Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 20:15

Voici une bien belle histoire que ce voyage. Il s'agit du projet Solidream , l'histoire d'un voyage autour du monde entre amis d'enfance.

Faire des rêves une réalité et affronter tous les imprévus et obstacles ensemble. Voilà de quoi rêver !

Pendant 3 ans, ils ont parcouru la planète en vélo, sur plus de 54 000 km, ramenant dans leurs souvenirs des paysages à couper le souffle !

Voici d'ailleurs la bande annonce de leur film.

Leur page facebook pour en savoir plus :

https://www.facebook.com/solidream

Et leur site internet :

http://breakers.fr/solidream-10

Régalez vous !!

Repost 0
Published by Idris Raossanaly
commenter cet article
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 11:44

Bonjour,

 

 

 

Voilà un article que j'attendais de mettre depuis quelques temps, le temps de tout finaliser. La plateforme overblog ne me convenant plus vraiment, j'ai décidé de changer de plateforme et d'hébergeur.

 

Le blog Velomontagne va donc continuer sur

 

 

 

http://www.velomontagne.fr/

 

 

 

Tous les articles présents ici et concernant les sorties ou les descriptions des ascensions, ont été transférés sur le nouveau site et vous les retrouverez. Je continuerai de mettre les articles au fur et à mesure sur le nouveau site.

Cependant, certains liens présents dans les articles transférés pointent encore vers ici sur la version overblog. Je les modifierai petit à petit.

 

Le nouveau site dispose d'une meilleure présentation et de plus de possibilités de pesonnalisation. Cela va me permettre de me détacher d'overblog dont je n'aimais pas trop les récentes évolutions.

Le blog ici vient de passer sur la nouvelle version d'overblog qui n'est plus très personnalisable et que je trouve de moins en moins joli si je garde le même thème de base...

 

A très bientôt sur la nouvelle version (dès que la météo le permettra ce sera la reprise des sorties et ça ne devrait pas tarder du tout).

 

 

Idris

Repost 0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 17:15

Le Pas de Peyrol défend fièrement son titre de plus haut col routier du Massif Central, mais n'en déplaise à certains, face au col de l'Iseran plus haut col routier des Alpes ou au col du Tourmalet plus haut col routier des Pyrénées françaises, il paraît un peu faiblard malgré ses quelques pourcentages renversants. La difficulté du Pas de Peyrol vient surtout du fait que dans le Massif Central, il n'y a aucun répit entre les ascensions, ce qui permet de faire des sorties longues, casses pattes avec du dénivelé. Par ailleurs les paysages de la région sont magnifiques et tout aussi beau (mais dans un registre différent) que les paysages des Alpes et des Pyrénées.

Depuis que le Puy de Dôme n'est plus accessible aux cyclistes, le Pas de Peyrol fait figure d'épouvantail en Auvergne et dans le Cantal (15).

Il a vu passer le Tour de France à seulement 9 reprises, ce qui est vraiment peu. Heureusement des grimpeurs tels que Bahamontes (1963) ou Van Impe (1975 et 1983) lui ont fait honneur. Plus récemment on peut citer le grand raid de Virenque en 2004 qui a décramponné Axel Merckx sur les pentes du Pas de Peyrol. Dernièrement c'est Voeckler qui y est passé en tête en 2011 dans une étape marquée par la fameuse chute de Hoogerland et Flecha dans les barbelés, bien aidés par une voiture.

 

A l'ombre du Puy Mary (1783m) et du haut de ses 1588m d'altitude, le Pas de Peyrol offre 5 ascensions différentes pour rallier son sommet.

 

En voici les détails (à peu de choses près) :

  • par Murat avec l'ascension du col d'Entremont (1210m) avant de rejoindre Dienne. 22,5 km à partir de Murat, 12,4 km à 4,3 % à partir de Dienne (final de 1,75 km à 9,4 %, max 13%).

  • par Cheylade pour 16,8 km à 3,6% qui rejoint l'itinéraire précédent au col de Serre (1364m) à environ 3 km du sommet.

  • par Saint Julien de Jordanne sur une pente régulière de 14,5 km à 4,8 %.

  • par Salers par le col de Néronne (1242m) pour une ascension de 20,5 km à 3,1 % avec un final terrible (2 km à plus de 13%).

  • par Falgoux pour 11 km à 6% et le même final que par le versant de Salers.

 

Pour ma part, j'ai eu l'occasion de lui rendre une petite visite en juillet 2014 en partant de Murat, petite ville perdue en plein cœur du Cantal. A partir de là, l'ascension se fait en deux temps. En effet, les 10 premiers kilomètres sont consacrés à la montée puis la descente du col d'Entremont (1210m). En quittant Murat, la route est en excellent état et la montée se fait sur des pentes à 7% pendant 2 km sur une double voie. Heureusement c'est large sans trop de circulation ce qui est plutôt agréable en vélo. Après cette entrée en matière, on continue sur une faible pente pendant 3 km avant d'atteindre le col d'Entremont.

 

Au départ de Murat :

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 005

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 006

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 007

 

Dans la montée du col d'Entremont :

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 008

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 011

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 013

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 014

 

A partir de là, on a le Puy Mary en visuel, motivant et très beau ! La descente qui suit est assez sympa et pas trop raide, elle se fait sur 5 km. Attention, à bien penser tourner à gauche après 3 km, en direction de Dienne ! C'est là que se termine la descente et que commence la deuxième partie de l'ascension avec 12,4 km restant à 4,3% pour accéder au Pas de Peyrol. La route va suivre la tristement nommée Route des Fromages AOP d'Auvergne (hélas).

Les 4 premiers kilomètres en quittant Dienne, ne dépassent pas les 4% et permettent de monter tranquillement.

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 015

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 016

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 017

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 019

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 020

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 021

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 022

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 023

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 024

 

Pendant les 3 km suivant, la pente va passer plutôt entre 5 et 7% avec un pic plus raide à 10% à la sortie de Lavigerie (encore un endroit perdu).

Quelques vaches (des Salers pour la plupart) agrémentent la montée. Le coin est vraiment agréable et tranquille, quant aux paysages, sans être extraordinaires ils sont reposants.

Petit répit de 2 km à moins de 5% ensuite. C'est sur cette partie que l'on passe juste en contrebas du col de Serre (1364m) d'où arrive la route qui part de Cheylade.

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 027

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 028

 

Au col de Serre :

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 029

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 030

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 033

 

En revenant du col de Serre, on voit la bifurcation de la route qui va au Pas de Peyrol (à droite en contrebas) tandis qu'on vient de Murat en face :

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 038

 

Juste après la bifurcation, les choses sérieuses commencent (enfin et pas pour longtemps en plus) pour les 3 derniers kilomètres qui se feront au dessus de 8%.

A la sortie du hameau Les Burons, un panneau indique qu'il reste 1,750 km à 9,42% pour un dénivelé de 165m.

Et effectivement, ça se fait sentir. La route passe au col d'Eylac (1460m) et on arrive à la fameuse épingle à 180° entre 13 et 15% d'où on prend une claque avec la beauté du paysage. La route continue en balcon sur des pentes à 13% avant de repasser entre 9 et 10%, le paysage à perte de vue est magnifique !

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 039

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 042

 

Le Puy Mary à gauche et le sommet du Pas de Peyrol juste à sa droite au centre de la photo :

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 043

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 045

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 046

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 047

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 048

 

Juste après la fameuse épingle très raide, la route en balcon est somptueuse :

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 050

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 051

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 053

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 054

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 055

 

Au sommet du Pas de Peyrol :

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 056

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 057

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 058

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 059

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 061

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 062

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 067

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 068

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 069

 

Photos Pas de Peyrol le 3 juillet 2014 070

 

Le final est vraiment somptueux. Cependant il lui manque quelques kilomètres et quelques pourcentages sur la première partie pour qu'il offre une ascension aussi redoutée que certaines dans les Alpes et les Pyrénées. Dommage que le Puy de Dôme ne soit plus accessible aux cyclistes car il avait fière allure dans le milieu du cyclisme pour mettre en valeur l'Auvergne et le Massif Central.

