes d'attente à Saint Pierre d'Albigny et me voici arrivé à Saint Michel de Maurienne à 9h20 environ. Le temps de manger une pâte de fruit et me voilà parti!

A cet instant je ne me doutais pas que chaque seconde allait compter sur la fin^^

L'ascension du col du Galibier par le col du Télégraphe est assez longue et demande donc de grimper le col du Télégraphe (1566m) qui est déjà un vrai bon col. L'ascension est la suivante :

- 12 km à 7% de moyenne jusqu'au col du Télégraphe

- 5 km de faible descente jusqu'à Valloire

- 9,5 km avec une alternance de kilomètres faciles et de kilomètres à 8 ou 9%

- 8,5 km à 8,3% en guise de final avec les deux derniers kilomètres assez raides.

 

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 001

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 002

 

Il fallait donc bien gérer le col du Télégraphe pour ne pas le payer sur la partie finale du col du Galibier.

L'ascension du col du Télégraphe commence dès le centre de Saint Michel de Maurienne sur des pentes à 6 et 7%. Après seulement 500m de montée alors que ça allait bien (heureusement j'ai envie de dire^^), voilà que je sens un gros début de crampe sur mon mollet gauche... Zut... Je me demandais ce qu'il se passait, qu'est ce qui n'allait pas... Et à chaque coup de pédale ça faisait de plus en plus mal et ça se contractait de plus en plus... J'ai continué à pédaler car si jamais le blocage arrivait je n'avais qu'à me laisser descendre sur le centre ville. J'ai fait environ 2 km avec la moitié du temps ma main sur le mollet. Pour ce qui est des jambes ça allait très bien.

Après 2 km d'ascension, la crampe s'est estompée petit à petit, ouf!!

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 003

 

J'ai pu profiter de la suite de l'ascension. Une ascension sur une pente très régulière entre 7 et 8% avec une première partie avec pas mal de lacets qui permettent de relancer. J'ai adopté un rythme conservateur en prévision de la suite. Je me sentais très bien. Malgré le rythme conservateur j'ai pu dépasser pas mal de monde. A un moment j'ai dépassé plusieurs membres d'un même club. Lorsque j'ai dépassé le premier, il a crié à ses équipiers que je rattrapais "il y en a un qui monte sans cales!!". ça m'a bien fait sourire^^

J'ai continué de bien gérer. L'esprit était pas mal pris par la quantité de voitures! Il y avait énormément d'andouilles qui dépassaient n'importe où et qui frôlaient les cyclistes... Vraiment pénible et usant à force... J'ai bien dû gueuler 4 ou 5 fois dans la montée du col du Télégraphe... A un moment la route fait un "S" et j'ai vu à environ 20m devant moi, un chevreuil traverser la route, pile à un moment où je n'avais ni voiture en face ni derrière. C'est sympa.

Le final du col du Télégraphe se fait plus sur des courbes et des lignes droites. C'est assez sympa car la vue se dégage. Le début se fait en forêt, il n'y a donc pas vraiment de paysage à voir. En plus sur la fin vu que c'est dégagé, le soleil commençait à réchauffer un peu car mon compteur indiquait seulement 14°C dans la forêt...

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 006

 

La vallée de la Maurienne vers Modane

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 009

 

Je suis arrivé au sommet du col du Télégraphe très facilement. Je n'ai pas vu le temps passer ce qui était sympa! Je me suis arrêté pour la photo. Là j'ai dit bonjour à un cycliste qui s'est mis à monologuer sur ses "prouesses" cyclistes puis après un coup d'oeil à quelques sculpures de paille qui se trouvaient là pour un concours, j'ai mangé deux pâtes de fruit et je suis parti pour la descente sur Valloire. Je l'appréhendais un peu car j'avais peur qu'elle me coupe les jambes et aussi j'avais peur d'avoir froid. Cependant, ne voulant pas reperdre du temps à m'arrêter pour enlever ma veste thermique, j'ai continué en manches courtes pour les 5 kilomètres de descente. Il faisait vraiment froid, pas plus de 13°C...

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 010

 

Quelques portions descendent pas mal mais globalement ça descend faiblement. il faut donc pédaler tout le long et ce n'est pas plus mal, je préfère cela plutôt qu'une grosse descente à faire en roue libre avant de se remettre à grimper.

Je suis arrivé à Valloire. Je n'ai pas trop aimé ce village. Il y a énormément de monde, les rues sont très étroites et il y a une portion de pavés pas très agréable. Il y a eu tellement de vibrations que le bracelet de ma montre s'est ouvert, heureusement que j'ai la sécurité! La route se remet à monter progressivement dès Valloire.

J'ai de nouveau adopté un rythme conservateur. Les kilomètres à 3% succèdent aux kilomètres à 8% et vice versa quoiqu'au bout d'un moment c'est plus des kilomètres à 7% qui succèdent aux kilomètres à 8%.

Très rapidement en quittant Valloire, le paysage devient très beau. La route traverse Les Verney avec d'autres sculptures en paille. Ensuite, on se retrouve vraiment dans la haute montagne!

La route serpente devant des grandes falaises. C'est vraiment très beau! En contrebas (vraiment très bas), je vois des marcheurs qui tirent des lamas.

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 014

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 015

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 019

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 022

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 023

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 025

 

La pente est tout le temps au dessus des 7% alors que le hameau de Plan Lachat approche. Je me sentais bien, les jambes tournaient bien, je pouvais profiter à fond et prendre beaucoup de photos.

En passant devant le panneau Plan Lachat, c'était parti pour le final!! Il y a juste quelques dizaines de mètres pas très raides, un virage à droite avec un pont et c'est parti sur du 9%! La route s'élève en lacets avec une vue superbe!! Le seul gros point noir qui gâche tout ce sont les voitures... Une suite énorme de voitures, camping car, motos, c'est vraiment usant. Il y a même une voiture qui est tombée en panne en pleine montée...

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 026

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 027

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 029

 

Plan Lachat où il y a la baraque et les voitures

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 030

 

Pour ma part j'alternais position assise, debout, photos. Après quelques lacets, la route devient un peu plus étroite avec le ravin directement à droite, ça fait vraiment quelque chose. Inutile de dire que là je ne prenais pas de photos^^ Pas question de lâcher le guidon et de risquer de me faire frôler par une voiture si proche du ravin...

Les kilomètres à 8 et 9% s'enchainent sans répit. Que c'est bon d'être là dedans sur ces pentes mythiques et d'avoir les jambes.

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 032

 

A environ 4 km du sommet, on aperçoit le sommet et notamment le dernier kilomètre qui se fait vraiment dans la roche. C'est vraiment superbe! Le paysage est tellement beau qu'on a pas le temps de voir le temps passer. En tout cas moi je ne voyais pas le temps passer. Par contre les cyclistes que je dépassais avaient l'air en grosse difficulté, pas sûr qu'ils trouvaient que ça passait vite...

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 033

 

Le sommet est dans le creu sur la gauche de la photo

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 038

 

Le sommet est dans le creu central

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 039


Photos col du Galibier le 10 août 2013 042

 

A 1 kilomètre du sommet, la route passe devant l'entrée du tunnel du Galibier. Pour arriver au col il reste donc 1 kilomètre en lacets dans la roche. C'est très raide à plus de 10 et 11% et même un pic à 12%. Le dernier kilomètre de l'autre versant est aussi très dur. Par contre là, que c'était beau de s'élever comme ça dans la roche, la route était plus étroite et c'était donc encore plus galère avec les voitures.

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 043

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 044

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 046

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 049

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 051

 

Bifurcation à 1  km du sommet avec le tunnel qui est à gauche et la route qui monte

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 052

 

Je suis arrivé au sommet sans fatigue excessive. Il était 12h20. Il y avait énormément de cyclistes en haut! Je me suis fait prendre en photo, puis malgré le vent qui commençait à se lever, j'ai profité du paysage bien dégagé. J'ai revu la partie allant vers le Lautaret que j'avais faite il y a 2 ans. La barrière des Ecrins est splendide! J'ai sorti ma carte routière pour repérer les sommets alentours.

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 053

 

Coté col du Lautaret avec la stèle d'Henri Desgranges créateur du Tour de France qu'on voit à l'extrême droite

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 056

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 057

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 058

 

Début de la descente côté Télégraphe

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 059

 

Côté Maurienne par lequel je suis monté

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 061

 

Malheureusement le vent s'est vraiment levé et il faisait un froid glacial... J'ai commencé à réfléchir à la suite de la sortie. J'avais les jambes pour aller à la Madeleine je pense mais je risquais quand même de galérer sur la fin. J'ai préféré ne pas gâcher la première partie de la sortie qui a été un vrai plaisir. J'ai donc décidé de rentrer à Albertville en train et de continuer sur le col du Tamié et éventuellement le col de l'Epine, ça permettrait de compenser.

Le soucis était donc d'aller prendre le train... Il n'y en a que 2... Je ne savais pas exactement les horaires car j'avais retenu l'heure à laquelle les trains passaient à La Chambre. Mais selon moi le premier devait passer vers 13h55 à Saint Michel de Maurienne et l'autre à 16h30. Le premier ne me faisait attendre que 12 minutes à Saint Pierre d'Albigny tandis que l'autre en plus d'être tard me faisait attendre 1h30. Inutile de dire que je voulais prendre le premier. Le seul soucis c'est que je suis parti du sommet à 13h et que le train selon moi passait à 13h55. Or outre les nombreux kilomètres de descente il y avait quand même les 5 kilomètres à remonter sur Valloire!

Je me suis élancé dans la descente le couteau entre les dents. Façon de parler car je claquais bien des dents^^

J'ai quand même sacrifié quelques secondes pour prendre quelques photos sur le début de la descente car dans la montée j'ai pris toutes les photos en roulant et j'ai raté quelques trucs^^.

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 062

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 063

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 066

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 068

 

Plan Lachat

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 070

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 072

 

Ne vous méprenez pas, c'est une sculpture en paille de 6m de haut

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 073

 

Photos col du Galibier le 10 août 2013 074

 

Les motos sont encore plus pénibles dans la descente car elle dépasse juste avant les virages en rasant les cyclistes à 50cm et quand le virage arrive on freine de front à seulement 50 cm d'écart et bien sûr la moto a tendance à se rabattre à la corde et oblige donc le cycliste à freiner encore plus. Et juste après à la réaccélération, je restais dans leurs roues et elles me ralentissaient sur les virages suivants...

