Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 07:12

Cette sortie s'est vraiment faite attendre!! La météo commence à s'améliorer tout doucement. Pour les températures c'est bon, pour le grand ciel bleu, c'est bon pour les matins mais pas pour les après midi encore.

 

Le Cormet de Roselend est une des plus belles ascensions de France pour son paysage, mais son altitude (1968m) fait qu'il n'est toujours pas ouvert en raison de cet hiver à prolongations.

De fait, mon objectif n'était pas d'aller jusqu'en haut mais jusqu'au col de Méraillet (1605m) qui se trouve au niveau du lac de Roselend à 8 km du sommet du Cormet.

En fait le profil est simple à décrire. Au départ de Beaufort il y a 12 km de montée à plus de 7,5% de moyenne pour atteindre le col de Méraillet à 1605m d'altitude. Il se trouve juste à côté du lac de Roselend. Là il y a 3 km de plat voire même de faux plat descendant pour longer le lac puis ensuite c'est le final de 5 km pour atteindre le sommet du Cormet de Roselend. Ce final est à 7% de moyenne. Le plat de résistance est donc le col de Méraillet. L'ascension totale du Cormet de Roselend fait 20 km au départ de Beaufort.

Pour ma part, j'avais ainsi prévu de grimper jusqu'au col de Méraillet puis de longer le lac de Roselend et essayer d'aller jusqu'à ce que je pouvais pédaler. Je me suis dit que ça ferait une bien belle ascension déjà. Je pensais vraiment que le Cormet de Roselend était entièrement enneigé sur son final.

 

Pour ce qui est de la météo, il était prévu soleil voilé ce samedi matin et orages sur les reliefs l'après midi...

J'avais donc prévu la sortie pour le matin.

Vendredi soir je me suis couché très tard et je n'ai donc pas voulu mettre le réveil. J'ai ouvert les yeux à 8h30, et quand j'ai vu le ciel bleu magnifique par la fenêtre, ça m'a motivé d'un coup. Et à 9h10, j'étais sur le vélo!

 

Quel plaisir de pouvoir enfin partir en manches courtes, sans les jambières et sans la veste thermique (qui était dans le sac à dos quand même). C'est la première sortie de l'année avec des bonnes températures que j'ai faite! 17,5°C au moment de partir!

 

Je suis parti comme samedi dernier, en direction de Beaufort. Avant même la sortie d'Albertville, à seulement 200m de mon appart, la route commence à monter pour 4,5 km à environ 5%. Autant la semaine dernière quand j'avais juste fait la vallée, je m'étais senti très bien dès le départ, autant là, c'était un peu plus laborieux la mise en route...les jambes n'étaient pas si bonnes que ça... Dès que je me mettais en danseuse, j'avais mal aux jambes...

Je suis passé devant le panneau indiquant le Cormet de Roselend fermé...

Une fois ces 4,5 km passés, la route descend légèrement sur un faux plat et permet de souffler avant de repartir en long faux plat montant. Là je me suis vraiment posé des questions, je n'avançais vraiment pas, j'avais l'impression de grimper trop en force, de ne pas être en rythme et tout ça... Je me suis rassuré en me disant que irait sûrement mieux quand ce sera plus raide...

J'ai bien aimé remonter la vallée tout de même, la température très agréable malgré les arbres qui gardent la fraîcheur matinale, ça fait du bien!

 

Dans la vallée :

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 001

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 002

 

Je m'étais dit qu'à Beaufort (après 19 km), je me ravitaillerais avant de commencer l'ascension histoire d'éviter à tout prix la fringale et de ne pas faire de bêtise. Mais à Beaufort, je n'ai pas résisté, juste le temps de prendre une photo du village et hop me voilà parti dans l'ascension. Il faut dire qu'à cet instant j'avais en tête que je m'arrêterais au col de Méraillet et que donc l'ascension ne ferait que 12 km.

 

Beaufort

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 004

 

J'ai donc commencé l'ascension au milieu de la forêt.  Les premiers kilomètres n'offrent pas une route en très bon état, pas très agréable...

ça fait plaisir de repasser devant des bornes kilométriques indiquant la distance jusqu'au sommet et le pourcentage du prochain kilomètre.

Dès le début la route grimpe sur du 7 à 8%. J'ai commencé à rester sur le 39-25 avant de me dire que je ferais mieux de mouliner si 3 km plus loin je ne voulais pas être en difficulté. C'est ce que j'ai fait du coup^^

Je tournais pas mal les jambes mais sur le début je sentais quand même que je n'étais pas en jambes... Mais le plus bizarre c'est que les kilomètres à 7, 8 voire 9% s'enchaînaient à travers la forêt et je ne voyais pas le temps passer!!

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 005

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 013

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 014

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 019

 

Quand je suis passé devant la borne indiquant le sommet du Cormet de Roselend à 13 km et donc théoriquement à 5 km du col de Méraillet (qui était toujours mon objectif du moment), j'étais presque déçu de voir que j'en étais déjà là^^

Jusque là la route monte assez régulièrement à travers une forêt assez sympa et avec quelques lacets. Mais à quelques kilomètres du col de Méraillet, le paysage se dégage et c'est vraiment très beau de voir toute la montage tout autour de soit avec ces falaises vertigineuses. Un paysage à cet instant qui m'a rappelé le Port de Pailhères par Ax-les-Thermes.

Je mitraillais de photos tout en roulant. Vraiment sympa de sentir la vraie haute montagne.

Dans ces derniers kilomètres avant le col de Méraillet de nombreux motards m'ont dépassé. Et dans chaque groupe de motard il y en a toujours un qui va te frôler, vraiment pas sympa, la route est large il n'y a personne en face et ils viennent te frôler...

Le dernier kilomètre avant le col de Méraillet m'a paru long car je commençais à avoir bien mal aux jambes et surtout quand j'ai passé la borne indiquant le Cormet de Roselend à 8 km, ben le col n'était pas encore en point de mire, il était encore plusieurs centaines de mètres plus loin.

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 023

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 079

 

Quand je suis arrivé au col, j'avais devant moi en contre bas le lac de Roselend, enfin je le voyais après l'avoir tant vu en photos!! A droite la route allant au barrage et au col du Pré (1703m) que j'avais oublié mais dont j'avais vu les profils à partir du barrage, et à gauche la route du Cormet de Roselend où un panneau indique que la route est barrée à 2 km.

J'ai donc pris la direction du Cormet de Roselend pour longer le lac. ça m'a permis de reposer mes jambes^^

La route descend légèrement pour contourner le lac et arriver de l'autre côté pour entamer le final de l'ascension. Par cette route en longeant le lac, c'était effectivement très beau mais sur le coup je me suis demandé tout de même en quoi ça faisait dire que c'était une ascension exceptionnelle pour son paysage car à cet endroit le paysage n'est pas plus beau que d'autres belles ascension que j'ai pu faire. Mais c'est après en fait...

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 025

 

Une fois le lac contourné, au moment où la route remonte, un panneau indique la route interdite à tous véhicules. Beaucoup de voitures se sont arrêtées là mais de nombreux motards et quelques voitures contournaient le panneau que je n'ai pas hésité à contourné également. Je commençais à y croire pour aller jusqu'en haut. Cependant j'avais mal aux jambes donc je m'attendais à avoir un peu de mal.

Dès que la route a commencé à remonter, j'ai eu du mal à me remettre dans le rythme effectivement... C'était difficile mais petit à petit j'ai réussi à bien me caler sur un rythme de pédalage qui m'allait bien. La route était dans un état moyen voir pas très bon en raison de la fonte des neiges. Il y avait de nombreux nids de poules, des cailloux, de la boue, des gravillons...

 

Le col de Méraillet au niveau de la baraque de l'autre côté du lac (le point blanc qu'on voit^^)

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 031

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 032

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 034

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 037

 

La pente se met à grimper sur du 8% à peu près et très rapidement la vue devient magnifique. On s'élève en lacets au dessus du lac pendant 1,5 km avant que la route n'aille de l'autre côté de la montagne et nous fasse entrer dans un décor absolument sublime! A cet instant nous n'avons plus le lac en point de mire, le cycliste est juste en plein dans la haute montagne. C'est vraiment très beau et agréable. En plus avec toute cette neige sur les bords et à perte de vue! Mais la route est entièrement dégagée. Plus que bizarrement je me sentais un peu mieux sur le 8 et 9% et quand la pente est repassée sur du 6%, à nouveau, j'ai ressenti le mal de jambes et tout ça...

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 041

 

Il faisait toujours très doux, mon compteur affichait 23°C! J'avais chaud et pour me rafraîchir je n'ai eu qu'à tendre la main en longeant un mur de neige pour prendre de la neige et me rafraîchir le visage. Pour le coup faut avouer que c'est vraiment pratique^^ La route continuait de grimper et de serpenter dans ce paysage sublime. Par moment certaines vues, me rappelaient un peu le final du Port de Balès mais un peu... Au dessus de 1800m d'altitude il commençait à y avoir un vent frais qui rafraîchissait pas mal mais sans refroidir ce qui était le top!

Je n'arrêtais pas de mitrailler de photos tout en grimpant!

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 042

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 045

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 050

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 051

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 056

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 057

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 060

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 061

 

A environ 500m du sommet devant moi sur la route un gros monticule de neige et sur la droite, complètement à droite à la limite de tomber dans le talus, un mince espace non enneigé pour passer de l'autre côté. Seulement c'est une vraie mare de boue avec beaucoup d'eau qui coule, j'ai donc mis pied à terre et je suis passé sur la neige pour ne pas me salir en traversant dans la boue. Et j'ai ré-enfourché le vélo pour le final. Quel plaisir d'arriver au sommet à 1968m de cette superbe ascension. C'est encore plus beau car le matin, je ne pensais pas du tout que le sommet serait atteignable et d'ailleurs quand je n'étais pas très en jambes, je me fixais par rapport au col de Méraillet qui était l'objectif final dans ma tête.

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 065

 

 

Là au sommet il y avait juste deux randonneurs qui mangeaient et à qui j'ai demandé de me prendre en photo. La vue de l'autre côté est superbe avec tous les sommets et l'Italie à seulement quelques kilomètres.

J'ai savouré l'instant, en plus il ne faisait pas froid du coup j'ai pu rester en manches courtes là haut les 5 à 10min que j'ai passées au sommet. Cependant, le ciel commençait à se charger de nuages et il fallait songer à redescendre...

 

L'Italie c'est par là bas

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 067

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 069

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 072

 

J'ai enfilé la veste thermique pour la descente et heureusement car il ne faisait vraiment pas chaud à plus de 50 km/h!

En arrivant au monticule de neige de nombreux motards étaient de l'autre côté et ne pouvaient pas passer mais ils étaient tous à pied sur le monticule de neige du coup j'ai du passer dans la boue... J'ai eu la très bonne idée de mettre pied à terre et de porter le vélo parce que mes baskets avec seulement 3 pas dans la boue, sont bonnes pour un bon coup de nettoyage maintenant... J'ai ensuite repris la descente, très belle descente mais il fallait faire attention au mauvais état de la route. J'ai croisé quelques cyclistes qui grimpaient en haut également.

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 074

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 077

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 078

 

Je suis revenu au lac de Roslend et il fallait regrimper le faux plat montant pour rejoindre le col de Méraillet, là d'un coup ça a été dur à nouveau le changement de rythme... Mais j'ai tout de même décidé à cet instant d'aller faire un tour du côté du col du Pré car ça me permettrait de passer sur le barrage de Roselend mais aussi de voir en vraie les vues superbes sur le lac décrites un peu partout dans ce que j'ai pu lire sur ce col. Une fois au col de Méraillet je suis donc allé de l'autre côté.

La route est étroite et descend d'abord très raide sur quelques centaines de mètres avant de déboucher devant le barrage. Là j'ai pris quelques photos puis je me suis engagé sur le barrage. C'est la 3e fois que je roule sur un barrage après le barrage du Chambon dans la montée du col du Lautaret et le barrage du lac de Matemale non loin du col de la Quillane dans les Pyrénées Orientales. C'est toujours un moment sympa. Le barrage fait 800m de long et 150m de haut.

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 081

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 082

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 083

 

Juste après, la route commence à grimper. Je savais que ce n'était pas long (environ 3 km) mais plutôt raide (9%). Et effectivement d'un coup la pente passe à 9% et là pour les jambes le nouveau changement fait vraiment mal! Mais on s'élève très vite au dessus du lac et là ça devient magnifique!! La vue sur le lac depuis le col du Pré est bien plus belle que celle qu'on a depuis le début de la partie finale du Cormet de Roselend! La vue depuis la montée du col du Pré m'a rappelé celle que l'on a sur le lac de Gréziolles dans les Pyrénées (qui n'est accessible qu'à pied en revanche).

La route étroite et tranquille fait du bien et est reposante! Là j'étais en grosse galère sur la pente mais l'instant était bon! Par contre les nuages étant là, je ne pouvais pas apercevoir le Mont Blanc qui était masqué. Normalement il est visible au fond à gauche quand on regarde le lac depuis le col du Pré, mais encore une fois il n'est pas visible...

Je ne connaissais pas l'altitude exacte du col du Pré, je savais juste que c'était dans les 1700m. La route a atteint les 1740m avant de commencer à descendre. Au bout de 700m de descente je suis arrivé au col du Pré à 1703m d'altitude. Depuis le sommet en revanche il n'y a pas grand chose à voir.

 

Le Mont Blanc n'est pas visible derrière

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 089

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 090

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 091

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 096

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 103

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 104

 

Le ciel se chargeait de plus en plus, il fallait songer à partir. Je savais que si je continuais à descendre de l'autre côté du col du Pré, je rejoindrais Beaufort par Arêches mais j'avais envie de repasser sur le barrage de Roselend^^ Du coup demi tour. J'ai remonté les 700m dont le début juste après le col est à 8% avant de faire la descente du col du Pré avec cette vue sur le lac. Juste avant de traverser le barrage je me suis arrêté quelques instants pour admirer puis j'ai retraversé le barrage. Et là, il fallait remonter au col de Méraillet par cette portion courte mais raide. Aie ai aie aie... C'était effectivement raide, d'un coup la pente passe à 10% puis augmente à 11 puis 12%. Ce n'est pas long juste quelques bonnes centaines de mètres mais ça a bien fait mal aux jambes avec l'accumulation des montées depuis le début.

 

Photos Cormet de Roselend le 8 juin 2013 109

 

Une fois au col de Méraillet, c'est parti pour toute la descente jusqu'à Beaufort! Il fallait tout de même faire attention aux trous qu'il y avait par moment sur la route. Une fois à Beaufort, j'ai traversé le village et j'ai continué direction Albertville. J'avais mangé une barre céréales au col de Méraillet puis au sommet du Cormet de Roselend mais depuis je n'avais pas mangé d'autre chose et là je commençais à avoir faim. Mais bon vu que les difficultés étaient passées et qu'il me restait plutôt de la descente avec juste deux faux plat montant j'ai continué. Cependant, j'avais tendance à boire beaucoup d'eau pour compenser. Mais je me suis motivé en me disant que j'irai au McDo me ravitailler une fois rentré^^

Une fois dans la vallée entre Beaufort et Albertville, j'ai eu un énorme vent de face qui a un peu gâché le plaisir du retour... ça soufflait fort et dans les faux plat descendant je plafonnais à seulement 25 km/h... Ce vent amenait aussi les nuages et le ciel se chargeait encore plus... Mais bon heureusement il n'y a que 19 km entre Beaufort et Albertville. Le dernier faux plat montant avant les 4,5 derniers kilomètres de descente a été un peu laborieux car là j'étais en pleine fringale puis je me suis laissé allé dans la descente et je suis arrivé à Albertville. Je suis allé posé mon vélo de route dans mon local à vélo et sans même monter à l'appart, j'ai directement pris mon vieux VTC que j'ai enfourché pour aller au McDo à 2 km de là, j'avais vraiment très faim^^

 

Au final ça a été une superbe sortie avec un programme non prévu à l'origine, des jambes pas formidables mais qui arrivent à tourner comme il faut quand même^^ J'ai vraiment adoré le final du Cormet de Roselend et le col du Pré, les vues sont vraiment magnifiques. Quant au col de Méraillet pour le plat de résistance du Cormet de Roselend, il se fait dans la forêt mais je n'ai pas vu le temps passer!! Le top quoi! En plus il a fait plutôt chaud, très bon, il manquait juste le ciel bleu quand j'étais là haut mais bon ce n'est que partie remise. J'ai enfin l'impression que l'année est lancée^^

J'ai donc parcouru 95 km pour cette sortie avec 2100m de D+.