Repost 0
Published by Idris Raossanaly - dans description de cols
commenter cet article
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 12:54

Après la douceur du début du mois de janvier, le temps se dégrade de plus en plus et il devient un peu plus difficile de trouver le moment pour aller pédaler.

Pour ce dimanche 18 janvier, le temps n'est pas véritablement engageant. Les nuages sont très menaçant mais d'après la météo ça devrait tenir. Il ne fait pas archi froid non plus, j'ai décidé d'aller pédaler.

Etant donné que la veille il a neigé assez bas en altitude, je ne comptais pas du tout aller en haute montagne. J'avais dans le viseur d'aller faire une boucle dans la vallée de Castelloubon dans le Lavedan. Il s'agit de cette zone située entre la vallée de l'Adour (allant à Bagnères de Bigorre) et la vallée des Gaves (allant à Lourdes). Cet endroit présente un relief assez similaire à celui des Baronnies (à l'Est de Bagnères de Bigorre), c'est à dire une succession de côtes assez raides sur des routes étroites et forestières pour beaucoup, dans un endroit encaissé et très sauvage dans lequel se situe un dédale de petites routes perdues.

Il s'agit d'une zone dans laquelle je ne suis plus allé depuis plusieurs années. J'y avais fait une sortie en allant au col de la Croix Blanche. Par ailleurs quand j'étais petit et que nous habitions dans le coin, j'y pédalais quelques fois.

J'avais envie d'y aller car les montées ne vont pas excessivement haut en altitude (bien que je verrai que j'arriverai à 1000m d'altitude quand même). Par ailleurs la situation de l'endroit fait que l'on alterne les beaux points de vues, tantôt sur la plaine au nord, tantôt sur les montagnes et notamment le Montaigu dont on est tout près au sud.

 

Bref, un endroit idéal pour pédaler en hiver sans aller trop haut, avec des montées et des beaux points de vue. Ça faisait plusieurs hivers que je souhaitais y aller, voilà l'occasion.

 

Je connais un petit peu l'endroit et j'ai pris mes précautions en décidant de ne pas prendre le vélo de route car les routes sont en très mauvais état et pour certaines défoncées et couvertes de gravillons. J'ai donc opté pour la randonneuse, le Ridgeback. Je connais les villages qui sont dans ce coin là mais par contre pour ce qui est des montées je n'en ai plus vraiment de souvenirs, ce sera la redécouverte !

J'avais repéré le parcours sur ma carte routière et noté que j'avais quelques côtes assez raides, soit j'avais les jambes pour faire une boucle là dedans et si jamais je n'avais pas les jambes, une fois arrivé au col de Lingous, tout près de la vallée des Gaves, je descendrai par ce côté pour rentrer par la plaine en passant par Lourdes, ça ferait un détour mais en évitant le dénivelé du retour.

 

Je me suis levé assez tard et après plusieurs hésitations j'ai décidé de partir. Il était pratiquement 11h du matin... 7°C, ciel très menaçant, vent frais, je me demande encore comment j'ai fait pour être motivé pour aller pédaler. En plus partir à cette heure-ci, c'était faire une croix sur le déjeuner.

 

C'est parti, pas très beau mais ça tient :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (1)

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (6)

 

Fidèles au poste :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (11)

 

Il n'y avait pas grand monde sur les routes. Les 7°C étaient supportables, ouf, c'est déjà un point positif. Je me suis arrêté pour caresser les ânes au point de vue habituel sur les Pyrénées puis j'ai continué ma route en remontant la vallée en direction de Bagnères. Le vent soufflait de face et j'étais un peu scotché.

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (15)

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (17)

 

Un peu avant Bagnères, j'ai bifurqué plein Est pour rejoindre Trébons, où j'ai habité pendant 3 ans pendant les années de collège, pour rejoindre les premières montées. Premier objectif, grimper à l'hôpital du Montaigu pour rejoindre Neuilh.

Un hôpital dans ce coin perdu et dans une montée pareille, ça peut faire sourire, mais en fait il s'agit d'une maison de convalescence et le moins qu'on puisse dire c'est que les gens qui y sont, ils ont quand même une vue splendide sur le Montaigu^^

Pour y accéder, c'est une montée de 2 km à 8,5%. C'est la première vraie montée de la sortie. Ça passe bien pour les jambes. Selon les virages, je pouvais profiter de la vue sur le Montaigu. Bien sympa.

 

Belle vue sur le Montaigu depuis la montée (le Pic du Midi est à gauche) :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (21)

 

Avec un léger zoom :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (23)

 

Une fois l'hôpital passé ça devient un peu plus plat et on aborde la succession de collines et de villages. Après une première intersection je prends une petite route qui se remet à grimper jusqu'à Neuilh. De là, je continue pour rejoindre une petite route en balcon qui m'amène à Ossun Ez Angles d'où la vue sur la plaine est sympa.

 

Vue sur la plaine :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (44)

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (45)

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (54)

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (57)

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (61)

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (63)

 

Je continue d'avancer et de monter progressivement aux alentours de 700m d'altitude. Les premières neiges sur le bord de la route sont à cette altitude. La route est en courbe et permet de changer d'orientation de telle sorte qu'on débouche plein sud avec une vue sublime sur le Montaigu que l'on voit sous un autre angle. La luminosité particulière et la blancheur de la neige donne encore plus d'éclat et de beauté menaçante (si si) au moment.

 

Plein sud avec le Montaigu devant :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (67)

 

Avec le zoom, magifique :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (71)

 

On voit l'antenne de l'observatoire du Pic du Midi qui dépasse à gauche :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (77)

 

Encore une montée aux alentours de 10% avec un pic à 14% avant d'arriver sur une autre colline. Les jambes commencent à être dans le rythme. A partir de là on attaque une descente de 3 bons kilomètres assez raide, étroite et vertigineuse par endroit avec de sacrés ravins qui donnent une impression d'altitude. Une descente qui aboutit au col de Lingous à 575m d'altitude.

 

Au col de Lingous :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (82)

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (83)

 

A cet endroit j'ai la possibilité de rejoindre Lourdes assez facilement et rapidement. Je continue d'avancer sur un petit faux plat descendant et je passe à proximité de Cheust où j'avais noté que c'était un beau village. Et je décide d'y aller. A partir de là, ça va se corser sérieusement. La traversée du village se fait sur des pentes à 13% sur plusieurs centaines de mètres. La route me plait quand même, je décide de continuer vers Ourdis, ce coup-ci c'est 1,5 km à 13% avec un pic à 16%. Pour celle là j'ai passé le petit plateau, car ça commençait à devenir un poil difficile sur le 2e^^.

Léger replat à Ourdis avant que ça ne reprenne à 12% pour arriver à Cotdoussan que j'ai traversé sur des pentes à 7%. Le coin était assez sympa, très encaissé, mais j'aimais bien.

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (85)

 

ça va piquer dans les jambes, ça va grimper à 14% sur pas mal de temps (sachant que je suis déjà sur du 9% au moment où je prends la photo) :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (87)

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (89)

 

Alors que je me demandais où j'allais déboucher car sur ma carte j'avais vu qu'il n'y avait plus de route marquée après ce village, je suis arrivé à la sortie du village où une route forestière partait en grimpant avec un petit panneau indiquant le village de Germs sur l'Oussouet.

