Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 17:10

Petit week end au pied des Pyrénées pour ce samedi 20 septembre. La météo annonce un léger voile de nuages sans plus pour la matinée (et des orages pour l'après midi). J'avais donc la matinée devant moi pour pédaler un peu. Le seul petit soucis c'est que la semaine de boulot a été assez fatigante et la veille j'étais arrivé assez tard et l'autre impératif c'était que c'était l'anniversaire de ma sœur et du coup fallait rentrer pour le repas de midi. En bref, je ne pouvais pas faire de longue sortie et fallait que je me lève tôt malgré la fatigue.

 

C'est donc la vallée de Campan que j'avais en ligne de mire. J'avais le choix entre le col d'Aspin, la Hourquette d'Ancizan ou le col du Tourmalet. J'ai opté pour ce dernier car les occasions de le grimper d'ici la fin de l'année vont se faire de plus en plus rares.

 

En me levant samedi matin, quelle joie en voyant les montagnes entièrement dégagées au lever du jour. Je craignais un ciel très nuageux mais finalement le léger voile de nuages était très haut en altitude.

 

Je me suis préparé assez paresseusement quand même^^ J'étais vraiment fatigué.

Je me demandais aussi si j'allais être en forme car lors de la dernière sortie en montagne au col d'Aspin 2 semaines auparavant, j'avais des bonnes jambes mais j'étais un peu malade et là depuis 2 semaines je n'avais fait qu'une petite trentaine de kilomètres, du coup je ne savais pas ce que ça allait donner pour les jambes.

 

Au moment de partir, alors que je m'apprêtais à ajuster l'altitude de départ sur mon compteur, voilà que la pile m'a lâché d'un coup. C'est dommage que ça tombe pour une sortie où je suis assez minuté avec un horaire approximatif à respecter. Mais d'un autre côté je préfère que ça arrive là avant une sortie que je connais par cœur plutôt qu'une sortie sur des routes que je ne connais pas.

 

Je suis donc parti sans compteur (que j'ai laissé sur le vélo dans un dernier espoir de sursaut de sa part^^) et sans montre car depuis un certain 15 août 2013, je ne prends plus le risque de la reperdre^^

 

Au départ je craignais un peu qu'il fasse frais, du coup j'ai mis mes manchettes sur les poignets prêt à les remonter si il fallait, mais très vite j'ai vu que je n'en n'aurais pas besoin, la faute à un invité imprévu : le vent de sud. Qui dit vent de sud, dit bonne température mais dit aussi vent de face. Et là pour le coup il soufflait fort, du coup j'avais presque chaud de bon matin et j'allais bouffer le vent de face sur toute la remontée de la vallée...

 

Mis à part le vent, j'étais bien content de pédaler face aux montagnes bien dégagées. A ce moment là sur les faux plats, les jambes allaient pas mal (à ce moment là).

 

Superbe vue sur les montagnes (le Pic du Midi et le Montaigu) en direction de Bagnères de Bigorre :

 

Photos col du Tourmalet le 20 septembre 2014 001

 

C'était cool il y avait peu de circulation mais une grande partie des voitures qui me dépassaient ne s'écartaient pas beaucoup et roulaient vraiment très vite... Dans les deux côtes avant Bagnères et celle un peu plus longue juste avant Campan, les jambes tournaient bien, j'étais tout à droite sans soucis. Juste avant Campan, je me suis arrêté quelques secondes pour prendre une photo du Montaigu qui trône toujours majestueusement et magnifiquement. Puis je suis reparti.

 

Entre Bagnères et Campan, le Pic du Midi à droite :

 

Photos col du Tourmalet le 20 septembre 2014 006

 

Juste au sommet de la côte qui précède Campan, le Montaigu sur son piédestal :

 

Photos col du Tourmalet le 20 septembre 2014 008

 

Photos col du Tourmalet le 20 septembre 2014 009

 

Dans la partie entre Campan et Sainte Marie de Campan, bien que j'avançais plutôt bien, je commençais à sentir que la forme n'était pas vraiment au rendez vous. Et d'ailleurs je suis arrivé à Sainte Marie de Campan plus fatigué que les dernières fois. J'ai mis ça sur le compte du vent de face...

A Sainte Marie de Campan, j'ai mangé une pâte de fruit puis un cycliste est arrivé derrière moi et s'est arrêté aussi, nous avons discuté une dizaine de minutes à peu près avant que je ne commence l'ascension du col du Tourmalet.

 

A Sainte Marie de Campan, au pied de l'ascension avec la statue d'Eugène Christophe :

 

Photos col du Tourmalet le 20 septembre 2014 011

 

Sur les 4,5 premiers kilomètres pas très raides, il n'y avait rien à signaler de particulier. Puis quand je suis arrivé à Gripp et que la pente s'est cabrée à 9% pour les 12,5 derniers kilomètres, j'étais encore bien sur le 39x25, mais seulement sur 2 km car d'un seul coup après 1,5 km sur la partie raide, j'ai les jambes qui m'ont abandonné. Là je n'ai pas compris ce qu'il s'est passé, mais du coup je savais que la suite allait être difficile^^ Je me suis mis à mouliner et j'ai adopté un rythme régulier. Bien que je n'avais pas d'indication de distance ni de vitesse, j'avais l'avantage de connaître l'ascension par cœur et de pouvoir anticiper mon état de fatigue en fonction de l'instant présent. Sur le début de cette partie il y avait pas mal de vaches qui broutaient sur le bord de la route. Ça donne une sorte de distraction^^

J'ai passé le lacet du Garet à la corde tout de même et comme d'habitude juste après c'est une partie que j'aime bien. En plus la vue sur le Pic du Midi était superbe, complètement dégagé qu'il était !!!

les 2 kilomètres à 10% avant La Mongie avec les paravalanches s'est faite assez vite au final, hormis quelques abrutis en voiture qui ne s'écartaient pas, j'ai apprécié cette partie. Sur la fin du dernier paravalanche, une vache est remonté du talus en contrebas à droite et a traversé la route juste devant moi, bien que j'étais dans la montée et que je n'allais pas très vite, j'ai quand même dû me mettre en roue libre^^

 

Vue sur le début de l'ascension depuis la fin du premier paravalanche avant La Mongie :

 

Photos col du Tourmalet le 20 septembre 2014 012

 

Le gros coup de moins bien je l'ai eu à la sortie de La Mongie, là les jambes faisaient très mal. Je me suis octroyé 30 secondes de pause juste pour me détendre un peu les jambes avant de repartir et du coup le kilomètre suivant est passé vite^^

Le seul point positif de cette aprtie c'est qu'il n'y avait pas de vent.

 

Les 3 derniers kilomètres ont été durs mais dans le dernier j'ai eu un dernier sursaut et j'ai pu augmenter la cadence.

 

Cette ascension du col du Tourmalet a été dure ! C'est bizarre que la forme m'a abandonné d'un seul coup alors qu'il y a encore 2 semaines, les jambes étaient bonnes, c'est peut être juste un coup de moins bien passager.

Au sommet je ne me suis pas attardé longtemps car je devais rentrer pour le bon repas qui s'annonçait à midi avec un bon gâteau à la broche en dessert ! :D

 

Au sommet :

 

Photos col du Tourmalet le 20 septembre 2014 015

 

Vue côté Luz Saint Sauveur :

 

Photos col du Tourmalet le 20 septembre 2014 017

 

Quelques travaux sur la piste qui va vers le Pic du Midi :

 

Photos col du Tourmalet le 20 septembre 2014 018

 

Photos col du Tourmalet le 20 septembre 2014 020

 

Vue côté La Mongie :

 

Photos col du Tourmalet le 20 septembre 2014 022

 

Je suis resté moins de 10min au sommet au final.

Au début de la descente je sentais que j'étais au début de la fringale, j'avais même les jambes qui tremblaient. Pour la descente je me suis fait bien plaisir, je n'ai pas été ralenti par des voitures, juste un camping car que j'ai pu dépasser assez vite et j'ai pu tracer, freinages et trajectoires nikel, que du bonheur quoi !

Je suis arrivé assez vite à Sainte Marie de Campan où je me suis arrêté pour manger une pâte de fruit et enlever ma veste thermique. Et ensuite je me suis attaqué au retour dans la vallée et là, comme habituellement quand il y a du vent, il tourne à la mi-journée et je me suis retrouvé avec un vent de nord...de face... Ah ce satané vent !!

Heureusement que la perspective du bon repas et du gâteau à la broche m'a fait avancer assez vite^^ Je n'avais pas de compteur du coup je ne savais pas du tout si je roulais aussi vite qu'habituellement sur le retour mais au final c'était pas trop mal.

 

J'étais content de pouvoir déguster le repas à midi. Bien qu'il fut dur, je suis tout de même content d'être allé au col du Tourmalet une nouvelle fois et peut être la dernière fois de l'année qui sait... C'est une ascensionque j'aime beaucoup. C'est la 18e fois que je le grimpais et je dois dire que la dernière fois que j'avais eu aussi mal aux jambes en le grimpant, c'était il y a plus de 3 ans, le 14 juillet 2011 quand j'étais hors de forme, à l'époque c'était ma 8e ascension.

 

J'espère que la mauvaise forme n'est que passagère, je mets un peu ça sur le compte de la période assez fatigante et stressante que je traverse au boulot en ce moment.

Pour cette sortie ça a été 95 km et 2000m de D+. Gageons que la prochaine sortie se passera mieux^^

 

Juste avant le sommet du col, il y avait de gros travaux, j'ai l'impression qu'un nouveau télésiège est en cours d'installation...voilà qui va gâcher un peu plus le paysage....

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 20:01

Depuis la fin des vacances en août je n'avais pas eu l'occasion de refaire du vélo. Ça faisait très exactement depuis le 21 août soit 16 jours sans vélo. A la fin de mes vacances j'avais d'excellentes jambes mais après ces 16 jours je n'en avais aucune idée.

Il était prévu soleil sur les Pyrénées et j'avais prévu de rentrer afin de profiter un peu du mois de septembre qui est en général plutôt beau dans les Hautes Pyrénées. Aller au col du Tourmalet, à l'Aubisque ou bien faire une petite boucle col d'AspinHourquette d'Ancizan, étaient des parcours qui me passaient par la tête. Mais c'était sans compter les 3 jours précédents passés à Lille pour le travail dans le cadre du séminaire annuel de l'entreprise. 3 jours entiers de réunions et 3 soirées (sans avoir vraiment le choix pour ne pas y aller...) m'ont bien achevé sans oublier le vendredi soir où il a fallu rentrer de Lille à Tarbes, heureusement que c'était l'avion entre Lille et Toulouse mais je suis arrivé très tard quand même. Bref, je savais d'avance que je n'allais pas pouvoir me lever tôt ni faire une grande sortie...

 

J'ai dû m'arracher pour me lever à 9h30 samedi matin. Et quand j'ai vu la sublime journée, je ne pouvais pas laisser passer l'occasion. Ça faisait vraiment longtemps qu'il n'y avait pas eu de si belle journée sur les Pyrénées quand j'y étais !! Ciel bleu, sommets dégagés.

 

Mais le problème c'est qu'en plus de la fatigue que je ressentais encore, je n'étais pas très bien. Je ne savais pas vraiment ce qui n'allait pas à ce moment mais au petit dej', impossible d'avaler quoi que ce soit. Je me suis forcé à manger une petite tranche de pain avec de la confiture mais rien de plus. Déjà que la veille au soir je n'avais pas beaucoup mangé, je me demandais si ça allait le faire.

 

J'ai pris des biscuits et des pâtes de fruit dans mon sac. J'ai rempli un bidon avec de la grenadine et l'autre avec de l'eau.

Après ces derniers jours très chargés, je ressentais le besoin d'être au calme et dans un bel endroit. J'ai pas réfléchi longtemps, l'objectif du jour était tout désigné : la Hourquette d'Ancizan (1564m), calme et beau !!

 

Je suis parti à presque 10h30 avec l'obectif de finir ma grasse matinée sur le vélo^^

 

Quel plaisir de me retrouver sur le vélo. Ça faisait du bien. La vue sur les montagnes était superbe et au tout début de la sortie mes jambes semblaient bonnes.

Mais très vite, j'ai commencé à avoir des maux de ventre et à la tête... Là ça devenait franchement pas génial... Je continuais de pédaler en me disant que je vais avancer de façon très tranquille et voir au fur et à mesure. Mais plus j'avançais vers Bagnères de Bigorre et plus je me sentais mal. Heureusement, il y avait un point positif non négligeable, c'est que j'avais d'excellentes jambes. Moi qui me posais la question de savoir si j'allais être en forme, j'avais la réponse à ce niveau là. Dommage que la fatigue et les douleurs ont gâché tout ça.

 

Superbe vue :

 

Photos col d'Aspin le 6 septembre 2014 001

 

En approchant des deux petites côtes juste avant Bagnères, je me disais que j'allais mouliner tranquille pour les passer et finalement sans même avoir besoin de changer de pignon je les ai passées sur la plaque quasimment tout à droite. Pareil pour la côte d'1,2 km juste avant Campan que j'ai passé sur la plaque sans même me mettre en danseuse en grimaçant juste à cause des douleurs au ventre et à la tête.

Une fois à Campan, j'ai rejoint la grande route qui va vers Sainte Marie. Il y avait moins de circulation que pendant les vacances mais beaucoup plus de voitures qui ne s'écartaient pas beaucoup...

Sur cette partie, j'avais la tête qui tournait, je commençais à avoir chaud en plus, il faisait 28°C. Mais pendant que je me disais que je ne forcerai pas du tout, mes jambes tournaient toujours toutes seules presque et je continuais sur la plaque dans toutes ces côtes.

 

Le Pic du Midi sur la droite :

 

Photos col d'Aspin le 6 septembre 2014 007

 

Le Montaigu sur son trône :

 

Photos col d'Aspin le 6 septembre 2014 008

 

Photos col d'Aspin le 6 septembre 2014 011

 

Je suis donc arrivé à Sainte Marie de Campan. D'habitude je mange toujours une pâte de fruit avant d'attaquer l'ascension. Là en plus, je n'avais presque pas mangé depuis 24h. Quand je me suis arrêté, j'ai eu des nausées du coup je suis vite reparti en arrêtant de boire mon bidon d'eau et en entamant celui de grenadine. Ce qui me surprenait le plus c'est que sur toute cette remontée de la vallée jusqu'à Sainte Marie de Campan, j'ai avancé pratiquement aussi vite que le 21 août quand j'étais en forme et que j'avais bien roulé. Vraiment surprenant. Par contre dans l'ascension j'avais prévu de rouler tranquille. Et pourtant sur le début de l'ascension, les jambes tournaient bien sur la plaque. Mais sur cette partie commune à la Hourquette d'Ancizan et au col d'Aspin sur les 7 kilomètres jusqu'à Payolle, je sentais que je risquais vraiment d'avoir une défaillance, une fringale ou un truc dans le genre, du coup j'ai décidé de changer l'objectif et d'aller au col d'Aspin plutôt qu'à la Hourquette d'Ancizan car il est moins long à grimper (5 km de moins pour le col d'Aspin), ce qui réduisait grandement le risque d'avoir des problèmes sur la fin de l'ascension.

 

A Sainte Marie de Campan :

 

Photos col d'Aspin le 6 septembre 2014 012

 

C'était vraiment dommage car j'étais dans le col d'Aspin sous ce soleil radieux avec de bonnes jambes mais impossible de profiter de l'instant présent...

A Payolle, je ne ressentais pas encore de fringale qui arrivait, c'était déjà ça. J'ai attaqué les 5 derniers kilomètres à presque 8%. Je me suis calé sur 39x25. J'ai rattrapé 4 cyclistes, les premiers que je voyais depuis le début de la sortie. C'est dommage pour eux mais ça m'a remonté le moral quand même^^

Cette ascension était vraiment paradoxale, la tête et les maux de ventre faisaient que j'avais juste envie de rentrer mais les jambes pédalaient toute seules, impossible d'arrêter^^

Il y avait beaucoup de vaches avec leurs veaux sur le bord de la route, je faisais attention à ne pas en percuter un qui traverserait par mégarde^^

 

Au final cette ascension est passée vite par rapport à ce que je craignais dans mon état mais je n'ai absolument pas profité de l'instant présent avec tout ça...

 

Au sommet j'ai quand même apprécié d'avoir la vue dégagée sur le Pic du Midi d'un côté et le Pic d'Aneto de l'autre, chose que je n'avais pas pu avoir le 21 août. Il y avait aussi beaucoup de vaches en haut^^

 

Au sommet :

 

Photos col d'Aspin le 6 septembre 2014 014

 

Vue côté Arreau avec la route qui monte au sommet :

 

Photos col d'Aspin le 6 septembre 2014 015

 

Le Pic d'Aneto dégagé au loin au dessus de Arreau :

 

Photos col d'Aspin le 6 septembre 2014 016

 

Le Pic du Midi :

 

Photos col d'Aspin le 6 septembre 2014 019

 

Photos col d'Aspin le 6 septembre 2014 021

 

Je ne me suis pas trop attardé car j'avais hâte de rentrer et quand je ne pédalais pas...j'avais des nausées...

Je me suis élancé dans la descente pour le retour (en faisant attention aux vaches bien sûr^^), c'est dommage car j'ai été vite ralenti par des voitures.

 

En arrivant sur Payolle, il y avait des handicapés qui faisaient une découverte du parapente en fauteuil roulant. Ils décollaient juste à 1m du sol sur 2 ou 3 secondes mais c'est sympa de voir que l'évolution des choses permet aux personnes n'ayant plus la possibilité de marcher de pouvoir faire des choses comme ça.

 

Payolle avec le Pic du Midi (on voit un peu les personnes faisant du parapente en fauteuil) :

 

Photos col d'Aspin le 6 septembre 2014 023

 

En passant Payolle je n'avais qu'une hâte c'était de rentrer pour me reposer. Il n'y avait pas de vent ce coup-ci, c'était sympa et pour l'instant j'échappais toujours à la fringale. J'avais un peu moins mal au ventre et j'ai pu un peu plus forcer dans la vallée. Ce qui fait qu'au final je suis rentré assez vite et j'ai bouclé la sortie à une moyenne pas trop mauvaise mais à aucun moment je n'ai pu l'apprécier véritablement...