Partager cet article
Repost0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 10:25

Une semaine après la sortie de la semaine dernière qui a fait un peu mal aux jambes sur la fin, j'avais envie d'aller sur des pourcentages plus raides que ce qu'on avait eu, car je suis plus à l'aise quand c'est raide plutôt que sur des pentes roulantes.

J'avais envie d'aller au Mont du Chat sur les bords du lac du Bourget (sur la rive opposée à celle du Mont Revard). Ils 'agit d'une des montées les plus dures de France avec de chaque côté des rampes longues et impressionnantes (15 km à 9% d'un côté et de l'autre une rampe de 8 km à presque 11%).

Cependant pour y aller je devais prendre le train avec mon vélo pour aller à Chambéry. Mais la semaine a été fatiguante avec d'autres petits problèmes qui m'ont fait faire des longues journées. De fait, ce samedi, j'avais plus envie de dormir qu'autre chose. D'autant plus que la météo, jusqu'à la veille au soir n'était pas engageante avec des averses au programme.

En me levant vers 9h samedi matin, j'ai vu qu'il faisait nuageux mais que le plafond nuageux était assez haut. J'ai donc décidé d'aller pédaler dans le coin. Je voulais rentrer à la mi journée, j'ai donc programmé une petite sortie. C'était décidé, ce serait le col de l'Arpettaz (1581m) au dessus d'Ugine! Tous les jours en allant au travail je passe devant les panneaux indiquant la direction du col. Je savais qu'il s'agissait d'une route peu entretenue car peu fréquentée puisque les deux versants sont au départ d'Ugine. J'ai donc pris le VTC plutôt que le vélo de route. Je garde en tête la sortie du 30 avril au col des Cyclotouristes où le vélo de route n'était pas forcément adapté. Bien m'en a pris!

C'était aussi l'occasion pour mon ridgeback de faire sa première sortie dans les Alpes!! Lui qui m'a accompagné pendant 6 mois dans le Vaucluse l'an passé, n'avait pas encore eu l'occasion d'aller dans les cols des Alpes.

Le temps de manger un peu et de regonfler les pneus du Ridgeback et me voici parti sur les coups de 10h.

Le trajet était simple pour moi, il suffisait de faire comme si j'allais au travail et 500m avant l'entreprise, je devais tourner à droite.

Il faisait frais au départ. Sur la route vers Ugine, j'ai pu voir que les deux jours précédents ont effectivement ramené de la neige... Le Mont Charvin (2409m) est à nouveau recouvert de neige... Décidément cet hiver n'en fini pas... C'est vraiment lassant.

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 001

 

J'ai vraiment apprécié de rouler de nouveau sur ce vélo!! Un vrai bonheur!

Une fois à Ugine, le col de l'Arpettaz commence dès la bifurcation. Il est long de 16 km à environ 7% de moyenne et les 12 derniers kilomètres sont même à 8% de moyenne! Une vraie belle montée qui devrait me convenir!

Le début de la montée se fait sur des pentes entre 3 et 6% sur une route très étroite traversant des hameaux mitoyens de Ugine. On pourrait appeler ça la banlieue d'Ugine^^ Bien sûr il s'agit de la campagne et ces maisons rappellent les hameaux situés sur la route entre Campan et Sainte Marie de Campan dans les Pyrénées.

J'ai mis un peu de temps à trouver le rythme et les braquets qui me convenaient. En effet, la dernière fois que j'avais roulé avec le ridgeback c'était le 1er février dernier pour 36 km et la fois d'avant c'était pour aller à la Hourquette d'Ancizan le 17 novembre 2012!

Cela faisait du bien de rouler de nouveau avec.

Le début donc fut un peu entre deux rythmes. La route s'élevaient au dessus de Ugine pile alignée avec mon lieu de travail que je voyais de plus en plus petit sur les premiers kilomètres.

L'ascension comporte de très nombreux lacets, plus d'une quarantaine et c'est vraiment agréable!!

Après les 4 premiers kilomètres, la pente passe à environ 8%. Et là, j'ai vraiment senti que j'étais plutôt en jambes. La route était effectivement plutôt mauvaise, mouillée après le déluge de la nuit, couverte de brindilles et de feuilles. Tantôt nous avions une vue sur Ugine ou la vallée vers la Haute Savoie, tantôt dans la forêt, bref une ascension variée.

J'avais en point de mire deux cyclistes quelques centaines de mètres devant moi et j'étais content de voir qu'avec le VTC j'allais sur le même rythme qu'eux voire même légèrement plus vite mais comme je prenais des photos quelques fois, je ralentissais l'allure.

 

Ugine

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 003

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 004

 

Les kilomètres à 9 ou 10% s'enchainent sur cette petite route étroite. La tranquillité ça fait du bien aussi!! A la moitié de l'ascension environ, je me suis arrêté pour manger une barre céréale puis je suis reparti vite fait. C'est assez impressionnant cette montée avec des pentes à 8 ou 9% puis d'un seul coup quelques mètres à 12 ou 13% avant de repasser à 8 ou 9%. Dans la descente c'était les montagnes russes!!

A cet instant je pensais encore redescendre de l'autre côté.

A environ 6 km du sommet d'après mes estimations, j'ai rattrapé 2 cyclistes (ce n'était pas les mêms que j'avais en point de mire au début), l'un d'eux semblait avoir un peu de mal, puis l'autre que j'ai rattrapé et qui roulait lentement pour attendre son ami me demande, au moment où je lui dit bonjour, si je n'ai pas un blog avec pas mal de cols des Pyrénées. ça fait toujours plaisir. Nous nous sommes souhaités une bonne fin d'ascension.

Après seulement quelques centaines de mètres, je me suis retrouvé devant une grosse plaque de neige qui recouvrait toute la route. Je ne m'attendais pas à trouver une si grosse plaque à seulement 1300m d'altitude. Juste de l'autre côté de la palque, les deux cyclistes que j'ai en point de mire depuis le début de la montée et qui remontent sur leurs vélos.

Me voici dans la neige en train de pousser mon vélo. Une bien grosse plaque épaisse. Heureusement là elle n'est pas très longue. Cependant, en baskets ça glisse beaucoup et comme ça monte, le vélo pèse bien lourd à pousser là dedans. De l'autre côté je remonte sur le vélo et après une petite courbe je me retrouve devant une succession de plaques de neige. Une fois ecs centaines de mètres passées, j'ai pu remonter sur le vélo et avancer encore un peu. Je voyais les deux autres cyclistes juste sur le lacet au dessus de moi et je les voyais passer avec difficultés et remettre pied à terre ensuite. Et moi j'arrivais quelques secondes ensuite et pareil il fallait descendre du vélo. C'était un cyclocross de haute montagne^^

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 010

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 012

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 014

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 016

 

A environ 1480m d'altitude les deux cyclistes se sont arrêtés car la suite semblait être une énorme plaque de neige jusqu'à la fin. Je les ai rattrapé et nous avons discuté un peu. Ils m'ont dit que le sommet n'était vraiment plus très loin et que selon eux, l'autre versant est encore pire que celui ci. C'est là que j'ai décidé de redescendre du même côté car là au moins je savais à quoi m'attendre.

Pour ma part j'ai continué vers le sommet en poussant le vélo dans la neige. J'essayais de faire des grandes enjambées en portant l'arrière du vélo d'une main pour éviter qu'il ne s'enfonce et en dirigeant la roue avant de l'autre. Il fallait faire vite pour que els pieds ne s'enfoncent pas dans la neige. Cependant, j'avais les baskets bien mouillées à l'intérieur. Et à un moment, j'ai mis mon pied sur une partie moins solide et crac, je me suis enfoncé dedans, j'avais de la neige jusqu'à au dessus du mollet. Et moi qui avais baissé mes jambières au pied de l'ascension, je ne les avais pas remontées^^ Mais bon dans l'action sur le moment je ne sentais pas trop le froid encore. La plaque de neige suivante, je m'enfonçais à chaque pas dans la neige. Je voyais mon compteur qui indiquait une pente à 11%, j'étais en train de glisser et de m'enfoncer avec mes baskets, la neige jusqu'aux mollets et en poussant et portant le vélo. On pourrait penser à un moment de galère mais quelque part, j'ai vraiment bien aimé. Ce n'était pas comme si j'étais planté à 100 km de l'appart dans un grand col ou autre. Là c'était vraiment sauvage mais je savais où j'étais, je n'étais pas trop loin de l'appart, je n'avais pas beaucoup de kilomètres à faire dans la vallée et j'avais l'après midi devant moi. Donc j'ai pu profiter^^ Le décor pour se retrouver dans cette situation avec la neige était tout simplement somptueux!!

Sur le final c'était une vaste plaque de neige et au bout de quelques minutes je me suis rendu compte que je n'étais même plus au dessus de la route et que je ne savais pas où elle était. Mais je continuais à avancer car j'avais le col en vue à quelques centaines de mètres et je voyais là bas des cyclistes qui se préparaient à partir de l'autre côté.

L'arrivée au sommet du col en portant le vélo dans la neige fut épique. C'est peut être un peu ça que devais vivre les forçats de la route au début du siècle dernier. Au sommet j'étais content, pour une première sortie dans les Alpes, le Ridgeback se sera bien amusé^^

Pendant un instant je me suis dit que j'aimerais bien refaire pareil dans le Tourmalet^^

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 017

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 018

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 019

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 020

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 026

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 027

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 028

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 030

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 031

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 033

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 035

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 036

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 038

 

Au sommet j'ai pris quelques photos, bu un peu d'eau et je suis reparti pour la descente. Au début j'essayais d'éviter les plaques de neige en roulant sur la minuscule crête qui dépassait de la plaque gigantesque^^ Et j'essayais aussi de distinguer où était la route, ça pouvait toujours servir^^

Ensuite j'ai été obligé de mettre pied à terre pour retraverser toutes ces plaques de neige. L'avantage c'est que ça descendait donc là c'était plus facile que dans la montée où j'avais besoin par moment de faire des pauses au milieu des plaques pour souffler un peu avant de continuer me frayer mon chemin dans la neige. Là dans la descente je pouvais même un peu courir en poussant le vélo. Je courrais complètement au bord de la palque de neige à la limite du talus à gauche de la route. Fallait un peu attention de ne pas tomber là dedans mais ça allait. Du coup, j'arrivais à pousser le vélo à plus de 7 km/h par moment dans la descente^^

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 039

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 040

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 042

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 043

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 045

 

Les plaques de neige se sont enchainées jusqu'au moment où c'était fini et où j'ai pu remonter sur le vélo pour continuer la descente "normalement". Bien entendu à cuaque sortie de plaque de neige j'enlevais toute la neige qui s'accumulait au niveau des freins entre la fourche et les freins. Et quand j'ai commencé à rouler sur le goudron dans la descente, toute la neige prise sur les jantes s'est mise à voler de tous les côtés^^ Le côté moins sympa de la suite fut les portions où il y avait d'énormes rigoles d'eau qui coulaient sur toute la largeur de la route. Dans la montée ça allait parce qu'on roule moins vite mais dans la descente, c'est comme si je roulais à pleine vitesse dans un ruisseau, ça a éclaboussé de tous les côtés...

L'incroyable nombre de virages en épingle fait qu'on peut difficilement gagner beaucoup de vitesse, cependant, avec ces montagnes russes, le moindre petit raidar de quelques mètres fait gagner d'un coup plusieurs km/h. J'ai bien aimé la descente même si sur cette route en mauvais état et étroite on a tendance à vouloir choisir sa trajectoire et à rouler à gauche pour ne pas rouler sur des branches ou autre, mais il faut faire attention car même si il n'y a pas de voiture, il y a quelques cyclistes.

En bas de la descente, j'avais les jambes recouvertes de boue. Je suis rentré sur Albertville en roulant sur un bon rythme. Faut dire que même si il y a eu une belle ascension, la sortie globale a été courte.

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 046

 

Photos col de l'Arpettaz le 18 mai 2013 047

 

Je suis rentré à l'appart en bonne forme et bien content de cette bonne sortie. J'étais à l'aise sur les pourcentages raides et plus j'avançais dans l'ascension et mieux je me sentais. Et le final va laisser quelques bons souvenirs!!

Au total j'ai donc fait 52 km pour 1250m de D+.

 

PS : normalement c'est la dernière sortie avec cet appareil photo endommagé.

Partager cet article
Repost0
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 12:19

Il s'agissait d'une semaine que j'attendais avec impatience pour ma part. Je suis allé sur Paris mercredi et jeudi, ce qui m'a permis de revoir la famille puis je suis revenu avec Fabien, un ami habitant à Paris et qui va faire l'Etape du Tour au mois de juillet.

 

Petit tour en velib' à Paris^^

velib

 

Nous avions donc prévu de faire la reconnaissance du parcours ce samedi 11 mai.

Le parcours passe par le col de Leschaux (897m), la côte d'Aillon le Vieux, le col des Près (1142m), le Mont Revard (1463m) et la montée finale vers le sommet du Semnoz (1655m).

Pendant la journée du vendredi, j'ai du aller au travail. Pendant ce temps là, Fabien a pu faire une belle sortie en montagne malgré la météo menaçante et le brouillard. Il a pu monter le col des Saisies, des Aravis et terminer par le final du col de la Croix Fry. Une bien belle sortie qu'il a faite! Il s'agit du parcours que je souhaitais faire samedi 4 mai et que je lui ai conseillé. En revanche, à cause de la météo, comme pour moi le 4 mai, il n'a pas pu profiter du panorama sur le Mont Blanc depuis les Saisies...

Pour la journée de samedi nous sommes partis en voiture jusqu'à Sévrier à quelques kilomètres d'Annecy sur le bord du Lac d'Annecy. Nous avons prévu de partir de là pour éviter d'aller s'embouteiller en voiture dans Annecy. C'est la première fois en bientôt 4 ans que je fais du vélo en montagne, que je me suis avancé en voiture. Mais là nous étions obligé.

Fabien a un gabarit qui fait que par rapport à moi il est plus avantagé dans les descentes, le plat et les faibles pourcentages jusqu'à 6%. A l'inverse, moi je suis plus léger et donc avantagé sur les forts pourcentages.

 

La météo était très menaçante et les sommets des montagnes étaient tous dans les nuages. Pas super engageant.

Nous sommes donc partis en direction de Saint Jorioz à seulement 2 km.

Nous avons très rapidement entamé l'ascension du col de Leschaux. 13 km d'ascension assez roulante entre 4 et 6%. J'en gardais déjà quelques mauvais souvenirs depuis ma sortie du 13 avril.