Ce village, j'y suis déjà passé par le passé, il se trouve au sommet d'une colline assez haute dans la zone. Une fois en haut il n'y a plus qu'à se laisser descendre sur le col de la Croix Blanche pour ensuite rejoindre Neuilh puis quelques kilomètres plus loin, la vallée de l'Adour. En gros voilà la route qui me permettrait de faire la boucle. Seul petit soucis je ne savais pas à quelle altitude est Germs sur l'Oussouet. Mais je me suis dit que ça ne devait pas dépasser de beaucoup les 800m. Et me voilà parti sur cette route forestière même pas indiquée sur ma carte.

Direct on passe à 13% avec de nombreux passages à 14 et 15%. La route est étroite. Seul point positif d'être paumé tout seul dans cet endroit c'est qu'il n'y a pas de voiture, je peux donc choisir mes trajectoires sans le moindre soucis.

 

Après quelques mètres, Cotdoussan parait déjà bien bas derrière moi :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (95)

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (101)

 

La vue est assez sympa sur les collines autour de moi. La route continue de grimper et les centaines de mètres deviennent des kilomètres et cette pente qui ne faiblit pas et qui ne repasse pas en dessous des 12% quand elle n'est pas à 13... La neige se fait de plus en plus épaisse sur les bords. Je commence à douter de l'altitude du village.

A un moment il y a un léger replat. Je m'arrête pour regarder ma carte. Aucune route n'est indiquée mais ça ne me semble pas super loin. Je repars et bim direct sur du 14% avant de bouffer un lacet à l'arraché où mon compteur affiche 17% sur plusieurs dizaines de mètres !! En contrebas les villages que j'ai traversés sont minuscules quant à la route devant moi, elle donne l'impression d'être en haute montagne avec cette neige. Depuis pas mal de temps j'apprécie quand la pente « redescend » à 12% ça paraît bien moins dur^^ Je prends toujours de l'altitude et je commençais à me dire que moi qui ne voulais pas aller trop haut, j'étais servi finalement. Et après encore plusieurs minutes, surprise, la pente passe à 10% ! Que ça fait du bien. Et en plus je croise un couple qui se balade à pied ! Si c'est pas génial ça !^^  Je leur demande si je suis bien sur la route de Germs sur l'Oussouet et il me le confirme. Ils sont partis à pied du village il y a 35min, je n'en ai plus pour longtemps en vélo ! Ouf !

 

17% :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (103)

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (105)

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (106)

 

Moi qui ne voulais pas aller rop haut^^ :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (108)

 

Je viens de tout en bas :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (110)

 

Heureusement de temps en temps il y a une vue sympa malgré le ciel toujours menaçant :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (115)

 

La pente est progressivement moins raide jusqu'à être à 8%. Par contre l'état de la sorte de route empire et je me retrouve dans de la gadoue mélangée à de la neige. Ça patine et ça glisse... Petit regard sur ma gauche avec vue sur la plaine pour se motiver et ça passe.

 

ça va patiner :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (117)

 

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (119)

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (121)

 

Passage d'une barrière canadienne à 1000m d'altitude et je retrouve une route goudronnée, ça y est la montée est faite et je reconnais de nouveau le coin. Petite descente pour rejoindre ce fichu village à 900m. De nouveau une montée à 9% sur quelques centaines de mètres pour accéder sur la crête et avoir un superbe panorama à 180°. De gauche à droite, je pouvais voir Lourdes, l'aéroport, Tarbes et les Baronnies (Bagnères étant masqué par une colline).

 

Enfin la route goudronnée, ouf fin de la montée :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (123)

 

Germs sur l'Oussouet que j'ai traversé (je suis arrivé d'en face) :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (125)

 

ça remonte :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (129)

 

Sur la crête, vue imprenable :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (133)

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (141)

 

Lourdes :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (143)

 

L'aéroport :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (136)

 

Tarbes :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (142)

 

Magnifique !

J'ai enchainé avec la descente assez raide pour rejoindre le col de la Croix Blanche à 840m. Là j'ai croisé 2 cyclo, les premiers que j'ai vu de la sortie ! J'ai un peu profité de la vue sur le Montaigu et j'ai repris la descente raide en direction de Neuilh où j'ai retrouvé la route qui ramène à l'hôpital du Montaigu pour continuer la descente.

 

Au col de la Croix Blanche, vue sur le Montaigu :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (150)

 

Le col :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (151)

 

La croix :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (154)

 

Une fois là, je commençais à penser au repas que je mangerai en rentrant (il ne faut pas perdre de vue les choses importantes quand même!!^^). C'est là que je me suis rendu compte que je n'avais rien mangé ni bu de toute la sortie. Les deux petites tartines de miel en guise de petit déj furent efficaces je crois^^

Une fois que j'ai rejoint Trébons puis Ordizan, j'ai repris la route habituelle dans la vallée de l'Adour pour rentrer.

J'étais plutôt content de cette sortie. J'ai pu bouffer à plusieurs reprises et sur des bonnes distances des pourcentages élevés et notamment cette montée sur Germs avec ses 17%, elle m'a paru longue mais je savais bien que j'arriverai en haut un jour ou l'autre^^. J'ai pu profiter des points de vue que je m'étais notés, je n'ai pas eu de pluie et les 7°C tout le long de la sortie ont été supportables.

 

Moi qui avais prévu une petite sortie de 2h, je suis rentré plus tard que prévu mais même pas de fringale ni de sensation de soif.

 

Au final 63 km et 1000m de D+. Le mauvais temps peut arriver maintenant, je ne serai pas trop en manque de vélo.

Après une sortie en vélo de route puis une autre en VTT ce mois-ci, celle-ci avec le Ridgeback est dans la continuité^^

 

Dans la vallée au retour :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (157)

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (159)

 

Petit regard en arrière :

 

Neuilh, col de Lingous, Germs sur l'oussouet 001 (163)

Repost 0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 12:24

C'est avec un petit peu de retard que je fais l'article sur la sortie de samedi dernier.

Le soleil est au beau fixe sur les Pyrénées depuis plusieurs jours et les températures remontent. Pour ce samedi 10 janvier, je n'avais pas trop envie de partir pour la journée complète et j'ai donc décidé de faire une sortie avec le VTT. La première sortie VTT sur velomontagne ! Jusque là c'est surtout mon père qui se sert du VTT pour se déplacer en ville.

 

Un jour j'irai dans le fond des vallées avec le VTT. Mais ce sera probablement en plein été quand je je serai en forme pour me bouffer toute la vallée suivie d'une grosses ascension. Faudra bien que je lui fasse découvrir le col d'Aspin au petit nouveau !^^

Pour l'heure j'ai prévu une sortie sur les chemins aux alentours de Bagnères. Plus tôt dans la semaine, je suis allé faire une petite rando du côté de la Vierge du Bédat et du Mont Olivet, un chemin que j'ai fait pas mal de fois quand j'étais petit^^ J'en ai profité pour faire du repérage en vue d'une sortie en VTT car le chemin est accessible aux VTT.

 

Le chemin jusqu'à la Vierge du Bédat en venant direct de Bagnères est assez ardu en VTT du coup j'ai décidé de passer par l'autre côté à savoir d'abord le col du Mont Olivet puis de rejoindre le col du Bédat avant de monter à la table d'orientation qui est à quelques centaines de mètres de la Vierge du Bédat d'où j'avais prévu de descendre sur la Croix de Manse pour reprendre la route qui me ferait revenir à Bagnères. Le plus beau panorama se trouve à la table d'orientation.

 

Bref, je suis parti sur les coups de...9h30. Bien tard faut dire.