 

On dit que le vélo c'est 80% de mental et 20% les jambes avec la part du mental qui augmente encore plus avec la difficulté. Hé bien pour moi sur cette sortie ça a été 95% les jambes et 5% le mental. Heureusement que j'avais toujours la forme de la fin de svacances parce que sinon je pense que j'aurais fait demi tour assez rapidement... Ceux qui disent que le travail c'est bon pour la santé, il y a des fois c'est tout l'inverse...

 

90 km et 1500m de D+ au final pour cette sortie. Et dommage pour la Hourquette d'Ancizan...

Finalement je n'ai pas eu de problème suite au fait que je n'ai presque rien mangé sur les 24h précédentes et rien du tout pendant la sortie.

 

J'espère que la prochaine fois que je reviendrai dans les Pyrénées, j'aurais la même forme.

Partager cet article
Repost0
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 19:28

Décidément, je n'ai jamais vu un mois d'août aussi pourri... Ces nuages toujours présents en grand nombre avec des averses régulières rendent difficile de se motiver pour partir tôt en vélo en montagne... C'est bien dommage que la grande forme soit là quand la météo ne l'est pas. Après la sortie au col d'Aubisque qui s'est excellement bien passée, j'espérais remonter sur le vélo rapidement pour une nouvelle sortie pyrénéenne. L'objectif était tout simple, une petite boucle vers la vallée de Campan avec l'ascension du col d'Aspin (1490m) par Sainte Marie de Campan, descente sur Arreau et retour par la Hourquette d'Ancizan (1564m) par Ancizan.

 

Malheureusement pour moi, mardi matin, mercredi matin et jeudi matin, à chaque fois je me suis levé très tôt avec le fol espoir que les belles éclaircies voire soleil prévus par la météo s'avèrent réels, mais à chaque fois c'est pour voir un ciel nuageux très menaçant avant de me recoucher...

Le problème c'est que les jours défilent et bien que je ne m'ennuie pas du tout, ça me démange de remonter sur le vélo car la fin des vacances est proche (déjà...).

 

Et ce jeudi matin alors que le ciel était très menaçant, j'ai fait les comptes, vendredi il est prévu orages et pluie, samedi veille du retour c'est préparation des bagages et dimanche c'est le retour à Angoulême. Bref, il ne me restait plus que jeudi après midi du coup.

 

A la mi-journée les nuages semblaient mois épais mais toujours bien présents. Je n'aime pas partir l'après midi après le déjeuner mais là tant pis, je voulais vraiment repédaler. Vu le ciel nuageux et la température très fraiche ainsi que le fait de partir tard, j'ai décidé de ne pas aller à la Hourquette d'Ancizan et de grimper seulement le col d'Aspin pour le plaisir. Cependant je m'attendais à risquer de me retrouver dans le brouillard au sommet...

 

Je suis parti en manches courtes mais c'était limite tant il faisait très frais...

 

Je voulais voir si j'étais toujours en forme sur cette sortie et je dois dire que le début m'a fait un peu peur tant les premiers kilomètres se sont avérés difficiles pour la mise en route des jambes. Sur les 5 premiers kilomètres je n'avançais pas et j'avais mal aux jambes. J'étais parti pour les 30 km de montée jusqu'à Sainte Marie de Campan, ça risquait d'être long à ce rythme là...

 

Petit à petit ça allait un peu mieux, et j'ai accéléré sans trop m'en rendre compte jusqu'à me mettre à rouler sur un bon rythme voire très bon. C'est bien simple, j'étais parti pour faire une de mes meilleures sorties au col d'Aspin.

Après ce début laborieux, les sensations sont revenues très vite et je sentais vraiment que j'avais toujours une grande forme. Du coup, bien que ce ne soit pas dans mes habitudes, je me suis lancé à bloc dans cette sortie du début à la fin.

 

C'est parti vers les montagnes qui sont là dans les nuages :

 

Photos col d'Aspin le 21 août 2014 001

 

Une bonne connaissance :

 

Photos col d'Aspin le 21 août 2014 005

 

J'étais vraiment bien car une fois arrivé aux deux petites côtes avant Bagnères, je les ai très facilement passées sur la plaque en enlevant même des dents à l'arrière pour faie les côtes plus prononcées. Il en est allé de même pour la côte d'1,2 km avant Campan où j'étais presque tout à droite. Quelle surprise quand même, je ne m'attendais pas à pouvoir emmener ces braquets avec autant d'aisance.

 

Vraiment dommage ce paysage gâché par les nuages :

 

Photos col d'Aspin le 21 août 2014 008

 

Le Montaigu sur son piédestal, enfin derrière les nuages quoi :

 

Photos col d'Aspin le 21 août 2014 009

 

Une fois à Campan, je me suis dit que ce serait cool de grimper jusqu'à Sainte Marie de Campan sur la plaque car ce n'est pas souvent que je le ferai. Et me voilà donc sur ces côtes de plus en plus prononcées pratiquement tout à droite. Et toujours aussi facile, y compris sur la partie à 9% juste à l'entrée de Sainte Marie de Campan.

Là, au pied du col d'Aspin, petit arrêt pour manger une pâte de fruit et c'était reparti ! Inutile de dire que je n'avais pas vu le temps passer jusque là tellement c'était grisant d'avoir ces jambes. Et en plus vu que je suis parti l'après midi, il n'y avait pas grand monde sur les routes, soit les touristes étaient déjà en haut soit ils n'étaient pas partis à cause des nuages menaçant.

 

Allez c'est parti pour l'ascension :

 

Photos col d'Aspin le 21 août 2014 012

 

J'ai attaqué l'ascension du col d'Aspin sur le grand plateau toujours (et sans trop croiser la chaine en plus^^). Les 7 premiers kilomètres de l'ascension sont assez irréguliers et pas trop raides ce qui permet de mettre du braquet. Et comme j'étais bien ben du coup je me suis fait plaisir à faire l'ascension à bloc comme la remontée de la vallée avant.

J'ai passé le 39 dents pour passer les deux passages raides à moins de 8 km du sommet avant de repartir de plus belle dans la traversée de Payolle.

Ce qui était vraiment dommage c'est de voir toujours ces nuages et avoir une telle fraicheur un 21 août (18°C à Payolle).

 

La traversée de Payolle à 5,5 km du sommet du col d'Aspin :

 

Photos col d'Aspin le 21 août 2014 014

 

J'ai entamé les 5 derniers kilomètres à 8% de moyenne sur le 39x25 comme je fais habituellement. Je continuais de bien relancer mais je tournais les jambes plus vite que d'habitude, du coup j'étais plus souvent assis. J'aurais mieux fait d'enlever deux dents à l'arrière de façon à ce que je grimpe plus souvent en danseuse comme je fais habituellement car là, j'ai eu un début de point de côté à 2,5 km du sommet à force de trop tourner les jambes^^ Heureusement, j'ai rapidement adopté un rythme plus calme de façon à pouvoir bien respirer et c'est passé. Et j'ai pu me relancer à environ 1,5 km du sommet.

Le genre d'ascension où je grimpe le nez dans le guidon et dans laquelle j'ai pris très peu de photos du coup^^ Mais avec ces nuages j'ai pas perdu grand chose.

J'ai rattrapé 3 cyclistes dans l'ascension. Il n'y avait pas foule, par contre au sommet, il y avait pas mal de voitures de touristes. Au final, ils ne pouvaient pas profiter du paysage.

 

Il faisait 16°C au sommet. Il commençait à y avoir quelques trous de ciel bleu à travers les nuages au dessus du col d'Aspin mais rien de bien convaincant... J'ai pris quelques photos puis j'ai mis ma veste thermique et je suis reparti pour rentrer.

 

Bonne montée :

 

Photos col d'Aspin le 21 août 2014 015

 

Vue côté Arreau avec normalement le pic d'Aneto au dessus :

 

Photos col d'Aspin le 21 août 2014 017

 

Et là, normalement la vue sur le Pic du Midi, heureusement que la vache permet de compenser légèrement le vide sur la photo^^

 

Photos col d'Aspin le 21 août 2014 022

 

2 voitures m'ont fortement ralenti dans les premiers kilomètres de la descente, mais j'ai pu les dépasser au bout d'un moment.

Tout le retour j'ai roulé à bloc (vu que j'avais toujours des bonnes jambes). Mais je n'ai pris aucune photo car on ne voyait pas le Montaigu, ni la chaine des Pyrénées et même les ânes étaient rentrés au moment du retour^^

J'étais content de ne pas avoir eu de vent ni à l'aller ni au retour, ce qui est assez rare.

 

Au final ça a été 90 km pour 1500m de D+ et une de mes meilleures sorties au col d'Aspin. Avec des jambes comme ça et vu que je n'avais qu'une seule ascension au programme, j'ai changé mes habitudes pour faire la sortie à bloc du début à la fin et je ne suis pas mécontent de cette ascension. ça donne un article pas bien long avec peu de photos^^

Partager cet article
Repost0
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 14:51

Après la sortie au col du Tourmalet du samedi 16 août, ça a été une rando pédestre au programme du dimanche 17 avec la famille, sous un soleil radieux, la plus belle journée de la la 2e moitié des vacances sans aucun doute.

Et c'est le lundi 18 que je suis remonté sur le vélo. Et ce sera le genre de sortie que je n'oublierai pas de sitôt !

Normalement j'avais prévu de partir quelques jours à Luchon et de pédaler par là bas (Superbagnères, Hospice de France, col du Portillon...) mais les prévisions météo n'étaient pas engageantes du tout et ça ne servait à rien d'aller là bas pour regarder la pluie tomber ou être dans le brouillard, j'ai du coup tout annulé. C'est dommage car à la fin du séjour luchonnais je souhaitais tenter l'étape Luchon-Pau par les 4 cols. Ce sera pour une autre fois mais au moins là je pouvais attendre les éclaircies pour pédaler.

 

Pour aujourd'hui, la météo prévoyait un temps ensoleillé pour la journée avec des orages le soir.

 

Je me suis levé tôt et il faisait beau en plaine au dessus de la maison mais les montagnes étaient encore dans les nuages. Mais normalement pas de soucis, c'est le genre de nuages qui se dissipent assez vite dans la matinée.

Ce coup-ci, au programme, une vieille connaissance que je n'avais pas vu depuis longtemps : le col d'Aubisque (1709m). En effet, depuis que je fais du vélo en montagne je n'y suis allé en tout et pour tout, qu'une seule fois et c'était le 19 juillet 2009....lors de ma 2e sortie en montagne...

Il faut dire que je n'ai jamais eu l'occasion de le grimper par le versant des Pyrénées Atlantiques (la fois où j'ai voulu il était en travaux) et par le versant que je connais via le col du Soulor, je n'ai jamais pu refaire cette route en corniche au dessus du cirque du Litor car par la suite à chaque fois que j'ai grimpé le col du Soulor, c'était en tout début d'année lorsque le col d'Aubisque était encore fermé (la route du cirque du Litor traversant des couloirs d'avalanche).

Là, en plein mois d'août c'était l'occasion d'y retourner, d'autant plus que la route entre le col du Soulor et le col d'Aubisque est un des plus beaux endroits sur lequel j'ai eu l'occasion de pédaler !

 

Pour y aller, il faut aller dans la vallée des Gaves jusqu'à Argelès Gazost à 37 km de la maison d'où ensuite on remonte petit à petit vers le Val d'Azun avec 12 km (dont les 3 km en quittant Argelès à 8%) jusqu'à Arrens Marsous au pied du col du Soulor (1474m). De là, l'ascension fait un peu plus de 7 kilomètres à 8% de moyenne. Du sommet il reste 10 km de régal pour les yeux jusqu'au col d'Aubisque avec 2,5 kilomètres de petite descente puis 7,5 km de montée avec seulement les 3 derniers kilomètres un peu plus raides, pour arriver à 1709m d'altitude.

 

Voilà pour le décor.

 

Et si par un heureux hasard, les jambes sont là et la météo est bonne, pourquoi ne pas descendre l'Aubisque de l'autre côté pour le remonter par Laruns. Je ne fais pas souvent ça (l'ascension d'un col par les deux versants à la suite) mais c'est peut être la seule solution pour moi de découvrir l'autre versant en évitant la vallée entre Pau et l'Espagne de l'autre côté qui est très passante.

 

Il faisait très frais de bon matin et je suis parti avec les manchettes. J'avais un peu de soleil en partant de la maison mais impossible de voir les montagnes, toujours dans les nuages, pour le moment.

La route vers Lourdes n'est pas celle que je préfère car elle est très passante mais bon va falloir faire avec. Une fois à Lourdes je pourrai rejoindre la voie verte jusqu'à Argelès.

 

Petit rayon de soleil au tout début mais les montagnes sont dans les nuages encore :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 001

 

Le début se fait en traversant plein de petits villages et des grandes routes, donc difficile de rouler à un rythme régulier entre les stop, les feux rouges et tout ça. Mais une fois rejoint le village de Juillan après environ 10 kilomètres, c'est parti, plein sud en direction de Lourdes à 12 kilomètres en ligne droite. Et là dès le début de cette portion, j'ai senti que ça allait être le genre de sortie où les jambes sont au top et où il ne pourra rien m'arriver dans l'ascension en dehors d'un incident mécanique. Le genre de sortie dont on sait que tout se passera bien et qui va faire plaisir d'un bout à l'autre. Depuis la fin du séjour dans les Alpes je suis dans une grande forme.

 

Sur toute la partie jusqu'à Lourdes, la circulation était assez dense même sur l'ancienne route séparée de la voie expresse sur 3 kilomètres, il y avait du monde (et qui ne s'écartaient pas forcément bien).

A 7 km de Lourdes, la route rejoint la voie principale, heureusement il y a une petite bande cyclable. Il y avait vraiment du monde !

Heureusement que les jambes étaient bien. Dans toutes les petites côtes je grimpais sans aucun soucis sur la plaque. Je roulais sans m'économiser y compris dans les descentes, c'est pas souvent que j'ai des jambes comme ça et c'est un pur régal. La dernière fois c'était sûrement le 10 août 2013 quand j'avais grimpé le col du Galibier depuis la Maurienne.

 

Sur la grande route en direction de Lourdes :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 003

 

La traversée de Lourdes a été pénible car en plus de l'étroitesse des rues, des côtes, des touristes, c'était aussi le jour du marché...

A la sortie j'ai pu prendre la voie verte qui va jusqu'à Argelès. Un peu monotone mais heureusement pas trop longue (14 km) et surtout hyper pratique quand on est cycliste !

Il n'y avait pas beaucoup de cyclistes. J'en ai juste rattrapé 1.

 

Sur la voie verte entre Lourdes et d'Argelès, pas mal de nuages encore :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 004

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 005

 

ça commence à s'éclaircir à l'approche d'Argelès :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 008

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 009

 

Le temps ne m'a pas paru trop long et je suis arrivé à Argelès assez vite. Je me suis arrêté pour enlever mes manchettes et manger une pâte de fruit. Les nuages commençaient à se dissiper enfin.

C'est parti pour le début des difficultés avec un passage à 9% dans Argelès pour rejoindre la sortie avant d'attaquer les 3 kilomètres à 8% et le reste en faux plats.

J'étais vraiment bien et du coup c'est forcément plaisant de grimper. Il y avait encore beaucoup de monde qui roulait en voiture sur cette route en direction des villages qui se trouve sur ces 12 kilomètres entre Argelès et Arrens au pied du col du Soulor.

 

C'est parti :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 010

 

J'ai rattrapé quelques cyclistes dont 1 avec un maillot à pois qui a ralenti sur la droite quand il a vu que je le rattrapais, il a détourné la tête en faisant semblant de lire des panneaux pour ne pas me dire bonjour et il s'est calé dans ma roue... Pas très sympa le gars... ça ne me plaisait pas trop, du coup j'ai juste haussé mon rythme pour le décrocher. Autant il y a des gens sympa qui disent bonjour et du coup ça dérange pas de les voir s'accrocher autant là celui là avec son attitude j'avais pas envie de le trainer dans ma roue.

Les autres cyclistes que j'ai rattrapé un peu plus tard étaient bien plus sympas et on pouvait échanger quelques mots en passant.

 

ça grimpe en quittant Argelès :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 011

 

A l'approche du pied du col du Soulor, le beau temps est là :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 012

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 014

 

Cette partie d'approche du col du Soulor paraît toujours un peu longue à cause de la circulation. A Arrens j'ai dû m'arrêter quelques secondes dans la file de voiturs car un camping car a voulu tourner vers le lac d'Estaing et s'est coincé dans le virage étroit, il a dû manoeuvrer.

 

J'ai attaqué le col du Soulor et ses 7 km à 8%, j'ai encore augmenté mon rythme. D'un seul coup il y avait beaucoup moins de véhicules et c'était plaisant, de grimper, d'entendre ma respiration, le bruit de mes roues sur le goudron et les cloches des vaches. Ça faisait longtemps (depuis février 2013) que je n'étais plus venu au col du Soulor et j'adore vraiment cette ascension.

 

On y va pour le col du Soulor :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 015

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 016

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 017

 

13% :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 018

 

Dans le final du col du Soulor :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 020

 

Par endroits la pente est irrégulière avec un passage court à 13% mais aucun soucis à passer ça sur 39x25.

Il faisait beau et j'appréciais la vue sur les sommets. Je suis arrivé au sommet du col du Soulor, trop vite à mon goût, j'étais presque déçu que ça soit fini. Il y avait du monde au sommet, surtout des touristes en voitures.

Je commençais à avoir faim, j'ai donc mangé une pâte de fruit avant de ne pas trop m'attarder et d'aller m'engager sur cette route du Cirque du Litor, enfin, après plus de 5 ans !