Là étant donné que c'était encore les premiers kilomètres, ça allait mais rapidement Fabien a pris les devants et a fait le train, pour ma part, j'ai pris quelques photos des paysages dans la montée et j'ai donc un peu fait le yo-yo pendant que Fabien levait le pied pour me permettre de revenir. Cependant pendant toute l'ascension je sentais que j'étais un peu en surrégime. Je grimpais sur 39-25 et je n'arrivais pas à bien me caler sur un rythme qui me convenait.

Plus nous grimpions et plus la température baissait et le ciel était menaçant.

 

Lac d'Annecy depuis la montée :

Photos reco EDT le 11 mai 2013 001

 

Nous avons passé la côte de Puget puis nous sommes descendus sur le sommet du col de Leschaux.

A partir de là, le GPS de Fabien a commencé à se perdre et impossible de le remettre sur le droit chemin^^ Et moi, en partant j'ai oublié d'embarquer mes cartes routières, pas ce qu'il y a de mieux comme situation. Nous avons commencé à descendre par une route mais le GPS indiquait l'autre route parallèle, demi tour et nous sommes allés sur l'autre mais apparemment le GPS s'est mis à dire qu'il fallait reprendre la première. Bref nous avons continué sur celle là et une fois arrivés à Lescheraines, nous avons du remonter une côte de 3 km pour rejoindre l'autre route. A un stop, nous avons rattrapé un cycliste qui faisait le début du parcours et qui nous a indiqué l'itinéraire à suivre. Les kilomètres suivants vers le Châtelard puis en direction du col des Près, sont sans cesse en train de monter et descendre. Le cycliste qui nous a indiqué la route nous a dépassé et nous nous sommes mis dans sa roue dans la montée. C'était un faux plat montant et pour ma part j'étais un peu juste. J'avais du mal à emmener le 39-25 alors que ça montait seulement à 5%. J'ai donc décroché de quelques mètres avant que la pente ne passe à 7% sur quelques centaines de mètres et que je revienne petit à petit. Puis, le cycliste nous a fait tourner à gauche sur un petit chemin qui grimpait pas mal. Là dans la montée c'était plus raide et ça allait mieux pour moi. Manque de chance après 1 km, on est arrivé au bout du chemin et donc on a fait demi tour.

Je commençais à ressentir la faim.

 

Photos reco EDT le 11 mai 2013 005

 

Photos reco EDT le 11 mai 2013 006

 

Photos reco EDT le 11 mai 2013 008

 

Photos reco EDT le 11 mai 2013 010

 

Photos reco EDT le 11 mai 2013 011

 

Photos reco EDT le 11 mai 2013 012

 

Photos reco EDT le 11 mai 2013 013

 

Nous sommes sur la bonne route

Photos reco EDT le 11 mai 2013 014

 

Nous avons repris la montée, pendant quelques kilomètres ça allait pour moi, Fabien ne semblait pas en difficulté puis la pente a un peu baissé et j'ai à nouveau lâché quelques mètres, Fabien a donc ralenti. Nous sommes passés à la côte d'Aillon Le Vieux. Une courte descente et nous avons commencé le col des près. 3 km à 8% de moyenne environ. Et là, alors que je pensais être en difficulté et mal parti pour la suite, je me suis retrouvé plutôt à l'aise dès que la pente est passée au dessus de 7% et je suis passé devant pour faire le train. J'étais même surpris, d'avoir eu besoin d'enlever une dent à l'arrière sur du 8% pour me mettre sur 39-23 alors que sur des pentes plus faibles j'étais en difficulté sur 39-25. 

J'ai vraiment bien aimé le col des Près. Fabien, a eu plus de difficultés dans cette montée. Le col n'est pas très long et j'étais un peu déçu (mais Fabien était à l'inverse plutôt content que ça soit fini au sommet).

Alors que je le prenais en photo à son arrivée au sommet du col, on voit sur la photo juste derrière lui une voiture noire et au loin deux cyclistes. Il s'agit tout simplement de Pierre Rolland et Cyril Gautier en repérage de l'étape également. Alors que nous nous ravitallions au pied du panneau sur le côté droit de la route, Rolland et Gautier se sont ravitaillés au pied du panneau côté gauche de la route. C'est sans doute la femme de Pierre Rolland qui conduisait leur voiture. Pendant 5 min ils étaient là, un petit bonjour et les voilà repartis. Faudra voir en juillet si les deux compères refont le coup de l'étape de La Toussuire de l'an dernier où le travail de Gautier avait permis à Rolland de gagner.

 

Fabien arrivant au sommet du col des Prés avec au loin Pierre Rolland et Cyril Gautier

Photos reco EDT le 11 mai 2013 017

 

Photos reco EDT le 11 mai 2013 018

 

Col des Près

 

Pierre Rolland et Cyril Gautier au sommet du col des Prés :

image1

 

Nous sommes ensuite partis dans la descente du col des Près. Le ciel était toujours menaçant bien sûr et nous avons eu quelques gouttes de pluie qui sont tombées. Il ne faisait pas très chaud non plus.

Même si sur les pourcentages plus raides du col des Près, je me suis trouvé à l'aise, je savais que le Revard serait plus dur pour moi car il est long et très roulant avec rarement des pentes au dessus de 6 ou 7%.

Je me suis arrêté dans la descente pour prendre quelques photos de Chambéry que l'on apercevait en bas pendant que Fabien a continué d'avancer. Il est plutôt bon descendeur et vu mon gabarit, je n'ai à aucun moment de la sortie, tenté de le suivre dans les descentes.

 

Chambéry au fond en bas

Photos reco EDT le 11 mai 2013 020

 

Après la descente du col des Près, la route se remet à monter instantanément. Passer d'une descente à une pente de 9%. Sur le coup ça a fait mal aux jambes, puis à nouveau je me suis retrouvé à l'aise sur 39-25 et j'ai pu faire le train. La montée a duré pratiquement 2 km sur du 9%. Nous nous sommes arrêtés pour enlever les K-way et la route s'est remise un peu à descendre jusqu'à Saint Jean d'Arvey.

Là c'est parti pour le Mont Revard pour plus de 18 km (mais sur le moment je ne connaissais pas la distance exacte). Sur les premières pentes aux alentours de 6%, j'ai senti que le 39-25 commençait à m'épuiser et à être un peu gros, c'est bien dommage car je savais que dès que je passerai sur le 30 dents, je n'avançerai plus... Fabien a eu des soucis pour passer son grand pignon. Et nous nous sommes arrêtés plusieurs fois en quelques mètres, car il essayait de revisser sa gaine et son câble. Mais rien n'y a fait il n'a pas pu passer son 28 dents. Pour ma part j'ai très mal encaissé les redémarrages successifs et à chaque fois je sentais l'acide lactique dans les cuisses. J'ai fait le train au tout début du Revard sur les pentes à 6% puis j'ai ralenti l'allure et j'ai fini par passer le 30 dents à l'avant. Fabien a pris quelques mètres. La pente était vraiment roulante aux alentours des 5%.

Malheureusement pour moi, j'ai pris un coup de barre presque instantané à peine 2 km plus loin... Je n'avançais plus. Je me suis arrêté pour me ravitailler un peu.

Je ne sais pas trop ce que c'était mais je pense que c'était un début de fringale assorti d'une grosse fatigue générale accumulée sur les 4 jours précédents pendant lesquels, j'ai très peu dormi et voyagé. Toujours est-il que je me suis arrêté une bonne dizaines de minutes avant de repartir. La pente était toujours aux alentours de 5% et puis pendant 2 km ça a été plus raide à 8%. Là, à nouveau je grimpais plus vite que sur du 5 ou 6%. Ceci dit, je n'étais pas au mieux évidemment.

 

Début de l'ascension du Mont Revard

Photos reco EDT le 11 mai 2013 023

 

Je savais l'ascension longue mais je ne connaissais plus exactement le kilométrage. Et je ne me souvenais plus de l'altitude du sommet, j'hésitais entre 1400m et 1500m. Pas évident pour se donner un repère dans une montée où on n'est pas aérien. Je suis arrivé à une intersection indiquant le Mont Revard à gauche à 9 km et le col de Plainpalais à droite à 700m. J'ai vu que vers le col de Plainpalais c'était tou plat, je n'ai pas trop hésité et je suis allé tourner les jambes sur la partie plate avant de continuer à grimper. J'étais à la limite des crampes et je ne pouvais donc plus me mettre en danseuse, ce qui ne m'arrangeait pas... J'ai juste fait l'aller retour sur du plat jusqu'au col de Plainpalais (1173m) et j'ai repris la montée du Revard. J'ai un peu mieux encaissé le kilomètre suivant.

 

Photos reco EDT le 11 mai 2013 024

 

La route a ensuite traversé la station de la Féclaz. Pendant la traversée de cette station alors que la température avait bien baissé, j'ai été pris d'une envie de dormir, je peinais à garder les yeux ouverts et je me suis même imaginé m'arrêter et dormir au pied d'un arbre là, comme ça^^

A la sortie de la station, à 5 km du sommet, je me suis arrêté pour mettre mon écharpe car j'avais vraiment froid. Là avec Fabien nous nous sommes téléphonés pour savoir où on en était. Il m'a dit quil m'attendait depuis quelques minutes et de fait nous n'étions pas très loin l'un de l'autre. Heureusement juste après l'endroit où j'étais la pente était bien moins raide et permettait de tourner les jambes un peu plus tranquillement. Nous nous sommes donc retrouvés un peu plus loin et avons terminé l'ascension. Nous sommes entrés dans le brouillard. un brouillard très dense et surtout glacial!! La température a chuté en seulement 2 km! Nous sommes passés de 12 à 4°C! En plus quand nous nous sommes téléphonés, j'ai oublié de mettre mon écharpe au final^^

 

Le final du Mont Revard dans le brouillard

Photos reco EDT le 11 mai 2013 026

 

Petite pause d'une minute dans le final de la montée pour enfiler les K-Way car il faisait vraiment très froid :

 

image2

 

image3

 

image4

 

Nous avons grimpé dans le brouillard. Nous sommes passés devant la bifurcation avec la route descendant à Aix les Bains sur la droite sans vraiment nous en rendre compte. Nous sommes arrivés au sommet à plus de 1500m en claquant des dents et à court d'énergie. Et là, après les photos, nous avons décidé de nous faire un bon ravito au restaurant du sommet en allant manger un plat! Escalope normande pour Fabien, et entrecôte pour moi. On a vraiment apprécié! Inutile de dire qu'à cet instant nous avons décidé de ne pas grimper le Semnoz. Nous n'en avions pas les moyens tout simplement. Fabien avait du mal à marcher et moi su le vélo j'étais à la limite des crampes. Et en plus là nous étions dans un brouillard glacial à 3°C à 1500m d'altitude, alors le Semnoz à 1655m, ça aurait été encore pire!

Nous avons donc décidé de contourner le Semnoz pour rejoindre Annecy puis Sévrier par la piste cyclable. Nous avons eu du mal à nous motiver pour quitter le restaurant mais il fallait bien car il y avait ensuite la route à faire jusqu'à Albertville puis Fabien qui devait prendre le train pour Paris le soir même.

 

Photos reco EDT le 11 mai 2013 031

 

Mont Revard

 

Le restau au sommet

Photos reco EDT le 11 mai 2013 033

 

Nous avions donc hâte de quitter le sommet du Revard, et là, un problème innatendu se pose... Où est donc la route pour descendre de l'autre côté??

Nous sommes allés à droite, nous avons regrimpé quelques mètres, nous avons pu avoir une superbe vue sur le lac du Bourget à un endroit où il n'y avait qu'un voile de nuages. D'ailleurs les couleurs étaient magnifiques et rien que pour ça, ça valait le coup!! Un régal pour les yeux. Puis nous avons continué la route et nous sommes revenus sur le sommet du Revard. Ce n'était donc pas celle là. Nous sommes allé à notre droite (donc en face du restau), la route a grimpé jusqu'à 1535m et nous avons débouché sur un parking. Ce n'était pas celle là non plus.

 

La vue superbe sur le lac du Bourget avec le Mont du Chat en face de l'autre côté et Aix les Bains en bas

Lac du Bourget

 

Lac du Bourget3

 

Nous sommes donc redescendu par là où nous sommes montés et avons rejoint un groupe de cyclistes qui était aussi dans le restau. Là après 3 km de descente glaciale, nous sommes arrivés à l'intersection d'Aix les Bains. Il semblerait qu'il s'agisse du col du Pertuiset (après avoir regardé sur la carte routière hier).

Là, nous avons hésité, car nous ne voulions pas redescendre dans Aix les Bains. Nous avons demandé une indication à deux marcheurs qui étaient là et il nous ont juste dit "quand vous arriverez à la fromagerie, tournez à droite". Sympa l'indice. Moi qui n'aime pas le fromage, c'est bien la première fois que j'étais impatient de trouver une fromagerie^^.

Dans la descente j'étais tétanisé par le froid. J'ai laissé filer Fabien. Je sentais des flocons de neige sur mon visage. Terrible! Puis au fur et à mesure que je descendais, c'était des gouttes de pluie. Dans la descente, nous avons passé le col de la Clusaz d'après ce que j'ai pu voir 2 jours plus tard sur la carte routière.Après une grosse dizaine de kilomètres, j'ai vu la fromagerie à droite et effectivement une route qui partait à droit. J'étais surpris de ne pas voir Fabien. D'autant plus que le village indiqué par le panneau de direction, n'était pas un village très connu car il ne me disait rien du tout. J'ai tout de même tourné à droite. la route continuait de descendre et là, là pluie! Une pluie glaciale et fine. Pendant 7 kilomètres la pluie est tombée. J'étais complètement mouillé et je tremblais de froid. Je suis arrivé dans la forêt à une intersection avec une départementale, et que ce soit à droite ou à gauche, c'était des villages perdus qui étaient indiqués. Je prends mon téléphone et au même moment Fabien m'appelle. Il m'attendait un peu après la fromagerie dans le hameau qui était juste après la fromagerie et la bifurcation à droite! Moi qui pensais qu'il avait tourné, il m'attendait en fait! Du coup je l'ai attendu à l'intersection le temps qu'il arrive. Heureusement la pluie s'est arrêtée.

 

Au carrefour en attendant Fabien, signe d'un glissement de terrain dirait-on :

Photos reco EDT le 11 mai 2013 039

 

Il est arrivé et là avec son téléphone il a essayé de se connecter pour visualiser la carte routière. Puis nous avons demandé à deux cyclistes qui nous ont indiqué le meilleur moyen de rejoindre Annecy en contournant le Semnoz. La route est repartie en montée pendant 3 km environ avant d'être à peu près plate ou en faux plat montant sur 4 km. là nous avons vu la bifurcation vers le Pont de l'Abîme qu'ils nous avaient indiqué. Une courte descente qui a fait du bien et nous sommes arrivés sur le pont. Superbe vue sur les gorges en dessous de nous. Cependant, nous n'avions pas trop le temps de nous arrêter pour prendre des photos. maintenant que nous roulions nous voulions arriver rapidement sur Annecy et Sévrier. Juste après le pont, la route s'est remise à monter. Pour l'instant, ça allait, les jambes supportaient bien les montées et les changements de rythmes. Je pouvais monter les faux plat sur la plaque ou sur 39-21. C'était sympa.

Un peu plus tard nous avons vu un panneau indiquant Annecy à 16 km, première indication kilométrique que nous avions!