Il faisait assez froid au début sur les jambes (je n'avais pas mis mes jambières) mais très vite les températures sont remontées et c'était un vrai plaisir de pédaler. J'étais plutôt en jambes dans la vallée jusqu'à Bagnères. J'allais un peu moins vite que si j'avais le vélo de route mais le rythme était bon. J'ai grandement apprécié le peu de circulation (très surprenant par ailleurs), ça tranchait vraiment avec la sortie au col de Couraduque quelques jours plus tôt...

 

Magnifique :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (2)

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (5)

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (8)

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (15)

 

Une fois à Bagnères j'ai entrepris de traverser la ville pour rejoindre les thermes, lieu de départ des sentiers de ce côté-ci. Je me suis retrouvé coincé au milieu des voitures bloquées par un rassemblement en hommage aux victimes de Charlie Hebdo. De ce fait, le centre-ville était bouclé et pour rejoindre l'autre côté de la ville, je n'avais pas d'autre choix que de traverser....le marché... Pas le plus top à faire au milieu de tout ce monde.

Une fois de l'autre côté je suis arrivé aux thermes et j'ai enchainé direct avec le début de la montée, d'abord sur une route forestière défoncée et étroite avant que ça ne devienne le vrai sentier de rando. Premier objectif, monter au plateau Milon à plus de 700m d'altitude (727m d'après ma montre GPS). Il y a en gros 1 km à 17,5% pour y accéder. Sur le sentier dans les feuilles mortes et tout ça c'était bien sympa avec aussi pas mal de patinage des roues^^

J'étais tout seul sur le sentier, j'ai bien apprécié ce calme. Mais difficile de s'y reposer quand même vu la pente^^

 

A gauche toute :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (17)

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (19)

 

Bagnères en contrebas :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (22)

 

Une fois au plateau Milon, c'était déjà un bon palier de fait. De là, c'est de nouveau une route forestière défoncée qui mène au col du Mont Olivet après 700m à 10% qui paraissent bien faciles^^

 

Les panneaux qui sont là ont des altitudes erronnées dès le départ. Dommage.

 

Le col du Mont Olivet (785m) est donc la première ascension de mon VTT. A partir de là j'ai continué vers le col du Bédat (805m) pas très loin à seulement 450m. Sauf que pour y aller c'est un sentier de rando plein de cailloux et de grosses racines. Ce fut assez épique sur le VTTsurtout que j'étais pas habitué. Et les derniers mètres à plus de 20% dans les racines pour se hisser au niveau du col du Bédat, ce fut piquant^^

 

Final du col du Mont Olivet :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (29)

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (31)

 

Première ascension portant un nom pour le VTT, ça valait la photo :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (32)

 

Au col :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (33)

 

Dommage les erreurs d'altitude :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (39)

 

En direction du col du Bédat :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (40)

 

Les derniers mètres avant le col :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (41)

Au col du Bédat j'ai pu apprécier un petit peu la petite vue qu'il a ainsi que le calme et l'ambiance relax qu'il y a sous les arbres. Là je n'étais pas loin de la table d'orientation qui se trouve à un peu plus de 850m d'altitude. Cependant, pour l'avoir parcouru à pied quelques jours avant dans l'autre sens, je savais que c'était un sentier encore plus ardu quece que je venais de faire, étroit, raide et assez défoncé. Pour gagner du temps et ne pas me mettre dans une galère j'ai décidé de ne pas y aller et de suivre le chemin qui redescend du col du Bédat en direction de la Croix de Manse direct.

 

De toute façon j'aurais l'occasion d'y revenir par ici.

 

Au col du Bédat :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (43)

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (47)

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (49)

 

Ce chemin qui descend à la Croix de Manse est assez long et pas très pentu. Tant mieux pour moi, j'ai pu tester mes aptitudes pour la descente en VTT sans aller trop vite^^ Il y a plein d'endroits où j'ai dû m'arrêter pour passer mais il y en a d'autres où j'étais content de rester sur le vélo pour passer. Au milieu de cette caillasse, les dérapages et glissades de l'arrières durent nombreux^^ A un moment la vue est sympa sur le Monné avec en arrière plan le Pic du Midi qui apparait d'un côté et le Montaigu de l'autre.

Le sentier était un poil pénible tout de même car juste à droite presque collé au chemin, il y avait une clotûre qui s'est transformée ensuite en barbelé...

 

Direction la Croix de Manse :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (50)

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (51)

 

Le Montaigu commence à apparaitre :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (55)

 

Avec le zoom :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (56)

 

Le Monné au milieu et derrière le Pic du Midi à gauche et le Montaigu à droite :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (60)

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (65)

 

La Croix de Manse en bas (l'intersection) :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (73)

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (75)

 

Plus j'avançais et plus je commençais à regretter de pas avoir continuer vers la table d'orientation. C'est pas super top le sentier pour y accéder mais pas long non plus, dommage, une bonne raison de revenir^^

 

Après la fin du chemin super raide que j'ai faite à pied, j'ai rejoint la route goudronnée à la Croix de Manse (d'où partent pas mal de sentiers de rando et de VTT). Il s'agit également de la route du col du Couret que j'avais déjà emprunté par le passé.

 

Plus que quelques mètres :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (77)

 

On ne dirait pas sur la photo mais c'est super raide :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (80)

 

A la Croix de Manse :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (83)

 

Direction Bagnères :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (84)

 

Petit coup d'oeil sur la Vierge du Bédat :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (86)

 

Vue sur la vallée de Campan avant de rejoindre Bagnères :

 

Photos VTT Bédat Olivet 10 janvier 2015 (88)

 

De la Croix de Manse il reste un peu moins de 3 kilomètres assez raides (dont 2 entre 10 et 12%) pour rejoindre Bagnères.

 

De là il ne me restait plus que le retour à faire dans la plaine. Un retour sans histoire sous le soleil.

 

De quoi boucler la sortie assez vite et d'vaoir pu me dégourdir les jambes sur des chemins avec le VTT. 40 kilomètres pour cette sortie avec 550m de D+.

Repost 0
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 10:06

Solidarité avec Charlie Hebdo aujourd'hui.

Pouvoir tenir un blog sur un sujet quel qu'il soit est un luxe dont ne peuvent même pas rêver des millions de personnes à travers le monde qui vivent sous le joug de dictatures.

 

Cet article un peu spécial sur le blog aujourd'hui, c'est ma manière d'apporter une petite touche à la défense de la liberté d'expression, la base même d'une démocratie. C'est aussi une manière de rendre hommage à tous ceux qui sont morts au fil des siècles de l'Histoire de France, pour défendre les libertés et nous permettre de vivre aujourd'hui dans le Pays des Droits de l'Homme. Nous avons beau avoir des origines ancestrales différentes, probablement éloignées mais aujourd'hui nous sommes tous français, fiers de l'être et nous défendons les mêmes valeurs qui font de la France un pays envié à travers le monde. Nous avons tous un devoir de souvenir et de reconnaissance envers eux.

 

Quant à vous messieurs les terroristes, en vous attaquant à un journal, vous vous êtes attaqués à nous tous. Un jour ou l'autre vous allez devoir rendre des comptes. Et la prochaine fois qu'un journal ne vous plaît pas, faites comme les gens normaux : ne le lisez pas et achetez en un autre. Et si mon article ne vous plaît pas, allez voir du côté du col d'Aspin si j'y suis.

 

Pensées à ces personnes qui sont parties travailler un matin et qui ne rentreront jamais...

 

CH.jpg

Repost 0
Published by Idris Raossanaly - dans divers
commenter cet article
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 11:33

Depuis le début de l'année, c'est le soleil qui prédomine au pied des Pyrénées. Cependant, malgré un grand beau temps il a fait assez froid avec des gelées pendant plusieurs jours. Heureusement la température est remontée après une journée de pluie et maintenant le soleil est revenu. Cette journée du 5 janvier était idéale pour lancer les sorties en montagne pour cette année 2015 !