A chaque virage j'essayais de relancer au mieux, pour perdre le moins de temps possible, dans la dernière ligne droite avant le virage avant d'arriver à Plan Lachat, j'ai pu aller jusqu'à 70 km/h.

Juste avant d'arriver à Valloire dans la ligne droite traversant Les Verney, un abruti en voiture venant en face a entrepris de dépasser les 10 voitures qu'il avait devant lui d'une traite. Bien sûr les deux cyclistes (celui juste devant moi et moi) venant en face on s'en fout. Alors qu'on roulait à 45 km/h à cet endroit le cycliste devant moi et moi on s'est jeté dans les gravillons à droite de la route pour ne pas se faire percuter par la voiture qui s'est faite klaxonner par chacune des 10 voitures au passage...

Ensuite après avoir traversé Valloire, me voilà dans les 5 kilomètres à regrimper pour revenir au col du Télégraphe. Toujours dans mon contre la montre, j'étais à bloc. Sur les parties à 7% j'arrivais à rouler à 18 km/h. j'étais content d'avoir des jambes encore! J'ai avalé ces 5 km, puis j'ai atteint le col du Télégraphe, pas le temps de s'arrêter pour prendre en photo les sculptures en paille, j'ai continué direct sur la descente du Télégraphe. Il était 13h35, selon moi j'avais 15 min pour dévaler les 12 km de descente. J'ai continué, bloc, à relancer en danseuse à la sortie des virages à dépasser les cyclistes plus lents que moi. Et je regardais l'heure tourner... Je n'y croyais plus surtout que 13h55 c'était une estimation, je craignais que le train ne passe plus tôt... A l'approche de Saint Michel, il y a une portion avec pas mal de ralentisseurs, c'est limité à 30 km/h, je les ai sautés aux alentours de 45 km/h. La semaine dernière j'avais déjà fait la descente du col du Glandon en contre la montre mais je savais que j'avais un peu plus de marge, j'avais eu le temps de prendre mon billet in extremis. Là je savais que je n'allais pas avoir le temps de prendre le billet de train. En tout cas 2 contre la montre sur 2 sorties d'affilé pour attraper le train, faudrait pas que ça devienne une habitude^^

Je suis entrée à pleine vitesse dans Saint Michel de Maurienne, je suis arrivé sur le pont en faux plat à 500m de la gare, le feu juste après le pont était vert, j'ai sprinté pour qu'il ne passe pas au rouge, puis virage à gauche en angle droit à fond et j'ai déboulé sur le quai de la gare en contournant le bâtiment. Pas le temps d'aller au panneau d'affichage, je vois beaucoup de monde sur le quai d'en face, j'en ai conclu que je n'avais pas raté le train. J'ai dévalé le souterrain et je suis arrivé en haut des escaliers sur le quai et le train est entré en gare. Il était 13h50 en fait! Tout s'est joué à quelques secondes près! Bien sûr pas le temps de prendre le billet donc j'ai du le prendre auprès du contrôleur qui fait payer 10 euros de plus... Belle arnaque... ils devraient mettre un forfait cycliste...

ça fait bizarre de se dire qu'après 75 km, tout s'est joué à la seconde près! La descente fut quand même sympa car j'étais à bloc et je 'nai raté aucun freinage et je ne me suis fait aucune frayeur dans les virages. Il n'y a que l'autre andouille dans sa voiture qui m'a fait peur...

Je suis donc rentré à Albertville après un changement à Saint Pierre d'Albigny. Malheureusement en descendant du train, je vois des tas de nuages qui sont arrivés sur tous les massifs montagneux. En gros à Albertville j'étais sous le soleil mais les Bauges, le Beaufortain, les Aravis étaient tous dans les nuages. J'ai donc décidé de ne pas aller m'envoyer dans le brouillard et de ne pas risquer de prendre un orage en allant au col de Tamié. J'ai donc terminé la sortie là.

Au final seulement 75 km mais 2300m de D+ tout de même avec une très belle ascension que je n'oublierai pas! C'est ma revanche sur le col du Galibier. Grimper le côté mythique par le col du Télégraphe sans soucis ça fait plaisir. Je pense que les jambes reviennent en forme après avoir eu quelques semaines en forme descendante. J'ai également pu grimper le col du Galibier d'une traite avec seulement deux pâtes de fruit au Télégraphe, je n'ai pas eu besoin de manger autre chose avant le sommet. Par contre entre le mal de ventre du début et le début de crampe dès le départ ça a mis du piment^^

Il s'agit de ma 3e sortie d'affilé où je vais à plus de 2000m d'altitude, c'est sympa, vivement la prochaine!

 

Voici les photos prises par le photographe qui était à 1 km du sommet :

 

Galibier le 10 août 2013

 

Galibier le 10 août 2013 2

 

Galibier le 10 août 2013 3

Partager cet article
Repost0
4 août 2013 7 04 /08 /août /2013 11:41

Voilà une bonne journée qui a été un long contre la montre entre Bourg d'Oisans et Annecy avec passage à Albertville. Un vrai bon samedi de mois d'août.

Tout a commencé lorsque Joris du site bosses21 et alpes4ever m'a dit qu'il allait en vacances à Bourg d'Oisans. Je lui avais dit qu'il était possible que j'aille grimper le col de la Croix de Fer par la Maurienne aujourd'hui et qu'éventuellement nous pourrions nous voir au sommet si il le grimpait par la Romanche. Et là il m'a proposé, d'aller au camping où il était avec sa famille à Bourg d'Oisans le vendredi soir afin de faire l'ascension du col de la Croix de Fer (2067m) ensemble par la Romanche.

Il pouvait venir me chercher en gare de Grenoble vendredi soir. Pour la suite du programme de la journée, j'avais un temps pensé à rentrer à Albertville en enchainant avec l'ascension du col de la Madeleine (1993m) par La Chambre mais finalement j'ai plutôt programmé d'aller à la fête du Lac d'Annecy en Haute Savoie.  Du coup, après le col de la Croix de Fer, j'avais prévu de descendre par le col du Glandon sur La Chambre et de prendre le train en tout début d'après midi pour repasser à Albertville, laisser le vélo, prendre une douche et ensuite de repartir en train à Annecy pour rejoindre des amis qui y allaient. Et le soir ensuite je pouvais me faire déposer à Albertville.

Voilà donc le programme.

 

Le col de la Croix de Fer (2067m) c'est un col que je voulais vraiment grimper car mon père l'avait grimpé il y a plus de 30 ans lorsqu'il était étudiant à Grenoble. Il s'agit du premier col qu'il a grimpé dont il m'a parlé. Il a également monté le col du Galibier et aussi la station des Deux Alpes, mais c'est surtout l'ascension du col de la Croix de Fer dont il m'a parlé. Ce serait un joli clin d'oeil pour lui que de rouler et de grimper là où il est déjà passé en vélo.

 

Vendredi soir donc, je suis parti en train avec mon vélo en direction de Grenoble. J'ai pris le strict minimum mais le minimum quand même dans le sac à dos. J'ai vraiment fait gaffe car c'est autant de choses que j'aurais à porter dans le sac pendant l'ascension.

Déjà pour rejoindre Genoble à seulement 80 km d'Albertville il m'a fallu 3h de voyage car des travaux sur la voie oblige à faire un détour et à changer de train à la Tour du Pin dans le Rhône...

Je suis donc arrivé tard à Grenoble où Joris est venu me chercher. Nous sommes allés à Bourg d'Oisans au camping où il était installé avec sa famille. Nous avons donc remonté toute la vallée de la Romanche que j'avais déjà faite 2 fois en vélo.

Joris et sa famille très sympa.

Ils m'ont prêté une tente pour la nuit. C'était agréable car il ne faisait vraiment pas froid.

Le lendemain matin (le samedi 3 août) nous avions prévu de partir vers 8h45 de façon à arriver pour le pique nique au sommet du col où sa famille devait nous rejoindre en voiture.

 

Nous sommes donc partis vers 8h45, avec le soleil en train de se lever, il faisait déjà plus de 20°C. Le pied du col de la Croix de Fer (2067m) se trouve à Rochetaillée à une dizaine de kilomètres de Bourg d'Oisans dans la Romanche. Pour éviter le début de la vallée de la Romanche, nous sommes passés par une toute petite route que Joris avait repéré. Après quelques kilomètres nous avons rejoint la vallée de la Romanche pour faire les 5 km restant jusqu'à Rochetaillée.

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 001

 

Le village d'Huez est là haut dans le creu

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 003

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 005

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 007

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 010

 

A partir de là il nous restait 31 km de montée. Une pente très irrégulière avec les premiers kilomètres très roulant avant une première rampe de 5 à 6 km à 9% environ suivi d'une descente de plus de 2 km à 12% par endroits avant d'enchainer sans transition sur une pente à 11 puis 12% sur plus d'un kilomètre et la suite à 9% environ sur 6 km supplémentaires. La pente passe sous les 4% pendant 2 km au niveau du lac de Grand Maison avant une courte descente et le final de presque 5 km entre 5 et 7%.

 

Voilà ce qui nous attendait.

 

Nous avons donc commencé l'ascension avec les 3 premiers kilomètres presque plats avant d'arriver à Allemond au pied du barrage du Verney. Là, pendant 800m la route se cabre aux alentours de 8% et grimpe en lacets sur le barrage. C'est vraiment une sensation sympa de voir le village en bas juste devant le barrage et nous qui grimpions sur ce barrage et non pas sur une route longeant le barrage. Un endroit très joli! Une fois sur le barrage, nous avons pris quelques photos puis nous avons roulé sur ce barrage et un autre pont de 600m avant d'avoir quelques mètres de descente puis de commencer les choses sérieuses avec la première rampe qui se dressait devant nous. Le début est à 7% avant que la pente ne passe à 9 puis 10 et même 11% en un endroit. Avec Joris nous nous étions dit que pour ne pas se fatiguer à rouler sur un faux rythme, nous nous attendrions au moment des descentes qui se trouvent dans l'ascension. J'étais plutôt en jambes et je me suis amusé à tenir le 39-25 le plus longtemps possible. Sur le début je faisais le train et nous pouvions discuter avant que je ne prenne petit à petit un peu d'avance. Joris moulinait tandis que j'étais debout sur les pédales en force.