Nous avons eu un bon faux plat montant pendant quelques kilomètres qui nous a permis de rouler à plus de 40 km/h pendant quelques kilomètres avant d'avoir une série de deux bosses à remonter. Là, à nouveau je ne pouvais plus me mettre en danseuse à cause des crampes qui menaçaient d'arriver. Heureusement les dernières montées n'étaient pas très longues et une dernière descente nous a fait piquer sur Annecy. Là nous avons pu rejoindre les bandes cyclables et je cherchais un moyen plus court de rejoindre le Lac plutôt qu'en suivant les panneaux. Mais nous avons été obligés de regrimper une dernière côte dans Annecy. Une côte assez raide mine de rien, puis nous sommes redescendus instantanément sur le lac. On se serait bien passé de cette dernière montée quand même.

Nous avons fait une courte pause au bord du Lac pour prendre des photos et nous avons suivi la piste cyclable sur les 4 derniers kilomètres jusqu'à Sévrier. Nous étions content de revoir la voiture!

Le temps de remettre le porte vélo et nous sommes montés dans la voiture et direction Albertville!

 

Lac d'Annecy :

Lac d'Annecy

 

Au final nous avons parcourus 137 kilomètres pour 2800m de D+. Nous n'avons pas pu faire le Semnoz mais, il n'y a aucun regret car nous avons fait une bonne sortie tout de même et la météo ne nous a pas vraiment aidé.

Fabien a en plus bien géré l'enchainement de ses deux sorties de vendredi et samedi, ce qui n'est pas rien car bien qu'il essaye de suivre du mieux qu'il peut son plan d'entrainement, il découvrait la haute montagne et je pense qu'il peut être content surtout avec la météo qui n'a pas été formidable sur ses deux sorties. Il a un peu plus de mal sur les forts pourcentages. Sur les pentes roulantes il tourne les jambes tel un métronome en restant la plupart du temps assis sur le vélo, plutôt le contraire de moi qui suit bien mieux en danseuse (quand je n'ai pas de crampes dans les jambes^^).

 

Pour ma part, je m'attendais à avoir du mal sur le plat, dans les descentes et sur les faibles pourcentages. ça n'a effectivement pas raté. Ce qui est dommage pour moi c'est que la plupart de la sortie s'est faite sur des faibles pourcentages. Etant moins puissant, je pense que le 39-25 m'a épuisé sur le col de Leschaux en début de sortie. Le paradoxe c'est que malgré mon manque de puissance, dès que la pente a été plus raide au dessus de 7 ou 8%, j'ai eu besoin d'enlever des dents à l'arrière pour me mettre sur 39-23 ou 39-21 alors que sur des pentes moins raides j'étais en difficulté sur 39-25. Du coup, faudra que je réfléchisse sérieusement à passer sur un compact à l'avant...

Une chose est sûre pour moi, pour la prochaine sortie j'essaierai d'aller chercher une montée raide histoire de voir pour les jambes.

Quant à mes crampes, j'ai essayé de me ravitailler avant d'avoir faim mais je me suis planté visiblement, et je n'ai pas suffisamment bu d'eau sur le début de la sortie comme on a pu constater par la suite. Cependant, c'est quand même très rare que je me retrouve à la limite des crampes. Je n'ai pas souvenir de plus de 3 ou 4 sorties où j'ai eu ou été à la limite des crampes.

Après sur la sortie en elle même, la météo ne nous a pas gâté car mi-mai la température maximale a été 18°C et nous avons eu 3°C en haut du Revard puis la pluie juste après. Et je suis sûr que j'apprécierai grandement le retour de la chaleur!!

 

PS : mon appareil photo a pris un gros choc la semaine dernière et depuis, sur la plupart de mes photos il y a une grosse tâche noire...ce n'est pas top, j'aurais ce problème le temps que je cherche à me prendre un nouvel appareil...

Partager cet article
Repost0
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 13:19

En ce week end de début mai, inutile de dire que j'attends avec de plus en plus d'impatience les beaux jours! Les prévisions sont très aléatoires et indiquent tantôt du soleil, tantôt de la pluie voire des orages assez violents que l'on a eu sur Ugine jeudi et vendredi (mais pas sur Albertville).

Pour ce week end, il ets prévu pas trop moche le samedi matin, un peu pluvieux le samedi après midi et selon des sources différentes le dimanche ce sera soit soleil soit pluie...

En ce samedi, j'ai décidé de me lever tôt et par la fenêtre ce matin il faisait très nuageux voire menaçant d'un côté (sur les Bauges) et plutôt avec des éclaircies sur le Beaufortain. Cependant les sommets sont tout de même dans les nuages. J'ai décidé de tenter le coup et de partir pédaler! Dimanche ce sera grasse matinée comme ça!

Pour le parcours, depuis quelques jours j'envisage de faire un bel enchainement avec le col des Saisies par la route de Beaufort, puis descente sur Flumet, enchainement avec le col des Aravis puis début de la descente sur Thones avant de bifurquer vers le col de la Croix Fry et de faire les 4 derniers kilomètres du col puis descente presque jusqu'à Thones avant de rentrer par Faverges et Ugine puis enfin Albertville. Une belle boucle de 130 km environ d'après mes estimations.

Bien entendu tout cela dépendait de mes jambes!

Cette sortie avait aussi pour but de me faire découvrir la route allant d'Albertville à Beaufort. Il y a 19 kilomètres entre les deux villes. Pour le col des Saisies il faut bifurquer 3 km avant Beaufort.

 

J'ai donc quitté Albertville, et j'ai pris la route de Beaufort qui commence à 200m de l'appart! Et là dès la bifurcation la route se met à monter sur du 5%. Je savais que Beaufort était 400m plus haut qu'Albertville mais je ne m'attendais pas à ce que ça monte direct là avant même la sortie d'Albertville, j'étais encore un peu endormi en plus^^

Et pendant 4 km la route va grimper sur des pentes à 5% si bien qu'on atteint déjà les 200m de dénivelé après cette mise en bouche. Heureusement, après la route devient plutôt plate et alterne courtes montées et courtes descentes bien que progressivement nous prenons de l'altitude. La route est assez sympa quoique un peu fraiche tout de même par endroit. La température allait de 12 à 15°C sur la route. Je pense que d'habitude c'est une route pas trop fréquentée mais là des dizaines de véhicules tirant des remorques avec des voitures de rallyes m'ont dépassé. Il devait y avoir un rallye du côté de Beaufort ou quelque chose comme ça j'imagine. C'était un peu pénible à la longue mais je dois reconnaitre qu'hormis quelques andouilles, la plupart s'écartaient plutôt pas mal pour me dépasser.

Ce que je peux regretter également c'est le mauvais état global de la route, avec beaucoup de nids de poules et de trous. Avec le vélo de route ce n'est pas très rassurant tout de même...

Le paysage très encaissé est plutôt sympa mais malheureusement je n'ai pas pris beaucoupd e photos car la route n'est pas très large et il y avait pas mal de trafic, j'en profiterai plus une prochaine fois quand il fera grand soleil.

Pour ce qui est de la météo, plus j'avançais et plus je me posais des questions vers la droite ça semblait s'éclaircir (côté Cormet de Roselend) et vers la gauche vers les Saisies c'était très chargé en nuages!

A 3 km de Beaufort, je suis arrivé à la bifurcation, j'ai donc tourné vers la gauche pour entamer l'ascension du col des Saisies, j'avais effectivement 400m de D+ à mon compteur à cet instant.

L'ascension du col des Saisies est longue de 15 km environ pour 950m de D+. L'ascension est end eux parties, les 8 premiers kilomètres suivis de 500m de descente avant d'entamer les 6,5 derniers kilomètres un peu plus soutenus.

La pente est très régulière globalement.

J'ai été content de voir que dès le début de la montée sur du 7%, j'avais les jambes qui tournaient plutôt bien. Les premiers lacets s'enchainent assez rapidement et très vite on domine la route qui va à Beaufort et on voit Beaufort en bas devant nous.

 

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 001

 

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 002

 

La route est tantôt bordée d'arbres et tantôt elle offre quelques points de vues. On voit en face notamment la route allant vers le Cormet de Roselend (actuellement fermé). Je prenais grand plaisir à grimper! Les jambes tournaient bien, je ne forçais pas et j'avançais en profitant et sans me prendre la tête avec le pédalage. D'ailleurs j'étais ent rain d'admirer le paysage, de penser à la suite du parcours, de savourer l'instant d'être dans les montagne ssavoyardes que je n'ai pas vu passer les kilomètres tellement j'étais bien là! Bien sûr je ne suis pas dans une grand forme mais petit à petit ça vient. Bref que du bonheur!

 

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 003

 

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 004

 

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 008

 

Cependant au fur et à mesure que je grimpais je regardais régulièrement le ciel car au dessus de la vallée il y a toujours un petit coin de ciel bleu mais au dessus de moi et sur le sommet de la montagne c'est un ciel très menaçant... J'avais l'impression de me jeter dans la gueule du loup et d'aller à la rencontre de la pluie. Cette météo, c'était clair pour moi, pour admirer le Mont Blanc depuis le sommet du col, je suis bon pour repasser un autre jour...

Après 8 km d'ascension il y a donc ces 500m de descente, puis j'arrive à une bifurcation où j'ai vu à la dernière seconde que les Saisies était indiqué sur la gauche et non pas tout droit vers le col du Joly indiqué à 16 km. J'ai freiné tout juste pour aller sur la gauche et reprendre la route des Saisies. La route se remet  monter instantanément sur des pentes entre 7 et 8%.

 

La bifurcation (je suis arrivé dans face après les 500m de descente), la route qui continue en contrebas c'est celle allant au col du Joly :

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 009

 

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 011

 

J'ai repris mon rythme régulier. Bien sûr je commençais petit à petit à sentir mes jambes et tout ça mais c'est ça qui est bien^^

A un peu moins de 4 km du sommet selon mon compteur, j'ai commencé à traverser quelques hameaux avec des maisons, des fermes et tout ça. J'ai aussi commencé à sentir quelques gouttes de pluie... Il ne faisait pas chaud, seulement 12°C à cet instant et je commençais à me dire que j'avais fait peut être une bêtise de partir en montagne là. Cependant j'étais confiant car je me suis dit qu'avec les maison et les fermes j'avais de quoi m'abriter sous un paravent si jamais il venait à beaucoup pleuvoir.

 

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 012

 

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 013

 

Plus je grimpais et plus la route était en mauvais état, ce n'était vraiment pas très agréable, beaucoup de nids de poule et de gravier...

Après la traversée des premiers hameaux, pendant 1 km, la route traverse à nouveau des prairies sans maisons. La neige recouvre tous les champs et toutes les prairies et la température s'est mise à chuter rapidement.

A environ 2 km du sommet, je suis entré dans la station des Saisies, une station avec un nombre énorme de chalets et surtout avec une route dans un état désastreux!! Pour une station si connues et qui a beaucoup de touristes l'hiver, c'est vraiment incroyable, je devais zigzaguer pour éviter tous les trous! Et cette traversée de la station est longue, très longue et moche aussi^^

 

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 017

 

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 019

 

PendantPhotos col des Saisies le 4 mai 2013 021 la traversée de la station il s'est mis à pleuvoir une petite pluie fine pas encore trop gênante mais qui m'a fait bien accélérer pour me dépêcher!

La route continue de grimper sur des pentes entre 7 et 9%. Je suis arrivé à un rond point avec une sculpture de bouquetin, puis un autre avec une sculpture de traineau et enfin un troisième rond point plus loin avec une sculpture de cycliste debout à côté de son vélo.

J'ai pris des photos tout en roulant et je continuais de me dépêcher pour arriver au sommet du col qui n'arrivait toujours pas! Les nuages devant moi et donc sur l'autre versant étaient très sombres et c'est là que j'ai décidé que je n'irai pas me risquer de l'autre côté et sur le col des Aravis. Je ne veux pas me prendre de la pluie, ça enlèverait tout le plaisir de la sortie! Je suis passé devant un parking dont un panneau à l'entrée indique "parking du col", mais pas de panneau indiquant le col...

 

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 022

 

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 023

 

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 024

 

Je continue, toujours sous la pluie, je sors de la station, la route est plate...mais où est-ce...? Je continue, pensant que ça remonte quelques mètres plus loin, mais rien, la route se met à descendre, je continue jusqu'aux premiers virages pour être sûr que c'est la descente sur l'autre versant. Et c'est effectivement le cas. Le sommet du col n'est donc pas indiqué. Je fais donc demi tour et remonte ce kilomètre que j'ai descendu que l'autre versant.

 

Le dernier kilomètre par l'autre versant que j'ai du remonter après être descendu légèrement à la recherche du sommet

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 025

 

Je rentre de nouveau dans la station, repasse devant le parking et là je vois sur la droite un petit panneau indiquant le col des Saisies, je ne risquais pas de le voir dans l'autre sens puisqu'il n'y en a qu'un qui est visible quand on vient du versant de Flumet dont j'ai fait le dernier kilomètre. Je me suis arrêté quelques minutes pour manger une barre céréale, boire un peu, enfiler mon K-Way et hop je susi reparti. Il pleuvait toujours un peu. La température était de 8°C. vraiment pas chaud.. J'ai gardé mon écharpe depuis le début de la sortie ainsi que ma veste thermique.

 

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 032

 

Me voilà donc parti dans la descente pour redescendre par le même versant par lequel je suis monté. C'est en descendant que je me suis rendu compte à quel point l'état de la route est lamentable. Tous les chaos qu'il y avait, ouille ouille ouille pour le vélo! En revanche dès qu'on sort de la ststaion, la route est en meilleur état même si ce n'est pas le top du top. Ce qui est bien c'est qu'il y a de très longues portions de lignes droites ce qui permet de rouler à 60 km/h pendant de longues secondes sans avoir à freiner. C'était vraiment agréable. J'avais hâte de descendre en altitude pour retrouver des températures un peu meilleures! Ce n'est que vers 1200m d'altitude que j'ai ressenti la hausse des températures.

 

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 035

 

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 036

 

J'ai bien apprécié cette descente. J'ai ensuite refait ces 500m de montée au milieu de la descente avant de repartir dans la descente des 8 km suivants.

Une fois en bas il me restait donc 16 km à faire dans la vallée pour revenir sur Albertville. Dans la vallée il y avait toujours ce petit ciel bleu au milieu de tous les nuages menaçant. Il y avait un léger vent de face en bas, mais rien de bien méchant. J'étais un peu frustré tout de même qu'après tant de caprices, la météo continue d'empêcher de faire de belles sorties, surtout qu'aujourd'hui je me sentais bien!

Dans la vallée j'ai pu rouler plutôt sur un bon rythme et j'ai apprécié les 4 derniers kilomètres de descente sur Albertville.

 

Dans la vallée sur le retour :

Photos col des Saisies le 4 mai 2013 039

 

Je suis donc rentré à l'appart avec 67 km au compteur pour 1600m de D+. Au lieu de faire une boucle j'ai donc fait une ascension en aller retour et je pense que j'ai bien fait car j'aurais pu redescendre de l'autre côté sur Flumet et rentrer par la vallée par Ugine mais tous les nuages transitaient vers là bas donc pas de regret sur ce point!

Ce fut donc une sortie courte par rapport aux prévisions mis au moins ce qui est bien c'est que j'ai aimé l'ascension et la descente. Je me sentais pas trop mal et je pense que j'avais effectivement les jambes pour pouvoir enchainer avec le col des Aravis et le col de la Croix Fry.

La météo pour la semaine prochaine est encore mitigée, faudra attendre pour être sûr de pouvoir profiter de belles journées...

Partager cet article
Repost0
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 17:51

 

C'est avec une petite surprise que je mets un article sur la sortie de hier car au départ elle n'était absolument pas prévue!

Hier c'était la journée au travail et en sortant du bureau à 17h10 le soir, il pleuvait des cordes, une pluie chaude mais une pluie quand même. Bref rien qui ne pouvait laisser penser qu'1 heure plus tard je serai en train de regonfler mes pneus.