 

Au sommet du col du Soulor :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 021

 

J'adore cette vue sur les sommets du côté où je suis monté :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 022

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 023

 

Dès le début de la route, ce sont des vaches qui sont au bord de la route. La descente se fait rapidement sur les 2,5 km. La route est étroite et du coup c'est pas plus mal car comme en plus c'est beau et assez dangereux, les voitures et camping car roulent doucement.

 

Direction le col d'Aubisque par cette sublime route :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 026

 

Le tunnel complètement sombre plein centre :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 029

 

Avec le zoom :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 030

 

Juste après la descente, la route repart en léger faux plat dans un premier temps et du coup, j'étais juste derrière une voiture de bretons qui roulait lentement (à 35 km/h quand même^^). Le gars a été sympa, il m'a fait signe de les dépasser, je les ai passé à presque 40 km/h sur le faux plat, heureusement que j'étais en jambes^^ Et dans le fond ça m'a arrangé que la voiture soit derrière moi car j'approchais rapidement du tunnel complètement noir en courbe qui est assez dangereux. Il ne fait que 150m de long mais on ne voit rien du tout dedans. Il est creusé à même la roche et il y a de l'eau qui coule et tout ça, c'est un beau tunnel, mais dangereux.

Du coup là, après être passé sous un tout petit tunnel de roche au préalable, j'ai pu attaquer le tunnel avec la voiture derrière moi qui roulait lentement et qui m'a éclairé.

 

Le mini tunnel avant le tunnel complètement sombre :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 031

 

Après le tunnel, ça commence à monter un peu plus de façon irrégulière. La vue sur la route en corniche est sublissime. Et là, en plus on avait droit à la mer de nuages qui était au dessus de la route du col du Soulor versant Ferrières (qui longe le Cirque du Litor de l'autre côté). Et pendant ce temps là sur la route j'étais au soleil.

Peu après j'ai rattrapé 2 cyclistes avec un maillot du club de Peyrehorade (dans les Landes – 40). On s'est salué quand je suis passé puis quelques minutes après, la vue était tellement belle que je me suis arrêté pour prendre une photo. Du coup un des deux cyclistes est repassé et m'a lancé quelques mots. En repartant, je l'ai rejoint puis nous avons commencé à discuter. Super sympa, le gars. Il s'appelle Marc, il a 65 ans et profite de sa retraite pour rouler comme il veut. Nous avons continué de discuter ainsi sur les 4 derniers kilomètres de l'ascension jusqu'au sommet du col d'Aubisque.

De fait je n'ai pas trop regardé les panneaux des pourcentages mais les 3 derniers kilomètres sont un peu plus raides avec quelques passages à 9 ou 10%. Pour ma part, aucun soucis sur 39x25.

 

Juste magnifique quoi :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 033

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 036

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 039

 

C'était agréable du fait que les voitures roulaient doucement. Sur la fin ce sont des chevaux qui étaient sur la route avant d'avoir des brebis (basco béarnaises) au moment d'arriver au sommet du col d'Aubisque. Elles sont comme les vaches, elles traversent sans se soucier des voitures et des cyclistes^^

 

Au sommet du col d'Aubisque il y avait du monde et des chevaux^^ Marc m'a pris en photo puis nous avons discuté le temps que son pote arrive au sommet. Ils sont partis de Louvie Juzon (dans le 64), ont grimpé le col du Soulor par Ferrières, le col d'Aubisque puis redescendent vers Gourette et Laruns pour boucler leur boucle.

 

Au sommet :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 040

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 041

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 044

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 045

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 046

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 047

 

Côté Gourette, sous les nuages aussi :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 048

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 049

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 050

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 051

 

Pour ma part j'hésitais à descendre sur Laruns pour remonter le col d'Aubisque ensuite, c'était tentant vu les bonnes jambes mais très vite j'ai reçu une aide imprévue pour al réfléxion^^ En effet, alors que Marc et son pote ont commencé leur descente, je suis resté au sommet à prendre quelques photos et....le vent s'est levé. Du coup les mers de nuages qu'il y avait côté Cirque du Litor et aussi celle côté Gourette, sont remontées petit à petit et le brouillard a commencé à arriver. Là c'était clair, j'allais rentrer. Un contre la montre face à la pluie en guise de retrour m'attendait^^

J'ai vite mis ma veste thermique, mis mon feu arrière en prévision du tunnel à repasser et je suis reparti. Il faisait encore beau quand je suis passé sur la route au dessus du Cirque du Litor j'ai pu profiter du paysage. J'ai pris quelques photos. Je descendais à grand evitesse, la tête tournée vers la gauche pour admirer le paysage et les nuages aussi qui arrivaient^^ Le tunnel s'est très bien passé, il n'y avait personne derrière moi. J'ai juste dû m'arrêter peu après car un camping car et un 4x4 se croisaient difficilement, c'était au millimètre près.

J'ai cherché du regard la plaque à l'endroit où Wim Van Est a chuté de 70m en 1951 avec le maillot jaune sur les épaules mais, je ne l'ai pas trouvé :(

 

On attaque la descente :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 052

 

Les nuages remontent, le brouillard va bientôt être là mais je peux encore profiter du paysage sur la route en corniche :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 054

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 055

 

Etroit cette route :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 057

 

Le col du Soulor est en face, on y va :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 059

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 060

 

J'arrive de là bas, le col d'Aubisque est derrière :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 063

 

 

Je suis remonté à bloc au col du Soulor qui commençait à être enveloppé de brouillard. Quelques photos prises et j'ai attaqué la descente, j'ai traversé un nuage au début puis la suite s'est faite vraiment juste en dessous du brouillard qui s'épaississait derrière moi. Ça s'est joué vraiment à 2min près pour que je sois dedans. Je croisais encore pas mal de cyclistes qui grimpaient et qui malheureusement n'ont pas pu profiter du paysage...

 

Dans la remontée vers le col du Soulor, derniers instants de soleil :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 065

 

Au sommet du col du Soulor, le brouillard s'épaissit à vue d'oeil, je vais descendre en face :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 067

 

J'arrive du col d'Aubisque, tout droit au fond :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 068

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 069

 

C'est parti pour la descente :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 070

 

J'ai fait une descente rapide en me faisant bien plaisir. Puis j'ai continué jusqu'à Argelès. Une fois à Argelès, je me suis arrêté pour enlever ma veste thermique car il faisait 30°C. Puis je suis reparti à bloc car le ciel était de plus en plus menaçant. Il me restait 37 km. Il n'y avait plus personne sur la voie verte. Plus je me rapprochais de Lourdes et plus la température chutait. En débouchant dans Lourdes il ne faisait plus que 20°C...

 

Entre Arrens et Argelès :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 072

 

Ciel menaçant :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 074

 

Sur la voie verte entre Argelès et Lourdes, la température chute de plus en plus :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 076

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 077

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 079

 

La traversée de Lourdes fut de nouveau pénible, en côte avec pas mal de voitures et une qui ne m'a pas vu et m'a coupé la route, je l'ai évité de justesse...

Par contre les jambes étaient toujours là et toutes les côtes j'ai pu les passer à bloc que ce soit dans Lourdes, juste à la sortie de Lourdes ou même plus loin à Juillan et dans les autres villages. A Juillan, à environ 10 km j'ai commencé à sentir quelques gouttes de pluie, je continuais de rouler à bloc mais heureusement la pluie m'a épargné.

J'ai pu rentrer à temps.

 

Dans les 3 derniers kilomètres :

 

Photos col d'Aubisque le 18 août 2014 080

 

Voilà une très belle sortie de faite. Le col d'Aubisque ce n'est pas souvent que j'y vais et j'ai pu faire l'ascension au soleil en profitant du paysage (il y a plus souvent du brouillard que du soleil à l'Aubisque en général).

Quant aux jambes, je suis vraiment dans un pic de forme, elles étaient meilleures que celle de la sortie au col du Tourmalet deux jours avant et pourtant déjà là elles étaient très bonnes ! C'est cette forme là que je voulais dès le début de ma semaine dans les Alpes et qui arrive en retard^^

 

Au final j'ai parcouru 133 kilomètres et 2100m de D+.

Partager cet article
Repost0
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 15:47

Après la semaine dans les Alpes, plus que bien remplie, je suis revenu dans les Hautes Pyrénées pour la suite des vacances. Après la journée de 14h de train pour rentrer le lundi, j'ai passé plusieurs jours de jardinage intensif avec mes parents (taille de la haie, élagage des arbres...), de quoi garder la forme même sans faire de vélo^^

Il faut dire aussi que la météo très variable et pas engageante n'est pas pratique... Fichu mois d'août...

La reprise du vélo et des habitudes sur les routes habituelles s'est faite pour le samedi après 5 jours sans vélo.

Etant donné que les jambes étaient plutôt bonnes à la fin de mon séjour dans les Alpes, je souhaitais en profiter pour faire une belle sortie. J'ai donc pogrammé un enchainement avec l'ascension du col du Tourmalet (2115m) par Sainte Marie de Campan puis de descendre de l'autre côté dans la vallée des Gaves à Luz Saint Sauveur pour enchainer avec l'ascension au Cirque de Troumouse (2103m) où je ne suis jamais allé en vélo encore. Et comme je ne souhaite plus remonter la vallée des Gaves jusqu'à Luz Saint Sauveur en vélo en raison de la dangerosité des gorges de Luz (les 17 kilomètres entre Argelès Gazost et Luz Saint Sauveur) ça fait que je suis obligé de grimper le col du Tourmalet en mise en bouche si je veux faire les ascensions au départ de Luz Saint Sauveur.

Là c'était une bonne occasion vu que les jambes sont pas mal.

 

Je me suis donc levé tôt, très motivé. Il ne faisait pas chaud de bon matin par contre... J'ai carrément mis ma veste thermique pour partir (alors que dans les Alpes les manchettes faisaient l'affaire).

Lorsque je suis parti le ciel était très nuageux mais j'espérais que ça se dégage petit à petit dans la journée (comme le prévoyait la météo). Du coup, pas de vue sur les montagnes pour ce début de sortie.

J'étais vraiment surpris de ce froid... ça faisait que mes jambes étaient un peu raides sur le vélo. Heureusement que j'avais les 30 kilomètres de vallée à remonter pour arriver à Sainte Marie de Campan en guise d'échauffement^^

Et pourtant là je m'en serai bien passé à cause des voitures, comme je m'en rendrai compte très vite...

 

En effet, très rapidement je me suis retrouvé sur la vieille route de Bagnères où il y avait une forte circulation, c'est là que j'ai pensé que c'était le week end du 15 août...

Très vite c'est devenu pénible et usant toutes ces voitures... Pour ce qui est des jambes, au fur et à mesure de l'avancée du faux plat montant ça allait de mieux en mieux. Je montais en température on va dire^^ Mais je sentais bien que j'étais très en forme, j'avais de bien meilleures jambes que la semaine passée dans les Alpes (y compris la dernière sortie à la cime de la Bonette!).

 

Cest parti, avec le smontagnes dans les nuages :

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 002

 

Juste avant d'arriver à Bagnères, j'ai passé aisément les deux petites bosses sur la plaque en enlevant même des dents à l'arrière pour les passer.

Une fois Bagnères passé, j'ai continué mon petit bonhomme de chemin en passant sans soucis la côte d'1,2 km juste avant Campan puis là au milieu du village avant de rejoindre la grande route qui continue vers Sainte Marie de Campan, je me suis arrêté pour enlever ma veste thermique.

Une fois que j'ai rejoint la grande route il me restait environ 5,5 km pour rejoindre Sainte Marie de Campan. La circulation automobile est devenue réellement infernale. C'était une succession de voitures, de motos, de camping car...

J'ai rattrapé quelques cyclistes sur cette partie là et pour dépasser ce n'était pas évident car beaucoup d'automobilistes roulent vite sans vraiment bien s'écarter...

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 005

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 008

 

 

Le Montaigu sur son piédestal, presque entièrement dégagé :

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 010

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 011

 

A Sainte Marie de Campan, je me suis arrêté pour manger une pâte de fruit et prendre en photo la statue en bronze représentant Eugène Christophe. Je n'avais encore jamais vu cette statue qui a été dévoilée le 18 juillet dernier.

 

Au pied du col du Tourmalet, la statue se trouve à droite juste après le chapiteau :

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 012

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 013

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 015

 

 

Ensuite, c'est parti pour l'ascension du col du Tourmalet et ses 17 kilomètres, toujours sous un ciel nuageux. Cependant j'étais confiant quant à éviter le brouillard car en général sur le versant du Tourmalet, les nuages ne sont pas directement accrochés à la montagne et il ets possible de passer juste à côté des nuages sans être dedans.

 

Les 4,5 premiers kilomètres du col du Tourmalet ne sont pas très raides. Sur toute cette partie j'ai eu du mal à trouver le rythme qui me convenait réellement. Par ailleurs je restais concentré à bien gérer l'effort en prévision de l'ascension au Cirque de Troumouse ensuite.

 

Sur le début du col du Tourmalet, toujours ces nuages :

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 016

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 017

 

Une fois arrivé au hameau de Gripp, c'est parti pour les 12,5 kilomètres à 9%. Alors que j'avais commencé cette partie raide depuis quelques centaines de mètres, à la fin d'une courbe à droite, j'ai entendu deux énormes bruits de choc derrière moi, je me suis retourné mais je n'ai rien vu car j'avais passé la courbe. Toujours est-il que pendant plusieurs minutes plus aucune voiture ne m'a dépassé avant que d'un seul coup une bonne vingtaine de voitures me dépassent. Il y a probablement eu un accident. Et ça ne m'étonne pas du tout quand on voit certains fous furieux dans leur voiture... C'est la 2e fois qu'un accident se produit quelques secondes après mon passage à un endroit donné...

 

Dans la longue ligne droite à 8% qui longe le camping de Artigues, je regardais là-haut le premier paravalanche et ces nuages toujours là. Et plus j'avançais et plus je voyais ces voitures passer, je me demandais si ça valait vraiment le coup d'aller au Cirque de Troumouse après alors que je n'aurais peut être pas une vue dégagée et vu la circulation là dans le Tourmalet ce serait encore pire de l'autre côté car le début de l'ascension au Cirque de Troumouse est commun avec la montée à Gavarnie qui est au patrimoine mondial de l'UNESCO donc....hyper touristique... En plus là c'était en plein dans le week end du 15 août...

 

Quelques vaches pour agrémenter l'ascension :

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 020

 

 

Alors que j'hésitais toujours sur la suite de la sortie, je suis passé à la cascade à 10 km du sommet et j'ai décidé de ne pas continuer sur 39x25 car ça risquait de me fatiguer plus en prévision de l'éventuelle suite. J'ai donc plutôt mouliné.

 

Une fois passé le lacet du Garet à 7,5 km, comme à chaque fois, les jambes vont mieux à partir de là. Et c'est à peu près à ce moment que j'ai décidé que je n'irai pas au Cirque de Troumouse après, c'est dommage car j'ai les jambes pour faire les deux montées mais j'ai pas envie de risquer un accident pour y aller, ce sera donc pour une autre fois.

Et du coup comme je n'avais finalement que le col du Tourmalet au programme, j'ai progressivement accéléré mon rythme en passant sous les premiers paravalanches. Plus j'avançais et mieux j'étais, j'ai petit à petit enlevé de plus en plus de dents à l'arrière, augmenté ma cadence de pédalage et les 6 derniers kilomètres ça a juste été un pur régal avec les jambes que j'avais. Je rattrapais une foule de cyclistes sans que personne ne revienne de derrière, et mon rythme était de mieux en mieux au fil de la montée. Dommage que je me sois économisé sur toute la première moitié de l'ascension !

La semaine dans les Alpes a bien aidé pour être en forme...une semaine trop tard^^

 

Les paravalanches arrivent :

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 023

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 025

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 028

 

La Mongie est en vue et les nuages de plus en plus proches :

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 029

 

A La Mongie j'ai dû m'arrêter en raison d'une manif^^ Un troupeau de brebis qui a traversé la route, un vrai troupeau de montagne, de plusieurs milliers de tête. J'ai réussi à m'incruster et à passer au travers sans attendre que tout le troupeau soit passé parce que j'étais parti pour attendre longtemps^^

 

La manif :

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 031

 

La traversée de La Mongie sur les pentes à 11% fut un pur plaisir et les 4 derniers kilomètres, savoureux. Ce n'est qu'à moins de 2 kilomètres du sommet que je suis enfin passé sous les éclaircies. Le dernier virage et les 500 derniers mètres à plus de 14% se sont passés relativement facilement, j'avais vraiment de bonnes jambes pour grimper comme ça encore longtemps. Ça a été une de mes meilleures ascensions du col du Tourmalet. C'est le genre de montée qui fait bien plaisir de temps en temps.

Ce qui est dommage c'est cette météo digne d'une fin septembre... 13°C au pied du col du Tourmalet et 11°C au sommet et des éclaircies obtenues péniblement sur le final...

Heureusement je n'étais pas dans le brouillard et j'ai pu profiter de la vue des deux côtés. Au sommet il y avait énormément de monde (même si sur la photo ça ne se voit pas^^), une foule de cyclistes, de voitures et de motos.

 

Le final après La Mongie :

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 032

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 035

 

Enfin un semblant d'éclaircies à l'entame du dernier kilomètre et vue sur le sommet (y a du monde là haut) :

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 037

 

Au sommet :

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 038

 

Vue côté Luz Saint Sauveur où je n'irai pas finalement :

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 042

 

Jacques Goddet veille :

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 044

 

Vue sur La Mongie :

 

Photos col du Tourmalet le 16 août 2014 046

 

Tout cela a fait que je ne me suis pas trop attardé en haut. J'ai mis ma veste thermique puis pris en photos des hollandais qui m'ont demandé de les prendre et j'ai attaqué la descente. Une descente dans laquelle je me sentais bien pour descendre à bloc malgré le froid (je ne sentais plus mes doigts). Mais malheureusement, je suis rapidement arrivé derrière un camping car qui bouchonnait déjà 3 voitures. Je suis resté sagement derrière sans prendre de risque pour les dépasser. C'est pas le moment de chuter en plein descente, je garde toujours en mémoire la grosse chute dans la descente du col du Glandon il y a tout juste un an, le 15 août 2013, pas vraiment une partie de plaisir les mois qui ont suivi...