C'est un grand soleil qui est prévu avec des températures froides le matin mais douces l'après midi et presque pas de vent. Maintenant que les vacances sont terminées, j'espérais moins de voitures sur les routes.

Ces derniers mois, je suis souvent allé dans la vallée de Campan, là j'ai décidé de changer et d'aller dans la vallées des Gaves. Ce n'est pas la vallée que je préfère car elle est assez longue et la traversée de Lourdes ainsi que la partie avant n'est vraiment pas agréable avec la forte circulation. J'avais envie d'aller dans le Val d'Azun, au col du Soulor (1474m). Ces dernières années j'y suis allé plusieurs fois en hiver et c'était bien agréable ces paysages enneigés. La station de ski de fond du sommet fait que la route est dégagée.

En parallèle, depuis plusieurs jours il y avait aussi le col de Couraduque (1367m) qui me trottait dans la tête^^ Presque 5 ans et demi que je n'y suis plus retourné, la dernière fois c'était en octobre 2009 !! En terme d'ascension les deux cols sont équivalents, juste 500m de moins pour le col de Couraduque (6,5 km contre 7 km) avec un pourcentage moyen de 8% pour les deux. Leur début d'ascension sont espacés de seulement 3 km.

J'envisageais en priorité le col du Soulor mais je me laissais toute la vallée pour décider en fonction des jambes, du froid et de la motivation du moment.

J'avais le temps de décider car depuis la maison je suis à 46 km du pied du col de Couraduque et à 49 km du pied du col du Soulor.

Pour éviter de rouler dans un grand froid, j'ai décidé de partir assez tard, vers 10h du matin. J'ai pris dans mon sac, mes gros gants au cas où tandis que je suis parti avec mes gants longs que j'avais habituellement jusque là et qui sont moins chauds.

C'est donc vers 10h passé que je suis parti. Il faisait un temps splendide !

J'étais parti depuis seulement 1 kilomètre quand 3 chevreuils ont traversé la route juste devant moi et sont allés dans un champ à droite de la route. Ils étaient complètement à découvert et j'ai pu les voir courir pendant 2 bonnes minutes jusqu'à ce que la route bifurque.

 

Au début de la sortie, sous un grand soleil mais dans le froid :

 

DSCF7190

 

DSCF7192

 

La suite du trajet ne fut pas des plus agréables. Il y avait moins de voitures sur les routes que pendant les vacances, mais c'était des fous furieux. Il y en a énormément qui ne s'écartent pas, qui dépassent en plein virage...

Le bouquet ça a été à l'entrée de Lourdes où en 500m j'ai failli me prendre 3 voitures alors que je roulais sur la bande cyclable à 30 km/h. La première qui me dépasse et se rabat en pilant pour tourner à droite sur un parking. Voiture évitée de justesse en faisant un écart, heureusement qu'il n'y avait pas de voiture à ma gauche. La deuxième, un peu plus loin, c'était une voiture qui sortait d'un parking et qui roulait au ralenti le temps que je passe avant de s'engager sur la route...sauf que la voiture empiétait de plus en plus sur la bande cyclable et son pare-choc à touché légèrement ma roue arrière, ça a dérapé mais j'ai pu rattraper le vélo, heureusement qu'elle ne m'a pas touché au niveau du pédalier ou du dérailleur, je me serai probablement retrouvé au sol... Et la 3e voiture, à peine plus loin, en arrivant à un rond point où il y a un rétrécissement, elle a juste fait comme si j'existais pas, elle me frôle et se rabat sur moi en suivant le rétrécissement, là j'ai pilé pour l'éviter, j'étais parti pour me retrouver coincé entre la voiture et le trottoir.

Tout ça en seulement 500m... Inutile de dire que j'ai apprécié de rejoindre la voie verte après la traversée de Lourdes ! Environ 12 km tranquille entre Lourdes et Argelès sur cette voie verte. En plus il faisait assez froid car elle est au bord du Gave. Et il y avait de nombreux endroits encore gelés, mon compteur indiquait 1°C. Heureusement je savais qu'une fois à Argelès j'allais avoir plusieurs kilomètres à 8% qui permettront d'accéder à l'entrée du Val d'Azun et là c'est ensoleillé.

 

Sur la voie verte entre Lourdes et Argelès :

 

DSCF7197

 

DSCF7199

 

DSCF7200

 

Vue sur le massif du Hautacam :

 

DSCF7205

 

DSCF7207

 

DSCF7210

 

Une fois à Argelès, j'en étais à 37 km parcourus. Il me restait 9 km jusqu'à Aucun (pied du col de Couraduque) ou 12 km jusqu'à Arrens Marsous (pied du col du Soulor). Les 3 premiers kilomètres en quittant Argelès sont à 8%. J'étais content d'y être tout de même. Finalement j'ai vite senti que dans la montée j'étais plus en jambes que dans la vallée.

La température montait très vite et ça faisait du bien ! Après cette première montée, la route se poursuit sur des faux plats jusqu'à environ 850m d'altitude.

 

En quittant Argelès vers le Val d'Azun :

 

DSCF7211

 

Cependant j'en avais assez de voir et revoir des tas de voitures, du coup j'ai décidé d'aller au col de Couraduque pour m'épargner les 3 derniers kilomètres jusqu'à Arrens Marsous.

J'ai tourné à droite. Je me suis arrêté 30 secondes pour enlever mon écharpe et c'est parti pour les 6,5 kilomètres d'ascension à 8% de moyenne. C'était sympa ces retrouvailles après si longtemps. Le début en quittant Aucun est à 11% sur plusieurs centaines de mètres et nous met directement dans le bain. Le kilomètre suivant est à plus de 9%. Jusque là ça allait encore sur le 39x25. La vue était bien agréable sur la vallée.

Il y avait peu de voitures qui circulaient et ça rendait la montée agréable. En revanche cette ascension offre de la résistance. Je suis arrivé à un kilomètre indiqué à 5,5% qui est très casse patte avec des paries quasi plates et des bons passages à 10%. Ces changements de rythme m'ont d'un coup coupés les jambes, j'aurais préféré un kilomètre régulier à 8% plutôt que ça. Si bien qu'au kilomètre suivant quand j'ai vu devant moi une longue portion à 10%, j'ai décidé de me mettre à mouliner pour les 2,5 derniers kilomètres.

Je profitais de cette vue mais je prenais assez peu de photos en me disant que je m'arrêterai dans la descente pour en prendre plein.

A 2,5 km du sommet on aperçoit le restaurant qui s'y trouve en haut et on mesure ce qu'il reste à grimper. C'était beau à voir avec ces plaques de neiges pas tout à fait continues entre elles, ce ciel bleu et la route qui grimpe vers le sommet.

 

Dans l'ascension du col de Couraduque, vue vers Arrens, le pied du col du Soulor :

 

DSCF7214

 

DSCF7215

 

Magnifique :

 

DSCF7219

 

DSCF7221

 

DSCF7222

 

En arrivant au sommet, fallait voir la tête des skieurs qui prenaient un verre au bar^^

Les pistes de fond de la station de Couraduque étaient ouvertes et il y avait quand même pas mal de voitures sur le parking au sommet.

Je me suis arrêté quelques minutes au sommet pour manger une pâte de fruit et profiter du paysage. Il faisait 19°C au soleil en haut !!! Les 1°C de la voie verte paraissent loin^^

Il faisait tellement bon que je n'ai même pas eu besoin de remettre mon écharpe pour la descente, quant au K-way je l'avais oublié donc la question était réglée^^

 

Au sommet du col de Couraduque :

 

DSCF7225

 

DSCF7227

 

DSCF7230

 

DSCF7231

 

J'ai fait une belle descente, agréable et j'ai aussi oublié de m'arrêter pour prendre des photos. Tant pis. Une fois terminée, il me restait 46 km pour faire le retour... Un retour qui s'annonce long... Les 9 km pour rejoindre Argelès sont plutôt en descente notamment les 3 kilomètres à 8%. La vue était sympa et j'ai pris quelques photos.