La météo est désastreuse en cette fin de mois d'avril et début de mois de mai.

Sur la route du retour du travail, jusqu'à Albertville, il pleuvait toujours. Le temps de passer une demie heure à la médiathèque et voilà qu'en sortant, il ne pleut plus, il fait chaud (!!) et les nuages sont en train de partir, il y a même un beau coin de ciel bleu au dessus d'Albertville. Je décide d'aller acheter du pain et sur le chemin, j'hésitais à prendre le vélo. Mais sachant qu'il était prévu de la pluie pour le lendemain 1er mai, j'ai décidé de sauter sur cette occasion. Et me voilà rentré en courant, changé en moins de deux et parti en trombe.

Il était 18h15 passé quand je suis parti, j'ai donc décidé d'aller au col des Cyclotouristes qui domine Albertville à 1330m d'altitude. Etant donné l'heure tardive j'ai décidé de prendre le vélo de route et non pas le VTC afin d'aller plus vite. Cependant j'avais quelques doutes sur l'état de la route sur la fin. Je m'attendais à trouver du gravillon...mais pas ce que j'ai finalement trouvé.

Me voilà donc parti sous cette chaleur. La montée est simple à décrire : 13 km pour 1000m de D+. J'ai la chance d'habiter à seulement 200m du pied de l'ascension. La pente passe de 0 à 11% d'un seul coup dès le début. Inutile de dire que je ne me suis pas attardé à passer sur le 39 dents, j'ai mouliné direct là!

Le premier kilomètre est en très bon état pour ce qui est de la route, il mène à la cité médiévale de Conflans sur des pentes allant jusqu'à 13% comme l'indique le panneau et me l'a indiqué mon compteur. Puis ensuite, une fois la cité passée après presque un kilomètre, la route est somptueuse pendant encore 1 km. Un pur régal de pédaler sur cette route sinueuse avec Albertville en bas, les fleurs, les jolies maisons et les arbres en fleurs tout autour. Rien que pour ça je remonterai là!!!

La route traverse de nombreuses intersections, il faut suivre à chaque fois la direction de Fort du Mont.

Tout le début sur la partie raide se passait bien même si je sentais que je ne volais pas, mais ça allait bien, je tournais bien les jambes. Les 3 kilomètres suivants sont plutôt en 6 et 8%, avec un court passage à 5% qui permet de souffler. Dans un virage en épingle à droite qui est d'ailleurs défoncé à l'intérieur, la route repasse à 9% et la pente va aller entre 8 et 9% pendant quelques temps.

L'ascension est très sinueuse et offre de nombreux lacets à travers la forêt avec de temps en temps un petit point de vue vers le Mont Charvin au Nord d'Albertville ou la vallée de la Tarentaise qui part vers l'Est. La vue sur la Tarentaise est magnifique! Plus je monte et plus l'état de la route se dégrade et moins la chaussée est sèche.

En effet, il faisait vraiment très chaud en bas, du coup toute la pluie avait déjà séchée au sol.

 

Le Mont Charvin :

 

Photos col des Cyclotouristes le 30 avril 2013 001

 

La vallée vers Ugine :

 

Photos col des Cyclotouristes le 30 avril 2013 002

 

Après la portion entre 8 et 9%, la pente est repassé entre 6 et 7% pendant quelques kilomètres.

A environ 3 km du sommet, je suis passé devant le Fort du Mont... Et là instantanément, la pente est repassée progressivement au dessus des 8 puis des 9% avant d'atteindre les 10% par endroits dans les deux derniers kilomètres. Instantanément aussi, la route s'est retrouvée dans un état déplorable... à travers la forêt de sapins. Ce n'était plus qu'un chemin forestier... De nombreux sapins au sol étaient rangés le long de la route. Je me suis dit à moi même, si ils n'avaient pas été mis sur le bord, je n'aurais pas pu passer...j'ai parlé un peu vite^^

A 2,5 km du sommet, une première plaque de neige dans un virage à droite, m'a obligé à passer à pied. Je n'ai surtout pas envie de risquer une chute bête sur une petite plaque de neige. Je remonte sur le vélo, toujours sur cette pente à 9% recouverte de nombreuses brindilles de sapins. J'étais en train de me dire que j'aurais mieux fait de venir avec le VTC parce que là, la route commençait à ne plus trop convenir à un vélo de route. De nombreuses rigoles d'eau coulaient sur la route suite à la fonte des neiges. Puis au détour d'un autre virage, un sapin tombé du côté droit vers la gauche, seulement retenu au dessus de la route par les sapins de gauche. Je suis passé en dessous en me disant qu'il peut tomber à tout moment...

 

Photos col des Cyclotouristes le 30 avril 2013 005

 

Le Fort

 

Photos col des Cyclotouristes le 30 avril 2013 006

 

Et puis quelques mètres plus tard, devant moi s'étale un cimetière de sapins tombés en travers de la route, sûrement suite à des avalanches. Me voilà en train de porter le vélo et d'enjamber les troncs en pataugeant dans des énormes rigoles d'eau... Puis au détour d'un autre virage, des sapins encore plus gros avec en prime la ligne électrique au sol (une ligne pour alimenter quoi en électricité?? Je vous le demande!). Là c'était limite pour enjamber les troncs tellement ils étaient gros, je m'écorchais les mollets dans les branches. Et au fond de moi je me suis dit, heureusement que 'jai le vélo de route parce que c'est plus léger à porter que le VTC^^

Et à nouveau je remonte sur le vélo pour me retrouver coincé 30m plus loin par une plaque de neige en plein virage à gauche. Je m'arrête, je la traverse et je lève les yeux.... Et là je vois une succession de sapins au sol en travers de la route. Je passe le premier puis je vois que plus loin il y a un lacet à droite, je décide donc de couper à travers la forêt. Me voilà donc à la tombée du jour dans la forêt tout seul en portant le vélo sur un tapis de feuilles mortes bien glissant à enjamber des troncs d'arbres, traverser des plaques de neige et surtout je me disais que dans quelques minutes en redescendant je vais devoir y repasser... Pendant quelques centaines de mètres je peux avancer sur le vélo sur un tapis de brindilles (voire de branches) de sapins, le vélo ressautait et je croisais les doigts pour ne pas crever!

Puis après avoir du remettre pied à terre pour traverser une plaque de neige, je vois un panneau sur le bord de la route. J'ai avancé avec espoir en me disant que c'était le sommet du col et je vois juste que c'est un départ de randonnée et que le plan indique que le col est encore plus loin. Heureusement ce n'était qu'une affaire de quelques centaines de mètres. Me voilà donc au sommet du col après avoir fait deux derniers kilomètres plutôt épiques!

 

Photos col des Cyclotouristes le 30 avril 2013 007

 

Photos col des Cyclotouristes le 30 avril 2013 008

 

Photos col des Cyclotouristes le 30 avril 2013 009

 

Parcours d'obstacles (et encore je n'ai pas pris en photos les arbres les plus gros qui étaient couchés en travers de la route juste avant)

 

Photos col des Cyclotouristes le 30 avril 2013 011

 

Photos col des Cyclotouristes le 30 avril 2013 014

 

Photos col des Cyclotouristes le 30 avril 2013 015

 

Photos col des Cyclotouristes le 30 avril 2013 018

 

Photos col des Cyclotouristes le 30 avril 2013 021

 

La photo du panneau au sommet récapitule bien le tout, en miniature, avec la neige devant et la branche de sapin au sol sur la droite. J'ai passé 2 min en haut avant d'entreprendre la descente. Le jour commençait à tomber, je devais me dépêcher. Et donc me revoilà en train de retraverser les plaques de neige et d'enjamber de nouveau les sapins et de recouper un lacet (pas le même que celui de la montée). Ensuite une fois ces deux kilomètres passés, j'ai pu donner plus de vitesse au vélo dans la descente bien que pendant un bon kilomètre la route est encore désastreuse. Une fois le Fort du Mont passé ça allait lieux. Je me suis juste arrêté pour prendre une photo de la Tarentaise avec la tombée du jour. Et je suis reparti, je n'ai pas donné un seul coup de pédale dans la descente, faut dire que ça descend bien et qu'avec tous les lacets qu'il y a j'ai plutôt usé les freins.

 

La Tarentaise :

 

Photos col des Cyclotouristes le 30 avril 2013 022

 

Photos col des Cyclotouristes le 30 avril 2013 023

 

Sur la fin j'ai adoré descendre j'étais à moins de 700m d'altitude, j'avais Albertville sur ma droite en contrebas, la tombée du jour et mon compteur indiquait 55 km/h sur cette route étroite, j'avais l'impression d'être dans un avion en phase d'atterrissage^^

ça m'a rappelé pendant quelques secondes la sortie du 1er mai 2012 il y a un an quand je revenais du Mont Ventoux par les 3 côtés et que je descendais le col de la Liguière sur Saint Saturnin les Apt, dans la nuit, à 50 km/h au milieu de la forêt, je ne voyais rien du tout, les lumières étaient allumées et je fonçais dans la nuit!



Le final de la descente du col des Cyclotouristes se fait donc sur un macadam en super bon état et sur du 11 à 13% avec la fin en ligne droite sur quelques centaines de mètres. J'ai pu atteindre les 62 km/h avant de devoir freiner d'urgence pour m'arrêter au rond point qui se trouve pile en bas de la descente. Les freins ont bien fonctionné^^

 

La cité médiévale de Conflans :

 

Photos col des Cyclotouristes le 30 avril 2013 024

 

Photos col des Cyclotouristes le 30 avril 2013 025

 

Photos col des Cyclotouristes le 30 avril 2013 028



Voilà donc pour cette sortie qui fut épique mais qui a fait un bien fou! J'ai pu m'oxygéner l'esprit et faire quelques kilomètres de vélo. Seulement 26 km pour 1000m de D+ mais bon.

La distance est plus courte qu'un aller retour de mon appart au travail en vélo...



Et je pense que c'est un complot car moi qui voulait faire ue grande sortie le 1er mai comme ces deux dernières années, je me suis rendu à l'évidence que ce ne serait pas possible en voyant les prévisions météo et pourtant ce matin c'est un grand soleil qu'il a fait mais avec un énorme vent qui a amené de nombreux orages sur les montagnes tout autour d'Albertville sans que ça ne tombe sur la ville donc pas de regret.

Partager cet article
Repost0
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 19:34

Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas été prévu un si beau week end!! Cela faisait également longtemps que je n'avais plus fait de grande sortie en vélo!

Le programme de ce week end était simple : vélo samedi, rando pédestre dimanche.

J'étais un peu frustré de ne pas avoir été encore au lac d'Annecy depuis que je suis ici en Savoie et c'était donc entendu que pour cette sortie j'irai du côté du lac. J'ai donc choisi le Semnoz! J'espérais avoir une belle vue sur le lac, c'était également assez haut en altitude et je me doutais bien que ce serait praticable. En revanche, j'ai choisi le versant le plus proche depuis chez moi, c'est à dire le plus facile. Pour le grimper par l'autre versant qui sera à l'honneur sur le prochain Tour de France, il aurait fallu que je passe par Annecy pour contourner la montagne. Là ce n'est encore que le début de l'année et une petite reprise pour moi après 10 jours sans vélo, c'était donc pas la peine d'aller chercher la Lune. Je suis également encore en phase de découverte des routes qui mènent aux différents massifs montagneux.

J'étais très fatigué car cela faisait plusieurs semaines que je n'avais pas fait de grasse matinée. J'ai eu un mal fou à me lever mais je me suis forcé^^

 

Le temps de me préparer, prendre le petit déjeuner et j'ai pris le vélo de route. Il faisait encore très frais le matin, je suis parti avec ma veste thermique et mon écharpe.

Dès le début, j'ai senti que ça faisait 10 jours que je n'avais pas pédalé. Le début de la route en direction de Ugine ets en faux plat montant. Je roulais sur un bon rythme mais je sentais que j'étais un peu au dessus du rythme que j'aurais du adopter. Il n'y avait pas de vent et j'en profitais.

 

Le Mont Charvin enneigé tout au fond à gauche :

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 001

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 002

 

Une fois à Ugine, j'ai pris la piste cyclable en direction d'Annecy. Le trajet n'est pas hyper long mais rouler sur cette piste est en même temps magnifique et monotone. Surtout avec toutes les chicanes à chaque intersection avec des routes. Mais bon, c'est déjà super d'avoir cette piste pour rejoindre Annecy tranquillement!

Je suis passé à l'endroit où j'avais fait demi tour lors de ma dernière sortie, c'était effectivement à moins de 3 km du Bout du Lac d'Annecy.

 

Le Mont Charvin en quittant Ugine en direction d'Annecy :

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 003

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 006

 

Le Semnoz au fond :

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 007

 

Le lac d'Annecy est juste là à quelques centaines de mètres :

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 010

 

J'étais content de revoir le lac et de rouler de nouveau sur la piste qui en fait le tour après la fois où j'y suis allé en août 2011. Je n'avais que quelques kilomètres à faire le long du lac. J'ai rejoint Saint Jorioz qui se trouve 8 km avant Annecy et qui est à 35 km d'Albertville. Là, j'ai quitté la piste pour traverser Saint Jorioz et commencer à grimper le col de Leschaux (897m). J'ai pris la petite route qui est parallèle à celle venant de Sévrier.

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 011

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 013

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 014

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 015

 

La pente n'est pas vraiment raide mais plutôt usante. Cependant certaines portions sont à plus de 8%. L'ascension de ce col n'est qu'un tremplin vers le Semnoz qui continue après le col. L'ascension totale jusqu'au sommet de la Montagne du Semnoz fait 26 km avec le col de Leschaux situé entre le kilomètre 13 et 14 à mi parcours.

La route est calme, étroite et sympa. Cependant, l'état de la route laisse à désirer par endroits... Avant de commencer l'ascension je ne me suis pas ravitaillé et j'avais déjà les jambes lourdes. Je sentais que la suite de l'ascension ne serait pas une partie de plaisir...

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 017

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 019

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 020

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 025

 

Sur le moment, je en savais pas exactement quel kilométrage ferait l'ascension et je me donnais des points de repères avec l'altitude qu'indiquait mon compteur.

Au détour d'un virage, la vue sur le lac d'Annecy au loin est tout simplement magique! Ce panorama fait du bien car j'espèrais plus de beaux points de vues depuis cette montée...

 

 

Le lac d'Annecy au fond, magnifique en vrai!!

Photos Semnoz le 13 avril 2013 026

 

Sur la fin du col de Leschaux, je sentais une fatigue générale et lorsque j'ai vu l'altitude sur mon compteur dépasser les 940m d'altitude, je me suis posé des questions car je m'attendais à voir le col à 897m. En réalité la route monte plus haut avant de redescendre sur le col de Leschaux.

Je commençais à me démotiver en approchant du col de Leschaux, je n'étais pas en jambes et je sentais que j'étais mal parti en me ravitaillant à contrecourant depuis le début... Et puis le matin ça avait été déjà bien difficile de s'arracher du lit et je ressentais la fatigue de plusieurs semaines...

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 034

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 035

 

Au col de Leschaux je me suis juste arrêté pour manger une pâte de fruit et j'ai repris la route qui continue à grimper pour monter en direction du Crêt de Châtillon. Il était indiqué ouvert...pas d'excuse pour faire demi-tour^^ Mais de toute façon, ça faisait 10 jours que j'avais prévu cette ascension pour ce samedi 13 avril et même si je trainais des pieds, pas question de faire demi tour sans avoir donné le meilleur de moi-même!