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 012

 

Le barrage du Verney qu'on va grimper

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 015

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 017

 

Le pont de 600m qu'on va emprunter dans quelques mètres

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 019


DSCF1691 red

 

 

Sur la barrage avant le pont qui se trouve plus loin à gauche

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 020

 

On est arrivé d'en bas par Allemond directement au pied du barrage

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 022

 

Sur le pont

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 026

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 027

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 029

 

Je prenais beaucoup de plaisir à grimper. Les jambes qui avaient un peu fait défaut après le col de l'Iseran samedi dernier, semblaient être de retour. Le 39 dents à l'avant était un peu gros mais c'était sympa de s'amuser à le tenir le plus longtemps possible. Il faut dire que le fait de ne pas avoir de vallée usante ni avant ni après et de n'avoir en fait que l'ascension à faire dans la sortie, ça enlève pas mal de pression au niveau mental. Je savais que quoiqu'il arrive, j'allais arriver au sommet et qu'après je n'avais que la descente à faire jusqu'à la gare, je pouvais donc me permettre de m'amuser et de faire un peu n'importe quoi avec les braquets^^

Finalement sur la fin de cette première rampe je commençais à sentir que ça devenait trop gros et j'ai donc passé le petit plateau sans savoir que j'étais à moins de 500m de la fin de la rampe. La pente est devenue beaucoup moins raide et je me doutais que la première descente allait arriver. A ce moment j'étais à le Rivier d'Allemond. Je me suis donc arrêté pour attendre Joris. J'en ai profité pour manger une pâte de fruit. Joris est arrivé, ses jambes allaient bien aussi et il grimpait au rythme qui lui convenait bien. Il a aussi mangé un peu, il a rempli son bidon à une fontaine qui était là puis nous avons repris la route. Nous voyions en contrebas devant nous à droite, la route qui descendait. Très rapidement nous avons donc commencé à descendre dans un décor de rocaille sublime! Je me suis arrêté pour prendre des photos puis j'ai rejoint Joris qui m'a attendu dans la descente, une descente de 2 km environ, très raide puisqu'elle est annoncée à 12%! Joris qui allait devoir la remonter lors de sa descente sur Bourg d'Oisans commençait à cogiter^^

 

Le Rivier d'Allemond

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 032

 

Arrivée de Joris à Rivier d'Allemond

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 033

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 034

 

La descente avant la remontée à 11%

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 037

 

La descente se fait sur des lacets à vive allure et d'un seul coup sans aucune transition on se retrouve sur la rampe suivante sur une pente à 11%! ça fait bizarre pour les jambes^^ Pour ma part, c'était cette rupture de pente que j'appréhendais et finalement je l'ai très bien encaissé. La route grimpe donc sur du 11% sur une ligne droite avant de passer à 12%. J'étais plutôt bien puisque malgré la pente, je prenais des photos. Cette partie dure un peu plus d'un kilomètre avant d'avoir un léger replat de quelques dizaines de mètres. Je prenais des photos et du coup j'ai eu du mal à anticiper la reprise de la pente à 9 et 10%, j'ai pas pu passer les 3 derniers pignons^^ Du coup, j'ai continué à grimper comme ça. Le décor est superbe!! La route monte tantôt en courbes, tantôt en lacets dans un paysage de haute montagne, de roche, c'est vraiment très beau!

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 038

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 041

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 042

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 043

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 044

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 045

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 047

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 048

 

Je prenais toujours des photos en roulant. Un vrai plaisir de grimper sur du 9% avec des bonnes jambes! A un moment Corine, la femme de Joris et ses enfants m'ont dépassé pour s'arrêter quelques centaines de mètres plus loin. Ne sachant pas où était Joris derrière moi, je me suis arrêté pour l'attendre à ce niveau.

Il est arrivé et nous sommes repartis. Nous étions en vue du barrage de Grand Maison à 11 km du sommet. Nous sommes donc repartis, la pente était toujours aux alentours de 8 à 9 voire 10% sur quelques petits portions. Plus nous avançions et plus le paysage était sublime. Je mitraillais toujours de photos. Le paysage au niveau du lac de Grand Maison est tout simplement sublime, nous nous sommes arrêtés pour prendre de superbes photos!! Les 2 km suivants sont à moins de 4%, du coup nous avons pu rouler côte à côte, discuter et profiter de ce paysage! Un très bel endroit qu'on a bien apprécié!

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 050

 

Joris dans un superbe décor

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 053

 

Le barrage du lac de Grand Maison

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 054

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 056

 

La route va passer au dessus

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 058

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 062

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 064

 

Encore un barrage, ce coup-ci je ne vais pas rouler dessus

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 067

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 069

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 070

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 071

 

Sublime à voir avec la route que nous avons grimpé dans ce décor

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 074

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 075

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 079

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 080

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 081

 

Une partie du final est en vue au loin

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 083

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 085

 

Ensuite la route descend pendant environ 1 km avant que la pente ne reparte sur du 7%. Le paysage derrière nous était superbe car il y avait le lac de Grand Maison en arrière plan. Joris a pris quelques mètres d'avance de façon à me prendre en photo. L'endroit est vraiment sublime et est bien mieux que l'Alpe d'Huez qui n'offre pas beaucoup de beaux points de vue.

 

Superbe décor

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 087

 

DSCF1697 red

 

La route continue de grimper en serpentant sur des pentes à 7%. Là il y a plein d'alpages, ça rappelle un peu le Port de Balès à un moment. Il y a beaucoup de vaches et de brebis. Nous voyions le sommet du col du Glandon et la bifurcation avec la Croix de Fer. En arrivant à cette bifurcation à 2,5 km du sommet du col de la Croix de Fer, le sommet est en vue. Je me suis arrêté là pour attendre Joris de façon à faire le final ensemble. Ce final est à 6% et s'est fait avec un petit vent favorable, c'était agréable. Joris qui était déjà venu dans ce coin (il avait déjà monter le col de la Croix de Fer par la Maurienne il y a quelques années) m'indiquait les noms des sommets que nous voyions et notamment les Aiguilles d'Arves qui se découpaient derrière le sommet du col. Un sublime décor!

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 088

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 093

 

Un petit air de Port de Balès

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 096

 

La baraque qu'on distingue au loin c'est la bifurcation avec le col du Glandon

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 100

 

Les Aiguilles d'Arves commencent à pointer leurs pics

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 104

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 105

 

Le col est en vue

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 106

 

Toujours sublime, on n'a pas envie que ça s'arrête!

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 107

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 111

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 114

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 116

 

Nous sommes arrivés au sommet côte à côte. Sa famille était là. Nous nous sommes fait prendre en photo devant le panneau et la Croix de Fer. Que c'était bon d'être au sommet. J'ai eu une pensée pour mon père qui m'avait parlé de ses souvenirs de son ascension.

 

La Croix de Fer dans ce superbe décor

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 122

 

Elle vaut le coup d'oeil; c'est pour elle qu'on a grimpé

 

DSCF2237_red.jpg

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 124

 

DSCF1701 red

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 129

 

DSCF2235 red

 

Cependant, nous étions en retard sur le programme car il était déjà presque 13h. Nous sommes donc repartis vers le col du Glandon. 2,5 kilomètres de descente et 200m de montée à 8%. Autant dire qu'il s'agit d'un col presque gratuit le col du Glandon^^

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 131

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 134

 

DSCF1713 red

 

Le col de la Croix de Fer depuis le col du Glandon

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 137

 

Nous avons mangé au sommet. J'ai fait vite pour ma part car je devais être à la gare de La Chambre à 14h et acheter mon billet de train avant de le prendre.

Je suis parti pour la descente du col du Glandon à 13h20 environ. Et là, d'un seul coup, le décor repasse dans le sublime! La pente est très raide et le vélo part tout seul à 70 km/h. Il fallait faire très attention car il y avait des lacets. Je n'ai pas pu m'empêcher, je me suis arrêté pour prendre des photos. Cependant je suis vite reparti pour faire le reste de la descente d'une traite. Le final du col du Glandon par ce versant c'est plus de 6 kilomètres à plus de 10% de moyenne!!! Avec ce superbe décor, je n'ai qu'une envie c'est de le grimper par ce versant!!

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 138

 

C'est raide!!

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 139

 

Le Mont Blanc est au fond mais pas très visible car très pâle

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 140

 

Photos col de la Croix de Fer le 3 août 2013 141

 

Je voyais l'heure tourner et j'essayais de faire la descente à bloc sans prendre de risque. C'est assez drôle de savoir qu'on a que de la descente, qu'on roule à plus de 60 km/h et que ça va se jouer à la minute en bas pour le train.

Il faisait une fournaise en bas de la descente! Mais je n'avais pas le temps d'enlever mon K-Way. A Saint Etienne de Cuines, j'ai pris la direction du col de la Madeleine car j'étais sûr d'arriver à La Chambre comme ça et j'ai donc trouvé la gare. J'ai eu juste le temps de prendre mon billet de train et d'arriver sur le quai de parler 2min avec mon père au téléphone et le train est arrivé.

Après un changement à Saint Pierre d'Albigny, je suis arrivé à Albertville. Le temps de laisser le vélo, de vider mon sac à dos, de prendre une bonne douche et de me rpéparer et me voilà parti de nouveau à la gare pour prendre le train pour Annecy pour aller rejoindre des amis pour la fête du Lac. Après un changement à Chambéry, je suis arrivé après 19h à Annecy. Il y avait une foule monstrueuse, plusieurs centaines de milliers de personnes voire plus peut être. Moi qui n'aime pas la foule j'étais servi^^

Le spectacle a commencé à 21h50. 1 heure de feu d'artifice en musique! Tout simplement sublime! Voilà une bonne façon de finir la journée même si rester 5h de bout ça a fatigué un peu^^

A la fin je suis rentré à Albertville sur les coups de 3h du matin.

 

Pour la sortie en vélo ça a été 70 km seulement pour 1650m de D+. Ce fut une très belle sortie avec Joris. J'ai vraiment apprécié sa sympathie et sa passion du vélo en montagne et je le remercie vraiment sa famille et lui pour l'invitation!! J'ai passé une bonne soirée vendredi soir et une très bonne première partie de journée samedi! C'est dommage que ce soit passé si vite mais ça prouve qu'on bien profité de ces instants entre passionnés.