 

DSCF7234

 

Une fois en bas, j'ai rejoint la voie verte et me voilà parti en direction de Lourdes. Petit regard sur le massif du Hautacam, bien sympa à voir.

Il y avait un peu plus de monde qu'à l'aller sur la voie verte, surtout des marcheurs et très peu de cyclistes. Certains endroits étaient encore gelés et il ne faisait plus que 10°C.

 

Sur la voie verte au retour :

 

DSCF7236

 

Alors que j'espérais un retour sans histoire, juste pénible, j'ai eu droit à un camion fou à Lourdes au même endroit qu'à l'aller, si je n'avais pas bondi sur ma droite en redémarrant d'un feu rouge en entendant un camion arriver lancé de derrière, pas sûr qu'il ne m'aurait pas touché. D'ailleurs la voiture qui suivait le camion l'a klaxonné...

J'avais déjà eu des grosses frayeurs sur des sorties à cause des voitures, mais là c'est la première fois qu'il y avait autant de cinglés à la fois...

Sur le reste du trajet, je commençais à ne plus avoir de jambes, la fatigue se faisait sentir et je commençais à rêver d'un bon repas^^

 

Bientôt la fin :

 

DSCF7244

 

L'aéroport :

 

DSCF7245

 

J'étais bien content de rentrer après cet interminable retour. Mais que l'ascension fut belle et agréable, ça valait le coup ! Et les chevreuils de bon matin c'était bien sympa à voir.

 

L'année 2015 est donc lancée ! 106 kilomètres et 1400m de D+.

Repost 0
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 13:49

C'est le moment de vous souhaiter à toutes et à tous une bonne année 2015!!! En premier lieu, je vous souhaite une bonne santé, ce qui permettra ensuite de réussir tout le reste qu'on peut souhaiter. Je vous souhaite, de la réussite dans les projets, de la joie et du bonheur et aussi du vélo (en espérant que ce soit en montagne^^).

 

Pour ma part, en 2015 je ne peux pas véritablement prévoir beaucoup de choses car comme les années précédentes cela dépendra de où je vais finir pour le travail, le Vaucluse en 2012, Albertville en 2013, le centre ouest de la France en 2014, suspense pour 2015^^

 

Le seul véritable souhait que j'ai pour 2015 c'est comme ça s'est fait en 2014, pas de chute en vélo et pas de visite aux urgences!

 

Bonne route et bon pédalage !

 

Photos Payolle le 21 décembre 2014 010

Repost 0
Published by Idris Raossanaly - dans divers
commenter cet article
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 13:52

L'année 2014 touche à sa fin. Avant de réveillonner et d'attaquer 2015, petit bilan kilométrique de cette année.

Contrairement à l'an passé où j'ai travaillé en Savoie, cette année le travail m'a conduit dans une zone sans trop de montagne et avec l'impossibilité de faire du vélo en semaine en raison des déplacements. De fait, je ne pouvais pédaler que les week end, et pour ce qui est de la montagne j'ai essayé de rejoindre les Pyrénées assez régulièrement pour pouvoir pédaler et garder la forme dans les montées. Mais bon, le train depuis Angoulême est un peu long.

Pour toutes ces raisons, le kilométrage de cette année 2014 est très inférieur à celui de 2013 (3350 cette année contre 5700 en 2013). Et du coup, la proportion de kilomètres parcourus en montagne sur mon total de l'année est 84% (12% pour les sorties plates - 386 km et seulement 4% pour le vélo urbain - 151 km...).

 

J'ai tout de même pu faire à peu près le même nombre de sorties en montagne (33 cette année contre 32 en 2013). C'est surtout grâce au mois d'août où j'ai eu 3 semaines de congés et pendant lesquelles j'ai pu pas mal pédaler. Rien que sur le mois d'août, j'ai parcouru plus du quart de mon kilométrage annuel...

Et au final, cette année j'ai parcouru 2814 km en montagne ce qui est légèrement plus que les 2658 de l'an passé alors que j'étais dans les Alpes, comme quoi avoir des congés dignent de ce nom c'est pas plus mal...

 

 













2014 Km total Km en montagne Nombre de sorties en montagne Dénivelé positif Distance moyenne par sortie en montagne % de km en montagne dans le mois % km total par rapport au total annuel % cumulé du km total

janvier 90 0 0 450 0,0
3% 3%

février 85 0 0 1200 0,0
3% 5%

mars 289 253 3 3900 84,3 88% 9% 14%

avril 224 140 2 2900 70,0 63% 7% 21%

mai 416 305 3 6400 101,7 73% 12% 33%

juin 220 220 2 4600 110,0 100% 7% 40%

juillet 309 296 5 6600 59,2 96% 9% 49%

août 862 810 9 20250 90,0 94% 26% 74%

septembre 310 280 3 5300 93,3 90% 9% 84%

octobre 110 110 1 1500 110,0 100% 3% 87%

novembre 270 270 3 5000 90,0 100% 8% 95%

décembre 166 130 2 2200 65,0 78% 5% 100%

Total 3351 2814 33 60300 85,3 84% 100%












 

Parmi mes plus belles sorties de l'année, il y a eu la première de l'année et ce n'est même pas en montagne ! En effet, j'ai mis à profit mon passage d'un mois à Lille en janvier pour le boulot pour aller découvrir les pavés du Nord et notamment le secteur du Carrefour de l'Arbre. J'ai pas eu le choix j'ai dû y aller en V'Lille (le collègue lillois du velib' parisien), en costard et chaussures de ville. J'ai réalisé un exploit car malgré la boue sur les pavés, j'ai réussi à ne pas me salir (en dehors des chaussures)^^.

 

La suite ça a été surtout des sorties pyrénéennes les week end où je rentrais. Quelques sorties dans le Cantal lorsque je suis allé travailler dans ce département quelques fois en juillet, et une semaine de vacances dans les Alpes pendant laquelle j'ai fait plus de 40h de train (dans 18 trains différents) et des belles sorties. Une semaine pendant laquelle malgré une mauvaise forme j'ai pu faire mes retrouvailles avec le col de la Madeleine avec un sac de 12 kg, puis j'ai pu faire de beaux enchainements du côté de Guillestre dans les Hautes Alpes. J'ai ainsi pu aller au col du Granon, au col d'Izoard deux fois (la Casse Déserte restera une de mes plus grandes sensations de l'année), au col de Vars trois fois, au col Agnel, à la station de Risoul et à la Cime de la Bonette, la plus haute route goudronnée de France. La dernière sortie du séjour fut bien sympa.

 

Le timing un peu foireux a fait que je me suis retrouvé en grande forme en revenant des Alpes avant que la fin de l'année soit un peu plus difficile au niveau de la forme.

 

Photos Guillestre 08-2014 162

 

En plus de la sortie sur les pavés et de quelques sorties dans les Alpes qui sont parmi mes plus belles, il y en a eu des très belles et bien sympa avec Seb de Keepthewave. Nous avons fait 3 sorties ensemble cette année, la première, sur les pentes du col du Tourmalet lors de la Montée du Géant, la suivante en juillet pour aller manger des crêpes et où accessoirement nous avons pédalé à la Hourquette d'Ancizan, au col de Peyresourde et au col d'Aspin, et enfin une dernière sortie en novembre pour faire découvrir à Seb, les trésors cachés des Baronnies de l'autre côté du col des Palomières. Des biens belles sorties et des excellents souvenirs !