Dès qu'on quitte Leschaux, l'état de la route se dégrade fortement... La pente passe aux alentours de 7 à 8% sur de longues portions de plusieurs kilomètres. Jusque là j'étais monté sur 39-23, je n'ai pas hésité à passer le petit plateau car sinon ça n'allait franchement pas le faire pour mes jambes... J'essayais de rester concentré en faisant attention où je mettais mes roues pour éviter les crevaisons. Clairement, ce n'était pas très agréable de rouler sur cette route... Plus j'avançais et plus je sentais la fatigue... Très rapidement après seulement 4 ou 5 km après avoir passé le col de Leschaux, dès que je voulais relancer en danseuse, mes jambes me faisait très très mal. J'avais rarement ressenti cela si loin du sommet alors qu'en plus, en restant assis, je continuais à tourner les pédales plutôt sur un bon rythme. Pendant quelques minutes je me suis même rassuré, même si j'avais très mal aux jambes dès que je tentais de me mettre en danseuse, en restant assis, je ne faiblissais pas et je montais plutôt pas mal.

La route monte régulièrement sur cette pente. En contrebas on a toujours en point de mire le village et le col de Leschaux. La vue sur les sommets alentours n'est pas extraordinaire encore mais ça ne va pas tarder!

A partir de 1300m d'altitude, il commence à y avoir de la neige en continu sur les bords de la route. Cela devient vraiment joli.

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 036

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 038

 

Sacré glissement de terrain qu'il y a eu...

Photos Semnoz le 13 avril 2013 039

 

Leschaux en contrebas :

Photos Semnoz le 13 avril 2013 040

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 041

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 042

 

En revanche ce qui est dur pour le moral c'est l'enchainement de ces longues lignes droites de plusieurs kilomètres. Les virages en épingle sont vraiment très très espacés.

Puis brusquement à environ 3,5 km du sommet, je me suis retrouvé scotché sur la route. Une énorme fringale. Impossible de relancer. La pente est passée aux alentours de 9%. Je me suis arrêté quelques secondes pour manger une barre céréales. Puis je suis reparti, mais que ce fut dur. La beauté du paysage et les murs de neige n'ont pas été sufffisant pour faire oublier la difficulté.

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 044

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 045

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 046

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 047

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 048

 

Et pourtant, je n'avais qu'à tourner la tête pour voir tous les sommets environnants tout enneigés! C'était magnifique! J'avais l'impression d'être au sommet du Pic du Midi de Bigorre dans les Hautes Pyrénées! Sur les deux avant derniers kilomètres j'ai eu besoin de m'arrêter une minute à 4 reprises tellement j'étais à côté de la plaque. Je progressais très lentement entre ces murs de neige. Quand je levais la tête je voyais la fin toute proche! Heureusement juste après avoir passé le bar restaurant le Courant d'Ere (là où fut tourner une des scènes du film Le vélo de Ghislain Lambert), la pente est devenu moins raide et pendant presque 1 kilomètre ça allait mieux. Alors que je m'attendais à voir un panneau indiquant le sommet, la route s'est aplanie en passant devant une autre auberge qui était fermée. Sur la gauche j'ai vu des personnes marcher à pied dans la neige pour aller jusqu'à la table d'orientation qui est quelques mètres plus haut. Pour ma part, j'ai eu le courage de continuer de l'autre côté et de descendre sur 1 kilomètre pour aller chercher une belle vue sur le lac d'Annecy. La montagne a une forme qui fait qu'on ne peut pas voir le lac en entier. Mais c'était beau quand même! Je suis descendu jusqu'à la barrière canadienne. il n'y avait plus rien à voir du coup j'ai fait demi tour pour remonter et faire une pause au sommet. Que c'était beau tous ces sommets!! J'ai quand même regretté que la table d'orientation n'était pas au niveau de la route car je ne pouvais pas monter là haut dans la neige.

J'avais devant moi tous ces sommets dont le Mont Blanc mais impossible de mettre un nom sur chacun des sommets... J'ai voulu sortir ma carte IGN mais il y avait pas mal de vent...impossible de la lire... Je n'étais pas très vernis sur ce coup là...fringale, fatigue, vent, neige...

Mais j'étais vraiment content d'être en ce lieu! Même si je ne suis pas monté par le versant le plus dur, j'étais vraiment content à ce stade de lannée et après le peud e vélo de ces dernières semaines! ceci dit, la fin de l'ascension ne fut pas une partie de plaisir. Faudra que je remette tout ça en place pour profiter à fond des prochaines grandes sorties!

 

Le final de l'ascension :

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 049

 

Perdue au milieu de la neige la baraque!! La route va passer juste devant!

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 050

 

A l'approche du sommet, c'est dur mais c'est beau!

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 051

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 052

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 053

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 054

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 055

 

Juste un peu de l'autre côté du sommet avec le lac qu'on voit :

Photos Semnoz le 13 avril 2013 056

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 057

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 058

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 059

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 060

 

Vidéo prise depuis le sommet :

 

 

 

 

 

Après avoir pris des photos et passé quelques minutes en haut, je suis redescendu sur le même côté vers le col de Leschaux. Je ne voulais pas redescendre sur Annecy car après ça m'aurait fait plus de trajet dans la vallée pour rentrer.

 

Début de la descente :

Photos Semnoz le 13 avril 2013 062

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 063

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 064

 

J'ai fait une descente prudente car l'état de la route laisse à désirer en de nombreux enroits, c'était même dangereux avec des gravillons! Je sentais bien mes jambes qui avaient du mal et j'avais toujours faim malgré les barres céréales que j'ai mangé au sommet. Du coup, bien qu'il commençait à faire tard, je me suis dit que je m'arrêterai dans un bar quand j'en verrai un sur le bord de la route. Je me souvenais qu'à Leschaux j'étais passé devant une auberge. Et effectivement, en débouloant au col de Leschaux je suis passé devant un bar restaurant. Il y avait 2 vélos adossés contre la devanture. Je me suis arrêté, j'ai laissé mon vélo et j'y suis allé. Jai demandé un coca et j'ai aussi demandé si ils n'avaient pas des viennoiseries, la dame m'a dit non, alors j'ai demandé la carte des desserts^^ Et me voilà avec un ravito que je 'navais encore jamais fait : un coca accompagné d'une grande assiette de profiteroles!! Ce fut bien savoureux!! La pause pendant une vingtaine de minutes m'a fait un grand bien. Je prenais le soleil en terrasse! C'était agréable. Mais je sentais mes jambes douloureuses quand même. Dur dur de se motiver pour repartir... A cet instant là il me restait encore 50 km.

J'ai entrepris la suite de la descente du col de Leschaux par le même versant par lequel je l'ai monté pour redescendre sur Saint Jorioz. Malgré le mal de jambes, j'arrivais tout de même à pas trop mal grimper les portions montantes. A Saint Jorioz j'ai rejoint la piste cyclable qui longe le lac d'Annecy. Je devais longer le lac sur environ 12 km pour continuer ensuite vers Ugine. Le soucis momentané a été le nombre incroyable de touristes en vélo sur les bords du lac... Des familles entières, des cyclistes chevronnés, des cyclistes cuits (comme moi), d'autres qui faisaient des écarts. Bref un vrai bazar! Et en plus le tunnel de quelques centaines de mètres de long dans lequel la piste passe, avait son éclairage en panne! Et pour tout dire, dur d'y voir quelque chose dedans!!

Bref entre se faire dépasser et dépasser, dur de se caler sur un rythme régulier. Une fois le lac terminé d'être longé et Doussard passé, il y avait beaucoup moins de monde et 'cétait plus agréable. J'étais content de voir que j'arrivais malgré tout à rouler à 27 km/h sur le plat avec un léger vent de face. Vu comment j'avais mal aux jambes, j'étais content! En revanche je sentais à la douleur qui augmentait au fur et à mesure des kilomètres. A Ugine, je me suis arrêté pour manger encore une barre céréale avant de reprendre la find e la route pour les 10 derniers kilomètres jusqu'à Albertville!

 

Photos Semnoz le 13 avril 2013 066

 

Albertville est à moins de 2 km, ouf!

Photos Semnoz le 13 avril 2013 069

 

Quel soulagement de rentrer à l'appart!!! J'avais vraiment très mal aux jambes!! ça faisait longtemps que je n'avais plus autant galéré dans uen ascension et une sortie en général. Mais quel plaisir aussi que de rentrer et de savoir qu'au vue de ma forme la sortie avait été belle!!

 

Au total j'ai parcouru 126 km pour 1700m de D+ avec le Semnoz au programme. En rentrant j'étais très fatigué, non seulement par la sortie mais aussi déjà le matin, j'avais eu du mal à me lever tôt. Et ce n'est pas prêt de s'arranger puisque le lendemain, dimanche, c'est une randonnée pédestre avec des amis qui était prévue!!

La randonéne s'est très bien passée, nous somems monté au Fort de Tamié qui domine le collet de Tamié. 6h de marche au total, 1h de pique nique en haut! Bien belle rando sous un sublime soleil! Mais les jambes ont bien tiré le soir au moment d'aller dormir, alors que tout allait bien pendant la marche. Week end très sportif sans grasse mat. Mais que ça fait du bien de prendre l'air après tant d'intempéries!! Mais faut avouer que la rando après avoir autant galéré sur les 126 km de la veille en vélo, ce fut un peu dur pour le dimanche soir^^

 

Les prochaines sorties se feront soit vers le col de l'Arpettaz au dessus de Ugine, soit vers le col de l'Epine, les Aravis ou alors vers les Saisies. Et dès que la neige aura bien fondue je mettrai à mon programme le Cormet de Roselend, le col de la Madeleine ainsi que le col du Joly!

Partager cet article
Repost0
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 17:22

Le week end de Pâques a été comme les semaines précédentes, très pluvieux, notamment le samedi et dimanche. Heureusement, le lundi de Pâques fut moins terrible que prévu!

J'avais une petite contrainte c'est que j'avais passé des jours précédents assez fatiguant, et je devais également faire ma lessive et des tas de choses avant de reprendre la semaine de boulot. Du coup, je sohaitais, dormir un peu le matin mais aussi être présent à l'appart l'après midi...

Mais j'ai réussi à tout caser! J'aif ait ma grasse matinée jusqu'à 9h et ensuite j'ai pu me préparer pour aller pédaler. Après le coup du frein bloqué d'il y a 3 semaines et la crevaison ainsi que la roue bloquée de la semaine d'avant, j'appréhendais un peu de retrouver le vélo de route!

Mais tout allait bien!!

 

Mon objectif du jour n'était donc pas de faire une grande sortie, d'une part car les grands cols ne sont pas encore praticables et je devais rentrer tôt.

J'avais donc pour objectif d'aller vers le Lac d'Annecy car depuis que je suis en Savoie j'ai envie d'y aller mais la météo et les aléas mécaniques ne m'ont pas permis de faire cela. Mais je me voyais mal faire juste du plat pour y aller... Et j'ai donc décidé de pimenter le début du trajet vers Ugine en passant par le col de la Forclaz de Queige (871m).

J'avais discuté quelques semaines auparavant avec une personne qui m'avait vaguement indiqué la route à suivre. Il faut dire que le piémont du Beaufortain est un dédalle de routes!

 

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 001

 

J'ai donc pris le début de la route par piste cyclable en direction de Ugine et après 2,3 km j'ai bifurqué vers le village de Césarches. Dès la bifurcation, la route se met à monter aux alentours de 8 à 10%. Une entrée en matière brutale surtout après tant de temps sans faire de vraie sortie en montagne.

Je suis resté sur 39-21, ce fut un peu gros pour ce début. En plus la route est étroite et plutôt en mauvais état... Après 2 km je suis arrivé à Césarches, j'ai continué à suivre cette route pour traverser Césarches comme on me l'avait dit (car il y avait pas mal d'intersections). A la sortie de Césarches, j'étais essoufflé, ça grimpait toujours sur du 10% et la vue s'est dégagée sur l'ouest et le sud d'Albertville. J'ai donc fait une pause pour prendre une photo. Cette minute de répit m'a fait du bien et le rythme cardiaque est retombé. Ainsi je suis reparti toujours sur du 10%, sur le même rythme mais sans être essoufflé. Ce qui était un peu pénible c'était le froid, la température était à peine à 3°C dans cette montée...

J'ai continué sur cette route en mauvais état et assez raide sans trop savoir le profil et le kilométrage restant dans cette montée. Le 4e kilomètre de la montée est un peu plus facile et permet de souffler. Après avoir traversé quelques hameaux, la route débouche sur une petite prairie qui est le col de Montessuit à 640m d'altitude. Les 4 km d'ascension du col de Montessuit sont donc à 7,5% de moyenne et plus précisément avec les 3 premiers kilomètres entre 8 et 10% et le 4e un peu plus facile. Sacrée entrée en matière. Au sommet je n'avais que 6,5 km au compteur^^

 

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 002

 

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 003

 

Après le col de Montessuit dont le sommet est agréable pour s'arrêter, j'ai continué de l'autre côté pensant trouver rapidement la direction du col de la Forclaz de Queige. Mais la route s'est mise à descendre sur une pente à plus de 10%. Je n'étais pas sûr de la route, mais j'ai continué car si ce n'était pas la bonne route, ce n'est pas le fait de remonter le col de l'autre côté qui me faisait peur. En fait, la route descend de presque 100m de dénivelé sur 1 km jusqu'à arriver à une intersection où le col de la Forclaz de Queige est indiqué sur une route à gauche qui se met à monter sur du 9% directement.

 

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 006

 

La route qui monte est encore plus étroite et en mauvais état!! Heureusement qu'il n'y a pas beaucoup de voitures!!

Le col de Montessuit se fait essentiellement dans la forêt. Là la montée vers la Forclaz de Queige permet d'avoir une vue plus dégagée et de se sentir dans les montagnes. C'est assez agréable et beau mais le paysage n'est pas très diversifié non plus, mais bon ce n'est pas de la haute montagne. Je n'avais aucune idée de la longueur du reste de l'ascension par cette petite route. Je me fiais donc à l'altitude indiquée sur mon compteur. Puis après un peu plus d'un kilomètre j'ai traversé le hameau de Villaret et encore un kilomètre plus loin, toujours sur une pente aux alentours de 8 à 9%, je suis arrivé à une intersection avec une route arrivant de la droite. J'avais enfin une indication kilométrique!

 

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 007

 

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 008

 

Queige est indiqué vers le droite à 2 km sur une route en descente tandis que le col de la Forclaz est indiqué tout droit à 3 km. Voilà qui permet d'avoir un repère! La route continue toujours sur cette même pente et sur un macadam en mauvais état. Par moment, j'ai traversé de la forêt, à d'autres moments la vue est plus dégagée sur le beaufortain.A un moment un mini tunnel plutôt sympa s'est dressé. Dessous, il y avait beaucoup d'eau qui ruisselait.

J'étais tout de même content de déboucher au sommet du col de la Forclaz de Queige à 871m d'altitude. Au sommet, il n'y a rien à voir! Qulques plaques de neige assez épaisse par endroit dans les prairies alentours et c'est tout!

 

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 010

 

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 011

 

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 012

 

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 014

 

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 016

 

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 018

 

Après quelques minutes d'arrêt, j'ai entrepris la descente sur Ugine qui est à 5 km en bas.

J'ai rarement eu à descendre une route aussi dangereuse! La route est très étroite et en très mauvais état. Il y avait énormément de trous, et le macadam était très granuleux, le vélo tressautait énormément. De plus de nombreux virages en épingle obligeaient à freiner énormément. Sur les 2 premiers kilomètres de la descente je n'ai pas dépassé les 40 km/h!