 

Voici le lien de l'article sur le site de Joris http://www.bosses21.com/collection_2013-alpes2013-sortie4_croix-de-fer.html

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 003

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 009

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 010

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 011

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 014

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 016

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 022

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 026

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 028

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 029

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 032

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 034

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 035

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 041

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 043

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 044

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 046

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 049

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 053

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 056

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 057

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 060

 

Photos Fête du Lac d'Annecy 3 août 2013 061

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 18:05

Voilà une journée que j'attendais depuis une bonne semaine! Plus d'étape du Tour de France à regarder les après midi, j'avais donc la journée devant moi pour pédaler!

L'objectif était tout simplement le col de l'Iseran (2770m). J'avais prévu de prendre le train pour Bourg Saint Maurice. Je voulais grimper le col de l'Iseran et tant qu'à faire je souhaitais faire un enchainement avec éventuellement le col du Petit Saint Bernard (2188m) et surtout le Cormet de Roselend (1968m) pour rentrer à Albertville. Cela été surtout motivé par le fait que le dernier train pour rentrer à Albertville était assez tôt dans l'après midi.

Heureusement j'ai pu prendre le train de 6h40 pour aller à Bourg Saint Maurice, ce n'était pas assuré car il s'agit du train de nuit venant de Paris dont les emplacements vélos sont payant. Mais en négociant avec le contrôleur j'ai pu monter dedans sans payer de supplément. Heureusement car sinon le premier train me faisait arriver à 10h45 à Bourg Saint Maurice... Là, avec le train de nuit j'ai pu arriver à 7h45 à Bourg Saint Maurice.

 

Les inconnues de la journée c'était tout d'abord mes jambes^^ mais aussi la chaleur car une partie de la région Rhône Alpes est en alerte canicule et ça risquait de cogner fort!!

Je me suis levé à 5h30 le matin pour aller prendre le train. La journée a drôlement commencé car après avoir éteint le réveil, je me suis juste étiré et j'ai eu une crampe au mollet gauche :D Juste avant une grosse sortie en vélo ça fait bizarre^^

Le temps de gonfler les pneus et je suis parti de l'appart à 6h15 direction la gare.

Le trajet s'est passé sans soucis, je suis resté debout pour veiller sur le vélo. La journée s'annonçait belle et ensoleillée! Je suis arrivé vers 7h50 à Bourg Saint Maurice et à 8h, j'ai commencé la sortie! Direction le col de l'Iseran (2770m)!

Il s'agit du plus haut col routier de France et des Alpes! Il y a bien quelques routes un peu plus hautes comme la Cime de la Bonette (2802m) mais il ne s'agit que de routes sans issues et non pas de col. Pour grimper des cols plus hauts que le col de l'Iseran il faut prendre des chemins forestiers accessibles uniquement en VTC ou VTT.

D'un point de vue sportif, le col de l'Iseran est le lieu où Louison Bobet a abandonné son dernier Tour de France en 1959. Lâché depuis plusieurs jours, il a tenu à grimper jusqu'au toit du Tour pour se retier. Le champion avec tout son orgueil!

 

Cette ascension au départ de Bourg Saint Maurice est tout simplement interminable... Elle fait 48 km de long avec une première partie jusqu'à Val d'Isère assez roulante mais usante. Les 12 derniers kilomètres quant à eux sont plus raides et se font à haute altitude.

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 002

 

Les 2 premiers kilomètres sont communs avec le col du Petit Saint Bernard qui donne sur l'Italie. Le trafic routier est assez important et dès le départ 2 voitures m'ont frôlé de près... Il y a vraiment des gens qui se croient tout permis dans leur bagnole...

Après l'intersection, la circulation était un peu moindre mais bon assez importante quand même!

La route était en faux plat sur la première partie avant de passer entre 6 et 9% à partir du neuvième kilomètre sur 15 km (avec deux kilomètres à 5% au milieu). Il y a quelques lacets mais la route est essentiellement en lignes droites et en courbes. Il faisait 17°C de bon matin et c'était agréable.

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 003

 

Je me sentais plutôt bien quand la pente passait au dessus de 6%, c'était plutôt sympa. Malgré la longueur de cette ascension, je n'ai pas vu passer le temps! Cependant à un moment une camionnette m'a frôlé tellement proche que si j'avais été 5 cm plus à gauche, je me prenais son rétro. C'est vraiment pénible de s'énerver en pleine ascension à cause de ces gens...

Cette rampe de 15 km prend fin dans un superbe décor puisque le lac du Chevril est à côté avec son barrage (appelé aussi barrage de Tignes). Il s'agit du plus haut barrage de France (181m) avec la plus grande fresque du monde peinte sur son tablier. Elle représente la tête de Hercule. De l'autre côté du lac on aperçoit Tignes et la route qui continue de monter sur la station. Ce barrage a été le décor de plusieurs scènes de certains films.

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 008

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 009

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 010

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 011

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 012

 

A partir de là, c'est la partie pénible qui commence jusqu'à Val d'Isère. Il s'agit de 7 km, c'est juste en faux plat avec même quelques faux plats descendants, mais le gros soucis ce sont les tunnels qui se succèdent. J'ai pensé à prendre mon feu arrière que j'ai allumé avant le premier tunnel. Le début ça allait mais très vite c'est un tunnel de plus d'1 kilomètre qui s'est présenté. Ce n'est jamais très rassurant les tunnels en vélo. Heureusement comme c'est presque plat il est possible de mettre du braquet pour rouler plus vite.. Les tunnels suivants sont moins longs mais certains ne sont pas éclairés! Ne pas voir où on met les roues du vélo ce n'est vraiment pas rassurant... C'est avec soulagement que je suis arrivé à Val d'Isère. Cependant la traversée de la station est très longue avec d'abord Val d'Isère 1790, puis Val d'Isère 1850 et enfin Val d'Isère 1930. A la sortie complète de Val d'Isère il reste 15 km encore jusqu'au sommet du col de l'Iseran. Le début de cette dernière partie ça va encore mais très rapidement la route s'élève au dessus de Val d'Isère. Les 10 derniers kilomètres sont à 7% de moyenne et font vraiment mal aux jambes après tous ces kilomètres d'ascensions...

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 015

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 019

 

Sur la partie finale il y avait beaucoup de cyclistes qui n'ont commencé à pédaler qu'à partir de Val d'Isère. Pour un col si haut je m'attendais à ce que le paysage soit plus majestueux, mais bon c'est déjà pas mal. Les 12 derniers km se font au dessus des 2000m d'altitude. Je pédalais bouche grande ouverte, mais je ne sentais pas trop d'essouflement lié à l'altitude. Pour ce qui est de la température, j'appréciais bien, il faisait 35°C en passant les 2100m, puis 32°C aux 2300m, 28°C en passant les 2500m. Plutôt sympa.

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 022

 

Ces derniers kilomètres ont été durs. J'arrivais pourtant à relancer toujours, je dépassais pas mal de cyclistes, mais tout le monde étaient un peu là à donner tout ce qu'il avait. Les kilomètres à 7% s'enchainent. Puis en passant la borne indiquant le sommet à 5 km, le pourcentage indiqué est de 10%! ça fout un gros coup au moral quand même^^ Mais heureusement, le pourcentage de ce kilomètre était plutôt de l'ordre de 8%. J'ai commencé à avoir vraiment du mal dans les 2 derniers kilomètres, là ça m'a paru interminable. Jusque là je trouvais que les kilomètres défilaient vites. Mais là ce final, aie aie aie... Que c'était bon d'arriver au sommet!!

Il y avait beaucoup de monde. Il faisait 22°C.  J'ai demandé à un autre cycliste de me prendre en photo. Voilà une ascension qui va rester dans mes souvenirs, c'est à ce jour le plus haut col que j'ai grimpé, devant le col du Galibier (2645m) et le Port d'Envalira (2408m). Il s'agit par ailleurs du 10e col de plus de 2000m d'altitude que je grimpe. Le sommet offre plutôt in paysage désertique et isolé. Cependant avec la grande quantité de vhicules et le nombre de cyclistes, c'était plus difficile de s'en rendre compte.

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 024

 

Juste après moi est arrivé un cycliste avec qui j'ai discuté une demie heure au sommet. Nous nous sommes passés et repassés dans la montée selon les portions dans lesquelles nous étions (j'étais plus à l'aise quand ça grimpait que quand c'était en faux plat). Nous avons pas mal échangé sur l'ascension et sur les autres routes de montagne du coin.

Au sommet j'allais pas trop mal mais je sentais quand même que les jambes avaient bien travaillé, je commençais à hésiter sur la suite de la sortie...

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 025

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 026

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 027

 

J'ai enfilé mon K-Way et j'ai commencé la descente. Je me suis arrêté à 2 reprises pour prendre des photos. La descente est sympa car il y a peu de virages serrés et de fait on peut prendre de la vitesse et en profiter. J'ai pu rester pas mal de temps à 70 km/h. J'ai traversé en trombe Val d'Isère puis les tunnels.

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 028

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 029

 

Val d'Isère et le lac du Chevril au fond :

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 031

 

Une fois arrivé à la bifurcation avec la route allant vers Tignes, je n'ai pas résisté et je suis allé rouler sur le barrage juste pour le plaisir avant de revenir sur la descente du col de l'Iseran.

 

La tête d'Hercule peinte :

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 035

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 036

 

La suite de la descente permet de rouler assez vite. Malheureusement la route est en mauvais état et de nombreuses vibrations se font sentir. Alors que je roulais à 70 km/h, d'un coup il y a eu un bruit sur l'arrière du vélo et j'ai vu gicler sur la droite de la route, mon feu arrière. J'ai jeté rapidement un regard sur mon comtpeur pour m'assurer qu'il était encore là. Malheureusement pour le feu arrière, à 70 km/h avec des voitures derrière, tout allait très vite et j'ai préféré ne pas m'arrêter car le temps que je m'arrête et que je remonte, j'aurais mis du temps à retrouver le feu dans l'herbe et le fossé du bord de route... Par contre, c'est un grand mystère pour moi car pour l'enlever, il faut appuyer une languette normalement. Et là il a giclé avec une grosse force comme si quelque chose avait cassé et l'avait propulsé...

