Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 11:30

Voici la deuxième sortie de mon séjour dans les Alpes!

Il a beaucoup plu dans la nuit entre le 18 et le 19 septembre et les températures ont fortement baissé. Le matin le ciel est très menaçant et le vent souffle fort!

Le point positif c'est que je ne ressens pas trop la sortie de la veille dans les jambes! Je ne m'attends pas à avoir une amélioration des jambes pour cette sortie.

Je pars en fin de matinée quand le ciel me semble se dégager quelques peu sur la Chartreuse. Je n'ai pas d'objectif particulier en raison de la météo mais ce sera dans la Chartreuse. L'an passé j'avais entrepris le début de la traversée mais je n'avais pas terminé la trilogie mythique puisqu'après le col de Porte et le col du Cucheron j'avais quitté le massif.

J'ai donc décollé en fin de matinée, j'ai pris la piste cyclable pour rejoindre Grenoble et Saint Martin les Vinoux pour accéder au col de Porte par le col de Clémencières et le col de Vence. Je connais cette route pour l'avoir emprunté deux fois l'an passé. La route est mouillée et les nuages étaient toujours nombreux sur la Chartreuse, ce n'était pas très engageant...

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 061

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 063

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 065

 

Il faisait frais... J'ai quitté l'agglomération de Grenoble par Saint Martin les Vinoux direction Clémencières. La route se met à monter brusquement aux alentours de 9% pendant 5,3 kilomètres. La route est mouillée et la mise en jambes un peu laborieuse. Faut dire que je ne suis pas un adepte de ces météos instables et menaçantes. Le début se fait en lacets serrés avant d'avoir de longs bouts droits. A un moment il y a avait des engins de fauchage. Très rapîdement on s'élève au dessus de Grenoble et la vue sur l'agglomération est sympa. Les jambes ne sont pas mieux que la veille mais pas pire non plus. Au fur et à mesure que je grimpais, je guettais un éclaircissement du ciel... Je me disais que si là-haut j'étais dans le brouillard ça ne servait à rien de continuer car si je fais des sorties en montagne c'est avant tout pour mon plaisir et les paysages!

 

Vue depuis la montée vers le col de Clémencières :

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 070

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 071

 

J'étais content d'être arrivé au col de Clémencières, le plus dur était fait. pour tout dire avec cette météo, la motivation n'était pas au beau fixe mais maintenant que j'y étais, je me suis dit que j'irai au moins jusqu'au col de Porte.

La partie suivant le col de Clémencières (620m) jusqu'au col de Vence (782m) est plus reposante. Il y a 4 kilomètres, le premier un peu raide et les autres presque plats.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 072

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 074

 

Une fois au col de Vence, j'ai continué direction le col de Porte à 9 kilomètres de là. Il faisait de plus en plus frais et la route était toujours mouillée... Vraiment pas très marrant. J'ai donc repris la route tranquillement sans chercher à me mettre dans le rouge. Cette portion m'a paru un peu longue mais j'ai apprécié quand même. Les nuages taient assez haut pour m'éviter d'être dans le brouillard et par moment des espoirs d'éclaircies se faisaient voir. Dans une ligne droite à 9%, j'ai eu un peu mal aux jambes... La fin de l'ascension après le col de Palaquit fut un peu dure.

C'est avec satisfaction que je suis arrivé en haut. Il n'y avait pas de brouillard, en revanche il faisait froid, 9°C au sommet à 1326m!

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 075

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 077

 

L'avantage de la Chartreuse c'est qu'il y a la possibilité de quitter le massif montagneux à tout moment, par Saint Laurent du Pont ou Les Echelles.

Après avoir mis mon K-Way en plus de l'écharpe, je suis parti dans la descente de l'autre côté vers Saint Pierre de Chartreuse.

J'ai fait une descente prudente car la route était toujours mouillée et le froid ne donnait pas envie d'aller trop vite non plus. Une fois en bas à La Diat nil reste 5 kilomètres à remonter pour aller au col du Cucheron (Saint Pierre de Chartreuse se trouve à 4 km du sommet).

La route se met à remonter directement et pour tout dire j'aime bien ça, ça rappelle les Pyrénées. Il est vrai que ça fait un peu mal aux jambes au début mais c'est mieux que de la vallée. Le col du Cucheron (1140m) est court mais raide avec une pente moyenne avoisinant les 9%. L'an passé j'y avais un peu souffert et je l'appréhendais un peu là. Le début pour rejoindre Saint Pierre de Chartreuse est très raide avec un long passage à 12%! Après le village, les 4 kilomètres jusqu'au sommet sont entre 8 et 10% avec sur la fin, un autre long passage à 12%. La route était toujours mouillée sur l'ascension. Globalement j'ai bien géré l'ascension et c'était plutôt sympa, faut dire que la faible longueur était un avantage aussi! Une fois en haut, il faisait toujours 9°C, et maintenant que j'avais fait les deux premiers cols de la trilogie, je n'avais plus qu'à aller vers le troisième!

 

Toujours ce ciel menaçant...

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 078

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 080

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 081

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 084

 

Je suis donc descendu sur Saint Pierre d'Entremont. Une très jolie descente sur la fin de laquelle j'ai été ralenti par un camion. Il faisait toujours froid et menaçant, j'ai donc gardé l'écharpe pour le col du Granier (1134m). Il fait à peu près 12 kilomètres à partir de Saint Pierre d'Entremont mais propose quelques portions roulantes et d'autres plus raides.

Saint Pierre d'Entremont marque le passagPhotos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 085e entre l'Isère et la Savoie. La sortie du village se fait dans des gorges assez roulantes mais usantes et avec ce ciel, c'était une ambiance très froide.

Un peu plus tard alors que la pente était plus raide, des travaux sur la route rendait la circulation alternée sur une portion, petit arrêt au feu rouge du coup.

La fin a été un peu difficile notamment un kilomètre à 9,5%. J'étais content d'en finir avec le Granier car il ne faisait toujours pas très chaud puisque là aussi il faisait 9°C.... C'était sympa quand même d'avoir fait toute la traversée!! J'étais assez pressé de rentrer.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 086

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 087

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 090

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 092

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 094

 

J'ai donc redescendu le col du Granier par le même côté sur Saint Pierre d'Entremont. Là, la route était sèche. Puis une fois en bas j'ai bifurqué à droite direction Saint Laurent du Pont que j'ai rejoint après une quinzaine de kilomètres sur une très jolie route agrémentée de 2 tunnels, permettant de quitter la Chartreuse. C'était plutôt agréable. Une fois à Saint Laurent du Pont, je suis parti en longeant la Chartreuse vers Saint Joseph de Rivière par la grande route (il n'y a que celle là). La circulation sur cette portion, comme l'an passé, était dantesque, vraiment terrible, ces camions, ces voitures, à toute allure qui dépasse presque sans s'écarter... Je suis passé devant le mémorial du 5-7 sans m'arrêter cette fois, en raison de la forte circulation. Ce mémorial se trouve sur le lieu où un dramatique incendie a détruit le 5-7, une boîte de nuit, en 1970 et dans lequel 146 jeunes sont décédés.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 096

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 097

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 102

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 103

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 105

 

Peu après Saint Joseph de Rivière, j'ai tourné à gauche direction Grenoble par le col de la Placette (588m). petit col que j'avais déjà grimpé l'an passé.

La circulation toujours dense était un peu moindre quand même. Il n'empêche que je n'en revenais pas de la vitesse à laquelle les véhicules roulaient sur cette petite route...

D'ailleurs alors que j'étais à 2 kilomètres du sommets, je venais de passer un virage à droite depuis 200m environ lorsque j'ai croisé un camion assez gros qui roulait plutôt vite. Il venait de me croiser depuis quelques secondes quand j'ai entendu un énorme coup de freins puis deux bruits sourds consécutifs (il avait du taper la barrière), je me suis instantanément retourné mais le camion était derrière le virage, je ne le voyais donc pas. Vu le grand nombre de voitures qui étaient dans les environs, il n'était pas seul, du coup, j'ai continué ma route sans me poser plus de questions. D'un côté je me suis dit, bien fait pour lui vu la vitesse à laquelle il roulait (je doute fort que le camion ait été très endommagé). Pendant plusieurs minutes aucune voiture ne m'a dépassé, elles devaient être bloquées dans le virage puis ensuite les premières qui m'ont dépassées plus tard, faisaient des appels de phares à celels venant d'en face... Je me suis quand même dit que si le camion était sorti de la route dans le virage pile au moment où j'y étais, j'aurais pu avoir un sacré accident...heureusement j'étais 200m plus en avant...

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 107

 

Une fois au sommet du col de la Placette, je n'avais plus qu'à descendre de l'autre côté sur Voreppe pour rejoindre ensuite la piste cyclable et rentrer sur l'agglomération grenobloise.

La température était beaucoup plus agréable en dehors de la Chartreuse!!

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 108

 

Face au Vercors à la fin de la sortie :

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 109

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 112

 

Au final ce fut une petite sortie de 112 kilomètres avec plus de 2400m de D+. Malgré les mauvaises jambes et la météo très mençante tout le temps, j'ai apprécié. Et pourtant l'ambiance dans la Chartreuse était plutôt froide et pas engageante. Il s'agit d'un massif dans lequel je n'irai pas souvent si je repasse à Grenoble dans le futur. La brutale chute des températures est difficiles à encaisser aussi. 9°C en haut des cols contre 28 à l'Alpe d'Huez la veille...ouch...

En tout cas faire cet enchainement très connu voire presque mythique de l'Histoire du Dauphiné Libéré c'est sympa. Bernard Hinault y a eu une grosse chute une année.

En rentrant les jambes faisaient un peu mal je dois dire et le lendemain, le jeudi, c'est la grosse sortie qui était prévue avec l'Iseran en tête...

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 09:17

Hé bien voilà donc pour le résumé de la première sortie de ma petite semaine de vacances dans les Alpes!

Pour rappel, j'ai terminé mon travail à Apt dans le Vaucluse le vendredi 14 septembre et après la préparation du déménagement pendant le week end, mes parents qui sont venus m'aider, m'ont laissé le lundi 17 en gare d'Avignon avec mon vélo de route. J'ai ainsi pu rejoindre Grenoble en train assez rapidement avec une seule correspondance à Valence.

J'ai profité d'être pas trop loin des Alpes (car le train avec le vélo des Hautes Pyrénées aux Alpes, c'est assez contraignant comme j'ai pu le tester au retour) pour me prendre ma première vraie semaine de vacances depuis le mois de février!

Bien entendu, j'avais prévu des sorties en vélo dans les Alpes! J'étais sur place pendant 4 jours, du mardi 18 au vendredi 21. Ma marraine que j'apprécie beaucoup m'a hébergé pour la semaine et je l'en remercie! J'étais donc à une dizaine de kilomètres de Grenoble.

J'avais en tête des ascensions telles que le col de la Croix de Fer, le col de l'Iseran, l'Alpe d'Huez, la trilogie de la Chartreuse...

Le tout était d'arriver à organiser la semaine. Cela s'est fait bien entendu selon la météo et les jambes.

En ce qui concerne les jambes, j'avais de l'appréhension car les 4 semaines précédentes, je n'avais presque pas roulé à Apt (entre le besoin de souffler un week end puis la grippe pendant 10 jours dont 2 week end et le déménagement), seulement 87 kilomètres, ce qui est insignifiant. Je m'attendais à ne pas être super en forme.