 

Je me suis donc trainé pendant une bonne quinzaine de kilomètres derrière ce camping car.

 

Une fois la descente terminée, il ne faisait pas si chaud que ça du coup, je ne me suis pas arrêté pour enlever ma veste thermique et j'ai continué comme ça. Etant donné que j'avais bien réduit la sortie prévue au programme, ça me laissait la possibilité de rentrer chez mes parents pour le repas du midi. Et je dois avouer que c'est une perspective quand même bien alléchante^^ Du coup j'ai roulé le nez dans le guidon, motivé par le repas qui m'attendait à la maison.

C'est la raison pour laquelle je n'ai pris aucune photo entre le sommet du col du Tourmalet et la fin de la sortie^^

De toute façon tous les nuages étaient encore là et il n'y avait rien à voir, même le Montaigu que j'ai pu un peu voir à l'aller, n'était plus visible au retour.

 

Au final pour cette sortie ça a été 95 km et 2000m de D+ avec ma 17e ascension du col du Tourmalet dont je ne me lasserai jamais je crois.

Les jambes étaient vraiment bonnes et c'est un plaisir d'arriver à avoir une telle forme. Mais j'ai bien fait de ne pas aller de l'autre côté car au final, le ciel est devenu de plus en plus menaçant en montagne par la suite et un bel orage nous est tombé dessus ensuite.

 

Pour la suite des congés, je devais partir quelques jours à Luchon 2 jours après (le 18 août) mais finalement ça ne se fera pas (fichue météo). J'ai tout de même pu continuer à pédaler un peu dans les Hautes Pyrénées mais bien moins que prévu du coup...

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 17:48

Pour le week end du 14 juillet on aurait pu s'attendre à une météo estivale mais sans prévenir personne il a été décalé en automne... La météo n'a pas été agréable mais pas de quoi remettre en cause l'objectif du week end fixé avec Seb de Keepthewave. En effet, il avait prévu de venir le week end à Payolle avec sa copine,dans un gîte. Et nous avions fixé un objectif qui entrait dans nos capacités à savoir, manger des crêpes. Hé oui chacun fait ce qu'il peut avec ses jambes^^

Je ne vous ferez pas l'affront de rentrer dans les détails culinaires, mais ces crêpes ont une particularité car elles sont faites par l'aubergiste au sommet du col de Peyresourde ! Ceci explique celà^^

Et donc pour aller les manger ces crêpes, nous avions concocté un petit parcours bien sympa. Un enchainement Hourquette d'Ancizan (1564m) pour le paysage, col de Peyresourde (1569m) pour les crêpes et col d'Aspin (1490m) pour revenir dans la vallée de Campan.

Seb (qui a déjà mangé des crêpes au sommet du col de Peyresourde) m'a invité à passer la nuit au gîte à Payolle le samedi 12 au soir, ainsi nous pourrions partir tôt dimanche et attaquer la Hourquette d'Ancizan dès le départ.

 

La sortie étant prévue le dimanche 13 juillet, je m'étais dit qu'avant de rejoindre Payolle samedi en fin de journée, ce serait sympa de faire une belle sortie et notamment d'aller au col du Tourmalet puis au col d'Aspin avant de resdescendre à Payolle. Malheureusement c'était sans compter cette météo d'automne si bien que samedi en me levant, j'ai pu admirer la pluie tomber... Et du coup j'ai retardé mon départ pour la sortie au fil des averses jusqu'à la fin de la journée.

Jusqu'à devoir partir sous un ciel menaçant en toute fin de journée...

J'ai préparé mon sac pour la soirée et je suis donc parti en direction des montagnes sous un ciel vraiment menaçant. Si le temps le permettait j'avais en tête d'aller au col d'Aspin mais il était 17h passé quand je suis parti...

 

Ciel très menaçant, les montages sont dans les nuages :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juillet 2014 00

 

J'ai roulé à bloc car même si il ne faisait pas trop froid en partant (23°C), ce n'était pas très agréable. J'ai rarement roulé aussi vite pour remonter la vallée de Campan. A partir de Bagnères, les voitures avaient leurs feux allumés tellement il faisait sombre. Dans tout le faux plat montant et les petites côtes plus prononcées, je n'avais pas l'impression d'être en super forme mais j'arrivais à emmener du braquet. Je n'avais pas refait de vélo depuis la sortie au Pas de Peyrol le 3 juillet et ce jour là je n'avais pas eu de super jambes. Du coup là c'était pas si mal.

 

De plus en plus menaçant :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-1

 

Il y avait pas mal de voitures sur la route avec les touristes. Le week end long et l'approche de l'Etape du Tour le 20 juillet fait qu'il y a beaucoup de monde au pied des Pyrénées... Au final ce n'était pas super agréable en vélo.

J'ai déboulé à Campan où la fête des Mounaques se préparait. Ah ces mounaques qui ont berçées mon enfance campanoise... J'ai pris une photo rapidement de celles que je préférais dans le lavoir puis je suis reparti sans perdre de temps.

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juillet 2014 01

 

En quittant Campan toujours en remontant la vallée, j'ai commencé à avoir de la bruine, c'était de moins en moins agréable. J'étais en manches courtes depuis le départ mais il faisait de moins en moins chaud car à Campan la température avait baissé à 15°C (plutôt doux pour la saison n'est ce pas?!).

Petit regard sur la forge où Eugène Christophe a réparé sa forge en 1913 et je suis arrivé à Sainte Marie de Campan, j'ai de suite pris la direction du col d'Aspin et je me suis arrêté au pied du col pour envoyer un texto à Seb histoire de le prévenir que j'approchais^^

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-2

 

A Sainte Marie de Campan, au pied du col d'Aspin :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-3

 

Je suis reparti sans perdre de temps. Il y avait pas mal de monde car il y avait beaucoup de camping car garés, ils devaient se demander ce que c'était que ce cycliste qui s'en va en direction du col d'Aspin à 18h passé sous la bruine^^

Payolle c'est la station de ski de fond qui se situe au 7e kilomètre de l'ascension du col d'Aspin, à 5 km du sommet. Les 7 kilomètres pour y accéder ne sont pas très raides hormis deux passages à 9% dans un kilomètre, le reste, reste sur une pente assez modérée.

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-4

 

J'ai donc continué à grimper dans la bruine qui se faisait de plus en plus condensée... Je commençais à avoir un peu froid en manches courtes car la température a baissé à moins de 14°C.

J'étais content d'entrevoir Payolle, là c'était clair que je n'allais pas m'amuser à aller au col d'Aspin dans ce brouillard et ce froid...

En entrant sur le plateau de Payolle, j'ai vu Seb qui m'attendait. Ça faisait plaisir, c'était la fin de la sortie !

Et nous voilà parti en direction du gîte.

Pour la sortie du jour ça a fait 40 km et un peu plus de 800m de D+.

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-5

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-6

 

En arrivant à Payolle :

 

P1440001

 

Nous avons rentré les vélos et la soirée a été bien occupée avec la remise en état de mon vélo. Les freins étaient un peu légèrement beaucoup usés^^ Et la chaine était un peu encrassée aussi^^ ça lui a fait du bien au vélo sans nul doute^^ Un grand merci à Seb !!! Nous avons fini juste avant l'arrivée de la pluie.

Un bon diner que j'adore car annonciateur d'une sortie le lendemain (steak hâché, pâtes) et il commençait à se faire tard.

On espérait tous qu'il fasse beau pour le lendemain matin car là on avait quand même un peu peur de la météo qui nous attendait...

Et pour ce dimanche 13 juillet, debout 6h du matin pour voir ce somptueux brouillard qui nous a bien refroidi de bon matin. On se demandait tous les deux ce que ça allait donner sur le vélo. Puis en prenant le petit déjeuner on a vu que ça commençait à se dégager. Et effectivement le brouillard s'est petit à petit dissipé et nous avons été bien soulagés.

 

Le brouillard se dissipe et laisse place aux premiers rayons de soleil :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-7

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-8

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juillet 2014 02

 

Après le petit dej' nous nous sommes préparés chaudement pour partir pour cette belle sortie qui nous attendait !

Le brouillard se dissipait vite et il faisait presque beau au moment où nous sommes sortis.

Il faisait 8°C au moment du départ à 1100m d'altitude...un peu frisquet pour un 13 juillet... Veste thermique de rigueur et jambières prêtes à être relevées si il faut.

Et nous voilà partis en contournant le lac de Payolle sur le chemin de caillasse pour rejoindre la route de la Hourquette d'Ancizan.

Voir le soleil se lever et la brume se dissiper sur le Pic du Midi c'était juste magnifique.

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-9

 

Une de mes plus belles photos du jour :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-10

 

Tellement beau qu'on préfère admirer :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-11

 

P1440005

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-12

 

D'emblée nous nous sommes retrouvés dans les 9 km d'ascension qu'il nous restait pour grimper au sommet de la Hourquette d'Ancizan. Sur les premières rampes à 8%, il y avait un énorme troupeau de vaches qui se baladait. Et alors que nous avançions, plusieurs d'entre elles se sont mises à traverser quelques mètres devant nous. Un peu plus loin il y avait une vache immobile sur le côté droit de la route qui nous regardait arriver, nous sommes bien passés sagement le plus à gauche possible sur la route^^

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-13

 

Décollage immédiat :

 

P1440006

 

"Attention, sortie de vaches" :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juillet 2014 03

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-14

 

Juste sublime :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-15

 

Tranquille, y a personne en dehors de nous :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-16

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-17

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-18

 

Je ne savais pas du tout comment allait être les jambes après plusieurs jours sans vélo et le contre la montre de la veille. Mais ça allait plutôt bien.

Seb et moi nous étions tous les deux tranquilles dans cette montée, pas de voiture, pas de cycliste, juste des vaches et des ânes avec qui parler. Nous profitions à fond du paysage et du cadre magistral de la Hourquette d'Ancizan. Les kilomètres défilaient rapidement, trop rapidement à notre goût^^. Le passage à 11 / 12% s'est bien passé et après la rampe suivante un peu plus roulante nous avons débouché (juste avant le kilomètre de descente) sur un troupeau d'ânes au milieu de la route. Nous nous sommes arrêtes. J'adore les ânes (qui se ressemble s'assemble^^). Nous les avons carressés. Certains ne bronchaient pas mais un autre plus entreprenant est venu nous voir de lui-même^^

 

Un peu de compagnie :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juillet 2014 04

 

Seb en grande conversation, son interlocuteur semble attentif^^ :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-19

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juillet 2014 05

 

P1440011

 

Nous avons ensuite attaqué le kilomètre en descente dans lequel j'ai pu constater que les freins fonctionnaient bien^^ Cette descente permet de basculer dans un autre décor tout aussi paradisiaque. Après l'avoir faite il nous restait 4 kilomètres à grimper pour accéder au sommet.

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-20

 

P1440015

 

En traversant le petit plateau à 2 km du sommet, nous apercevions le sommet sur notre droite et la mer de nuages dans la plaine sur notre gauche, nous étions déçus d'en être déjà dans le final de l'ascension^^ Le dernier kilomètre et demi à 8% avec des pointes à plus de 10% nous ramène à la réalité mais c'était génial. Finalement je suis arrivé au sommet sur 39x25 assez facilement. Nous étions en pleine forme au sommet.

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-21

 

 

Nous avons pris des photos du Pic du Midi, par contre la vue côté Arreau était bouchée à cause du brouillard et des nuages qui stagnaient dans la vallée d'Aure. Nous craignions de nous retrouver dans le brouillard dans la descente puis dans le col de Peyresourde...

 

Au sommet, vue sur le Pic du Midi avant que les nuages n'arrivent :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juillet 2014 06

 

On voit encore un peu le Pic du Midi :

 

P1440019

 

On ne le voit plus... :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-22

 

Après la séance photo nous avons commencé la descente, une descente très mouillée par endroit si bien que nous avons pris pas mal d'éclaboussures et de boue. Nous avons traversé quelques nuages puis heureusement nous nous sommes rendus compte que ça se dégageait aussi dans l'autre vallée. Ouf !!

Nous nous sommes arrêtés dans la descente pour prendre quelques photos.

 

Belle vue sur Ancizan et Guchen dans la descente :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juillet 2014 07

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-23

 

Cette descente de la Hourquette d'Ancizan c'était une première pour moi car je ne l'avais jamais descendue de ce côté !

Nous avons passé les passages à 12% (dans le sens de la descente) dans la traversée du village de Ancizan (très beau village) puis nous avons rejoint la route qui mène à Arreau.

 

A Ancizan :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-24

 

P1440024

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-25

 

Là sur les 3 kilomètres jusqu'à Arreau (pied du col de Peyresourde), Seb a pris le relais et m'a attendu pendant que je trainassais derrière à prendre des photos à 30 km/h^^

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-26

 

On avance :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-27

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-28

 

Une fois à Arreau nous nous sommes arrêtés sous la halle pour enlever les K-Way ou plutôt ouvir nos vestes thermiques que nous avions gardé depuis le départ. Il commençait à faire meilleur comme température mais nous avons décidé de garder les vestes thermiques et de nous arrêter avant la partie raide du col de Peyresourde pour les enlever.

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juillet 2014 08

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-29

 

Le col de Peyresourde par Arreau c'est 18 km d'ascension qui se découpent en deux moitiés, les 9 premiers kilomètres pas très raides et permettent de remonter la vallée du Louron avant d'arriver à Avajan qui annonce les 9 derniers kilomètres qui sont à 8% de moyenne environ.

Le col de Peyresourde et moi ce n'est pas une très grande histoire d'amour... Je l'ai monté deux fois, une fois de chaque côté et ça a été dur les deux fois. Le versant par Arreau je l'avais grimpé il y a 5 ans avec mon vieux VTC, dans la bruine et le brouillard un jour où j'avais pas les jambes, quant au versant de Luchon, je l'ai grimpé il y a 3 ans avec le vieux VTC aussi, j'arrivais du Port de Balès et une fringale m'a terrassé dans le col avant d'attaquer le col d'Aspin pour rentrer.

Et depuis je n'ai pas eu l'occasion d'y aller. Du coup j'en suis resté sur ces mauvais souvenirs.

Seb, lui, l'a déjà monté 5 fois auparavant et le connait plus que moi (et il garde un bon souvenir des crêpes forcément^^).

 

Nous avons donc quitté Arreau et nous profitions de ce début roulant sous le soleil et sans trop de voitures. La température augmentait de plus en plus. Après cette partie dans laquelle il était difficile de trouver un rythme régulier, nous sommes arrivés à la bifurcation à Avajan. A gauche le col de Peyresourde et à droite le col d'Azet son frère jumeau.

Nous avons enlevé nos vestes thermiques et c'était parti !

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-30

 

Un arrêt de bus sympa :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-31

 

A Avajan :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-32

 

La pente s'est cabrée à 8%. Très rapidement j'ai constaté un frottement au niveau du dérailleur qui bougeait à chaque tour de pédale. Je n'ai rien vu de particulier qui causait le problème, du coup j'ai continué comme ça.

J'étais toujours bien sur 39x25, j'étais plutôt content des jambes. Le beau soleil était agréable pour profiter du paysage, j'avais l'impressionn de redécouvrir cette ascension^^

J'essayais de trouver un rythme régulier pour que nous puissions rouler de concert tous les deux.

 

ça grimpe bien :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juillet 2014 09

 

Très rapidement la vue s'est dégagée et nous apercevions le col d'Azet (1580m) avec la station de Val Louron sur le versant d'en face. Vraiment très sympa. Il y a peu de virages sur cette deuxième partie du col de Peyresourde, de fait c'était surtout des courbes et nous avions la même vue à peu près. Au détour d'une courbe nous avons commencé à voir le sommet devant nous. Les crêpes commençaient à sentir bon. A 3 km du sommet environ, j'ai commencé à sentir la faim^^ Heureusement les jambes tournaient toujours bien.

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-33

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-34

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-35

 

Le sommet en vue :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-36

 

Toujours 8% :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juillet 2014 10

 

Il faisait environ 25°C quand nous sommes arrivés au sommet du col de Peyresourde. Le vent de face venant de l'autre versant (Luchon) qui a soufflé sur le final, rafraichissait l'ambiance.

C'était la 2e ascension du jour. Nous sommes allés prendre des photos de l'autre côté, versant Luchon. Le ciel était dégagé et on appréciait d'y être. Pour ma part c'était la réconciliation avec le col de Peyresourde, pour ce versant en tout cas^^

 

Le sommet :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-37

 

Vue depuis le sommet côté Luchon :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-38

 

P1440025

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-39

 

P1440029

 

Après les photos, les crêpes !! L'objectif du jour ! 50 centimes la crêpe ou bien 5 euros les 12. Quand on a demandé 12 crêpes à l'aubergiste (super sympa) il a été surpris et nous avons été surpris de sa surprise. Une bonne bière pour accompagner les crêpes et voilà un bon ravito ! Un ravito un peu faible qui nous a fait commander 4 crêpes de plus. Nous avons terminé à 8 crêpes chacun. C'était pas mal mais plus tard on s'est rendu compte qu'on en aurait bien mangé encore d'autres^^

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juillet 2014 11

 

C'est la meilleure celle du sommet :

 

P1440030

 

P1440032

 

Pendant que nous mangions et buvions notre bière, nous avons décidé que ce serait sympa d'aller à Peyragudes. Il s'agit de la station de ski un peu plus haut que le col de Peyresourde à environ 1640m d'altitude.

Il existe une route qui y mène en 3,5 km depuis la route du col de Peyresourde à 3 km du sommet et une autre qui y va depuis le sommet du col de Peyresourde en 3 kilomètres environ.

J'ai pas eu trop mal aux jambes à la reprise, j'étais content.

En quittant le col de Peyresourde, il y a une portion à 9% puis une grande courbe roulante très agréable. Le faible nombre de voitures nous a permis de pédaler côte à côte et de profiter du paysage. Par contre il y avait pas mal de gravillons et ça patinait un peu en danseuse.