Dans la suite de la descente j'ai décidé que je n'irai pas au col du Petit Saint Bernard. J'ai donc continué de descendre jusqu'à Bourg Saint Maurice. A environ 10 km du village, une voiture arrivant en face a déboité pour dépasser un camping car. Je me suis fait ma plus grande frayeur sur un vélo je crois bien, j'avançais à 60 km/h et la voiture a déboitée en sortie de virage, j'étais très proche et impossible de réagir, je pense que le gars dans la voiture a eu peur aussi... Le camping car arrivant en face et se faisant dépasser, a donné un coup de volant à droite pour mettre ses roues dans l'herbe, l'imbécile qui dépassait à pu se rabattre presque sur lui et moi qui arrivait en face à 60 km/h, je l'ai échappé belle puisqu'il s'est rabattu une fraction de seconde avant que j'arrive. Si il y avait un mètre de moins je ne sais pas si je serai encore là... Quel imbécile alors, dépasser en sortie de virage... Au moins il sait maintenant qu'un cycliste ça va aussi vite qu'une voiture en descente. Quand je pense en plus que j'étais en roue libre sans chercher à aller vite...

Une fois arrivé à Bourg Saint Maurice, il faisait une chaleur épouvantable. Plus de 43°C en plein soleil. Je suis allé me réfugier dans le hall de la gare pour me mettre au frais et manger un peu avant d'aviser pour la suite de la sortie. 15 minutes plus tard environ, je suis reparti pour aller grimper le Cormet de Roselend pour rentrer à Albertville. Sortir de la gare fut difficile avec cette chaleur... J'aime ces températures mais il faut bien avouer que c'est soit ça passe soit c'est le coup de chaud. L'an passé, c'était passé lorsque j'avais pédalé sous la canicule le 18 août 2012. Là aujourd'hui ce n'est pas passé...

J'ai commencé les 20 km d'ascension du Cormet de Roselend (1968m). La route était exposée en plein soleil. Je n'avais vraiment pas les jambes. J'ai eu besoin de mouliner dès le début. J'avais vraiment du mal... Sur les premiers kilomètres, en plein soleil, mon compteur indiquait 47°C! C'était terrible, il n'y avait presque pas d'ombre... Le début était entre 7 et 8% puis ensuite il y a eu 3 kilomètres plus faciles avant d'avoir le kilomètre suivant à 7% à nouveau. Je n'avançais plus et j'avais beau avoir fait les 6 premiers kilomètres, il en restait encore 14 jusqu'au sommet. Là, dans ma tête c'est allé assez vite, il faisait cette chaleur, je n'avais pas de jambe et surtout je ne prenais aucun plaisir dans cette ascension à cet instant... J'ai regardé ma montre et j'ai vu que je pouvais prendre le train de 15h10. Sans plus me poser de question, j'ai fait demi tour et me voilà dans la descente de ces 6 kilomètres pour revenir à Bourg Saint Maurice.

 

Vue sur Bourg Saint Maurice depuis le début de l'ascension du Cormet de Roselend :

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 038

 

Photos col de l'Iseran le 27 juillet 2013 039

 

C'est la 2e fois de ma vie que je ne vais pas au bout dune ascension à cause des mauvaises jambes... La première fois c'était dans le Mont Ventoux le 23 juin l'an passé. Cependant là, je n'ai aucun regret car je ne pouvais pas faire plus, il ne valait mieux pas risquer de me mettre dans le rouge et de risquer d'avoir des soucis...

Une fois revenu en gare de Bourg Saint Maurice, je n'avais que 30 minutes à attendre avant le départ du train. Il faisait 35°C dans le train et pourtant en descendant sur le quai à Albertville, j'ai été à nouveau écrasé par la chaleur. Je me suis dit que j'avais bien fait de ne pas continuer en vélo dans le Cormet de Roselend.

 

Au final j'ai parcouru 112 kilomètres pour 2500m de D+.  Une bien belle ascension du col de l'Iseran avec la suite de la sortie qui s'est terminée en queue de poisson mais au moins j'ai essayé. Malgré ce coup de chaud, je continue d'aimer ces températures et cette chaleur. Après un hiver froid et pluvieux, on a etllement attendu cet été, que je ne vais pas me plaindre de cette chaleur même si ça cause quelques difficultés sur le vélo. L'an dernier avec des températures similaires, j'avais fait une bonne sortie, c'est donc tantôt ça passe tantôt ça casse. Vivement la prochaine sortie!

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 12:21

Aujourd'hui c'est la dernière étape de montagne du Tour de France. A l'origine je pensais aller au départ à Annecy mais le temps de faire le trajet en vélo j'aurais raté une bonne partie de l'étape. En effet, il s'agit d'une étape courte avec un départ tardif (13h30). Afin de ne pas gâcher une journée j'ai choisi de ne pas aller au départ de l'étape. La dernière fois que je ne suis pas allé voir passer le Tour c'était en 2005, un bon bout de temps! Pour ce qui est de l'étape de hier, elle passait par Albertville puis à seulement 5 km de mon lieu de travail mais justement j'étais au travail donc impossible d'aller le voir passer...

Aujourd'hui la météo était incertaine. Tantôt c'était prévu grand soleil le matin tantôt belles éclaircies. Pour ce qui est de l'après midi c'est orage. Je faisais très attention à la météo car je souhaitais aller de nouveau dans le beaufortain pour viser la vue superbe sur le Mont Blanc. J'avais raté cette vue depuis le col des Saisies le 4 mai, puis pas plus tard que la semaine dernière au Signal de Bisanne. Cette fois j'avais dans la ligne de mire, le col du Joly (1989m). Un col situé un peu sur un promontoire comme le Signal de Bisanne (d'ailleurs on le voit très bien depuis le Signal de Bisanne) et qui donne lui aussi sur le massif du Mont Blanc.

Je n'avais donc pas envie de rater le panorama une fois de plus^^

La fatigue aidant je me suis couché très tôt hier soir et donc ce matin, j'ai ouvert le syeux assez tôt.

 

J'ai pu partir avant 8h. Il faisait frais, seulement 13°C, et j'ai donc mis les manchettes.

Direction la vallée de Beaufort. Comme la semaine dernière, j'ai donc grimpé les 4 km à 5% qui se présentent après 200m seulement. Là, j'ai de suite senti que j'étais moins en jambes que la semaine d'avant... Le coup de pédale était plus lourd.

Vraiment je n'aime pas faire cette vallée de Beaufort en vélo, la plupart des automobilistes sont vraiments des andouilles. Je ne sais pas pourquoi particulièrement dans ce coin, mais ils roulent très vite et ne s'écartent presque pas pour dépasser les cyclistes...

 

Photos col du Joly le 20 juillet 2013 001

 

Sur tous ces faux plats de la vallée, après la côte du début, j'avais l'impression de me fatiguer... Je n'étais pas fâché d'arriver au pied du col des Saisies après 16,5 km. A partir de là, il reste 26 km pour arriver au sommet du col du Joly. Le début est commun avec le col des Saisies sur 8,5 km à 6,5% puis après la courte descente, au lieu de tourner à gauche et faire la suite du col des Saisies, il va falloir continuer tout droit la descente sur Hauteluce avant d'avoir quelques kilomètres (2 ou 3) avec une alternance de petites descentes et de faux plat montant voire même de gros raidars. Puis ensuite il va rester le final, un beau final puisque c'est tout de même 11km à 7,5% de moyenne!

Sur le début de l'ascension commun avec le col des Saisies, mon but était de ne pas trop me fatiguer en prévision du final. Et dès le début ça allait mieux que dans la vallée. J'ai donc choisi de mouliner pour ne pas m'épuiser sur des gros braquets.

Qu'est ce que j'appréciais d'être dans cette ascension! En revanche il y avait beaucoup de voitures car la station des Saisies est très prisée y compris l'été...

Le ciel était bleu, quel plaisir!! La température était stable à 15°C pendant ce début d'ascension.

Après 5 km, il est possible d'apercevoir le Mont Blanc. Etant donné que j'ai eu du mal dans la vallée et que j'ai oublié de me ravitailler avant de commencer l'ascension, je commençais à avoir faim...

Je me suis donc arrêté pour manger 2 pâtes de fruit avant de reprendre avec 1 km à 6% et ensuite la descente sur Hauteluce. Il y a 1,5 km de grosse descente avant d'avoir entre 2 et 3 km de vallons. Hauteluce est un très joli village, très agréable à voir!

Sur les kilomètres suivants avant la dernière partie de l'ascension, j'ai préféré mouliner. A partir d'Hauteluce, le paysage est sublime, on dirait vraiment un autre monde comparé au col des Saisies!! Un endroit dont on n'a pas envie de partir, ça fait le même effet que la Hourquette d'Ancizan dans les Pyrénées!

 

Photos col du Joly le 20 juillet 2013 003

 

Photos col du Joly le 20 juillet 2013 004

 

En quittant Hauteluce, il y avait un âne dans le pré juste à côté de la route mais j'ai préféré continuer sans m'arrêter pour le caresser.

La route passe sur du 5% et nous amène à la centrale EDF de Belleville. C'est à partir de là que commencent les 11 km à 7,5%. La route devient très étroite et à chaque voiture qui passe c'est limite. D'ailleurs tout le long de l'ascension il y a eu pas mal de voitures qui m'ont dépassé...c'était vraiment pénible...

Pendant ces 11 km, la route monte constamment entre 7 et 9%. Et selon les lacets, je voyais tantôt la montagne, tantôt la vallée ou du moins ce qu'on voyait jusqu'à Hauteluce. Quel plaisir de pédaler dans ce décor!! Je voyais aussi le Signal de Bisanne (1934m) que j'ai monté la semaine dernière.

Les 2 premiers kilomètres de cette partie m'ont fait un peu mal aux jambes et c'était un peu difficile mais à ma grande surprise, plus les kilomètres passaient et plus j'étais bien. Et du coup je continuais de bien pédaler et de relancer sans trop de soucis mais en moulinant toujours. Là je sentais quand même que j'étais moins en forme que les dernières sorties.