L'ascension que j'avais le plus envie de faire c'était le col de l'Iseran (2770m), plus haut col routier des Alpes françaises (la cime de la Bonnette à 2802m étant une route et non un col). Cependant pour y aller depuis Grenoble il faut prendre le train jusqu'à Modane (avec 1 changement) puis de là il reste 55 kilomètres pour arriver au sommet de l'Iseran avec de belles montées avant de faire les 14 kilomètres de véritable ascension.

Etant donné la grosse sortie que cela ferait en comptant le trajet en train du retour, je sohaitais ne pas commencer par celle là.

Pour ce qui est de la météo, il était prévu ensoleillé le mardi, très nuageux avec averses le mercredi, grand soleil jeudi et variable vendredi.

L'organisation avance. Pour l'Iseran ce serait le jeudi quand il ferait beau! Du coup l'Alpe d'Huez qui est une grosse sortie également en terme de kilomètres se ferait au début avec le beau temps du mardi. La Chartreuse qui est juste au dessus de Grenoble se ferait le mercredi quand le temps sera le moins favorable (ce qui me permettra de quitter le massif en cas de pluie à tout moment de l'enchainement) et il reste donc le vendredi pour une éventuelle dernière sortie soit à la Croix de Fer si je suis en forme soit dans les environs de Grenoble.

 

Voilà donc pour le programme!!

En ce mardi 18 septembre donc, c'était parti pour l'Alpe d'Huez. Grosse sortie au niveau du kilométrage puisque pour arriver au Bourg d'Oisans pied de l'ascension il y a 50 kilomètres depuis Grenoble et donc 60 depuis la maison de ma marraine. De plus cette route bien qu'ayant des pistes cyclables au début puis des bandes cyclables sur certaines portions, est très pénible en raison de la forte circulation avec beaucoup de poids lourds ainsi que la route qui est usante. J'avais eu l'occasion de la faire l'an passé lors de ma sortie au col du Galibier et je m'étais dit en moi-même que cette vallée de la Romanche je ne la referai pas de sitôt!!

Un an plus tard, je vais donc la refaire pour aller à l'Alpe d'Huez. L'an passé j'étais déçu de ne pas avoir pu y aller. Cette fois ce sera bon!! L'Alpe d'Huez est rapidement devenue une ascension mythique connue au niveau mondial grâce au Tour de France! Bien que n'étant pas l'ascension la plus dure des Alpes, elle présente toutefois un profil redoutable avec 14,4 kilomètres (jusqu'à la ligne d'arrivée du Tour de France) à 7,9% de moyenne! Il s'agit aussi du lieu de la première arrivée de l'histoire en altitude en 1952, étape remportée par Fausto Coppi!

Elle est constituée de 21 virages bien connus, numérotés dans l'ordre décroissant avec sur chacune des pancartes de numéro, un ou deux noms de vainqueurs d'étape en haut de l'Alpe d'Huez lors du Tour de France!

J'avais donc décidé d'aller tester ma forme et mes jambes sur ce mythe des Alpes.

 

Je suis parti de bon matin dans la fraicheur matinale sur la piste cyclable permettant de rejoindre puis de quitter Grenoble (c'est le gros point positif de la ville ça!!). Après un court égarement, j'ai retrouvé ensuite la route de la vallée. La circulation très dense est un peu pénible surtout au niveau de la portion d'1,5 km en double voies...

Il fallait rester vigilant. Après une grosse vingtaine de kilomètres, la route s'est mise à monter en faux plat de façon plus prononcée... Le trajet me paraissait un peu long quand même malgré le paysage qui était tout de même appréciable dans la vallée.

 

Sur les pistes cyclables pour traverser et quitter l'agglomération de Grenoble :

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 001

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 002

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 003

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 004

 

Le Vercors, derrière moi :

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 006

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 007

 

Dans toute cette longue vallée en faux plat, j'ai le temps de sentir que je ne suis pas en super forme comme je le pressentais. La petite idée que j'avais dans la tête d'enchainer avec le col de la Croix de Fer (dont le départ est à Rochetaillée 8 kilomètres avant le Bourg d'Oisans) s'est estomper car les jambes ne seraient pas là pour la deuxième ascension c'est une certitude!

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 009

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 012

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 013

 

C'était une satisfaction d'être arrivée au Bourg d'Oisans au pied de l'ascension! Les jambes se faisaient déjà sentir... Là j'ai enlevé ma veste thermique, la température était plutôt agréable aux alentours de 20°C. J'ai mangé une pâte de fruit. Et hop c'est parti direction l'Alpe d'Huez. La borne au pied indique une montée de 14,4 km. Dès le début la route se cabre fortement pour un premier kilomètre à 10,4%. Il n'a fallu que quelques centaines de mètres pour voir à quel point j'avais des mauvaises jambes!! Aie aie aie... Dès le début j'étais dans la difficulté. L'ascension risque de paraitre longue... Ce premier kilomètre est long, notamment la ligne droite du début qui permet de rejoindre le virage numéro 21. Dans la montée, 20 des 21 virages sont entièrements plats. En temps normal ils permettent de relancer avec énergie mais pour moi ils vont plutôt me permettre de souffler...

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 014

 

On s'élève rapidement au dessus du Bourg d'Oisans, la vue sur le village est sympa. Par contre la pente est toujours aussi redoutable entre les virages. Quand je regarde sur mon compteur, il indique toujours une pente entre 8 et 11% avec dans les 3 premiers kilomètres, un passage à 13%. Je savais que les 3 premiers kilompètres sont réputés comme les plus durs. Mais ce n'est pas pour autant que les suivants passent mieux^^

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 015

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 016

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 017

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 018

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 019

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 020

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 021

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 025

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 026

 

C'est terrible d'avoir de si mauvaises jambes, j'en ai rarement eu des comme ça...c'est comparable à la difficulté que j'ai eu dans le Mont Ventoux le 23 juin...vraiment Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 028une de mes sorties avec les plus mauvaises jambes cette année.

En Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 029approchant du milieu de l'ascension je commençais à avoir faim. Faut pas rajouter la fringale maintenant, du coup je me suis arrêté 30 secondes pour manger une pâte de fruit avec vu sur la première partie de l'ascension que je venais de faire. A environ 8 kilomètres du sommet, dans une courbe à gauche on quitte la vue que l'on a sur le Bourg d'Oisans pour aperçevoir la suite de l'ascension avec le village de Huez puis plus haut la station de l'Alpe d'Huez.

A chaque virage, en lisant le nom du vainqueur d'une étape, je me remémore quelques belles images des plus grandes bagarres qu'il y a eu sur ces pentes. Bien évidemment c'est plus la fin des années 90 et les années 2000 dont je me souviens réellement. Les anénes d'avant, je me suis juste basé sur ce que j'ai lu sur l'Histoire du Cyclisme. Cependant, durant la montée, je n'ai reconnu que peu d'endroits de cette montée...faut dire que sans la foule qu'on voit à la télé ça change pas mal...

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 027

 

Durant l'ascension j'ai vu pas mal de cyclistes qui grimpaient aussi. Beaucoup qui m'ont dépassé mais certains que j'ai rattrapés aussi. Hormis le virage de Saint Ferreol qui présente un panorama assez agréable sur la falaise d'en face, le paysage tout au long de la montée m'a plutôt déçu... Pour de la haute montagne c'est dommage.

A 5 kilomètres du sommet, un anglais qui était revenu pas loin derrière moi a commencé à souffrir et de fait nous roulions à la même vitesse côte à côte. Nous avons un peu discuter mais vu qu'il ne parlait pas français c'était un peu galère^^

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 030

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 031

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 032

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 034

 

A environ 1 kilomètres avant la station de l'Alpe d'Huez (à 3 km du sommet), il y a quelques centaines de mètres un peu moins dures qui m'ont permis de relancer. C'était toujours sympa de voir que je n'étais pas fini complètement^^

Les 2 derniers kilomètres sont réputés les moins difficiles...juste après le panneau annonçant la fin de l'itinéraire du Tour de France à 2 km, une longue ligne droite à 9% était encore là, ce n'est en réalité que les 1,2 dernier kilomètre qui est véritablement plus facile. La traversée de la station est globalement assez raide après un léger replat à 2,5 km. Je suis passé devant un bar où beaucoup de cyclistes s'étaient arrêtés puis juste après se trouve un petit tunnel en virage à gauche qui permet de rejoindre le haut de la station avant d'arriver sur la partie la plus facile avec 2 rond points à passer dont le dernier qui est le fameux virage serré à 300m de la ligne d'arrivée.

En arrivant au pied du panneau indiquant l'arrivée à 1850m, j'étais vraiment content et soulagé. La montée s'est avérée difficile pour les jambes. C'est toujours particulier, d'arriver en haut d'une ascension avec une telle portée mythique et historique.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 035

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 036

 

La dernière ligne droite :

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 038

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 039

 

En haut, j'ai discuté avec un autre cycliste qui est arrivé quelques secondes avant moi. J'ai décidé de ne pas poursuivre sur les 7 kilomètres de petites routes menant au col de Sarenne à 1999m d'altitude. Je n'avais vraiment plus els jambes...

Là-haut la température était agréable aux alentours de 28°C. J'ai ensuite entrepris le dbut de la descente jusqu'au centre de la station et vu que j'avais du temps devant moi, je me suis arrêté au fameux bar que j'avaix vu à l'aller. J'ai pris un coca et une fois n'est pas coutume, un sandwich. C'était agréable avec cette température.

 

Le bar où je me suis arrêté :

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 040

 

La fin de la montée jusqu'au centre de la station environ 2,5 km avant la ligne d'arrivée du Tour de France :

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 043

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 044

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 045

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 046

 

20 minutes plus tard, je suis reparti pour la descente. Une descente que j'ai faite rapidement avec de bonnes trajectoires, juste entrecoupée de 2 arrêts pour prendre des photos. Au final j'ai dévalé la route en 17 minutes, ce qui fait plus de 50 km/h de moyenne.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 047

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 049

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 053

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 055

 

Une fois la descente terminée, il restait encore les 60 kilomètres de la vallée de la Romanche à faire... Heureusement vaut mieux la faire dans le sens du retour c'est moins dur. En plus une fois l'ascension faite, c'est beaucoup plus cool. En revanche la circulation était encore plus dense qu'à l'aller! Bien pénible les camions! Heureusement, pas trop de vent à signaler.

Le retour a semblé un peu long mais globalement je suis arrivé assez vite à Grenoble.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 058

 

Au final, j'ai donc parcouru 147 kilomètres en ce mardi en guise de mise en jambes pour ces quelques jours dans les Alpes. C'était sympa quand même de faire une aussi grande sortie malgré le peu de kilomètres effectués les semaines précédentes. Et l'Alpe d'Huez quoi qu'on en dise, même si le paysage n'est pas top, ça reste un moment particulier!

1900 m de D+ pour cette sortie!

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 12:47

Voici donc le résumé de ma sortie du 24 août. La veille, l'après midi j'étais donc allé au col de Bluffy (630m) puis au col de la Forclaz (1150m) et ça avait été très très dur dans la montée. J'avais vraiment eu du mal. Ce matin du 24 août, je partais donc quand même avec de l'appréhension. J'étais un peu fatigué physiquement. L'accumulation de la fatigue depuis le début du séjour à Grenoble commence à se faire sentir. Ce 24 août, je voulais aller au col des Aravis (1487m) en priorité et ensuite si les jambes étaient là, je souhaitais corser le parcours avec le col de la Croix Fry (1477m) et/ou le col de la Colombière (1618m). La journée allait être belle et surtout très chaude une nouvelle fois. Pour monter au col des Aravis, il fallait que je rejoigne Thones qui est le pied de la montée. La veille j'avais pu voir la direction au col de Bluffy. J'ai donc pris la même route pour monter au col de Bluffy. J'ai donc longé le lac d'Annecy sur les premiers kilomètres avant de bifurquer au niveau de Menthon Saint Bernard, vers le col de Bluffy comme la veille. Au pied de la montée se trouvait 3 autostoppeurs.