 

Direction Peyragudes, 9% direct :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-40

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-41

 

Nous sommes arrivés sur le plateau à 1640m d'altitude avec une belle vue sur Peyragudes. Nous nous sommes laissés descendre pour traverser la station. Quelques photos prises, puis nous avons fait la descente par l'autre côté pour rejoindre la route du col de Peyresourde. Une descente assez dangereuse à cause des gravillons. Ce n'était pas agréable, ce serait bien que le Conseil Général aille passer la balayeuse...

 

Peyragudes :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juillet 2014 12

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-42

 

Vue depuis la station :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-43

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-44

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-45

 

La suite de la descente s'est bien passée et en arrivant dans les 9 kilomètres de descente moins raide entre Avajan et Arreau, Seb a pris le relais parce que moi j'avançais pas^^ Seb était en roue livre pendant que derrière je pédalais et je n'arrivais pas à tenir la roue^^ Les faux plats c'est pas mon truc.

A Arreau nous nous sommes arrêtés pour enlever les K-Way. Il n'y avait plus qu'à ! Le dernier de la journée nous attendait. Je le voyais dans ses yeux, le col d'Aspin commençait à s'impatienter (faut dire que lui il n'a pas de crêpe à nous servir au sommet^^).

 

De retour à Arreau après la descente :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-46

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juillet 2014 13

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-47

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-48

 

Seb au début du pont qui prend une photo... :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-49

 

...celle-ci (je suis de l'autre côté) :

 

P1440036

 

Nous ne savions pas trop comment on allait être dans ce dernier col de la journée. Il faisait vraiment chaud, plus de 30°C.

Mais dès le pied de l'ascension j'ai senti que les jambes étaient toujours bonnes pour une 3e ascension. Les deux premiers kilomètres ne sont pas très raides puis à 10 km du sommet la pente passe à 8%.

 

C'est le début :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-50

 

C'est la 5e fois que je m'attaque à ce versant par Arreau du col d'Aspin et à chaque fois c'est en 2e ou 3 ascension de la journée mais jamais en première. C'est une montée magnifique, assez raide et surtout qui garde la chaleur, une chaleur écrasante qui stagne sur ce versant.

J'étais encore bien sur 39x25 et je profitais énormément du paysage. Je continuais de prendre pas mal de photos tout en grimpant. Quelques nuages commençaient à arriver par contre...

Seb qui est moins habitué à pédaler en montagne commençait à avoir un peu plus de mal. Faut dire que c'était la 3e ascension du jour. J'essayais de trouver un rythme régulier qui permettrait de rouler ensemble mais très vite nous sommes arrivés dans la partie la plus difficile du col d'Aspin : 1,5 km de ligne droite entre 9 et 10% avec le sommet en ligne de mire tout là-haut. Là on ressent bien la chaleur. Les jambes commençaient à se faire sentir. Sur 39x25 il m'était plus difficile de trouver un rythme pour rouler avec Seb sur cette pente. J'arrivais à alterner position assise et en danseuse, j'en étais plutôt satisfait. Une fois cette longue ligne droite passée, je me suis arrêté pour attendre Seb car je sentais que ça devenait un peu difficile pour lui. En plus il n'avait plus d'eau. Heureusement j'avais encore un bidon plein de grenadine et j'ai pu lui en passer. Mais il faisait 34°C à cet endroit bien exposé au soleil et quand on voit les 8°C du matin, ça fait une grande amplitude. De cet endroit il nous restait un tout petit peu plus de 3 km à 8% à faire pour arriver au sommet.

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juillet 2014 14

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-51

 

Vue sur Arreau, la vallée du Louron vers le col de Peyresourde c'est en face plein centre :

 

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juillet 2014 15

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-52

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-53

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-54

 

Le sommet c'est là-haut :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-55

 

C'est couvert mais ça chauffe :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-56

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-57

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juillet 2014 16

 

Seb à la fin de l'interminable ligne droite :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-58

 

Quand nous sommes repartis, j'essayais de faire le lièvre pour Seb. Je savais à quel point ça pouvait être dur quand les jambes n'étaient plus là. Et faut dire que ce bougre de Seb n'avait presque pas pédalé entre le 7 juin où nous avions grimpé le col du Tourmalet et cette sortie^^ Il avait fait pareil en mai lorsqu'il était allé courir les 23,7 km de la course du Viaduc de Millau sans aucun entrainement^^

Il y avait beaucoup plus de monde qui circulait sur le final du col d'Aspin.

Etant donné que je pédalais toujours pas mal sur le 39x25 (même si la fatigue commençait à me gagner), je me disais que ce serait sympa de regrimper la Hourquette d'Ancizan par Payolle en 4e ascension pour clôturer la journée. Mais les nuages ne m'ont pas laissé continuer ma réflexion car le ciel se couvrait de plus en plus.

Le dernier virage à gauche à 2 km du sommet annonçait la toute fin du col d'Aspin dans la forêt. Le dernier kilomètre par ce versant paraît toujours un peu long. Je pensais à Seb qui devait le trouver encore plus long. Dans la dernière courbe il y avait des chèvres bien tranquilles qui mangeaient et se reposaient pendant qu'elles embêtaient les automobilistes^^

 

Le sommet toujours là-haut :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-59

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-60

 

Les derniers mètres :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-61

 

En arrivant au sommet du col d'Aspin c'était la fin des ascensions pour la journée. Il y avait beaucoup de monde !

On est allé prendre des photos du paysage et on profitait d'avoir bouclé cet enchainement tous les deux dans ce décor sublime tout au long de la sortie.

La vue sur le versant Arreau que nous venions de grimper était sympa, en revanche pas de vue sur le Pic du Midi ce coup-ci, il était dans les nuages qui se faisaient de plus en plus nombreux au dessus de nous. Il faisait de plus en plus frais car un fort vent soufflait et remontait depuis la vallée de Campan....un vent que j'allais avoir de face dans la vallée...

 

-blog.com/3/46/35/86/images-diverses-19/Photos-Hourquette--Peyresourde--Aspin-le-13-juille-copie-62.jpg" class="CtreTexte" alt="Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-62" height="448" width="600" />

 

Vue depuis le sommet sur le versant que nous venons de grimper depuis Arreau :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juillet 2014 17

 

P1440042

 

Superbe vue sur le Pic du Midi... :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-63

 

Nous avons attaqué la descente sur Payolle et ça a été pause au gîte. Seb en avait fini avec la sortie, pour ma part il me restait encore 40 km pour rentrer.

Petite pause remplissage de bidons, récupération des affaires que j'avais laissées et pour voir où en était l'étape du Tour de France et je suis rapidement parti car le ciel menaçait de plus en plus. J'ai dit au revoir à Seb et à sa copine qui allaient passer la journée du lendemain sur place avec une rando pédestre au programme.

 

Payolle :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-64

 

Le lac de Payolle, la Hourquette d'Ancizan c'est dans la vallée vers en face, pas engageant avec ces nuages qui masquent les sommets :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-65

 

J'ai attaqué les 40 derniers kilomètres de ma sortie, face au vent, ça c'était pénible... La veille j'avais fait Barbazan à Payolle en contre la montre face à la pluie et là je fais Payolle à Barbazan en contre la montre face à la pluie aussi...

Il y avait beaucoup de voitures sur la route. Il y avait la fête des mounaques à Campan et c'était vraiment le bazar avec des tas de voitures qui s'arrêtaient n'importe comment ou qui ralentissaient fortement pour se garer. Après avoir passé Campan, dans la petite côte qui suit, j'étais content de passer à bloc sur un gros braquet sans soucis, j'avais encore un peu d'énergie dans les jambes.

En arrivant à Bagnères, il faisait vraiment sombre et la plupart des voitures avaient leurs feux allumés, j'étais vraiment persuadé que j'allais prendre la pluie...

Heureusement je vais l'éviter. J'ai continué de rouler à bloc, en passant les deux petites bosses après Bagnères puis de plus en plus je commençais à avoir faim. A 10 km de la fin, je n'avais plus du tout les jambes, j'avais beau, continuer comme je pouvais, je n'avançais plus. Mais à 3 km de la maison des parents, j'ai retrouvé un peu les jambes et j'ai pu de nouveau relancer.

Pfiou j'étais content d'en finir quand même. Sur les 6 derniers kilomètres j'ai fini presque un bidon entier^^

 

J'ai posé le vélo puis j'ai foncé manger et me doucher^^

 

Petite vue en arrière dans les 5 derniers kilomètres, les montagnes dans les nuages toujours :

 

Photos Hourquette, Peyresourde, Aspin le 13 juille-copie-66

 

De quoi clôturer une magnifique journée de vélo.

125 km et presque 2700m de D+ au final avec un bel enchainement sur 3 magnifiques ascensions. La découverte de la descente de la Hourquette d'Ancizan côté Ancizan et la découverte de la station de Peyragudes que je ne connaissais pas encore. Et bien sûr je n'oublie pas la réconciliation avec le col de Peyresourde que je n'étais pas allé voir depuis longtemps ! Les jambes étaient mieux que je pensais après 10 jours sans vélo et j'ai pu tout grimper sur 39x25, c'est une petite satisfaction pour moi. Je pense que j'avais les jambes pour regrimper une nouvelle fois la Hourquette d'Ancizan mais ce sera pour une autre fois.

 

Faire cette sortie en compagnie de Seb fut un excellent moment que j'ai bien apprécié. Et je le remercie beaucoup de l'invitation pour la soirée à Payolle le samedi soir ! Et le vélo est aussi fin prêt pour les prochaines sorties qui s'annoncent pour mes congés du mois d'août ! D'ici là, il est fort probable que je ne revienne pas dans les Pyrénées en juillet...

 

Quant aux chiffres, c'était ma 6e ascension de la Hourquette d'Ancizan, ma 3e ascension du col de Peyresourde et ma 32e ascension du col d'Aspin.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 20:09

Le passage de la Route du Sud dans les Hautes Pyrénées est une très bonne excuse pour retourner au col du Tourmalet une nouvelle fois après le 24 mai pour la fin de l'hiver et le 7 juin pour la Montée du Géant.

Cependant, j'ai un peu hésité quant au choix de l'ascension que je souhaitais faire. En effet, après une arrivée à Payolle à 5 km du sommet du col d'Aspin le vendredi pour la première étape, le parcours de la 2e étape allait emmener les coureurs de Bagnères de Bigorre à la station de Val Louron (sur les pentes du col d'Azet) en passant par le col du Tourmalet (par Sainte Marie de Campan) puis après un tour dans la plaine, le col d'Aspin (par Sainte Marie de Campan lui aussi) et enfin l'ascension finale vers Val Louron.

Du coup pour aller voir passer les coureurs j'avais le choix entre le col du Tourmalet et le col d'Aspin. Au début j'envisageais d'aller au col d'Aspin et de faire un enchainement avec la Hourquette d'Ancizan mais les coureurs ne devant pas arriver au col d'Aspin avant 15h, ça risquait de faire long à attendre. D'autant plus qu'il était possible qu'à partir de midi, des orages éclatent en montagne.

J'ai donc opté pour le col du Tourmalet en me disant que si les jambes étaient là je pourrai aller de l'autre côté dans la vallée des Gaves et éventuellement enchainer avec une autre ascension (en croisant les doigts pour qu'il n'y ait pas d'orage^^).

 

Je suis donc parti tôt de la maison.

 

La vue était dégagée sur les montagnes et une belle journée s'annonçait ! A 7h j'ai pu partir en manches courtes, il faisait déjà 17°C.

 

Une belle journée qui s'annonce avec les quelques nuages qui vont vite s'estomper :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 002

 

Cela faisait 2 semaines que je n'avais pas pédalé, depuis la Montée du Géant du Tourmalet le 7 juin, et je m'attendais à avoir des mauvaises jambes. Et d'ailleurs ça n'a pas raté, dans la vallée je sentais bien que ce n'était pas génial.

J'avais le coup de pédale qui n'était pas très bon dans les faux plats montants mais à ma grande surprise je suis arrivé assez vite à Sainte Marie de Campan. Là j'ai mangé une pâte de fruit et me voilà parti pour l'ascension.

Il n'y avait pas encore trop de monde sur les routes et c'était agréable. Quand j'ai attaqué le Tourmalet, la température était encore à 25°C et ça évitait la surchauffe^^

 

Le Montaigu toujours sur son trône :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 009

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 010

 

Sur les 4,5 premiers kilomètres pas très raides j'ai apprécié le revêtement tout neuf qui a été fait ces derniers jours. Par contre je m'attendais vraiment à avoir du mal sur la fin de l'ascension... J'étais un peu déçu sur le moment.

Quand la pente est passée à 9% à 12,5 kilomètres du sommet, je n'étais pas vraiment mieux mais le fait d'être dans la partie difficile ça commençait à remonter le moral^^. Il commençait à y avoir du monde sur la route du Tourmalet, beaucoup de voitures et de camping cars qui montaient au sommet, c'était un peu pénible à la longue.

 

Le revêtement a été refait sur plusieurs centaines de mètres sur la première partie :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 012

 

Durant toute la partie entre la cascade à 10 km du sommet et le lacet du Garet, les jambes moyennes ont continué mais au moment d'arriver aux paravalanches, là où la pente est la plus raide, ça allait un peu mieux.

Il commençait à faire chaud et là j'aimais vraiment bien. En traversant La Mongie j'avais d'un seul coup de supers bonnes jambes. Je me suis presque demandé ce qu'il se passait^^ J'ai progressivement accéléré et je me suis mis à rattraper pas mal de monde. Que c'était bon d'être dans ce superbe paysage et avec des bonnes jambes.

Un cycliste m'a rattrapé et quand il est arrivé dans ma roue, j'ai encore un peu plus accéléré, il s'est accroché un peu puis dans les virages très raides j'en ai profité pour accélérer encore un peu et il n'y avait plus personne derrière moi^^ ça paraissait vraiment facile^^. C'est la première fois de l'année je pense que j'ai de si bonnes jambes. Dommage que ça a seulement commencé à 6 km du sommet^^

J'ai adoré le final, j'ai pu prendre pas mal de photos tout en grimpant et je suis arrivé au sommet où il y avait beaucoup de monde qui était déjà là. Beaucoup de monde qui était monté en voitures et camping cars. Il y avait aussi pas mal de cyclistes.

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 014

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 017

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 021

 

Au sommet la température était très agréable mais le vent soufflait par rafales et rafraichissait énormément. J'ai dû mettre mon K-way.

Il se trouve que je suis arrivé assez tôt au sommet et j'avais donc pas mal de temps à attendre avant que les coureurs ne passent.

Là, j'ai vraiment apprécié de ne pas avoir du tout mal au dos car sur les dernières sorties j'avais de grosses douleurs.

Je me suis assis de longues minutes face à la vue versant Luz Saint Sauveur en mangeant une pâte de fruit. Et là en admirant la paysage, je ne sais pas pourquoi, mais je n'avais aucune envie de descendre vers la vallée des Gaves. Ensuite je suis allé me placer à 300m du sommet côté La Mongie là même où je m'étais mis en 2011 pour voir passer le Tour de France le 14 juillet. C'est un endroit plutôt bien puisqu'on peut voir la station de La Mongie et donc une grande partie des 4 derniers kilomètres.

J'ai pu voir pas mal de monde qui arrivait au sommet, en vélo, en voiture et tout ça.

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 023

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 026

 

Vue côté Barèges :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 028

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 030

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 031

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 032

 

Côté La Mongie :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 034

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 035

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 036

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 039

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 041

 

Après je ne sais pas combien de temps, il y a la caravane qui est passée (si si). Ce n'est pas ce que je préfère lorsque je vais voir passer des courses cyclistes mais ça donne quelque chose à regarder en attandant les coureurs.

 

Début de la caravane :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 042

 

Drôle de peloton qui a obligé une partie de la caravane à s'arrêter à un moment :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 047

 

Mon vélo attend sagement que les coureurs arrivent^^

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 053

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 055

 

Vue sur La Mongie et le final depuis l'endroit où j'étais à 300m du sommet :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 057

 

Après environ 3h passées au sommet et quelques passages nuageux qui m'ont fait craindre l'arrivée des orages, les premiers coureurs sont arrivés.

 

Une échappée de 9 coureurs suivis d'un dixième coureur lâché par le premier groupe puis ensuite le peloton et des coureurs éparpillés derrière.

Delage de la FDJ a attaqué à quelques centaines de mètres du col du Tourmalet pour passer en tête. Dans ce groupe à l'avant figurait aussi Nacer Bouhanni triple vainqueur d'étapes sur le Giro et meilleur sprinteur à l'arrivée.

Dans le peloton, à cet endroit, j'ai pu reconnaître Valverde, c'est tout^^ Un peu lâché il y avait Edvald Boasson Hagen, Samuel Dumoulin et Adrien Petit.

 

Il n'y avait pas encore de gruppetto. Les deux derniers juste devant la voiture balai sont passés à environ 20min de la tête de course.

 

Les échappés :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 064

 

Le peloton :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 065

 

On ne voit pas bien mais on distingue les échappés (sur la gauche) et le peloton (sur la droite dans le virage) :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 067

 

Delage qui accélère pour passer en tête au col du Tourmalet :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 070

 

La 2e partie de l'échappée avec Bouhanni dedans :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 072

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 074

 

Le peloton :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 081

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 084

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 085

 

Samuel Dumoulin :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 086

 

Une fois que les coureurs ont fini de passer (3h30 après que je sois arrivé au sommet), ça a été un gros bazar au sommet avec la foule de voitures qui s'est mises à partir et à descendre. C'est bien simple, j'avais posé mon vélo de l'autre côté de la route en face de là où j'étais et j'ai attendu de longues minutes avant de pouvoir traverser...

Une fois que je suis remonté sur le vélo pour entamer la descente vers Sainte Marie de Campan, c'était assez dangereux car les voitures roulaient au ralenti et les cyclistes dépassaient les voitures et se dépassaient aussi et en même temps il y avait ceux qui grimpaient en sens inverse, bref un vrai bazar...

Sur toute la partie jusqu'à La Mongie je n'ai pas pu dépasser les 40 km/h...