Je n'ai pas vu le temps passer dans ces 11 km tellement le paysage était sublime. Sur le versant juste en face je voyais le barrage de la Girotte. Je cherchais des yeux le Mont Blanc que je ne voyais plus depuis Hauteluce. Mais en fait étant donné que la route est collée à la montagne, je ne pouvais pas le voir.

 

Photos col du Joly le 20 juillet 2013 006

 

Photos col du Joly le 20 juillet 2013 008

 

Photos col du Joly le 20 juillet 2013 009

 

Photos col du Joly le 20 juillet 2013 011

 

Photos col du Joly le 20 juillet 2013 012

 

Le barrage de la Girotte :

 

Photos col du Joly le 20 juillet 2013 014

 

Photos col du Joly le 20 juillet 2013 016

 

Les lacets s'enchainent sur cette route étroite et la température était de l'ordre de 27 à 28°C. C'était vraiment agréable.

Dans les 2 derniers kilomètres je commençais à piocher un peu plus. Et le dernier kilomètre fut interminable par contre! Dès le moment où j'ai commencé à voir l'auberge du sommet, j'ai eu du mal.

Alors que j'approchais de plus en plus du sommet, je ne voyais toujours pas le Mont Blanc. La route contourne l'auberge sur les derniers mètres et c'est là que d'un seul coup on prend le Mont Blanc dans la figure! Il est juste là tout proche en plein cadre!! Que c'est beau à voir!!

Qu'est ce que j'étais content de le voir enfin!! Pas un nuage!! Après avoir tant couru après ce panorama, que c'était bon de l'avoir à la 3e tentative dans ce coin!! Là c'est vraiment beau!

La vue que j'avais sur le Mont Blanc depuis le col de la Madeleine était superbe mais plus éloignée.

Au sommet à 1989m d'altitude il y avait juste un léger vent qui rafraichissait mais la température était toujours de 28°C. Je suis allé à la table d'orientation.

 

Le Signal de Bisanne c'est le 2e petit pic qu'on voit en partant de la droite :

 

Photos col du Joly le 20 juillet 2013 021

 

Photos col du Joly le 20 juillet 2013 027

 

Le Mont Blanc plein centre :

 

Photos col du Joly le 20 juillet 2013 028

 

Photos col du Joly le 20 juillet 2013 031

 

La route étant goudronnée sur un seul versant, il faut obligatoirement redescendre du même côté. J'ai donc enfilé mon K-Way et me voilà parti pour la descente. Au premier virage il faut s'arrêter car un troupeau de vaches traverse la route^^

J'ai repris la descente. C'était vraiment dangereux car la route est très étroite et il y avait pas mal de voitures que je croisais. C'était limite à chaque fois... Puis à un virage en épingle à gauche, grosse frayeur! J'ai mal anticipé le freinage et j'ai je n'ai pas pu prendre le virage, blocage d ela roue arrière et je suis allé dans la caillasse à l'extérieur du virage. 1 mètre plus loin c'était le ravin. Je n'ai pas eu besoin de mettre pied à terre mais bonne frayeur... Je me susi arrêté pour vérifier que je n'avais pas de petits cailloux plantés dans le pneu puis je suis reparti prudemment. Mais alors que j'approchais de la centrale de Belleville, 2e frayeur, là aussi, un freinage raté dans une épingle à droite, je suis passé à la limité à l'extérieur du virage. Là il n'y avait pas le ravin. Mais 2 frayeurs dans la même descente c'est très rare que ça m'arrive... Un peu plus tard, au détour d'un virage j'ai évité de justesse 2 vaches qui se baladaient sur la route, ça rappelle les Pyrénées tout ça!!^^

 

Photos col du Joly le 20 juillet 2013 032

 

Photos col du Joly le 20 juillet 2013 033

 

Photos col du Joly le 20 juillet 2013 035

 

En arrivant sur les kilomètres vallonés je me suis retrouvé derrière une bétaillère qui roulait à moins de 20 km/h. J'étais sur les freins mais je n'ai pas voulu la dépasser car juste après il y avait la montée vers Hauteluce puis vers l'intersection du col des Saisies. Alors que j'étais dans le parechoc de la bétaillère, le cheval qu'elle transportait s'est mis à hennir, vachement impressionnant si proche^^

En arrivant à Hauteluce, je me suis arrêté pour enlever mon K-Way. Dans la montée de la traversée de Hauteluce puis vers la première partie du col des Saisies, j'étais à l'aise à nouveau sur les 7 à 8%.

J'ai ensuite rejoint la route du col des Saisies et c'est parti pour la descente vers la vallée de Beaufort. Une descente que j'ai faite en roue libre bien tranquillement.

Une fois dans la vallée de Beaufort il me restait juste 16,5 km à faire pour rentrer sur Albertville. Là à nouveau, les autmobilistes n'étaient pas nombreux à s'écarter... Pour ma part, j'ai plutôt bien roulé dans cette partie y compris dans les faux plat montant. Et j'ai finit les 4 km de descente sur Albertville en roue libre.

Une bien belle sortie!! La vue sur le Mont Blanc (4809m) a été sublime et c'était pour elle que je suis allé au col du Joly!

C'est la 4e sortie d'affilé en montagne où je grimpe au dessus de 1900m d'altitude : Mont Ventoux (1912m), col de la Madeleine (1993m), Signal de Bisanne (1934m) et donc le col du Joly (1989m). Une belle collection. Par ailleurs avec le col du Joly, j'ai grimpé la 4e ascension à plus de 1900m qui sont proches d'Albertville : Cormet de Roselend (1968m) et donc col de la Madeleine (1993m), Signal de Bisanne (1934m) et col du Joly (1989m).

 

Pour cette sortie j'ai parcouru 85 kilomètres pour 2100m de D+! Et même si les jambes sont un peu moins bonnes qu'au début du mois, je ne suis pas prêt d'oublier cette superbe ascension. Nul doute que j'y reviendrai!!

Bon plat de pâtes suivi de l'Etape du Tour de France avec l'arrivée au Semnoz, une étape dont le parcours est décrit ici.

 

Et merci à Joris de m'avoir fait découvrir ce col!

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 16:39

Et voilà un nouveau week end d'été ensoleillé! Enfin à peu près ensoleillé, après avoir eu du grand beau temps toute la semaine, j'ai été un peu déçu de voir qu'il y avait des nuages sur les montagnes en me levant le matin...

Tant que le Tour de France n'est pas fini, je ne vais pas aller vadrouiller trop loin car je souhaite regarder les étapes, déjà que je les rate en semaine... Du coup j'avais prévu une sortie pour la matinée. Et là j'hésitais énormément pour le programme de la sortie : col du Joly (1989m) ou signal de Bisanne (1934m). Les 2 ascensions sont au départ de la vallée de Beaufort à 1 km d'intervalle et sont non loin du col des Saisies (1633m).

Le col du Joly est commun avec le col des Saisies sur sa première partie avant d'avoir une courte descente puis une suite d'ascension irrégulière avec quelques kilomètres bien sentis tout de même. Le Signal de Bisanne est plus court (14 km contre 26 pour le col du Joly) mais plus raide! Il commence à Villard sur Doron pour 14,5 km à 8,5% de moyenne, un bon gros petit morceau! Jusqu'au bout j'ai hésité. Au début je voulais aller au col du Joly puis finalement j'ai décidé de faire la grosse ascension au signal de Bisanne.

Je suis donc parti dans la vallée de Beaufort. Après seulement 250m j'ai commencé les 4 km de montée à 5% qui font sortir d'Albertville. J'étais plutôt bien dans cette première montée même si forcément les jambes sont un peu lourdes... En revanche ce que je n'ai pas aimé c'est tous ces fous du volant qui dépassaient en frôlant, en plein virage... Et cela est surtout visible dans la vallée de Beaufort...

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 002

 

J'étais content de voir que dans les faux plats suivants, je ne galérais pas trop comme ça m'était arrivé lors de mes précédentes sorties dans ce coin. A un moment je pensais à autre chose et quand je suis revenu à moi, j'étais dans un faux plat montant à en appuyant comme un fou sur les pédales^^ J'avais les jambes qui me démangeaient^^

Il faisait seulement entre 20 et 22°C dans la vallée, c'était assez « frais » et les nuages ne partaient pas, je commençais déjà à craindre de ne pas avoir un super beau panorama dégagé là haut...

A Villard sur Doron après 15 km (à 1 km du pied du col des Saisies) j'ai pris la route à gauche en direction de Bisanne. Villard sur Doron est vraiment un très beau petit village. A la sortie, la route commence à monter avec un premier kilomètre à 8% pour se mettre dans le vif du sujet. C'était sympa d'avoir une petite pancarte à chaque kilomètre pour indiquer le kilométrage restant et le pourcentage.

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 003

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 006

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 007

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 008

 

J'étais très à l'aise au début. La route s'est donc mise à grimper tout en lacets réguliers pile au même endroit par rapport à la vallée. En fait le paysage sur la vallée était tout le temps le même sauf que j'étais de plus en plus haut. C'était assez sympa de voir l'élévation comme ça.

Les kilomètres entre 7 et 9% se succèdent avec la route toujours en lacets qui est tantôt en forêt et tantôt à découvert avec un point de vue sur la vallée.

La montée était assez raide et ça me convenait. En plus je m'attendais à une route en plus mauvais état que ça, j'étais donc content d'être là. En passant devant le panneau indiquant le sommet à 10 km, il restait presque pile poil 900m de dénivelé soit une pente moyenne de 9% sur la suite!

Le seul soucis c'est qu'il y avait pas mal de hameaux qui étaient traversés par la route et donc il y avait quand même de la circulation...

 

A ne pas confondre avec le monstre des Pyrénées (ça s'écrit pas pareil)!!

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 010

 

Je savais que le profil était assez énorme pour cette montée mais quand après 4 ou 5 km, j'ai vu un kilomètre à seulement 6%, je me suis dit que ça va être rattrapé sur le final^^ J'étais bien jusqu'à la moitié de l'ascension c'est à dire à 7 km du sommet. Là j'ai commencé à piocher un peu plus, mais je relançais encore bien. J'ai eu une petite inquiétude car je ne voyais pas le panneau indiquant le sommet à 6 km. C'était très long je trouvais et je commençais à me poser des questions mais en fait ce panneau n'était pas là et c'est donc deux kilomètres après que j'ai vu le panneau indiquant le sommet à 5 km^^

Dans cette partie, d'un seul coup je sentais un a-coup sur la roue arrière, j'ai eu peur que ce soit une crevaison. Je me suis arrêté et en fait c'était un gravillon avec du goudron fondu qui s'est collé sur le pneu. Ouf fausse alerte, le temps de l'enlever, de vérifier vite fait le reste du pneu et de repartir.