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 538

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 540


A nouveau, j'ai eu du mal à emmener du braquet dans cette montée. Les nombreux passages à 11% sur la fin ont fait mal aux jambes quand même et j'avoue que mentalement je n'étais pas très optimiste...

 

Col de Bluffy :

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 542

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 543

 

Heureusement que le col ne fait que 3km de montée. Cependant j'ai quand même essayé de ne monter en dedans afin de ne pas être trop entamé mais quand les jambes ne sont pas vraiment là, c'est difficile de se mettre à gérer. Au sommet du col, un panneau indique Thones à 10km. La route se met à descendre fortement sur environ 2 à 3km. J'ai croisé quelques cyclistes qui semblaient souffrir dans la montée. La route s'aplanit ensuite sur environ 7km jusqu'à Thones. Sur cette portion, il y a une bande cyclable la plupart du temps mais l'état du macadam laisse à désirer quand même. De plus ce sont de longues lignes droites et à ce moment, le vent s'est levé et soufflait de face. A un moment, je me suis retourné et j'ai vu dans ma roue un autre cycliste. Je pensais qu'il m'avait rattrapé et pensant qu'il voulait me dépasser, j'ai serré à droite mais là il m'a lancé « non, t'inquiètes j'ai tout mon temps! ». La route était passante et il n'était donc pas possible de rouler de front. J'ai donc continué à rouler à mon rythme jusqu'à Thones mais je ne cache pas que savoir qu'on a quelqu'un qu'on ne connait, sur le porte bagage et qui s'abrite derrière, c'est assez vexant. En entrant dans Thones, il y a un peu plus d'espace et nous avons pu rouler côte à côté. Nous avons donc échangé quelques mots et le cycliste m'a dit qu'il était bien content d'accrocher ma roue. J'ai été surpris car sur le plat je ne suis pas du genre très à l'aise. Il m'a dit qu'il reprenait le vélo et qu'il allait au col des Aravis pour la reprise. Lorsqu'il a su que j'y allais aussi, il m'a proposé de monter ensemble et m'a dit que si nous n'étions pas sur les mêmes rythmes, ce n'était pas la peine de s'attendre. Je ne savais absolument pas si il bluffait ou pas, si il avait un bon niveau ou pas. Enfin bref, toujours est-il qu'il m'a dit qu'il préférait prendre ma roue car j'avais probablement plus l'habitude que lui de faire des montées. Il s'est donc de nouveau calé juste derrière moi. Maintenant qu'il s'était un peu expliqué c'était moins gênant, cependant, ça déconcentre un peu quand même au moment d'aborder le col des Aravis surtout que je n'avais pas trop confiance dans mes jambes. A la sortie de Thones, une première rampe se met à monter aux alentours de 8% sur une longue ligne droite de plus d'1,5km. Je me suis mis en danseuse direct et là, ça allait mieux les jambes. Je me suis concentré sur mon pédalage et j'ai pu emmener le 39 dents sans trop de soucis. J'ai fait toute cette rampe en danseuse, et quand je me suis rendu compte que finalement j'avais retrouvé du rythme dans la montée contrairement à la veille, le moral est bien revenu d'un seul coup. Cependant, j'ai essayé de ne pas monter trop vite car ce n'était que le début et il y avait toute la suite de la journée encore. Après ce 1,5km de montée, il y a un petit replat d'environ 200m. Là je me suis retourné et je n'ai vu personne dans ma roue, et je n'ai même aperçu personne au loin derrière. Bref, le cycliste qui été dans ma roue a du avoir du mal. J'ai donc continué à mon rythme. La route du col des Aravis est assez passante. J'étais vraiment content de voir que dès que ça devenait plus raide, je me sentais mieux. J'étais très bien en danseuse.

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 544

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 545

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 547


Après quelques kilomètres de montée, je suis arrivé à Saint Jean de Sixt, où se trouve la bifurcation pour rejoindre le Grand Bornand et le col de la Colombière. Pour ma part, j'ai continué la montée tout droit vers La Clusaz qui est la station se trouvant sur la route. Après la sortie de Saint Jean de Sixt, le paysage se dégage de plus en plus. La pente est aux alentours de 6 à 7% avant un passage un peu plus raide qui nous amène à La Clusaz. La traversée de cette station bien connue est assez raide et pénible avec le grand nombre de voitures. Cependant, c'est très joli avec tous ces chalets. La sortie de la station est magnifique mais raide. Là c'est difficile. Mais j'arrive à rester sur le 39 dents. La vue est magnifique avec la station en contrebas à droite. Juste après, le paysage devient magnifique. Un vrai paysage de montagne! C'est un plaisir de pédaler dans ce décor! C'est ça le plaisir du vélo en montagne! Que c'est beau! La route part ensuite en grands lacets sur des pentes aux alentours de 8%. Les jambes se font sentir mais je n'ai pas vu le temps passer sur la fin de l'ascension, j'en ai vraiment profité. La dernière ligne droite de 300m environ est e faux plat montant seulement. Et là, on débouche sur le col des Aravis, à 1487m d'altitude. Le sommet, à la limite entre la Haute Savoie et la Savoie! J'ai finalement réussi à monter sur le 39 dents alors que la veille et même au début de la sortie dans le col de Bluffy, j'avais du mal. C'est vraiment une grande satisfaction. Au sommet du col des Aravis, il y a pas mal de chalets souvenirs, restaurant et tout ça. Il y a aussi un grand parking. J'ai acheté quelques cartes postales et un peu discuté avec un vieux cycliste que j'ai dépassé dans la montée. De là haut on aperçoit le Mont Blanc, ainsi que l'Aiguille du Midi. Cependant avec le soleil en train de se lever, les sommets enneigés étaient très pâles et sur les photos ça ne ressort pas très bien. Mais j'étais vraiment content de voir le Mont Blanc! Je suis allé faire remplir mon bidon d'eau dans le restaurant. C'est agréable d'avoir de l'eau fraiche et surtout de savoir qu'on peut continuer à rouler sans trop se soucier d'économiser les gorgées d'eau. Car ce n'est pas partout qu'on peut faire remplir son bidon aussi facilement. Alors qu'au début de la sortie j'étais plein d'appréhension sur mes jambes, là je débordais d'envie de continuer le parcours.

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 550

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 551

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 552

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 553

 

Presque toutes les photos ont été prises tout en roulant dans l'ascension :

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 554

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 555

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 556

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 557

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 558

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 560

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 562

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 563

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 564

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 567

 

Le Mont Blanc derrière à droite :

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 572

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 575


J'ai donc décidé de redescendre du même côté et d'aller faire un détour par le col de la Croix Fry dont j'ai vu la direction 6km avant le sommet du col des Aravis. Descendre dans ce paysage c'est vraiment magnifique. J'ai tourné à gauche vers le col de la Croix Fry. Là, je ne savais pas exactement combien de kilomètres il me restait pour arriver au sommet. C'est devenu raide assez rapidement. J'ai commencé sur le 39 dents. J'ai passé une portion raide avant d'arriver sur un replat. La route est sympa même si le paysage est mins grandiose et moins ouvert que vers le col des Aravis. Après le replat, la pente est redevenue raide. Ce fut un peu plus difficile mais pas aussi dur que la veille. Puis presque brutalement, la route débouche au col de la Croix Fry (1477m). Depuis la bifurcation il y avait en fait 4km de montée. Au col de la Croix Fry il y a des arbres qui bouchent un peu la vue. Là aussi j'ai pu faire remplir mon bidon d'eau. C'était vraiment agréable de profiter de cet instant, d'être au sommet, et d'arriver à bien gérer pour en rajouter un peu dans le parcours. Maintenant, ne sachant pas encore comment j'allais me sentir après la descente, j'ai décidé de redescendre jusqu'à Saint Jean de Sixt et de prendre la direction du Grand Bornand qui est 3km de descente plus loin, au pied du col de la Colombière (1618m) et là j'aviserai si je fais l'ascension ou si je rentre sur Annecy plutôt.

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 577

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 578

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 580

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 581


J'ai donc fait la descente. Une descente pleine de grandes courbes qui évitent de devoir faire de gros freinages. J'ai retraversée La Clusaz puis une fois à Saint Jean de Sixt, j'ai pris la direction du Grand Bornand. Là je savais que ça descendait pendant encore 3km environ. Sur cette descente, quand je voyais le pourcentage par endroit, je m'inquiétais un peu car au retour il faudra remonter tout ça... En entrant au Grand Bornand, une déviation empêchait les voitures d'aller directement au centre ville, ce qui faisait qu'elles passaient toutes par la route du col de la Colombière. Il y avait donc du monde sur la route. Alors que je commençais à ressentir les effets de la chaleur sur l'organisme, les premiers mètres du col de la Colombière, se sont avérés assez difficiles... Il y a 12km de montée à partir du Grand Bornand. Les premiers mètres donc, étaient assez difficiles mais mentalement j'avais une très grande volonté, j'étais prêt à me faire mal aux jambes. Juste en sortant du Grand Bornand, j'ai croisé une camionnette et le conducteur m'a lancé « Allez, allez, ce n'est que le début là!! », comme encouragement ce n'est pas ce qu'il y a de mieux de rappeler que c'est le début mais bon c'est toujours sympa. Rapidement la route s'élève en lacets au dessus du Grand Bornand et la vue sur le village est vraiment agréable. Il faisait vraiment chaud. Mais j'étais concentré sur mon pédalage et l'effort. Et même si c'était dur, je n'étais pas trop mal puisque comme dans le col des Aravis, je pouvais prendre des photos tout en roulant sans trop de difficultés. Par moment les lignes droites paraissaient longues quand même. Je suis arrivé ensuite à la station du Chinaillon, la traversée est assez longue et il y a pas mal de choses à voir en passant, cela permet de penser à autre chose et de se détacher de l'effort. Juste à la sortie du Chinaillon, ça devient vraiment beau le paysage. Magnifique! A je ne regrette pas d'être allé pédaler dans le massif des Aravis, depuis le début de la journée, je suis dans un décors magnifique!! Après, la station, la route passe dans de superbes paysages sur des pentes aux alentours de 6% avant de repasser à 8% sur els derniers kilomètres. La fin, est longue quand même, mais les kilomètres s'enchainent entre courbes, épingles, sous de beaux paysages, sur des ponts et quelques portions très raides. Un vrai régal, de la vraie montagne. La fin commence à faire sérieusement mal aux jambes quand même. Mais être si proche du sommet du col de la Colombière, un col qui fait partie des cols durs du Tour de France malgré tout (même si je l'ai monté par le versant le plus facile), dans un tel décor, ça motive. Le paysage était fabuleux. La dernière rampe d'environ 400m assez raide qui mène au sommet en ligne droite fut un peu difficile. Quelle joie d'être au sommet du col de la Colombière, à ce stade là de la sortie! Que c'est beau. En haut, il y a énormément de voitures garées, et beaucoup de gens au restaurant du sommet. Je suis arrivé en haut sur les coups de midi à peu près. Je suis allé faire remplir mon bidon. J'étais un peu déçu du fait que la position du panneau situé sur la butte empêchait de faire une photo avec le vélo.