 

La sortie où j'ai eu ma meilleure forme c'est sans aucun doute celle où je suis allé au col d'Aubisque après être rentré des Alpes, une journée superbe, des paysages sensationnels et des jambes qui tournaient toutes seules. C'était presque trop facile^^

 

Dans le genre bons souvenirs sans avoir forcément des bonnes jambes, il y a 3 sorties que je retiens. Celle du 24 mai, la première ascension du col du Tourmalet de l'année, où finalement, alors que je ne savais pas où en étaient les jambes, j'ai pu me hisser là haut sur 39x25 avant même les premiers beaux jours (qui ont bien tardé cette année). L'autre sortie c'est de nouveau une sortie avec l'ascension du col du Tourmalet, mais celle-ci c'est la 6e et dernière de l'année, qui s'est faite le 1er novembre par une journée de soleil et de chaleur exceptionnelle. C'est vraiment très rare de pouvoir y aller si tard dans l'année !! Et enfin la 3e sortie de cette catégorie, c'est celle du mois de mai où je suis allé au col de Tramassel au dessus d'Hautacam, une ascension que j'aime toujours autant alors que chaque année j'y vais sans avoir une grande forme. Le hasard fait que j'y vais une fois par an depuis 6 ans.

 

Et enfin la sortie qui me laisse le plus mauvais souvenir cette année, je dirais que c'est la dernière de l'année, celle du 21 décembre. Je voulais fêter mes 25 ans en allant au col d'Aspin mais le froid a eu raison de moi à Payolle, et encore j'ai fait demi tour bien trop tard je pense. Et le froid a rendu cette sortie très très très pénible, dommage^^

 

Pour ce qui est des ascensions que j'ai le plus souvent grimpées cette année, ce sont :

 

1- col d'Aspin (8) + 2 fois jusqu'à Payolle

2- col du Tourmalet (6)

3- col des Palomières (4)

 

Juste derrière, les ascensions que j'ai faites plusieurs fois ce sont le col de Vars (3), la Hourquette d'Ancizan (3) et le col d'Izoard (2).

 

En terme d'altitude j'ai pu profiter de la semaine à Guillestre pour aller assez haut et dépasser souvent les 2000m d'altitude (cime de la Bonette – 2802m, col Agnel – 2744m, col du Granon – 2413m, col d'Izoard – 2360m).

 

Un petit mot pour le col d'Aspin, cette année j'y suis allé à 8 reprises, la prochaine ascension sera la 36e ! Quant au col du Tourmalet, la prochaine sera la 20e ! Impossible de s'en lasser !

 

A noter que cette année, un nouveau venu est arrivé parmi mes vélos, il s'agit d'un VTT que j'ai gagné et qui me permettra d'aller sur des petits chemins tranquilles notamment cet hiver.

 

Et je ne peux pas terminer sans parler de la plus belle satisfaction de l'année, pour la première fois depuis 2009, je n'ai pas à aller aux urgences après une chute en vélo. Enfin la fin de la série après avoir visité les urgences de Pau, Auch, Tarbes et Albertville ces 4 dernières années.

 

Bref, une année bien remplie malgré le travail pas optimal pour le vélo. On verra où je vais me retrouver l'an prochain^^

 

Bon réveillon à tous ! (et pour les vœux pour l'année prochaine, on verra plus tard^^).

 

Idris

 

P1440030

Repost 0
Published by Idris Raossanaly - dans statistiques-bilan
commenter cet article
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 18:02

Gros changement à partir de ce week end. J'ai en effet terminé mon travail d'itinérant dans le Centre Ouest de la France. Un boulot qui m'aura fait pas mal vadrouiller au final. De ce fait, me voici revenu dans les Hautes Pyrénées pour la fin d'année en espérant retrouver le plus vite possible autre chose.

En attendant ce week end était idéal pour se reposer et repédaler un petit peu car depuis 6 semaines, soit depuis le 10 novembre, je n'ai fait que 50 km de vélo voilà deux semaines. Pas énorme... Le soleil était prévu de retour pour ce dimanche malgré une brume matinale qui pourrait durer un peu dans la matinée. J'étais quand même tenté d'aller pédaler. J'avais une autre motivation qui était celle de fêter mes 25 ans par une sortie en montagne.

La sortie se devait d'être courte afin que je puisse rentrer pour le repas du midi. Ce serait quand même dommage de laisser la famille manger le repas d'anniversaire pendant que moi je suis sur le vélo^^

Le petit soucis de vouloir fêter un truc un 21 décembre, c'est que ben le jour se lève un peu plus tard que le reste de l'année^^ Je ne pouvais donc pas partir excessivement tôt. Mais j'étais déjà satisfait d'avoir un peu de choix et d'avoir des ascensions telles que le col d'Aspin, la Hourquette d'Ancizan ou encore le col du Soulor qui étaient accessibles.

Cependant comme je devais faire court, j'ai opté pour le col d'Aspin bien que j'aurais souhaité plutôt la Hourquette d'Ancizan.

Quand je me suis levé de bon matin, il faisait encore nuit mais j'ai pu remarquer que les nuages étaient vraiment très bas, j'avais rarement vu les nuages si bas. Mais je ne me suis pas inquiété car je savais qu'au dessus j'aurais du soleil. Je me suis préparé, le temps de gonfler les pneus du vélo, de mettre le gilet jaune pour le début de la sortie ainsi que le feu à l'arrière et me voici parti. Il avait beaucoup plu dans la nuit et toute la route était mouillée. Il faisait vraiment sombre encore au moment de partir. Pour éviter de me trimbaler mes deux paires de lunettes, j'ai décidé de faire les premiers kilomètres sans lunettes le temps que le jour se lève et je mettrai ensuite mes lunettes de soleil correctrice que j'avais dans la poche.

Du coup je n'y voyais pas très bien et je ne pouvais pas repérer les flaques d'eau à temps pour les éviter^^ Heureusement après 5 kilomètres j'ai pu les mettre.

Il faisait 5°C au départ. Plus froid que ce que je pensais mais encore supportable. J'espérais que la température augmente petit à petit une fois que je serai au soleil.

 

Nuages bien bas :

 

Photos Payolle le 21 décembre 2014 001

 

Juste avant Bagnères, en traversant le village d'Ordizan, je suis rentré dans le brouillard. C'est très très rare de l'avoir si bas... La température continuait de chuter au fur et à mesure que j'avançais mais je mettais ça sur le compte du brouillard. En arrivant sur Bagnères je suis sorti du brouillard et j'ai vu qu'il y avait une autre couche de nuages plus haute en altitude (aux alentours des 400m) mais qu'au fond de la vallée de Campan, les rayons de soleil étaient très lumineux, signe que j'allais me retrouver au soleil un peu plus haut dans la vallée.

Jusque là les jambes étaient ce qu'elles étaient, pas bonnes, mais normales pour une période où je pédale si peu. Bref je m'attendais à m'arracher pas mal mais à arriver au sommet du col d'Aspin.

Cependant, une fois Bagnères passé, je commençais vraiment à sentir le froid sur le bout des doigts malgré mes gants. La température à Bagnères était de 3°C. Je commençais à sentir mes jambes de plus en plus tétanisées dans les montées.