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 011

 

Là j'étais dans le final de cette ascension avec les 6 derniers kilomètres à pratiquement 10% de moyenne!!

Je continuais à grimper en alternant position assise et en danseuse puis à 4 km du sommet, je commençais à m'arque-bouter un peu plus sur le vélo. A 3 km du sommet, le panneau indique une pente de 9,3%, là je me suis senti mieux et j'avais l'impression que c'était reparti! L'avant dernier kilomètre est indiqué à 10,9%! Juste après avoir passé l'intersection avec la route allant à la station des Saisies, j'ai commencé à être vraiment moins bien... Là, la route est devenue vraiment une route de montagne! Super étroite, il y avait juste de la place pour une voiture, dans un décor superbe malgré les nuages. Il y avait des vaches dans le coin, on sentait que la route arrivait au sommet de la montagne et je voyais Les Saisies juste pas loin. Et cette pente raide!! Sur ces 2 derniers kilomètres la route est en ligne droite avec juste quelques courbes. Et la route est passée à 12%, là j'avançais comme je pouvais, en danseuse, assis, en m'aplatissant sur le vélo un peu à la Cadel Evans. Que c'était long!!

Puis je suis passé devant le panneau indiquant le dernier kilomètre à 10,6%. Et là ça m'a paru une éternité... Je n'en voyais pas la fin. La route est repassée sur du 12% pendant quelques centaines de mètres. J'ai vu un panneau de randonneur qui indiquait le sommet à 700m, puis après plus loin à 500m. Une éternité!!

En arrivant au sommet, j'étais bien content! C'est toujours grisant d'arriver au sommet d'une montagne comme au Mont Ventoux ou au Signal de Lure. C'est des très bons moments. Là par contre j'étais déçu avec les nuages qui empêchaient de voir très loin... J'ai marché 200m dans l'herbe vers une table d'orientation pile face à la station des Saisies. Je voyais le col du Joly juste derrière et puis dans les nuages, impossible d'avoir la vue somptueuse sur le Mont Blanc et l'Aiguille du Midi. Quelle déception... Le 4 mai quand j'étais allé au col des Saisies, j'avais eu un temps menaçant et j'avais là aussi raté la vue sur le Mont Blanc... Je suis bon pour repasser pour avoir cette vue...

 

La vallée de Beaufort :

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 013

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 014

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 015

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 016

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 017

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 019

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 020

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 024

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 027

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 029

 

Au sommet j'ai passé quelques minutes. Il faisait 24°C à 1934m c'était agréable même si j'aurais aimé avoir plus dans la montée. Une température de l'ordre de 30°C au sommet ça aurait vraiment été top à mon goût!!^^

Après avoir mangé une pâte de fruit (car dans les 3 derniers km j'avais vraiment faim), j'ai mis le K-way et je suis reparti pour la descente. J'ai descendu les 2 premiers kilomètres et j'ai ensuite bifurqué vers Les Saisies qui n'est qu'à 2,5 km de l'intersection. En approchant de la station la route était en mauvais état et j'ai pris un gros nid de poule à un moment, pas super top...

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 030

 

Une fois revenu sur la route du col des Saisies, j'ai décidé de grimper les 2 derniers kilomètres du col qui traversent la station. Et là à nouveau j'étais très en forme, j'ai fait presque la totalité de ces 2 derniers kilomètres en danseuse les mains en bas du guidon. Dans la partie à 6% j'étais content de voir que je roulais à 23 km/h ça fait toujours plaisir après la grosse ascension.

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 031

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 032

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 033

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 034

 

Photos Signal de Bisanne le 13 juillet 2013 036

 

Au sommet, je suis reparti très vite pour la descente du col des Saisies vers la vallée de Beaufort. Je me suis retrouvé dès le début derrière un camping car qui a été très sympa puisqu'il m'a laissé passer pour ne pas me ralentir. Là j'ai pu faire une très belle première partie de descente puis ensuite à la moitié il y a 1 km à 7% à remonter avant d'attaquer la 2e partie de la descente. Malheureusement après le kilomètre à 7%, c'était presque plat à un moment et malgré mes 50 km/h le camping car m'a re-dépassé avec 5 voitures derrière lui. Dommage car après j'étais bloqué derrière toutes ces voitures dans la descente. J'ai pu faire une pointe à 70 km/h.

Arrivé en bas, il faisait 30°C, j'ai enlevé mon K-Way et je suis reparti pour les 16 derniers kilomètres dans la vallée. Le vent s'est levé comme à chaque fois dans les vallées du coin et je l'avais donc de face. Heureusement, j'étais en jambes et que ce soit dans les faux plat montant ou descendant, j'étais bien et je relançais assez fort. C'était agréable.

Dans le faux plat avant les 4 derniers kilomètres de descente sur Albertville, j'étais à fond pour éviter qu'une voiture que je voyais arriver derrière moi ne me dépasse et me bloque dans la descente. Ça a été juste mais je suis resté devant et j'ai pu faire ma descente entre 50 et 60 km/h.

J'ai fini la sortie avec seulement 70 km au compteur mais 1850m de D+ et surtout cette grosse ascension du Signal de Bisanne qui n'a rien à envier à des grandes ascensions hors catégorie. Le profil est plus dur que celui d'Hautacam.

J'ai été moins bien sur le final contrairement à samedi dernier sur les pentes du col de la Madeleine mais d'un autre côté, après plusieurs sorties avec de très bonnes jambes ça fait du bien à la tête et au moral de voir que je peux me faire mal à la tronche encore et surtout récupérer pour la suite de la sortie, ça c'est quelque chose qui fait plaisir à voir. Au final je suis rentré en pleine forme, j'ai juste posé le vélo de route pour enfourcher direct mon vieux VTC et aller au McDo!^^

Un peu à l'instar de la semaine dernière, l'après midi ça a été Tour de France et ce soir ce sera feu d'artifice!!

 

Et demain ce sera le Mont Ventoux (sur le Tour de France), je vais bien entendu regarder cette étape qui va me rappeler quelques sacrés souvenirs sur cette ascension!

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 16:50

 

Voilà enfin la sortie que j’attendais depuis longtemps ! Une sortie d’été quoi !

Mais commençons par le début.

Après la sortie au Mont Ventoux du 28 juin, j’ai repris le travail le 1er juillet. J’attendais donc le week end pour aller pédaler en montagne ! Il faut dire que les prévisions météo étaient au top ! C’est l’été, grand soleil, des températures avoisinant les 30 à 35°C. Bref l’idéal quoi ! En plus il y a le Tour de France en parallèle et même si je ne peux pas regarder les arrivées des étapes en semaine, c’est toujours une période particulière ces 3 semaines. Là en plus pour ce week end c’était les étapes des Pyrénées au programme avec une arrivée à Bagnères de Bigorre le dimanche 7. Inutile de dire que je ne voulais pas les rater !

C’est ainsi que j’ai décidé de partir samedi matin faire du vélo pour rentrer à la mi journée afin de pouvoir regarder l’étape du Tour de France (celle d’Ax-3-Domaines).

J’avais en tête le col de la Madeleine (1993m). Un col que je n’avais encore jamais monté, un col dur, avec de beaux paysages et porteur d’une histoire grâce au Tour de France.

Le pied du col de la Madeleine se situe à Feissons sur Isère qui est à 18,5 km d’Albertville. Vraiment pas loin quoi !

Je suis parti sur les coups de 8h30. Il faisait grand soleil et déjà 25°C ! Par ailleurs je suis plutôt en jambes depuis quelques sorties, ma seule crainte était que le gros rhume et la fièvre attrapés au Mont Ventoux fassent un coup d’arrêt mais en fait non ça allait.

Quel plaisir cet été après tant d’attente !! Partir en manches courtes, sans jambières avec juste le K-way dans le sac, ça faisait longtemps que ça ne m’était pas arrivé (si on excepte la super sortie en Auvergne le 16 juin).

L’avantage des 18 premiers kilomètres dans la Tarentaise c’est que ça monte beaucoup moins que dans d’autres vallées. C’est moins épuisant pour moi qui n’aime pas les faux plats montant. J’ai donc pédalé sur cette petite route parallèle à la voie expresse.

 

A la sortie d'Albertville côté Tarentaise :

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 002

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 004

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 007

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 008

 

Si jeunes et ils lorgnent déjà sur mon casque comme leurs collègues du col d'Aspin^^

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 010

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 011

 

Une fois à Feissons sur Isère il y a 26 km pour arriver au sommet du col ! En d’autres temps cette ascension m’aurait fait cogiter mais là, je me sentais en forme et je savais presque déjà que je serai bien dans la montée ! La sortie de Feissons sur Isère est à peu près plate et l’ascension proprement dite fait 24,5 km à 6,5% de moyenne. Il s’agit d’une montée irrégulière qui alterne rampes très raides avec replats. En effet après la première rampe de 9km environ il y a 3 km de plat voire même de faux plat descendant puis un autre replat (à 3%) de 2 km se situe à 6 km du sommet. En revanche en dehors de ces replats, la pente avoisine très souvent les 9, 10 voire 11 ou 12%.

Après le kilomètre à peu près plat à la sortie de Feissons sur Isère, c’est parti avec la pente qui se met à grimper à 10% pendant 3 km avant de diminuer aux alentours de 8 et 9%. La première partie de l’ascension est agréable car pendant plusieurs kilomètres, il y a des lacets qui donnent du rythme à l’ascension. Les virages ne sont pas très raides (6 à 7%) mais entre les lacets ça grimpe à plus de 9%.