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 582

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 583

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 584

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 585

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 587

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 588

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 589

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 592

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 594

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 596

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 597

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 598

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 599

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 600

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 601

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 602

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 603

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 606

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 609


Je suis resté quelques minutes au sommet pour savourer avant de commencer la descente vers le Grand Bornand. Une descente où on peut atteindre de grandes vitesses rapidement, je me suis fait une petite frayeur à un virage mais j'ai bien contrôlé, j'ai continué la descente tranquillement. Une fois revenu au Grand Bornand, je ne cache pas que j'appréhendais pas mal les 3km de montée à faire jusqu'à Saint Jean de Sixt quand même. Il y avait pas mal de monde sur la route et le soleil cognait beaucoup. Et à ma grande surprise, dans la montée jusqu'à Saint Jean de Sixt, je me suis dressé sur les pédales et j'ai effectué la montée à plus de 20km/h alors que c'était assez raide par endroit. Grosse satisfaction et soulagement, une fois à Saint Jean de Sixt car cette petite montée me faisait sérieusement peur. En entrant à Saint Jean de Sixt je passe devant un panneau indiquant le sommet du col de Saint Jean de Sixt à 956m d'altitude.

Une fois là, j'ai repris la suite de la route qui descend sur Thones. Juste avant d'arriver à Thones, subitement, un fort vent s'est levé. Un vent de ¾ face. Mais vraiment très fort. Les arbres étaient très agités et le vélo difficile à contrôler dans les rafales, c'était impressionnant! Heureusement que c'était la fin de la sortie, j'étais à bloc pour avancer à une vitesse convenable.

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 612

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 613

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 614

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 615

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 616

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 618

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 619


A la sortie de Thones, je suis passé devant l'emplacement d'un cirque où il y avait des chameaux. J'ai fait une petite pause de 2min là pour laisser passer quelques rafales avant de reprendre ma route sur cette interminable ligne droite. Il restait le col de Bluffy à monter. Après environ 7km de faux plat dans le vent je suis arrivé au pied de cette montée et contrairement à ce que je pensais, je 'nai absolument pas souffert et c'est sur le grand plateau que je suis monté pendant environ 3km alors que le matin j'avais croisé des cyclistes souffrir dans la montée. C'était vraiment une sensation grisante, d'être en fin de grosse sortie sur le grand plateau dans une montée qui grimpe pas mal quand même. Je pouvais appuyer autant que je voulais sur les pédales, j'étais clairement en forme! Une fois au sommet du col de Bluffy, j'ai pris la direction de Menthon Saint Bernard afin de redescendre sur les bords du lac d'Annecy et là alors que je commençais la descente je revois les autostoppeurs du matin qui cherchaient à descendre maintenant, pour rigoler ils m'ont fait signe de les prendre. Une fois redescendu au bord du lac, j'avais envie de faire le tour du lac que je n'avais pas finit hier en raison de la fatigue mais la fin commençait à se faire sentir et j'avais envie de manger un bon plat chaud. J'ai donc pris la direction d'Annecy et du gîte à 8km de là. Et c'est à 14h pile que je suis rentré au gîte comme je l'avais dit à mes parents la veille au soir. Au final j'ai parcouru 119km et j'ai donc monté le col de Bluffy, le col des Aravis, la fin du col de la Croix Fry, le col de la Colombière, le col de Saint Jean de Sixt et le col de Bluffy dans l'autre sens pour rentrer. Et en rentrant, je ne souffrait absolument pas des jambes. J'étais vraiment bien. C'est une grande satisfaction car la veille dans l'après midi j'avais vraiment souffert dans le col de la Forclaz et voir qu'une demie journée plus tard, j'ai su retrouver mes jambes et faire une telle sortie c'est vraiment quelque chose de particulier. De plus en plus, je me rends compte que ma récupération s'améliore. Je l'ai vu notamment après ma dernière semaine de juillet où j'ai enchainé 5 sorties en montagne avec pas mal de voyage en train et je l'ai vu là, avec ces deux semaines où j'ai enchainé sorties en vélo, balades en ville, loisirs, soirées, mariage et tout ça. Cela permet d'ouvrir de nouveaux horizons, je pense notamment à la traversée des Pyrénées qui pourrait être sympa...

 

Je vais parler de la suite de la journée car ça a été une sacrée journée au finale puisque l'après midi, je suis allé à pied dans Annecy afin d'aller dans un cyber. Pendant ce temps là, mes parents et ma soeur sont allés à l'autre bout du Lac pour tester des vélos couchés. J'étais donc en ville à Annecy et au moment où je suis sorti du cyber aux alentours de 18h, le ciel s'était grandement assombri et était extrêmement menaçant. Bref, l'orage était imminent! Je suis rapidement allé acheter le journal et je suis sorti du centre commercial en courant pour rentrer au gîte qui est assez loin à pied quand même. Je venais de courir seulement une cinquantaine de mètres, quand d'un seul coup la pluie s'est mise à tomber. Des énormes gouttes de pluie, et contrairement à ce qu'on aurait pu attendre, ce n'était pas de la pluie chaude mais de la pluie glacée! Je me suis précipité sous l'horodateur du parking qui était à côté de moi. C'est en fait un horodateur qui dispose d'un mini paravent métallique horizontal en haut sous lequel je me suis abrité. Et d'un seul coup, c'est la grêle qui s'est abattue! Très violent! Le vent s'est mis à souffler par tourbillons, je ne voyait plus grand chose, je prenais énormément de grêlons dans la figure et les jambes (j'étais en T-shirt et short), c'était douloureux. C'était une vision impressionnante. J'étais à seulement 50m du centre commercial derrière moi, à ma gauche les commerces étaient seulement à une grosse trentaines de mètres mais la grêle tombait avec une telle violence que je ne pouvais pas sortir pour aller là bas. Je claquais des dents et sur le parking je voyais l'eau monter à vue d'oeil. J'ai tenté d'appeler mes parents pour qu'ils viennent me chercher mais avec le bruit de la grêle impossible d'entendre quoi que ce soit. C'était impressionnant! L'eau ne cessait de monter, moi j'étais sur un petit trottoir surélevé devant l'horodateur. Et voyant que la grêle ne s'arrêtait pas, je me suis décidé à sortir pour aller devant les commerces, je suis parti en courant pour faire les 30m, j'avais de l'eau au dessus des chevilles! Le journal que je venais d'acheter était bon pour la poubelle. J'étais frigorifié, je tremblais de froid. J'étais sous les porches devant les commerces mais je prenais pas mal d'eau dans la figure. J'ai décidé d'aller m'abriter dans le hall du centre commercial qui est de l'autre côté de la route. La grêle tombait avec un peu moins de violence, j'en ai donc profité. J'ai traversé la route avec de l'eau au dessus des chevilles et en arrivant devant la porte d'entrée, impossible de passer en raison de l'eau qui coulait à travers le toit, j'ai donc du contourner le bâtiment pour m'abriter ensuite. Là j'ai pu parler au téléphone avec mes parents qui étaient donc à 20km à l'autre bout du lac. Et ils ne comprenaient pas mon empressement à les appeler car là bas, ils n'ont pas eu une seule goutte!! Seulement beaucoup de vent! Incroyable comment cet orage était très localisé! La pluie est tombée pendant une bonne heure de temps. J'étais trempé... Mes parents devaient me prendre en passant devant la mairie. Lorsque la pluie s'est arrêté, je suis donc allé devant la mairie. Tout était blanc de grêle, comme si il avait neigé. Les routes étaient inondées, c'était impressionnant, quand j'ai traversé j'avais de l'eau à la moitié des mollets par endroit. Incroyable. Devant la mairie, une grosse couche de grêle était encore au sol. Toute la route devant était inondée. Après l'arrêt de la pluie, il y a eu 5min qui se sont écoulées dans le silence avant que les sirènes des pompiers et des policiers ne cessent de se succéder dans un sacré vacarme. J'ai attendu pas mal de temps là, et ne voyant toujours pas mes parents revenir je les ai appelés. Ils étaient dans les bouchons et n'avançaient presque pas. J'ai donc décidé de rentrer à pied. J'ai longé le lac, tous les pédalos étaient couverts de feuilles, de nombreuses branches d'arbres étaient tombées. Et surtout toute la route était inondé, à chaque fois que je devais traverser j'avais de l'eau assez haut sur les mollets. Et il suffisait qu'une voiture roule vite dans l'eau pour que ça éclabousse partout... Je suis péniblement rentré au gîte. Et là, surprise! Il n'y avait plus de courant... J'ai cherché des bougies en vain. Mes parents ont mis plus de 2h pour faire 20km!!! Ils sont rentrés et l'électricité est revenue peut après. Ils n'ont rien eu comme orage, pas une goutte. Ils ont vu les dégâts en revenant, il y avait notamment des arbres tombés sur des voitures et tout ça. En tout cas moi, j'ai pris un gros coup de froid et un bon coup d'adrénaline! Se retrouver à pied planté au milieu d'un parking sous un orage aussi violent, c'est pas tout le temps que ça arrive...pfiou je m'en souviendrai. D'ailleurs le lendemain, dans tous les JT nationaux, l'orage à Annecy a été mentionné. J'ai pris pas mal de photos en rentrant après l'orage et le lendemain, j'avais pour objectif de faire le tour du Lac, ce qui m'a permis de voir d'autres dégâts. Je mets les photos du lendemain ici aussi afin de ne pas séparer les photos de l'orage. En tout cas au final ce fut une sacrée journée dont je me souviendrai très longtemps! Le lendemain en lisant le journal, j'ai appris qu'un petit voilier a même coulé dans le lac, mais par chance les 3 marins qui se sont retrouvés à l'eau ont pu être secouru et le voilier a pu être remorqué. 

 

Début seulement de l'orage de grêle quand j'étais sous l'horodateur :

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 628

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 632

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 637

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 638

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 642

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 645

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 648

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 649

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 652

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 701

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 704

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 705

Partager cet article
Repost0
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 22:22

Voilà, en ce mardi 23 août 2011, ma cousine et mes deux tantes qui étaient avec nous dans le gîte à Annecy sont reparties...dommage c'était sympa. Mais cela signifiait aussi reprise du vélo pour moi. En effet, les jours précédents j'ai volontairement mis le vélo de côté afin d'être avec ma cousine et la famille. Elles sont parties à la mi-journée. Il faisait extrêmement chaud avec des températures aux alentours de 40 degrès de nouveau comme les jours précédents lorsque nous avons fait du pédalo!

J'avais donc l'après midi devant moi pour pédaler. Mais je ne cache pas qu'une certaine lassitude commençait à m'envahir...je ne sais pas trop pourquoi... Bref, j'ai eu un peu de mal à partir du gîte après mangé... Mon programme ne me semblait pas très corsé. J'envisageais de faire le tour du lac d'Annecy en faisant un détour par le col de la Forclaz qui est réputé magnifique avec sa vue sur le lac. Je ne pouvais pas ne pas y passer. Cependant, j'étais bien conscient que le col de la Forclaz est bien raide. Il culmine à 1150m d'altitude pour 10km de montée avec les trois derniers kilomètres à plus de 10% de moyenne et même les deux derniers à plus de 11 voire 11,5%! Bref un sacré morceau, d'autant plus que le souvenir du Fort du Saint Eynard dont le profil est semblable sur la fin, était très présent...