 

Dans le brouillard avant Bagnères :

 

Photos Payolle le 21 décembre 2014 005

 

Les rayons de soleil percent au fond, un peu plus haut dans la vallée :

 

Photos Payolle le 21 décembre 2014 006

 

A Campan, j'étais vraiment frigorifié et la sortie a commencé à basculer dans le pénible à cause du froid. Dommage car c'est à partir de là que j'étais au soleil. Un ciel bleu sans nuage alors que je laissais les nuages et la brume derrière moi dans la vallée. Dans les montées de plus en plus prononcées entre Campan et Sainte Marie de Campan, j'arrivais toujours à pédaler sur un rythme régulier sur 39x25. Mais le vent s'est levé également. Plutôt de face et glacial... Pourtant il ne soufflait pas fort mais j'avais tellement froid que je changeais les pignons avec difficulté. Par ailleurs sur cette portion il y avait beaucoup de voitures qui roulaient. Elles allaient pour la plupart à La Mongie.

D'habitude à Sainte Marie de Campan je mange toujours une pâte de fruit avant l'ascension. Là, le froid était tel que je n'avais rien envie d'avaler ni de boire. D'ailleurs je ferai toute la sortie sans boire du tout vu que l'eau dans mon bidon était glaciale...

 

Pas de neige, c'est déjà ça :

 

Photos Payolle le 21 décembre 2014 008

 

J'ai donc continué sans manger. Je ne prenais plus de photos, c'était tellement galère et douloureux. Il ne faisait plus que 0°C à Sainte Marie de Campan et l'herbe sur les bords était givrée. C'est à partir de là que j'ai senti que je risquais de finir mal en point à cause du froid si ça durait trop longtemps... J'ai donc décidé d'aller jusqu'à Payolle et de profiter au moins de la vue sur le Pic du Midi tant qu'à avoir grimpé jusque là. Mais par contre ça en servait à rien d'aller jusqu'au sommet puisque je 'navais plus de plaisir à pédaler. Surtout que pour la descente, rien qu'à l'idée de ce froid que je ressentirais, j'en avais presque peur^^

Et me voilà donc pédalant tout tétanisé sur les derniers kilomètres d'ascension jusqu'à Payolle. Les deux raidars se sont passés mais je sentais bien que les jambes auraient flanchés plus loin si je faisais l'ascension jusqu'au sommet. A Payolle, je suis allé jusque sur le premier lacet du final du col d'Aspin dans le kilomètre à 9% et je me suis arrêté à environ 4,7 km du sommet à 1130m d'altitude pour profiter de la vue sur Payolle et le Pic du Midi avec ce ciel magnifique. C'était beau !! Mais quelle galère pour prendre la photo, rien que sortir l'appareil de la poche c'était hyper douloureux^^

 

Terminus, demi tour à cet endroit. mais que c'est agréable de pouvoir profiter de la vue sur le Pic au dessus de Payolle ! :

 

Photos Payolle le 21 décembre 2014 010

 

Petit regard devant moi sur la route qui monte au col d'Aspin :

 

Photos Payolle le 21 décembre 2014 012

 

Petit regard derrière moi, il ne fait pas chaud :

 

Photos Payolle le 21 décembre 2014 014

 

Je commençais à avoir faim mais je n'avais aucune envie de m'attarder là à 0°C dans l'état dans lequel j'étais. J'ai donc décidé de commencer la descente et de m'arrêter plus bas pour manger une pâte de fruit.

Je ne ressentais plus que des douleurs sur les doigts, j'ai réussi à changer les pignons mais impossible de repasser le grand plateau. J'ai donc fait la descente sur le 39 dents en espérant que plus tard mes doigts se réchaufferaient un peu et que je pourrai repasser le grand plateau^^

Ce froid terrible dans la descente. Je suis resté prudent notamment dans les endroits où la route était givrée sur les bords car tout était mouillé encore.

En arrivant à Sainte Marie de Campan je me suis arrêté pour manger une pâte de fruit. Après avoir galéré à en sortir une de ma poche, c'était impossible de l'ouvrir avec les doigts. J'y suis allé avec les dents pour arracher le papier. Ça a fait du bien la pâte de fruit ! Me voilà reparti dans la descente. Je me suis laissé aller sans vouloir prendre trop de vitesse pour ne pas avoir encore plus froid.

 

Dernier gros effort de la sortie pour réussir à prendre la photo du Montaigu :

 

Photos Payolle le 21 décembre 2014 022

 

Ce retour dans la vallée m'a paru interminable. A Campan je suis repassé sous les nuages. Durant tout le trajet du retour il m'était impossible de repasser le grand plateau, j'avais toujours aussi mal aux doigts. Je ne me suis même pas arrêté pour caresser les ânes^^

Une fois revenu à la maison j'étais soulagé mais je n'arrivais plus à enlever mon casque, ni défaire mes lacets ou même enlever mes gants. Après m'être fait aidé, je suis parti prendre une douche chaude. Aie aie aie les doigts et les pieds avec le changement de température !!!! Après le premier moment très douloureux où j'ai commencé à avoir la tête qui tourne et l'impression qu'il allait m'arriver quelque chose, ça a commencé à aller mieux. Un bon grog ensuite et c'était revenu à peu près à la normale.

 

Mais quelle galère !! Et pourtant j'étais bien couvert ! D'ailleurs je n'ai pas eu froid au thorax ni aux jambes. J'avais par ailleurs uen double paires de chaussettes ainsi que des sous gants sous mes gants. Et les hivers précédents ça allait très bien...

Toujours est-il que j'ai vraiment bien fait de ne pas aller plus loin parce qu'il me serait arrivé un problème je pense. Bizzare bizzare...

 

Et juste après j'ai reçu de la part de ma sœur une super paire de gants d'hiver Mavic Inferno^^

 

Pour cette sortie ça na été 80 km et 1100m de D+.

 

L'après midi les nuages se sont dissipés petit à petit en plaine mais pas sur le piémont ce qui a donné lieu à une superbe vue sur les montagnes avec une zone de nuages sur le piémont. Je suis allé prendre des photos.

 

Superbe vue sur les Pyrénées en fin d'après midi avec les nuages bas :

 

Photos Payolle le 21 décembre 2014 032

 

Ce fut tout de même des beaux paysages pour aujourd'hui ! Pour les prochaines sorties je partirai un peu plus tard pour avoir des températures un peu meilleures et je testerai les nouveaux gants en espérant que je ressente moins le froid. Car bon je suis assez sensible au froid sur le bout des doigts. Après la sortie du 4 juin 2011 où j'étais rentré en hypothermie après la montée du Géant du Tourmalet sous la pluie, il s'agit de ma pire sortie dans le froid...

Repost 0

Mon Blog

  • : Ascensions de grands cols en vélo - cyclotourisme en montagne
  • Ascensions de grands cols en vélo - cyclotourisme en montagne
  • : Dans ce blog je décris mes ascensions de grands cols en vélo, je mets les profils des cols et je fais part de ma passion du vélo en montagne et de mon expérience.
  • Contact

Qui-Suis-Je?

  • Idris Raossanaly
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!
  • Je suis un passionné de vélo et plus encore de vélo en montagne. J'adore monter des cols, voir de beaux paysages et prendre de belles photos...c'est ma drogue à moi!

Compteur kilométrique 2015

 

Au 20 janvier 2015
Kilométrage total   260 km
Vélo urbain   20 km
Vélo en montagne

  209 km

Sorties plates   31 km
Dénivelé positif   3200 m
Mois en cours   260 km

 

Visiteurs uniques

Rechercher

 

photos col de la Pierre Saint Martin le 17 octobre 2009 013

 

 

P1010407

 

 

photos col du Soulor et col des Bordères le 26 av-copie-1

 

 

P1010361.jpg

 

 

photos col du Tourmalet le 12 juin 2010 021

 

 

P1010327

Divers liens

Si vous aimez la littérature et l'écriture, je vous encourage à visiter régulièrement ce site, très bien fait par une personne très sympathique (passionnée de vélo aussi), qui rédige régulièrement des nouvelles :

 

http://richardpatrosso.typepad.com/dndr/