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 012

 

La grande quantité d’arbres permet de ne pas avoir trop chaud. Pour ma part je tournais très bien les jambes et je m’amusais un peu. Il y avait beaucoup de cyclistes déjà, et je les rattrapais au fur et à mesure. J’étais à l’aise. Après ces quelques kilomètres en lacets, la route est un peu plus en courbes et grimpe en corniche à flanc de montagne. C’est tout simplement génial de pédaler là ! En revanche, la route est très étroite. Il y a beau y avoir une ligne blanche au milieu pour délimiter les deux voies, une voiture peut tout juste passer. Heureusement qu’il n’y en avait pas beaucoup. Arrivé au très joli village de Bonneval (puis le hameau de Villard Benoît) après 10 km environ, d’où le point de vue est superbe, la route se met à serpenter pendant 3 km sur du plat voire du faux plat descendant. Il s’agit du premier replat. Sur cette partie on continue à avancer en balcon le long du ravin.

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 016

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 017

 

Ensuite la route s’élève de nouveau sur des pentes à 9% et continue de serpenter tantôt sur des grandes courbes tantôt sur des lacets très serrés. Le paysage est toujours sublime. Je ne sais pas si c’est le replat qui a cassé mon rythme, mais j’étais un peu moins facile. Cependant, j’étais toujours très à l’aise. Il commençait à faire vraiment bien chaud aux alentours de 30°C. Vraiment ce que j’adore. A environ 13 km du sommet (la moitié de l’ascension), j’ai traversé le village de Celliers sur des pentes toujours aussi raides. A cet instant, j’ai eu un petit coup de moins bien et pendant 2 km, j’ai bien senti la fatigue dans les jambes. C’était assez bizarre car j’avais déjà fait 13 km de montée et il en restait presque autant, et ce coup de moins bien ne m’a pas inquiété.

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 019

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 020

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 022

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 024

 

Après 2 km, j’ai rattrapé un cycliste qui s’était arrêté à l’ombre et qui est reparti au moment où je passais devant lui, on s’est salué puis quelques centaines de mètres plus tard, la vue était superbe. Du coup je me suis arrêté 30 secondes pour prendre une photo. Le cycliste m’a rattrapé et je suis reparti à ses côtés.

Un gars très sympa qui habite à Albertville également. Il avait l’air bien en difficulté quand même. Et pendant 2 km j’étais presque en roue libre puisqu’on discutait et que je l’attendais. L’écart de vitesse était tout de même assez important car dès que je voulais prendre une photo et que je lâchais le guidon d’une main, sans m’en rendre compte je prenais d’un coup 10m d’avance.

En discutant il me dit que c’est là la partie la plus raide de l’ascension (11%) sur ces 2 kilomètres que nous faisions. Cela m’a fait sourire car j’étais forcément très facile comme j’étais en dessous de mon rythme. Puis après 2 km, je trouvais que je dépensais plus d’énergie à ralentir qu’à avancer du coup je suis reparti de l’avant. Par ailleurs je voulais rentrer pour regarder l’étape du Tour de France.

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 025

 

Le Grand Nielard au fond (merci Alex pour ces précisions géographiques!)

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 026

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 029

 

Et là d’un seul coup, j’étais de nouveau très bien et je tournais vraiment bien les jambes. Je prenais des photos et même des videos de plusieurs minutes tout en grimpant et rattrapant des cyclistes. A 6 km du sommet, pendant 2 km la pente passe à moins de 3% avant de repartir de plus belle à 4 km du sommet pour rampe de 3 km à 9%. Le premier kilomètre est une longue ligne droite mais la suite est somptueuse, des grands virages, une vue très large, le Mont Blanc qu’on voit super bien, 35°C, des bonnes jambes. J’en avais presque des frissons de faire ce que je voulais sur le vélo dans un tel décor ! Je relançais à chaque virage les mains en bas du guidon puis je prenais des videos. Sur cette partie finale j’ai rattrapé énormément de cyclistes qui grimpaient.

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 031

 

Toi aussi tu regardes mon casque??

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 033

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 036

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 037

 

ça grimpe toujours dans un décor sublime!!

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 040

 

Je profitais au maximum, je n’avais même plus envie que ça se termine^^ Et puis je suis arrivé au dernier kilomètre à 5%. Il est à 8% au début et presque plat après. La vue sur le Mont Blanc est un régal pour les yeux, j’en rêvais depuis longtemps de cette vue et la météo ne m’avait pas permis d’en profiter depuis plusieurs semaines et là ça y est !

Sur les derniers mètres j’ai pu repasser la plaque et arriver sur le sommet. Arriver en haut d’un tel col sans trop de fatigue, c’est vraiment un pur plaisir. La vue au sommet est superbe sur le Mont Blanc, le Pic du Cheval Noir et le pic de la Lauzière. C’est la Vanoise !

En haut du col il y avait pas mal de monde, notamment au bar restaurant. Le col est indiqué à 2000m d’altitude sur le panneau mais en réalité il est à 1993m. c’est seulement 7 mètres d’écart mais pour le cycliste ils sont importants car les 2000m d’altitude c’est quand même une sorte de barrière qui fait plaisir à franchir. D’ailleurs je suis étonné que le Tour de France l’indique à 2000m sur ses profils alors que dans le monde du vélo, c’est assez connu cette histoire d’altitude au sujet du col de la Madeleine.

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 043

 

Vue côté Maurienne avec le pic de l'Etendard qui domine l'Alpe d'Huez (merci Alex pour les infos et pour la légende des photos)

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 045

 

Photos-col-de-la-Madeleine-le-6-juillet-2013-045-copie-1

 

Vue côté Tarentaise, avec le Mont Blanc!!!!

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 048

 

Avec le zoom

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 051

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 052

 

Photos-col-de-la-Madeleine-le-6-juillet-2013-052-copie-1

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 055

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 060

 

Photos-col-de-la-Madeleine-le-6-juillet-2013-060-copie-1

 

J’ai passé presque une demi-heure au sommet du col. 35°C au sommet, un ciel bleu de chez bleu. C’est l’été et j’aime ça !! J’ai vraiment aimé ce col. Un vrai col hors catégorie. Cela faisait longtemps que je voulais le grimper et je n’en avais pas encore eu l’occasion. Je pense y retourner régulièrement. J’ai plus aimé ce col que le Cormet de Roselend. La distance pour arriver au pied de l’ascension est à peu près la même mais dans la Tarentaise ça monte moins que pour aller à Beaufort. Nul doute que j’irai régulièrement !

J’ai ensuite entrepris de redescendre le col par le même versant pour rentrer regarder le Tour de France. J’ai hésité à enfiler le K-way et finalement je ne l’ai pas mis. Cependant, sur les 3 premiers kilomètres de descente il faisait très frais du coup je me suis arrêté pour l’enfiler et ne pas risquer d’aggraver le rhume qui me reste en souvenir du Mont Ventoux (souvenir encombrant je dois dire^^).

Dans la descente je me suis rapidement retrouvé bloqué derrière 2 voitures qui allaient moins vite que moi. Dommage… Je suis resté derrière mais certains lacets étaient pris à même pas 20 km/h… Heureusement dans les 3 km de faux plat montant (descendant à l’aller), elles sont pris de l’avance et la fin de la descente a été bien tranquille.

Une fois en bas, je n’avais plus que 18,5 kilomètres à faire pour rentrer. Seul petit soucis c’est que le vent s’est levé dans la vallée et je ‘lavais de face. Un bon vent qui soufflait pas mal. Mais bon après avoir fait le Mont Ventoux par 120 km/h de vent ce n’est pas quelques rafales à 40 km/h dans la vallée qui vont m’effrayer^^ Sur le retour j’ai quand même bien appuyé sur les pédales pour ne pas perdre de temps. Lorsque je suis arrivé à Albertville, j’avais quand même mal aux jambes^^

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 062

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 064

 

La suite de la journée a été digne d’une vraie belle journée d’été, puisque j’ai pu regarder la première étape des Pyrénées avant d’aller voir Fabien à Annecy pour la soirée. Il était là bas en vue de la participation à l’Etape du Tour le lendemain (dimanche 7 juillet). Une Etape du Tour qu’il a réussi à finir malgré la chaleur. Félicitations à lui !! Commencer le vélo il y a un an et boucler une Etape du Tour, c'est tout de même une bonne performance !!

En ce qui concerne ma sortie, j’ai donc fait 90 km et 1900m de D+ pour une de mes plus belles ascensions !! Une sortie qui va me laisser de grands souvenirs!!!

Cette sortie clôture un mois qui aura été bien rempli depuis le 8 juin où j'avais été au Cormetd e Roselend. En effet, depuis j'ai pu vraiment lancer l'année sur de belels ascensions avec le col du Tourmalet (2115m) à deux reprises, le Cormet de Roselend (1968m), le Mont Ventoux (1912m), le col d'Aspin (1490m) bien entendu  et donc le col de la Madeleine (1993m) maintenant! Les prochaines sorties ont pour objectif le col de l'Iseran, le col du Petit Saint Bernard, le Mont du Chat...

 

Quelques photos du lac d'Annecy prises le soir lorsque je pédalais entre Annecy et Sévrier :

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 067

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 069

 

Photos col de la Madeleine le 6 juillet 2013 070

 

PS : je mettrai la video que j'ai prise dans le final de l'ascension, dès qu'elle sera chargée.

Partager cet article
Repost0

Mon Blog

  • : Ascensions de grands cols en vélo - cyclotourisme en montagne
  • : Dans ce blog je décris mes ascensions de grands cols en vélo, je mets les profils des cols et je fais part de ma passion du vélo en montagne et de mon expérience.
  • Contact

Qui-Suis-Je?

  • Idris Raossanaly
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!

Compteur kilométrique 2015

 

Au 20 janvier 2015
Kilométrage total   260 km
Vélo urbain   20 km
Vélo en montagne

  209 km

Sorties plates   31 km
Dénivelé positif   3200 m
Mois en cours   260 km

 

Visiteurs uniques

Rechercher

 

photos col de la Pierre Saint Martin le 17 octobre 2009 013

 

 

P1010407

 

 

photos col du Soulor et col des Bordères le 26 av-copie-1

 

 

P1010361.jpg

 

 

photos col du Tourmalet le 12 juin 2010 021

 

 

P1010327

Divers liens

Si vous aimez la littérature et l'écriture, je vous encourage à visiter régulièrement ce site, très bien fait par une personne très sympathique (passionnée de vélo aussi), qui rédige régulièrement des nouvelles :

 

http://richardpatrosso.typepad.com/dndr/