Je suis parti sur les coups de 15h me semble-t-il. Le gîte se trouvant tout proche du lac, pile au nord-est du lac, j'ai décidé donc de commencer le tour par la rive Est, de monter le col de la Forclaz qui se trouve de ce côté puis de redecendre du même côté (afin d'éviter de devoir faire un détour de l'autre côté qui serait long) et de finir le tour en revenant par la rive ouest.

Je suis parti, j'ai rejoint la piste cyclable qui longe le lac. Il faut y faire attention car entre els piétons, les personnes qui vont sur la plage, les touristes en vélo qui ne vont pas vite et les chicanes très nombreuses qui obligent à freiner, ça casse pas mal la vitesse. Rapidement, la piste devient une bande cyclable le long de la route passante qui longe le lac. Mais juste après ça redevient une piste qui traverse les lotissements en contrebas de la route. Les maisons empêchent d'avoir une vue continue sur le lac et sachant que sur la route ça bouchonne pas mal, on peut rouler sur la route sans trop de soucis. Mais en attendant moi je suis sur la piste cyclable.

 

J'ai rejoint le lac :

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 497

 

Vues depuis la piste cyclable (les maisons gâchent un peu la vue) :

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 498

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 499

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 500

 

C'est assez vallonné, mais rien de bien méchant, sauf que j'ai une certaine tendance à garder le grand plateau alors que je pourrai être plus souple sur le pédalage. Mais à cet instant je n'avais pas l'impression d'avoir des mauvaises jambes... Après environ 9km, à Menthon Saint Bernard (là où a eu lieu le 20 août, le mariage pour lequel nous sommes allés dans les Alpes), la piste cyclable rejoint de nouveau la route. Et là, j'ai décidé de changer d'itinéraire légèrement, à savoir que j'ai pris la direction du col de Bluffy (630m). Je me disais, qu'il pourrait offrir déjà un petit point de vue. Cependant je ne savais rien de son profil ni de son altitude sur le moment... Juste après avoir bifurqué, on aperçoit le château de Menthon Saint Bernard. C'est assez sympa.

 

Château de Menthon Saint Bernard :

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 502

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 503

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 504

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 506

 

La route se met à monter à travers une forêt. Des petits chemins alentours mènent au château et certains coins montent à plus de 20% d'après les panneaux!! Pour ma part, je continue sur la route du col de Bluffy qui commence à se raidir sérieusement! Après coup, sur internet j'ai vu que sur la fin, il y a de nombreux passages à 11%. Au final le col est long de seulement 3km au départ de Menthon Saint Bernard. La fin est donc assez difficile mine de rien mais la brièveté de la montée fait qu'on ne souffre pas vraiment. Le col n'esst pas indiqué par un panneau et je ne savais pas trop si j'y étais mais étant donné que j'étais à une intersection avec une grande route et que la route semblait descendre des deux côtés, j'en ai déduit que j'étais bien au col de Bluffy. Et effectivement, une fois rentré après les vacances, j'ai cherché et c'était bien là.

 

Non je ne suis pas allé par là mais pas loin :

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 541

 

J'étais déçu car de fait, on ne voyait pas du tout le lac depuis le col de Bluffy...dommage... J'avais la possibilité de faire demi tour pour rejoindre la route le long du lac mais j'ai décidé de continué sur la grande route que j'avais rejointe. Et juste 150m après j'ai vu une bifurcation avec le col de la Forclaz qui était indiqué à 10km! Super! Me voici donc parti par là. D'un seul coup la route monte raide. Cela dure environ 1km jusqu'au village de Bluffy. Là j'avais quand même des jambes pas trop mal puisque en pleine montée je prenais les photos tout en roulant.

 

Juste après le col de Bluffy (j'ai oublié de prendre une phot de l'endroit du col) :

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 507

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 508

 

Ensuite la route descend pendant 2km environ et devant il est possible d'apercevoir une petite partie du lac! Après cette descente, on rejoint la route au départ de Talloires (au bord du lac) qui monte au col de la Forclaz. Celle que je voulais prendre initialement. Là il reste donc 7km de montée.

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 509

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 510

 

La chaleur est vraiment écrasante et il faut beaucoup boire. Manque de chance, je suis parti avec juste le bidon d'eau sans le sac à dos...mine de rien, le sac à dos est contraignant sur le vélo et c'est pourquoi sur les petits parcours je n'aime pas trop m'encombrer avec...et pourtant c'est rare que je ne le prenne pas...

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 512

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 513

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 516

 

Bref, la route est en faux plat montant sur environ 1 à 2km avant de se mettre à monter plus réguli-rement aux alentours de 6 à 7% pendant 2km. Là, tantôt on aperçoit le lac sur la droite, tantôt on traverse des hameaux et en face on a les montagnes. Puis, brusquement, après une épingle à droite, la route se cabre fortement. Il reste environ 3km...c'est parti pour la partie dure avec les 11,5% et des passages très raides! Et là, d'un seul coup...plus de jambes...dur dur dur. La douleur dans les jambes est impressionnante. Vraiment infernal! Je me mets péniblement en danseuse alors que c'est une position que j'affectionne d'habitude. Je monte les pignons et pour la première fois avec le vélo de route, je suis tout à gauche à savoir petit plateau et grand pignon. Même dans le Port de Pailhères, dans le Tourmalet, le Ventoux ou le Galibier, je n'avais pas été tout à gauche! Là vraiment, c'était très difficile. Est-ce la chaleur? Le mental qui n'était pas là? Ou alors un véritable jour sans? Je ne sais pas mais en tout cas j'ai vraiment souffert. La seule chose qui me motivait pour continuer c'était le panorama du sommet qui m'attendait. Un peu comme pour le Fort Saint Eynard le 19 août, c'est le paysage qui était la principale motivation. Pour l'heure, j'étais dans une forêt. Chaque coup de pédale était difficile. La pente était très raide et ne faiblissait à aucun endroit. Cette longue portion à 11% m'a semblé interminable! Je ne cache pas que là, je n'avais vraiment pas de plaisir à monter...et pourtant d'habitude dans la difficulté, j'arrive à profiter malgré tout mais là non... Peut être que le col de Bluffy m'a plus entamé que je ne le pensais...

Je commençais à m'inquiéter sérieusement pour les prochaines sorties assez corsées que j'avais prévues pour les jours suivants... Mais pour l'heure je n'étais même pas sûr d'avoir la volonté d'aller jusqu'en haut. J'étais environ à 500m du sommet (mais je ne voyais pas le sommet), j'en pouvais plus, je ne voulais plus continuer...terrible. Je me suis arrêté environ 1min pour souffler, vraiment c'était dur. J'en ai profité pour profiter de la vue sur le lac entre les arbres. Puis après 1min d'arrêt environ je suis reparti. Le sommet était juste là, mais ça m'a paru interminable les 200 derniers mètres avec le sommet en point de mire... Enfin le sommet!! Pfiou! J'ai rarement eu autant de mal. Mais bon cette difficulté que j'ai eu n'est pas comparable avec les autres grandes sorties telles qu'au Galibier qui a été très difficile aussi et douloureuse également pour les jambes.

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 518

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 519

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 523

 

La vue somptueuse sur le lac, un régal pour les yeux!!!!

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 526

 

C'est dommage, je n'ai pas aimé cette montée du coup... Je me suis faufilé entre les très nombreux badauds pour avoir la vue sur le lac. Quelle vue magnifique!!!! Une grande partie du lac est visible tout en bas! Que c'est beau!!! Un régal pour les yeux!! Une pure merveille! J'étais content d'être arrivé au sommet. J'ai passé de très longues minutes à contempler le lac, une bonne demie heure peut être. Magnifique! On ne s'en lasse pas!

Je suis allé faire remplir mon bidon d'eau au restaurant. Quel plaisir d'avoir de l'eau fraiche!!! Il faisait vraiment très chaud! Par contre vue la difficulté que j'ai eu, j'ai décidé de ne pas finir le tour du lac aujourd'hui et de remettre ça à plus tard. J'ai préféré faire demi tour et rentrer à Annecy, d'autant plus qu'il faisait toujours extrêmement chaud et que je risquais la rutpure en eau...

Je suis donc descendu sur Talloires. La descente se fait vraiment vite, il est possible d'accélérer très vite, heureusement qu'il y a les épingles pour casser la vitesse... J'ai rejoint la route qui longe le lac et je suis reparti direction Annecy. Là d'un seul coup les jambes allaient beaucoup mieux... C'est vraiment la montée qui ne m'a pas fait du bien visiblement. Cependant, je n'étais pas non plus en pleine forme sur le plat, donc il valait mieux rentrer. J'ai quand même roulé vite et j'ai même du faire un gros dérapage pour ne pas percuter la voiture de devant sur un léger faux plat descendant... Je suis resté sur la route jusqu'à Annecy sans chercher à prendre le piste cyclable. Et j'ai préféré la route car on voit un peu mieux le lac et vu que les voitures ne peuvent pas aller très vite et que dans ce sens c'est du faux plat descendant, on peut aller assez vite par rapport aux voitures.

Je suis rentré sans trop de soucis au gîte. J'étais vraiment content d'avoir pu profiter de cette vue depuis le sommet du col de la Forclaz mais la montée a été difficile sur les 3 derniers kilomètres...je m'en souviendrai!

Au final j'ai parcouru seulement 40km...

Le tour du Lac ce sera pour plus tard. Pour les jours suivants j'avais prévu le lendemain une sortie dans le massif des Aravis et ensuite, le surlendemain une sortie dans le massif du Semnoz mais la pluie était annoncée pour ce jour là... Le retour dans les Pyrénées était prévu pour le jour d'après, à savoir le vendredi 26 août; je n'avais donc plus beaucoup de temps...

Partager cet article
Repost0
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 19:40

Voilà, au lendemain de la sortie assez difficile dans la Chartreuse au niveau mental et physique aussi, j'ai décidé de faire une mini sortie pour ce vendredi. A l'origine je voulais juste faire la montée de la Bastille en vélo. Un mur de 2kms à plus de 17% de moyenne!!! Mais la veille, chez mon oncle, j'ai discuté pas mal et on m'a plutôt conseillé le Fort du Saint Eynard pour les beaux panoramas. Or la veille étant déçu par les paysages à l'intérieur de la Chartreuse, j'ai décidé d'aller au Fort du Saint Eynard (1328m). Par contre ce n'est pas la même chose. Là c'est environ 18km de montée avec les 3 derniers kilomètres entre 11 et 12% sur une route en mauvais état! Le début c'est identique au col de Porte, il faut passer par le col de Clémencières, puis le col de Vence comme la veille puis continuer en direction du col de Porte et à 6km du sommet du col, on bifurque à droite vers le Fort du Saint Eynard. Là il reste 4 difficiles kilomètres.

Etant fatigué et ayant envie de faire une grasse mat, car c'est les vacances quand même, j'ai décidé de ne pas me mettre de pression. J'avais envie de faire le Fort du Saint Eynard puis d'enchainer avec la Bastille.

A un moment j'ai pensé partir vers 10h mais je n'ai pas voulu me presser et donc c'était pour l'après midi du coup...

Là c'était des températures caniculaires!! Plus de 40 degrès à l'ombre!!!