 

Ensuite ça a été plus dégagé. Une fois à Sainte Marie de Campan, je ne me suis pas posé plus de questions et j'ai tourné en direction du col d'Aspin. Je me suis arrêté au pied pour enlever mon K-Way et je me suis lancé dans l'ascension. Je ne savais pas trop vers quelle heure les coureurs devaient arriver mais étant donné que les derniers étaient passés à plus de 20min des premiers et que dans la descente je n'avais pa spu aller très vite, je n'avais pas trop envie de lambiner dans le col d'Aspin. Et j'ai donc attaqué l'ascension sans m'économiser. J'avais plutôt des bonnes sensations, j'étais bien content. Il faisait vraiment très chaud, plus de 35°C au soleil. Dès le début de l'ascension, je me suis fait dépasser par la caravane.

Les 7 premiers kilomètres pas trop raides sont passés vraiment très vite, j'étais vraiment sur un bon rythme. Tout le long de l'ascension il y avait beaucoup de monde qui attendait pour voir passer les coureurs et du coup beaucoup m'encourageait^^

Cependant, vu le rythme sur lequel j'ai attaqué l'ascension et vu que je commençais à avoir faim, je m'attendais à flancher dans le final.

J'ai traversé Payolle et j'ai attaqué les 5 derniers kilomètres plus raides. J'étais toujours pas mal sur 39x25 à cet instant. J'ai continué de grimper sur un bon rythme, il y avait de plus en plus de monde qui était sur les bords de la route, c'était sympa^^ ça me rappelait un peu le Tourmalet en 2011 quand je l'avais grimpé pour aller voir le Tour de France et qu'il y avait plein de monde sur le bord de la route.

A 3,5 km du sommet, je me suis mis à mouliner pour mieux tourner les jambes en restant assis. Je commençais à avoir mal au dos et je ne voulais pas risquer de me retrouver dans le même état qu'à la fin de la journée de la Montée du Géant.

A 2 km du sommet alos que le plus dur était fait, j'ai commencé à avoir vraiment très chaud à la tête. Comme prévu j'avais du mal d'un seul coup. Je buvais toujours ma grenadine, j'en étais à mon 2e bidon mais ça ne compensait pas la faim que je ressentais de plus en plus ni la chaleur qu'il faisait.

A l'amorce du dernier kilomètre, j'étais cuit^^ Heureusement, à cet instant je me suis fait rattraper par un cycliste qui se retourne en me dépassant et qui me lance « velomontagne !! » :D Et du coup il m'a attendu et nous avons discuté sur le dernier kilomètre qui est passé plus vite (enfin pour moi, pas pour lui^^). A quelques centaines de mètres du sommet, quelqu'un sur le bord de la route me lance qu'il m'a vu au Tourmalet juste avant.

Il y avait une bonne ambiance c'était agréable.

 

Au sommet là j'étais content d'y être !

Le cycliste sympa s'appelle Pierre et habite Bagnères depuis 3 ans. Il m'avait informé via le blog il y a quelques années de l'ouverture de la praticabilité de la Hourquette d'Ancizan quand j'habitais dans le Vaucluse.

 

Nous nous sommes fait prendre en photo ensemble au sommet. C'est juste un peu dommage que la personne à qui j'ai demandé de nous prendre s'est un peu loupé sur les photos.

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 092

 

Le Pic du Midi depuis le sommet du col d'Aspin :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 096

 

Nous avons continué de discuter pendant pas mal de temps. Puis nous sommes allés nous placer de façon à voir les coureurs arriver. C'est environ 50 minutes après notre arrivée au sommet que les premiers coureurs sont arrivés.

 

Vuillermoz était seul en tête et est passé en tête, il venait de lâcher Cousin qui avait le peloton à ses basques. Valverde dans le peloton était toujours en balade. Les coureurs étaient déjà plus éparpillés que dans le Tourmalet. Bouhanni qui était dans l'échappée dans le Tourmalet était lâché ce coup-ci.

 

Vuillermoz qui va passer en tête :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 099

 

Le peloton :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 101

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 109

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 110

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 113

 

Groupe Bouhanni (le FDJ qui est le plus à gauche de la route) :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 114

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 115

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 119

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 120

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 121

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 122

 

Un Sky lâché si, si!!^^ :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 123

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 124

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 125

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 126

 

Après le passage des coureurs, c'était le même bazar qu'il y avait eu dans le col du Tourmalet avec toutes les voitures et camping cars qui se sont mis à descendre vers Sainte Marie de Campan.

 

Ce coup-ci, il faisait tellement chaud qu'il n'y avait pas besoin de K-Way pour la descente !

C'était de nouveau une descente sur les freins jusqu'à Payolle. Là, nous nous sommes arrêtés pour remplir les bidons. Puis j'ai dit au revoir à Pierre et c'était parti pour la suite de la descente.

 

Vue sur Payolle depuis la descente du col d'Aspin :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 128

 

Là c'était vraiment agréable car il n'y avait pas du tout de vent de face ni même d'orage à l'horizon, du coup j'ai pu rouler assez vite. En plus, comme par magie j'étais en jambes et j'ai pédalé à bloc sur tout le retour.

 

Moi même j'avais du mal à comprendre comment j'avais pu être aussi bien sur la fin du Tourmalet et jusqu'à 2 km du sommet du col d'Aspin puis d'avoir eu le coup de moins bien sur le final et de nouveau des bonnes jambes sur le retour. Mais c'était pas mal quand même surtout après 2 semaines sans vélo.

 

Sur le final, j'avais vraiment chaud, mon compteur indiquait 38°C au soleil et c'est assez rare mais je m'aspergeais le visage et le cou avec de l'eau.

 

En rentrant j'avais vraiment mal aux jambes et j'étais bien content de m'asseoir pour manger^^

 

Petit regard en arrière juste avant la fin de la sortie, quelques nuages qui reviennent :

 

Photos col du Tourmalet et col d'Aspin le 21 juin 2014 130

 

Ce fut une excellente journée où j'ai pu voir passer la Route du Sud et au col du Tourmalet et au col d'Aspin avec un bel enchainement, un superbe final du col du Tourmalet et un bon début d'Aspin sans oublier la journée splendide !!

 

Pour la sortie ça m'a fait 120 km et 2600m de D+ avec 3h30 passé au sommet du Tourmalet et 1h15 au sommet de l'Aspin. Un enchainement que j'ai fait pour la 4e fois pratiquement 1 an jour pour jour après le dernier^^

 

J'en ai bien profité et j'ai bien fait car maintenant pendant 3 semaines je risque de ne pas pouvoir pédaler.

 

Quant à mon dos, je suis bien content car je n'ai presque pas eu de douleurs en rentrant. Ça change de la dernière fois où après la Montée du Géant je me suis retrouvé presque bloqué.

 

Vivement la prochaine sortie pyrénéenne !!

 

En ce qui concerne la Route du Sud, cette étape a été remportée par Nicolas Roche à Val Louron, avec 45 secondes d'avance sur le groupe de Valverde qui finit 3e, battu par Rogers au sprint.

 

La dernière étape dimanche qui se terminait à Castres, a été remportée par Malori devant le peloton. Au classement général c'est Nicolas Roche qui s'impose devant Valverde et Rogers.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 16:16

Après le week end de l'Ascension plutôt pourri sur les Pyrénées, j'attendais avec impatience cette journée du samedi 7 juin. Il s'agit du jour de la traditionnelle Montée du Géant du Tourmalet. Le Géant, c'est bien sûr Octave Lapize dont la statue est remontée au sommet du col du Tourmalet chaque premier samedi du mois de juin, après avoir passé l'hiver au chaud à l'ex-centre Laurent Fignon (qui est devenu le Carré Py' Hôtel maintenant).

Et encore plus sympa, Seb du site Keepthewave est venu de sa terre tarnaise pour passer le week end au pied des Pyrénées ! Nous allions enfin pouvoir faire une ascension ensemble et en plus sur le col du Tourmalet !!

Et pour couronner le tout, une vraie journée d'été nous attendait avec les 35°C allègrement passés dans la journée !

 

La seule petite inconnue c'était les jambes parce que depuis l'ascension du col du Tourmalet sur 39x25 qui fut assez sympa le 24 mai, je n'ai parcouru que 16 kilomètres de vélo pour aller en ville...

 

Je suis revenu le vendredi soir dans les Hautes Pyrénées, accueilli par un véritable orage d'été.

 

Le départ de la Montée du Géant se fait au Carré Py'Hôtel à Gerde à la sortie de Bagnères côté sud. C'est là que Seb était. Le départ était prévu à 9h30 mais nous avions prévu de nous retrouver bien plus tôt afin de discuter et de faire un petit tour.

Je me suis donc levé à 6h et comme prévu la journée s'annonçait belle et chaude !

 

Seul petit point négatif, je n'avais pas faim du tout le matin et je me suis forçé pour avaler une pauvre petite tartine de confiture...

Je suis parti à 7h. Pas besoin de veste thermique, seules les manchettes ont été nécessaires pour le début et encore seulement pour les 10 premiers kilomètres^^

La fraicheur matinale était très agréable et j'ai profité de la vue sur les Pyrénées au fur et à mesure de mon avancée vers Bagnères. C'était un vrai régal. Je sentais juste que je n'avais pas de supers jambes...

 

Une belle journée qui s'annonce :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 003

 

Après environ 5 km, le vent de sud (donc de face) a commencé à se lever et à souffler assez fort quand même. Le seul avantage c'est qu'il a fait monter la température de 2°C pour passer aux alentours de 15°C à cet instant. Le vent n'a cessé d'augmenter et ça devenait vraiment pénible. A environ 5 km de Bagnères un autre cycliste m'a rattrapé et nous avons discuté. Il allait lui aussi à la Montée du Géant. 61 ans et toujours en forme le monsieur ! Nous avons ainsi roulé en discutant jusqu'à Gerde, lieu du départ. C'était bien sympa.

Là j'ai retrouvé Seb. C'était un plaisir de le voir. Nous étions à côté de sa voiture et il a monté son vélo. Un vrai passionné de montagne, de nature et de mécanique aussi !! Il a tout récemment fait la course à pied du Viaduc de Millau au mois de mai. 23,7 km qu'il a avalé sans une once d'entrainement avant ! Par ailleurs il sillonne à vélo les routes tarnaises en vélo et le Pic de Nore n'a plus aucun secret pour lui. Et pour agrémenter le tout, sa copine et lui prennent régulièrement de superbes photos de leurs randonnées pédestres lorsqu'ils ont l'occasion de venir en montagne. Une véritable passion que j'apprécie énormément.

Pendant que Seb, montait son vélo, de plus en plus de cyclistes arrivaient.

 

Le Géant est prêt pour partir :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 007

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 008

 

Nous sommes allés à l'intérieur pour prendre le bracelet qui allait nous permettre d'avoir le souvenir de la Montée du Géant au sommet. Au passage je suis passé à côté des tables où ils servaient du café pour manger une madeleine (le gâteau hein, pas le col^^) car je commençais à avoir faim. Les effets magiques de la tartine de confiture commençaient à s'estomper^^

Nous avions prévu d'aller faire un tour à Bagnères avant le départ et c'est donc ce que nous avons fait. Nous sommes partis direction Bagnères où nous sommes allés voir une fresque et une expo de photos de l'Histoire du Tour à Bagnères. J'en ai profité pour faire visiter à Seb le centre de Bagnères. Nous avons dû mettre pied à terre pour traverser le marché^^

 

Petit tour à Bagnères :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 009

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 010

 

Et vers 9h nous étions revenus au lieu de départ après environ 5 km dans Bagnères.

De plus en plus de cyclistes étaient là. Au total nous allions être 1200.

Pendant que nous attendions le départ, nous écoutions le speaker qui faisait des discours à rallonge et qui nous expliquait que Gérard Holtz, le parrain de la Montée cette année, n'allait finalement pas effectuer l'ascension en vélo en raison de son retard dû à son diner à l'Elisée la veille où il faisait partie des convives invités pour le diner d'état avec la Reine Elizabeth. J'imagine qu'étant donné que son image est forcément attaché à celle du Tour de France qu'il commente, et vu que le Tour partira d'Angleterre cette année, c'est la raison qui a fait qu'il faisait partie des convives de ce repas.

Son fils Antoine, a quant à lui, fait l'ascension sur un vélo de 1913 (année où Eugène Christophe a cassé sa fameuse fourche dans la descente du col du Tourmalet). Vélo prêté par Marc Lebreton, qui possède un superbe musée avec des vélos de toutes époques qu'il aime remettre en état afind e rouler dessus. J'avais fait sa connaissance en 2010 au sommet du col du Tourmalet lorsqu'il avait fait l'étape Luchon – Bayonne sur un vélo de 1910 lors du centenaire des Pyrénées dans le Tour. Depuis je l'ai croisé plusieurs fois et j'étais allé voir son musée qui comprend plusieurs centaines de vélos !

Il était bien entendu présent à cette montée du Géant sur un vélo de 1910 lui aussi.

 

Vue sur le Pic du Midi depuis le lieu du départ :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 012

 

L'équipe en bleue est prêt à partir :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 015

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 019

 

Vers 9h40 on est parti. Nous nous sommes mis plutôt dans la 2e partie du peloton. La copine de Seb, nous a accompagné sur le tout début jusqu'à Asté sur un Brompton.

Toute la partie dans la vallée a été en fait très pénible en raison du nombre énorme et incalculable de voitures, de camping car et de camionnettes qui nous ont dépassé. Tout ce monde qui allait au sommet en suiveurs... Sachant que l'autre versant du col est fermé encore, je vous laisse imaginer le bazar qui s'annonçait là haut...

ça c'était vraiment le côté archi pénible et désagréable. Ça bouchonnait tellement qu'à un moment entre Campan et Sainte Marie de Campan, nous avons presque dû mettre pied à terre puisque les voitures roulaient au pas. Certains serraient même à droite pour empêcher les cyclistes de dépasser....

Sur cette partie nous avons commencé à rattraper pas mal d'autres cyclistes. C'est là aussi que nous avons eu un bon petit coup de vent de face par moment^^

Juste après le passage devant la forge où Eugène Christophe a réparé sa fourche en 1913, nous sommes arrivés à Sainte Marie de Campan au pied de l'ascension. Nous avons chacun mangé une pâte de fruit et zou c'était parti ! Quel plaisir de se retrouver en manches courtes sur une sortie en vélo !

 

A Sainte Marie de Campan au pied du col du Tourmalet :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 023

 

En ce qui concerne Seb, il a déjà grimpé le col du Tourmalet une fois par chaque versant dont la dernière fois par Sainte Marie de Campan pour son anniversaire en septembre dernier. Il allait donc s'attaquer à son 3e Tourmalet.

Nous nous sommes donc élancé pour l'ascension du col du Tourmalet (2115m). 17 kilomètres d'ascension avec les 4,5 premiers qui ne sont pas très raides et les 12,5 derniers qui sont à 9% de moyenne.

Sur toute la première partie pas très raide, c'est là que les écarts de rythme se font sentir entre les cyclistes, du coup nous dépassions pas mal de cyclistes et d'autres nous dépassaient. A cela s'ajoutait toujours la multitude de voitures bien sûr...

Le but était de prendre un max de plaisir dans cette montée et de profiter du soleil et de la vue.

Cette première partie je ne l'aime pas trop, plus encore là car on a du mal à trouver un rythme à cause de l'irrégularité de la pente sur ce début et là avec les cyclistes que nous dépassions et les voitures, ça nous faisait avancer par à coups...

Une fois au hameau de Gripp, la pente passe à 9% et c'est parti pour les 12,5 derniers kilomètres ! Dès le début j'ai bien senti que les jambes n'étaient pas aussi bonnes qu'il y a 2 semaines et je n'allais certainement pas monter en haut sur 39x25 ce coup-ci^^

Nous rattrapions pas mal de monde à partir de là. Et pour dépasser ça devenait un peu galère car certains cyclistes faisaient des écarts de gauche à droite et fallait faire gaffe^^

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 024

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 026

 

En passant devant la cascade à 10 km du sommet, je commençais à ressentir une grosse douleur au bas du dos, c'était assez pénible car du coup je n'étais bien dans aucune position, ni en danseuse ni assis...

Le coup de pédale était un peu moins bien sur cette partie de 2,5 km entre la cascade et le lacet du Garet entre 8 et 9%.

Cependant ce qui était agréable c'était la température puisqu'il faisait plus de 30°C !! Un vrai régal.

Le lacet du Garet est raide mais comme presque à chaque fois, je me sens mieux quand j'y suis, ça redonne la pêche on dirait^^

Seb, malgré le fait qu'il ne roule pas souvent en montagne, arrivait à bien grimper et à garder un rythme régulier et avec le sourire aussi !!

 

Seb à la sortie du lacet du Garet :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 027

 

Après le lacet du Garet, nous sommes passés devant l'endroit où Eugène Christophe avait cassé sa fourche jadis, le totem marquant l'emplacement était recouvert car l'inauguration allait se faire l'après midi.

 

Le Pic du Midi devant :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 030

 

Nous sommes arrivé dans la partie avant La Mongie, avec les paravalanches, là où c'est le plus raide. Il y avait toujours beaucoup de cyclistes que nous dépassions et qui nous passaient. Et de plus en plus avaient mis pied à terre et poussaient leur vélo.

C'est là que l'accumulation des kilomètres se fait sentir. J'essayais de faire en sorte de garder un rythme régulier et que Seb puisse garder la roue car c'est plus cool comme ça mais avec les dépassements ça nous faisait avancer par à coups et du coup ce n'était pas simple d'ajuster le rythme.

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 032

 

Le Pic du Midi :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 034

 

Vue sur Artigues et Gripp avec la route que nous avons parcouru :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 037

 

La Mongie approche :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 038

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 040

 

Dans la traversée de La Mongie, la pente reste raide mais donne un nouveau souffle quand même bizarrement. La sortie de La Mongie était assez impressionnante car sur toute la route menant au sommet que nous voyions devant nous, il y avait une multitude de cyclistes et en nous retournant c'était pareil derrière nous.