Après environ 1 km de descente, la vue sur Ugine, le Mont Charvin et la chaine des Aravis est vraiment superbe! Le seul vrai beau panorama de la sortie!

J'ai passé quelques minutes à contempler le paysage avant de reprendre à contrecoeur cette fichue descente. Je redoutais énormément la crevaison ou d'endommager le vélo avec tous ces chaos!

 

Les Bauges et la voie expresse entre Albertville et Ugine

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 019

 

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 020

 

Ugine (où je travaille) dominée par le Mont Charvin et un bout de la Chaine des Aravis au fond en direction d'Annecy

 

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 021

 

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 022

 

A Ugine, je devais traverser la ville pour rejoindre la piste cyclable qui va vers Annecy. Et voilà que la route qui permet d'accéder au centre ville est en travaux et qu'il y a énormément de graviers, de trous dans la chaussée et tout ça... Vraiment pas agréable...

Ensuite la piste cyclable est interdite sur 400m en raison de travaux juste à côté. Il faut donc emprunter la grande route avant de rejoindre la piste un peu plus loin. C'est juste quelques centaines de mètres mais la grande route n'est vraiment pas agréable en vélo... Une fois revenu sur la piste cyclable, je n'avais plus qu'à rouler vers le Bout du Lac d'Annecy à environ 15 à 20 km. La piste est à peu près plate avec juste quelques faux plat montant en allant vers là bas. Le soucis c'était le vent de face qui soufflait très très fort. Je n'en revenais pas!! C'était un peu pénible. La piste est sympa tout de même et longe la voie expresse qui passe entre les massifs montagneux pour laisser derrière soit le Mont Charvin, longer les Bauges à sa gauche et arriver juste au sud des Aravis et face au Semnoz.

C'est vraiment un cadre incroyable.

Cependant je ne savais pas exactement le kilométrage pour rejoindre le lac et je surveillais l'heure pour rentrer ensuite sur Albertville.

 

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 023

 

Le Semnoz qui domine le Lac d'Annecy

 

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 024

 

Photos col de la Forclaz de Q le 1er avril 2013 026

 

A un moment j'ai rejoint un groupe de 3 cyclistes qui se relayaient. Lorsque je les ai rattrapés, ils se sont mis à accélérer encore plus. Mais à ma grande surprise j'étais plutôt en forme et je n'ai pas perdu trop de temps à m'abriter du vent et j'ai juste accéléré. Quand je me suis retourné un peu plus tard, il n'y avait plus personne dans ma roue!

Alors que j'avançais toujours ver sle lac, je regardais de plus en plus l'heure et je me suis dit que si j'arrivais jusqu'au lac, de toute façon je passerai pas mal de temps à prendre de sphotos et tout ça. De fait pour éviter de perdre du temps, j'ai décidé de faire demi tour avant d'arriver au lac.

Je devais être à seulement 3 km du Bout du Lac quand j'ai fait le demi tour. C'était sans regret car plus tard je souhaite faire une grande sortie vers Annecy, le Lac et les Monts alentours.  Ce sera une belle façond e vraiment en profiter. Là je savais que je voulais rentrer tôt, ça ne servait à rien de continuer et d'être frustré de ne pas en profiter autant que je voulais.

J'ai donc fait demi tour en étant tout proche du lac. inutile de dire que le vent de face s'est transformé en vent de dos. C'était un vrai régal!! Je roulais aux alentours de 40 km/h. De plus ça descend plus dans ce sens. Ce qui signifie qu'il y avait vraiment pas mal de faux plat montant dans le sens Ugine vers Annecy.

Je suis donc revenu très vite sur Ugine où j'ai continué sur la voie verte le long de l'ancienne départementale entre Ugine et Albertville (celle que je prends quand je vais au travail en vélo). Etant donné que l'on change de vallée, le vent ne souffle plus. Cependant entre Ugine et Albertville c'est surtout du faux plat descendant.

A un moment j'ai rattrapé deux cyclistes que j'ai dépassé presque aussitôt. Un peu plus loin, je les vois derrière moi à une petite centaine de mètres, en train de rouler à bloc en se relayant pour revenir sur moi. J'ai donc accéléré et j'y suis allé à bloc aussi. Il restait 5 km jusqu'à Albertville. Ils me rattrapaient petit à petit, mais je continuais^^ La find e la piste cyclable en entrant au centre ville d'Albertville, longe le camping municipal et débouche sur un parking. A cet instant ils étaient tout les deux juste derrière moi et nous nous sommes mis à sprinter pour arriver au bout du parking. J'ai été battu sur le fil par l'un mais pas par l'autre. Là nous avons discuté quelques minutes. c'était sympa, on a plutôt bien rigolé avec cette course poursuite. Il s'agissait de touristes qui étaient là depuis 3 semaines et qui partent dans quelques jours.

J'étais content car je m'étais dégourdi les jambes, j'ai pu prendre un peu le soleil, grimper un peu même si la route n'était pas en bon état. Et j'ai également pu rentrer pour le repas du midi sans avoir gâché la grasse mat. Bref la journée parfaite quoi!

Au total j'ai parcouru 60 km pour 800m de D+. La prochaine sortie, j'essaierai de la programmer vers le Lac d'Annecy! J'attends avec impatience la fonte des neiges en altitude sur les grands cols mais ça ne semble pas pour tout de suite avec la météo...

Pour ce qui est du col de la Forclaz de Queige, je n'irai pas souvent car la route est dans un très mauvais état et la descente était vraiment dangereuse!!

Et aussi vivement la hausse des températures!!!

Partager cet article
Repost0
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 16:07

Hé bien voilà! C'est reparti pour les sorties en vélo en montagne! Un mois tout juste après la dernière sortie, le 16 février, c'était dans les Pyrénées au col du Soulor.

Cela commençait à être long l'attente! Après la semaine d'entretien, le déménagement en Savoie et le début du travail, il y a eu beaucoup de choses. Sans oublier que dimanche dernier le soleil était au rendez vous mais pas mais pas mon vélo de route qui avait le frein arrière défectueux! Maintenant que celui-ci est réparé, j'ai enfin pu enfourhcer le vélo!! Et pourtant ce n'était pas gagné avec la météo qui s'est brutalement dégradée cette semaine! Le froid glacial est revenu et la neige est tombée mercredi soir à seulement 20m au dessus d'Albertville! Heureusement ça a vite fondu et je n'ai eu aucun soucis à cause de la neige pour ma sortie du jour!

 

Pour aujourd'hui j'avais prévu une ascension du col de Tamié (907m) au départ d'Albertville pour redescendre de l'autre côté sur Faverges puis rejoindre le lac d'Annecy par la piste cyclable pour en faire le tour avant de revenir sur Albertville par Ugine. Cela aurait fait une belle sortie d'une centaine de kilomètres environ, refaire le tour du lac d'Annecy aurait été sympa!

Malheureusement, après être rentré tard d'un diner la veille, j'étais quelque peu fatigué...

Je suis parti de bon matin sous le soleil qui a refait son apparition et par une température d'environ 6°C. Il s'agissait de ma première sortie savoyarde de l'année, c'était quand même particulier!

Je suis parti en direction du col du Tamié qui commence à grimper à seulement 2 km de mon appart. C'est parti pour 11,7 km d'ascension! Très rapidement la pente se cabre pour atteindre les 9% puis les 10% sur une longue portion. Les jambes ne sont ni bonnes ni mauvaises, mais je grimpe globalement assez à l'aise en relançant régulièrement. J'ai commencé la montée sur 39-23 et c'est le braquet que je garderai sur tout le reste de l'ascension. Les premiers kilomètres se sont enchainés avec une belle vue sur Albertville en contrebas. Les kilomètres raides alternent avec des kilomètres moins raides à 5 ou 6%. Ensuite, une courte descente de quelques centaines de mètres permet de souffler avant une reprise de la pente. Les kilomètres s'enchainent sur les lacets, toujours avec cette belle vue sur Albertville et le beaufortain.

 

Photos col de Tamié le 16 mars 2013 001

 

Photos col de Tamié le 16 mars 2013 003

 

Je ressentais un peu de fatigue, je n'avais pas prévu de me lever tôt surtout après la veillée de la veille mais j'étais réveillé donc je suis parti quand même. Par ailleurs, je ne sais pas si c'est le repas de la veille mais j'avais des maux de ventre qui étaient pénibles...

La route traverse de nombreux hameaux et de lieux dits. En passant devant le panneau indiquant le sommet à 6 km, je commençais à trouver le braquet un peu gros sur les forts pourcentages mais j'ai quand même continué là dessus. J'arrivais toujours à relancer quand il le fallait.

La route est assez étroite et lorsque les voitures passent il faut faire attention à garder sa trajectoire complètement au bord de la route, c'est un peu dommage cela.

Sur les derniers kilomètres la route entre dans une forêt dans laquelle de nombreux restes de glissement de terrain sont visibles. La fin offre toujours des pentes tantôt faciles à 5% tantôt plus difficiles à 10%.

J'étais content de voir que pour la reprise j'arrivais à monter sur 39-23 et que malgré les portions où je trouvais que c'était un peu gros, j'arrivais à faire ce qu'il fallait pour continuer dessus sans ressentir de fatigue particulière.

Au détour d'une courbe j'ai débouché sur le collet de Tamié à 960m d'altitude. Il y avait d ela neige sur les bords de la route depuis quelques centaines de mètres seulement.

 

Photos col de Tamié le 16 mars 2013 004

 

Là haut j'ai fait une pause, j'ai enfilé mon K-Way. Je meposais vraiment la question si ça valait le coup de continuer car j'avais plus envie d'aller me reposer à l'appart plutôt que de continuer à pédaler...

Au collet du Tamié j'ai continué de l'autre côté pour descendre au col du Tamié qui est à 907m d'altitude (selon les cartes ou 900m selon le panneau) environ 700m de l'autre côté. Dans cette portion en descente j'ai croisé le seul cycliste que j'ai vu de toute la sortie.

En passant devant la bifurcation qui indique le fort de Tamié à gauche j'ai hésité mais la route avec un peu de verglas et en mauvais état n'était pas engageante. J'irai un jour où il fera doux. Une fois au col de Tamié, j'ai bien réfléchi et j'ai décidé de ne pas aller de l'autre côté et au lac d'Annecy... J'irai un autre jour, j'aurai d'autres occasions!

Du coup je suis remonté au collet de Tamié à 960m pour redescendre de l'autre côté.

 

Photos col de Tamié le 16 mars 2013 009

 

Je me suis juste arrêté après même pas 100m de descente pour admirer Albertville qui est plus de 600m en contrebas. C'était magnifique avec ce soleil, les massifs environnant et le début de la Tarentaise. J'ai passé de longues minutes à contempler la ville où j'habite dorénavant.

 

Albertville avec le début de la Tarentaise :

 

Photos col de Tamié le 16 mars 2013 012

 

Le fort de Tamié

Photos col de Tamié le 16 mars 2013 013

 

J'ai ensuite repris la descente. Une descente rapide, un peu froide avec la température et un peu dangereuse sur cette route étroite et pas toujours en bon état. A 500m d'altitude, je suis arrivé à uen bifurcation où Albertville était indiqué à droite alors que j'avais l'impression d'être arrivé de la gauche. Je suis allé à gauche et je suis descendu pendant quelques centaines de mètres. Comme je ne reconnaissais pas trop les bâtiments, j'ai cru que je m'étais trompé. J'ai donc fait demi tour et j'ai remonté ces quelques centaines de mètres pour redescendre de l'autre côté de l'intersection. Après quelques centaines de mètres, je me suis rendu compte que ce n'était pas ce côté là et que c'était bien de l'autre côté qu'il fallait aller. J'ai donc refait demi tour pour remonter à l'intersection et repartir dans la descente de l'autre côté. Par la suite, j'ai reconnu le paysage et j'étais bien sur le bon chemin. Il ne fallait donc pas suivre la direction Albertville^^

J'ai continué la descente et suis revenu sur Albertville.

Le chemin pour rentrer à l'appart m'a fait passer dans la rue de la République devant la bijouterie où le bijoutier a été tué par balles jeudi soir. De nombreux bouquets de fleurs étaient posés devant la boutique. Mon appart est à moins de 200m de là...

 

J'étais content de rentrer au chaud quand même et de me reposer un peu... D'ailleurs pas de regrets car le ciel s'est couvert en début d'après midi.

Au final en guise de première sortie savoyarde de l'année, c'est plus une sorte de prologue qu'autre chose puisque j'ai parcouru seulement 31 km pour 815m de D+. Une sortie très courte dont je n'ai pas l'habitude. Une montée sèche qui commence dès la sortie de la ville. Il est possible que je la fasse souvent en guise d'étalonnage mais ça va faire chuter mon kilométrage moyen par sortie par contre!

En réfléchissant et en comparant, j'ai constaté que le collet de Tamié est du même calibre que le col d'Aspin avec l'altitude et la notoriété en moins.

En effet, le col d'Aspin c'est 633m de D+ pour 12,6 km et le collet de Tamié c'est 630m de D+ pour 11 km. Le pourcentage moyen est donc légèrement plus élevé sur le collet de Tamié!

 

C'est donc reparti pour les sorties en montagne! J'attends avec impatience le redoux et de beaux week end de vélo!!

Aujourd'hui il s'agissait de ma 101e sortie en vélo en montagne.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 14:41

Pour mon 4e et dernier jour dans les Alpes, j'avais prévu de me reposer... Les 3 sorties en vélo sur les 3 jours précédents commençaient à me suffir. Mais en me levant le matin, j'ai vu que j'étais bien mieux que la veille et je n'ai pas pu résister...

J'ai pas mal hésité à aller à Chamrousse mais n'étant pas sûr de mes jambes (car la veille ça avait été dur) et après une discussion avec ma marraine sur les parcours possibles, j'ai décidé de viser le Vercors! Une petite sortie pour se reposer avec la montée en haut par Lans en Vercors, le col de la Croix Perrin (1218m), Autrans, Méaudre puis les gorges du Méaudret pour revenir sur Lans en Vercors par Villars de Lans.

Une belle petite boucle.

Au moment de partir je ne savais absolument pas comment seraient les jambes et j'avais un peu d'appréhension, 4e jour d'affilé ça ne m'était jamais arrivé...

Il faisait plutôt soleil avec toutefois plus de nuages par rapport à la veille, mais la température était fort agréable!