Je suis parti vers 14h... J'ai rempli mon grand bidon d'eau et j'ai laissé le sac à dos à l'appart, j'ai juste pris ma sacoche de guidons. Je suis parti direction le col de Clémencières. Direct, comme la veille, ça a été très dur! Les jambes coupées! Sans échauffement ce col est vraiment impitoyable!! 5,5km entre 8 et 9%! Cependant, maintenant que je connaissais la montée, j'ai pu un peu mieux gérer. Mais à un moment je me suis quand même demandé "mais qu'est ce que je fous sur le vélo en plein cagnard en train de me faire mal comme ça alors que c'est les vacances et que je pourrais être tranquille à me balader à pied dans Grenoble?", mais quand j'ai repensé au panorama qui est réputé magnifique là haut, j'ai gagné 2km/h d'un seul coup! Il faisait vraiment très très chaud. C'était infernal. J'ai commencé à penser à autre chose (ce qui m'arrive rarement dans une montée car d'habitude je profite à fond de chaque coup de pédale pour vraiment ressentir chaque sensation) et de fait, els deux derniers kilomètres juste avant le col de Clémencières sont passés vite. Par contre en allant vers le col de Vence j'ai été pris d'un mal de ventre, j'étais plutôt surpris mais c'est rapidement passé quand même. Cependant je n'étais vraiment pas bien, heureusement que ça ne monte pas énormément sur les 4km avant le col de Vence (782m). Une fois au col de Vence, j'ai donc pris la direction du col de Porte et du Fort du Saint Eynard.

 

Vue depuis le col de Clémencières :

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 247

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 250

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 251

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 252

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 253

 

Cette partie qui suit le col de Vence est à environ 6% et je dois dire que je me suis un peu reposé dedans, ça fait du bien quand même. Par contre je voyais le niveau de l'eau dans mon bidon diminuer au fur et à mesure que je buvais et ça ça commençait à m'inquiéter. Je ne pensais pas qu'en si peu de kilomètres j'allais autant boire... Mais là la chaleur était vraiment écrasante. Infernale! Pourtant d'habitude j'aime bien le chaud...

Après 3km sur cette route, j'arrive à la bifurcation. Là je tourne à droite. Il reste 4km sur une route très très très très étroite et en mauvais état. Le premier kilomètre de cette portion n'est pas trop difficile et permet de "s'acclimater" au macadam. Par contre brusquement la pente devient très raide aux alentours de 11 voire 12% avec des passages encore plus raides! Ouch!! Là les jambes font très mal! La route serpente dans une forêt. Heureusement, ça permet de ne pas avoir le soleil qui cogne trop. Par contre la route est extrêmement étroite et lorsque des voitures arrivaient pour me dépasser, je serrais complètement à gauche, là, où il y avait de la place pour rouler sur le bas côté (à droite c'était le ravin), la plupart des conducteurs étaient contents. Bref, c'était très raide. J'étais à seulement 7,5km/h (c'était déjà pas si mal pour moi j'ai trouvé^^), le temps passait lentement. Dur dur. Il y a de longues portions de lignes droites mais aussi quelques épingles très raides. A environ 2 kilomètres du sommet, un replat d'une centaine de mètre permet de souffler avant les deux derniers kilomètres à 11,5% de moyenne. Infernal! Et puis brusquement à l'entame du dernier kilomètre ça allait mieux, c'était toujours aussi raide. Mais j'étais un peu plus dans le rythme. C'était plutôt sympa la fin. J'ai rarement vu une route aussi raide sur une aussi longue distance! Et quand ce mur arrive après 15km de montée je ne cache pas que les jambes souffrent! Quand je suis arrivé en haut, juste devant le Fort, quel soulagement. J'ai eu besoin de pas mal de secondes pour reprendre mon souffle et savourer. Contrairement au col du Galibier le 16 août où une fois au sommet j'avais encore 100km à faire pour rentrer, là j'ai savouré sachant que je n'avais plus que de la descente pour rentrer.

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 255

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 257

 

Une fois mon souffle repris, je suis rentré dans le Fort en poussant le vélo sur les gravillons et là j'ai profité de la vue. Superbe!! Le Fort est à 1328m d'altitude et domine toute l'agglomération grenobloise! Impressionnant! Par contre, petite pointe de déception, j'espérais voir le Mont Blanc mais il n'était pas visible...

Mais cette vue c'était beau! On domine Grenoble de près de 1100m! J'ai passé environ 20min à contempler le panorama!

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 258

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 259

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 260

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 261

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 263

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 264

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 266

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 270

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 271

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 273

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 276

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 282

 

Mon bidon étant quasi vide, je suis allé au bar restaurant pour le faire remplir. Là, le serveur était très sympa mais il m'a dit qu'ils n'avaient pas encore l'eau courante au Fort. de fait ils avaient uniquement de l'eau en bouteille et ne pouvaient donc pas remplir de bidon pour les cyclistes car ils devaient économiser. Cependant il m'a servi quand même un verre d'eau fraiche. Il m'a fait du bien ce verre d'eau, j'étais exténué!! Quelle chaleur!!! J'ai rarement vu ça, ça m'a rappelé le Port de Boucharo le 21 août 2010 (il y a quasiment 1 an jour pour jour) où j'avais fait l'ascension par plus de 40 degrès à l'ombre...

Mon bidon étant vide, il me fallait absolument repasser au gîte pour le remplir si je voulais ensuite enchainer avec la Bastille. Mais la chaleur étant vraiment écrasante, j'ai décidé d'aller me reposer car le panorama n'aurait de toute façon pas été plus beau et j'étais monté à pied là haut en début de semaine. J'ai donc fait le retour jusqu'au gîte. Une belle descente, dans laquelle j'ai pu atteindre de belles vitesses.  J'étais content de rentrer et d'avoir finalement pu boucler une troisième sortie lors de cette semaine à Grenoble!

 

Photos prises dans la descente, mais on ne se rend pas trop compte que c'est très raide...

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 283

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 286

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 287

 

En effet, le lendemain, le 20 août, nous avons pris la direction d'Annecy en Haute Savoie avec une tante et ma jeune cousine, pour aller au mariage d'un de mes cousins. A Annecy nous sommes restés 1 semaine aussi dans un gîte avec mes parents, ma soeur, deux de mes tantes et ma jeune cousine. Quelques belles journées en perspective!!! Ma cousine et mes tantes partant le 23 août, j'ai décidé de ne pas faire de vélo durant ces quelques jours pour être avec ma cousine. Etant donné que nous nous partions le 26 août, cela me laissait quelques jours sur la fin de la semaine pour pédaler. Ce sera sur ces sorties que je ferai les prochains articles.

Au final j'ai parcouru 38 kilomètres seulement. Mais même si le Fort de Saint Eynard n'est pas très haut (1328m), n'est pas un col ni une station de ski connu, cette montée restera comme un grand souvenir pour moi. Ce fut très dur mais quel plaisir de la faire malgré tout cette montée! Je m'en souviendrai longtemps!!

Partager cet article
Repost0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 17:17

Voilà, le surlendemain de la grosse sortie au col du Galibier, j'avais prévu de faire ma deuxième sortie grenobloise. Cette fois-ci je voulais traverser le massif de la Chartreuse. Le parcours était le suivant, monter au col de Porte (1326m) par le col de Clémencières (622m), descendre sur Saint Pierre de Chartreuse, puis enchainer avec le col du Cucheron (1140m) de l'autre côté, puis toujours continuer de l'autre côté et monter le col du Granier (1134m) et ensuite descendre sur l'Est pour prendre la route balcon par le col de Marcieu et revenir par le col du Coq qui permet de redescendre à Saint Pierre de Chartreuse. Ensuite j'avais prévu de redescendre par Saint Laurent du Pont où je souhaitais voir le mémorial en mémoire de l'incendie catastrophe du 5-7 en 1970 et rentrer sur Grenoble par le col de la Placette. Gros programme quand même je dois dire.

Heureusement que la sortie au Galibier, me permettait de mieux apprécier maintenant que j'avais fait le gros col qui me faisait peur. Cependant, jeudi 18 août, j'étais quand même un peu fatigué, j'ai eu du mal à dormir les deux jours précédents sans compter les veillées (que j'ai bien apprécié) chez la famille et tout ça. Bref j'avais un peu de lassitude quant à l'idée de me lever très tôt. Je me suis donc levé un peu plus tard que prévu, vers 6h30. Le temps de me préparer, de faire mes sandwich et tout ça et c'est parti, direction Saint Martin les Vinoux au nord de l'agglomération grenobloise. 2km en ville pour y arriver.

Là j'ai facilement trouvé la direction du col de Clémencières. Il y a 5,5km à grimper pour y arriver. Mais c'est bien dur!! 5,5km entre 8 et 9% de moyenne de bon matin pour commencer, ça fait très mal aux jambes. Il n'était même pas 9h du matin et je transpirais déjà énormément! C'était impressionnant! Les jambes faisaient mal. C'était dur de se mettre dans le rythme dès le début. La route s'élève rapidement au dessus de Grenoble avec quelques lacets au début puis des lignes droites. Mais la vue est vraiment jolie. Cependant, cette partie jusqu'au col de Clémencières parait bien longue tant elle fait mal aux jambes. Je n'arrêtais pas de me demander comment j'allais faire pour la suite de la sortie alors que là dès le début j'avais très mal...

 

Vue depuis la montée du col de Clémencières :

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 202

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 203

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 204

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 206

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 207

 

A ce moment, dans ma tête j'avais modifié le programme. A savoir qu'après le col du Granier, il était préférable pour moi de redescendre du même côté et de monter le col du Cucheron par l'autre versant pour ensuite rejoindre Saint Laurent du Pont. Cela évite de passer par le col de Marcieu et le col du Coq qui sont assez durs quand même! Bref c'était dur de bon matin. C'était un soulagement d'arriver enfin au col de Clémencières. Au moins la route n'était pas passante. Là j'avais le choix pour continuer vers le col de Porte...soit aller tout droit sur cette même petite route soit aller à droite vers le col de Vence qui était indiqué à 4km.  L'état de la route tout droit ne m'inspirait pas du tout. J'ai donc choisi à droite vers le col de Vence (782m). Le premier kilomètre qui suit le col de Clémencières est vraiment raide quand même. Là c'était dur. Mais ensuite ça devient un peu plus facile et les deux kilomètres avant le col de Vence sont plats avec même une courte descente à travers une petite forêt. Une fois au col de Vence on rejoint la route principale du col de Porte qui est bien plus passante. Là il reste 9km encore jusqu'au col de Porte. Les 3 kilomètres qui suivent sont un peu plus faciles aux alentours de 6%. Par contre la route est très passante et les voitures ont tendances à rouler vite... Sur cette portion il y a très peu de virages serrés, ce sont surtout des courbes. A un moment un cycliste m'a rattrapé et dépassé. C n'était pas plus mal, ça m'a permis d'avoir un lièvre devant moi. Et d'ailleurs pendant pas mal de temps je 'lai gardé en point de mire. Après une courte portion de replat on entame la dernière rampe  jusqu'au sommet. Elle est longue d'environ 5 kilomètres. La pente est entre 6 et 9%. Certains endroits sont assez difficiles mais globalement ça passe quand même. A 2,5km du sommet on passe au col de Palaquit (1154m). Une fois au sommet du col de Porte j'étais content car c'était la plus longue ascension du programme. Par contre j'étais déçu pour ce qui était des paysages, il n'y avait rien à voir...