Par contre c'est à partir de là que le vent s'est mis à souffler très fortement de face et de côté. Là fallait bien plus appuyer sur les pédales.

Et pour prendre les photos en roulant, fallait faire plus attention et essayer d'éviter de les prendre pendant les rafales de vent. Par chance la température n'a pas trop chuté et c'était toujours agréable.

 

Dans la traversée de La Mongie :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 043

 

Les virages sur les 2 derniers kilomètres nécessitent des bonnes relances mais j'ai trouvé que ça passait bien. D'ailleurs j'étais plus en jambes sur la fin du col qu'au début. Après le dernier virage, le final très raide a été un peu gâché par la foule au sommet, entre les voitures qui manoeuvraient, les cyclistes qui étaient là, les piétons (les suiveurs...) qui ne se poussaient pas, il fallait zigzaguer...

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 046

 

Le sommet là haut :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 047

 

Seb avec le sourire à l'amorce du dernier kilomètre :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 048

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 049

 

On a réussi à trouver un espace pour poser nos vélos à côté de la boutique souvenir du sommet.

Seb était content de s'être réconcilié avec le col du Tourmalet car il est monté plus facilement que la dernière fois et il pouvait savourer d'être là !

Là-haut le vent soufflait très fort en rafales, ce n'était pas super agréable mais il n'était pas en continu.

Il y avait foule au sommet. Nous avons pu voir l'installation du Géant sur son socle.

 

L'installation du Géant :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 050

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 053

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 054

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 057

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 060

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 066

 

Nous sommes ensuite allés à la table du ravito pour boire de l'eau et du coca. On a aussi eu le souvenir de la Montée qui a sûrement fait baisser la côte de Gérard Holtz puisqu'il s'agit d'un buff sur lequel est écrit en gros le titre du film sur Eugène Christophe qu'il a réalisé (dont le rôle principal est joué par son fils Antoine Holtz). Le fait de faire sa pub ainsi, n'était peut être pas la meilleure des choses à faire...

Nous avons profité du paysage mais côté Luz Saint Sauveur, on n'a pas pu admirer le paysage longtemps à cause du vent qui soufflait énormément.

 

Vue sur La Mongie :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 068

 

Côté Luz Saint Sauveur, encore fermé en raison des travaux :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 072

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 076

 

Une bien belle montée :

 

Copie de Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014

 

Sympa la contre plongée :

 

Seb Tourmalet 1

 

Tourmalet 1

 

Au total nous avons passé presque une heure au sommet avant de commencer la descente. Après 2 kilomètres de descente nous avons vu les lamas qui se baladaient par là. Ensuite nous nous sommes arrêtés à La Mongie pour la pause ravito-déjeuner. Ce fut bien bon et nous avons profité du paysage. J'ai un peu hésité à aller au col d'Aspin après mais bon la journée passant, la motivation pour en rajouter baissait un peu aussi et puis les jambes étaient moyennes donc bon^^

 

Début de la descente :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 079

 

Un peu de compagnie à quatre pattes :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 080

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 081

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 085

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 084

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 087

 

Lamas 1

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 088

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 089

 

Nous avons ensuite continué la descente, nous sommes passés devant le totem à l'endroit où Eugène Christophe a cassé sa fourche puis nous avons continué. Inutile de dire que là dans la descente c'est Seb qui volait et moi qui était à bloc derrière:D

Et là grosse frayeur sur la fin de la descente quand une voiture arrivant en face voulait tourner à sa gauche et qui a commencé à tourner au moment où Seb allait la croiser, gros freinage de sapart, et une fois que Seb est passé, la voiture qui se remet à avancer au moment où j'arrive derrière, faudra que cet automobiliste s'achète des lunettes. A cet endroit nous étions à plus de 50 km/h.

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 092

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 093

 

Nous avons ensuite déboulé à Sainte Marie de Campan et nous avons continué vers Campan. Là le vent s'est remis à souffler...et de face en plus... Il soufflait vraiment pas mal... A Campan nous avons pris la petite route que je prends habituellement et Seb a pu admirer la vue superbe qu'elle offre sur le Montaigu. Un vrai plaisir pour les yeux.

 

Le Montaigu sur son trône :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 095

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 096

 

Seb Montaigu 1

 

Montaigu 1

 

Nous avons continué le retour jusqu'au lieu du départ. Là c'était le calme absolu après l'agitation du matin. Seb, passionné de matériel et de mécanique a trouvé que mon vélo était un poil poussiéreux et n'a pas résisté à y passer un bon coup de chiffon comme je n'en avais jamais passé sur le vélo:D

Pendant que nous étions là, nous avons vu Gérard Holtz qui discutait avec Marc Lebreton (le collectionneur de vélos) à quelques mètres de nous. Puis lorsqu'il est passé devant nous, il nous a salué. Ça avait quand même plus de classe quand c'était Miguel Indurain qui en était le parrain en 2011 !

J'ai pu discuter un peu avec Marc Lebreton puis ensuite, la journée avançant, c'était l'heure de commencer à rentrer. J'ai laissé Seb là ainsi que sa copine, une bonne suite de week end les attendait tandis que je suis reparti pour rentrer à la maison. Le vent de face continuait de souffler mais j'étais en jambes et j'ai pu rentrer assez vite.

 

Bientôt la fin de la sortie, regard en arrière :

 

Photos Montée du Géant du Tourmalet 7 juin 2014 098

 

Voilà qui a clôturé une excellente journée passée en compagnie de Seb. Une journée estivale avec des températures agréables, une belle montée du col du Tourmalet. Dommage que la forme ne soit pas la même qu'il y a 2 semaines mais c'est comme ça. Ce qui était un peu regrettable c'était la quantité énorme de véhicules qui sont montés au sommet du col du Tourmalet et qui étaient plus gênant qu'autre chose pour les cyclistes.

Pour ma part c'est la 15e fois que je grimpais le col du Tourmalet. En ce qui concerne la Montée du Géant c'était la 2e fois que j'y participais après 2011 quand Indurain en était le parrain. En 2011, ça n'avait pas été agréable du tout en raison de la forte pluie glaciale qui était tombée, un vrai calvaire la descente et le retour dans la vallée !!!

Pour la sortie ça m'a fait 100 km pour 2000m de D+.

 

Quant à Seb et sa copine, ils sont allés au sommet du Pic du Midi le lendemain, où ils ont pu profiter du panorama bien dégagé pendant que moi j'admirais la vue sur les Pyrénées depuis la plaine!^^

 

Photos Pyrénées 8 juin 2014 002

Partager cet article
Repost0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 10:29

Les élections européennes sont une très bonne occasion de passer un week end dans les Hautes Pyrénées. La raison est que je suis toujours sur les listes électorales dans les Hautes Pyrénées. et pour le coup je ne m'en plains pas. Moi qui ai si souvent voté par procuration, c'était une bonne occasion d'y aller "en vrai"^^

 

Je suivais depuis plusieurs jours l'avancement du déneigement du col du Tourmalet et il est praticable en vélo par le versant de La Mongie depuis une semaine. Et il est officiellement ouvert par ce versant depuis deux jours. Je ne pouvais pas laisser passer l'occasion d'aller lui dire bonjour !

 

En effet, voilà 11 mois pile poil que je n'ai plus eu l'occasion d'aller grimper le col du Tourmalet (depuis le 24 juin 2013). Je piaffais d'impatience, j'ai rarement autant attendu une sortie !

 

Bien que la forme ne soit pas encore formidable j'avais tout de même une petite idée qui me trottait dans la tête, à savoir, effectuer l'enchainement de l'Etape du Tour, c'est à dire le col du Tourmalet par Sainte Marie de Campan suivi de l'ascension vers la station d'Hautacam. C'était tentant car je sais que la forme revient petit à petit lentement mais sûrement. Cependant de là à avoir les jambes pour faire les deux dès maintenant c'était une autre histoire.

Mais la question a été très vite réglée en fait car jeudi j'ai appris que le col du Tourmalet était tout simplement interdit à la circulation côté Luz Saint Sauveur en raison de travaux de remise en état de la route.

La question était réglée, impossible de redesccendre de l'autre côté et donc d'enchainer avec Hautacam. J'ai reporté mon dévolu sur ce col d'Aspin qui n'en demandait sans doute pas tant !

L'enchainement col du Tourmalet - col d'Aspin, je l'ai fait plusieurs fois par le passé et j'aime plutôt le faire.

J'ai donc tablé là dessus avec comme premier objectif le col du Tourmalet et selon comment allait la sortie, d'enchainer éventuellement avec le col d'Aspin.

 

En revanche, la grosse inconnue qui persiste (outre les jambes^^), c'est la météo. Les prévisions ne sont pas formidables mais pour cette journée de samedi ça devrait être de belles éclaircies le matin et des averses l'après midi (météo regardée le matin)...

Le contenu de la sortie allait dépendre de la météo sans aucun doute... Les températures sont annoncées fraiches voire même froides en plaine...

 

Jai donc essayé de me lever tôt et la journée a commencé par le moment le plus difficile : sortir du lit... Mais quand j'ai vu qu'il faisait beau au dessus de la maison ça a un peu encouragé, en revanche les montagnes étaient plutôt dans les nuages.

Le temps de me préparer, de manger, de préparer le vélo et me voilà parti. Il faisait vraiment très frais...11°C.

 

Je sentais les jambes un peu tétanisées par le froid... Par ailleurs le froid et les nuages qui se faisaient de plus en nombreux sur les montagnes ne donnaient pas envie d'aller se frotter à la haute altitude... J'avais encore plus froid en pensant à la température qu'il ferait en haut et au risque de se voir pris dans une averse glaciale là haut...

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 002

 

Le début de la sortie s'est bien passé, les jambes semblaient pas trop mal quand même et il n'y avait presque pas de vent ce qui était tout de même agréable. Cependant une fois Bagnères passé, je ressentais vraiment le froid et j'avais de plus en plus de mal à emmener le grand plateau. Je ne la sentais pas du tout l'ascension du col du Tourmalet à cet instant....

 

De plus en plus menaçant :

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 004

 

Plus j'avançais et plus les nuages s'accumulaient sur les montagnes, le Pic du Midi et le Montaigu n'étaient pas visibles.

 

Le Montaigu dans les nuages

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 006

 

Bon appétit :

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 007

 

Entre Campan et Sainte Marie de Campan, plusieurs groupes de cyclistes m'ont dépassé.

En arrivant à Sainte Marie de Campan, j'ai vu qu'ils allaient au col d'Aspin. Quant à moi je suis allé vers le col du Tourmalet. Je me suis arrêté pour manger une pâte de fruit, boire un peu. Et me voilà parti pour le col du Tourmalet. Enfin, depuis 11 mois !

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 008

 

Bon le col du Tourmalet on ne le présente plus, par ce versant il fait 17 kilomètres avec les 4,5 premiers jusqu'au hameau de Gripp qui sont roulants avec des replats. Et ça se corse pour les 12,5 derniers kilomètres où la pente moyenne sera de 9% sans aucun répit. Sur cette partie, il n'y a qu'un seul kilomètre à moins de 8% de moyenne, c'est celui qui est à 11 km du sommet qui est à 7,5%.

Il s'agit par ailleurs d'une ascension qui offre des portions de lignes droites de plusieurs kilomètres ce qui la rend un peu plus difficile mentalement.

Pour ma part, c'est une ascension que j'aime bien.

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 009

 

J'ai donc débuté l'ascension en espérant juste ne pas trop galérer pour arriver au sommet car le début de la sortie ne m'avait pas rassuré. Il faisait 10°C à cet instant.

Dès le début j'ai été très surpris du peu de monde qui venait le grimper, personne devant moi et personne derrière sur les longues parties de ligne droite.

J'ai avalé les 4,5 premiers kilomètres et lorsque la pente s'est dressée à 9% devant moi à 12,5 km du sommet, j'étais bien content d'y être enfin. Et là j'ai senti que ça allait pas mal pour les jambes. J'étais sur 39-25 et je me sentais bien assis ou en danseuse.

Etant donné qu'il m'était impossible de faire l'enchainement avec Hautacam derrière, je n'avais plus trop à vraiment m'économiser.

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 011

 

Dans la longue ligne droite à 9% qui longe Artigues, j'ai vu un cycliste assez loin devant moi, le premier que je voyais. Petit à petit je le rattrapais.

La cascade à 10 km du sommet était bien gorgée d'eau suite à la fonte des neiges ! Peu après j'ai rattrapé le cycliste qui était en fait une cycliste^^

Le lacet du Garet n'a pas changé et est toujours bien raide mais je me suis fait plaisir en le prenant à la corde sans soucis. A cet instant j'ai senti quelques gouttes de pluie tomber... Quant au Pic du Midi qui est visible depuis cette portion normalement, c'était pas la peine de le chercher il était dans les nuages...

 

Quelques centaines de mètres après le lacet j'ai rattrapé un autre cycliste en galère. Quant à moi à cet instant, la pente se faisait sentir mais j'étais vraiment bien encore et je relançais régulièrement en danseuse sans aucun soucis.

La stèle placée à l'endroit où Eugène Christophe a cassé sa fourche en 1913 a été mise à l'abri pour l'hiver.

En arrivant sous les paravalanches c'était difficile mais plus que la pente c'est le froid qui rendait l'ascension difficile, à cet instant il faisait 8°C.

Tout en grimpant depuis le début de l'ascension je prenais des photos, pas question de m'arrêter pour en prendre car là j'étais bien dans le rythme. Cependant je suis bien content de mes photos qui ne sont pas trop floues^^ J'ai notamment pu avoir les torrents qui ruisselaient de la montagne sur le massif en face côté droit de la route juste avant La Mongie.

 

Là c'est raide sous les paravalanches :

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 014

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 019

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 022

 

Le kilomètre avant La Mongie (à 6 km du sommet) à plus de 10% de moyenne,a  fait mal aux jambes. Là je me suis un peu plus employé. En plus la route est très large et on se sent perdu sur la chaussée^^ Dans cette partie, quelques rayons de soleil illuminaient la station entre els nuages qui étaient toujours très nombreux. Mais ça a suffit pour faire remonter la température qui est montée en flèche jusqu'à 17°C!!!!! Inutile de dire que j'ai vraiment apprécié cette remontée des températures, et dire qu'il faisait 8°C quelques mètres avant!

 

La Mongie devant :

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 023

 

La traversée de La Mongie et la sortie de la station sont à plus de 11% et pourtant ça allait lieux que sur le kilomètre précédent. La température a recommencé à chuter. A cet instant j'emmenais toujours mon 39-25 même si les jambes commençaient à bien se faire sentir, et alors qu'il ne restait plus que 4 km l'objectif était du coup de le tenir jusqu'au sommet pour le fun. Le kilomètre en quittant La Mongie est à 9% mais sa régularité font qu'il ne fait pas trop mal (en tout cas pas pour moi) en revanche il est en longue courbe interminable, c'est mieux de ne pas être à l'agonie là^^ Dans ce kilomètre j'ai rattrapé plusieurs cyclistes en grande difficulté qui zigzaguaient beaucoup, certains s'étaient même arrêtés, ils avaient l'air vraiment mal en point.

 

La traversée de La Mongie sur du 11 à 13% :

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 024

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 026

 

La neige a fait son apparition sur le bord de la route et ça rajoutait de la fraicheur.

A 2 km du sommet plusieurs voitures de randonneurs étaient garées et l'un d'eux m'a encouragé, ça fait toujours plaisir. Les deux derniers kilomètres sont raides et présentent des virages vraiment raides. Là je me suis bien employé pour les passer.

Mais à 1,5 km du sommet, j'ai commencé à avoir plus de mal, la fatigue se faisait bien sentir et les jambes étaient douloureuses. Heureusement je n'étais pas à l'agonie non plus et je pouvais relancer un peu. J'arrivais toujours à prendre des photos en roulant, notamment le long des murs de neige de plus en plus hauts. C'était bien agréable.

Et me voilà arrivant au dernier virage à 500m du sommet à côté de murs de neige de 7 mètres environ, virage à 14% et les 400m suivants tout aussi difficiles, là ça a été très dur, ouch les jambes. Mais pour les derniers 200m je me suis ressaisi, je me suis de nouveau dressé sur les pédales et j'y suis allé à bloc.

 

Toujours ce ciel menaçant :

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 027

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 029

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 032

 

Qu'est ce que j'étais content d'être arrivé au sommet sur 39-25. Une grande satisfaction pour moi. La forme n'est pas trop mauvaise, dommage que les températures ont gâché le début de la sortie... En tout cas sur ce braquet je n'y croyais pas du tout et pourtant, pour le coup ça donne une bonne confiance pour la suite ! C'est la 2e fois que j'y parviens (la première fois c'était en 2011 avec le vieux VTC où j'avais grimpé sur 39-26).

 

Au sommet il y avait un groupe de cyclistes qui étaient arrivés pas longtemps avant moi et un groupe de motard garés de telle sorte qu'ils embêtaient tout le monde.

Une dame très sympa m'a pris en photo. Puis je suis allé profiter du paysage. La vue sur le côté de luz Saint Sauveur est superbe comme d'habitude!

Une barrière empêchait de descendre de l'autre côté.

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 034

 

Vue côté Luz Saint Sauveur :

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 036

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 039

 

Le chemin qui va au Pic du Midi :

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 040

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 043

 

Impossibilité de descendre de l'autre côté :

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 044

 

Jacques Goddet ancien directeur du Tour de France :

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 046

 

Montée du Géant le 7 juin :

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 047

 

Il ne faisait pas chaud au sommet et j'ai vite enfilé mon K-Way. C'est à ce moment là que des flocons de neige se sont mis à tomber. Drôle ambiance quand il s'est mis à neiger et dire qu'à La Mongie il faisait 17°C!!

Je ne me suis pas attardé en haut car justement le ciel était menaçant et il ne faisait pas chaud (bien qu'il n'y avait presque pas de vent).

Je me suis arrêté au premier virage de la descente (ou dernier de la montée) pour prendre en photo le mur de neige et la vue sur La Mongie. Je suis resté quelques minutes à profiter du paysage sous les flocons de neige.