Je suis parti direction le Vercors. La montée commence quelques centaines de mètres après le départ! La montée est un peu longue (22 km) mais pas très raide et plutôt régulière. Les 12 premiers kilomètres sont entre 5 et 6% avec des parties en lacets et d'autres en courbes et lignes droites. Dès le début de la montée j'ai senti que j'étais très en forme!! Enfin!! Si j'avais pu avoir ces jambes dès le premier jour!! Là c'était vraiment agréable, tout le contraire de la veille! Mieux vaut tard que jamais^^

La pente pas très raide et les bonnes jambes ont fait que j'ai pu emmener du braquet et j'ai bien roulé. J'ai rattrapé pas mal de cyclistes, ça remonte toujorus le moral! Malgré la forte circulation, j'ai bien apprécié la montée, le paysage est sympa avec notamment sur les premiers kilomètres une belle vue sur l'agglomération de Grenoble. J'étais sur un très bon rythme et j'aurais pu continuer pas mal de temps comme ça. A partir de Engins, la pente devient très faible entre 2 et 4% pendant environ 6 kilomètres jusqu'à Lans en Vercors. Là il faut tourner à droite et en finir avec les 4 derniers kilomètres entre 6 et 7% de moyenne avec quelques passages à 8 et 9%. Ces derniers kilomètres sont moins agréables que les premiers mais la portion n'est pas très longue. Une fois en haut on débouche sur le col de la Croix Perrin à 1218m d'altitude. Là haut il n'y a rien à voir, c'est dommage. Il y a juste une croix. C'est aussi très passant. Je m'y suis arrêté quelques minutes afin de profiter quand même. Le plus gros de la sortie était fait, j'ai eu l'impression que c'est passé super vite.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 161

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 163

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 164

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 168

 

En haut du col :

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 169

 

 

J'ai ensuite continué mon chemin et je suis descendu de l'autre côté pendant 4 kilomètres environ pour arriver sur le véritable plateau du Vercors qui est à peu près à 1000m d'altitude. J'ai débouché sur le joli village de Autrans, très sympa. Puis ensuite j'ai pris la direction de Méaudre à 5 kilomètres de là.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 181

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 184

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 185

 

Le vent commençait à souffler et sur cette portion de 5 kilomètres je l'avais de 3 quarts face car c'était une ligne droite interminable. Mais j'ai adoré rouler là haut, il y a un très joli paysage et une impression de liberté qui contraste avec la Chartreuse dans laquelle on se sent enfermé. Une fois à Méaudre, j'ai décidé de poursuivre sur le plateau et de reprendre la route principale en traversant les gorges du Méaudret. Elles s'étalent sur environ 5 à 6 kilomètres et c'est vraiment agréable d'y rouler, jolie petite route, cours d'eau juste à côté et la montagne des deux côtés.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 187

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 190

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 192

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 198

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 200

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 205

 

Une fois revenu sur la route principale j'ai tourné à gauche pour repartir direction Grenoble. Après environ 5 à 6 kilomètres je suis passé juste Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 207à côté de Villars de Lans. la route ne traverse pas le village mais j'ai fait le détour pour y passer parce que c'est quand même un coin dont j'ai pas mal entendu parler et y être c'est sympa. Ensuite j'ai continué cette route pour rejoindre de nouveau Lans en Vercors et à partir de là c'était la route que j'avais faite à l'aller et il ne me restait plus qu'à me laisser descendre tout le reste de la sortie. Quel plaisir!! La pente n'étant pas très raide, il faut pédaler en permanence mais il n'y a pas de virage piégeur et c'était unr égal de descendre avec les lacets sur la fin. A environ 5 kilomètres de la fin je me suis arrêté à un point de vue où la vue sur Grenoble était superbe. Puis j'ai fini la sortie.

J'étais en pleine forme!! Et après 4 jours c'est toujours sympa, moi qui croyais que j'allais être cassé^^

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 208

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 211

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 212

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 213

 

Au final donc j'ai parcouru 70 petits kilomètres pour 1300m de D+. Et pour tout dire je me sentais bien reposé à la fin de cette semaine^^ des vraies vacances quoi!^^

L'après midi je suis allé me balader en ville (à pied).

 

Le lendemain c'était le jour du retour dans les Hautes Pyrénées!! Elles me manquaient terriblement depuis quelques mois, j'avais hâte de les revoir! Par contre étant donné que je voyageais avec mon vélo, le trajet entre Grenoble et Tarbes en train s'est transformé en véritable chemin de croix...je ne pouvais prendre que les TER...

Résultat, départ de chez ma marraine sur les coups de 6h40 pour aller en gare de Grenoble. Et à partir de là j'ai du changer à Valence, Avignon, Narbonne et Toulouse pour arriver à Tarbes à 23h... Plus de 16h de voyage dont 4h d'attente à Narbonne. J'ai voulu aller vers le bord de mer à Gruissan qui est à 15 kilomètres environ mais le sac à dos était lourd et là bas, pour tout dire, les automobilistes roulent comme des malades... Du coup j'ai fait un tour en ville uniquement.

Voilà donc pour ce périple cycliste dans les Alpes.

4 jours sur place pour 4 sorties avec 410 kilomètres sur ces 4 jours agrémentés de 7000m de D+ (1900+2400+1400+1300). Honnêtement j'espérais plus que ça et de bien meilleures jambes mais bon c'est aussi cool de voir que j'ai pu tout de même faire cet enchainement de belles sorties sans être au top. Mais cette année c'est bien dommage, je n'ai pas souvent eu de bonnes jambes...

Par contre le trajet en train avec le vélo est tellement contraignant que je ne sais pas si j'irai souvent...

Maintenant, après la Provence pendant quelque smois et la semaine dans les Alpes, place aux Pyrénées!!

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 08:57

Troisième sortie de ma semaine dans les Alpes!

Dès le début de la semaine, j'avais prévu que ce serait le jour que je réserverai pour aller au col de l'Iseran (2770m), plus haut col routier des Alpes (la cime de la Bonnette à 2802m étant une route et non pas un col). Il s'agit d'un gros morceau. Pour y aller, j'avais besoin de me rapprocher du pied de la montée en train, jusqu'à Modane.

Etant donné les presque 2h30 de trajet avec un changement à Montmélian, il fallait se lever tôt!! 5h45! En  me levant j'avais bien mal aux jambes quand même, els deux sorties des deux jours précédents se faisaient sentir là...

Il faisait nuit noire complètement et sur les pistes cyclables non éclairées ce n'était pas top si bien que ma marraine m'a proposé de me déposer en gare de Grenoble.

J'ai donc pris le train de Chambéry, dur de ne pas s'endormir... A Montmélian je suis descendu et j'ai pris ensuite le train à destination de Modane. Ce train remonte toute la vallée de la Maurienne! C'était tout simplement bien sympa ce trajet, c'était la première fois que j'allais dans la vallée de la Maurienne et voir tous ces noms de villes qu'on entend pendant le Tour de France et s'imaginer les grandes ascensions qui sont juste là à côté : Epierre (col du Grand Cucheron), Saint Avre - La Chambre (col de la Madeleine), Saint Jean de Maurienne (col du Glandon - Croix de Fer, Toussuire), Saint Michel de Maurienne (col du Galibier) et puis le terminus à Modane pour le col de l'Iseran et du Mont Cenis.

Dans le train je voyais le brouillard qui rendait une atmosphère plutôt glaciale... ça ne présageait rien de bon...

Une fois en gare de Modane, je suis donc sorti et dans les escaliers des souterrains, j'ai vraiment eu mal aux jambes. Là j'ai bien réfléchi et j'ai décidé de changer mes plans et de laisser l'Iseran de côté et d'aller plutôt au col du Mont Cenis. Le but étant de se faire plaisir à pédaler, si c'est pour se retrouver dans une galère monumentale ça sert à rien. Là, j'avais déjà pas de bonens jambes et en plus j'avais déjà mal avant même de monter sur le vélo, ça ne servait à rien...et ce n'était pas tout! Je sors de la gare...et là j'ai été pris par le froid glacial!! Ouch!! Moi qui déteste le froid me voilà servi... Je ne sentais déjà plus mes doigts... J'ai mis mon écharpe dès le début. J'étais presque tétanisé.

A partir de Modane (1092m), il y a 25 kilomètres à peu près pour arriver à Lanslebourg (1400m), pied du col du Mont Cenis (2081m). Pour l'Iseran il y a 33 kilomètres de plus à partir de Lanslebourg (dont les 14 derniers qui sont la véritable grosse ascension).

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 113

 

La sortie de Modane grimpe un peu, même un peu beaucoup à froid... Il y a environ 3 kilomètres avec des pentes allant jusqu'à 8%. J'étais frigorifié!! Les jambes tiraient énormément et j'étais un peu fatigué... Heureusement bien qu'il y avait pas mal de voitures et de camions, la circulation n'était pas trop dense. Mon compteur indique 4,9°C!!

Petit à petit dans ces premiers kilomètres de montée je commeçais à me sentir plus à l'aise mais le mal de jambes était toujours là! A ce moment là, je me disais que j'étais en train de faire une grosse bêtise, j'aurais mieux fait de me reposer parce qu'enchainer avec une 3e sortie d'affilé alors que le mois précédent je n'ai presque pas pédalé, c'était peut être un peu gros...

Mais pour me motiver je me disais que de toute façon là c'était une petit sortie au final vu que je n'allais pas jusqu'à l'Iseran.

La route est très jolie avec une vue sur le fort de Marie Thérèse que je prendrai en photo au retour. Ensuite une longue portion plutôt plate s'est présentée. C'était sympa de rouler dans ce décor!!

Il y avait tout de même pas mal de poids lourds et fallait faire gaffe aux courants d'air que ça faisait.

Je suis passé par le très joli village de Termignon juste après lequel 2 kilomètres raides se sont présentés, ouch les jambes!! C'était tout de même joli avec un lacet qui permettait de passer au dessus du village. Ensuite une petite descente et un peu de faux plat mènent jusqu'à Lanslebourg.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 114

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 117

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 120

 

J'étais content d'y arriver quand même! Là en traversant la ville je suis arrivé jusqu'à la bifurcation...tout droit le col de l'Iseran et à droite le col du Mont Cenis vers l'Italie.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 123

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 151

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 125

 

 

A partir de là, il reste seulement 10 kilomètres à gravir pour arriver au sommet du col et 1 ou 2 de plus pour longer le lac du Mont Cenis qui est juste après le sommet.

C'est avec quand même de l'appréhension et un bon mal de jambes que je m'y engage. Les deux premiers kilomètres sont entre 5 et 6%, ce qui permet de se mettre progressivement dans le rythme. De larges lacets permettent d'apprécier le rythme de la montée et j'aimais bien cette impression de haute montagne, enfin!! Le pourquoi j'aime la montagne en vélo!! C'est le charme qu'il manquait à l'Alpe d'Huez.

A ma grande surprise, ce début d'ascension s'est bien mieux passé et lorsque la pente est devenue plus raide pendant 7 kilomètres entre 7 et 9%, j'ai plutôt bien apprécié. La vue sur les sommets d'en face est sympa et en contrebas par endroit on peut voir Lanslebourg. La route est très tranquille malgré quelques passages de voitures allant en Italie.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 127

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 130

 

Au fur et à mesure que je montais, il faisait de plus en plus frais. A environ 2,5 kilomètres du sommet, le vent s'est levé. Un vent froid et qui soufflait d'abord de la gauche avant que je ne le prenne en pleine face une fois la courbe à gauche menant au dernier 1,5 kilomètre passée...

Là c'était dur, en danseuse, vent de face... Heureusement le dernier kilomètre à 6% est moins dur mais avec le vent il a été très long.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 132

 

En arrivant au sommet j'étais tout de même content et soulagé parce que les jambes ne me permettaient pas de faire plus long comme ascension.

Le vent soufflait très fort là-haut, c'était plutôt pénible et galère pour garder la trajectoire. Au sommet, la vue sur le lac juste un peu plus loin est très sympa!! L'Italie c'est juste après à seulement 4 à 5 kilomètres du sommet.

Il n'y a pas grand chose en haut en dehors d'une auberge.

 

Le lac :

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 133

 

Avec le zoom :

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 134

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 135

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 138

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 144

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 146

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 147

 

J'ai voulu aller vers le lac, la route étant presque plate mais le vent soufflait trop fort sur le sommet. J'ai du coup, préféré ne pas poursuivre plus loin et de redescendre rapidement.

Le début de la descente s'est avérée compliquée avec le froid glacial et le vent... Je suis resté prudent et je me suis offert quelques arrêts pour prendre des photos du paysage.

La route dans le sens de la descente est plutôt dangereuse avec des trous et des gravillons à certains endroits...pas top ça... Ils ont intérêt à la refaire pour le passage du Giro l'an prochain (avec l'arrivée au col du Galibier après le passage du Mont Cenis!).

Une fois redescendu dans la vallée j'ai apprécié la température aux alentours de 20°C. Il ne me restait plus qu'à retourner à Modane avec els 25 kilomètres qui m'en séparaient. Il y avait juste 2 endroits où ça montait un peu. Et le reste du temps c'était de la descnte, du plat ou un peu de faux plat montant. En approchant de Modane la vue sur le fort Marie Thérèse était sympa. Juste après j'ai commencé la descente sur Modane et là en arrivant en ville il y a des travaux!! Il a donc fallu suivre la déviation, contourner Modane par les côteaux sur lesquels il fallait grimper avant de redescendre et rentrer dans Modane par le côté sud pour retraverser la ville jusqu'à la gare. Tout ça pour dire que je commençais à avoir faim et que les côteaux m'ont achevé^^ Du coup vu que j'avais pas mal de temps avant le train, je suis allé m'acheter un gros truc à manger dans le supermarché qu'il y avait pas loin. Une fois fini de manger, il me restait encore plus de 2h d'attente. Après avoir regardé passé le TGV faisant la ligne Paris-Turin, je me suis endormi...

J'ai ensuite à nouveau bien profité du trajet en train jusqu'à Montmélian le long de la vallée de la Maurienne. Une fois à Montmélian j'ai vu qu'un train pour Valence allait bientôt arriver, j'ai supposé qu'il passait bien par Grenoble et je suis arrivé sur le quai au moment où le train arrivait. Bizarrement le compartiment vélo s'est arrêté pile à l'endroit où le quai n'est plus là (il y a un bâteau). Du coup pour monter dans le train avec le vélo c'était une belle marche de 70cm^^.

Une fois en gare de Grenoble je n'avais plus que quelques kilomètres pour rentrer.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 152

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 157

 

 

Au final donc, ce fut une toute petite sortie de 80 kilomètres avec 1400m de D+ et tout de même une ascension au col du Mont Cenis que j'ai bien appréciée. Il s'agit en plus d'une route porteuse d'une Histoire. Cependant le gros mal de jambes a un peu tout gâché sans compter le froid. Je pensais qu'après 3 jours je me sentirais mieux mais en fait non...et pour tout dire il y a des moments je me suis pris pour un dingue, je en sais pas trop comment j'arrive à me motiver pour me lever super tôt avec des trains à prendre et des changements, mais pour l'instant ça tient la route^^

Inutile de dire que le soir, j'avais du mal à marcher^^ Je m'attendais au pire pour le lendemain et ce soir là j'ai donc décidé que je ne sortirais pas le vélo le lendemain...mais je suis têtu parfois...

Pour ce qui est du col de l'Iseran, je n'ai aucun regret de ne pas y être allé parce que je n'en avais tout simplement pas la motivation ni les jambes pour y aller. Ce sera pour une autre fois. Jétais quand même satisfait d'avoir pu enchainer déjà ces 3 sorties en 3 jours.

Partager cet article
Repost0

Mon Blog

  • : Ascensions de grands cols en vélo - cyclotourisme en montagne
  • : Dans ce blog je décris mes ascensions de grands cols en vélo, je mets les profils des cols et je fais part de ma passion du vélo en montagne et de mon expérience.
  • Contact

Qui-Suis-Je?

  • Idris Raossanaly
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!

Compteur kilométrique 2015

 

Au 20 janvier 2015
Kilométrage total   260 km
Vélo urbain   20 km
Vélo en montagne

  209 km

Sorties plates   31 km
Dénivelé positif   3200 m
Mois en cours   260 km

 

Visiteurs uniques

Rechercher

 

photos col de la Pierre Saint Martin le 17 octobre 2009 013

 

 

P1010407

 

 

photos col du Soulor et col des Bordères le 26 av-copie-1

 

 

P1010361.jpg

 

 

photos col du Tourmalet le 12 juin 2010 021

 

 

P1010327

Divers liens

Si vous aimez la littérature et l'écriture, je vous encourage à visiter régulièrement ce site, très bien fait par une personne très sympathique (passionnée de vélo aussi), qui rédige régulièrement des nouvelles :

 

http://richardpatrosso.typepad.com/dndr/