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 208

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 209

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 212

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 214

 

A cet instant je sentais la fatigue arriver quand même. Je ne e suis pas attardé plus de 30sec en haut du col de Porte j'ai directement poursuivi par la descente sur Saint Pierre de Chartreuse.

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 215

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 216

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 217

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 218

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 219

 

Descente rapide je dois dire. Une fois en bas c'est parti pour le col du Cucheron (1140m) qui n'est qu'à 5km de là. Seulement 5km mais rapidement je vais souffrir quand même! Autant le début ne monte pas très raide, ce qui m'a permet de prendre sans soucis des photos tout en roulant mais rapidement ça devient raide et juste après la traversée du village là on est dans le dur. Les pourcentages étaient aux alentours de 9% avec quelques passages très raides. Et là je n'étais vraiment pas bien. Les sensations même si elles n'étaient pas bonnes, n'étaient pas comme d'habitude. D'habitude quand j'ai du mal j'arrive quand même à adopter un certain rythme ou un certain état d'esprit qui permet de se dépasser. Là, vraiment je souffrais. C'était très dur, ça m'a paru interminable. Pourtant je n'ai souffert vraiment que sur les 2 derniers kilomètres. Mais une fois au sommet, j'ai énormément hésité à poursuivre. J'ai regardé plusieurs fois ma carte pour voir à quoi ressemblaient les profils. Le Granier n'est pas trop dur par ce côté mais par contre, remonter le col du Cucheron par l'autre versant afin de revenir sur Saint Laurent du Pont (on y accède en passant par Saint Pierre de Chartreuse), ça m'a beaucoup fait réfléchir. J'ai croisé deux cyclistes qui arrivaient en face...ils m'ont dit que ça avait été très dur pour eux!

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 221

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 224

 

J'étais fatigué, un peu démotivé, et j'avais envie de rentrer rapidement pour profiter un peu de Grenoble et tout ça... J'ai donc pris une grosse décision, je ne suis pas allé de l'autre côté pour terminer la trilogie de la Chartreuse (Porte, Cucheron et Granier). Je suis redescendu du même côté sur Saint Pierre de Chartreuse et j'ai poursuivi vers Saint Laurent du Pont. La descente jsuqu'à Saint Laurent du Pont est agréable, roulante mais sur une route plutôt sympa. Elle est longue d'une dizaine de kilomètres.

Saint Laurent du Pont est connue pour avoir été le théâtre d'un incendie dramatique en 1970 dans une boite de nuit qui a coûté la vie à 144 jeunes (à confirmer). Il y a plus de 10 ans j'avais été à Grenoble et des amis nous avaient emmenés devant le mémorial. Mais à l'époque j'étais jeune. Là je voulais vraiment repasser devant ce mémorial. Par chance je savais que le mémorial se trouvait à la sortie de la ville dans la direction dans laquelle je devais aller. Cependant je n'en étais pas sûr et aucun panneau n'indique sa direction. La traversée de la ville a été sympa, c'est une petite ville dynamique très agréable à voir. Je suis sorti de Saint Laurent du Pont et quelques centaines de mètres plus loin alors que je commençais à avoir des doutes, je vois le mémorial sur la gauche de la route. Je me souvenais de comment était la route à proximité. Je me suis arrêté devant le mémorial quelques minutes avec ce tourniquet juste derrière, vestige de ce qui a condamné grand nombre de jeunes car ces tourniquets étaient bloqués pour éviter les resquilleurs par les issues de secours...

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 225

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 226

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 227

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 228

 

Je suis ensuite reparti direction Grenoble qui est à 25km de là. La route n'est vraiment pas agréable : étroite, passante, sinueuse... Heureusement, rapidement la bifurcation vers le col de la Placette (588m) arrive. C'est la route de Grenoble donc elle reste passante mais il c'est mieux déjà. Le col de la Placette est très roulant et c'est sur la plaque que je suis monté là haut malgré ma fatigue et ma démotivation quand même. Là je sentais vraiment que j'étais pressé de rentrer... Petit arrêt en haut du col de la Placette. Puis ensuite c'était la descente direction Grenoble. J'ai rejoint la grande route avec une bande cyclable sur le côté. Une ligne droite interminable en faux plat montant. Puis ensuite j'ai approché de l'agglomération grenobloise et avec els pistes cyclables j'ai roulé le long de l'Isère jusqu'à Saint Martin les Vinoux d'où j'ai rejoint le gîte à 2km de là.

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 229

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 232

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 234

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 235

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 237

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 238

 

Il n'était même pas 13h quand je suis rentré. J'ai pu savourer un bon repas chaud (plutôt que les sandwichs habituels lors des sorties). Au final j'ai fait 83 kilomètres ce jour là. J'étais forcément déçu de ne pas avoir fait la trilogie espérée mais je ne le regrettais pas car la motivation s'est envolée rapidement et j'avais vraiment envie de me poser un peu. L'important c'est de ne pas regretter. De toute façon, si je fais du vélo c'est bien pour le plaisir et sur le moment je ne prenais plus de plaisir à grimper quand j'étais au col du Cucheron donc j'ai fait le bon choix. D'autant plus que les paysages n'étaient pas top dans ce coin là...

Partager cet article
Repost0
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 16:03

Voilà, je suis donc parti dans les Alpes le vendredi 12 août. Nous y sommes allés en voiture car, nous y allions pour le mariage d'un de mes cousins à Annecy en Haute Savoie. Etant donné que nous avons pas mal de famille à Grenoble, mes parents ont décidé de prendre 1 semaine de vacances à Grenoble dans un gîte puis une autre semaine à Annecy dans un gîte également. Pour ma part, j'ai su que j'allais pouvoir faire le voyage un peu plus tard et le fait que nous y allions en voiture (pour une question de mobilité sur place car d'habitude on privilégie plutôt le train), m'a permis d'embarquer le vélo! Voilà une bonne nouvelle!

Il était clair que nous allions quand même voir la famille et des amis, et de ce fait, je devais respecter les contraintes des repas et de certaines journées. De plus, j'avais envie aussi de me balader dans Grenoble puis ensuite Annecy. De plus à Annecy, il y avait deux de mes tantes ainsi que ma jeune cousine pendant quelques jours avec nous dans le gîte. De ce fait, je souhaitais bien sûr passer du temps avec ma famille.

Bref, j'avais ainsi prévu deux sorties en vélo du côté de Grenoble et deux sorties du côté de Annecy. Petite parenthèse, pour dire que l'autoroute remontant le Rhône passe à proximité du Mont Ventoux, c'était sympa de revoir cet endroit, et de se rendre compte que j'étais parti vadrouiller assez loin fin juillet quand même.

 

Mont Ventoux depuis la voiture sur l'autoroute :

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 004

 

Vue depuis le balcon du gite :

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 035

 

Pour Grenoble, la première sortie était la plus grosse à savoir aller du côté du Bourg d'Oisans afin de voir enfin les paysages (et la pente aussi) du col du Galibier, le mythe des Alpes! La sortie était d'office très longue puisque entre Grenoble et le Bourg d'Oisans il y a 51km puis par ce versant le col du Galibier (via le col du Lautaret) est long de 48 kilomètres. Je souhaitais à l'origine, monter l'Alpe d'Huez puis poursuivre jusqu'au col de Sarenne (1989m) et redescendre sur le barrage du Chambon situé sur la route du col du Lautaret puis du col du Galibier. Sortie d'environ 240 kilomètres donc.

Malheureusement, les deux jours (dimanche 14 et lundi 15) où nous n'avions pas de contraintes de dîner en famille le soir, il pleuvait... Je n'ai donc pas pu faire la sortie. J'ai du me rabattre sur la journée du mardi 16 août donc. Mais le soucis c'est que le soir nous étions pris. Ainsi je devais rentrer obligatoirement à Grenoble vers 18h... Je ne devais pas lambiner donc.

J'étais bien fatigué après le voyage à l'aller puis quand même les deux journées chez des amis durant lesquelles je n'ai pas pu non plus faire de grasse matinée. Le lundi 15, nous sommes allés à La Bastille (à pied) et donc le mardi c'était vélo. J'ai décidé de me lever sur les coups de 5h du matin afin de partir à 6h. Dur quand même le réveil surtout pendant les vacances... J'avais bien sûr du stresse quand même car le programme était bien chargé et je craignais surtout un problème mécanique loin, sur des routes que je ne connaissais pas.

Je suis parti vers 6h15. Il fallait déjà quitter Grenoble. Cette ville est très agréable pour els cyclistes avec son grand nombre de pistes cyclables. J'étais content de pouvoir circuler dessus sans me perdre au milieu des grands carrefours très passants. Cependant, la sortie de l'agglomération de Grenoble est longue avec environ 12 kilomètres entre le gite et la sortie de Pont de Claix pour ceux qui connaissent le coin. Une fois là, ça devient la route. Juste avant Vizille en me retournant j'ai pu voir le magnifique lever du soleil sur le Vercors. Très beau! Pendant pas mal de temps, la route est en ligne droite avec des bandes cyclables en mauvais état. Ce n'est pas très agréable car il faut constamment être vigilant à éviter les ornières... La route est très passante globalement.

 

Lever du soleil sur le Vercors :

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 083

 

Après Vizille, la route commence à monter en faux plat montant et le vent s'est levé...un vent de face...dur dur. Avec toutes ces voitures et ces camions, ce n'était vraiment pas agréable. Cependant, étant donné que j'étais pressé par le temps et que je n'avais pas l'impression que ça montait, j'ai eu tendance à rouler assez vite dans les faux plats montants avec vent de face...résultat, à environ 10km du Bourg d'Oisans en passant la Rochetaillée, j'avais les jambes qui brûlaient déjà...

C'était pénible ces voitures, les jambes qui n'étaient pas top et surtout cette appréhension grandissante à l'approche du Galibier... En passant à la Rochetaillée, j'ai vu les direction du col de la Croix de Fer et du Glandon, j'ai eu une pensée pour mon père qui les a monté lorsqu'il était étudiant en vélo il y a une trentaine d'années (il faisait pas mal de vélo à l'époque même si il ne faisait pas forcément beaucoup de montagne, il a quand même monté le Galibier et les Deux Alpes m'a-t-il dit), j'aurais bien aimé avoir plus de temps pour revenir de ce côté là.

La dernière ligne droite avant le Bourg d'Oisans est interminable...vraiment pas agréable! La route contourne ensuite Bourg d'Oisans, ce qui fait qu'on ne traverse pas le village. Et donc là, c'est "officiellement" parti pour le col du Lautaret... En regardant ma montre, en voyant le vent et en sentant mes jambes très douloureuses déjà, je me suis rapidement rendu à l'évidence que je ne ferai pas l'Alpe d'Huez avant le Galibier. Car je voulais plutôt aller au Galibier qu'à l'Alpe d'Huez.

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 084

 

Le début de la montée n'est pas dure, c'est juste du faux plat montant. Mais les lignes droites sont longues quand même et surtout c'est une route extrêmement passante. Elle m'a rappelé celle du Port d'Envalira que j'ai monté le 4 août 2010. Au moment de partir j'avais pris soin d'épingler sur mon sac à dos, un gilet jaune réfléchissant en prévisions des tunnels. Bien m'en pris car certains étaient assez longs quand même! Juste après les premiers kilomètres en faux plat, un tunnel arrive. Il fait environ 250m de long il me semble. A la sortie une rampe de quelques kilomètres à 7/8% se dresse. Pour l'instant même si j'ai déjà mal aux jambes, ça va mais ce n'est que le début... Pour dépasser les autres cyclistes c'est compliqué avec toutes ces voitures... Les tunnels qui suivent sont plus longs avec au total 3 tunnels sinueux de plus de 700m de long. Comme à chaque fois (je n'aime pas les tunnels), j'accélère dans les tunnels, ainsi qu'à la sortie, puis je souffle quand c'est possible et ainsi de suite. En même temps il faut rester vigilant aux voitures venant de derrière et donc anticiper les changements de pente pour ne pas faire d'écart. Vraiment fatiguant les routes passantes où il faut tout le temps être concentré...