Et ensuite je me suis élancé pour la descente. Une descente glaciale. J'avais vraiment froid et mes doigts étaient engourdis.

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 051

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 057

 

Vue sur La Mongie :

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 058

 

Zoom sur les nuages dans la vallée :

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 060

 

Je suis descendu prudemment et tranquillement. Je me suis arrêté deux fois dans la descente pour prendre des photos. J'ai croisé pas mal de cyclistes qui grimpaient, ça changeait du peu de monde que j'avais lorsque j'étais dans la montée car là ils étaient vraiment nombreux !

En traversant La Mongie j'ai à nouveau senti qu'il y faisait plus chaud et une fois la station traversée la température a rechuté ensuite. Vraiment incroyable ces températures bizarres.

Plus je descendais et plus j'avais froid...

 

Vue sur Artigues et une partie de l'ascension :

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 073

 

Une fois à Sainte Marie de Campan, je me suis arrêté pour voir ce que je faisais ensuite. J'étais encore frigorifié et le ciel de plus en plus menaçant n'incitait pas beaucoup à aller au col d'Aspin car de toute façon au sommet je n'aurais pas pu profiter de la belle vue sur le Pic du Midi. Et vu que j'avais froid, j'étais en train de rêver d'un bon repas chaud^^ Et ça m'a décidé à préférer rentrer à la maison.

 

Et me voilà donc parti pour redescendre la vallée. J'ai roulé à bloc tout le long pour essayer de me réchauffer mais ça n'a pas marché, j'ai eu cette sensation de froid durant tout le retour. Il faisait pourtant 14°C en plaine...

Le point positif du retour c'est que j'avais de bonnes jambes toujours malgré la fatigue de l'ascension du col du Tourmalet. Et ça m'a un peu fait regretter l'impossibilité de descendre de l'autre côté du Tourmalet pour enchainer avec Hautacam en suivant. Mais vue la météo...

 

Les montagnes dans les nuages très menaçant :

 

Photos col du Tourmalet le 24 mai 2014 076

 

Au final, j'étais vraiment bien content de rentrer et de me mettre au chaud.

Malgré la météo très moyenne et pas très agréable, ce fut une belle sortie. Et pouvoir grimper le col du Tourmalet sur 39-25, en plus à cette période, je ne vais pas m'en plaindre et ça donne confiance pour la suite de voir que la forme est là.

Au final j'ai donc fait 95 kilomètres et 2000 m de D+.

Et j'attends avec impatience le retour du beau temps !

Dans k'après midi j'ai eu à aller à la pharmacie ce qui m'a fait faire 5 km de vélo de façon à finir la journée à 100 km^^

Partager cet article
Repost0
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 18:14

Le week end long se poursuit et la météo se maintient péniblement pour ce vendredi 9 mai. Mais je ne pouvais pas laisser passer une occasion d'aller pédaler et au final je ne le regretterai pas.

Après la belle sortie de la veille au col de Tramassel au dessus de la station d'Hautacam, je souhaitais aller dans la vallée de Campan.

A l'origine j'avais envie de faire un enchainement en allant grimper le col d'Aspin par Sainte Marie de Campan, puis de descendre sur Arreau et revenir dans la vallée en grimpant la Hourquette d'Ancizan par Ancizan car....je ne connais pas ce versant là de la Hourquette...

Cependant, je devais être à 16h à Tarbes pour aller chercher ma sœur à la gare ce qui fait que je devais avoir pris la douche et mangé avant 16h.

Et étant donné que je n'allais pas arriver à me lever super tôt, c'était trop juste de vouloir faire l'enchainement car je risquais de ne pas rentrer à l'heure.

J'ai donc décidé d'aller grimper la Hourquette d'Ancizan par Sainte Marie de Campan.

Cependant en me levant péniblement le matin, j'ai vu que le ciel était nuageux et contrairement à la veille, très menaçant en plus ! Pas de quoi encourager à partir pédaler en montagne. Etant donné que la météo parlait de possible amélioration pour l'après midi, j'ai décidé de me recoucher et de me lever un peu plus tard pour retarder la sortie et profiter de « la possible amélioration » plus tard^^

 

Je me suis péniblement relevé 45min plus tard, c'était toujours pareil pour la météo mais fallait y aller.

Les jambes tiraient un peu de la sortie de la veille mais c'était des bonnes douleurs^^

2 tranches de pain avec du miel pour le eptit dej, le temps de préparer mon sac à dos et zou c'est parti.

Alors que j'étais encore en train de mettre mon casque, j'ai senti les premières gouttes de pluie... Je suis quand même parti et très vite je me suis retrouvé dans une petite bruine bien froide. Là d'un coup je commençais à me poser des questions si c'était raisonnable de partir comme ça en montagne avec le risque de prendre la pluie.

Mais très vite, ça a diminué et ce n'était plus très gênant. J'ai donc continué. J'étais content de repédaler de nouveau. D'ailleurs quand je me mettais en roue libre je sentais les douleurs aux jambes de la sortie de la veille mais pas quand je tournais les jambes. Cependant, je m'attendais à galérer un peu dans la montée car la grande forme n'étant pas là et la fatigue accumulée depuis plusieurs jours risquaient de se faire sentir...

 

Petite bruine en partant et montagnes masquées dans les nuages :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 001

 

J'ai apprécié le fait qu'il y avait moins de monde sur la route allant vers Bagnères de Bigorre. Par ailleurs il n'y avait pas de vent du tout, c'était assez agréable (mais c'est toujours à la mi journée que le vent de nord se lève).

Le plafond nuageux était toujours très bas et je m'attendais à devoir traverser le brouillard tôt ou tard...

Dans les deux petites bosses avant Bagnères, j'étais content de voir que je n'avais pas plus mal aux jambes dans les montées. Une fois Bagnères passé, j'ai continué sur les faux plats plus prononcés jusqu'à Campan puis ensuite Sainte Marie de Campan où dans les montées ça allait bien.

 

Toujours très menaçant au fil de la remontée de la vallée :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 004

 

Petit regard vers la forge d'Eugène Christophe, et me voilà à Sainte Marie de Campan, je me suis arrêté devant le début de l'ascension du Tourmalet pour juste voir le panneau. Pas de surprise, le col est encore fermé et ce n'est sûrement pas le meilleur moment pour aller voir de plus près si ça passe en vélo...

 

Toujours fermé :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 005

 

J'étais étonné de voir que je n'avais pas faim et que je ne ressentais pas de fatigue particulière malgré le fait de sentir que la vallée de Campan est bien plus usante que la vallée des Gaves quand il faut la remonter...

Je me suis donc forcé à manger une pâte de fruit car j'aurais bien continué comme ça^^ Et puis je suis donc allé en direction du col de Payolle sur le début de l'ascension du col d'Aspin.

Le ciel toujours menaçant et de plus en plus près au dessus de ma tête au fur et à mesure que je grimpais.

Contrairement à la veille, il faisait plus frais et j'ai gardé ma veste thermique pour faire l'ascension. Les 7 premiers kilomètres menant à Payolle ne sont pas très raides hormis trois passages à 10% dans un kilomètre à 3 km de Payolle.

 

Dans le début de l'ascension à La Séoube :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 006

 

J'étais content de ne pas avoir trop de mal à grimper. Puis je suis entré dans Payolle et là le contraste était saisissant car au moment où je suis passé devant le panneau indiquant Payolle (plusieurs centaines de mètres avant les premiers bâtiments), le ciel était toujours menaçant et lorsque j'ai quitté la route du col d'Aspin pour celle de la Hourquette d'Ancizan, d'un seul coup le ciel s'est dégagé laissant apparaître un magnifique temps ! Quelle chance !!

La route est en léger faux plat pendant la traversée du plateau de Payolle. Juste après être passé devant un troupeau de chevaux, je suis arrivé au pied de la suite de l'ascension à 8,6 km du sommet sous un ciel bleu. Et c'est donc parti pour cette sublime ascension qui est une des plus belles de toutes dans le coin pour les paysages !

 

A Payolle juste avant de tourner à droite en direction de la Hourquette :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 008

 

Vue sur la carrière de marbre et la route du col d'Aspin, le ciel commence à se dégager :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 009

 

Traversée du plateau de Payolle :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 011

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 012

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 013

 

C'est parti ça commence à remonter !!

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 016

 

Le début se fait sur une pente supérieure à 7% assez irrégulière avec des passages à 10% et d'autres plus faibles. Il commençait à faire sacrément chaud d'un seul coup mais je n'avais pas envie d'enlever ma veste thermique car à 4 km du sommet il y a un kilomètre de descente et il risque d'y faire frais.

J'ai donc continué comme ça et à ma grande surprise j'arrivais à rester sur mon 39-25 sans trop de soucis. Je m'attendais à flancher et à devoir me mettre à mouliner tôt ou tard mais les kilomètres passant, j'étais de mieux en mieux sur ce braquet. J'avais en point de mire un groupe de cyclo plusieurs centaines de mètres devant moi.

Je prenais des photos tout en grimpant tellement c'était magnifique et inespéré d'être sous ce ciel bleu pour la montée alors que j'étais sous un ciel menaçant jusque là.

C'est un vrai coin de paradis qui subjugue toujours autant à chaque fois que j'y vais.

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 017

 

A un moment la route est en ligne droite et ne donne pas l'impression de grimper alors que les pourcentages montent jusqu'à 12%. Là je me suis bien employer pour tirer mon 39-25 mais juste après il y a le fameux virage à gauche qui donne l'impression d'être plus raide alors que la rampe qui suit est plus facile et ensuite on débouche sur le kilomètre de descente à 6,5% qui va mener dans la dernière partie, la plus belle !

 

Juste sublime le paysage, la partie devant moi se cabre progressivement pour être jusqu'à 12% (on dirait pas) juste avant le virage à gauche que l'on devine :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 021

 

Dans la descente, je suis descendu en roue libre à 55 km/h jusqu'aux différents virages serrés qui obligent à freiner et de ne pas profiter de l'élan pour reprendre l'ascension. Mais il y a tellement à voir qu'on ne sent plus la pente. Après un bon passage à 9% on se retrouve en vue du sommet à 2,5 km. On traverse un plateau sur un replat de 500m là où se trouvent les habituels ânes et ensuite la pente reprend pour les deux derniers kilomètres dans lesquels il y a plus de lacets. C'est là que j'ai commencé à dépasser un à un les cyclistes du groupe que je voyais loin devant moi en quittant Payolle (ils m'avaient repris du temps dans le kilomètre en descente^^).

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 023

 

Dans la vallée ils sont sous les nuages :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 024

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 025

 

A moins de 2 km du sommet :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 029

 

Plus l'ascension défilait et plus je me sentais bien. Le soleil était superbe et j'avais la vue sur la mer de nuages car en bas dans la vallée ils étaient toujours sous les nuages !

C'était juste un moment de pur plaisir cette ascension. Le dernier kilomètre est indiqué à 8% mais les 700 premiers mètres de ce kilomètre sont raides avec un pic à 11% tandis que les 300 derniers sont presque plats. Ces 700m sont le moment le plus difficile de l'ascension car on voit le sommet juste là et ça fait encore travailler les jambes^^ Sur tout le dernier kilomètre j'ai continué de rattraper et de dépasser quelques cyclos.

Quel plaisir d'arriver au sommet pas fatigué, sans fringale sur 39-25 alors que je ne suis pas très en forme ! En plus j'ai eu droit au soleil et la superbe vue au sommet sur la mer de nuages des deux côtés^^

Des ascensions comme ça j'en veux tous les jours si possible:D

 

J'ai demandé à un autre cyclo de me prendre en photo puis je l'ai également pris en photo. J'ai profité du paysage avec la belle vue sur le Pic du Midi.

 

Au sommet, vue sur le Pic du Midi plein centre :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 032

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 035

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 037

 

Mer de nuages côté Arreau :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 040

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 042

 

Alors que j'étais au sommet, d'un seul coup un fort vent de nord s'est mis à souffler, la température a chuté très rapidement alors qu'il faisait 21°C.

Je suis vite reparti et après 500m de descente je me suis arrêté pour prendre d'autres photos (hé oui c'était très beau^^). Et là je vois tous els nuages de la vallée qui remontent et le sommet de la Hourquette qui se retrouve dans les nuages alors que 1 minute avant j'étais encore au soleil au pied du panneau. Me voilà donc parti pour la suite de la descente.

 

Le sommet qui disparait dans les nuages alors que je viens de partir :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 046

 

Juste avant le kilomètre à remonter à 6,5%, je me suis arrêté pour caresser les ânes qui étaient juste là. Puis j'ai attaqué la remontée, pas de soucis pour les jambes. Et ensuite j'ai continué la suite de la descente.

Et là en fait les nuages qui revenaient par dessus les sommets alentours étaient en train de baisser en même temps que je descendais, ce qui faisait que j'étais seulement quelques mètres sous le plafond nuageux qui baissait mais vu que je perdais aussi de l'altitude, je n'étais donc pas dans le brouillard. C'était vraiment une sensation étrange.

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 047

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 048

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 049

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 052

 

Dans le kilomètre de remontée, photo prise en vol sur ma droite légèrement derrière moi :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 055

 

Juste après la remontée, c'est reparti pour la suite de la descente (avec la partie à 12% qu'on voit sur le lacet en bas), je vais éviter de rouler dans le brouillard de justesse :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 056

 

J'ai fait une belle descente. Quand je voyais tous les cyclistes que je croisais et qui grimpaient sous les nuages et allaient dans le brouillard, j'étais bien content d'avoir eu le soleil !

Quand je suis arrivé sur Payolle, j'ai fait le détour sur les quelques centaines de mètres de caillasse pour aller voir le lac de Payolle. D'ailleurs sur la photo du lac on voit bien à quel point les nuages sont bas.

 

Le lac de Payolle :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 058

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 061

 

Alors que j'étais gelé sur le début de la descente en quittant la Hourquette, là ça allait mieux une fois Payolle passé.

A ma grande surprise et satisfaction, à Payolle le vent ne soufflait plus et j'ai pu continuer de descendre tranquillement jusqu'à Sainte Marie de Campan.

Là, l'absence de vent s'est confirmée et j'ai apprécié. Me voilà en train de pédaler dans la vallée pour rentrer.

Vu qu'au sommet je ne m'étais pas ravitaillé, je m'attendais à commencer à avoir faim tôt ou tard. Et pourtant tout va aller pour le mieux. Une fois Bagnères passé, le vent s'est de nouveau levé, un vent de nord donc de face mais qui restait modéré, ouf !

 

Deux sorties en montagnes en deux jours avec des ascensions au soleil mais sans avoir pu voir une seule fois les montagnes depuis la plaine :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 062

 

Alors que j'approchais de la maison, je me suis dit que ce serait cool de passer les 100 km pour cette sortie. Or l'aller retour de chez mes parents à la Hourquette d'Ancizan fait 95 km. Du coup je cherchais à faire un détour pour faire les 5 km supplémentaires. Et c'est donc à même pas 500m de la maison que j'ai pris un chemin très étroit et que je savais très raide pour monter sur les côteaux de Barbazan-Debat avant de rouler sur la crête et redescendre de l'autre côté, ce détour fait pile 5 km.

Et me voilà donc parti pour monter sur les coteaux. Une côte super raide !! 1 km à 13% de moyenne avec un pic à 16% puis 500m à 9% pour déboucher en haut.

Le chemin est couvert de gravillons. Sur les forts pourcentages (que je connaissais) je me demandais ce qui m'avait pris alors que j'aurais gentimment pu faire un détour de 5 km sur du plat^^ Les jambes ont bien tiré dans la partie raide mais sitôt revenu sur du 9% ça allait de suite mieux. J'ai continué sur la crête pendant 1,5 km de montées et descentes successives puis ensuite une belle descente de 1 km et 1 km avec une petite côte et une descente pour rejoindre la maison avec 100 km au compteur.

 

Voilà une excellente sortie qui fait du bien au moral ! 100 km et 1650 m de D+ avec les paysages sublimes de la Hourquette d'Ancizan et surtout la chance d'avoir pu faire l'ascension au soleil sur les 9 derniers kilomètres !! Par ailleurs j'ai pu tenir sans trop de problème le 39-25 et les 110 km de la veille avec l'ascension du col de Tramassel n'ont pas du tout pesé dans les jambes.

A noter aussi que sur les 100 km je n'ai mangé qu'une seule pâte de fruit juste avant l'ascension. La veille j'avais bu mon bidon de grenadine ainsi qu'une petite bouteille d'eau, là je n'avais même pas fini mon bidon de grenadine.

 

Cette sortie n'a fait qu'amplifier ma motivation pour enchainer le lendemain sur une 3e sortie mais le week end passant, j'avais aussi beaucoup d'autres choses à faire, j'ai donc annulé l'enchainement d'une 3e sortie d'affilé...

 

Vivement la prochaine sortie pyrénéenne !!

Partager cet article
Repost0

Mon Blog

  • : Ascensions de grands cols en vélo - cyclotourisme en montagne
  • : Dans ce blog je décris mes ascensions de grands cols en vélo, je mets les profils des cols et je fais part de ma passion du vélo en montagne et de mon expérience.
  • Contact

Qui-Suis-Je?

  • Idris Raossanaly
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!

Compteur kilométrique 2015

 

Au 20 janvier 2015
Kilométrage total   260 km
Vélo urbain   20 km
Vélo en montagne

  209 km

Sorties plates   31 km
Dénivelé positif   3200 m
Mois en cours   260 km

 

Visiteurs uniques

Rechercher

 

photos col de la Pierre Saint Martin le 17 octobre 2009 013

 

 

P1010407

 

 

photos col du Soulor et col des Bordères le 26 av-copie-1

 

 

P1010361.jpg

 

 

photos col du Tourmalet le 12 juin 2010 021

 

 

P1010327

Divers liens

Si vous aimez la littérature et l'écriture, je vous encourage à visiter régulièrement ce site, très bien fait par une personne très sympathique (passionnée de vélo aussi), qui rédige régulièrement des nouvelles :

 

http://richardpatrosso.typepad.com/dndr/