Le passage le long du lac du Chambon est tout simplement magnifique!

 

Barrage du Chambon :

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 085

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 087

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 088

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 092

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 093

 

A un moment donné, une petite descente longue d'1,5 kilomètres environ permet de souffler avant que la pente ne reparte. Ce n'est jamais du très très raide mais c'est constamment aux alentours de 6 à 7% avec des replats et des brusques passages plus raides. J'étais bien conscient que ce n'était pas aussi difficile que par le Télégraphe de l'autre côté, mais il faut grimper quand même. A un moment, on change de département et de région puisque la route quitte l'Isère et la région Rhône Alpe pour entrer dans les Hautes Alpes et la région PACA. Heureusement, rapidement le paysage se dégage et devient majestueux! Les Alpes!! Enfin j'y roule!! Au fur et à mesure que les minutes passent, le nombre de voitures est de plus en plus impressionnant. Par contre j'ai trouvé qu'il n'y avait pas tant de cyclistes que ça sur la route. J'ai eu la vague impression que beaucoup montent en voiture jusqu'au Lautaret avant de faire seulement les 9 derniers kilomètres en vélo...

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 095

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 099

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 100

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 101

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 103

 

Sur la fin du col du Lautaret, c'était vraiment dur, la pente est repassée aux alentours de 7%. Il y avait pas mal de lignes droites...c'était long.

En arrivant vers la fin du col du Lautaret dans ces paysages somptueux, j'avais vraiment mal aux jambes, il faisait chaud et c'était vraiment difficile. Je n'étais pas en forme et j'avais probablement laissé trop d'énergie dans les faux plats montant jusqu'au Bourg d'Oisans...aie aie aie. Quand je suis arrivé au col du Lautaret à 2058m d'altitude, j'avais parcouru 90 kilomètres depuis Grenoble et je n'avais même pas fait la moitié du parcours... Au col du Lautaret il y a énormément de voitures garées et de touristes. Le temps de manger une pâte de fruit, de souffler un peu et je me suis remis en selle car je ne pouvais pas trop lambiner quand même. Là il reste 9 kilomètres pour arriver en haut. D'un seul coup, le paysage devient encore plus beau!! Les voitures sont nombreuses mais le nombre de cyclistes devient impressionnant d'un seul coup! Par contre je pensais le profil un peu plus facile je dois dire alors qu'en fait c'est constamment au dessus de 8% avec la fin qui est très raide.

 

Col du Lautaret :

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 106

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 107

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 110

 

Là les cyclistes sont tellement nombreux que ça se dépasse constamment, j'ai rattrapé plusieurs cyclistes et je me suis aussi fait dépasser par pas mal de monde. A moment en dépassant un cycliste j'ai échangé 2 mots avec lui. C'était dur la montée quand même, ça brûlait vraiment les jambes, j'ai vraiment serré les dents. A un moment j'ai dépassé deux cyclistes en VTT. Un monsieur et sa femme. Le monsieur roulait facilement au rythme de sa femme qui avait du mal. Je les dépasse en leur disant bonjour.

Quelques centaines de mètres plus loin alors que j'étais dans le dur, j'entends une voix derrière moi, je me retourne, c'est le monsieur en VTT qui m'a rattrapé pour me parler! Et là, quelle ne fut pas ma surprise quand il me demande "c'est bien vous qui avez un site internet?"!!! Je ne sais pas si j'ai sursauté en entendant cette phrase mais quelle surprise! Ici dans les Alpes, la première fois que je roule là, on me reconnait grâce au blog! La probabilité était infime! J'avoue que c'était impressionnant^^

Nous avons donc discuté un peu. Il 'ma dit qu'il était allé dans les Pyrénées au mois de juillet et ainsi il a beaucoup lu le blog pour préparer ses sorties et là il m'a donc reconnu. C'était vraiment sympa, surtout que ça fait aussi un peu passé la difficulté de la pente. Au bout d'un moment il a décidé de faire demi tour et de rejoindre sa femme pour finir la montée avec elle. Il avait de bonnes jambes! La fin devient de plus en plus raide et j'ai vu pas mal de cyclistes arrêtés. On débouche ensuite sur le monument Henri Desgranges, créateur du Tour de France puis quelques mètres plus loin le tunnel du Galibier. Pour arriver au sommet il reste environ 1 bon kilomètre très raide à plus de 10,5%. Je comprends maintenant pourquoi sur le dernier Tour de France, Andy Schleck s'est mis à zigzaguer sur la fin, j'ai fait pareil. Vraiment très dur avec du 12% sur le finish. La dernière ligne droite de 300m environ m'a semblé très longue, heureusement que sur la route les inscriptions 250, 200, 150 permettent de se dire qu'on avance malgré tout.

Ouf ça y est j'y suis au sommet du col du Galibier à 2645m d'altitude, dans un décor fabuleux! Et là quelle surprise!! Je n'ai jamais vu autant de cyclistes au sommet d'un col, quelle cohue, quelle foule sans compter les automobilistes! Même au col du Tourmalet je n'ai pas vu pareille chose! Incroyable! Infernal surtout!

Evidemment j'ai demandé à me faire prendre en photo. Le sommet marque la limite entre les Hautes Alpes et la Savoie. Bizarrement, une fois là haut, ce n'est pas du soulagement que j'avais. Mais plutôt de l'appréhension car pour tout dire je n'ai jamais eu aussi mal aux jambes au sommet d'un col sauf peut être à Luz Ardiden le 15 mai dernier. Vraiment j'avais mal aux jambes, j'ai du me faire mal pour monter là haut. Il était clair que je n'allais absolument pas enchaîner avec l'Alpe d'Huez, je n'avais ni le temps ni les jambes. Les jambes n'étaient vraiment pas top... Et mon compteur indiquait 99,5km parcourus...il y avait le retour à faire... J'ai quand même passé pas mal de temps là haut, plus d'une demie heure. Au moment de repartir, je vois arriver en haut, le cycliste en VTT qui m'avait parlé ainsi que sa femme. Nous échangeons encore quelques mots et me prend en photo devant le paysage. Il est de Grenoble et c'était la 4e fois qu'il montait au col du Galibier. J'ai oublié de lui demander son prénom. Peut être passera-t-il sur le blog et lire cet article. Dans la descente jusqu'au col du Lautaret, je ne suis pas allé très vite car je me suis beaucoup arrêté pour prendre des photos!

 

Photos du sommet du col du Galibier :

 

côté Savoie

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 117

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 118

 

La foule en haut :

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 119

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 122

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 123

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 127

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 129

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 130

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 132

 

Photos prises dans la descente entre le col du Galibier et le col du Lautaret (par le même côté par lequel je suis monté) :

 

dernière borne :

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 133

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 134

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 135

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 136

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 114

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 137

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 138

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 139

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 140

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 145

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 147

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 148

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 149

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 150

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 152

 

Une fois au Lautaret c'était parti pour l'interminable descente. Que ce fut long, car la descente est roulante et donc il faut pédaler constamment or moi j'avais mal aux jambes, je n'aime pas les descentes, et en plus je préfère les montées raides et les descentes raides. Bref, pas ce qu'il y a de plus appréciable à mes yeux. J'ai rapidement enlevé mon coupe vent car il faisait très très chaud. Au sommet, j'étais en T-shirt à 2645m d'altitude, et il faisait vraiment chaud! De nouveau les tunnels à passer puis ensuite je suis arrivé au Bourg d'Oisans. Et là non seulement j'avais les jambes en feu mais surtout le vent de face soufflait énormément!! Quelle galère!! Et je voyais l'heure qui tournait... Je forçais beaucoup. C'était interminable. Mais après la Rochetaillée, le faux plat descendant était assez marqué, c'est là que j'ai vu que ça montait pas mal à l'aller en fait. Malgré le vent j'arrivais à aller à 40km/h presque tout le temps, mais j'étais à bloc. Ce retour de 51km dans la vallée m'a quand même paru une éternité! Enormément de voitures aussi. Quand j'ai commencé à arriver à Pont de Claix, je commençais à entrevoir la fin, quelle joie! En faisant les derniers kilomètres j'ai vu que j'allais faire 200km, à quelques mètres du gîte, au moment où ça a fait 200km pile sur le compteur, je l'ai enlevé histoire de garder le compte rond. Il restait juste 20m avant la porte de l'immeuble...

 

Photos séjour GrenobleAnnecy août 2011 177


Dès que je suis rentré, la première chose que j'ai faite, alors que j'étais encore à la porte, c'est de demander à chauffer l'eau parce que je voulais un café! Tout le monde tait surpris car je bois rarement du café. Et direct en revenant d'une sortie en vélo c'est bizarre mais vu que la soirée chez la famille se profilait à l'horizon, je voulais tenir le coup^^.

J'ai vite pris la douche et j'étais fin prêt pour le dîner qui a dure jusqu'à minuit passé. Longue et dure journée...

C'était la première fois que je faisais 200km en montagne. Sur le plat ça m'était déjà arrivé. Globalement, j'ai eu du mal quand même, ça change du Mont Ventoux. Je n'ai absolument pas aimé la route en raison de la forte circulation et de l'état du macadam qui n'est pas très bon dans la vallée.

Mais une chose est sûre, cette sortie je m'en souviendrai bien longtemps! Je me suis rarement autant fait mal dans une ascension!! Que de souvenirs maintenant! Et surtout dès le lendemain, quand je regardais les montagnes, je n'avais plus peur!

Maintenant le col du Galibier (2645m) est le plus haut col que j'ai monté en vélo. Jusque là c'était le Port d'Envalira (2408m).

 

 

Et pour finir, voici une photo prise par un photographe qui était à 500m du sommet dans le dernier virage de l'ascension, plutôt sympa la photo :

 

Col du Galibier

Partager cet article
Repost0

Mon Blog

  • : Ascensions de grands cols en vélo - cyclotourisme en montagne
  • : Dans ce blog je décris mes ascensions de grands cols en vélo, je mets les profils des cols et je fais part de ma passion du vélo en montagne et de mon expérience.
  • Contact

Qui-Suis-Je?

  • Idris Raossanaly
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!

Compteur kilométrique 2015

 

Au 20 janvier 2015
Kilométrage total   260 km
Vélo urbain   20 km
Vélo en montagne

  209 km

Sorties plates   31 km
Dénivelé positif   3200 m
Mois en cours   260 km

 

Visiteurs uniques

Rechercher

 

photos col de la Pierre Saint Martin le 17 octobre 2009 013

 

 

P1010407

 

 

photos col du Soulor et col des Bordères le 26 av-copie-1

 

 

P1010361.jpg

 

 

photos col du Tourmalet le 12 juin 2010 021

 

 

P1010327

Divers liens

Si vous aimez la littérature et l'écriture, je vous encourage à visiter régulièrement ce site, très bien fait par une personne très sympathique (passionnée de vélo aussi), qui rédige régulièrement des nouvelles :

 

http://richardpatrosso.typepad.com/dndr/